Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Advienne que pourra. [Suite]

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Corbeille -> RPs supprimés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 17 Déc - 14:43 (2008)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Trabis marchait devant Vaan qui lui marchait lentement, imposant presque à Trabis de conserver ce rythme freiné, mais ça n'avait pas l'air de le déranger. La démarche de Vaan était d'un pathétisme sans nom. Il tapait le pied sur le sol à chaque pas, comme s'il se traînait lui-même. Il était évident que celui-ci était épuisé, ce qui est compréhensible après la nuit qu'il a passé. « J'en encore les muscles tout endoloris. Vivement la sieste qu'il m'a promise. J'me demande si on l'a fera avant ou après la cueillette... » Songeât-il avant de finalement faire fuir le silence en demandant à Trabis quand comptait-il faire sa sieste. Sortir de la ville pour rejoindre la forêt pourrait paraitre facile, mais c'est bien plus dur à faire qu'à dire.

Le voilà, en train de suivre son nouveau professeur, dans la forêt de Jade, non loin de la ville heureusement, mais devraient-ils encore s'enfoncer davantage dans la forêt ? « Quelles plantes il te faut en faite ? » Demanda Vaan sans se rendre compte qu'il venait de tutoyer son hôte.

Vaan n'était jamais vraiment allé visiter la forêt de Jade, rares sont les fois où il dut quitter la ville. Et encore, c'était, le plus souvent, pour fuir la milice qui le poursuivait avec ou sans raisons. Il était donc plutôt mal à l'aise dans sur ce terrain, mais Trabis affichait une certaine confiance en lui, il était évident qu'il venait souvent. « Mais le plus souvent, il cueille des plantes... Pas des blondinets... Hein ?... Bon sang ! J'ai vraiment le don, moi... » Se disait-il à lui-même en suivant Trabis tout en regardant la dague qu'il portait sur lui...
 
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 17 Déc - 14:43 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 17 Déc - 20:12 (2008)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Cela faisait déjà une heure que Tabris marchait en compagnie de Vaan en direction de la forêt de Jade. Cette marche était monotone et Tabris ne portait son attention que sur son "invité". Il faut dire qu'il y avait peu de choses qui auraient pu le distraire mis à part le paysage qui se profilait sur le lointain. Vaan semblait être épuisé. Tabris remarqua qu'il marchait d'un pas lourd, faisant penser qu'il peinait à trainer son corps. Tabris trouvait cela assez amusant. C'est exactement ce qu'il faisait lorsqu'il était trop crevé pour réaliser les taches que le Vieu lui confiait.

Tabris dut ralentir par la lenteur du jeune adolescent mais cela ne le dérengea pas plus que les rayons du soleil qui chauffait ses cheveux noirs de jais. En temps normal, il aurait déjà été dans la forêt mais il ne voulait pas surmener son hôte. De toutes manières, ils avaient pratiquement atteint les premiers arbres. Dans dix minutes, son compagnon pourait reposer son corps et son esprit, fatigués par cette nuit tourmentée au poste de la milice.

Vaan était silencieux depuis déjà quelques temps, mais son silence fut rompu lorsqu'il lui demanda quelles plantes il lui fallait. Tabris s'apperçut avec plaisir que Vaan le tutoyait enfin. Il esquissa un sourire, pensant que Vaan devenait moins distant qu'il ne l'était en ville. Il lui fit alors une liste des végétaux qu'ils devraient trouver dans la forêt, en espérant qu'aucuns monstres ne vienent les déranger:

"Ben il me faut particulièrement des plantes pour adoucir les alcools donc qui ont un goût assez sucrée. Donc il nous faut aussi des fruits. Habituellement c'est des plans de menthe, feuilles d'eucaliptus, diverses baies comme des groseilles, des mures, des fraises des bois et des framboises... Il nous faut aussi des fruits pour confectionner des liqueurs mais pas cette fois... normalement il nous en faut un grand nombre donc j'y vais avec le Vieux et ses employés."

Il fit une brève pause pour se rappeler de ce qu'il aurait besoin puis il reprit:

"Ah oui il me faut aussi des patates douces pour confectionner de l'eau de vie et quelques champignons pour leurs spores qui peuvent servir de levures pour la bierre et quelques agrumes pour acidifier le tout. Et je crois que c'est tout..."

Tabris regardait Vaan qui semblait surpris de la quantité d'ingrédients qu'il fallait pour faire de bons alcools. Après tout il était peut être un peu trop jeune pour avoir gouté à ce genre de boissons. En y repensant, lorsqu'il avait son âge Tabris avait déjà une grande connaissance des différents alcools existants mais non pas par plaisir mais par professionalisme.

