Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aylyä

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 2 Fév - 18:10 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Le soleil, comme à son accoutumée par les soirées hivernales, avait disparu sous l’horizon en début de soirée, quelques heures plus tôt déjà. La Lune, fort discrète et menue cette nuit-là, n’avait pas tardé à prendre la relève de l’astre solaire ; bientôt rejointe par une myriade de petites étoiles scintillantes, qui du haut de leur petite place dans le ciel obscur, posaient sur les humains un regard hautain et bienveillant à la fois…

Un vent frais soufflait sur la ville de Lüh, ses fortes et soudaines bourrasques amenant au dessus de la grande cité d’épais nuages gris ; et avec eux la perspective de voir éclater une tempête. Quelques longues mèches de cheveux blonds, échappées du large capuchon qui couvrait la tête de la jeune fille, dansaient au gré des caprices de ce vent glacial ; tout comme la longue cape noire dont son corps frêle était entouré. La silhouette féminine d’Aylyä se découpait dans la nuit, tout comme celle de l’étalon noir, presqu’invisible dans l’obscurité, sur le dos duquel elle était perchée…

La monture, parfaitement immobile à cet instant, attendait avec patience qu’enfin sa jolie cavalière daigne lui intimer de reprendre son galop effréné vers les hautes murailles de la ville de Lüh. Sous l’ombre du capuchon noir brillaient deux grandes prunelles vertes, qui telles deux précieuses pierres de jade, observaient rêveusement un imposant palais d’or et de nacre dont le profil se dessinait au loin. Aussi éloignée qu’elle soit, elle percevait encore dans la nuit l’ambiance festive qui se dégageait de l’immense demeure et de la propriété verdoyante au centre de laquelle elle se trouvait… Un léger soupir s’échappa des lèvres rouges et ourlées de la jeune fille, que surprit un soudain éclair déchirant le ciel sombre. Déjà une fine pluie commençait à tomber, annonce supplémentaire de l’orage qui ne tarderait pas à suivre. Qu’importe, songea Aylyä… Une étrange sensation s’était sournoisement et subitement emparée de ses pensées, un sentiment contraignant auquel l’espèce humaine semblait fort sensible. Le doute…

Il n’est pas trop tard… Se surprit-elle à chuchoter, murmure rapidement emporté par la force du vent frais. Ce n’était pas faux, elle pouvait toujours faire demi-tour, et précipiter Lòmion - sa monture - vers le somptueux palais dont elle s’était échappée un peu plus tôt dans la soirée. Cela semblait être la plus facile des solutions… Et pourtant, l’envie de franchir les portes de la ville, et toutes les embûches que pourraient représenter ce choix, se fit la plus forte. Un nouveau soupir, élégante volute de fumée blanche qui ne tarda pas à s’évanouir dans la nuit…

Le regard étourdi et perdu au loin, la jeune fille se laissa submerger par un très récent souvenir, étrange épisode de sa fugue qu’elle ne pourrait certainement oublier, même si sans doute sa mémoire en rendrait les détails moins précis, au fil des jours, des mois et des années…


    Demoiselle Sereyna, que faites-vous ?! Prononca soudain une voix, tandis que dans l’obscurité de la nuit une poigne ferme s’emparait de son bras orné de bracelets d’or.
    Zut, repérée se dit-elle en se mordant la lèvre, tournant vers l’origine de cette voix forte un visage à l’air déjà angélique et faussement innocent. Un très léger sourire s’empara alors des lèvres pulpeuses d’Aylyä. Aliun, c’était Aliun, le beau et jeune garde qui depuis quelques années déjà veillait sur elle en permanence, ou presque… Elle lacha la barrière de fer forgé qu’elle tenait de sa main droite, baissant les yeux vers les pieds du jeune homme face à elle.

    Aylyä… Corrigea-t-elle doucement en relevant vers lui ses grandes prunelles de jade.
    Comment cela, Aylyä ?! Je n’comprends pas. Répondit-il, apparement soudain un peu inquiet de l’état de la jeune fille.
    Aylyä… Je m’appelle Aylyä.
    Co… Que voulez-vous dire demoiselle Se… ? Il s’interrompit, désormains incertain du prénom à prononcer pour s’adresser à la belle.
    Sereyna n’a jamais été que le nom de la précieuse fillette à papa et maman, morte et que je me suis appliquée à remplacer pendant quatorze longues années… Laissa-t-elle échapper avant de se mordre la lèvre, vaine tentative de chasser les larmes qui déjà s’accumulaient au coin de ses grands yeux verts et menaçaient de couler sur ses joues rosées.
    La surprise se lut soudainement très clairement sur le visage d’Aliun. Elle vit également le doute passer furtivement dans son sombre regard, mais cette hésitation sembla vite se dissiper… Plus qu’elle ne le pensait, il l’avait observée tout au long de ces années, à tel point qu’il su voir, ce soir-là, dans le regard de jade embué de la jeune fille, qu’elle ne mentait point. Plus que la certitude de la véracité de ses dires, il fut capable d’y voir toute la peine et la douleur qu’avait causées toute cette histoire à la belle. Le jeune homme relacha alors doucement l’étreinte qu’il exercait sur son bras fin, et avec infiniment de tendresse, chassa de la joue fraiche d’Aylyä une larme qui s’y attardait…
    Sans un mot, il s’éloigna pour attraper la bride de l’étalon noir, approcha la monture de sa cavalière, que sans aucun effort apparent, il souleva pour la poser sur le dos de l’animal. Il ouvrit ensuite la barrière de fer forgé, et se tourna vers la jeune fille…

    Filez et soyez prudente… Mais ne vous méprenez pas, jamais vous ne trouverez plus splendide merveille que vous dans le monde extérieur, Aylyä.
    Un sourire, un réel sourire, enchanteur et irrésistible avait alors étiré les lèvres rouges de la belle, touchée par un tel compliment, et consciente qu’Aliun risquait gros à la laisser s’enfuir ainsi. Ses longues jambes fines et dénudées effectuant une légère pression sur sa monture, elle avait d’un geste léger et élégant fait disparaitre les dernières larmes qui humidifiaient ses pommettes rosées. Arrivée au niveau du jeune homme, Aylyä s’était penchée vers lui, et avec tendresse, avait posé sur sa joue un délicat baiser… Un dernier sourire, il avait ensuite fallu moins d’une seconde à l’étalon noir pour prendre le galop et s’éloigner de la propriété à toute vitesse, les longs cheveux de sa blonde cavalière s’animant en rythme avec les puissantes et majestueuses foulées de l’équidé.


La jeune fille tout comme sa monture étaient désormais trempés, tous deux immobiles sous la pluie forte et froide… Si froide même qu’elle percevait le contraste entre la fraicheur de l’averse et la chaleur des larmes qui roulaient le long de ses joues pour aller s’échouer sur l’étoffe légère de sa robe blanche, ou sur le tissu plus épais de sa longue cape noire… Un nouvel éclair illumina le ciel, bientôt suivi par le bruit sourd d’un coup de tonnerre. Si Lòmion était resté étonnament calme jusque là, l’étalon commençait doucement à s’impatienter et à s’inquiéter de la tempête, ce qu’il signifia à sa cavalière en martelant la terre humide de ses lourds sabots.

Tu as raison Lòmion, rien ne sert de s’attarder ici, tout cela est fini.
Dit-elle, au final plus pour elle-même que pour l’équidé, avant d’intimer à ce dernier de reprendre le galop pour se diriger vers les grandes portes de la ville de Lüh dont ils n’étaient, heureusement, pas trop éloignés…

Le regard de jade de la belle se promena longuement le long des hauts murs de la cité, avant d’enfin y apercevoir les deux hautes portes qui la mèneraient vers sa nouvelle vie. Posant une main sur le petit sac qu’elle portait en bandouillère pour s’assurer qu’il n’avait rien perdu de son précieux contenu - une importante somme de tsuris qu’elle avait subtilisée à ses parents adoptifs avant de partir, pour s’assurer un départ confortable -, elle dirigea sa monture vers les portes de la ville, qu’enfin elle passa… Sous une pluie battante, trempée et transie de froid, mais cependant souriante. Comme pour lui murmurer à l’oreille qu’elle était sur la bonne voie, le vent se leva en une forte bourrasque qui fit retomber sur sa nuque le capuchon noir qui couvrait sa chevelure.

Ses longues mèches blondes libérées volaient au vent, tout comme le tissu noir qui la couvrait, lorsque ses grands yeux verts se posèrent sur une sombre silhouette dans la nuit… D’un naturel plutôt spontané, elle sauta agilement à terre pour s’approcher de l’inconnu, espérant que celui-ci se montrerait assez gentil que pour lui indiquer l’auberge la plus proche, ou du moindre un endroit pour s’abriter de l’intempérie. Toute excitée qu’elle était d’enfin remettre les pieds en ville, l’idée que l’étranger pourrait s’avérer plus dangereux qu’il n’en avait l’air ne lui effleura nullement l’esprit… Fort heureusement pour elle, les intentions de cet individu était bien loin d'être mauvaises. Ce n'est pour autant, pourtant, qu'il se montra très bavard avec la jeune demoiselle, et le vieillard sembla prendre ses pieds à son cou dés qu'il saisit que c'était dans sa direction qu'Aylyä s'avançait.

La belle pressa le pas sans pour autant courir, tenta de l'interpeller par un poli "Monsieur", mais rien à faire, l'homme, étonnament rapide pour un vieillard de son âge, avait déjà disparu dans la nuit… Voilà la jeune fille seule au centre de cette grande place déserte, observant tour à tour chacune des innombrables ruelles qui débouchaient sur ce lieu apparement très central. Préférant ne pas se fier à son sens de l'orientation, dont elle doutait fortement et à juste titre de la fiabilité, elle s'approcha d'une ruelle, hésita quelques instants, puis fit demi-tour pour venir se placer à nouveau au centre de la place. Par où pourrait-elle bien aller pour trouver une auberge ? Rien n'était-il donc indiqué par des flèches ou des panneaux, dans cette ville ?! Lòmion quant à lui, bien loin de tout affolement, s’était avancé jusqu’à une petite étendue d’herbe où il broutait calmement sous la pluie fine, tout à fait inutile à sa jolie propriétaire


Dernière édition par Aylyä le Mar 3 Fév - 17:11 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 2 Fév - 18:10 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 3 Fév - 16:51 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

La nuit était tombée très tôt, laissant l’air se rafraîchir. Une jeune femme marchait dans la rue, la tête haute, confiante. Peut-être était-ce dû à la présence d’une forme obscure trottinant à ses côtés… Les deux être profitaient de leur ballade nocturne pour respirer l’air frais de la ville ainsi que de son came paisible. En hiver, dès que le soleil disparaissait dans ses derniers rayons orangés, la populace rentrait se claquemurer chez elle, inconsciemment craintive. Peut-être à cause du fait que depuis la nuit des temps, les prédateurs sortaient chasser la nuit, traquant impitoyablement leurs proies pour se nourrir ou pour le plaisir.

Le ciel s’obscurcit encore et les étoiles intouchables apparurent, étincelantes. Une épaisse masse de nuages menaçants fut amenée au-dessus de Lüh par le biais de vent d’ouest, cachant les étoiles. Une bourrasque glacée s’infiltra en dessous de l’épais manteau blanc de la jeune femme, provoquant des frissons le long de son dos.

Elle ramena les pans de sa fourrure plus serrés contre elle, les doigts crispés par le froid. La forme inconnue la suivait toujours comme son ombre, imperturbable. Les nuages s’épaissirent encore et prirent une teinte noire, inquiétante. Une pluie fine commença à tomber et un éclair les accompagna. Le tonnerre ne tarda pas à faire écho à l’éclat lumineux puis tout redevint calme. La femme se mit à maudire les Dieux du temps qu’ils lui offraient pour sa soirée.

Elle releva prestement sa capuche sur sa tête, continuant de pester. Si un détrousseur apparaissait devant elle, elle ignorait si elle aurait le temps de se saisir de ses armes, à cause de son manteau. Qui plus est, avec la nuit et le temps exécrable, elle ne voyait pas bien loin d’elle. Soki se tourna vers son fidèle compagnon. Elle avait demandé à Juno et Agaliaretph de rester surveiller le Château durant son absence et d'en profiter pour se reposer.


