Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Mizuki/ Izumi

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Présentation -> Présentation des humains -> Fiches Fantômes des Humains
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mizuki

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 29 Nov - 22:33 (2009)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi Répondre en citant

I) Identité.       



Nom :
Elle n'en a jamais eu.
Prénoms : Mizuki, Izumi
Sexe : Féminin
Age/date de naissance : 17, on lui a dit qu'elle était née un 5 décembre.



II) Caractère
  
    
Mizuki, dans les premières années de sa vie en tant que "femme à tout faire" s'est crée une autre personnalité.

Mizuki, elle, est une fille très timide et méfiante, elle ne dit pas grand chose en présence d'êtres vivants. Avec un inconnu, elle ne dira que très peu de mots, mais avec une personne à laquelle elle est attachée, ce qui est rare, elle peut devenir un vrai moulin à parole...
Quand elle s'attache à une personne, elle attend de celle-ci beaucoup de chose, elle est très possessive et axée sur la beauté. Des personnes qui asservissent les autres, ils lui font horreur, elle les fuit comme la peste. Même si elle ne parle pas beaucoup dans un premier temps, elle demande énormément d'affection, et a besoin que quelqu'un la prenne dans les bras, même si elle ne le dira jamais clairement. En effet, avec elle, il faut lire entre les lignes, elle ne dira jamais ce qu'elle pense, et préfère mentir pour faire plaisir, que dire la vérité et la blesser. Elle ne veut inquiéter personne, mais en même temps elle a besoin qu'on s'occupe d'elle.

Izumi, au contraire, a été créée pour se battre. Quand Mizuki en avait marre de se faire frapper parce qu'elle ne faisait pas les choses assez vite au goût de son propriétaire, elle laissait un peu de la personnalité rebelle d'Izumi passer, pour se défendre. Izumi est rebelle, et brutale. Si quelque chose ne lui plait pas, n'attendez pas d'elle une fausse politesse : Elle le dira franchement et clairement. Si elle se sent en danger, elle sortira ses armes et foncera tête baisser contre ses ennemies, elle compte sur Mizuki pour la retenir un peu dans ces cas là. Elle est joueuse et aime faire des activités qui mettront son corps à l'épreuve. Elle est capricieuse, et se comporte parfois comme une enfant gâtée.

Izumi et Mizuki peuvent se parler "normalement". Quand l'une fait une demande pour faire en sorte que les deux personnalités changent de place, l'autre est libre de la refuser, ce qui se passe la plupart du temps. Elles s'aiment énormément ( plus que tout), et leur activité favorite est de se taquiner. Elles adorent le rouge.

Sinon, les deux facettes adorent la musique, et si elles en entendent, il est possible de leur faire faire quasiment n'importe quoi... Cette fascination a ses limites et l'une des deux peux à tout moment reprendre le contrôle d'elle-même et réveiller sa compagne.
Mizuki, elle-même joue du violon, dans sa jeunesse pour son bon vouloir, et enfin, par la suite pour plaire aux clients, et dans sa solitude pour se soulager, elle et Izumi. La musique les a plusieurs fois aidées à ne pas tomber dans une dépression qui leur aurait été fatale.


III) Physique
 

Mizuki est une jeune femme d’apparence frêle, elle attire l’œil de part son innocence et son inoffensivité. Son regard brille d’une lueur douce et chaleureuse, qui la rend sympathique, malgré son mutisme. Ses iris sont d’une intense couleur prune et ceux qui s'y plongent ont du mal à en ressortir. Le teint clair, légèrement rehaussé de rose, les cheveux d’un mauve pâle, sa beauté n’a rien à envier à la plupart des autres filles. Ses mèches sont longues, lui arrivant au milieu du dos, même si celles de sa frange parviennent à lui cacher à demi les yeux à de multiples reprises. Un fin bandeau marron entoure sa tête, et une sorte de médaille d’or y est accrochée, "souvenir" de celui qui l'a prise en charge. Son sourire est toujours pur, quoi qu’il arrive, et touche de part sa sincérité et sa douceur. Mizuki est vêtue d’une robe longue et blanche comme neige, ouverte au niveau de la poitrine pour laisser entrevoir une sorte de tunique violette, de la même couleur que le ruban qui retient une clochette dorée à son cou. Sa robe cache un corps couvert de petites cicatrices.