Il était initialement prévu que Tabris hérite du cavot de son père mais il en fut autrement. Etant trop jeune lors de la mort de ses parents, le cavot fut mis aux enchère et fut repris par le plus grand concurent de son père. Mais ce n'était pas le magasin qui faisait la qualité de l'alcool de son père mais son savoir faire qu'il lui a transmis dans l'optique de sa succession.

Lorsqu'il emmergea de ses souvenirs, ils étaient enfin arrivée à l'orée de la forêt. Tabris contempla les arbres qui délimitaient l'entrée dans cet endroit hostile pour les personnes qui n'avaient pas l'habitude de s'y aventurer. Mais Tabris connaissait les lieux comme sa poche et il savait s'équiper en fonction des heures auxquelles il s'y aventurait. La journée, une simple dague suffisait pour pouvoir sauver sa peau. Mais la nuit, il fallait être sacrément armé vu la carrure des monstres qui sortaient de leur tanière. Tabris espérait que Vaan n'était pas du genre à s'empétrer dans des situation difficile sans armes.

**Ba ça doit être un petit débrouillard, s'il se trouve en difficulté je serais la de toute manière... Faudrait pas qu'il crève alors que j'l'ai embarqué avec moi...** pensa-t-il.

Tabris savait qu'il serait capable de le protéger. Sa constitution n'était pas des plus exceptionnelle mais il était aussi agile qu'un voleur. De plus il ne cherchait pas à attaquer mais plutôt à se défendre par dessus-tout. Lors de ses combats Tabris cherchait la meilleur solution pour sauver sa peau plutot que d'en finir. Il n'était pas du genre à se jetter tête baissée dans la mêlée et se faire tuer; il préférait fuir lorsqu'il pensait qu'une bataille était perdue. On aurait put le prendre pour un lâche mais il pensait qu'être un lâche en vie était préférable qu'être un héro mort.

Maintenant Tabris devait trouver un endroit qui serait propice à une bonne sieste qui réjouirait surement Vaan qui semblait à bout. Ses cernes étaient plus marquées que lors de leur rencontre et il n'arrêtait pas de bailler. Il était temps de lui accorder quelques heures de repos surement bien mérité.

"Bon, avant d'entrer il faut que je saches si tu sais te battre et j'ai quelques règles de sécurité à te faire connaître. J'ai vraiment pas envie qu'il t'arrive quelque chose."

Tabris scrutait le regard de Vaan pour voir s'il était effrayé ou non. Mais son visage était télement décomposé par la fatigue qu'il n'arrivait pas à deviner ses pensées. Il continua :

"Règle numero une, ne jamais t'éloigner de moi sans que je te dise qu'il n'y a aucun danger. Et la dernière, si un monstre nous attaque ne joues pas trop les héros. Ca te convient ?"
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 22 Déc - 23:14 (2008)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Trabis expliquait à Vaan quels étaient les différents fruits et plantes à cueillir pour la réalisation de ses alcools. Il était surpris, mais pas vraiment. Il était surtout blasé et fatigué par une pareille journée. Mais en temps normal, il aurait été stupéfait de savoir que Trabis savant tant de choses sur les alcools. Autrefois, il traînait près du bar du centre-ville et n'aspirait qu'à une chose : Y entrer pour boire une chopine et connaitre enfin le goût de l'alcool. Il fut en premier tant surpris de savoir qu'il fallait des pommes de terre pour la confection de celui-ci. « Mais bon, s'ils sont si nombreux à vouloir en boire, c'est que forcément c'est bon, non ? » se dit-il en regardant Trabis s'arrêter pour le mettre en garde.

« Non, t'inquiètes pas, j'suis débrouillard... » Il écouta la suite des instructions de Trabis avec attention. Vaan ne venait quasiment jamais dans les bois qui bordent la ville, il n'avait aucune idée des monstres qui peuplaient les lieux et n'avait jamais vraiment eu à s'y confronter. Il devait surement les sous-estimer. « Tu penses vraiment qu'on va s'faire attaquer ? Ça t'arrive souvent toi ? Ce n'est pas que je m'inquiète pour moi, mais pour toi. T'as pas l'air de tenir la route, j't'ai vu marcher... » Dit-il avant de se mettre à bailler à nouveau. Lui qui marchait lentement il y a quelques minutes, se permet avec insolence de se moquer de son hôte. Bien entendu, rien de méchant, il voulait juste titiller un peu son nouvel ami.
Après que Trabis lui ai répondu, celui-ci, comme s'il n'avait pas écouté la réponse de Trabis, ajouta : « Et sinon, cette sieste ? » Sourire aux lèvres, cela va de soit.