« - Je m’en remets à ton flair pour me prévenir d’un quelconque danger. Que les Dieux soient maudits pour ce temps de chien ! Pour une fois qu’on pouvait faire une escapade tous les deux… C’est Juno qui doit être ravie !»

Le temps se dégrada encore et des éclairs se déchaînèrent en plein ciel. La tête rentrée dans les épaules, la guerrière protégea ses mains du froid et de la pluie en les mettant dans ses poches. L’eau commençait à s’infiltrer à travers la chaleur de son fourrure.

« - J’aurais mieux fait de prendre un pardessus ou une pelisse… Il va falloir s’abriter le temps que la tempête se calme, mon ami. Je suis navrée que cette sortie soit désastreuse. Est-ce que tu te sentiras d’entrer dans l’auberge ?»

Pressant le pas sur ses hauts talons, ils traversèrent la grande place publique. Le grand loup grogna soudain et stoppa, le nez en l’air.

« - Tu as senti quelque chose, Kamuy ? Une menace ? »

Son invocation de Terre ne semblait pas détecter de volonté de nuire émanant de la silhouette face à eux. Ils se tenaient cachés dans une ruelle déserte, à l’abri du regard. La personne se tenait au milieu de la place et tournait sur elle-même. L’être avait une silhouette fine et efféminée, de long cheveux blonds couleur de blé. Elle portait une lourde cape noire et on pouvait apercevoir le bas d’une robe blanche. Soki en conclu que l’inconnue ne pourrait jamais leur faire de mal.

* Une robe ? Pour sur, ce n’est pas un combattant… Son visage ne me dit rien, serait-ce une voyageuse ? … Impossible avec cet accoutrement, pas adapté aux chemins. *

« - Reste calme mon ami et suis-moi, j’aimerais qu’on aille voir si elle a besoin d’aide. »

Soki sorti de leur « abri » et se dirigea à pas lent vers la nouvelle venue. Elle avisa le cheval de qualité qui broutait un peu plus loin dans l’herbe.

* Elle semble en bonne santé, pas malmenée. Ce n’est donc pas une voleuse. Sa monture semble très bien entretenue mais un peu fatiguée. Une jeune fille de bonne famille probablement… Une fugueuse ? Probablement… *

Alors qu’elle arrivait à portée de voix, elle vit les yeux surprenants de la jeune femme : vert de jade. Soki fut surprise. Lilith en profita immédiatement pour prendre le contrôle…

« - Bonjour, Mademoiselle. Je vous ai aperçut depuis une ruelle avec pour seule protection votre destrier. Désolée si je vous importune mais vous semblez… perdue ? Il est assez inhabituel de voir des jeunes femmes se balader à la nuit tomber en pleine rue et qui plus est, sans escorte.

Je m’appelle Lilith Shidori, propriétaire du Château Shidori et juge de la ville. Que diriez-vous de venir vous abriter au chaud, le temps que la tempête s’apaise ? Cela nous permettrait de faire plus ample connaissance… »


* Quelle idée de se promener toute seule dans la ville ! Ce n’est pas convenable pour une jeune fille de bonne famille ! Et puis par ce temps, franchement ! *

Lilith espérait que l’écervelée allait vite se décider, et de préférence à la suivre. Elle détestait être mouillée et avoir froid, et là, ça ne manquait pas. Tout était réuni pour qu’elle soit de mauvaise humeur. Elle détestait sortir le soir tombé !



[Désolée, je n'ai pas fait aussi long que toi XD]


Dernière édition par Lilith le Mer 4 Fév - 14:24 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Kamuy

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 4 Fév - 11:39 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

C'était une belle nuit, une nuit pour l'hiver, une belle nuit pour sortir. Kamuy avait suivit sans se faire prier sa maîtresse. Une balade tranquille tous les deux, alors que la nuit semblait si prometteuse, comment aurait-il pu refuser? Ses amis les oiseaux quant à eux avaient préféré rester tranquillement aux abords du manoir, ils n'aimaient pas beaucoup la ville. Leur dernière rencontre avec les humaines ne leurs avait pas laissé une bonne impression. Le grand loup comblait se manque sans trop de difficulté, absorbé comme il l'était par l'observation du ciel et de la ville. C'était sa première vraie sortie en ville. Au début il avait craint sa propre réaction face à une foule d'Hommes, mais comme c'était la nuit il y avait peu de chance qu'il rencontre plus qu'un ou deux.

Mais les dieux devaient avoir chose en tête que de s'occuper du temps qu'il ferait ce soir. Les étoiles disparurent en peu de temps, cachée par une arrivée assez impressionnante de nuages. Le vent se levait aussi et ils purent le sentir arriver même dans les rues de la ville, pourtant protégées par les habitations. Quelle idée aussi de faire des rues aussi droites? On n'était plus du tout protégés par les maisons. Les humains avaient de drôles de coutumes, pensait Kamuy. En même temps il sentait à peine la fraicheur du vent, protégé comme il l'était par sa fourrure, ce dont il n'était pas mécontent.


" - Je m’en remets à ton flair pour me prévenir d’un quelconque danger. Que les Dieux soient maudits pour ce temps de chien ! Pour une fois qu’on pouvait faire une escape tous les deux… C’est Juno qui doit être ravie !"

Et le temps ne s'arrangea pas et on eut presque dit qu'il se borna à atteindre le canidé. La pluie succéda au vent, une pluie fine au début, puis de plus en plus forte. Le grand loup commençait à en avoir "plein les bottes" et aurait volontiers partagé son point de vue avec le dieu qui s'était occupé de poussé ces nuages dans cette direction. La jeune femme qu'il suivait semblait être du même avis que lui.

« - J’aurais mieux fait de prendre un pardessus ou une pelisse… Il va falloir s’abriter le temps que la tempête se calme, mon ami. Je suis navrée que cette sortie soit désastreuse. Est-ce que tu te sentiras d’entrer dans l’auberge ?»

Kamuy s'ébroua comme pour appuyer les paroles de sa maîtresse.

"Je ne serai vraiment pas contre un toit et un feu. Je ne déteste pas particulièrement la pluie, mais j'ai horreur de la sensation de mes poils tout collés."

Sur quoi il suivit Lilith en accélérant le mouvement. Mais une odeur particulière attira son attention. Ses yeux brillants dans la nuit se braquèrent sur la silhouette d'une personne au loin. Aussi s'arrêta-t-il en grognant pour prévenir la jeune femme. La personne ne semblait pas vouloir quelque mal que ce soit à qui que ce soit. Il laissa sa maîtresse faire, c'était à elle de voir comment agir, il n'était pas très au fait des coutumes locales et procédures à entreprendre quand on rencontrait quelqu'un en pleine par un temps pareil. Il la suivit docilement, restant vigilant tout de même, on n'était jamais sûr de rien. Quand il fut certain qu'il n'y avait aucun danger il se positionna à côté de la jeune femme aux cheveux de feu. Le cheval avait eu un mouvement de recul, les siens avaient toujours crains les loups et pour cause, mais Kamuy ne lui voulait aucun mal. Il plongea son regard dans celui du grand étalon et après quelques instants la bête se calma, elle savait qu'il ne lui arriverait rien. Le grand loup n'était pas un monstre barbare, il n'avait jamais chassé ou tué pour le plaisir, juste par nécessité. Il entreprit alors de faire le tour la monture, une fois ceci fait il retourna auprès de sa maîtresse et s'assit à son côté. Observant la jeune femme qui venait d'être interpelée par sa maîtresse. Il avait aussi senti une petite différence dans la façon de parler de cette dernière, il se demanda alors si elle faisait ça à chaque fois qu'elle rencontrait quelqu'un. Et maintenant qu'il y pensait il avait déjà remarqué ça dans le temple. Lilith lui paraissait bien étrange, mais il n'en tirait que plus de plaisir à avoir été choisit par elle.
Revenir en haut
Aylyä

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 6 Fév - 19:21 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Le petit croissant de Lune qui éclairait faiblement la nuit noire de ses rayons d’argent quelques heures plus tôt se dérobait désormais aux regards des passants, caché par les nuages gris et sombres desquels tombait une pluie de plus en plus forte. Bien qu’elle n’appréciait nullement cette averse, Aylyä avait toujours aimé sentir le vent caresser son joli visage, et emporter dans ses furieuses bourrasques ses longs cheveux blonds. Un charmant sourire errait toujours sur les lèvres ourlées de la jeune femme, de plus en plus discret cependant à mesure qu’elle hésitait sur le chemin à prendre pour trouver un endroit où s’abriter, et peut-être passer la nuit…

La grande place au milieu de laquelle elle se tenait semblait entourée d’une infinité de petites ruelles, toutes plus inquiétantes les unes que les autres dans cette nuit fraiche et pluvieuse. Laissant un théâtral soupir s’échapper de ses lèvres rouges, elle laissa son regard rêveur s’attarder sur la robe couleur de nuit de son précieux étalon… L’équidé semblait avoir été pris d’une soudaine fringale nocturne, et il broutait calmement l’herbe d’un petit coin vert de la ville. Il interrompit pourtant brutalement son joyeux festin, redressant vivement la tête, les oreilles redressées, signe qu’il devait avoir perçu un bruit quelconque… Quelle surprise cela réservait-il ? songea Aylyä tout en se retournant.

Ses cheveux suivant le mouvement, s’attardèrent quelques instans dans le vent avant de retomber librement sur ses fines épaules, exception faite de quelques mèches de blé plus légères qui poursuivirent leur gracieuse danse aérienne autour du joli visage de la jeune fille… Ses grands yeux de jade croisèrent alors le regard noir d’une élégante inconnue, regard si profond que nombreux devaient être les hommes qui n'avaient pas résister à la tentation de s'y perdre. Un instant étonnée, Aylyä se reprit pourtant rapidement pour adresser un faible sourire à cette étrangère aux longs cheveux rouge sang, parsemés de reflets noir d’ébène. Cette dernière prit la parole, d’une voix plaisante pourtant nuancée d’un ton fort confiant, presque hautain…


« - Bonjour, Mademoiselle. Je vous ai aperçue depuis une ruelle avec pour seule protection votre destrier. Désolée si je vous importune mais vous semblez… perdue ? Il est assez inhabituel de voir des jeunes femmes se balader à la nuit tombée en pleine rue et qui plus est, sans escorte. »

Le sourire léger s’affirma, en aucun cas elle ne l’importunait ! Au contraire serait-elle probablement d’une aide précieuse pour indiquer à la jeune fille quelle direction prendre… La jeune femme semblait de plus assez aimable, bien qu’un peu hautaine et sans aucun doute aussi mystérieuse qu’Aylyä elle-même.


« - Je m’appelle Lilith Shidori, reprit-elle, propriétaire du Château Shidori et juge de la ville. Que diriez-vous de venir vous abriter au chaud, le temps que la tempête s’apaise ? Cela nous permettrait de faire plus ample connaissance… »

Propriétaire du Château Shidori… Lilith Shidori, comme son élégance naturelle le laissait deviner, devait être une jeune femme assez riche et de bonne famille, d’où sans doute son air à peine hautain, qu’elle pouvait pourtant se permettre, selon Aylyä en tous cas. Le regard de jade de la jeune fille fut soudain attiré par une silhouette trottinant près de Lòmion. Cherchant à identifier l’animal, elle plissa les yeux, l’air à peine préoccupée… Son splendide étalon avait toujours été son compagnon le plus précieux, et l’idée qu’il puisse un jour être blessé ou pire, lui être volé ou encore expirer son dernier souffle l’insupportait terriblement. Elle finit pourtant par reporter ses prunelles vertes sur le visage harmonieux de la jeune femme qui lui faisait face…

Enchantée, Lilith Shidori… Je me prénomme Aylyä. Je n’ai par contre ni la chance de posséder un Château, ni celle d’occuper un quelconque poste important dans la ville.

Un sourire accompagna ces quelques mots, et elle baissa les yeux pour apercevoir l’animal qu’elle avait vu près de sa monture quelques instants plus tôt venir s’arrêter aux pieds de la jeune femme élégante… Relevant les yeux vers celle-ci, Aylyä reprit la parole.

