Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
A la quête de Chi. [PV Aliza]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lawrence Erigdje

Hors ligne


Inscrit le: 27 Juil 2008
Messages: 292
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Métier dans le jeu: Chasseur solitaire.
Invocation(s): Chi, une peluche rocheuse au coeur de pierre.
Point(s): 36

MessagePosté le: Mer 7 Jan - 16:42 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Prologue.
Lawrence n'était ni chasseur dans un clan, ni chasseur professionnel, étant donné que sa vue ne lui permettait pas de se prétendre plus fort qu'il ne l'était, même si il avait pourtant les qualités requises. C'est donc par bouche à oreille que Lawrence apprit ce qu'il pouvait se passer en ville, dont la fameuse victoire de Pug. Et même si il ne le connaissait pas, il se dit qu'il voulait devenir plus fort, lui aussi. Une invocation de faible niveau comme Aliza durant son éveil risquait d'être trop fragile au début, du fait que sa mémoire ne soit pas encore complète. Du coup, l'idée de Lawrence fut immédiate, prendre une autre invocation pour les entraîner ensembles, et puis par la même occasion, ne plus laisser Aliza seule parce qu'elle est née comme demi déesse. Ainsi, trouvant que l'eau et la terre se complétaient bien, Law partit sur l'idée de trouver une invocation de type sol.
Il savait bien entendu que cette fois il rentrerait vite à Lüh, pour revoir Ariez après la magnifique soirée passée avec elle, pour repartir ensuite en chasse quelque temps. Law se promettait de ne plus passer trop de nuit dans les bois comme il le faisait avant. De plus, le temple de la terre se situait relativement près de la ville, et il y avait une rivière à traverser. La veille, il devait déjà se préparer à toute éventualité.


La veille.

Un vent froid soufflait dans toutes les rues, l'hiver c'était installé et le bal était passé. Le Nouvel an, maintenant terminé, les gens sortaient de chez eux et se mettaient à retravailler, glacés jusqu'aux os. Dans la maison de ses parents, Lawrence préparait son ascension. La soirée avec Ariez était vite passée, le jour avant, et il s'en fallu de peu pour qu'il puisse s'amuser avec Aliza. Malgré tout, tout c'était bien déroulé, et ils iraient donc tout deux jusqu'au temple de la terre, revenant après, au maximum, une semaine. La mère et Law et son père les aidaient à tout préparer, ne négligeant surtout pas d'offrir à l'invocation de bons vêtements de voyage, solides, à mettre sur ceux qu'elles possédaient déjà, afin de ne pas abîmer quoi que se soit.

-Aliza, prenez soin de vous, je suis très heureuse de vous connaître. Plus qu'une invocation, vous êtes une jeune femme splendide. Disait la mère de Law à Aliza.
-Merci de nous aider, mère. Ne vous inquiétez pas pour nous. Répondit Lawrence avec un large sourire.

Dans deux grandes sacoches à mettre en bandoulière, Lawrence mit des provisions de nourriture, quelques petites armes légères telle que des couteaux ou des poignards. Il prit avec lui bien entendu son épée, qu'il rangea dans son fourreau avec soin. Très vite, il prépara aussi de nombreux vêtements solides qui résistaient surtout à la pluie, chose plus dérangeante pour lui l'humain, qui n'était pas du genre à supporter l'eau comme Aliza le pouvait. S'ajoutèrent enfin diverses choses comme des lotions, du savon, des gourdes d'eau... etc. Lawrence se sentit vite prêt et dit à Aliza qu'il valait mieux se lever tôt le lendemain, et donc ne pas trop tarder à aller coucher. Lorsque ses parents, habitués à son rythme de vie, allèrent dormir, Law prit son épée, et sortit dans leur jardin.
Il était certes petit, mais cela augmentait justement la difficulté. Car oui, malgré les conseils qu'il venait de donner, Law voulait se ré entraîner. Cela faisait longtemps maintenant. C'est donc dans un silence extrême qu'il pénétra dans la cour silencieuse. Ses pas dans la neige provoquaient un bruit formidable, lui permettant de situer quelconque personne faisant de même. Dans un silence impeccable, Law sortit en un clin d'œil la lame qu'il souhaitait aiguiser à force de coups dans le vent, tant il s'acharnait à l'entraînement qui lui était bien plus nécessaire qu'a tout ceux qui voyait. Concentré, il savait ou se trouvait chaque chose par habitude et se dit qu'il devait faire confiance en Aliza pour lui décrire chaque lieu, afin qu'il sache ce qu'il faisait.
D'abord dans le vide, ses coups étaient instables et maladroits. Lawrence s'étira et reprit, cette fois avec plus de sûreté. Sans doute l'effet de la "rouille". Du coup, ses mouvements redevinrent légers et rapides.
Il s'entraîna 4 heures de suite, sans répits, en gardant ses vêtements brûlants. Il ne pouvait pas prendre le risque de s'enrhumer, non plus.
C'est donc plein de sueur qu'il rejoint Aliza dans la maison, pour ensuite prendre un bain rapide qui lui procura un bien fou. Dans la baignoire improvisée, Law resta environ deux heures. Il était une heure du matin, quand, enfin, Lawrence put aller se coucher. Sa nuit fut rapide et sans rêve.


Le jour J.
5h. Le matin c'était invité dans la chambre de l'aveugle, n'hésitant pas à le provoquer de ses rayons, quel dommage que Law ne puissent en être autant perturbé que tous les autres ! Il se leva rapidement, fit son lit bien sur, pour rejoindre Aliza en silence à l'étage inférieur, ou on lui avait installé un lit improvisé.

-Bonjour... Dit-il doucement, encore ensommeillé, baillant, décoiffé et plutôt idiot avec un air de marmotte endormie. Soyons silencieux, mes parents dorment encore. As tu bien dormis, Aliza? Termina t-il avec un sourire tendre, charmant. Le matin, il avait la patte douce, dirait-on ! A propos, ajouta t-il brusquement; - Depuis que tu à récupéré ta vraie nature, il y a de fortes chances que nous trouvions une bribes de ta mémoire sur la route, c'est une bonne nouvelle, n'est-ce pas?