Izumi au contraire est très endurante et pourrait courir, si il le fallait des heures durant. Pour une humaine elle peut se considérer comme forte, et les sangliers qu'elle a croisés ne sont plus là pour en témoigner... Ni l'humain qui s'est occupé d'elle la deuxième moitié de sa vie. Quand elle combat, elle se montre cruelle et aime faire souffrir ceux qui l'ont fait souffrir. Pour elle la vengeance est primordiale.


IV) Vie    

 
Famille :
     
Elle n'en a aucune.

Histoire :   
 

Mizuki ne se rappelle plus de ses 6 premières années, mais quand elle essaie de s'en souvenir, elle ne ressent qu'une chaleur au niveau de ses yeux, signe qu'elle va se mettre à pleurer.

Tout commença lors d'une soirée d'hiver. Mizuki marchait dans la neige, derrière elle, on pouvait encore apercevoir des traces de pas, mais rouges, comme si elle avait marché dans du sang... Elle tenait contre elle un violon et l'archer de ses mains bleuies par le froid.
Elle s'avançait de nuit dans une rue déserte de la ville de Lüh, ses vêtements déchirés et de la même couleur que les traces qu'elle laissait. La jeune fille s'effondra dans la rue. Elle devait avoir marché depuis des jours, vu l'état de ses chausses. Ses yeux sans âme se fermèrent doucement.


Quand je me réveillai, j'étais au chaud, dans un lit non loin duquel brûlait un feu de cheminée. Je me frottai les yeux encore ensommeillés et regardai plus attentivement autour de moi. J'étais dans une belle petite chambre. Les murs étaient en bois vernis, et des tableaux ornaient ces murs. Le sol était recouvert de tapis. Une table avait été placée près du feu, et une chaise près de cette table. Je tentais faiblement de me relever, mais les forces me manquèrent, et je ne pus faire un geste. Une deuxième fois, je pris toutes les forces qui restaient en moi, et releva mon buste. Celui ci cogna un plateau qui tomba lourdement à terre, renversant les mets et la tasse remplit de thé qui étaient dessus. Surprise je retombais sur le lit et n'osais bouger. Je n'arrivais pas à voir si j'avais cassé quelque chose, mais le boucan que ça avait fait allait assurément attirer quelqu'un. Et je ne me trompais pas, un homme, souriant, arriva en courant à moitié dans la chambre.

"Que... Ah, tu es réveillée. Enfin, tu as dormi trois jours entiers, tu sais. Je commençais à m'inquiéter, quand je t'ai trouvée, tu étais allongée dans la neige, comme morte... Enfin, tu es bien vivante, et c'est ce qui importe."

Il dit tout cela d'une voix douce, en ramassant ce que j'avais fait tomber.

"Ne t'inquiète pas, ce n'est pas grave, je vais te rapporter tout de suite une autre tasse. Maria va être contente ! Ah oui, je suis Jezabel, tu peux m'appeler Jez, et Maria est ma femme."

Il sortit, le plateau dans les mains en appelant cette Maria, lui disant que j'étais enfin réveillée. Je m'enfonçais le plus que je pouvais dans le lit, laissant juste apparaître mon visage. Quelques minutes plus tard, il revint avec sa femme, qui portait le plateau, à nouveau remplit. Ils formaient un beau couple, Maria avait les cheveux clairs et longs, son visage n'était que douceur et compassion à mon égard. Celui de Jez était plus chaleureux, et enjoué ; et tous les deux souriaient.

"Tu vois, je te l'avais dit, mon amour !"
"Oh, elle est mignonne, ses yeux sont magnifiques, hein. Mais bougre d'idiot, au lieu de la dévisager, pousses-toi un peu, pour que je puisse lui apporter son repas."
"Ah, désolé, mais attention, je doute qu'elle arrive à manger seule, elle est encore très faible... La pauvre..."

Maria arriva près de moi et s'agenouilla près du lit en posant le plateau sur la table de nuit qui le juxtaposait. Elle me fit prendre une bouchée, que je recrachais rapidement, manquant de peu de m'étouffer.

"Oulah, doucement ma puce, tu vas t'étouffer si tu veux manger si vite... Jez, on dirait qu'elle ne sait même plus manger... Tu pourrais lui faire une soupe, ou une purée, je ne pense pas que les morceaux de viande passent pour l'instant."
"Avec plaisir, Maria, j'y vole !"