Ce ch… Oh… Ce n’est pas un chien, n’est-ce pas ? S’interrompit-elle tout en se penchant avec un peu de retenue pour observer l’animal en question de plus près… Non, ce qu’elle avait pris pour un chien semblait en fait être… Un loup ? Un peu surprise, elle releva un regard à peine nuancé d’inquiétude vers Lilith. C’est plutôt étrange comme animal de compagnie, mais puisqu’il semble inoffensif, j’imagine que vous devez en être comblée. Comment s’appelle-t-il ?

… Quant à votre proposition de vous suivre pour m’arbiter de cette tempête, je l’accepte avec joie ; je suis peu habituée à la ville comme vous avez surement pu le remarquer, et j’avoue avoir quelques hésitations sur le chemin à suivre pour trouver refuge.


Elle se hâta vers l’étalon noir qui à nouveau broutait calmement quelques brins d’herbe, et s’empara de sa main fine et élégante de la bride de l’équidé avant de rejoindre la jeune femme et son loup, prête à les suivre. La pluie semblait s’épaissir d’avantage encore, et s’abriter devenait de plus en plus urgent… Aylyä prit d’ailleurs le soin de recouvrir sa longue chevelure du capuchon noir de sa cape que le vent avait fait glisser alors qu'elle passait les grandes portes de la ville. Le petit groupe prit ainsi la direction d’une des nombreuses petites ruelles qui débouchaient sur la place, dans la nuit noire à peine éclairée de la vacillante lumière quelques lanternes.


[Un petit edit pour une petite précision… Je te tend bien sûr une perche pour m'apprendre l'existence des invocations, Lilith XD wink Et désolée à Kamuy de le prendre pour un simple loup tongue]
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 10 Fév - 14:24 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Enchantée, Lilith Shidori… Je me prénomme Aylyä. Je n’ai par contre ni la chance de posséder un Château, ni celle d’occuper un quelconque poste important dans la ville.

« - J’avais deviné à votre accoutrement et votre façon de regarder autour de vous que vous n’étiez pas d’ici, donc quoi de plus logique de ne pas avoir la même situation que moi ? »

A son grand étonnement, Aylyä souriait toujours, observant son invocation. Elle sembla très étonnée qu’un loup l’accompagne. Puis quelque chose dans ses propos la surprit. Sous le choc, Soki prit d’autorité le contrôle. Lilith râla comme à son habitude mais laissa la place.

Ce ch… Oh… Ce n’est pas un chien, n’est-ce pas ? Un loup ? C’est plutôt étrange comme animal de compagnie, mais puisqu’il semble inoffensif, j’imagine que vous devez en être comblée. Comment s’appelle-t-il ?

… Quant à votre proposition de vous suivre pour m’abriter de cette tempête, je l’accepte avec joie ; je suis peu habituée à la ville comme vous avez surement pu le remarquer, et j’avoue avoir quelques hésitations sur le chemin à suivre pour trouver refuge.


« - Heu… ? Mon loup, un animal de compagnie ? Inoffensif, lui ?! »

La guerrière se mit à rire de bon cœur, sa mauvaise humeur soudain envolée. Les larmes aux yeux, elle mit plusieurs minutes à se calmer. Au passage, elle caressa son compagnon derrière les oreilles pour qu’il n’en prenne pas ombrage. Lorsqu’elle retrouva son souffle, elle tenta d’expliquer qui il était, en pouffant par moment.

« - Tu es peut-être inoffensive mais pas lui, Aylyä. Kamuy est mon invocation, pas mon animal de compagnie. Il a rejoint notre meute depuis peu mais je n’ai jamais sous-estimé sa dangerosité ni même le fait qu’il soit un demi-dieu. Il ne faut jamais se fier aux apparences. Je le laisse se présenter lui-même à toi… »

Elle profita de la surprise de la jeune femme pour enchaîner, tout en avançant en direction de la taverne, le lieu le plus proche pouvant les abriter. Aylyä avait prit la bride de son destrier et la suivait.

« - Je t’aurais bien proposé d’aller chez moi mais c’est trop loin et le temps se dégrade encore. Nous allons donc aller à la taverne. As-tu un peu d’argent sur toi ? Déjà en temps ordinaire tu aurais eu beaucoup de mal à trouver une chambre mais par ce temps, cela relève de l’impossible… »

Pendant qu’ils marchaient tous ensemble, d’un pas rapide, Soki perçut l’étonnement et le trouble de la voyageuse. Souriante, elle essaya d’en découvrir un peu plus sur cette intrigante jeune femme.

* Se pourrait-il qu’elle n’y connaisse rien au sujet des demi-dieux ? Mais d’où peut-elle bien sortir ? *

« - Si tu as des questions, ne te gênes pas, Aylyä. Je n’ai pas l’impression que tu es pu voir par le passé beaucoup de demi-dieu ou demi-déesse, je me trompe ? Tout le monde pourtant connait leur existence et leur utilité, pour le peu qu’on écoute les ménestrels… Les épreuves qu’ils nous font passer ne sont jamais faciles mais cela vaut bien de risquer sa vie. »

Ils arrivèrent rapidement dans la taverne. Elle était éclairée de l’intérieur mais semblait bondée. La jeune femme aux cheveux blonds put laisser son cheval à l’écurie adjacente puis ils entrèrent. Un silence écrasant se fit lorsqu’ils apparurent sur le seuil. Immédiatement, Lilith reprit les rennes, ôta sa capuche et dévisagea hautainement tous les gens présents. Ils détournèrent les yeux et des murmures naquirent.

« - Bien. Trouvons-nous une table tranquille, je n’ai pas envie d’être importunée par ces mécréants. »
Revenir en haut
Kamuy

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 17 Fév - 17:14 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Kamuy restait totalement à l'écart de cette discussion, se contentant simplement d'écouter et d'observer. Sa maîtresse faisait preuve d'une grande politesse et démontrait un certain talent oratoire que le loup aurait été bien incapable d'imiter. Il observait la jeune inconnue ensuite et il fut rapidement visible pour lui que sa présence aux côtés de Lilith l'intriguait. Il se laissa dévisager. La suite, par contre, le piqua au vif. Etre prit pour un chien… Il encaissa sans broncher, elle n'avait pas pensé à mal, par contre le "animal de compagnie" et le "inoffensif" manquèrent de le faire s'étrangler, voila que son égo en prenait un sacré coup. Il détourna la tête en maugréant le plus silencieusement possible, elle avait touché une corde sensible là, elle ne s'en rendait peut-être pas compte mais elle l'avait presque insulté. La jeune femme aux cheveux couleur sang ne manqua pas cette remarque et partit dans un grand éclat de rire, qui dura un petit moment. Pendant ce temps le demi-dieu ne décolérait pas et évitait de poser son regard ailleurs que dans la ruelle voisine, rien ne pourrait lui faire passer sa mauvaise humeur maintenant.

Mais c'était sans compter sur sa maîtresse. Une main vint lui gratter la tête derrière les oreilles et toute ces mauvaises pensées s'enfuir, à la place il releva doucement le museau en fermant les yeux. Cet endroit était son véritable point faible, il oubliait tout quand quelqu'un le grattait ici. Il oublia donc temporairement son mécontentement et savoura cet instant en laissant échapper un petit râle bien particulier à sa race. Sa maîtresse rattrapa le coup en exposant à son interlocutrice ce qu'elle pensait de son invocation. Ce qui eut pour effet de chasser définitivement la mauvaise humeur du grand loup. Ainsi donc quand il se présenta il n'avait plus rien de crédible, depuis quand une terreur soupirait d'allégresse pour une caresse? Il tenta en vain de garder un air contrarié, plus pour la forme que par mauvaise humeur, mais de toute façon sur son visage de loup cela se voyait moins que sur celui d'un humain.


"L'animal de compagnie inoffensif s'appelle Kamuy…"

Ce fut court, mais quelques mots de plus et il perdait à jamais toute crédibilité. Ils avancèrent ensuite en direction d'une auberge. Kamuy n'avait jamais raffolé de ces endroits bondés où l'odeur détestable de l'alcool emplit la pièce et lui lève le cœur. Avec aussi les gens complètement ivres qui se prennent les pieds dans sa fourrure ou qui lui marchent sur la queue. Néanmoins cet endroit présentait un avantage indéniable, il y aurait un feu donc il ferait chaud et de plus ils seraient à l'abri. Il suivit donc bien sagement sa maîtresse dans les rues sombres et détrempées.

Lilith remarqua d'ailleurs que Aylyä ne semblait pas connaître les invocations, ce qui avait causé son étonnement devant la grosse peluche de poils trempée. Il reconsidéra donc la raison de son mécontentement précédent et se dit que finalement il valait mieux oublier ce léger incident, elle n'y était pour rien, elle ne pouvait pas savoir. Sa maîtresse fit donc quelques explications succinctes, en attendant de pouvoir développer une fois à l'abri, ce à quoi il ne put s'empêcher de rajouter sa petite expérience personnelle.


"Mais je ne suis pas aussi irréfléchi que mes frères et sœurs. Ces tests dangereux ont pour but d'évaluer le courage et les capacités physiques des humains qui demandent nos services. Mais s'ils demandent notre aide c'est bien parce qu'ils en ont besoin, alors exiger des capacités hors normes est assez contradictoire. Je préfère juger de l'esprit plutôt que du bras, ça donne une meilleure idée de ce à quoi je peux avoir à servir et aussi ça évite de vieillir trop vite, les surprises c'est bon pour les jeunes…"

Le fait que le grand loup entende qu'il était un vieux crouton le choqua lui-même. En vérité il était à peu près aussi vieux que ses semblables et l'âge n'avait pas grande importance pour des immortels. Il se reprocha à lui-même de s'être fait passer pour un ancêtre et continua d'avancer en silence jusqu'à la taverne.

Une fois qu'ils y furent arrivés leur entrée fut marquée par un grand silence, des regards suspicieux et de nouveau les chuchotements des discussions. Certains ne semblaient pas avoir remarqué la présence du demi-dieu. Kamuy en remarqua deux, à voir leur tête ils devaient se dire que deux jeunes femmes toutes seules en pleine nuit devaient avoir besoin d'aide. Mais quand ils aperçurent le loup qui était en fin de file, ce dernier leur montra les dents et ils se retournèrent pour reprendre leur conversation, ils avaient visiblement beaucoup de choses à se dire. Une fois les deux jeunes femmes installées à une table le grand loup se posa à leurs pieds sous la table et posa sa tête sur ses pattes croisées en gardant les oreilles grandes ouvertes.


[Désolé pour l'attente]
Revenir en haut
Aylyä

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 17 Fév - 18:53 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

L’élégante jeune femme face à elle sembla fort amusée de la remarque qu’elle avait formulée à propos de son loup… Le mot semble même faible vu le rire joyeux qui accueillit les paroles de la jeune fille aux cheveux d’or.

- Heu… ? Mon loup, un animal de compagnie ? Inoffensif, lui ?! Avait-elle tout de même prononcé entre deux éclats de rire, semant le trouble dans l’esprit d’Aylyä. Hé bien quoi, c’était un loup… Et puisqu’il la suivait partout, ce devait être son animal de compagnie. Et qui irait s’entourer d’animaux féroces et dangereux par plaisir ? Elle en avait conclu, plutôt logiquement à ses yeux, qu’il devait être inoffensif ou plutôt bien dressé…

Aussi la réaction de Lilith fut-elle accueillie par des sentiments mitigés chez la jeune fille… Tentée de sourire par politesse dans un premier temps, elle ne courba pourtant point les lèvres, légèrement offusquée dans son orgeuil par l’impression de moquerie qu’elle cru percevoir dans le rire de la juge, pourtant simplement amusée de ses propos. Celle-ci finit par retrouver son calme, et reprit la parole, cependant de temps à autres coupée par un nouvel éclat de rire.


- Tu es peut-être inoffensive mais pas lui, Aylyä. Kamuy est mon invocation, pas mon animal de compagnie. Il a rejoint notre meute depuis peu mais je n’ai jamais sous-estimé sa dangerosité ni même le fait qu’il soit un demi-dieu. Il ne faut jamais se fier aux apparences. Je le laisse se présenter lui-même à toi…

Invocation, demi-dieu… Et puis quoi encore ?! songea-t-elle en en esquissant à son tour un sourire, se retenant de laisser échapper un éclat de rire face à la jeune femme qu’elle prit, il est vrai, pour une folle, l’espace de quelques instants au moins… Et maintenant allait-il se présenter lui-même, bien sur, il ne manquait plus que ça, se dit-elle en redoublant d’efforts pour ne pas rire et rester silencieuse.