Puis il continua de s'apprêter en silence, papotant avec son invocation. C'est donc vêtu de deux haut légers, d'une chemise en tissu beige et de plusieurs couches de gilets avec bien entendu entre eux deux côtes de mailles extrêmement fines que Law était assuré de ne pas avoir froid. S'ajoutèrent un pantalon qui était assez lourd, que sa mère avait confectionné pour le protéger, et une paire de chaussures noires, pratiques pour la marche. Lawrence termina par enfiler son manteau-cape noir, ses deux sacs de toile en bandoulière juste au dessous. Il sortit de chez lui suivit d'Aliza, et commença par acheter deux chevaux pour la route, même si il ne dut pas les payer bien cher, car il savait que la route n'était pas grande et qu'il n'avait pas besoin de superbes chevaux. Pour Aliza, il avait eu la chance d'être dans les landes, mais cette fois ce retrouvé en ville lui avait aussi réussit.
C'est donc sur un grand cheval gris que Law monta, suivit d'un blanc immaculé pour Aliza. Le vendeur disait qu'il illuminait la beauté de la jeune invocation, qui était évidemment d'autant plus séduisante.


En route.
Traversant le chemin et ayant vite quittés la ville de Lüh, Lawrence et Aliza se retrouvèrent sur des chemins, puis des sentiers. De temps en temps ils croisaient un marchand, des chariotes de vendeurs ou autres, en route vers la ville. Malgré que le soleil dormait encore un peu et que le ciel se teintait à peine de bleu foncé, le froid semblait s'être calmé et Lawrence survivait bien, avec toutes les couches qu'il supportait. Avec Aliza, il pouvait parler mais tâchait de se concentrer au maximum sur les bruits qui l'entouraient, et qu'il devait suivre sans arrêt pour ne pas s'égarer. Malgré le fait que la fatigue l'emportait et que le silence régnait, aucun des deux ne semblait vouloir discuter. Et pourtant très vite, Law s'arrêta sur la route pour demander ;

-Arrête moi si tu vois quelqu'un, car même si le sentier me permet de savoir ou il met ses sabots, je ne pourrais pas toujours savoir si quelqu'un veux traversé. Je compte sur tes yeux, Aliza. D'habitude, je voyage à pied.

Et donc, Aliza était toujours devant ou à côté de Law. Même si il contait laisser les chevaux plus loin, près de la rivière, attachés, il se disait qu'en attendant, il valait mieux rester avec eux, c'était bien plus facile de voyager de la sorte. Puis, même si ils employaient rarement le galop, Lawrence savait qu'il pouvait s'amuser, car il connaissait les lieux, et n'hésitait pas à s'arrêter parfois pour demander une description de paysage, pour se rassurer.

La route dura environ une bonne partie de la journée. Le soleil était maintenant bien levé et la chaleur emplissait seulement les lieux enneigés, dont la fine pellicule immaculée brillait de milles étoiles d'eau. Une fois arrivés à l'entrée de l'autre territoire, Lawrence s'arrêta et proposa ;

-Veux tu boire quelque chose? Manger? Profitons en, il nous reste 5 heures de route avant de poser le campement. Puis, après la rivière, nous devront y aller a pied. Les chevaux nous retarderons, si nous allons avec eux jusque la bas. Il parait qu'une pente époustouflante à grimper se trouve sous le temple.

Puis descendit de son cheval, l'attachant à une branche, pendant qu'Aliza faisait de même, le temps d'une pause.

-A partir d'ici, je m'y retrouve mieux. On pourra faire une course, si tu veux. Disons qu'au moins, ici, même si je me trompe, il n'y a pas de danger, c'est assez peu peuplé. Puis il ajouta : j'espère que tout va bien pour toi, qui fut enfermée si longtemps.. ?





Dernière édition par Lawrence Erigdje le Lun 12 Jan - 21:20 (2009); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 7 Jan - 16:42 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aliza

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 8 Jan - 15:56 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Le vent était glaciale en cette soirée d'hiver, le bal était passé et Aliza y pensait encore avec nostalgie, même si elle n'avait pas été convier elle s'était amusée avec ses personnes qui avait bien voulut lui tenir compagnie. Elle se souviendrait toujours de ses danses enivrantes, de cet homme, imposant qui lui avait dit que les invocation comme elle aurait pur être a cette soirée, de cette danse où elle s'était sentit en sécurité, comme si elle dansait avec un de ses parents. Elle se souvint avoir penser à sa sœur, cette invocation qui pourtant ne partageait avec elle que cette haine des humains, elle se demanda si Lawrence aurait bien voulut la libérer aussi, mais il semblait plus occuper par le temple de la terre plus que par celui de l'air. Il l'avait emmenée dans sa demeure, lui avait présenté ses parents, qui la trouvèrent très belle, le compliment eu l'effet d'un tendre baiser dans le coup, Aliza frissonna et en rougie aussitôt.

= Je vous remercie Madame Eridjge. Je suis aussi heureuse d'avoir enfin put faire votre connaissance. Je ne pourrait ne pas vous retourner le compliment, vous êtes une très belle femme vous aussi. =

Tout en rougissant Aliza continua à complimenter la femme, elle trouvait que si Lawrence était beau la mère ne pouvait pas en être autre, elle fit de même avec le père. Découvrant les joies de la famille, Aliza se laissa aller à rêver d'une vie comme celle-la, une famille aimante, une vie normal... Mais elle était née invocation et éternellement elle le restera. Suivant comme une enfant la mère de Lawrence, elle l'aida dans les taches ménagères, sans vraiment trop de difficultés, Elle avait soif de connaissance et étudier la vie humaine quand on l'a dénigrer peut devenir un sujet plus qu'amusant. Imitant chaque gestes de la mère, riant quand celle-ci s'en apercevait. Madame Eridjge offrit à Aliza des vêtements chaud pour la préserver du froid et surtout ne pas abimer ses habits. Elle avait laisser le soin à Madame Eridjge de garder la robe que Lawrence lui avait acheter, dans une petit coffre qu'elle avait promit de laisser pour quand l'invocation allait revenir. Le soir, quand la mère avait finit de donner ce qu'il fallait pour le voyage, elle donna ensuite le diner, composer d'une bonne soupe consistante et d'un bon morceau de pain fait maison qu'Aliza s'empressa de dévorer avec appétit, elle appréciait grandement les mets chaud fait de légumes et le pain moelleux de Dame Eridjge.