[Hrp: Désolé pour le retard, une nouvelle fois, mais j'ai passé toutes mes après midi dehors avec un ami, en plus des blocus et tout le tralala... Enfin bref, la réponse et là. =D]
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 23 Déc - 01:03 (2008)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Il avait à peine terminé de le briefer que Vaan lui demanda s'il pensait qu'ils seraient attaqués. La réponse semblait pourtant évidente. La forêt était un endroit hostile de jour comme de nuit. C'est pour ca que Tabris venait toujours armé d'une dague au cas où il serait attaqué durant ses ceuillettes. Il avait déjà été confronté à plusieurs monstres, même durant sa plus tendre enfance, et il fallait avouer que c'était ces rencontres qu'il aimaient le moins. Mais Tabris pria pour que cela ne se produise pas aujourd'hui. Cela lui prendrait beaucoup de temps, déduis de ses instants à flemarder. Il répondit alors à toutes les questions de Vaan, qu'il avait continué à enchaîner:

"Et bien, y a p'tete des chances qu'on se fasse attaquer mais j'espère que se sera pas un gros morceau..."

Il remarqua la boutade du petit comique sur sa façon de marcher et il décida de répondre à cette hostilité spirituelle qui annonçait la créations de liens affectifs entre le brasseur et le voleur... Il continua alors:

"C'est pas que j'ai peur des gros monstres mais si nous devons fuire, fait gaffe à ce qu'il ne te rattrape pas... ta vitesse de marche à toi ressemble à celle d'une limace..."

Il ne savait pas si Vaan allait aprécier cette remarque qui fut pourtant énoncée sur un ton de légereté, mais Tabris esquissa un grand sourire moqueur déstiné à l'adolescent. Mais il ne semblait pas broncher, comme s'il était préocupé par autre chose et la question qui suivit semblait confirmer la supposition de Tabris.

"Et sinon, cette sieste?"

Tabris avait un sourire remontant jusqu'à ses oreilles après avoir entendu la demande de Vaan. Il avait enfin trouvé quelqu'un qui était comme lui, c'est à dire quelqu'un qui devait accorder une grande importance à la flanerie. Il commençait vraiment à bien aimer ce garçon.

"Et bien, je comptais trouver un endroit à l'ombre dans la forêt. Je connais quelques petits coins sympathoches. On en a pour trois minutes de marche à tout casser... sauf si tu décides de me refaire le pas de la tortue...", lui dit-il toujours ce sourire moqueur aux lèvres.

Ils s'engagèrent alors dans la forêt, Tabris sortant la dague qui se trouvait à sa ceinture jugeant qu'on était jamais assez prudent.

Tabris trouvait cette forêt magnifique car l'homme ne pouvait pas la dompter entièrement, même avec le temps. La flore était riche, imposante et variée. C'était toujours un véritable plaisir pour Tabris d'entrer dans la forêt et se laisser distraîre par le panel coloré qui se trouvait devant ses yeux : du vert, du marron, du mauve, du bleu, du rouge, du orange, du rose... la nature était vraiment bien foutu et restait pour Tabris la plus belle dâme de ce monde.

Mais malgré cette douceur pour les yeux, l'endroit restait sauvage, cruelle et plus ou moins effrayant. La cîme des arbres semblait toucher le ciel tant ils étaient grands, comme des géants qui imposaient leur domination sur cet endroit. L'homme n'était pas présent dans ce coin du monde, ou que très peu. Il était au milieu de la nature la plus sauvage mais il s'en fichait. Il se contentait d'admirer cet arc-en-ciel de fruits, de feuilles et de pétales, éspérant que l'homme ne détruirait jamais ce lieu si beau.

En dégageant un chemin en poussant les branches d'un arbuste, il dit à Vaan, en lui montrant un rond vierge de toute végétation qu'ils étaient enfin arrivés à l'endroit où ils pouraient se reposer avant de se mettre au boulot.

Il y avait des troncs d'arbres morts qui servaient de bancs pour s'asseoir auprès d'un cercle de pierres servant surement à faire un feu durant la nuit. Il n'y avait pas la moindre trace de monstres à cette endroit ; en fait il n'y avait pas de signe de vie mis à part deux écureuils qui prirent leurs jambes à leurs cou quand ils furent dérangé par les deux humains.

"Alors qu'est-ce que t'en dis ?"


[HRP: Pas grave pour le retard ^^ T'en fait pas]
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 1 Juil - 13:58 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Trabis avait décidément de la répartit et s’amusait lui aussi à titiller son invité aussi bien que le faisait celui-ci. * Un pas de tortue, hein ? C’est c’qu’on va voir… * Pensait-Vaan avant de décider volontairement de ralentir le pas, mais surpris de voir que cette fois son hôte ne ralentissait pas pour l’attendre, peut être parce qu’il ne l’avait remarqué cette action de vengeance, il se vu obliger d’accélérer pour rattraper son retard. Résultat : Il s’est encore plus fatigué en se pressant pour rattraper Trabis que s’il avait été simplement derrière lui à marché de la même manière que celle qu’ils avaient pris pour arriver jusqu’à ce lieu.