- L'animal de compagnie inoffensif s'appelle Kamuy…
Inutile de préciser à quel point la jeune fille aux longs cheveux blonds fut surprise. Pensant d’abord à une mauvaise plaisanterie, elle regarda avec discrétion autour d’elle, dans la vague attente de trouver la personne qui aurait pu parler à la place du loup. Mais non, il n’y avait personne à part Lilith, et puis force fut d’avouer, pour la belle, que la voix avait bel et bien semblé provenir du loup qui se tenait à côté de sa maitresse.

La surprise passée, la perplexité et le scepticisme lui succédèrent dans les grands yeux de jade. Cette histoire de demi dieu était-elle donc vraie, finalement ? Etait-il aussi dangereux que Lilith l’avait dit, aussi ? Parce que dans ce cas, songea-t-elle en se mordillant nerveusement la lèvre, peut-être s’était-elle attiré des ennuis par ses propos que la créature aurait pu trouver blessants… Restait à espérer que Kamuy, puisque c’est ainsi qu’il avait dit s’appeller, n’était pas trop rancunier. Elle songea à s’excuser, mais rien à faire, parler à un loup lui semblait bien trop étrange, il faudrait à l’invocation un peu de patience, que la jeune fille se fasse à cette nouveauté.

C’est la tête emplie de pensées éparpillées à propos de cette curieuse histoire d’invocations et de semi divinités qu’Aylyä s’empressa d’attraper la bride de Lòmion pour suivre les silhouettes noires dans la nuit de la juge et de son loup…


- Je t’aurais bien proposé d’aller chez moi,
dit cette dernière lorsque la jeune fille la rattrapa, mais c’est trop loin et le temps se dégrade encore. Nous allons donc aller à la taverne. As-tu un peu d’argent sur toi ? Déjà en temps ordinaire tu aurais eu beaucoup de mal à trouver une chambre mais par ce temps, cela relève de l’impossible…

- Ow, vraiment ?! Il doit bien exister un endroit dans cette ville où je puisse trouver une chambre pourtant, non ?! … Et oui, je dispose d’un peu Un peu plus que cela en fait, songea-t-elle en elle-même de tsuris.

… Tout de même, cette histoire d’invocations la troublait et l’intriguait au plus au point. L’intérêt et la curiosité de la jeune fille avaient été plus qu’éveillés par les propos de Lilith Shidori, qui justement pris la parole, un sourire aux lèvres.

- Si tu as des questions, ne te gênes pas, Aylyä. Je n’ai pas l’impression que tu es pu voir par le passé beaucoup de demi-dieu ou demi-déesse, je me trompe ? Tout le monde pourtant connait leur existence et leur utilité, pour le peu qu’on écoute les ménestrels… Les épreuves qu’ils nous font passer ne sont jamais faciles mais cela vaut bien de risquer sa vie.

Oh ça, pas de risque se dit-elle, je ne me gêne jamais… Un sourire accompagnant cette pensée, elle n’en dit pourtant rien, écoutant avec attention et pourtant un certain trouble toujours, les paroles de Kamuy…

- Mais je ne suis pas aussi irréfléchi que mes frères et sœurs. Ces tests dangereux ont pour but d'évaluer le courage et les capacités physiques des humains qui demandent nos services. Mais s'ils demandent notre aide c'est bien parce qu'ils en ont besoin, alors exiger des capacités hors normes est assez contradictoire. Je préfère juger de l'esprit plutôt que du bras, ça donne une meilleure idée de ce à quoi je peux avoir à servir et aussi ça évite de vieillir trop vite, les surprises c'est bon pour les jeunes…


Parce que… Elle s’interrompit, lacha enfin des yeux le loup pour adresser un regard interrogateur à sa propriétaire, et reprit le plus naturelement du monde après un infime instant de mutisme… tu en as déjà vu beaucoup, toi ?! Et puis, tout le monde, vraiment ? Ajouta-t-elle, se demandant pourquoi elle avait bien pu ignorer une vérité si répandue… Enfin adressa-t-elle la parole au loup, tournant vers lui un regard où brillait un éclat de curiosité.

- Cette histoire d’épreuves m’intrigue. Les humains… demandent vos services, dis-tu Kamuy… J’ai du mal à saisir. Les demi dieux se font donc les serviteurs des humains ?! C’est… de plus en plus étrange. Finit-elle par conclure, avant de réaliser qu’elle venait de penser à voix haute.
- Au fait, ajouta-t-elle en adressant un sourire bienveillant au loup, désolée pour mes propos de tout à l’heure Kamuy, je réalise qu’ils ont pu être blessants, mais je n’pensais pas à mal, je t’assure…

La taverne ne se trouvait pas bien loin de la grande place sur laquelle elle avait croisé Lilith et son invocation, aussi le petit groupe ne tardit-il pas à y arriver. Elle apprit avec joie que la petite écrurie qui attenait au bâtiment lui était accessible, et y laissa l’étalon à la robe nuit noire avec un léger pincement au cœur.

Enfin les deux jeunes femmes, tout aussi trempées que le loup qui les suivait, entrèrent dans la petite taverne déjà bien remplie. D’un geste léger et plein de grâce, Aylyä laissa retomber sur ses épaules le capuchon noir qui couvrait sa longue chevelure de blé, et laissa son regard de jade s’attarder quelques instants sur cet environnement nouveau et inconnu. Un silence pesant accueillit leur arrivée fort peu discrète de ce fait, jusqu’à ce qu’enfin les gens ne cessent d’observer les deux jeunes femmes, Lilith en particulier selon l’impression d’Aylyä.


- Bien. Trouvons-nous une table tranquille, je n’ai pas envie d’être importunée par ces mécréants.

La jeune fille ne put s’empêcher d’être légèrement surprise par ces propos inattendus… A nouveau se dégageait de l’élégante jeune femme comme de ses paroles un air hautain qui pourtant l’avait quittée alors qu’elle discutait, quelques minutes plus tôt à peine, des invocations avec Aylyä… Elle ne fit cependant pas de remarque, et prit place face à Lilith, à la table un peu en retrait sur lequel son choix s’était porté. Kamuy quant à lui vint se coucher sous la table, à leurs pieds.

- Pour en revenir à ces invocations, Lilith… J’ai en effet quelques questions. Pourquoi les demi dieux se font-ils donc serviteurs des humains ? Et puis sont-ils nombreux ? Tu as semblé dire que oui, je n’en ai pourtant jamais vu un seul… Mis à part Kamuy. ajouta-t-elle, imaginant déjà le léger grognement de l’invocation arriver jusqu’à ses oreilles.


[Hrp: Pfiiiiou, c'est tellement long, et pas terrible en plus comme Rp, désolée -_-']
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 18 Fév - 09:44 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

[pas de soucis pour le délai Kamuy ^^ Aylyä, tu joues très bien ton personnage ne t'en fais pas ! Et puis le fait qu'il n'y est pas de faute d'orthographe est très plaisant wink]


Soki se retint de rire tout du long de la route et évita pour ce faire de repenser à la réaction outragée de son fier compagnon. Pour une fois que quelqu’un n’avait pas peur de lui, c’était pour le traiter d’animal de compagnie ! Elle senti que ses caresses avaient apaisé le demi-dieu, lui confirmant qu’elle avait bien fait.

Lorsque la guerrière prévint Aylyä de la difficulté qu’elle aurait de trouver une chambre, elle en fut très étonnée.


- Ow, vraiment ?! Il doit bien exister un endroit dans cette ville où je puisse trouver une chambre pourtant, non ?! … Et oui, je dispose d’un peu Un peu plus que cela en fait, songea-t-elle en elle-même de tsuris.

Lilith soupira intérieurement, devinant déjà ce que Soki proposerait à la jeune femme… un peu plus tard dans la soirée, après avoir mieux fait connaissance.

"Mais je ne suis pas aussi irréfléchi que mes frères et sœurs. Ces tests dangereux ont pour but d'évaluer le courage et les capacités physiques des humains qui demandent nos services. Mais s'ils demandent notre aide c'est bien parce qu'ils en ont besoin, alors exiger des capacités hors normes est assez contradictoire. Je préfère juger de l'esprit plutôt que du bras, ça donne une meilleure idée de ce à quoi je peux avoir à servir et aussi ça évite de vieillir trop vite, les surprises c'est bon pour les jeunes…"

Soki se moqua un peu de Kamuy, pas trop non plus pour qu’il n’en prenne pas ombrage.

« - On dirait un vieux loup fatigué qui parle, mon ami ! En tout cas, je suis heureuse d’avoir pu te libérer, Kamuy, sois-en toujours certain. »

La petite troupe marcha rapidement et en silence lorsqu’Aylyä se lança enfin. Après avoir longuement dévisagé son compagnon, elle prit parole.

Parce que… - La jeune femme s’interrompit et la regarda enfin - tu en as déjà vu beaucoup, toi ?! Et puis, tout le monde, vraiment ?

Soki pouffa un petit peu et l’œil brillant d’humour, elle lui répondit.


« - Je suis une chasseuse, Aylä, donc je voyage beaucoup et j’ai eu l’occasion d’en voir beaucoup... De bonnes choses comme des mauvaises. Oui, tout le monde – toi étant l’exception – connaît leur existence. »

La jeune femme émit enfin ses interrogations à haute voix, partageant ses pensées avec l’invocation et Soki. Elle s’était tournée vers le demi-dieu de la Terre.

- Cette histoire d’épreuves m’intrigue. Les humains… demandent vos services, dis-tu Kamuy… J’ai du mal à saisir. Les demi dieux se font donc les serviteurs des humains ?! C’est… de plus en plus étrange.

Après une courte pause, elle reprit à un débit accéléré.

Au fait, désolée pour mes propos de tout à l’heure Kamuy, je réalise qu’ils ont pu être blessants, mais je n’pensais pas à mal, je t’assure…

Soki laissa l’opportunité à Kamuy de s’exprimer, voulant elle aussi connaître son point de vue, ses réactions face à cette situation.

* * *

Elle senti que son loup montrait des crocs, avisa les deux hommes suspicieux et les relégua dans un coin de son esprit pour les surveiller. Kamuy s’ébroua pour chasser l’eau de son pelage, arrosant au passage les clients les plus proches.

- Pour en revenir à ces invocations, Lilith… J’ai en effet quelques questions. Pourquoi les demi dieux se font-ils donc serviteurs des humains ? Et puis sont-ils nombreux ? Tu as semblé dire que oui, je n’en ai pourtant jamais vu un seul… Mis à part Kamuy.

Quand tout le monde fut installé, une serveuse maigrichonne arriva pour leur prendre leur commande, empêchant Lilith de répondre immédiatement.

« - Un chocolat chaud pour moi. Kamuy, Aylyä, vous voulez boire ou manger quelque chose ? »

Lorsque tout le monde répondit et que la jeunette s’en alla derrière son comptoir, Lilith réfléchit quelques instants à comment formuler sa réponse puis expliqua enfin.

« - Pour compléter la réponse de Kamuy et expliquer du point de vue humain… Les demi-dieux et déesses ont été emprisonné dans des Temples, respectifs à leur élément - Terre, Eau, Feu, Air - depuis le grand Cataclysme.

Les Dieux ont décidé que nos créateurs ne pourraient être libérés de leur sanctuaire qu’à l’aide d’un Homme. Celui qui réussit à passer victorieux leurs épreuves se voit acquérir leurs forces, leurs puissances par leur biais et de se faire obéir d’eux. Les Dieux ont dû trouver cela amusant d’inverser les rôles, des les obliger à nous obéir au doigt et à l’œil… Aylyä, ils n'ont pas le choix, ils sont obligés de nous servir une fois les épreuves passées… Lorsqu’un homme ou une femme vient à eux, c’est qu’ils attendent d’eux quelque chose : le pouvoir, la puissance, la gloire… »


Soki reprit le contrôle, sentant venir les propos avilissant de Lilith à l’égard des invocations. Elle avança sa chaise de sorte qu’elle pouvait poser ses coudes sur la table, un sourire doux sur les lèvres.