= Je vous remercie, ce diner fut très bon. =

S'inclinant, elle défit la table et aida à faire la vaisselle. Quant les parents de Lawrence furent coucher, Aliza s'installa dans son lit, seulement vêtue d'une longue robe de nuit, car celle-ci n'était non loin du feu de bois encore brûlant. Elle savait ce que Lawrence faisait dans la cours, entendant les bruits de lames fendant le vent, il s'entrainait. La couverture ramener vers elle, entre ses bras, la serrant contre sa poitrine, Aliza leva les yeux vers le plafond, doucement, elle appréciait cette vie, emplit de douceur et de bonheur. Finalement, se dit elle, les humains, ceux qui reste, sont bien... Peut être pas tous, mais le peu qu'elle rencontrait était gentil et compréhensif avec elle. Se souvenant de ceux qui détruisaient et tuaient sur le passage, la plaie du monde avait finalement disparue. Peut être que d'une façon, le fait qu'elle soit redevenue presque elle-même était une façon dont les dieux montraient qu'ils l'avaient un peu pardonner... Mais pourquoi lui avait ils donner le pouvoir d'aimer ? Son cœur battait quand il était là... Lui... Et aussi... Il était dur d'aimer, mais elle savais que c'était son honneur et de celui qui aura le malheur de l'aimer. Elle secoua la tête, encore embrumée dans ses rêveries. Elle savait que demain, ils allaient se lever tôt, elle décida finalement d'essayer de s'endormir, calmement au coin de ce feu.

Il devait être vingt-trois heures quand Lawrence fini son entrainement, il avait beau fait tout son possible pour ne faire aucun bruits, Aliza sentit tout de même sa présence et ouvrant un œil, elle le suivait des yeux, il allait prendre un bain bien chaud. Aliza fini donc par s'endormir véritablement.

Le réveil au son de la voix de Lawrence n'était pas désagréable, mais Aliza aurait bien dormit un peu plus, il prononçait doucement sans faire trop de bruits le prénom de l'invocation. Il lui demanda si elle avait bien dormit, elle lui répondit avec sa voix voilée et un peu endormit :


= J'ai encore un peu envie de dormir... Mais ça va... =

Il lui fit un sourire tendre, doux, elle lui rendit aussi sont sourire. Il lui parla de sa mémoire, et la possibilité de trouver des sphères de mémoires sur la route qui les mènerait vers le temple de la terre.

= Tout est possible maître Lawrence... =

Dit- elle la vois encore pleine de sommeille. Elle se leva lentement de son lit, sans vraiment faire attention a Lawrence, elle se mit nue devant lui puis enfila une culotte blanche, des collant en laine noire, sa longue jupe bleu ornée d'une ceinture/bijoux, puis une chemise de laine bleuté que la mère de Lawrence lui avait tricoter, puis le manteau de laine qu'elle avait mit la veille ainsi qu'une écharpe et des gants tout deux d'un bleu foncée éclatant. Une fois sortit, Lawrence prit le temps d'acheter deux cheveux, un vieux étalon gris qui semblait avoir vécus pour Lawrence et une jument blanche fine mais plutôt petite pour Aliza. Le vendeur ne tarissait pas déloge pour Aliza, disant que le blanc de la robe de sa monture la rendait que plus belle. Elle ne s'en sentit pas troubler et continua a regarder droit devant elle, dans ciller. Le chemin vers le temple allait être semer d'embuches en tout genres, et Aliza comme si elle était les yeux de Lawrence décrivait les lieux avec une précision digne d'un grand poète, mais elle n'allait pas dans les détails et précisait bien ce qu'il y avait de plus important. De villages en villages, de marchants ambulants à bardes, ils croisèrent des foules de personnes ayant de différentes façon de les abordés, et surtout leur manière pour essayer d'aller la bourses de Lawrence significativement, mais a chaque fois cela ne marchait pas, et Aliza leur faisaient bien comprendre en sortant légèrement sa lame de son fourreau. Se plaçant légèrement devant Lawrence, pas trop pour pouvoir le voir mais assez pour éviter les obstacle qui pouvaient paver leur route, Aliza fit attention a ce que sont cheval ne passe pas dans les route boueuses ou marécageuses, mais aussi quand un voyageur croisait leur route. Parfois, quelques personne demandait leur chemin, et Lawrence leur répondait rapidement et précisément. Leur route était longue, et le soleil n'y aidait pas vraiment pour ce qui était de réchauffer leurs pauvres corps meurtrit par le froid. Aliza éternuait de temps en temps, signe qu'elle avait peut être attraper froid, mais elle faisait tout pour que Lawrence n'en soit pas gêner. Le sol était blanc, il avait peut être neiger cette nuit, et plus ils s'approchaient de la rivière, celle qui traversait la frontière entre la ville et le temple. Le verglas était plus que glissant et souvent, elle prenait la bride de l'étalon de Lawrence pour le guider sans que les deux équidés tombent, ce qui aurait put avoir un résultat plus que fâcheux. Elle n'osait même pas imaginer l'état des pauvres bêtes et surtout d'eux si les chevaux étaient tomber sur leur cavalier. C'est donc avec prudence qu'elle prit soin de Lawrence.

Il s'était écouler trois longues heures depuis que leur route avait commencer, Lawrence demanda à Aliza ce qu'elle voulait faire, surtout qu'il leur restaient encore cinq heures de routes, et pourtant de loin, la rivière était visible, brillante sous le soleil.


= Ce que je veux ? Je ne dirait pas non à un peu de la brioche que votre mère à fait la veille de notre départ. Si un long chemin nous attend il vaux mieux que nous soyons reput. Ce n'est pas le ventre vide que nous pourrons délivrer une invocation. =

Lawrence descendit de son cheval et Aliza en fit de même avec sa jument, les enchantent à un arbre proche, les deux voyageurs prit le temps de souffler un peu. Aliza fit descendre le sac de provision de se la selle de sa jument; et le posa prêt de Lawrence. Il lui parla de course, en expliquant qu'il connaissait le terrain et qu'il n'y avait rien craindre, mais Aliza se dit qu'il valait mieux faire attention, car le danger pouvait venir de nul pat et de partout à la fois. Il lui demandait si elle aillait bien, pour elle qui avait été enfermer pendant des millénaires. Elle lui sourit comme pour le réconforté :

= Une course ? Pourquoi pas ? Cela pourrait être amusant. =

Elle prit le sac et sortit la brioche fait la veille :

= Je vais bien, j'avoue tout de même qu'entrer dans un temple me fait un peu peur, mais l'enfermement plus que le danger pourrait me glacer le sang. Vous comprenez je suppose. =

Prenant un bout de cette pâtisserie qu'elle aimait tant, elle en tendit le reste a Lawrence, puis croqua dans le moelleux de la brioche.

= Votre mère est une fine pâtissière, je n'ai jamais manger une si bonne brioche... Même si elle n'est que la seconde que j'ai put goûter. =

Levant les yeux au ciel, évitant tout de même le soleil éblouissant de l'hiver, si blanc qu'il brûlerait les yeux de la jeune demoiselle. Elle s'adossa a sa jument, qu'elle avait affectueusement appeler 'Banma' (A prononcer à l'anglaise) qui signifiait perle en langue ancienne. Elle s'était prit d'affection pour sa monture qui bizarrement lui montrait le même sentiment, et parfois gentiment, elle lui mordait les cheveux ou lui donnait des petit coup de mufle sur l'épaule.

