Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Ouvrez la cage au dragon...
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple de l'Air
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pearla

Hors ligne


Inscrit le: 29 Nov 2008
Messages: 452
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse
Invocation(s): Kohaku, Dagnir
Double compte: Lénèra
Point(s): 390

MessagePosté le: Mer 29 Juil - 18:55 (2009)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Son regard aller de l'inconnu à sa nouvel invocation, le majestueux dragon avait raison, une corde céderait facilement, et la vie d'Ongaku ne tiendrait qu'à un fil. D'autant plus que d'après Kohaku, cela le dérangerait fortement et nuirait à sa vitesse de vol:

« Il m’est impossible d’accéder à vôtre seconde requête. Vous devez être sur mon dos pour le maintenir en place; autrement une corde aura tôt fait de céder au frottement de mes écailles, et le porter à bout de serres me ralentirait d’avantages dans mon vol que si je volais avec vous deux.»

Reposant son regard sur Ongaku, après avoir réfléchit un petit instant sur la position qu'il adopterait au vol, Pearla décida qu'elle l'allongerait. Se tournant vers le dragon des vents, elle lui répondit:

"Si tu dis, que cela te ralentira, je grimperait également sur ton dos, mais essaye néanmoins de faire le plus vite possible. Sache également que la ville est accessible par la mer, si cela peut te t'aider. "

La jeune chasseuse se dirigea ensuite vers l'inconnu, meurtris. Il perdait déjà un peu moins de sang, ce qui était pour le moins une bonne nouvelle. Faisant appelle à toute ses forces musculaire, elle souleva tant bien que mal l'inconnu, d'autant plus alourdit par le bas de son armure, et se dirigea d'un pas mal assuré vers le dragon des vents, espérant que ses pieds ne céderont pas. Le souffle court, elle mumumura:

"Tu n'es pas léger dis-donc..."

Parvenant jusqu'à Kohaku, qui s'était allonger pour ainsi lui faciliter la tâche, elle essaye de poser le plus délicatement possible, le jeune homme sur le dos du demi-dieux, tout en essayant de ne pas trop le faire bouger. Laissant pendre dans le vide ses mains ainsi que ses pieds. Pearla grimpa à son tour sur le dos du dragon, lui disant qu'il pouvait s'envoler. Sans se le faire redire, il s'envola dans les airs, visiblement l'air heureux. La jeune chasseuse se promis de laisser tomber toute ses armes une fois dehors, histoire de ne pas s'encombrer de chose inutile, elle pourrait toujours en racheter une chez un forgeron, cependant elle garderait néanmoins le poids d'une dague sur elle, celle que lui avait offert son père, elle ne pourrait s'en séparer, pour rien au monde.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité





MessagePosté le: Mer 29 Juil - 18:55 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Dim 2 Aoû - 15:39 (2009)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

>>Suite dans les Landes Luxuriantes


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Jeu 30 Aoû - 11:15 (2012)    Sujet du message: Un nouvel humain à servir ou une nouvelle victime ? Répondre en citant

[Ce message s'adresse à tout humain voulant tenter l'épreuve de Kohaku. Merci de ne pas tenir compte, dans vos RP, de ce que peut poster un autre humain. Bonne chance à tous !]


Kohaku ne comptait plus les jours qu'il passait dans cette vaste pièce dallée à faussement ciel ouvert. Les immenses colonnes de turquoise ne soutenaient rien, la voute tenait par un ingénieux mélange d'arcades et de clefs de voute dont les véritables piliers se fondaient dans les mur. Le plafond était recouvert d'une fresque d'un réalisme troublant qui représentait un ciel sombre et nuageux. Le dragon savait que si ces nuages imposants étaient réels il manquerait un soupçon de magie pour qu'un Typhon déferle sur les côtes.

L'esprit des vents s'étira et se mit à voler au ras du sol pour ensuite aller s'enrouler autour d'une colonne brisée. La base et le sommet étaient toujours là mais le milieu gisait en partie à l'état de débris sur les dalles, le pilier tenait debout au prix d'un équilibre précaire. Il faut dire qu'il avait laissé peu de chance aux mortels qui avaient ouvert la lourde porte de chêne vert peinte en rouge et or. Kohaku jeta un regard dédaigneux sur ce qu'il restait d'une une armure lacérée. Il se souvenait du faste de cette pièce au cours des premiers siècles. La turquoise était superbe, brillante et chatoyante, des estampes suspendues aux murs formaient une quinconce avec les colonnes alors entières, elles donaient l'impression qu'elles venaient de finir de sécher. A présent trois des seize colonnes agonisaient au sol et deux autres jouaient aux équilibristes, la turquoise était ternie et griffée de toutes parts, et des lambeaux de parchemins tâchés prétendaient au rôle d'estampe. Le dragon pouvait apercevoir des auréoles brunes sur les murs et le sol. La turquoise avait perdu de sa splendeur en partie à cause du sang séché.

Crrr …

Le reptile sursauta et s'envola pour se poser sur les sommets de deux autres stèles bien solides. Une fois stable il se détourna la tête pour éviter des éclats de roche.

SBOBOM!!!!

Dans un vacarme assourdissant, l'une des équilibristes venait de rendre l'âme et s'affalait pitoyablement au sol. L'onde de choc souleva un nuage de poussière et fit dégringoler quelques miettes de turquoise des autres colonnes. Kohaku se secoua pour chasser les débris de sa crinière et éternua brièvement, sa truffe protestait contre la trop grande quantité de terre en suspension.

Le calme revenait dans la cellule et l'esprit du vent soupira. Cette Pearla, il avait voulu y croire. Kohaku avait eut un instant de faiblesse, un espoir éphémère qui l'avait ramené à la dure réalité de sa cellule. Le monde est gourverné par des humains ingrats. Et les quelques individus qui ont assez de jugeote pour comprendre leur place, sont trop faibles pour survivre plus de six mois. Le dragon se remit aux aguets, écoutant si les bruits de pas qu'il percevait de temps à autre s'arrêteraient devant son homologue de jade sculpté, sur la face extérieur de la porte de sa cellule, où si ils passeraient leur chemin. Le dragon releva la tête, les oreilles pointées en direction de l'entrée. Il y avait un humain devant sa cellule, il entendait le cœur du mortel battre à un rythme soutenu. D'un bond, il se plaça sur les colonnes sur lesquelles butaient les lourds pans de bois à l'ouverture. Ainsi tapit dans l'ombres, il attendit que les charnières grincent.

Son regard impérieux ne tarda pas à se faire sentir par le visiteur. Divinité et humain se déplacèrent d'un même élan, le mortel avait fait volte-face au seuil de la cellule, le dragon avait usé des colonnades avec finesse pour demeurer dans l'angle mort du champs de vision du prétendant au titre d'invocateur. Kohaku se plaisait à faire monter la pression, pour cette créature il n'avait été que des ombres mouvantes, des déplacements d'air sans source précise et un étrange éclat de nacre aperçut du coin de l'œil.