Trabis dégagea la branche d’un arbuste et signala à Vaan qu’il était enfin arrivé au lieu qui avec le temps avait pris un sens sacré pour celui-ci. * Enfin !! * criât-il intérieurement car il n’avait plus la force de le faire oralement.

« Alors, qu’est-ce que t’en dis ? » le questionna Trabis, « J’en dis que je prends le banc ! » répondit-il avant de se ruer – enfin plutôt de se trainer – jusqu’à ce tronc en question. Il s’y affala et laissa même son bras tomber sur le sol avant de sombrer dans un demi-sommeil. Il soupira un grand coup et se mit à réfléchir un peu.

* Si je dors, j’le vois plus. Si j’le vois plus, j’sais pas c’qu’il fait. Si j’sais pas c’qu’il fait, il va peut être me faire des trucs, c’est peut être un barjo ! J’suis vraiment le roi des idiots. Vous en connaissez beaucoup des imbéciles comme moi qui suivent un mec dans les bois sans même le connaître et ce juste après qu’il vous ai donné un peu de bouffe ? Bah non. Donc avec moi, ça fera un. Le premier et surtout, la dernière fois que j’le ferais !... En espérant que j’aurais encore une occasion de faire quoi que ce soit. * Pensât-il sur son tronc avant de se relever pour s’assoir et fixer sa nouvelle rencontre d’un air assez méfiant mais aussi hilarant. En effet, Vaan avait les yeux écarquillé, mais rouge et cernés par cette longue marche et par le calvaire enduré au poste, mais surtout la bouche entrouverte, les dents serrés et même les narine dilatés. Il n’a jamais été aussi « beau ».

« Euh… M’sieur ! Si je dors… Tu dors aussi, hein ? Enfin… » Lui demandat-il avant de réfléchir un peu : * Ouais, mais s’il dort, je n'aurais rien à craine de lui mais qui va nous prévenir en cas d’arriver de monstres ? Bon sang, le dilemme. Mourir ou être abusé par un herboriste, ou alors mourir dans son sommeil tué par un monstre… J’sais plus où donner de la tête ! *

Il reprit alors son interpellation : « Oui, donc euh… On peut pas dormir tout les deux, n’est-ce pas. Alors je propose de te laisser dormir le premier, et ensuite, se sera à moi. Ainsi, je pourrais faire le gai ! N’est-ce pas une idée de génie !? » Vaan affichait un sourire fier, mais assez inquiétant car lui-même était inquiet.
 
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 11:51 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

« J’en dis que je prends le banc ! »

Finalement le môme même avec une nuit blanche dans le nez restait assez vif d'esprit, ou alors sa flegme le poussait à réagir de tel manière à s'assurer le meilleur repos possible. Enfin bref cela n'allait déranger Tabris parce qu'il fallait qu'il travail, non pas parce qu'il en avait envie mais plutôt parce qu'il risquait de se faire botter les fesses par le Vieux s'il revenait sans rien. Certes, le Vieux était un qu'un vieux crouton dégarnit mais il lui restait de bon reste pour son âge quand il s'agissait de frapper son apprenti après une bourde phénoménale.

Bref Tabris ne pouvait pas se reposer pour le moment surtout que des épines de pin trainaient gentiment sur le sol pour qu'il puisse les ramasser sans trop d'effort, chose dans laquelle il voyait un signe lui prédisant que sa chasse aux ingrédients ne serait pas des plus longues aujourd'hui. A cette pensée, un sourire de satisfaction orna son visage défait par la fatigue bien qu'il fut plus agréable à voir que celui du jeune homme qui réfléchissait allongé sur le tronc qui lui servirait surement de couche pour une longue sieste.

Alors qu'il allait ramasser les dons arboricoles qui l'attendaient à deux pas, Vaan sortit de sa léthargie somnolente :

« Euh… M’sieur ! Si je dors… Tu dors aussi, hein ? Enfin… »

Tabris ne voyait pas où voulait en venir le petit délinquant. Il devait surement être dans le gaz ou dans un état de somnambulisme assez perturbant. Mais la suite ne tarda pas et Tabris comprit enfin où voulait en venir Vaan :

« Oui, donc euh… On peut pas dormir tout les deux, n’est-ce pas. Alors je propose de te laisser dormir le premier, et ensuite, se sera à moi. Ainsi, je pourrais faire le gai ! N’est-ce pas une idée de génie !? »

C'est vrai que si on monstre les attaquait, ils seraient dans la panade s'ils dormaient tout les deux. Mais le fait que Vaan fasse le guet en premier gênait un peu Tabris qui voulait se mettre à l'ouvrage avant que la nuit ne tombe. Il n'avait pas envie de croiser une magnifique créature assoiffée de sang. Enfin bon la sieste ne durerait surement pas plus d'une demi-heure pour lui en espérant que ce soit la même chose pour Vaan... Mais il avait l'air plutôt harassé par cette nuit dans les cachots de Lüh.