= Je crois bien que Benma, m'aime bien. =

Elle sourit à Lawrence tendrement, fermant à moitié ses grand yeux d'un rouge soutenu. Profitant de la chaleur du souffle de la bête, Aliza un fois qu'elle eu fini son bout de brioche et en eu donner à sa belle Benma, prit son coup dans ses bras, la tête de l'animal reposant sur l'épaule gauche de celle-ci, elles faisaient en quelque sorte un gros câlin.

= Elle est tellement mignonne... saurait été dommage de ne pas la prendre. Puis... =

Lâchant un peu la jument, Aliza caressa son flan et fit un clin d'œil a Lawrence.

= On a eu deux chevaux pour le prix d'un seul ! =

Cette phrase aurait bien put décontenancer Lawrence, elle venait de lui apprendre que la jument qu'il avait acheter était pleine. Aliza l'avait deviner que seulement, ce qui était intriguant.

= C'est une petite cachottière dit donc. N'est pas Law ? =
Revenir en haut
Lawrence Erigdje

Hors ligne


Inscrit le: 27 Juil 2008
Messages: 292
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Métier dans le jeu: Chasseur solitaire.
Invocation(s): Chi, une peluche rocheuse au coeur de pierre.
Point(s): 36

MessagePosté le: Jeu 8 Jan - 20:14 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Aliza avait eu un comportement très différent que celui qu'elle avait auparavant, même si elle n'avait pas retrouvé sa mémoire, son caractère était bien différent, tout comme sa façon de réagir face à certaines choses. Néanmoins, elle gardait une partie enfantine et polie tout à fait charmante, qui ne déplaisait absolument pas à la mère de Lawrence. Celle ci passa son temps à chouchouter l'invocation, qui bien entendu appréciait la chose. C'était une occasion pour Aliza de découvrir ceux qui avaient élevés Lawrence, et ce même si il avait beaucoup vécu en dehors de chez eux. L'amour qu'il leur portait était immense, et il savait que quoi qu'il arrive, il leur devait la vie. Même si sa vue fut endommagée grandement, Law' serait mort à l'heure qu'il était si ses parents ne l'avaient pas soignés durant des jours, après cette attaque de griffon qui avait détruit à la fois son passé et son présent; probablement aussi son futur. Tant de souvenirs lui remontaient à chaque fois dans la tête lorsqu'il franchissait le pas de la porte, se rappelant d'avoir marcher durant des heures avant de trainer en rue comme un mort, en sang, pour enfin rentrer chez lui ! Dans la rue, effrayés, les gens ne l'aidaient pas, les gens ne le regardaient pas. Dans la seule ville qui composait l'ile d'Arcane, personne d'autre qu'Alexandra n'avait réellement regardé Lawrence. Et après tant d'années, savoir que deux autres personnes entraient dans sa vie était déjà un phénomène extrême, mais il n'y avait pas que cela. Sieg, Gaïa, Ariez, Aliza, ... Tant de monde en si peu de temps ! Le froid et l'hiver aurait-il donc rassembler tant de rencontres ? Mais je ne dis pas là que Law' regrettait ces nouvelles liaisons, au contraire. Connaitre enfin du monde, parler à d'autres gens, dans le fond il en avait la nécessité, comme toute personne humaine. Ou même les invocations. Car maintenant que law y pensait, Aliza vivait dans un endroit qu'elle n'avait jamais du comprendre. Une société ou chacun est liés par le sang et se tient les coude. Elle qui avait connu les guerres humaines, les conflit continuels.. Sans compter le fait qu'elle n'avait pas de réelle famille... Lawrence se dit que certaines choses en ce bas monde devraient être corrigées. Aliza aurait du avoir une mère, un père. Quelqu'un à qui se lier d'un autre lien que l'amitié. Et même si cela était impossible a changer, il décidait d'être une personne bien pour Aliza. C'est sur ces pensées qu'il s'endormit, avant le matin, dont le réveil fut dur.

Aliza lui répondit qu'il n'était pas impossible de trouver une quelconques bribes de sa mémoire. Joyeux malgré le réveil difficile, il continuait de se préparer, quand un bruit de vêtements vint le déranger. Ou plutôt, l'intriguer. Il entendait le bruit d'un vêtement tombé sur le sol, d'autre enfilés dont un bas apparemment bien garnis, vu le bruit que faisaient les différents ornements qui le composaient. Law se tourna vers Aliza qui était dévêtue, la main sur les yeux pour réflexe, et dit sur un ton ironique, bien qu'endormis :

-Tu es cruelle, si j'avais la vue, j'en aurait surement profité. Quelle injustice !

Car avouons le, même si le corps d'Ariez était un de ses caprices les plus poussés, celui d'Aliza devait resté agréable à l'œil. Nous n'allions pas nous limiter à ce point, n'est-ce pas? Et pourtant, Lawrence ne voulait pas trahir Ariez, et se contenta de déjeuner en silence avec Aliza une fois prête. Si il aurait eu la vue, il n'aurait cessé d'observer ce visage si mature et si beau qu'était celui de son invocation. Autant son air continuellement naïf lui manquait, autant cette nouvelle femme qui entrait dans sa vie ne lui déplaisait pas le moins du monde. Mais, elle le tutoyait encore... Aliza hésitait elle ? Ou avait-elle juste besoin qu'il lui demande? Fatigué, Law négligea ce songe et plongea dans son assiette pour se préparé à partir, bientôt.

Une fois dehors, la neige qui avait encrée les lieux refroidissait nos héros, même si c'était bien peu grâce aux vêtements qu'ils portaient. Chacun sur son cheval, Aliza et Lawrence se préparaient à quittés Lüh quand l'invocation du prendre les devants, pour son maitre inhabité aux voyages sur étalon. Lui définissant chaque parcelle du monde qui les entouraient, Lawrence suivait la voix d'Aliza a-à la lettre et savait parfaitement ou il était. Le seul vrai problème restait de maintenir le cheval, car sans ses propres pieds pour sentir le froid, Law ne savait ni au se situer les plaques de verglas ni ou étaient certains de ses repères. S'entraidant sans arrêt, les trois heures parurent néanmoins fort longues. C'est donc soulagés qu'ils c'étaient arrêter à 5h du temple, du haut d'une colline ou l'on voyait la rivière blanche que le soleil d'hiver illuminait. C'était un spectacle formidable, et Law le savait même si il ne pouvait plus en jouir. Bah, tant qu'a faire autant profiter de ce que l'on peut encore faire! De ce fait, Lawrence prit une gourde hors de son sac et en but quelques gorgées rafraichissantes, répondant à Aliza sur un ton tout à fait normal, un peu plus réveillé que celui du matin :


-En effet, d'ailleurs je suis très heureux que tu t'entendes bien avec elle. Et à ce propos, j'aurais une requête. Commença t-il tout en tendant une brioche à l'invocation qui venait d'attacher son cheval- Pourrais-tu me tutoyer? Quitte à resté ensemble longtemps, il vaut mieux ce passer de ce genre de politesse.