Et Jez partit, me laissant seule avec Maria.

"Alors, comment te nommes-tu, ma puce ?"

Je restais silencieuse, me contentant de la regarder fixement.

"Ah, tu n'as pas de nom ?"


Encore une fois, seul mon silence lui répondit.

"Mmh, il faut donc te trouver un nom... Que dis-tu de Céleste ?"

Je ne répondit toujours pas.

"Il faut croire que ton silence veut dire non, bon allons nous pouvons essayer d'autres noms. Mmh, Mizuki te convient mieux ? "

"Maria..."

"Oh, tu as enfin prononcé mon nom ! " Puis criant à son mari. "Jez ! Elle a parlé ! Et dorénavant elle sera Mizuki."

Jezabel revint avec un autre plateau, avec une unique assiette remplie de soupe d'une couleur rouge... Immédiatement, sans avoir aucune raison, je me mis à pleurer, et pointais ma main faible en direction de la soupe.

"Rou... rouge..."

Jezabel s'arrêta immédiatement..., le plateau en main.

"Maria, elle doit avoir peur du rouge... Je remporte ce plateau tout de suite... La pauvre, elle a dû être témoin d'un massacre..."


Il fit demi-tour et se dirigea vers la porte, avant que mon cri ne le fasse s'arrêter.

"Rouge !"
"Non, Jez, au contraire, elle a l'air d'aimer cette couleur. Viens vite ! Il faut qu'elle mange, regarde comme elle est maigre."

Jezabel revient donc près de moi et s'assit sur le rebord du lit, posant le plateau sur ses genoux.

"Attention, c'est chaud" dit-il en soufflant sur la cuillerée de soupe. Sans faire d'histoire, je l'avalais goulûment.
"Elle aime ça ! Tu avais raison pour la soupe Maria."
Et il me resservit.

Quand la soupe fût finit, Jez et Maria me laissèrent seule, pour que je me repose...
Plus les jours passaient plus je reprenais du poil de la bête. Jez et Maria s'étaient transformés en Papa et Maman. Nous sortions souvent en "famille" les jours où il faisait beau temps. Nous allions sur la Grande Place de Lüh puis faisions les boutiques... Lors de mon premier anniversaire avec eux, le 5 décembre, un an après qu'ils m'aient trouvée, ils m'offrirent un violon. Il était magnifique.
Rapidement, j'appris à en jouer. Mes longs doigts s'accordaient parfaitement à cet instrument, et je montrais un véritable don pour la musique. Ce furent les plus beaux souvenirs de ma jeunesse.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, c'est bien connu...
Ma vie prit un brusque tournant une autre soirée d'hiver. Nous étions tous les trois attablés autour d'un bon repas fumant. Papa et Maman se disputaient gentiment sur ce que nous allions faire le lendemain. Papa voulait aller sur la grande place, car on disait qu'il y avait un ours grand de quatre mètres ! Bien sûr, tout ça n'était que rumeurs, et papa exagérait toujours les choses. Maman au contraire avait vu, la veille un joli chapeau dans une des boutiques à l'Ouest de la Grande Place.
Énervée qu'ils parlent si fort en m'ignorant, je pris mon violon, et leur jouait une sonate apaisante de ma composition. L'effet fût immédiat. Ils s'arrêtèrent de parler et m'écoutaient jouer du violon.
Plus tard, dans la soirée, ils me mirent au lit, je devais avoir onze ans...
Tandis que je dormais d'un sommeil innocent, des voleurs s'introduisirent dans notre demeure et pillèrent tout ce qu'ils virent. Mes parents, voyant cela essayèrent de se défendre, mais ... ils n'étaient pas chasseurs et furent réduits au silence dans une marre de sang...
Réveillée par tout ce boucan, je descendais l'escalier pour voir ce qu'il se passait, le violon en main. Arrivée à la dernière marche, je me figeais devant le spectacle qui s'offrait à mes yeux. Des larmes coulaient lentement sur mon visage. Un des voleurs me vit et me désigna du doigt. Un de ses compères s'approcha et me fit respirer un chiffon. Quelques secondes plus tard, tout sombrait et mes yeux se refermaient.