« - … Bien-sûr, les liens des demi-dieux et déesses, devenus des invocations, avec nous peuvent être beaucoup plus étroits que ceux de Maître – Esclave… Beaucoup plus d’humains qu’on ne pourrait le croire les considèrent comme des compagnons, des amis, plutôt que de simples armes à manipuler. »

* Si, c’est exactement ce que je pense !!! * s’écria mentalement Lilith

Soki se secoua la tête, le regard hanté. La cheminée émit un chuintement puis le bois craqua. Elle passa ses doigts sur sa tempe droite et reprit, ayant chassée Lilith.

« - J’ai moi-même trois invocations à mon service, auxquelles je donne le plus de libertés possible. Je les respecte car je sais ce qu’ils sont, ce qu’ils ont vécu. Etre enfermé sans savoir quand quelqu’un viendra est très… irritant, pour ne pas dire autre chose. Etre dépendant de quelqu’un n’est pas une bonne chose pour son amour-propre. »

Evidemment, elle n’avait pas vécu les mêmes évènements que les invocations mais étant enfermée dans son propre corps avec deux personnalités bien distinctes depuis des années revenait à peu près au même.

« - Tu m’as demandé s’ils étaient beaucoup… Je l’ignore, personnellement. Je suis simplement sûre d’une chose : lorsque j’ai été les libérer, beaucoup de portes s’offraient à moi. J’avoue ne pas savoir s’il y avait une invocation derrière chacune d’elle. Ce dont je suis certaine, c’est que quelques humains – une poignée - possèdent plusieurs demi-dieux et déesses à eux seuls. Nous ne sommes apparemment pas restreint à un nombre prédéfini d’invocations à notre service.. »

Leur commande arriva enfin. Soki prit dans ses deux mains la tasse fumante, se réchauffant. Elle garda ses yeux fixés sur la buée, plongée dans ses pensées.

« - A ton tour, parle-nous un peu de toi, s’il te plaît. »


[Kamuy, si j’ai trop fort interagir ton perso dis-le et j’effacerai :p]
Revenir en haut
Kamuy

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 18:43 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Aylyä semblait très curieuse et étonnée. Il est vrai que l'apparition des invocations devait perturber un peu la teneur du monde qu'elle s'imaginait visiter. Mais ça ne la tuerait pas. En revanche Kamuy aurait mieux fait de se taire, il y en a une qui ne loupait rien de la conversation…

« - On dirait un vieux loup fatigué qui parle, mon ami ! En tout cas, je suis heureuse d’avoir pu te libérer, Kamuy, sois-en toujours certain. »

*Moi et ma grande gueule…*

Il ragea intérieurement contre lui-même et préféra écouter les questions de la nouvelle arrivante. Quand certaines d'entre elles arrivèrent jusqu'à ses oreilles il attendit un petit instant pour voir si sa maîtresse voulait répondre et finalement il s'aperçut que non alors il s'empressa de répondre.

- Cette histoire d’épreuves m’intrigue. Les humains… demandent vos services, dis-tu Kamuy… J’ai du mal à saisir. Les demi-dieux se font donc les serviteurs des humains ?! C’est… de plus en plus étrange.

"Et bien c'est ce qu'on appelle le retour de bâton. Cela te paraîtra peut-être un peu fou mais ce sont mes consœurs, mes confrères et moi-même qui avons créé les humains. Oh je ne t'ai pas créé personnellement, juste tes ancêtres. Certains d'entre nous ont regretté d'avoir fait ça, d'autres non. Quoi qu'il en soit les humains que nous avons créés ont beaucoup trop évolué et ont commencé à dénaturer ce monde. Nos aînés et créateurs ont presque réduit à néant ce monde en voyant ce qui s'y passait et ont recommencé la création ici. Nous autres avons été enfermés dans des temples, jugés comme fautifs par nos pairs et comme punition nous devions servir tout humain qui viendrait nous voir et réussirait les tests que nous lui imposerions."

Il n'avait pas dit s'il avait regretté ou non cette action, il l'avait fait exprès, mais peut-être Lilith voudrait-elle savoir, peut-être qu'il lui dirait, mais peut-être pas pourquoi il regrettait.

"Comme tous les autres j'ai été enfermé et ai longtemps attendu la venue de la personne qui me délivrerait de cette prison froide. Au final c'est Lilith qui a réussi mes épreuves… bien que j'avais déjà choisit à l'avance de la servir. Je n'ai pas encore cerné toute sa personnalité mais de ce que j'en ai vu, je n'en ai pensé que du bien et je ne regrette pas ce choix."

Il avait délibérément tourné la tête vers Aylyä, pour éviter le regard de sa maîtresse, il n'avait pas très envie de le croiser, il ne savait trop pourquoi.

"Si tu as des questions n'hésites pas…"

[* * *]

- Pour en revenir à ces invocations, Lilith… J’ai en effet quelques questions. Pourquoi les demi-dieux se font-ils donc serviteurs des humains ? Et puis sont-ils nombreux ? Tu as semblé dire que oui, je n’en ai pourtant jamais vu un seul… Mis à part Kamuy.

Heureusement qu'elle avait rectifié d'elle-même, il aurait pu croire qu'elle le faisait exprès. Il avait un certain amour propre et il tendait à le garder intact, voire même à le flatter et cette jeune femme avait le don de le ramener à la réalité d'une manière assez brutale, brisant ainsi toutes ses petites illusions. Il ne faisait pas peur et il ne faisait pas penser à une invocation, enfin pas sous cette forme, mais il n'avait aucune envie de changer.

« - Un chocolat chaud pour moi. Kamuy, Aylyä, vous voulez boire ou manger quelque chose ? »

"Je me ferai bien les mollets des guignols au bar…"

Les deux qui s'étaient retournés à sa vue avaient repris un peu de courage, ou peut-être pensaient-ils, à tors, que maintenant qu'il était sous la table il ne les voyait pas et qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Si jamais un seul tentait une approche le grand loup irait les trainer dehors en leur piquant un bout de viande au passage.

Pour garder son calme il écouta la conversation entre les deux jeunes femmes. Il apprenait deux ou trois petites choses, surtout sur le point de vue de sa maîtresse sur l'histoire et les fais présents. C'était très intéressant.


« - Etre dépendant de quelqu’un n’est pas une bonne chose pour son amour-propre. »

"Je confirme…"

C'était parti tout seul, peut-être était-ce un peu (très) irréfléchi, aussi tenta-t-il de se rattraper.

"Mais je ne le vis pas trop mal…"

Il avait faillit faire une boulette, ce n'était pas le moment de recommencer.
Revenir en haut
Aylyä

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 3 Mar - 21:43 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Voilà notre jeune demoiselle assise à une table d'une petite taverne de la ville de Lüh, en compagnie de la juge Lilith et de son invocation Kamuy… La belle avait le regard absent et lointain, perdue qu'elle était dans ses pensées au sujet de cette étonnante histoire. Ainsi donc les sous-dieux avaient-ils été enfermés par leurs créateurs dans des temples, contraints de se soumettre aux ordres et à la volonté des humains ; ou plutôt de l'humain qui réussirait leurs épreuves. Ils avaient donc une certaine liberté, limitée certes mais liberté tout de même, dans le choix de leur maitre. Comme il devait être pesant et frustrant pour ces semi divinités - celles aux caractères les plus forts, surtout - de se voir obligé d'obéir ainsi à tous les ordres de leur propre création, songea-t-elle silencieusement avant d'être interrompue dans sa réflexion par la petite serveuse qui vint prendre leur commande. Lilith demanda un chocolat chaud, ce à quoi Aylyä ajouta sa commande…

- Ce sera un chocolat chaud pour moi aussi, merci…

Un léger sourire étira les lèvres roses de la jeune fille à la discrète réplique du loup couché sous la table, avant qu'elle ne reporte toute son attention sur le discours de Lilith.

« - Pour compléter la réponse de Kamuy et expliquer du point de vue humain… Les demi-dieux et déesses ont été emprisonné dans des Temples, respectifs à leur élément - Terre, Eau, Feu, Air - depuis le grand Cataclysme.

Les Dieux ont décidé que nos créateurs ne pourraient être libérés de leur sanctuaire qu’à l’aide d’un Homme. Celui qui réussit à passer victorieux leurs épreuves se voit acquérir leurs forces, leurs puissances par leur biais et de se faire obéir d’eux. Les Dieux ont dû trouver cela amusant d’inverser les rôles, des les obliger à nous obéir au doigt et à l’œil… Aylyä, ils n'ont pas le choix, ils sont obligés de nous servir une fois les épreuves passées… Lorsqu’un homme ou une femme vient à eux, c’est qu’ils attendent d’eux quelque chose : le pouvoir, la puissance, la gloire… »


Il y avait donc des divinités pour chacun des quatre éléments… Avant même qu'elle ne s'en rende compte, la jeune humaine formula la silencieuse pensée qu'un jour elle aussi possèderait une invocation, de l'air songea-t-elle. L'air lui évoquait le vent… Et le vent était libre, libre de tout. De souffler furieusement pour balayer tout sur son passage ou de se faire souffle calme à peine perceptible. Libre d'atteindre les plus hauts sommets comme de fouler les vagues…

Fort heureusement ces rêveries silencieuses n'avaient en rien gêné l'attention qu'elle portait au discours de l'élégante juge, dont elle ne perdit pas un détail… Elle répétait quelque peu Kamuy, mais après tout ce n'était pas plus mal, tout serait ainsi parfaitement clair dans l'esprit fort animé de la jeune fille. Et c'était d'ailleurs désormais le cas, elle avait fini par saisir pourquoi donc les créateurs se mettaient au service de leur création… Ils n'avaient pas d'autre choix, sinon de rester à jamais enfermés dans leur divinie prison. Et Aylyä mieux que quiconque savait ce que pouvait ressentir un prisonnier retenu contre sa volonté… Tout de même songea-t-elle, de son point de vue les sous dieux n'avaient pas mérité un tel sort.


« - … Bien-sûr, les liens des demi-dieux et déesses, devenus des invocations, avec nous peuvent être beaucoup plus étroits que ceux de Maître – Esclave… Beaucoup plus d’humains qu’on ne pourrait le croire les considèrent comme des compagnons, des amis, plutôt que de simples armes à manipuler. »

Elle avait déjà cru remarquer en effet, que Lilith et Kamuy entretenaient plus qu'une simple relation de maitre à esclave. Ce n'était pas flagrant, mais de simples petits gestes, paroles ou encore le regard gêné et fuyant du loup alors qu'il complimentait sa maitresse ne pouvaient que mettre la puce à l'oreille. Après une courte pause, la jeune propriétaire du Chateau Shidori reprit


« - J’ai moi-même trois invocations à mon service, auxquelles je donne le plus de libertés possible. Je les respecte car je sais ce qu’ils sont, ce qu’ils ont vécu. Etre enfermé sans savoir quand quelqu’un viendra est très… irritant, pour ne pas dire autre chose. Etre dépendant de quelqu’un n’est pas une bonne chose pour son amour-propre. »

Trois invocations ! Un sourire surpris et joyeux accueillit cette nouvelle… Il n'avait nullement effleuré l'esprit de la belle qu'un humain pouvait se lier à plusieurs invocations ; mais au final ce n'était pas illogique… Elle ne douta pas qu'en effet Lilith respectait ses trois 'serviteurs', elle avait déjà pu noter ce détail en l'observant agir avec Kamuy ici présent… Dont la réaction quelque peu maladroite avait d'ailleurs fait sourire Aylyä…

- Je confirme… Avait-il sans doute instinctivement répondu, avant de se rendre compte que cela manquait peut-être de tact envers sa maitresse et d'ajouter donc… Mais je ne le vis pas trop mal…

« - Tu m’as demandé s’ils étaient beaucoup… Je l’ignore, personnellement. Je suis simplement sûre d’une chose : lorsque j’ai été les libérer, beaucoup de portes s’offraient à moi. J’avoue ne pas savoir s’il y avait une invocation derrière chacune d’elle. Ce dont je suis certaine, c’est que quelques humains – une poignée - possèdent plusieurs demi-dieux et déesses à eux seuls. Nous ne sommes apparemment pas restreint à un nombre prédéfini d’invocations à notre service.. »

Les deux chocolats chauds arrivèrent, et tandis que Lilith entoura une tasse fumante de ses mains fines, Aylyä y trempa directement mais précautionneusement les lèvres pour en boire une très petite gorgée…

« - A ton tour, parle-nous un peu de toi, s’il te plaît. »

Voilà qui par contre n'était pas prévu… Que pourrait-elle bien dire d'elle après cette si passionnante histoire de divinités ? Et puis elle avait toujours été mystérieuse et plutôt méfiante de nature, elle n'aimait pas trop parler d'elle. Elle ouvrit tout de même la bouche pour offrir une réponse à la juge…

- Hé bien… Je viens d'une riche famille de commerçants qui habite un énorme palais, en dehors de la ville, loin des regards. Les fêtes qui y sont organisées sont réputées mais pour la plupart, les invités ignorent même le nom de leurs hôtes… Quoiqu'il en soit, ayant fêté mon dix-huitième anniversaire ce matin, j'ai décidé de m'éloigner un peu de la maison pour voyager et surtout découvrir la ville de Lüh. Il est grand temps que j'apprenne à me débrouiller seule, désormais… J'espère trouver un emploi et un logement assez rapidement.