Finalement, après une petite minute d'hésitation, il accepta la solution de Vaan, a flegme l'emportant sur leur sécurité :

"Et bien je pensais faire le guet en premier mais si tu tiens à être le premier à devoir surveiller pendant que j'ira dire bonjour au Marchand de sable, je ne suis pas contre mais reste éveillé hein ?"

Il semblait un peu inquiet mais Tabris essaierait de le rassurer au mieux. Il lui expliqua ce qu'il devait faire en cas d'attaque c'est à dire le réveiller et courir à toute jambe pour sortir de la forêt, enfin s'il n'était pas trop téméraire. Sinon il pourrait surement se farcir le monstre.

Tabris alla s'installer dans l'herbe qui s'étendait sous un chêne avoisinant et commença à sombrer dans le monde des rêves, espérant que tout se passe bien pour lui.
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 15:00 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Vaan écouta les conseilles de Trabis et se leva de son tronc pour ne pas s’assoupir malgré lui en restant dessus. Il se mit debout et son hôte allât s’installer sous un chêne non loin du cercles de pierres. Vaan se demander si sacrifier un peu de repos était finalement une bonne idée, mais il ne faisait pas encore suffisamment confiance à Trabis pour s’endormir sous sa surveillance. Sans doute une crainte inutile vu que Trabis n’était pas de se fer là.

Il entama d’abord une petite ronde autours du cercles de pierres en scrutant les alentours pour voir si rien ni personne ne s’approchait. Il faisait le travail d’un gai, un peu lent et fatigué, mais il le faisait, du moins il essayait. Il ne tarda pas à baisser la tête, somnolant même en étant debout, mais il se souvint qu’il était garant de la sécurité du groupe en tant que gai.

* Mais quelle idée j’ai eu… Si j’dors, on risque d’y passer… Il est peut être pas si fou que j’le pense. Après tout, à part m’amener dans la forêt dans un état lubrique, il n’a rien fait de mal… Ou pas encore. * Pensât Vaan, en continuant à tourner en rond. * Décidément, je suis épuisé ! * songeât-il en baillant discrètement avant de jeter un œil sur Trabis pour vérifier que celui-ci ne l’avait pas entendu. Visiblement, Vaan souhaitait tout de même avoir la confiance de Trabis dans le rôle qu’il a endossé pour ce petit temps.

Après quelques minutes, en avait assez de marcher autours du cercles de pierres, et voulu s’occuper pour ne pas s’ennuyer et rejoindre Trabis dans son sommeil qui paraissait assez profond à l’écoute de sa respiration. Trabis avait l’air si serin, de quoi pouvait-il rêver se demander Vaan. Trabis avait l’air de sourire, peut être rêvait-il qu’il était en train de se bourrer la gueule à la taverne, ou alors, il rêve d’une certaine femme qui lui plairait… Vaan fit une grimace à la simple idée de l’imaginer en plein coïte. Il reprit ses esprit et décida de grimper sur une branche pour avoir une meilleure vue, mais soudain, un bruit se fit entendre derrière les fougères à quelques mètre de là. Un bruit de branche briser et tombante sur le sol.

Vaan s’arrêta net, il cessa même de respirer. Il repensa ensuite à ce qu’avait dit Trabis quand à la réaction à adopter en cas d’attaque, mais en était-ce une ? Valait-il le coup de déranger Trabis en pleine euphorie onirique ? Le délinquant prit alors l’initiative de monter quand même dans l’arbre pour voir ça d’un autre angle. Discrètement, comme il sait si bien le faire, il grimpa à l’arbre et se positionna sur une branche sans même la faire craquer. Il se releva légèrement et vu un oiseau assez gros sur une branche en train de faire son nid. Il n’était que de la taille d’un lapin, un genre d’animal qui n’est pas rare dans les alentours de Lüh.

Alors que Trabis dormait encore, Vaan quand a lui avait trouvé comme occupation de regarder cette animal faire son nid, lui qui n’avait pas l’habitude d’un tel spectacle. Il pencha même la tête, preuve de son intérêt profond pour son activité. Il lança tout de même un regard à Trabis en se souvenant qu’après tout, il était là pour surveiller et veiller sur eux, du moins pour l’instant. Cependant, comme Vaan était toujours fatigué, il s’allongea confortablement sur la branche et continua à regarder l’oiseau qui fut alors rejoint par un de ses semblables.