L'instant suivant le demi-dieux se tenait juste derrière, l'humain lui tournait le dos, à un pas. Bien campé sur ses pattes, ses écailles de nacre immaculées luisaient de milles éclats dans la lumière fait de la clarté extérieure et de la chaleur dansante des torches de la cellule, sa gueule légèrement entrouverte dévoilait à peine ses crocs et ses babines tressautaient au rythme d'un grondement venu des profondeurs du temps. Le visiteur allait-il se retourner et lui faire face ? Ou allait-il tenter de s'enfuir en s'estimant heureux d'être toujours en vie ? Après tout la porte était encore ouverte pour le moment ...


Qui sème le Vent récolte la Tempête.



Dernière édition par Kohaku le Mer 5 Sep - 21:24 (2012); édité 2 fois
Revenir en haut
Raeven

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 2 Sep - 21:12 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

La température était à peine supportable, il avait du mal à estimer le temps que cela lui avait pris pour se rendre jusqu'au temple. Bien qu'il était habitué aux conditions relativement rudes qu'impose la vie montagneuse, Raeven ne pouvait que constater qu'à l'extrémité nord d'Arcane, les conditions dépassaient de loin tout ce qu'il avait connu jusqu'à aujourd'hui. Selon, les informations dont il disposait, se rendre jusqu'au Temple de l'air aurait dû lui prendre une quarantaine d'heures, mais celui ou celle qui avait déclaré ceci, ne devait certainement pas avoir pris en compte les dangers qu'il avait rencontré en chemin. À cette pensée, il pestait amèrement. Quoiqu'il en soit, cela faisait six jours qu'il avait quitté la ville de Lüh.

Il ne préféra pas se remémorer sa rencontre avec une Chimère dans les Landes... car il avait du opter pour une fuite inévitable qui se poursuivis par une traque de trois jours par la créature. Il avait du subir deux jours de disette, se rationner au point de ne manger qu'une bouchée de rien pendant tous le temps que dura la traque et n'eut que peu de temps pour se reposer. La contre partie, c'est que durant son voyage, il avait pu goûter à la chair de Variquan. Un combat mémorable qu'il remporta non sans quelques difficultés. D'ailleurs, en y repensant, c'est de là que ses problèmes avec la Chimère avait commencé, s'il avait fait preuve d'un peu plus de jugeote, il aurait compris que tomber sur un Variquan solitaire et blesser, sortait pas mal de l'ordinaire. Mais comment dire, son estomac et sa curiosité culinaire à vouloir déguster des chairs de bon goût avait pris le pas sur sa raison. Il soupira en pansant les blessures qui recouvraient son corps avant de fixer attentivement l'entrée du Temple.

Il se rappela ses précédentes tentatives pour obtenir une invocation... un Renard de Feu, où il avait faillis y laissé sa peau et une créature Aquatique dont le nom et l'image avait déjà complètement disparut dans le tréfonds de sa mémoire. Là, il allait encore tenté sa chance mais avec une créature de l'Air... Il demeura perplexe, s'alluma promptement une roulée... recracha un élan de fumée blanche... ferma les yeux et bien malgré lui, sa hantise envers les Invocations de l'Air le fit de nouveau hésiter. Il ne manquait pas de courage, mais une partie de lui l'intimait de faire demi-tour, tandis que l'autre lui disait d'avancer. Sa conscience le tiraillait de plus en plus et finalement, il rouvrit enfin les yeux et écrasa son mégot contre une des marches qui se trouvait à ses pieds. Il n'avait pas fait tout ce chemin et manquer d'y laisser sa peau pour finir par simplement rentrer la queue entre les jambes ! Sa décision prise, il arpenta les marches d'un pas décidé et s'engouffra dans les profondeurs du Temple.

C'était étrange, la sensation qui se dégageait ici, était différente de celle des autres Temples. Il se sentait à la fois calme et serein. Au point qu'on aurait dit que tout ces doutes avaient disparus. Il déambula longuement le long de ses couloirs pavés, au plafonds vertigineux, s'émerveillant de la beauté architecturale qui s'offrait à ses yeux de mortels. Les effigies qui trônaient au-dessus de chaque porte étaient splendides, mais aucune ne retins vraiment son attention : un chat ailé, une espèce d'hirondelle aux ailes démesurées, un serpent avec des ailes... un dragon... Ses pas stoppèrent lorsqu'il posa son regard sur cette sculpture. *Un Dragon ?* Il se souvint des histoires que son père lui racontait lorsqu'il était encore enfant, et sourit en y repensant. Un Dragon serait parfait... et plus, faut avoué que ça à de l'allure ces gros lézards... pas comme le chat avec des ailes dont il avait vu la sculpture quelques minutes plus tôt.

Lorsqu'il se décida enfin à ouvrir la porte, son rythme cardiaque s'accéléra promptement. Il s'était laissé charmer part l'idée de devenir le maître d'un dragon mais, quand serait-il exactement ? et si, c'était juste une minuscule lézard pas plus gros qu'un chat ? Il tiqua nerveusement et se contenta finalement d'ouvrir la porte. À première vue la cellule semblait déserte. Il jeta un oeil rapidement de gauche à droite, puis vers le plafond... mais ne perçut rien. Cependant, bien que la créature échappait à son regard, elle était belle et bien là, ne semblant pas vraiment enclin à lui faire face. Il finit malgré tout par entrevoir quelque chose... de grande taille à vrai dire, ce n'était certes qu'une ombre, mais au vue du déplacement d'air qu'elle provoquait, cette créature... devait être immense. Une goûte de sueur perla le long de sa joue, cela le rendait un peu nerveux et combien même, il pénétra dans la cellule en se disant que cela ne lui servirait à rien de se soucier de cela pour l'instant.

Raeven se tenait maintenant au centre de la pièce, il sentit une forte présence dans son dos et se dit que finalement le jeu du chat et de la souris prenait fin. Il ne se sentait pas plus à l'aise pour autant, mais il était néanmoins satisfait. Un bruit sourd et glauque s'éleva dans son dos et augmenta de plus belle sa nervosité. Machinalement, il se retourna pour faire face comme il se doit au maître des lieux. À sa grande surprise, il se trouva nez-à-nez avec une gueule immense qu'il pensa capable de l'engloutir d'une bouchée... une autre goûte perla... et un sourire se fit jour sur ses lèvres.

- « Ce n'est pas très opportuns d'accueillir un invité de la sorte... Sa voix tremblait bien malgré lui - reprenant son souffle tout en se grattant la joue - il reprit... Si j'étais toi, j'éviterai d'afficher de si belles dents. Cela pourrait en faire fuir plus d'un ! ... et moi aussi, à force... »

Il reporta son attention sur la cellule elle-même, et se prit d'admiration pour les tentures aux plafonds. De cette manière, il pourrait réduire sa nervosité en focalisant son esprit sur autre chose... que l'image de ce gros lézard l'avalant d'un trait !

- « C'est plutôt pas mal chez toi ! J'aime bien la déco... » Bien qu'il tentait simplement de briser la glace tout autant que de se calmer, il appréciait réellement les tons de cette pièce... enfin cellule, pour être exact...
Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Mer 5 Sep - 22:11 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

La peur. Quel délicieux parfum. L'odeur de la véritable horreur de la mort chez un humain ne lui avait pas chatouiller les narines depuis trop longtemps aux goût du reptile. Cependant il n'apprécia que très peu ce que cet humain avait à lui dire. A quelle sorte d'inconscients appartenait-il celui là ?
Le grondement du dragon se fit plus soutenu l'espace d'un instant. La peur, ne l'empêchait pas d'être insolent en tout cas. Le silence se fit dans la gorge de l'esprit du vent tandis qu'il déroulait son long coup, pour dominer l'humain de tout sa hauteur.