Elle n'avait bien sur ni parlé de son père biologique, dont elle ignorait tout, ni de sa mère morte peu après ses quatre ans… Ni d'ailleurs de l'accord tacite qui toujours l'avait liée à cette famille de riches commerçants, à savoir que tant qu'elle continuerait de prétendre être leur fille - morte peu avant l'arrivée d'Aylyä - , elle aurait une vie luxueuse parmi eux…


La jeune fille étouffa soudain un inattendu baillement. Il commençait à se faire tard, il est vrai… Mais elle venait à peine d'arriver ici et le désir de tout découvrir la tenait éveillée et attentive à tout.
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 16 Mar - 11:58 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

Son loup sembla piquer un fard à sa réflexion. Bien qu’il garda le silence, Soki se demanda si elle n’avait pas poussé trop loin sa petite moquerie. Elle se mordit la langue, fautive. Aylyä la sorti de ses remords avec la suite de ses réflexions.

- Cette histoire d’épreuves m’intrigue. Les humains… demandent vos services, dis-tu Kamuy… J’ai du mal à saisir. Les demi-dieux se font donc les serviteurs des humains ?! C’est… de plus en plus étrange.

Kamuy la regarda et se rendit compte qu’elle lui laissait la primeur de répondre. Lorsqu’il s’en aperçut, il s’empressa d’éclairer la jeune femme.

"Et bien c'est ce qu'on appelle le retour de bâton. Cela te paraîtra peut-être un peu fou mais ce sont mes consœurs, mes confrères et moi-même qui avons créé les humains. Oh je ne t'ai pas créé personnellement, juste tes ancêtres. Certains d'entre nous ont regretté d'avoir fait ça, d'autres non. Quoi qu'il en soit les humains que nous avons créés ont beaucoup trop évolué et ont commencé à dénaturer ce monde. Nos aînés et créateurs ont presque réduit à néant ce monde en voyant ce qui s'y passait et ont recommencé la création ici. Nous autres avons été enfermés dans des temples, jugés comme fautifs par nos pairs et comme punition nous devions servir tout humain qui viendrait nous voir et réussirait les tests que nous lui imposerions."

Soki se demanda s’il regrettait leurs décisions de créer les Humains mais décida que le moment était mal venu. Elle préférait que cette discussion reste entre eux deux… Il avait été jugé pour quelque chose auquel il avait prit part, trop durement peut-être. Après tout, n’étaient-ils pas des demi-dieux et demie-déesses ? Etre traité ainsi été humiliant, elle n’en doutait pas un instant !

"Comme tous les autres j'ai été enfermé et ai longtemps attendu la venue de la personne qui me délivrerait de cette prison froide. Au final c'est Lilith qui a réussi mes épreuves… bien que j'avais déjà choisit à l'avance de la servir. Je n'ai pas encore cerné toute sa personnalité mais de ce que j'en ai vu, je n'en ai pensé que du bien et je ne regrette pas ce choix."

A ces mots, le cœur de Soki eut un raté. Elle était très sensible sur ce que pensaient ses invocations d’elle… Ses joues s’enflammèrent, son regard brillant de joie rivé sur Kamuy. Celui-ci se bornait à éviter son regard, ce qui la perturba, son sourire se flétrissant.

"Si tu as des questions n'hésites pas…"

Aylyä n’en ayant plus pour le moment, la discussion s’arrêta…

[…]

Lorsque la guerrière proposa une consommation quelconque à ses compagnons, Aylyä pris la même chose qu’elle.

- Ce sera un chocolat chaud pour moi aussi, merci…

Kamuy rétorqua quelque chose d’assez surprenant. Bien qu’elle ait remarqué les œillades insistantes des deux hommes saouls, elle se détendit lorsqu’elle entendit la proposition du grand loup.

"Je me ferai bien les mollets des guignols au bar…"

Aylyä sourit tandit que Soki partait dans un fou rire léger. Ainsi donc, il était constamment sur ses gardes ! Cela attira malheureusement l’attention des deux lascars concernés.


« - Pourquoi pas Kamuy, s’ils nous importunes ! »

Lorsque la guerrière précisa ses pensées sur la réaction des demi-dieux à être les « esclaves » des Humains, Kamuy intervint.

"Je confirme…"

Ses paroles étaient dures, sèches. Aucun doute à y avoir concernant son point de vue. Il avait rétorqué trop rapidement ces deux mots pour qu’il en pense autrement. Sans doute ressentait-il du remord, peur de lui avoir fait du mal, car il enchaîna.

"Mais je ne le vis pas trop mal…"

* Pas trop mal ? Qu’est ce que cela veut dire ? Aurait-il préféré que les Humains disparaissent complètement de la surface d’Arcane ? Aurait-il préféré être enfermé à vie dans son sanctuaire pour ne pas avoir à obéir à un faible humain ? Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai le sentiment qu’il regrette de nous avoir créé… Il faudra que je pense à l’interroger, plus tard. *

Blessée, elle le cacha toutefois. Elle reprit lentement le cours de la discussion et, curieuse de son état, elle questionna à son tour Aylyä.

« - A ton tour, parle-nous un peu de toi, s’il te plaît. »

Celle-ci semblait gênée. Aurait-elle préféré que Soki ne lui pose pas la question ? Aylyä se sentait désormais obligée de répondre et Soki ne l’en détrompa pas. Pourquoi tant de mystères et de secrets, si ce n’était pas important ? La curiosité grandit encore et la guerrière attendit, l’air de rien. Elle but lentement son chocolat, qui avait refroidi.

- Hé bien… Je viens d'une riche famille de commerçants qui habite un énorme palais, en dehors de la ville, loin des regards. Les fêtes qui y sont organisées sont réputées mais pour la plupart, les invités ignorent même le nom de leurs hôtes… Quoiqu'il en soit, ayant fêté mon dix-huitième anniversaire ce matin, j'ai décidé de m'éloigner un peu de la maison pour voyager et surtout découvrir la ville de Lüh. Il est grand temps que j'apprenne à me débrouiller seule, désormais… J'espère trouver un emploi et un logement assez rapidement.

La jeune femme sembla étouffer d’autres informations sur son passé mais Soki n’insista pas. Un autre jour, peut-être, lorsqu’elle se sentirait plus en confiance ? Aylyä réprima un bâillement, qui sembla la surprendre. Leur consommation à chacune terminée, Soki sortie prestement de sa besace en cuir des pièces, qu’elle fit tinter sur la table.

Alors qu’elle allait se lever, elle senti la présence des deux saoulards, qu’elle avait oublié. Son inattention l’a perturba. Elle relâchait un peu trop son attention, ces derniers temps. Elle se reposait de plus en plus sur ses compagnons et amis demi-dieux et déesses… Elle se promit intérieurement d’y remédier lorsqu’un cri retenti. L’homme le plus costaux avait le visage déformé par la douleur. Il voulait s’éloigner de leur table mais Kamuy le tenait fermement par la cuisse dans sa gueule. Le deuxième homme sembla penser qu’il avait plus de chance à agresser les deux jeunes femmes encore assises, voulant sans doute profiter que le loup était déjà occupé avec son comparse.

Malheureusement pour lui, lorsqu’il posa sa main sur l’épaule de Soki, son visage vint embrasser la table en bois dans un craquement sonore. Elle avait vivement attrapé sa main pour l’ôter de son épaule puis de son autre main, avait agrippé sa nuque. D’un geste brusque, elle avait fait pencher le visage de l’homme en direction de la table. Il va sans dire qu’elle y alla à l’aveuglette et se tordit un peu le bras en arrière. Toutefois, le résultat fut très satisfaisant. Le nez ensanglanté, déboussolé, il se redressa et tituba. Il voulut se rattraper à une table voisine et se rata. Il perdit l’équilibre et s’étala par terre. Un sourire satisfait et légèrement assoiffé de bataille, Soki se redressa enfin. Elle le toisa méprisablement, se demandant si elle allait lui ôter la vie ou non. Elle reporta son regard sur Kamuy et le pauvre acolyte.


« - Laisse, Kamuy. Inutile de perdre plus de temps encore avec ces vauriens. »


Evidemment, s’ils revenaient à l’assaut malgré leur écrasante défaite, Soki ne manquerait pas, avec Kamuy, de bien leur faire comprendre à quel point ils n’étaient que des « nuisibles » à ses yeux. Le regard froid et calculateur, elle attendit qu’ils déguerpissent de l’auberge. Lentement, l’envie de se battre mourut dans ses prunelles. Elle se retourna vers Aylyä, et dans une grimace d’excuse, s’adressa à elle et l’aubergiste.

« - Navrée pour ce qui vient de se passer… Je… Nous allons y aller… Aylyä, si tu souhaites un endroit où dormir, je t’accueillerais volontiers au Château. »

Soki s’empara de son manteau et s’en vêtit, impatiente de ressortir sous la pluie. Elle voulait se débarrasser des restes de rage qui sillonnait encore ses veines… Paradoxalement, elle voulait s'éloigner d'Aylyä et prendre soin d'elle. Celle-ci l'avait vu sous son caractère "Soki". Comment expliquer qu'une juge, une fille de bonne famille de surcroit, sache se battre ?
Revenir en haut
Kamuy

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 17 Mar - 11:08 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

[J'espère que le contenu compensera la taille modeste n_n"]

S'il était sûr d'une chose c'était qu'il avait parlé trop vite et que ça avait sûrement dû toucher sa maîtresse. Quelle imbécile. Sur le moment il se dit que le fait que la table les sépare n'était peut-être pas une mauvaise chose. Il n'avait jamais été doué pour exprimer ses sentiments et bien que son visage soit difficile à déchiffrer il laissait paraître ses émotions un peu trop facilement à son goût. Il continua à écouter ce que se disaient les deux jeunes femmes en continuant d'observer les deux gaillards qui continuaient de lancer des œillades rien moins que totalement dépourvue de la moindre politesse. Si jamais ils approchaient ils risqueraient de le regretter. C'est peut-être inconsciemment parce qu'il avait envie d'en découdre qu'il ne sortit pas de sous la table pour les faire partir en grognant, ce qui aurait pu éviter des complications ultérieures.

Il put remarquer qu'Aylyä était assez hésitante quant à parler d'elle. Ca se comprenait, on n'avait pas forcément envie de se dévoiler à la première personne venue, même s'il cette personne offrait à boire. Bien que le concept de l'offre de boisson soit assez difficile à saisir pour le loup. Pour lui et les canidés à qui il ressemblait tout était partagé, il n'y avait pas plusieurs loups dans une meute, il y avait juste la meute, ce qui évitait certains problèmes causés par l'appartenance.