Tout était calme, à part quelques battements d’ailes et bruits d’oiseaux, rien n’était étrange ni suspect. Vaan sur son arbre se remit à somnoler, il commençait à avoir du mal à garder les yeux ouverts, il essaya tout de même de continuer à regarder les oiseaux ou Trabis, mais rien n’y fait, ses paupières étaient trop lourd alors sa tête se posa machinalement sur la branche.

Vaan était presque en train de dormir, mais soudain il ouvrit les yeux, perturbé. Il n’y avait plus aucun bruit. Mais les oiseaux étaient encore en train de fignoler leur nid tranquillement. * Y’a plus un son… Pourquoi ? * Se demandât-il, perplexe. Mais à peine avait-il le temps de méditer sur sa pensé, qu’il vu une énorme silhouette brune jaillir d’un arbre voisin et se jeter sur le nid, ou plutôt les oiseaux. Elle en emporta un dans sa gueule et atterrit sur le sol, deux pates au sol. La créature pouvait se tenir debout.

La créature était une sorte de loup énorme au poil hirsute. Elle mesurait à peu près deux mètres de haut, tout au plus, mais se tenait penché, se qui lui faisant perdre un bon demi-mètre de hauteur. Les crocs qui pénétraient le pauvre oiseau l’avaient facilement transpercé et celui-ci s’agitait encore dans la gueule de la bête alors que celle-ci resserrer d’avantage la mâchoire. La créature était visiblement musclée, mais fatiguée. Ce genre de monstre ne sort que la nuit et s’il se voit contraint de chasser de jour, c’est qu’il n’était pas apte à tenir tête aux autres monstres qui chassent la nuit. Un monstre affaiblit, donc.

En voyant la scène, Vaan eu une réaction basique, il tressaillit et émit un son à peine audible que la bête ne manqua pas d’entendre. Elle lança alors un regard noir vers Vaan sur sa branche qui manqua de tomber en le croisant. Vaan n’avait pas l’œil pour reconnaître un monstre épuisé ou non. Il était quelque peu tétanisé, mais il reprit vite ses esprits pour faire une remarque ou deux : « M*rde. Il m’a vu là ? Est-ce qu'il m'a vu ? Euh… » Il se tourna précipitamment vers Trabis et hurla : « OH ! Réveille-toi, laisse cette fille tranquille ! Y’a un monstre !! Et … Il m’regarde… » Dit-il, inquiet jusqu’au moment où la bête se projeta vers lui pour l’attaquer, mais Vaan eu la chance de … Tomber de la branche, mais il se rattrapa agilement sur le sol. « Mais il va s’réveiller lui !! » s'écriât il a nouveau.


PS : J'ai jamais écrit autant pour un simple RP. x) J'suis assez fier de la longueur, mais va savoir si y'a de la qualité. >_<
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 3 Juil - 01:52 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Les rêves de Tabris furent des plus agréables. Le jeune brasseur se voyait voler au-dessus des nuages d'une pureté parfaite, parcourant le ciel à une vitesse folle, le vent ébouriffant ses cheveux noir de jais qui ondulaient maintenant lâché dans l'immensité bleu du ciel. Un sentiment de liberté l'envahit quand il plongea vers le sol droit vers un lac sur lequel étincelaient les rayons du soleil qui dominait le ciel tel un roi contemplant son royaume.

Il redressa son piqué pour survoler l'eau qui brillait tel un trésor avant d'y plonger pour se rafraichir. C'était tellement plaisant qu'il n'aurait surement pas voulu se réveiller mais une voix vint le chercher dans sa torpeur paradisiaque. Elle était d'une faible intensité mais plus les seconde s'écoulaient et plus elle devint net, laissant le murmure devenir une plainte assourdissante :


« Mais il va s’réveiller lui !! »

Alors qu'il émergeait de son songe, Tabris rassemblait ses derniers souvenir avant un énorme déclic.

**Merde, le gosse !!!**

En un éclair, Tabris rouvrit les yeux, se releva et tira sa dague de son fourreau se jetant sur le monstre qui se dirigeait vers le jeune homme pour lui assener un coup. L'espèce de loup remarqua bien vite la présence du brasseur et arrêta son assaut reculant un peu pour être sûr de mieux attaquer par la suite.

"Désolé, j'ai été un peu long. Dis donc il est plutôt maousse le gentil toutou à sa mémère !"