« Sont-se là les propos d'un mortel qui entre dans un lieu sacré comme s'introduit un voleur de pacotille ? »

La queue du dragon blanc balaya le sol poussiéreux. Il darda un iris de jade féroce sur le bipède. Ses vibrisses ondulèrent dans les airs avec agacement. Puis une lueur malsaine anima le museau du demi-dieu. Celui ci abaissa sa tête au niveau de celle du jeune mâle. Il susurra ces paroles avec la délectation d'un prédateur qui s'apprête à mettre à mort sa proie.

« Prends ces paroles comme ma dernière mise en garde, mortel. Le moindre de tes faits et gestes inconsidérés pourrait te coûter la vie en ces lieux. Et j'y veillerais personnellement, ceci tu peux n'en point douter...»

Puis Kohaku reprit une stature normale. Un sourire goguenard étirait ses babines. La Peur, celle avec un « P » majuscule. Celle de l'inconnu et de l'incertain est bien l'une des plus agréables à percevoir chez ces créatures roses et nues comme des lombrics. Que te fera faire la peur pauvre petite chose misérable ?

« Ce lieu a beau n'être qu'un espace restreint, une prison, à cause de la décision des Quatre Grands, Il n'en reste pas moins mon domaine. »



Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Raeven

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 6 Sep - 00:52 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

À sa grande surprise, la réaction de la divinité lui échappa totalement. De ce qu'il avait pu comprendre, son comportement de "campagnard" l'avait irrité et les quelques propos qu'il avait maladroitement tenu, encore plus. Cependant, ce dragon semblait relativement prétentieux et hautain, le genre de chose que Raeven détestait au plus au point ! Depuis que sa soeur et lui avaient été recueillis par leurs parents adoptifs de Lunis, ils avaient du faire face à l'indifférence des autres, aux insultes, aux prises de forces et surtout, à ce type de comportement qu'affichait la créature. Certes, Raeven était tout sauf quelqu'un de maniéré, parlait toujours en toute franchise, chose que le monde lui reprochait et l'accablait sans cesse, mais de là à en faire tout un plat... cela l'agaçait.

Lorsque le demi-dieu balaya le sol avec sa queue, l'effet que cela aurait du produire sur une personne ordinaire n'affecta pas Raeven. Subir les manoeuvres d'intimidations, il connaissait déjà cela. De ce fait, il se contenta simplement de tendre l'oreille et d'écouter ce que ce lézard avait à lui dire...

« Prends ces paroles comme ma dernière mise en garde, mortel. Le moindre de tes faits et gestes inconsidérés pourrait te coûter la vie en ces lieux. Et j'y veillerais personnellement, ceci tu peux n'en point douter...»

À en juger par ces mots, le Dragon lui proférait une sorte d'avertissement ou des menaces... quoique, on aurait plus dit une promesse divine. En fixant les crocs de celui-ci pendant qu'il parlait, la pensée que celui-ci pouvait très certainement le faire avec une facilité déconcertante, une autre perle goutta sur la joue de Raeven. Certes, il ressentait toujours la peur de finir déchiqueté dans les entrailles de cette divinité, mais ce n'est pas pour cette raison que cette goutte de sueur s'écoula le long de son visage. Pendant, un court instant, il avait pensé pouvoir faire face à ce lézard et lui tenir tête avec ses armes... mais, comment dire ? Ces lames intermédiaires serviraient à peine à lui récurer les dents... Alors qu'il chassa cette sombre pensée, il remarqua que la créature semblait s'être momentanément calmé et affichait désormais, un étrange sourire. D'une certaine manière, on aurait dit qu'il se délectait de la situation et malgré le fait que les circonstances jouaient contre lui, Raeven retenait avec peine son agacement ! Mais comme son interlocuteur l'avait souligné, il se devait de faire preuve d'un peu plus de manière...

- « Loin de moi l'idée de vous offensez, si tel en à été le cas, je vous prie de m'en excuser. »

* Satané Lézard ! - t'as de la chance d'être une créature divine et de faire six ou sept fois ma taille sinon j'te tailladerai bien comme ce Variquan moi ! * Cette pensée circula dans son esprit en même temps qu'il parlait. Tentant tant bien que mal de modéré ces propos tout autant que son irritation, il poursuivit :

- « Il est fort regrettable, que vous eussiez eu une telle opinion de mon humble personne... Permettez-moi donc, de me justifier. Je ne suis pas un enfant de la ville, et encore moins un hypocrite qui déblatère de belle parole pour obtenir les faveurs de qui que ce soit. Je ne suis pas ici non plus pour vous cherchez querelles ! Veuillez pardonner mon intrusion en ces lieux... »

Raeven accepta momentanément de jouer le grand jeu pour ce Lézard impétueux, mais fidèle à lui-même...

- « ... Cependant, je ne suis pas du genre à faire la courbette, la vie m'a appris que ce monde est cruel, la vie en elle-même ne tient certes qu'à un fil. Mais je ne peux me résoudre à embrasser cette voie pour l'instant... Il s'avança de lui-même en direction de la porte, en prenant soin de contourner la créature afin que celle-ci ne puisse pas le quitter de l'oeil. À en juger par son rythme cardiaque quiconque penserait qu'il prendrait la fuite, il avait peur, mais il stoppa net sur le porche et agrippa la porte à l'aide de ces deux mains. Celle-ci semblait lourde à première vue, et il du faire preuve d'un effort surhumain en donnant toute l'énergie que son corps de mortel pouvait lui offrir afin de la refermer. Après quoi, il se retourna vers le Dragon en plongeant son regard dans ces iris de jade... tout comme je ne peux faire marche arrière maintenant que j'ai franchis cette porte. »

Certes, son action risquerai certainement de déplaire à la créature, mais avec un peu de chance qui sait ? Raeven se refusait de faire comme les autres, hypocrisie, indifférence, pompon et autres. Quoiqu'il puisse advenir de lui, il resterai lui-même !

- « Sachez que je préfère être moi-même au lieu de me tenir séant devant-vous et d'user d'un quelconque subterfuge afin de faire bonne figure. »

Bien que sa voix et ses actions étaient emprunt à une certaine assurance, la peur restait néanmoins présente en lui. Il était peut être aller loin, mais il voulait que ce Dragon l'accepte pour ce qu'il est et non pas pour ce qu'il voudrait qu'il soit.