Après ce bref récit il parut évident que la jeune femme n'avait pas envie de trop en dire et qu'elle répondait plus par politesse que par envie. En revanche les deux gaillards avaient profité de ce moment pour approcher. Kamuy ne les avait pas lâché des yeux et eux avaient semblé l'oublié, caché comme il était sous la table. Et le plus costaud des deux ne tarda pas à regretter cette erreur. L'invocation referma sa mâchoire sur la jambe du soulard. Il tenta de s'éloigner de la table et d'échapper au loup mais c'était trop tard, il ne le lâcherait pas de si tôt. Au contraire il sortit de sous la table, emportant le corps de l'homme lui comme un enfant traine son ours en peluche derrière lui et le propulsa contre le bar, renversant des tabourets au passage. L'homme toussa, ayant perdu son souffle un instant et se tint la jambe en gémissant, des traces de crocs étaient bien visible et le sang s'écoulait de la plaie.
Le demi-dieu se retourna pour aller s'occuper de l'autre mais sa maîtresse s'en était déjà chargée. Il avait agit un peu à la légère, heureusement que Lilith savait se battre. Il se réprimanda intérieurement pour son inattention et retourna auprès des deux jeunes femmes quand sa maîtresse le rappela.

Les deux hommes se remirent sur pied, l'un plus difficilement que l'autre, et quittèrent la pièce en laissant planer un air de vengeance.


"Vous allez le regretter! On vous le fera payer la prochaine fois!"

Ces paroles étaient assez anodines en soit, il s'agissait juste de deux soulard qui venaient de se prendre une pâtée cuisante et qui invectivaient à tord et à travers parce qu'ils n'étaient pas encore remis de la boisson qu'ils avaient ingurgité. Mais ces mots firent écho à un lointain souvenir dans l'esprit de Kamuy et il s'arrêta net. Ses yeux se perdirent dans le vague, fixant le sol sans le regarder. Son visage se déforma peu à peu sous l'empire de la colère. Il lutta un moment contre l'envie de les suivre. Mais peu à peu la rage l'envahit et il fonça jusqu'à la porte, renversant indifféremment tabourets, tables et consommateurs. La porte vola en éclats quand il passa au travers et il prit en chasse les deux hommes.

Malgré la pluie ce n'était pas difficile de les suivre, l'un d'eux perdait du sang. Pendant qu'il courait à leur poursuite des images lui revinrent à l'esprit. Le massacre d'Iris, les hommes fous, la douleur, la rage. Peu à peu il se transforma, reprenant l'apparence qui lui avait valu le nom de Grand Loup. Il grandit de plus en plus, sa fourrure s'épaissit et monta en épits dans son dos tels des éclairs et ses crocs prirent une taille inquiétante. Ses pattes laissaient maintenant de grandes traces dans les morceaux de terres non recouvertes par les dalles de pierre et faisait s'affaisser ces dernières quand il rebondissait dessus. Plus rien n'avait d'importance pour lui que de retrouver ses hommes et de les empêcher de nuire. Ils avaient sûrement lancé ces paroles en l'air, mais cette hypothèse des plus probables et raisonnable n'attint jamais le cerveau en ébullition de l'invocation.

Il finit par les retrouver, dans une ruelle sombre, un cul de sac. Ils tremblaient comme des feuilles ballotées par le vent et la vision d'un loup démesurément grand ne fit qu'accroître leur peur. Ils ne le reconnurent pas, c'était normal il n'avait plus la même apparence, il ne rivalisait pas de taille avec le cerbère mais sa rage en cet instant lui faisait lui ressembler. Le reste ne fut qu'un pur massacre. Il y eut des cris, des effusions de sang mais Kamuy resta implacable. Quand il eut enfin fini il ne restait pas grand-chose des hommes qui avaient tenté de s'en prendre à sa maîtresse. Mais c'est seulement à cet instant qu'il réalisa ce qu'il avait fait. Il ne valait pas mieux que ces humains qu'il avait haïs et haïssait encore et la vision d'Iris lui apparut une nouvelle fois.

Des larmes se mêlèrent à la pluie ruisselante sur son visage et toute cette peine accumulée et stockée en lui ressortit en partie à ce moment. Il hurla comme le font les loups pendant un long moment. Communicant sa peine à la lune. Rien n'aurait pu apaiser son chagrin, rien. Et en plus de ça il avait laissé Lilith et Aylyä seules. Il hurla encore, un long moment, et il entendit des pas dans son dos. Il avait peur de se retourner maintenant, peur d'affronter le regard de la jeune femme aux cheveux de feu, il ne pourrait soutenir son regard. Finalement il se retourna quand même, sa peine se lisait sur son visage. Il leva les yeux sur sa maîtresse et les baissa aussitôt, avant de reprendre son apparence coutumière…
Revenir en haut
Aylyä

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 21 Mar - 22:48 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

[Taille modeste ?! Je n'suis pas sûre que le mot convienne Kamuy, c'est déjà d'une belle longueur je trouve^^]


Un léger goût amer de culpabilité s'était emparé de la bouche d'Aylyä alors qu'elle prononçait ces quelques paroles… Il est vrai que ce n'était pas là son histoire, et elle s'en voulait quelque peu de ne pas se montrer honnête avec cette jeune femme si gentille à son égard - et juge, qui plus est ; mais elle ne tenait pas à faire étalage des ombres et des secrets de sa vie dans cette riche famille commerçante, du moins pas à la première venue, si sympathique soit elle. Et puis, une certaine discrétion s'imposait si elle ne tenait pas à ce que ses parents adoptifs la retrouvent…

Elle se mordillait doucement la lèvre, tentant d'éloigner ce vague sentiment de culpabilité si désagréable lorsque le tintement métallique de quelques pièces de monnaie la sortit de ses réflexions. Zut, elle n'avait pas prévu que la jeune juge lui paie sa boisson. Un léger sourire s'emparant de ses lèvres pulpeuses, elle s'empressa de remercier la propriétaire du Chateau Shidori, fidèle à son éducation de jeune fille de bonne famille.


« - Merci beaucoup, Lilith… Mais c'est inutile, j'aurais pu payer. Je tiens à… » Elle fut interrompue dans ses propos par un cri strident, qui n'exprimait que peine et douleur. Alertée par ce hurlement, la jeune fille aux cheveux d'or ne tardit pas à se tourner vers son origine. Kamuy tenait dans sa gueule la jambe ensanglantée d'un des deux hommes qui, un peu plus tôt assis au comptoir, n'arrêtaient pas de jeter aux deux demoiselles des regards légèrement déplacés, qu'Aylyä n'avait que peu appréciés. Déjà son compagnon posait sa main sur l'épaule de Lilith, dont la réaction pour le moins… sportive surprit à peine la jeune fille.

La juge avait fracassé le nez du saoulard sur la table, et lui maintenait désormais la tête appuyée sur cette même table, sous le regard surpris et teinté d'un soupçon d'horreur d'Aylyä… Où une juge et jeune fille de bonne famille avait-elle donc appris à se battre comme ça ?! Plus encore, c'est le regard assoiffé de combat que la demoiselle Shidori releva vers elle qui glaça le sang de la belle aux cheveux blonds. Elle retrouva un semblant de calme assez rapidement pourtant, et intima à son invocation de lacher l'homme qu'il avait attaqué avant d'ajouter à l'attention de l'aubergiste


« - Navrée pour ce qui vient de se passer… Je… Nous allons y aller… Aylyä, si tu souhaites un endroit où dormir, je t’accueillerais volontiers au Château. »

« - Je… » Un instant d'hésitation la prit. Lilith lui avait fait bonne impression jusque là, mais cet incident lui avait révélé un aspect de la personnalité de la juge qui la perturbait quelque peu… Elle finit tout de même par accepter poliment l'invitation, au moins aurait-elle un endroit pour dormir, par n'importe lequel de plus. « J'accepte avec plaisir ; c'est très gentil, merci… »

Sentant dans le comportement de la juge que celle-ci tenait à ne pas s'attarder trop longtemps dans l'auberge, Aylyä se hâta d'attraper la longue cape noire qu'elle avait posée sur le dossier de sa chaise. Elle jettait celle-ci sur ses épaules avec élégance lorsqu'un des hommes, étant enfin parvenu - avec bien des difficultés et l'aide de son ami - à se relever prit la parole avant de quitter la pièce à toute vitesse…

"Vous allez le regretter! On vous le fera payer la prochaine fois!"

Simple parole d'ivrogne, qui fit soulever un sourcil de la jeune fille aux cheveux d'or… Elle fut plus inquiète de la soudaine et inattendue réaction de Kamuy suite à ces paroles… Le semi-dieu, après être resté immobile, le regard dans le vide, quelques instants, s'était soudain enfui tel une furie, à la poursuite des deux hommes.

Une demi seconde interdite, Aylyä secoua vivement la tête pour se reprendre, noua rapidement le nœud de sa cape noire et lança un regard à Lilith pour lui signifier qu'elles pouvaient quitter l'endroit ; ce qu'elles firent au pas de course. La jeune fille se dirigea à toute vitesse vers les écuries attenantes à la petite auberge pour récupérer Lòmion, avant d'accompagner la juge sur les traces de sa lunatique invocation… Une pluie forte et fraiche tombait toujours, s'abattant avec force sur Aylyä comme sur Lilith, les trempa rapidement.

Kamuy les distancait largement, malgré la course folle dans laquelle les deux jeunes femmes s'étaient lancées. Curieusement, la sombre silhouette du loup semblait grandir progressivement dans la nuit. Emporté qu'il était par sa colère et sa rage, il finit par prendre une telle allure que les demoiselles à sa poursuite perdirent sa trace… Bien forcées de se rendre à l'évidence, elles interrompirent soudainement cette course folle et improvisée, en profitant pour reprendre leur souffle. Aylyä flatta l'encolure de son étalon noir tout en jettant un coup d'œil à Lilith qui semblait nerveuse…

Un cri, strident et affreux, déchira le paisible silence de la nuit ; rapidement suivi par un autre et encore un. Un furtif regard échangé entre elles et les deux jeunes femmes reprirent leur course, guidées par ces hurlements dont l'origine semblait humaine. Les vieux pavés, abîmés, décollés ou même disparus pour certains, se succédaient sour leurs pieds, laissant de temps en temps place à une flaque d'eau que la rapidité de leur course ne leur permettait pas toujours d'éviter.

Les cris ne faiblissaient pas dans la nuit, au contraire poursuivaient-ils leur plainte douloureuse et pénible. Chacun de ces hurlements arrachait une légère grimace de pitié au joli minois d'Aylyä, qui pourtant suivait toujours la juge en courant… Jusqu'à ce qu'enfin les hurlements se taisent, la nuit retrouvant son calme paisible, qui pourtant avait quelque chose d'inquiétant désormais.

Les deux jeunes femmes finirent par arriver dans une petite ruelle sombre, moins d'une minute après la fin des cris, et découvrirent avec surprise la scène qui s'étendait sous leurs yeux… Chamboulée, Aylyä lacha les rênes de cuir qu'elle avait tenues dans ses mains durant toute sa course, et ne fit plus attention à la juge qui se trouvait à côté d'elle.

Sous son regard de jade, surpris, horrifié et inquiet à la fois, se trouvait Kamuy, dont la taille démesurée avait quelque chose d'alarmant… Et puis surtout, derrière lui, les restes de ce qu'on ne pouvait même plus identifier comme deux corps humains, dans un bain de sang et de chair déchirées. Spectacle qui retourna le cœur de la belle aux longs cheveux d'or qui jamais dans sa luxueuse vie de prisonnière d'un palais d'or et de nacre n'avait vu pareille horreur… Un vent, glacial et violent, se leva soudain, et vint animer ses longues mèches couleur de blé ruisselantes de pluie. Quelques larmes se mêlèrent aux gouttes sur ses joues fraiches, et elle reporta un regard lointain et vide de toute expression sur l'invocation, muette.




[Hrp: Si je fais trop agir ton personnage Lilith, dis le moi et je modifierai wink]
Revenir en haut
Lilith

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 30 Mar - 13:19 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

[La taille est plus que respectable, Kamuy XD Et puis le contenu est peu ordinaire ^^)]


Les hommes avaient reçu la plâtrée de leur vie, à n’en pas douter ! L’incident clos, Lilith tentait de reprendre le fil de la discussion.