Ce n'était pas habituel pour Tabris de voir un si gros morceau sortir de sa tanière à cette heure-ci mais il connaissait bien la motivation qui l'eut conduit à cette situation : la faim..... et bizarrement une bonne salade d'orteils humains serait son casse-croute pour aujourd'hui. Finalement il aurait mieux fait de rester couché ce jour là mais ce n'était pas le moment de se plaindre.

Tabris savait très bien que la fuite face à ce genre de créature serait tout bonnement impossible vu l'état de fatigue dans lequel se trouvait le môme. Il n'y avait pas d'autre solution que de combattre le canidé qui bavait à l'idée de se tailler un joli steak dans le corps des deux aventuriers, si on pouvait les nommer comme tel.

Mais aussi costaud était-il, le monstre se trouvait dans un sale état ce qui ne déplaisait pas à Tabris. Si le monstre les aurait attaqués de nuit, il aurait fallut bien plus d'une dague pour botter les fesses de se monstres. Mais aujourd'hui Tabris aurait surement une chance de se payer une belle descente de lit : tuer ou être tuer... Tabris voulait éviter d'être du deuxième groupe autant que possible.

Le problème qui se posait, c'était Vaan... Tabris ne connaissait rien du jeune voleur et il ne savait pas ce qu'il valait au combat, même s'il espérait que ce ne soit pas un manche. De toute façon il était trop tard pour s'en soucier car il n'y avait qu'une issue possible à ce problème.

Tabris observait le monstre dans le blanc des yeux, histoire de pouvoir prédire un quelconque mouvement de celui-ci. Ce n'était pas la première fois que Tabris combattait un tel monstre et connaissait presque tout de lui. Vif, rapide, intelligent et brutal... tels étaient les caractéristiques de cette masse de muscle qui se dressait devant eux. Mais les attaques à distance n'étaient pas le fort de cette créature qui cherchera la mêlée plus que toute autre forme de combat.

N'ayant pas ses armes de prédilection, Tabris misait avant tout sur son agilité naturelle pour terrasser le monstre. Il lança un regard à Vaan derrière lui et pris ses appuis sentant que le monstre relâchera son élan dans sa direction.... ce qu'il fit. Avec une rapidité déconcertante, le l'homme loup se jeta toute griffe dehors sur Tabris qui esquiva les attaques multiples grâce à de petits bonds vers l'arrière, les griffes acérées du monstre manquant de peu de déchirer son kimono.

Tabris jetta son chapeau de paille près du chêne auprès duquel il dormait avant de faire une roulade près des pattes de son adversaire sur l'une desquelles il laissa une entaille plutôt profonde grâce à un coups de dague avec une précision chirurgicale, s'écartant le plus rapidement possible pour ne pas subir la fureure vengeresse de l'ennemi.

Un sourire satisfait parcourue le visage de Tabris constatant la blessure qu'il lui avait infligé.

**Il est peut-être furax mais si je continue pendant 15 minutes encore, j'en ferais surement un manteau de fourrure...**

Tabris ne cherchait pas un combat bref sinon un combat de longue haleine dont-il savait qu'il finirait victorieux à condition de ne pas prendre de coups dans le buffet. Il fallait donc que Vaan lui vienne en aide d'une quelconque manière.... mais comment.

Le temps de réfléchir, Tabris du à nouveau éviter les coups rapides du monstre qui le firent reculer près d'un arbre sur lequel le jeune brasseur prit appuis pour se propulser derrière l'homme-loup pour lui ouvrir une nouvelle faille sanglante dans le dos. Mais avant qu'il puisse bondir vers l'arrière, le monstre donna un coups de pattes d'une violence extrême envoyant Tabris voler puis retomber lourdement sur le sol.

Il fallait que Vaan intervienne sinon, ils allaient y passer.
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 4 Juil - 18:07 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Vaan avait enfin réveillé Trabis qui s'était immédiatement extirpé de son rêve pour tenir tête au monstre dont il avait l'air de bien connaitre les caractéristiques déjà bien affaiblies par la famines. Vaan regardait attentivement son hôte danser avec le lycan qui ne semblait pas vouloir laisser ces proies lui échapper. Trabis avait stratégiquement attaqué la patte de l'animal ce qui faisait encore plus baisser sa capacité de mouvement et sa deuxième attaque avait prit pour cible le dos de la créature qui avait l'air d'être bien lassé par les assauts du brasseur et donc elle se vengeât en l'envoyant valdinguer sur le sol avec une projection qui fit froid dans le dos de Vaan.