- « Je suis loin d'être parfait, je n'ai que peu de manière, je suis un amateur de viande, j'aime l'aventure et j'adore ma petite soeur. Je ne sais pas ce que vous attendez exactement de moi... Mais, je resterai toujours moi. Je me nomme Raeven. »

En y repensant, ces mots n'attendraient peut-être pas cette créature majestueuse, mais pour Raeven, ses paroles avaient un sens ! Ils représentaient à la fois sa vie, ses valeurs et ses principes... restait à savoir, si le Demi-Dieu serait à même de les comprendre et qu'il les prendrait en considération. Son coeur battait à tout rompre car si ce noble Dragon lui faisait la sourde oreille, il ne donnait pas cher de sa peau. Il se sentait fiévreux... la pensée qu'il ne reverrait peu-être plus Sélène commença à se faire jour dans son esprit. Il inspira profondément et le temps lui sembla comme suspendu... et le silence qui se fit, n'étais pas pour le rassurer non plus... verrait-il venir sa fin ? Avait-il outre-passé les limites ? Si oui, selon quels critères ? Le doute s'installa dans son esprit tout autant que la peur qui l'envahissait... la peur d'une mort certaine, la peur de ne plus revoir le jour, la peur de ne pas pouvoir faire ses adieux à Sélène...
Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 23:10 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Amusant. Oui, le reptile blanc trouvait amusant la façon dont cet humain changeait de comportement. Il avait quelque chose d'un chien muselé qui ployait l'échine sous la main de l'humain sans cesser de gronder. Cet humain devant lui, tout son langage corporel disait le contraire de ses paroles. Kohaku l'écouta sans rien ajouter, seul son sourire, qui s'étirait de plus en plus, indiquait son amusement. Que de bavardage quand quelques mots étaient demandés.

Le dragon haussa un sourcil lorsque le bipède se recula. Comme si le dragon le laisserait fuir. Les amoncellement d'armures et d'ossements qui hantaient les coins les plus sombres de sa cellule en témoignaient. Les humains sortis vivants de ce lieux se comptaient sur les griffes d'une seule patte. Le cœur du mortel battait à tout rompre, prenait-il la fuite ? Toujours son sourire carnassier aux lèvres, Kohaku se prépara à bondir et déchiqueter l'humain. Ce dernier eut une réaction aussi surprenant que stupide, à moins qu'il ne soit un inconscient de plus, il referma la porte de cellule. Ce faisant ainsi prisonnier volontaire d'un demi dieu sur le point de le réduire en charpie.

Puis lorsque enfin le débit de paroles se tarit dans la gorge de l'humain, l'invocation d'air perdit son sourire. Il darda un œil à la fois sévère et féroce. Il garda le silence un instant, flairant la peur avec délice. Quel curieux comportement que celui de se mettre la tête dans la gueule du chasseur et d'attendre qu'il referme sa mâchoire en geignant...

« Hin ! » 

Puis n'y tenant plus le dragon éclata d'un rire bruyant et mauvais. Le genre de rire sadique que l'on a pour un oiseau qui se brise la nuque en rencontrant la surface d'un carreau de verre à pleine vitesse de vol. Lorsqu'il cessa de rire sa gueule reprit un air mauvais. Il se déplaça autour de l'humain. Tourna autour de lui afin de détaillé la créature qui osait lui faire face. Ses griffes crissèrent sur le sol de pierre, le dragon en perçu un écho rebondissant sur les murs.

« Des verbes inutiles. Je me fiche de savoir si tu es en accord avec les vermines de ta race, Raeven. Ces portes ne s'ouvriront plus jamais. Espère tu encore demeurer vivant  alors que tu viens de te sceller ta propre mort ? La faim et la soif viendront te cueillir plus vite que tu ne penses.» 

Kohaku s'arrêta silencieusement dans le dos de l'humain. Il porta sa gueule au niveau de l'oreille du bipède. Les vibrisses ondulante du reptile effleurèrent le mortel, pendant les narines démêlaient le stress de l'humain, de bien d'autres émotions qui traversaient ce petit corps. Les humains croient bien souvent à tord qu'il peuvent dissimuler leur émotions en modifiant les mimiques de leur visage et de leur corps, si seulement ils savaient combien cela est inutile face aux trop nombreuses senteurs qui les trahissent.


« Toutefois tu as sollicité ma curiosité. Dis moi, avant que la mort ne t'emporte, pourquoi avoir franchit ce seuil ? Que venait tu quérir en ces lieux reclus? La gloire ? L'admiration de tes pairs ? Un « n 'ami » ? » 

Chacune des propositions du dragon se vit accompagnée d'une modification de ton moqueuse. Le mot gloire ce fit pompeux, l'admiration fut vaniteuse et le mot ami se fit totalement méprisant. La voix grave se fit murmure. Avec un plaisir malsain, il se mit à susurrer :

« Pour quelle facette de ta stupidité va-tu donc gâcher le souffle que les dieux t'ont octroyé ? » 


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Eleanör
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 26 Sep 2012
Messages: 49
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Aventurière.
Invocation(s): Kohaku, Dragon du Vent [Air]
Inventaire: Un arc de bois solide - 6 flèches - Une dague ornée - 1.700 Tsuris.
Point(s): 167

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 16:19 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant





Eleanör a écrit:
Chapitre Premier
La mise à l'épreuve.



Les minutes écoulées depuis la séparation étaient désormais devenues des heures. Autant de temps que je défiai la lourde épaisseur de neige qui se faisait pour l'instant mon principale adversaire. Le froid de cet écosystème glaçait mon visage et envahissait à chaque pas un peu plus mon corps dans son ensemble, et ce en dépit d'une tenue bleutée rembourrée avec les poils d'Oryx dont on vente la résistance aux faibles températures. Le temps ne semblait pas vouloir se faire clément en ce milieu de matinée envers les potentiels prétendants. A moins que ce ne soit Aër en personne qui en eut décidé de la sorte, refusant qu'une petite aristocrate de village ne puisse s'accorder l'escorte d'un Semi-dieu. Voila qui était probablement la raison pour laquelle je préférai fouler un sanctuaire, l'un des quatre plus hauts dangereux lieux de l'île, avant de parcourir celle-ci. Habile archère je ne craignais nulle créature au-dessous des deux mètres et à plus de six pas. Ce qui à entendre les vagabonds de passage, ne représentaient qu'une infime partie de la faune d'Arcane. Épaulée d'un être divin, j'augmentai significativement le nombre de jours qu'il me restait sur les routes.


Mes pensées me permirent d'obtenir la sensation d'atteindre le Temple de l'Air plus vite que je ne l'aurai pensé. A l'image des contes, l'antre de rédemption était impressionnant. Perché au sommet des hautes montagnes, il se nichait dans une perpétuelle et fine brume ne nous laissant qu'imaginer ses contours. Un instant je fis halte à sa base, admirative de l'architecture que les Dieux avaient mis en place pour leurs enfants. Il paraissait tellement proche des cieux vu de terre, que j’éprouvais un profond découragement quant à son ascension. Avais-je le courage nécessaire pour gravir ces nombreuses marches enneigées et probablement glissantes ? Mon état était déjà à l’épuisement après toutes ces fois où je manquai de rester coincée dans la neige, et il faisait sentir avec distinction qu'il ne se déclarait pas apte à poursuivre. Néanmoins lorsque mon regard se jetai en arrière, comprenant qu'il n'y avait pour seule raison à ma fatigue qu'une vulgaire marche de quelques heures tout au plus, je ne pouvais plus me résoudre à ne pas tenter ma chance pour trouver l'escorte adéquate à mes projets.