Quand je me réveillais, je n'étais plus chez moi. Il faisait froid et les murs qui étaient en bois étaient maintenant en pierres. De grosses pierres mal taillées. Je me levais et m'aperçus qu'une chaîne me retenait au mur par mes bras. Je commençais seulement à comprendre l'état dans lequel j'étais. Une vielle robe moisie et rouée me servait de tenue et mon violon m'avait été enlevé.
Ma première réaction fut de crier à l'aide... Et seul mon échos me répondit. D'après ma faim, j'avais au moins dormit un jour, si ce n'est plus... Résignée, je me rendormais.

Un bruit de pas me réveilla, je tendais la chaîne au maximum, pour voir qui allait rentrer... La porte s'ouvrit et je me figeais, puis me collait au mur... C'était une erreur. Ça devait être une erreur ! Ça aurait du être mon libérateur, et non un espèce de ... d'humain gros gras graisseux... Pourquoi tenait-il un fouet, pourquoi cet air sadique sur son visage...

"Petite Mizuki, ici tu es chez Monsieur Frimas. Tu lui appartiens et il m'a demandé de te réduire en esclavage. Il veut que tu lui obéisses, à chacun de ses ordres. Même si tu es jeune, tu apprendras rapidement, ce n'est pas si difficile, une fois qu'on s'y fait."

"Non, non, libérez-moi !" Je criais à présent.
"Vas tu te taire, insolente !"
"Vous... vous êtes fous, jamais je n'obéirai à un quelconque maître que ce soit, qu'il aille crever !"

"Première leçon : Ne jamais dire du mal de Monsieur Frimas. Tu as désobéi, ce sera donc 10 coups de fouets"

Et ses gestes accompagnèrent ses paroles, dix fois de suite je sentis la morsure du fouet sur mon corps. Je pleurais toutes les larmes de mon corps. Puis il s'arrêta et me laissa, le vendre vide avec ma douleur.

Le lendemain, et les jours qui suivirent, je connus mille douleurs, et appris mille règles, toutes aussi stupides les unes que les autres. J'appris à faire rapidement et bien toutes les tâches ménagères, la cuisine et autres choses que l'on attend des esclaves.
Si j'étais trop lente, la punition suivait obligatoirement. De fière et enjouée, j'étais timide et craintive.

Une fois, alors que je nettoyais le sol de sa maison, il avait amené des invités. La soirée avait été bien arrosée, et ils puaient l'alcool.
Un des invités essaya alors de me violer. Je criais à l'aide, et je vis que Monsieur Frimas rigolait en voyant la scène. Je pense que c'est à ce moment là que Izumi est arrivée. Sur le coup je l'ai regrettée : Une volonté s'était emparée de la mienne et avait envoyé paître l'inviter avant qu'il ne commette son acte odieux. Celui ci s'était assommé en chutant. Frimas me prit par la chaîne qui reliait mes bras en permanence et me fit connaître une douleur que je n'avais jamais imaginée. Brisée, je sanglotais dans un coin du château, quand la volonté qui avait pris le dessus lors de l'incident s'adressa à moi.

"*Ne pleurs pas, Mizuki, ne pleurs pas. C'est finit, ne pleurs plus.*"


Je me figeais en entendant cette voix résonner à l'intérieur de ma tête et je répondais à haute voix."

"Qui est là ? Qui êtes vous ? Répondez !"

"*Je suis celle qui a fait en sorte que tu sois encore pure.*"

"Sors de ma tête ! Par ta faute j'ai souffert, je ne sais même pas si je reverrai la lumière du jour ! C'est ta faute !"

"*Non, Mizuki, je t'aime tu sais ? C'est juste la faute de cet imbécile de Frimas. Si tu as besoin d'aide, je serai toujours là pour toi.*"

"Attend, ne pars pas, comment t'appelles-tu ?"
"*Aller réfléchis un peu bon sang ! Tu m'as créée non ? Choisis moi un nom !*"

"Mmh, alors tu seras Izumi."
"*Mmh, Izumi et Mizuki, ça sonne bien, en effet. Je serai donc Izumi ! Dis-moi Mizuki, pourquoi ne t'ai toujours pas vengée de lui quand il dort ?*"
"Je ne sais pas... Je hais la violence, jamais je ne serai comme lui ! Jamais je ne ferai du mal à personne."