« - Je… J'accepte avec plaisir ; c'est très gentil, merci… »

La juge avait bien senti le ton incertain et vu le regard fuyant d’Aylyä. Elle ne pouvait cependant rien faire pour changer ce qui venait de se passer, ni changer ce qu’elle était. La jeune femme avait sans doute accepté plus parce qu’elle ne trouverait rien dans l’immédiat que par réelle volonté. Lilith s’en fichait un peu, du moment que la jeune femme l’accompagnait. Elle fut interrompu dans sa tentative de répondre par une voix pâteuse.

"Vous allez le regretter! On vous le fera payer la prochaine fois!"

Des paroles en l’air, sûrement, venant de la part des deux perturbateurs. Imperturbable, Lilith finissait de s’excuser auprès du tavernier quand elle sentit que quelque chose clochait avec Kamuy. Il était figé, le poils légèrement hérissé. Elle ne voyait pas très bien sa gueule mais le peu qu’elle en vit ne lui plut pas du tout. De la rage brute ! Il ne manquait plus qu’il fasse un carnage dans la taverne et Aylyä prendrait la fuite à coup sûr ! Les deux hommes avaient été jeté dehors sans ménagement par le tavernier et son fils. Alors que Lilith allait rappeler à l’ordre son compagnon, elle le vit bondir et littéralement exploser la porte de l’établissement.

- Kamuy, NON !!

Dans un juron bien senti, elle lâcha distraitement une grosse bourse sur la table tandis qu’elle s’élançait à la poursuite du demi-dieu avec Aylyä.

* Mais qu’est-ce qui lui prend à celui-là ? J’ai l’impression qu’il ne m’a pas entendu en tout cas ! *

* J’ai peur que quelque chose n’aille pas avec Kamuy… Sa réaction est disproportionnée à la situation. Je me demande… *

* Je me fiche de ce que tu penses ! Pour l’instant, je dois rattraper ce fichu cabot ! *


Lilith rongea son frein en attendant que son invité récupère son cheval, le regard braqué sur la direction qu’avait prit Kamuy. Enfin, celle-ci était juchée sur sa monture. Au petit trot, Aylyä poursuivait Kamuy, suivit de prêt par une Lilith irritée et stressée. Elle sentait que sa nouvel invocation allait lui apporter des problèmes.

* Si j’ai des ennuis par sa faute, je… *

* Mais tais-toi donc à la fin !!! *


Soki reprit agressivement le contrôle. Pendant ce temps, le souffle court, Aylyä et elle poursuivait de plus en plus difficilement Kamuy. Heureusement, si l’on peut dire ça, l’un des hommes était blessés, les ralentissant. Soki eut l’impression de voir la silhouette de son ami grossir, ce qui n’était pas possible… si ? Tandis qu’elles tentaient de rattraper Kamuy, Soki remarqua que des blocs de terre avaient volés et recouvraient quelques dalles en pierre. Celles-ci étaient irrégulières, comme enfoncées dans le sol. Encore une fois, Soki se demanda s’il était possible que son ami en soit l’instigateur. Lorsqu’elles perdirent la trace de son compagnon, elles se regardèrent brièvement. Alors que Soki cherchait des yeux des traces de sang ou autre, que la pluie n’aurait pas déjà emportée, un hurlement inhumain empli l’air. D’autres suivirent, tout aussi glaçants que le premier. Le silence s’installa enfin et des hurlements déchirants rompirent le calme. Elles échangèrent un nouveau regard, exprimant tous deux un horrible pressentiment. Aylyä, sans doute choquée par les cris, finit par ne plus porter attention à elle et la distança. Dans un juron étouffé, Soki accéléra encore le mouvement, n’ayant jamais couru aussi vite de toute sa vie.

Le cheval avait stoppé et renâclait, nerveux. Il bouchait la vue à Soki sur la ruelle. Aylyä ne pipait mot, son regard figé sur la scène. Plus aucun bruit n’émanait du cul-de-sac. Elle contourna l’arrière-train de la monture et vit enfin. La scène se figea, personne n’osa émettre de bruit ni même bouger. Ce n’était même pas un lieu de combat mais de… de… de carnage !!! Son cerveau tentait de la protéger quant à la scène d’horreur face à elle mais la guerrière s’obligea à ne rien omettre. Tout d’abord, il y avait Kamuy –qui leur tournait le dos- immense, énorme, les poils hérissés sur le dos et surtout, recouvert intégralement de sang. Derrière lui se trouvaient deux cadavres plus vraiment identifiables… Ce n’était plus que des amas de chairs et d’os, quant ceux-ci ne s’étaient pas cassés sous les coups de dents en acier de Kamuy. Une immense marre de sang écarlate suintait des morts, glissant peu à peu vers la place centrale… L’eau diluait et étalait plus encore les fluides. Choquée, la guerrière ne savait pas trop comment réagir. Certes, elle avait vu des choses pas moins horribles, mais savoir que c’était SON compagnon qui avait fait ça, et non un monstre inconnu, la gênait.

Rompant son arrêt, Soki avança à pas lent vers Kamuy. Grâce à la pluie, le sang qui souillait sa fourrure gouttait. Le loup se retourna vers elle lentement, à contrecœur. Inquiète pour le demi-dieu et anxieuse de sa réaction, elle s’approcha encore, jusqu’à n’être qu’à une longueur de bras de son compagnon. Il évitait soigneusement son regard… Elle tendit un bras incertain et s’arrêta à mi-chemin. Il venait de la regarder, une minuscule seconde avant de baisser les yeux. Il reprit enfin sa taille initiale et ne fit rien de plus. Malgré que l’eau dévale son visage pointu, la jeune femme devina que des larmes se mêlaient à elle. Soki finit enfin son geste caressa fébrilement la tête de son tendre ami. Il semblait déchiré et tout aussi choqué par ce qu’il venait de faire qu’elle. Il se rendait apparemment compte de l'atroce carnage qu’il avait fait, à tord.


« - K… Kamuy. Mais qu’est ce qu’il t’a pris ?! Mais qu’as-tu fait…. »

En dépit de tout ce qu’elle voulait dire, cette seule phrase put sortir de sa bouche. Son cerveau marchait au ralenti. Elle continuait de le palper, elle voulait être certaine qu’il n’est subit aucune blessure. Elle prenait soin désormais à ne pas regarder les restes des deux hommes, le regard hanté. Elle allait probablement faire des cauchemars pendant plusieurs nuits… Les jambes tremblantes, elle préféra s’agenouiller, quitte à gâcher un habit par l’eau et le sang. Elle s’en fichait, elle. Que Lilith râle, si cela pouvait lui faire plaisir… Prudemment, elle continuait de passer sa main lorsqu’elle senti quelque chose de dur, pointu et froid coincé dans le pelage. Le corps soudain tendu, elle se figea, les yeux écarquillés. Reprenant son souffle, elle se mit délibérément devant Kamuy pour cacher ce qui allait se passer à Aylyä. Elle venait de voir suffisamment d’horreur pour ne pas avoir besoin d’en rajouter. La guerrière retira, le cœur au bord des lèvres, une côte humaine des poils de Kamuy. Elle ferma les yeux quelques instants pour contrôler les remontés d’acide et inspira par à coups. Puisqu’elle était mouillée, autant de pas faire dans la demi-mesure. Elle se cola à Kamuy, tentant de les réconforter tous les deux. Sa tête sur l’épaule de Kamuy, elle avait les mains croisés sur sa nuque. Elle chuchota dans son oreille, pour lui seul.

« - Rentrons, mon ami. Nous discuterons de ce qui vient de se passer au Château. Inutile d’avoir des témoins supplémentaires… »



[Navrée pour le délai, j'espère que cela valait le coup d'attendre !]
Revenir en haut
Kamuy

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 1 Avr - 14:16 (2009)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy] Répondre en citant

C'était trop tard pour essayer de se faire pardonner, trop tard pour tenter d'empêcher quoi que ce soit et de ce fait encore plus désastreux. Il ne s'agissait pas là d'un petit règlement de comptes, un passage à tabac ou même un meurtre accidentel, non c'était un carnage. Ca n'avait rien de commun, les corps, enfin ce qu'il en restait, n'étaient plus identifiables. La ruelle entière était tachée de sang et même la pluie avait du mal à le faire partir. Mais aussi la fourrure du loup était marquée par cette ignominie… mais cette marque ne pourrait jamais être pire que celle de son cœur. Il regrettait évidemment, ces hommes n'avaient rien à voir avec ceux qu'il avait connus et ils n'étaient sûrement pas aussi mauvais, ils avaient juste trop bu, ce n'était pas un crime. En revanche ce qu'il venait de faire en était un.

Il avait trop longtemps gardé en lui cette peine, son cœur souffrait toujours d'une plaie ouverte qui ne se refermerait sûrement jamais et il avait laissé cette vieille douleur ressurgir et confondu passé et présent. Etait-il devenu fou pour se laisser aller à tant de bêtise? Peut-être que personne ne regretterait ces deux hommes, mais il y aurait toujours quelqu'un pour se souvenir de ce qu'il venait de faire… et pire que tout cette personne était sa maîtresse. La seule et unique personne pour laquelle il ferait sûrement tout, la seule personne vivante qu'il voulait voir sourire.

Aylyä était restée interdite devant ce spectacle. Dans sa vie passée elle ne devait pas avoir assisté à une telle démonstration de violence et de cruauté, peut-être n'avait-elle jamais vu un vrai combat à mort. Il aurait aimé la rassurer, mais il n'avait pas la force de soutenir son regard.

Lilith quant à elle cherchait à comprendre. Il n'avait jamais fait montre d'une quelconque animosité envers qui que ce soit, ce n'était pas dans sa nature de détester et d'être méchant. Il restait toujours impassible et même les agissements passés du puissant Cerbère ne lui avaient jamais apporté qu'un peu de regret et aucunement de la colère. Cette jeune femme était très gentille avec lui, peut-être un peu trop. Elle aurait pu entrer dans une colère phénoménale, l'injurier, lui hurler dessus et le renier… et elle aurait eu raison… et il n'aurait pu la contredire. Mais non, elle restait contre lui à le caresser et à lui apporter un réconfort qu'il jugeait ne pas avoir droit d'avoir.

Il était temps de rentrer, tant pour éviter d'avoir des ennuis que pour se retrouver à l'abri et pouvoir discuter plus calmement de ce qui venait de se passer. Cela faisait beaucoup trop pour une seule et même soirée, Kamuy allait devoir rendre des comptes, il ne pourrait pas esquiver les questions comme d'habitude, sa maîtresse avait droit à des réponses.

Il acquiesça lentement en remuant la tête et attendit que Lilith se redresse pour faire quelques pas vers Aylyä. Son cheval, qui l'avait plutôt bien accueilli tout à l'heure recula et alors l'invocation s'arrêta, attristée. Il leva la tête vers la jeune femme aux cheveux d'or, soutins son regard un bref instant. Il voulait s'excuser pour tout ça, elle n'avait rien à voir là-dedans et elle assistait au plus horrible spectacle qu'elle verrait sûrement jamais de toute sa vie. Mais il ne trouvait pas les mots.


"… Désolé…"

Ce fut tout ce qu'il fut capable de prononcer. Il détourna totalement la tête et se mit lentement en marche en prenant la direction du manoir. Il accéléra le pas quand il sut que tout le monde le suivait, il ne fallait pas qu'ils restent trop longtemps ici, autant mettre le plus de distance possible entre cet endroit et eux le plus vite possible.

Pendant le voyage il ne prononça pas un mot, se contentant d'afficher une mine triste, il ne pouvait rien faire d'autre. Il n'avait plus envie de rien, il n'avait même plus le goût de vivre. Si Lilith n'avait pas besoin de lui, bien qu'il se demanda longuement si elle en avait vraiment besoin, il se serait donné la mort, il aurait trouvé comment…

Alors la scène repassa sans cesse dans sa tête en boucle, se mêlant à ses souvenirs et à son précédent massacre. La pluie n'arrivait pas à effacer totalement les traces de sang présentes sur sa fourrure grise. Ses larmes coulèrent et il avançait… et ses larmes coulèrent…


CLÔTURE DU SUJET POUR CAUSE D’INACTIVITÉ
Pour le rouvrir envoyer un Mp à l'un des membres du staff.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:04 (2016)    Sujet du message: Arrivée sous la pluie… [Avec Lilith & Kamuy]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com