Quittant mon épaule, Elemiah prit son envole. De tous les faucons des élevages du village, il était le seul à démontrer une grande intelligence. Ce qui m'annonçait qu'un danger était proche sans quoi il aurait continué de se blottir auprès de l'unique source de chaleur environnante, à savoir la fourrure de mon habit. Or j'avais beau regarder au loin, je n'y voyais aucune créature. Certainement l'un des avantages à se trouver au lieu de sortie des Subalternes. Un pesant silence envahit l'endroit, entrecoupé à l’occasion d'un vent sifflant et toujours aussi froid. Du moins, jusqu'à ce que le cri strident d'Elemiah ne fit cesser mon inquiétude. Plongeant de par delà les nuages, il ramenait à moi en fidèle comparse de chasse une proie. Les Condors n'étaient pas les plus glorieuses des prises par la simplicité du chasseur à le mettre à mort, mais ils restaient rares par leur fâcheuse manie à garder leur distance avec la terre ferme. Heureusement j'étais épaulée d'un parfait allié qui prenait plaisir à ramener à portée de flèches ces becs jaunes. N'étant pas en chasse j'en déduisais que la faim était sa motivation. Bonne nouvelle, ça l'occupera durant mon expédition dans les couloirs du Sanctuaire.


Adepte de nos stratégies, Elemiah imposa une trajectoire précise au volatile, rendant efficace le seul tire que je fis. La bête chuta à plusieurs pas, suivit de très près par l'appétit de mon faucon. Il ne me restait plus qu'à presser le pas, de manière à revenir avant la fin de sa digestion. Motivée par ce que je pouvais, je terminai sans pause la pénible ascension du Saint bâtiment. Néanmoins à son sommet je me permis une halte, assise et les pieds à la limite du vide, je savourai la vue majestueuse que l'Invocation découvrirai si je me faisais victorieuse de ses épreuves. Une fois le souffle revenue malgré la haute altitude, j'entrepris l'exploration du Temple. De part et d'autre de ses murs, une infinité de portes me montrait le chemin éclairé par quelques torches. Certaines étaient ouvertes, d'autres closes depuis l'aube de la nouvelle ère probablement. Comment arriverai-je à arrêter un choix ? Me tournerai-je vers la plus immense ou peut-être à l'inverse la plus petite ? Me contenterai-je de la plus soigneuse ou serai-je séduite par la plus révélatrice de la férocité du Demi-dieu prisonnier ?


Mon choix se fit une évidence lorsque je tombas sur une improbable sculpture. A première vue je lui donnerai un certain lien de parenté avec les Diamants, bien que la couleur du matériau utilisé n'était en rien ressemblant avec leur peau. Quoi qu'il en soit, j'étais résolue à libérer si je le parvenais le Subalterne de cette geôle. Puisqu'il offrait une distinction particulière, je ne prendrai pas plus de temps à découvrir les suivantes. Usant de toute ma délicatesse, j'ouvris avec lenteur son antre. N'entendant que le silence, je me fis glisser dans son lieu de rédemption avec autant de vitesse qu'il m'avait fallu pour obtenir cette ouverture. Hissée à l’intérieure je peinai à m'aventurer vers le centre de la pièce, bien trop inquiétée de n'y voir aucune divinité. J'avais pour seul décors des colonnes que le temps n'avait pas laissé indifférente à ses effets. Mon regard poursuivis sa recherche de Semi-dieu, mais il ne tomba que sur mon probable destin.


Éparpillés dans la cellule, des cadavres terminaient ou débutaient leur décomposition. Mon cœur se souleva devant leur corps mutilé depuis peu pour certain. Eux qui semblaient autrefois bien plus solides que moi, équipés de robustes armures n'étaient plus que des restes humains. De grands combattants réduis au rang de nourriture pour l'Enfant d'Aër de ce lieu. Le tableau ne fit que grandir l'inquiétude naissante en moi et me fis même éprouver une soudaine et profonde peur. S'ils n'avaient sus être victorieux, comment une petite aristocrate telle que moi pourrait trouver la légitimité de prétendre au titre de Maîtresse ? Concentrée sur les dépouilles de mes semblables, je n'avais nullement remarquée les ombres mouvantes entre les piliers, coupant mon souffle lorsque j'eus voulu quitter cette antre de la Mort.


En me retournant dans l'espoir de retrouver Elemiah, je vis la statue de tantôt à quelques centimètres de mon visage. Aussitôt ma main droite se munit du pommeau de la dague que mon frère m'avait confié avant de rebrousser chemin. Mon geste s'arrêta là, laissant la lame dans son fourreau. A quoi bon la sortir lorsque notre adversaire est un Immortel ? Mais bien que je savais ce geste stupide, je ne parvenais pas à desserrer l'emprise que j'exerçai dessus. Elle me rassurait probablement. De lourdes secondes je restais dans cette position, paralysée d'observer un Demi-dieu aux victimes nombreuses ouvrir sa mâchoire en me fixant. L'instant était désormais décisif, et ma première erreur serait la cause de ma perte. Hypnotisée par la lueur de ses écailles sous l'effet des torches environnantes, je ne pus me résoudre à fuir. Et pourtant, il s'agissait là de mon souhait le plus cher à cet instant.


« Je suis Eleanör Mahasiah, fille d'Araël et d'Eméliah Mahasiah. -Fis-je d'une voix peu rassurée et dans un réflexe nerveux, avant de parvenir à retrouver un semblant de convenance dans celle-ci- Je viens en votre geôle pour me présenter à vous ainsi qu'à vos épreuves. »


Pourquoi n'avais-je pas fuis, tout aurait été si simple...




Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 20:09 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

La porte de la cellule s'était ouverte pour laisser entré un énième humain. Une énième proie à déchiqueter après en avoir savouré toute la terreur émanant de son corps de mortel.Tout en grondant le reptile prêta attention au informations qui lui parvenait de flair. Neige,fatigue,cuir,soie et volatile, L'odeur de plusieurs individus était subtilement présente parmi les effluves des vêtements. Cette humaine ne vivait pas seule, avait des compte à rendre à deux bipède de sa race. Ce quelle portait n'était pas l’œuvre d'un apprenti sans sens esthétique. Une humaine avec une place dans une hiérarchie quelconque.

Les vibrisses ondulèrent sèchement de chaque côté de la mâchoire du reptile blanc. Puis peu a peun le grondement se tut, peu à peu, au rythme que la porte de la cellule se refermait dans un grincement sinistre, un sourire mauvais s'étira sur la gueule du dragon. L'humaine venait de tenter geste dérisoire à l'arme qu'elle portait à sa ceinture. Cependant, chose peut commune, elle surmonta d'entrée sa peur pour se présenter aussitôt. Et sa façon de se présenter confirma les soupçons du fils d'Aer. Les iris de jade se durcirent, la queue de dragon balaya le sol poussiéreux. Il déroula son long cou, et la regarda avec dédain.

«Je suis Kohaku, Dragon des vents et ancien seigneur des cieux. Ta Vanité a causé ta perte, humaine. Ta mort est imminente. »

Lentement le dragon se détourna de la bipède. Il quitta les yeux bleu pâles de la mortelle pour se tournez vers la turquoise usée d'une colonne. Feignant la lassitude, il s'envola vers le sommet d'un tas de gravas fait à la fois de morceaux de turquoise mais aussi de restes d'ossements humains et d'armures réduite en lambeau de métal. Là il s'installa comme si il allait faire une sieste.