De suite, Aliza semblait heureuse de faire la course, même si en effet un danger pouvait surgir, law était préparé, et savait se battre. Aliza était encore de faible niveau par rapport à celle qu'elle était avant. Un combat serait en fait le bienvenu, les forçant ainsi à dépassé le premier stade. Hélas, Aliza gardait un très mauvais souvenir de son emprisonnement, et lawrence ne pu qu'ajouter a mi voix :

-N'importe quel humain en serait mort après quelques mois. Mais je ferais tout pour que tu ne sois plus jamais prisonnière.

Pour lui, être aveugle était un enfermement continuel dans le noir, même si il était libre de ses mouvements. Il comprenait donc le fait que la lumière du jour du manquer horriblement à la jeune femme.
Après quelques minutes, cette dernière lui tendit le reste de sa brioche, que Lawrence accepta sans broncher, après tout autant partager. Ils discutèrent ensuite de la mère de l'aveugle, une bonne pâtissière disaient-ils, un fin cordon bleu, mais surtout une femme courageuse et avec une gentillesse inébranlable. Mais tout cela, le principal concerner le savait bien entendu, vu qu'il remerciait chaque jour Dieu de lui avoir donner une aussi bonne mère, même si elle n'était pas réellement la sienne. A ce propos, l'avait il déjà dit à Aliza? Pour lui, ce n'était pas triste ou quoi que se soit, il se contenta donc de dire :


-Oui, mais je ne connais pas ma vraie mère. Je ne peux donc pas tenir de tous ses talents, quel dommage!

Mais c'est avec le sourire qu'il le disait, conscient que ce n'était point grave comparé a bien d'autres choses. Puis, le coupant, Aliza fit une remarque au sujet de la jument qu'elle possédait. Elle l'avait apparemment surveillée et avait remarqué quelque chose de peu banal. Law ne vit rien du clin d'œil d'Aliza mais s'approcha de la jument en lui caressant l'échine :

-Dans ce cas il faudra lui laisser une grande liberté si nous ne la prenons pas jusqu'au temple. En espérant qu'elle puisse se débrouiller seule. Si tu l'apprécies, nous garderons son petit, car il y a de forte chance que mon étalon en sois le père, et dans ce cas peut être le poulain grandira t-il assez pour être ton cheval personnel. Au moins, nous pourrons l'élever comme il faut.

Enfin, même si cette nouvelle était bonne, il fallait prier pour qu'elle ne donne pas naissance au poulain avant d'être arrivée au temple, ce serait impossible à gérer.
Lawrence reprit un peu d'eau et de brioche, laissant à Aliza le temps de boire un peu avant de remonter sur son cheval. Il savait se situer, puisque se territoire faisait partie de ceux qu'il connaissait le mieux, du moins à pied. Bientôt, il faudrait reprendre la route et puis Law prévoyait de faire une pause juste après la traversée de la rivière. Il fit signe a son cheval de reprendre le pas une fois qu'Aliza démarra elle aussi. Tous deux avançaient calmement, jusqu'à ce que Law disent, visant le ciel de ses yeux d'argent :

-Prête?

Avant de faire claquer les brides du cheval et que celui ci hennisse tout en galopant sur le sentier recouvert d'une neige plus poudreuse, et donc avec moins de gel. Lawrence se fit vite rattrapé par Aliza, même si cette course était plus amusante qu'importante. Sans doute dans une bien pire situation tout deux seraient plus rapide, mais l'important n'était pas là. Pourtant, sans trop savoir ce qu'il se passait, après quelques minutes de course, lawrence se stoppa.

-Stop ! Dit il tout en tirant les brides du cheval en arrière.

Il ferma les yeux et se concentrait, un bruit étrange résonnait dans sa tête. Était-ce un bruit de l'extérieur, ou bien juste une illusion? Lawrence se tourna vers Aliza :

-L'ambiance est étrange, par ici, tu ne trouves pas? Continuons encore un peu.

Puis ils reprit au pas, calmement. Le voyage dura de nombreuses heures supplémentaires, avant d'arrivé à la rivière. A cet instant, le bruit du ruissellement de l'eau sifflait dans les oreilles de l'aveugle qui se contentait de suivre Aliza, se préparant à traverser la rivière.

-Il y a un pont, mais assez loin. Je pense que nous devrions passer à cheval, nous sommes justement près d'un lieu ou la rivière n'est pas profonde. J'ai déjà jouer ici, quand j'étais enfant. Je m'en rappelle. Puis il ajouta faiblement - Aliza, je sens vraiment quelque chose, n'y a t'il rien qui n'attire ton regard, dans les environs?





Dernière édition par Lawrence Erigdje le Lun 12 Jan - 21:21 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Aliza

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 9 Jan - 17:08 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Elle pensait à se moment où Lawrence lui avait demander de le tutoyer mais qu'elle n'avait pas oser lui répondre. Elle ne voulait pas vraiment faire cela, il aimait quelqu'un d'autre et elle ne voulait pas plus s'attacher à son maître. Elle baissa les yeux d'un air triste, mais se remit vite pour que Lawrence ne s'en rende pas compte. A ce moment, Lawrence lui demanda si elle était prête et claqua les rennes de son étalon. Aliza sursautant fit de même, et très vite la course se fit déchainée. Aliza voulait rattraper Lawrence à tout prix. Une fois qu'elle réussit enfin, il était déjà en train de l'ordonner l'arrêt, quelque chose troublait Lawrence. L'ambiance était devenu autre et Aliza le sentait, quelques monstres de puissance moindre devaient tourner autours d'eux. Il lui indiqua le pont au loin, ils devaient passer. Aliza fit stopper complètement sa jument.

= Maître... Attendez. =

Elle continuait à le vouvoyez sans vraiment faire attention. Elle sauta de sa monture, et sortit son épée d'eau, brillante sous le soleil de l'hiver.

= Rien de bien dangereux, mais leur présence pourrait attirer des monstres de puissance plus importante. =

Elle scruta les environs, puis fermant les yeux elle se concentra. Ouvrant brusquement les yeux, elle donna un coup d'épée brusque derrière elle. Une masse mollassonne bleuté tomba coupée en deux tel un morceau de pudding qui aurait tourner. Cette masse verte et transparente semblait devenir plus liquide mais restait quelque peu solide.