"*Oui, tu es gentille... Maintenant reposons-nous, il est tard, et après ce qu'il nous a infligé, une bonne nuit nous fera du bien...*"
"Bonne nuit Izumi, je t'aime."
"*Bonne nuit Mizuki. Je les tuerai pour toi, un jour ... Je te le promets.*"

Plus les jours passaient, plus Frimas me demandait du travail. Et plus la liaison qui s'était établit entre Izumi et moi s'affermissait. Je jouais du violon le plus souvent pour ses invités qui ne me touchaient plus après que d'autres incidents furent survenus. Et plus les jours passaient plus Izumi me demandait de me libéré de son emprise. A chaque fois je lui murmurais "Un jour, un jour." Plusieurs années passèrent ainsi. Quelques fois, alors que Frimas relâchait son attention, nous arrivions à nous éclipser discrètement.
Une fois dehors, je laissais Izumi prendre le contrôle et elle courrait, sans perdre haleine, longtemps, et loin. Chaque fois, j'amenais mon violon avec moi et une fois que nous nous étions éloignés de toute population, je jouais, et nous esquissions quelques pas de dans, au rythme de la musique. Ces nuits étaient une source d'espoir pour nous, et nous les attendions chaque nuit, en espérant que Frimas allait oublier de nous mettre la chaîne au bras.

Et le jour arriva où Frimas s'aperçut de notre accueil. Il était furieux et quand il nous vit, il nous hurla de rentrer immédiatement, sous peine de représailles dont j'allais me souvenir jusqu'à la fin de ma vie. Fatigué, je marchais lentement jusqu'à lui. Il nous emmena dans la cave et nous mit les chaînes. La punition fut terrible, et les coups ne cessaient de pleuvoir. Il hurlait qu'il ne savait pas ce qu'il allait faire de moi, qu'il m'avait élevé, que j'étais ingrate, et que les parents que j'avais du avoir étaient vraiment nuls.
Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Je laissais Izumi prendre le dessus. Facilement elle cassa les chaînes qui reliaient mes bras au mur. Frimas était bouche bée, il n'aurait jamais cru que j'étais assez forte pour briser ces chaînes. Pendant les quelques secondes qui suivirent ma libération, il le regretta amèrement. La violence d'Izumi ne fut jamais aussi forte.
Izumi lui cassa un bras et lui arracha le couteau des mains. Et lui cloua les mains sur le sol. Elle prit un deuxième couteau, posé sur une table, et lui perça les yeux. Pour finir, elle lui coupa la langue, les oreilles et lui perça le cœur. Une fois mort, elle reprit le couteau qui avait servit à l'immobiliser et monta aux étages supérieurs pour accomplir sa besogne sur chaque personne de la maisonnée.

Une heure plus tard, le même spectacle qu'il y a douze ans pouvait s'offrir aux yeux des passants. Une fille ou plutôt une jeune femme, trainait ses pieds dans la neige marchait dans la rue, laissant une trace rouge derrière elle. Contre elle son violon. Elle était habillée d'une robe blanche, tachée sur le bas de cette robe de rouge. Elle avait l'air terriblement fatiguée et se dirigeai vers un château. On voyait encore des chaînes brisées qui pendaient à ses poignets. Elle avait au cou un collier avec une clochette. Seul ce bruit brisait le silence de la nuit. Le château n'était plus loin...



V) Autres
 
Métier : Servante.
Signes particuliers : Diverses cicatrices dues aux coups qu'elle a reçus, ainsi que des doigts incroyablement longs.
Rêve, ambition : Avoir un vrai chez soi et y être utile.



VI) Hors Jeu
     
 
Comment avez vous découvert ce forum ? Via le Top-site.
Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Magnifique ^^.
Comment trouvez-vous le design de ce forum ? Plus clair maintenant.
Avez vous lu le règlement ? Oui (bonne réponse).
Avez vous vu le tchat ? Oui.
Savez vous comment voter pour le forum ? Même réponse que précédemment.


Dernière édition par Mizuki le Lun 30 Nov - 21:47 (2009); édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Dim 29 Nov - 22:33 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 30 Nov - 11:06 (2009)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi Répondre en citant

Bonjour et re-bienvenue ! (car double compte de Saku)

Super avatar, j'adooooooooooore ! Elle est super mignonne !

Concernant ta fiche : elle me fait penser à moi "^^

Attention, t'as laissé plein d'espace entre famille et histoire ^^ Si tu pouvais remettre à niveau ?