« Je me réjouis de savoir qu'un être naïf comme toi, va causer le désarroi et le désespoir parmi les siens. »


Il planta sur elle un regard des plus malsain, puis ferma les yeux avec délice en se lovant sur son nis de roc et corps. Sa queue battit légèrement le vide et ses oreilles se détendirent. Comme si il n'attendait à présent plus rien de cette pauvre chose promise à l'agonie.


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Eleanör
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 26 Sep 2012
Messages: 49
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Aventurière.
Invocation(s): Kohaku, Dragon du Vent [Air]
Inventaire: Un arc de bois solide - 6 flèches - Une dague ornée - 1.700 Tsuris.
Point(s): 167

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 21:12 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Durant un instant je me permis d'espérer convenir au Subalterne. Mais la divinité à l'apparence reptilienne reprit ce semblant d'espérance aussi vite qu'il ne s'était permis de me l’accorder. La fatalité que dessinaient ses paroles à mon égard me glaça le sang avec plus d'efficacité que les vents sifflants durant mon escalade de tantôt. Le supplice de mon ignorance qu'en à sa réaction durant son déplacement avec lenteur figea dans la terreur mon corps. Je l'imaginai déjà resserrer sa terrible mâchoire sur moi, transperçant de part et d'autre mes habits rougis en un rien de temps de mon propre sang. Kohaku, ainsi se fit-il nommer, avait raison. Durant mes quelques années d’existence je ne pouvais prétendre à mon simple titre auprès de mon village par aucune de mes actions, si ce n'est celle d'être naît de l'union de mes parents. Aucun acte auprès de mes semblables ne me donnait la bénédiction pour prétendre à la servitude d'un Fils de Dieu. Seule ma vanité était causse de ma présence.

Apeurée comme jamais je n'avais pu l'être, je profitai du court moment où son regard n'était plus posé sur moi pour scruter la porte de la geôle. La fuite ne m'était plus possible, j'étais condamnée à lui faire face à nouveau, à me confronter avec ma destinée. Je me mis à me retourner lentement, craignant de l'apercevoir en plein saut vers le repas que j'étais devenue. Mais ce que je vis fut bien plus macabre. Le Dragon des vents, comme il s'était ainsi présenté à moi, semblait trouver confortable un mont de ruines, de cadavres et de lames brisées. Ce qui me perturbait davantage était de comprendre que d'ici l'instant où il en aurait décidé ainsi, je ne serais pour lui qu'une cale permettant à son perchoir de se maintenir.

J'étais désormais résolue à accepter le coût de mon erreur. Une fort triste pensée. Et tandis que j'observais ses yeux se plisser, j'observais les ténèbres voiler l'avenir dont je disposai avant de faire route vers le Saint Temple. Une place aux côtés de mon frère sur le trône du village, où des hommes se pliaient à mes volontés et où l'amour de parents et d'amis ne m'avait jamais fait défaut. Quelle stupidité que d'avoir ainsi quitter mon heureuse vie que tant d'autres jeunes filles ne peuvent que rêver. Mes yeux se refermèrent lentement à l'image de ceux du Demi-dieu, mon visage s'inclina quelque peu et ma main libéra le pommeau de ma lame. Je ne disposai d'aucun atout, d'autant plus en ce lieu. Et si le Subalterne avait décidé de me mettre à mort, alors je lui accorderai au moins la décence de ne pas me ridiculiser en le menaçant d'outils humains. J'étais prête.

Mes pensées s'égaraient dans des souvenirs heureux, imaginant naïvement que ce serait une manière de quitter le monde avec un sourire au coin des lèvres, rendant plus douce la sentence. Ce fut ainsi jusqu'à ce qu'une partie des incalculables histoires de mon père ne me fit reprendre confiance. Un Semi-dieu pouvait s'accorder tout droit sur l'Homme à la condition qu'il ne parvienne à sortir victorieux de l'une de ses épreuves. C'était là ma chance, l'unique espoir que les Dieux m'accordaient en ce Temple de rédemption. Décidée à convaincre mon interlocuteur que je n'étais pas demoiselle à céder devant une peur qui crispait mes moindres mouvements, je lui teins ces mots en camouflant au mieux l'inquiétude si facilement décelable dans nos voix :


« Je vous laisserez faire de moi votre victime, à la condition de ne pas convenir à vos attentes. Mais je vous demanderez de me laisser mon titre de prétendante tant que je n'y suis pas encore démunie par mon échec. Et requiert bien humblement à ce que je sois mise à l'épreuve, afin que nous sachions tous deux ce que les Dieux ont décidés. »


Mais peut-être étais-ce moi que j'essayai de convaincre, dans un ultime désespoir...




Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 22:08 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Le désespoir, une des nuances de la peur. La nuance de l'être qui perd peu à peu la pensée de survivre, qui redoute la mort mais accepte son sort funeste. Les longues moustaches de Kohaku ondulaient encore et encore. Ne se lassant jamais de la saveur de ces mortels en plein tourment. Il raffermit la prise d'une de ses serres sur l'un des morceaux constituant son nid, la turquoise crissa tandis qu'un os fêlé se brisa et dégringola du monticule, entraînant quelques miettes dans sa chute. L'ouïe fine du dragon lui appris que le bruissement de vêtements était celui du bras humain qui abandonna sa prise sur le croc de fer. L'humaine s'exprima à nouveau, ses mots cherchaient un espoir que l'invocation prenait un malin plaisir à briser, à réduire en morceaux, en poussière.

Il rit. D'abord un soubresaut qui agitait ses épaules et son encolure, puis un son contenu dans sa gueule puis n'y tenant plus, il se tourna vers la mortel en riant comme à une bonne blague. Un rire inquiétant et macabre, sans joie sincère. Tout n'était que cynisme.

« Ainsi tu as cru, l'espace d'une minuscule seconde, qu'il y aurait une épreuve ? Une devinette à laquelle trouver la solution t'octroierait le droit de me sonner comme l'un de tes valets ? »

Il rit encore. Et ce faisant, il se leva de son nid, se secoua, puis cessa net tout mouvement. Il cessa de rire et devint immobile sur son amoncellement de gravas comme un roi se tient sur un trône, il posa un regard féroce et grave sur celle qui revendiquait le titre de prétendante à son épreuve. Si elle savait... Le dragon s’éleva dans les airs, décrivit une boucle dans une ondulation souple et fonça sur la bipède. Il s’arrêta à la dernière seconde face à elle et se posa rudement sur le sol. Ses griffes cliquetèrent sur la pierre, alors que le courant d'air de son élan soufflait les cheveux de la fille Mahasiah. Il demeura à nouveau immobile, planta ses yeux millénaires dans les lacs d'azur humains. Il laissa planer un silence. Calme et paisible, qui aurait pu paraître serein si les circonstances étaient différentes. Kohaku pencha sa gueule vers le visage de l'humaine et murmura :

« Ce que les dieux ont décidé, dis-tu. Les dieux ont décidé de faire de moi un prisonnier éternel, je subis un châtiment que je n'ai pas mérité. Toi, Eleanör Mahasiah, fille d'Araël et d'Eméliah Mahasiah, toi, tu as décidé de mourir en ces lieux. »

Son long cou, permit à sa tête de passer dans le dos la bipède. Ses longues moustaches frôlèrent l'échine la mortelle tendit que le museau du dragon se glissait vers l'oreille humaine. Un nouveau murmure s’éleva, comme la promesse d'un orage lointain en approche.