= Un slime... Comme si ces nuisible ne nous envahissait pas assez dans les grottes. =

Elle prit la bride de Benma et s'approcha de Lawrence.

= Nous devrons faire attention. Je ne pense pas qu'il y en ait d'autre, mais il vaux mieux se faire prudence. =

Remontant sur son cheval, elle prit la bride de celui de Lawrence et lui caressa le museau.

= Je pense que nous pouvont y aller. =

Elle continua sa route, jusqu'au pont, sans vraiment se presser. Tout semblait calme, mais la présence du slime pouvait vouloir dire qu'il y en avait d'autre. Elle essaya de détendre l'atmosphère.


= Vous m'avez demander de vous tutoyer, mais je pense que cela ne pourrait être possible. Vous êtes mon maître... Et je ne pourrait vous considérer autrement... Il y a des choses qui ne se disent pas, et je préfère garder mes distances pour le moment, voyez vous... =

Elle le regarda, son beau visage, ses yeux d'un gris profond qui ne pouvait lire la tristesse qu'elle avait sur son visage. Des joues qu'elle ne pourrait embrasser, quelqu'un qu'elle ne peut pas aimer. Elle le savait, il aimait une femme et rien ne pouvait les séparer, et surtout il était son maître... Rien de plus rien de moins... Comme Sieg... Son visage passa du bleu au violet. Elle se frappa la joue pour ne pas penser à cela.

= A... A... Alors... Comment était le bal ? Étiez vous en charmante compagnie ? Je suppose que oui... Comme vous le savez, je vous ais attendu dans la ruelle. J'ai put rencontrer quelques personnes qui, pleine de bon sentiments, m'ont accorder une danse avec eux. J'ai même eu le droit à un cours de danse particulier. =


Elle se mit a rire, cachant son embarra. Le bruit des sabots contre la matière du pont la ramena du haut de son petit nuage. Elle ne devait pas lui parler de ça... Jamais... Mais quelque chose attira son attention, tournant la tête vers la droite, elle crut entendre un bruit sourd et aqueux. Sourd, cela semblait être un bruit de glissement, comme quand quelque chose de baveux et humide sur un sol dur et sec. En dessous du pont, cela venait de là bas. Se penchant un peu, elle put voir un bout bleu, quelque chose de remuant.

= Law... =

Elle prit la main de Lawrence qui était à sa portée et la tira un peu.

= Avez vous entendu ? Je pense que nous avons de la visite. =

Elle sauta de son cheval et prépara son épée. Étant près de l'eau, elle put en faire voler quelques goutes autours d'elle. Elle se penchant vers l'avant au bord du pont, elle sauta sur le sol boueux, puis disparue sous le pont, un cri retentit, c'était celui d'Aliza... Un cri qui annonçait une longue bataille.

= Law !!! =

[Désolée, je fait un peu court, car en plus d'être en manque d'inspiration, ma bronchite me fatigue un peu... ]
Revenir en haut
Lawrence Erigdje

Hors ligne


Inscrit le: 27 Juil 2008
Messages: 292
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Métier dans le jeu: Chasseur solitaire.
Invocation(s): Chi, une peluche rocheuse au coeur de pierre.
Point(s): 36

MessagePosté le: Dim 11 Jan - 22:36 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

[Désolé, c'est court, mais je manquais d'idée et je pense qu'il est temps d'accéléré pour retrouver chi, alors je ne dois pas trainer à te répondre, toi qui es toujours à jour.]

Alors que Law' et Aliza avaient entamé une course, un loisirs pour éloignés leurs corps engourdis de ce paysage si vaste pour un pays d'enfants, un soucis d'une étrangeté visible sur le visage des deux aventuriers surgit. Le mal de tête de Lawrence revenait, mais ce n'était qu'un trouble léger. Rien de très fiable, pas une migraine détestable, non, un léger étourdissement et une impression de bosse, sans plus. Pourtant, quand Aliza obéit à son maître et observa les lieux, un slime surgit et c'est d'un coup d'épée qu'elle le tua. Elle signala la simplicité de son acte, mais ajouta que ses faibles monstres pouvaient en attirés d'autres, mille fois plus puissants. L'aveugle soupira et répondit simplement ;

-Ce voyage était décidément trop beau. Nous devrions en effet faire attention.

Même si cette épopée aurait été amusante dans l'esprit d'un enfant, pour l'adulte qui le vit, c'est plutôt un mixte entre l'enfer et le paradis. L'adrénaline qui monte en vous à chaque seconde se liant avec la peur de mourir... C'était en effet quelque chose d'à la fois fantastique mais aussi horrible. Pour celui qui voit et observe, la peur devait en être plus grande. Se dire qu'il va voir un monstre le fait frissonner, tandis que Law' ne ressentait pas cette peur. Ou plutôt, ne la ressentait plus. Pour l'aveugle qui se tait et observe de son autre sens, l'ouïe, les monstres sont souvent assez faciles à débusquer. Néanmoins, il n'en ai pas plus agréable de voir que d'entendre un monstre sauter sur vous ! C'est dans ce genre d'instant que votre cœur craque, tout comme la glace qui se trouvait sous le pont que traversaient Lawrence et Aliza. Chacun des pas des chevaux faisaient craquer le vieux bois qui composait l'arcade voutée. Soucieux, Law' se concentrait sur chaque bruit, et très vite une respiration étrange envahit son espace. Alors qu'Aliza lui parlait, lui semblait maladroitement l'ignorer. Il répondit donc assez platement :

-Comme tu le désires. je continuerais de te tutoyer, en espérant que cela ne te gêne pas.

Cette phrase aurait pu paraître sèche voir vexante, mais Lawrence n'avait pas l'envie de penser à ça. Aliza, elle, continuait de parler. Law' dû se décider à l'écouter, car ce n'était pas très correct de répondre comme un zombie. De ce fait, il ne perçut pas vraiment la gêne dans la voix de sa compagne de route, lui qui était encore un peu à l'ouest.

-Oui, encore désolé de ne pas être venu te chercher. Heureusement, tu ne t'ai pas ennuyé, et j'en suis soulagé. Et pour répondre à ta question, je crois que j'ai eu droit à la plus charmante des compagnie du monde.

Law' n'en dirait pas plus, mais un rouge impossible à cacher montait déjà sur son visage qui passait bientôt au pivoine en repensant à cette nuit avec sa belle Ariez. Mais, secouant sa tête légèrement, la respiration qu'il avait entendu se fit plus forte, comme un râle. Lawrence se décida à se concentrer sur lui, quand Aliza lui attrapa la main.