Ton caractère me convient parfaitement, ainsi que ta description physique (quoi qu'un peu courte en comparaison mais tu parles de l'essentiel donc on va pas chopter).

Alors... maintenant ton histoire :
Au tout début tu parles à la troisième personne du singulier puis à la première. Sans transition ça fait très très bizarre... Je te conseille soit de tout passer à la première personne du singulier soit de mettre "* * *" juste après cette entrée en matière.
Citation:
Maria arriva près de moi et s'agenouilla près du lit en posant le plateau sur la table de cheveux qui le juxtaposait.
Table de nuit, plutôt non ?

Ne saute pas de ligne dans ton discours. Tu as déjà différencié les deux personnages par des couleurs donc inutile d'en plus faire un espace entre.

Je te conseille de différencier quand tu parles avec elle mentalement et verbalement
Exemple : "* ... *" discussion mentale et "- ...." discussion à voix haute.

Citation:
Plus les jours passaient, plus Frimas demandait me demandait du travail.

double "demandait"

Il y a quelques fautes de conjugaison mais elles sont rares ^^ Bref, je donne ma voix pour ta validation, une fois que tu auras corrigé ce que je t'ai signalé wink

Il te faudra encore l'aval de Sieg et/ou d'Ariez pour être validée et pouvoir jouer !

Bon courage
Revenir en haut
Mizuki

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 30 Nov - 16:56 (2009)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi Répondre en citant

Merci pour cette réponse rapide ^^

En effet le passage de la première à la troisième personne est byzarre ^^ (au départ, je voulais la faire à la troisième, mais ai vite changé d'avis)
Pour les fautes ... Je me dépêche de corriger celles que tu as remarquées... honte à moi.

Je vais faire comme tu m'as recommandé pour la discussion mentale, merci.

*file changer tout ça*

Bon bah voila, corrigée, et j'ai rajouté des choses à la fin, en espérant qu'il n'y en ait pas trop ^^.

Petite question, si par exemple au court d'un rp, elle se souvenait de choses que je n'ai pas marquées mais importantes, pourrai-je modifier la fiche quelque part.
D'après d'autres post avec la même question, non. Ainsi, j'ai une petite (minuscule) suggestion à faire : Faire une partie pour les fiches validées, et des joueurs encore présents. Les joueurs pourront changer cette fiche sans toucher pour autant à la fiche originale de leur inscription.
Revenir en haut
Sieg

Hors ligne


Inscrit le: 04 Juil 2008
Messages: 956
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent
Métier dans le jeu: Chasseur
Invocation(s): Gaïa, Infernal et Khalimshaar
Point(s): 27

MessagePosté le: Sam 5 Déc - 11:34 (2009)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi Répondre en citant

Me voici ! Je te souhaite la bienvenue, Mizuki !

Excuse-moi si le temps de réponse aura été long mais je suis dorénavant ici et je vais pouvoir te donner mon aval pour ta validation.
Car oui, comme l'a dit Lilith, cette fiche ne pose absolument aucun problème. À la limite, l'on pourrait étrange qu'une fillette soit suffisamment forte pour briser des chaînes à mains nues et tuer un homme plus grand et plus fort qu'elle... mais ce n'est qu'un détail. En plus, avec un peu d'imagination, on peut supposer que c'est possible (et tu as de la chance : j'ai une imagination débordante =D).

En tout cas, j'ai réussi à lire la fiche dans son intégralité sans me forcer et c'était assez plaisant alors je ne vois aucun raison de ne pas te donner mon accord. Couplé à celui de Lilith, tu peux te considérer comme validée et peut d'ores et déjà entamer un RP avec qui bon te semblera !

Bon jeu sur Arcane, et passe du bon temps parmi nous !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 5 Déc - 12:06 (2009)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi Répondre en citant

Te voici donc validée. Tu peux d'ores et déjà rp ^^

Concernant ta question, excuse moi je ne l'avais pas vu ! Oui tu peux te souvenir au cours d'un rp d'un truc important et ne pas l'avoir mis dans ta fiche. Dès passage d'Ariez, ta fiche sera verrouillée donc inchangeable. Ce n'est pas grave, un personnage est fait pour évoluer de toute façon ! Je t'invite à mettre ta suggestion dans la section appropriée wink
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:35 (2016)    Sujet du message: Mizuki/ Izumi

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Présentation -> Présentation des humains -> Fiches Fantômes des Humains Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com