« Toi seule a choisi de franchir ce seuil en croyant que ta simple demande serait exaucée comme une marchandise qu'on achète. Les dieux ne t'ont jamais mandée directement au Temple d'Aer. Il n'y a pas d'épreuve, petite inconsciente. Tu as signé ton arrêt de mort à l'instant où tu as poussé la porte de ma cellule. »

Puis l'esprit du vent se fit silencieux. Bien que visage de l'invocation se trouva dans le dos de l'humaine, celle ci pouvait deviner le sourire goguenard qui se dessinait sur les babines du reptile rien à la façon dont il souffla légèrement.


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Eleanör
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 26 Sep 2012
Messages: 49
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Aventurière.
Invocation(s): Kohaku, Dragon du Vent [Air]
Inventaire: Un arc de bois solide - 6 flèches - Une dague ornée - 1.700 Tsuris.
Point(s): 167

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 23:15 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Le Dragon des vents apparaissait maintenant à mes yeux tel un bourreau prenant en plus d'un plaisir à exercer sa besogne, une joie intense à plonger son regard dans celui du condamné avant d'abattre sa lame. L'image ne pouvait être plus réaliste qu'à l'instant où le Semi-dieu scruta mes iris en déposant les siens si près de moi, que la conviction de réussir à y planter une de mes flèches en dépit de ses réflexes me semblait tout à fait réalisable. Bien sûr je n'en fis rien, le savant suffisamment emplit de rancœur pour profiter de l'occasion afin de justifier ma mise à mort. Car j'étais persuadée qu'une épreuve était bien dissimulée dans ses paroles. Il m'avait tant de fois menacé et venait de plonger sur moi sans pour autant se délecter d'un de mes membres. Toujours paralysée néanmoins par la peur qu'il savait si bien maintenir en moi, je n'avais pas émis le moindre clignement de l'oeil. En réalité, je pense ne plus l'avoir fait depuis un long moment maintenant.

Son museau dégaina de nouvelles paroles assassines qui firent mouche sur moi, tout comme ses rires qu'il lançait à son bon vouloir et qui m'aurait déjà fait atteindre les rivages de la Nouvelle Ile si mes pieds se décidaient à bouger. Peaufinant sa sinistre mise en scène, il fit onduler ses longues moustaches de manière à provoquer chez moi une désagréable propagation de frissons à chaque effleurement. Je n'aurai jamais pu envisager d'éprouver une telle frayeur dans un Temple, d'autant plus lorsque j'appris que son physique ne se faisait pas aussi monstrueux qu'une bonne partie de ses semblables. Mais si son apparence se faisait plus agréable, son esprit rattrapait ce manque. J'étais maintenant certaine de faire face à une divinité qui vouée une malsaine admiration à la frayeur qu'il procurait aux simples mortelles que nous étions.

Si je venais de percer l'un de ses traits de caractère, je concluais avec peine que je devais certainement faire erreur sur la manière de le faire miens. Comment se rangerait-il à mes côtés si je venais lui offrir ce qu'il avait dû obtenir de mes défunts prédécesseurs ? Murmurant à nouveau au coin de mon oreille, il perça les dernières défense que je pouvais avoir mais confirma du même acte mon opinion. Je ne devais pas céder, et s'il était en pleine partie contre moi, je lui avais permis jusqu'à présent de prendre une grande avance. Je devais trouver au plus vite l'énigme de sa servitude, le raisonnement qu'il me fallait poursuivre pour devenir détentrice de son esprit sournois. J'avais pour l'instant fait preuve de silence et de courtoisie, mais je n'avais pas obtenue l'objet de mes requêtes. Et si je ne pouvais me permettre des paroles déplacées, j'avais cependant l'occasion d'opter pour une nouvelle manœuvre.

A présent il ne pourrait prendre plaisir à m'affronter, car j'étais décidée à ne plus céder devant l'émotion néfaste qu'il savait nous inspirer. Profitant qu'il ne me faisait pas face, je parvins à durcir mon regard et à réduire mes craintes. Mais si je me fessai plus sûre de moi et convaincue, je ne parvenais pas à feinter pour autant un Fils de Dieu au travers d'une voix mimant la conviction, et ce, j'en avais pleine conscience.

« Je vous accorde le fait que le seul Dieu m'ayant mené à ce Sanctuaire est ma vanité, et que l'on ne peut rendre responsable de ma présence auprès de vous que ma curiosité face à votre sculpture. Il est aussi exact que mis à part à la vue de certain, je ne suis qu'une copie de mes comparses, et une bien triste. Il faut aussi me croire moins rusée que vous puisque je suis bien démunie à vos côtés. -J'inclinai alors mon visage afin que le murmure sortant de mes lèvres accède directement à l'oreille du Subalterne- Mais je vous ferez mon serviteur. Je ne peux que vous conseiller de vous habituer à l'idée. »


Les chances de victoire diminuaient de plus en plus...






Dernière édition par Eleanör le Dim 30 Sep - 13:09 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Sam 29 Sep - 23:57 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Le dragon émit un grondement, et profita d'être dans son dos pour transformer son sourire goguenard, l'espace d'une seconde, en un sourire sincère. Le mimétisme, voilà un étrange comportement de la part d'un mortel. Une stratégie peu commune si il en ai. Est-ce là l’apanage des femelles, moins enclines à répondre par la parade égocentrique comme les mâles ? Allez savoir. Mais cette technique lui permettait de faire refluer sa peur, elle parvenait à s'exprimer plus facilement tout en étant encore et toujours fixée à l'endroit où elle avait rencontrer le dragon. La terreur était encore là et bien là. Et cela ravissait le reptile blanc à la crinière d'émeraude.

Le dragon ferma les yeux le temps de ramener son cou sa position initiale, la tête bien en hauteur vis à vis de l'humaine. Un instant pendant lequel il baissait sa garde ? Évidemment. Il narguait la mortelle, trop engluée dans sa terreur pour faire le moindre pas. Il rouvrit les yeux et eut une sourire complaisant qui dévoila ses crocs. Il s'amusait avec elle comme un chat avec une souris qu'il tient entre ses griffes. Il soupira.

« Voilà une belle détermination venant d'une mourante. Épuise toi donc en ruses si tu le souhaites, faim et soif auront eut raison de toi bien plus tôt que tu ne le crois. Tu peux même tenter de me blesser si l'envie t'en prends, tu sais à quoi tu t'exposes et tu sais aussi que je suis immortel. Te débattre ne fera que accélérer ta perte. »

Il s'envola et regagna une nouvelle fois son sinistre nid. En se lovant, comme pour se préparer à nouveau pour une sieste, il ajouta en fermant ses yeux. Un sourire moqueur aux babines. Il gronda sourdement.