-Oui. J'ai entendu.

Mais là ou Law s'attendait à se battre, l'invocation fonça avant lui. Le premier réflexe qu'il eu fut de descendre de son cheval, touchant le sol et reprenant ses repères habituels. En quelques secondes, il c'était parfaitement retrouvé, juste le temps d'entendre un cri d'Aliza, un cri qu'il devait faire cesser. Lawrence attrapa son épée qui glissa en silence dans ses mains. Le pont était aussi étroit que son jardin. Ils étaient près de la rive et il était simple pour lui de s'y diriger, le tout dans un silence complet, coupant sa respiration pour mieux entendre les mouvement aqueux et répugnants de l'animal qui semblait être un slime. Pourtant, sa respiration était digne d'un énorme porc, un animal volumineux. En même temps, pour avoir réussit à piéger Aliza, le monstre devait être plus puissant que la moyenne. De plus, plus Law s'approchait, plus sa tête le faisait souffrir. Il comprit qu'Aliza devait être elle aussi atteinte d'un maux particulier. C'est donc semblant venir de nulle part que Lawrence arriva de la rive vers le monstre, le coupant littéralement en deux sans même faire de mal à Aliza, coincée dedans.
Grâce à son ouïe, Lawrence avait sans problème détecter le slime. Quant à la jambe d'Aliza, il fut fort heureux qu'elle l'ai appelé, ainsi il avait pu la localiser. Si Law aurait fait du bruit pour intervenir, le slime s'en serait aller avec l'invocation. Pourtant, même amocher, le monstre semblait bien vivant. Sauf que cette fois, Aliza était aux côtés de Law.

Le chasseur aveugle sourit, il aimait combattre et cette sensation lui avait manquer. Sa tête le faisait souffrir, et cela l'enivrait d'une envie de tuer encore plus puissante. Débordant de violence, Lawrence n'attendit à l'aide d'Aliza pour sortir ses couteaux de son sac d'un geste rapide et pour les lancer aisément dans le monstre. Sa grosseur le perdait, il était aisé de le toucher.

Souffrant, la gélatine vivante s'avança vers la rive mais maintenant que les lieux étaient proches, c'est d'un coup sec de la part des deux combattant que la bête fut anéantie. Pourtant, le mal de tête de Lawrence était encore présent. Des bruits étranges parvinrent à ses oreilles, un évènement allait arrivé, mais lequel?



Revenir en haut
Aliza

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 20 Jan - 16:50 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Le slime fut rapidement vaincu. Aliza, qui avait eu la jambe prisonnière de la bête semblait souffrir du maux dont elle faisait tout son possible pour cacher... Tel l'amour qu'elle avait pour Lawrence, ce sentiment qu'elle ne pouvait jauger. Elle renifla bruyamment, derrière elle le cours d'eau qui retenu par le monstre pouvais enfin continuer son cours normal. Aliza soupira, et en boitant, elle rejoignit le cheval qui l'attendait, laissant Lawrence là où il était. Elle avait crue que c'était des heures qui c'étaient passer depuis leur départ, mais elles étaient en fait des jours. Regardant son maître avec douceur, elle se sentit blanchir quand elle se souvent de son visage écarlate quand il pensait à sa soirée, résignée, Aliza avait apprit a taire son malheur comme un poupée de chiffon qu'on déchire. Des bruits dans l'eau attira son attention, comme quelqu'un qui nageait, elle se pencha vers le la rivière ayant quitter un moment sa belle jument. Des plumes jaunes brillantes, un grand bec et des yeux bleus vifs. Ce n'était qu'un grand oiseau qui venait se promener par ici, on les appelait les Chocobo, qui il y a bien longtemps servait de monture. L'animal remarqua la présence d'Aliza et de Lawrence ensuite, et poussa un crie aigu. Aliza rejoignais rapidement son maître et se dirigea un peu vers l'animal.

= Rien de bien dangereux... Je les croyais définitivement disparu, mais je vois que quelque population vivent encore sur notre bout de terre. =

Elle se retourna vers Lawrence et le regardant dans les yeux, ce grand et profond océan de gris qu'elle avait du mal à ne pas regarder.

= Il y a longtemps, des animaux, qui d'une certaine manière remplaçait les chevaux ont disparu de cette terre... Mais je pense que nous nous comme trompé... Comme je me suis trompée. Law'... Je te présente un Chocobo, un grand oiseau résistant et très doux. =

Elle se dirigea vers l'animal et caressa son cou, il poussa un cri de bonheur et fourra son bec contre l'épaule d'Aliza.

= Mais il y a un hic... Il risque de nous suivre... =

Elle grimaça, le Chocobo glissa son bec dans le sac d'Aliza et en sortit un morceau de pain qu'il engloutis en peu de temps.

= Et en plus il a faim... =

Aliza repoussa légèrement le Chocobo et partit vers sa jument pour de bon cette fois, mais le volatil continua tout de même a suivre l'invocation.

= Nous somme pas loin du temple, et je pense que le mieux serait d'y aller au plus vite... Nous avons déjà 6 jours derrière nous et le 7ème est sur sa moitié. =

Elle monta sur Benma suivant des yeux ce que faisait son maître, mais aussi les fait et geste du zozio.

= A moins que vous souhaitez le garder, je pense que le mieux et de continuer notre chemin et de le laisser ici. =

Elle jeta rapidement un coup d'œil au poussin géant. Puis tira légèrement les reines de sa jument qui avançait lentement, assez pour que Lawrence ait le temps de les survies convenablement. Elle fit tout son possible pour rester sur sa monture, les yeux embrumés, un mal de crane qui la lançait déjà s'amplifiait comme des coup de burins, elle sentait les battements de son cœur... Comme la douleur qu'elle avait au palpitant... Si dur, si long...

[Je fait court aussi, étant un peu en manque d'inspi.. Je m'excuse d'avoir prit autant de temps pour te répondre, je n'avait pas beaucoup l'occasion d'aller sur mon pc :s]
Revenir en haut
Lawrence Erigdje

Hors ligne


Inscrit le: 27 Juil 2008
Messages: 292
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Métier dans le jeu: Chasseur solitaire.
Invocation(s): Chi, une peluche rocheuse au coeur de pierre.
Point(s): 36

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 20:07 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Bien qu'Aliza semblait souffrir de sa jambe, Lawrence resta un instant en suspens. C'était comme ci quelque chose en lui, une chaleur, se dégageait. Quand il s'approcha d'Aliza, lui frôlant la jambe pour voir si elle n'était pas blessée, il sentit une gêne de la part de l'invocation. Elle c'était dirigée vers les chevaux en boitant, la respiration faible puis rapide, signe d'un stress considérable. Elle essayait de cacher quelque chose. Lawrence n'aimait pas cette impression. Quand l'aveugle se décida à rejoindre sa belle invocation pour lui en parler, un bruit étrange percuta son attention : Un animal s'approchait. Vif, rapide, farouche, la chose devait être proche de l'autruche, tout en ayant une grâce tout à fait nouvelle pour ce type d'animal. Aliza rejoint la "chose", et Law' attendit qu'elle parle pour prononcer ses idées. L'invocation parla d'une race disparue, de l'ancien monde. Lawrence sourit, après tout, en pleine végétation, il y avait encore de nombreuses races encore inconnues, ou de nombreux animaux qui se créaient chaque jour. Cela n'avait à la fois rien d'étonnant, mais quand il sentit qu'Aliza le regardait, il se sentit frémir. Pourquoi le regardait t-elle avec insistance? Pourquoi ainsi? Quel interêt avait elle à le regarder avec cette sensation de froid, d'oubli, de peur, d'envie, de tendresse, d'amour, de reconnaissance? C'était comme ci une enfant apeurée se retrouvait devant son grand frère longtemps cherché, son ange gardien, alors que la toute puissance présente n'était pas Law, mais Aliza. Ce dernier la rejoint calmement, écoutant ses explications en silence. Quand il arriva au niveau de l'animal, il jugea de sa taille et de sa corpulence par quelques gestes légers du bout de ses doigts, pour ne pas l'effrayer.

-Ce devait être très amusant de chevaucher ce type d'animal.

Dit il simplement avant que le Chocobo ne se faufile près d'Aliza, et que celle ci n'annonce à Law un animal de plus dans la compagnie. Il soupira avec un léger sourire avant d'annoncer :

-Deux chevaux, un futur poulain, et un chocobo. Sincèrement, si cette invocation nous résiste, je n'y comprend plus rien !

C'est sur cette petite note d'humour que les deux aventuriers repartirent sur leurs chevaux respectifs avant que le chocobo ne les suivent, mais ils le laissaient en arrière, pour l'instant.

-Je te l'accorde, nous ferions mieux de nous hâter. Puis Aliza ajouta le fait que l'oiseau d'or les suivait, et Law répondit : Qu'il nous suive si il le désire, jusqu'à présent je n'ai rien contre lui. Continuant a notre rythme habituel.

Et ainsi dit, Aliza et Law' reprirent la route calmement, et se préoccupant très peu du Chocobo, Lawrence sentit de nouveau son mal de tête, mais là n'était pas l'important, il désirait parler à Aliza.

-Aliza? Commença t-il simplement, alors que déjà tous deux voyaient au loin le temple se profiler : je te sens très étrange ces temps-ci. Je sens aussi que tu le caches, mais voir sans les yeux reste ma spécialité.

Puis il continua, se mettant a son niveau pour plonger ses yeux d'argent sur l'invocation :

-Et je sens que ce qui de tracasse est en rapport avec ma personne.



Revenir en haut
Aliza

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 3 Fév - 16:14 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

Aliza se sentit gênée quand Lawrence lui dit qu'elle lui cachait quelque chose qui le concernait directement, son visage s'empourpra, évitant un moment le regard de Law. Au loin, le temple pointait le bout de son nez, dans un brouillard peu épais, mais bien visible. Aliza resta encore silencieuse un moment... Mais dans son fort intérieur tout semblait être panique :

* Qu'est ce que je vais faire ? Je n'ai pas le droit... Je ne suis qu'une invocation... *

Sans s'en rendre compte, Aliza fini sa phrase à haute voix, ce qui attira l'attention du Chocobo qui trainait derrière eux. Il se mit a courir vers elle les yeux brillant. Il essaya de se frotter contre elle et lui pinçait gentiment la jambe.

= Aïe... =

Le Chocobo sursauta et sembla fortement désolé, baissant la tête, il se mit a suivre Lawrence sans se faire remarquer.

= Les Chocobos sont parfois bien stupides... =

Elle détourna son regard du volatil et le posa sur Lawrence, son visage se fit sévère et son regard plus dur.

= Je ne pense pas que le temps est au explication. Nous en reparlerons plus tard, nous avons une invocation à libérer maître. =

Plus le visage d'Aliza se faisait dur, plus le temple se faisait visible. En peu de temps, il furent au pied de celui-ci. Aliza descendit de sa monture et l'attacha au dernier arbre qu'il y avait, et ordonna au Chocobo de reste ici sagement. Caressant l'encolure de celui-ci, Aliza sourit.

= Il faudrait peut être lui trouver un nom si vous voulez le garder... il pourrait faire une bonne monture pour l'invocation que vous allez libérer. =

Elle leva les yeux vers le temple de la terre, grande structure taillé dans la pierre où par endroit de la mousse poussait. Calme et reposant, le lieux n'avait pas l'air d'être bien dangereux. La grande porte de marbre était magnifiquement sculptée d'inscription anciennes mais aussi de décoration somptueuses. Aliza s'approcha de celle-ci et tenta une traduction des dires.

= Je vois... =

Elle s'approcha lentement de la porte et toucha les inscriptions.

= ' Toi qui souhaite entrer, tape deux fois. Quand la porte s'ouvrira alors t'a quête commencera. Courage et force te serait utiles. Avance et affronte '.... =

Aliza s'arrêta un moment, puis fit une mine boudeuse, dans sa voix tout montrait qu'elle était déçue.

= Le reste du texte à été effacer... Par le temps sans doute... Mais nous n'en saurons pas plus... =

Elle laissa la place pour que Lawrence exécute les directives.

= Si j'ai bien comprit nous devrons affronter quelque chose... Qui demande Courage et Force... =

Elle recula un peu, pas trop loin pour pouvoir aider Lawrence si il le fallait :

= Commençons alors. =

Dit-elle d'une vois guillerette qui semblait tout de même voilée d'une tristesse qui n'avait aucunement pour cause ce qui se passait en ce moment.
Revenir en haut
Lawrence Erigdje

Hors ligne


Inscrit le: 27 Juil 2008
Messages: 292
Masculin Bélier (21mar-19avr)
Métier dans le jeu: Chasseur solitaire.
Invocation(s): Chi, une peluche rocheuse au coeur de pierre.
Point(s): 36

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 17:20 (2009)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza] Répondre en citant

[Suite au temple de la terre, avec Chi]

TOPIC CLOS.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:19 (2016)    Sujet du message: A la quête de Chi. [PV Aliza]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com