« Quand à moi j'aurais l'infini plaisir d'assister à la mort d'un de ceux de ta race. Il n'y a rien qui me sied plus que de vous observer agoniser peu à peu, supplier, ramper pour que je vous achève. Je te l'ai dit ta mort est imminente. Je ne peux que te conseiller de t'habituer à cette idée. »

Après quoi il eut un dernier regard pour l'humaine, avant de bailler à s'en décrocher la mâchoire, étirant sa langue et mâchonnant le vide pour enfin caler sa gueule confortablement. Il inspira tranquillement et soupira. Puis il se tint immobile, avec l'intention de sombrer dans le sommeil.


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Eleanör
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 26 Sep 2012
Messages: 49
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Aventurière.
Invocation(s): Kohaku, Dragon du Vent [Air]
Inventaire: Un arc de bois solide - 6 flèches - Une dague ornée - 1.700 Tsuris.
Point(s): 167

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 13:06 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Le Semi-dieu quitta mon dos pour se replacer devant moi, sans prendre la peine d'ouvrir ses yeux afin de surveiller les gestes de folies qui pourraient me prendre. Soupirant de nouvelles paroles, il me fit distinctement comprendre que mes pensées se lisaient sans mal. Le Subalterne glissait en effet l’inefficacité de mes armes à son égard comme je l'avais précédemment déduit, tout comme cet acte n'aurais comme unique conséquence qu'une mort plus rapide. Mais il me lançait aussi les obstacles que tout humain ne peut franchir, le Temps et la fatalité de sa vie. Je ne m'étais munie d'aucune nourriture ni d'aucun liquide, et prisonnière du prisonnier, je n'avais l'accès à aucunes de ces ressources vitales. Lorsque le Dragon des vents reprit place au sommet de son macabre amont, je l'imaginai bientôt se hisser sur la douceur de mes vêtements dans l'attente que la vanité humaine ne lui fournisse sa prochaine cale.

Néanmoins, je fuyais ces idées bien vite. La situation dans laquelle j'avais eu l'inconscience de plonger forçait ma plus grande concentration. L’immortel était de nouveau loin de moi. Si nous étions les pions de son jeu, alors peut-être étais-ce l'instant où c'était à mon tour d'avancer. L'effroi n'était pas encore décidé à m'abandonner, mais je devais agir et observer les conséquences afin d'en déduire les règles. Après tout, il ne se fit pas prier pour bondir sur moi lorsque je lui offrit l'ouverture, une véritable invitation pour s'engouffrer dans la brèche. Sans plus attendre il s'y était faufilé et de quelques touches il mit à terre chacune de mes parades. Désormais je devais l'imiter et dénicher par des essais non calculés sa faille.

Près d'une minute de celles me restantes à vivre s'écoula alors que je ne bougeais pas. Restant au même endroit, fixant le reptile divin en espérant parvenir à m'avancer avant qu'il n'annule son invitation et vienne m'achever. Bien que décidée à combattre ma peur je ne pouvais m'en débarrasser d'une simple envie. Je me devais maintenant de m'avancer vers lui pour y trouver la prochaine manche, mais aussi pour contenir un peu plus l'angoisse parcourant mon corps. Kohaku était la clef de tous mes problème en cet instant, faisant de lui l'unique moyen de rejoindre les terres d'Arcane. Comprenant que je ne pouvais plus faire autrement, je finis par enfin faire un pas, lent et se déposant sur le sol à l'image d'un équilibriste testant sa fine corde. Le suivant se fit plus rapide dans le geste mais tout aussi léger sur la fin. S'en suivit un troisième identique avant que les suivants ne deviennent plus banals.

Une fois arrivée à la base de son perchoir, j'avais l'étrange sensation d'éprouver moins de peur. Presque disparu elle restait néanmoins là à une plus faible dose. Comment pourrait-elle entièrement disparaître alors que devant moi était présent un Fils de Dieu ? Les seuls êtres chassant de nous la moindre partielle de crainte étaient nos proches, nos amis. Étais-ce cela que Kohaku recherchait ? J'en doutai fortement. Alors quelles étaient les consignes de victoire de son jeu sans nom, où son arme n'avait pour seule parade une amitié de ma part. Or cette idée me déplaçait au plus haut point. Je n'étais pas venu chercher ce genre de compagnie, et je restai persuadée que son but était ailleurs. Alors que cherchait-il si ce n'est me faire oublier toutes mes angoisses ?

« Cherchez-vous à jouer de mes peurs, Fils d'Aër ? »


Il me fallait trouver l'épreuve dissimulée au plus vite...




Revenir en haut
Kohaku
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 491
Crédits Avatar: gunnerromantic sur Deviantart
Masculin 龍 Dragon Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Mangeur de viande intempestif
Invocation(s): Le vent et la foudre.
Invoqueur: Eleanör, Héritière du Clan Mahasiah
Annonce: Probable gros ralentissement de rythme de réponse en période scolaire.
Inventaire: 1000 T
Sorts: Foudre 1 à 3, Ailes, Vent 1 à 7, Bouclier 3 et 5, Soin 2 et 4, Télékinésie 6 et 8, Dispersion, Célérité, Saignée 5 et 7
Double compte: Imaq
Point(s): 108

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 16:42 (2012)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon... Répondre en citant

Le silence revint une nouvelle fois dans la cellule. Cette fois l'air changea, l'odeur de la peur se dissipa. Elle demeura présente mais plus tenue. Le rythme cardiaque de la bipède que percevait l'ouïe fine du dragon s'apaisa. La charmante chamade qui chantait à son oreille de demi-dieux se calma. Un bruissement de tissu se fit entendre, suivit du claquement léger d'une semelle sur le sol poussiéreux. Un second pas fut entendu, et d'autres suivirent jusqu'à ce que la démarche discrète s'arrête au pied du nid du fils d'Aer. L'humaine effrayée semblait s'être effacée, la fille de clan venue se présenter à lui refaisait surface. Elle lui posa une question, qui résumait quelque peu la situation. L'un des pavillons auditifs de Kohaku s'agita comme pour en chasser un insecte.

Tout son corps était en position de sommeil. L'humaine n'avait que peut d'importance. Elle allait mourir comme les autres. Le froid et la soifs allaient devenir les plus terribles. Certain individus avait tenu plus longtemps que d'autre en osant toucher au cadavres pas encore dépourvu de carne. Comme si il grognait en pleine somnolence, la voix du dragon blanc s'échappa une énième fois de sa gueule.

« Je ne cherche pas, je joue de ta peur, pauvre mortelle. Cela me distrait.»

Le maître des vents s'agita légèrement dans son « sommeil ». Il bailla, et ajouta.

« Économise ta salive, tu manqueras d'eau bien assez tôt. La mort sera ta délivrance. A présent fait silence.»

Et il retourna à son immobilisme. Seule sa cage thoracique qui s'élevait et se baissait à un rythme particulièrement lent à échelle humaine, mais régulier, indiquait qu'il ne s'était pas changer en une sculpture incrustée de nacre immaculée. Ses narines frémissaient de temps à autres. Ses longues moustaches ondulantes ralentirent leur mouvement jusqu'à se poser délicatement de part d'autre de la gueule du prédateur. Un sourire moqueur naquit sur les babines du dragon.


Qui sème le Vent récolte la Tempête.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:08 (2016)    Sujet du message: Ouvrez la cage au dragon...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple de l'Air Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com