« Il va pas y arriver si je n’l’aide pas je crois… Mais qu’est ce que je peux faire. » Marmonnât Vaan en cherchant une façon d’aider le pauvre Trabis qui risquait de finir en lambeaux si Vaan n’intervenait pas. La bête avait envoyé Trabis dans le décor et s’apprêtait à lui porter l’estocade finale. L’adolescent n’avait pas une seconde à perdre, il fallait qu’il agisse s’il ne voulait pas être le suivant. Il jeta un œil rapide aux alentours pour trouver quelque chose qui pourrait l’aider, il ne vu rien sauf un vieux morceau de bois sur le sol. Il n’avait pas le temps de trop réfléchir, il se ruât vers le bâton et amorça une roulade pour le ramasser et se relever dans le dos de la bête sur laquelle il assena un coup de celui-ci au sommet du crane poilu de l’animal. La bête grogna sous la force faiblarde du coup et se retourna doucement vers Vaan qui resta tétanisé en voyant la bête lui faire face.

« Euh… Tu m’en veux pas, hein ? » Se justifiât-il au près de la bête en lançant son arme au sol. Il recula lentement cherchant à ne pas être remarquait, mais la créature avançait en même temps et s’approchait même de plus en plus. Le jeune effrayé vu alors la patte du monstre s’élever dans le but de s’abattre sur son pauvre corps fatigué.
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 5 Juil - 16:45 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Il était sonné, un goût de sang dans la bouche, allongé au sol après que le lycan l'est bien secoué. Tabris se demandait pourquoi il n'était pas déjà mort. Le flou qui obscursissait sa vision comencait à se dissiper lentement, supprimant sa cecité temporaire :

"Euh… Tu m’en veux pas, hein ? "

Alors qu'il retrouvait peu à peu la vue, il apperçut le jeune voleur faisait façe à l'abominable canidé qui tournait le dos à celui qui serait le plus dangereux pour lui. Attrapant sa dague qui l'attendait sur le sol à quelques mètres de lui, il attendit le bon moment pour se remettre en selle. L'homme loup, de mauvais poile, lava une de ses pattes postérieures pour ecraser le faible corps de l'adolescent. C'était le moment !

Tabris se releva en un éclair et se propulsa juqu'aux pattes du monstre, tranchant les tendons qui se situaient à l'arrière du genou de la patte d'appuis du monstre, un gerbe de sang balafrant le visage de Tabris. La créature perdit l'equilibre, tombant à la renverse, projetant un nuage de poussière dans lequel se dessina l'estocade finale de Tabris. D'un geste rapide et précis, il planta sa lame dans la gorges du monstre resté à terre puis tira la dague de coté pour trancher la trachée du monstre dont les artères entaillées projetait un jet ecarlate et macabre maculant le sol.

Le brasseur se releva et jeta un regard interrogateur à Vaan pour savoir s'il allait bien, s'empechant mentalement de vouloir éponger le sang qu'il avait sur le visage et de s'en mettre partout. Apparemment le jeune délinquant n'avait pas une égratinure. Juste une grosse frayeur.

Il se dirigeat vers ses affaires pour les ramasser avant de décider ce qu'ils feraient.
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 5 Juil - 17:37 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Vaan vu alors Trabis se jeter sur le monstre et l’achever, ce qui fit gicler du sang jusqu’aux pieds de l’adolescent qui n’en fut pas moins choqué. C’était bien la première fois qu’il voyait autant de sang et surtout la première fois qu’il voyait une telle créature agoniser et mourir devant lui. Cette bête était un peu comme Vaan, elle avait besoin de chasser les rôdeurs pour survivre tout comme le jeune blondinet avait besoin de chasser les bourses pour se payer de quoi se nourrir. Il resta statique, les yeux rivés sur la bête qui avait maintenant succombé à ses blessures. Les yeux écarquillés, il resta figé et ne put rien dire. Son souffle était coupé. Il se mit à imaginer la même scène se produisant s’il avait tenté de voler la bourse d’un homme aussi réactif que Trabis. Peut être mourait il demain, ou peut-être devrait il déjà être mort s’il n’avait pas eu autant de chance depuis le début. L’heure était à la remise en question.

Progressivement, Vaan reprit ses esprits et détourna son regard de la bête pour le poser sur le visage de Trabis qui était maculé de sang. Le rouge vif de ce liquide avait encore une fois perturbé le pauvre adolescent. Il fit quelques pas en arrière et tourna le dos à son nouvel ami. Il lui adressa alors la parole, sans le regarder ce qui était trop dur pour lui vu la quantité de sang qui couvrait les traits du brasseur.

« C’est de ma faute si cette créature est morte. Je n’aurais pas du faire de bruit et elle se serait satisfaite de ses oiseaux au lieu de s’en prendre à moi… enfin, à nous. J’ai provoqué la perte de ce monstre mais aussi provoqué ce combat qui t’a mis dans un état que je m’excuse d’avoir engendré. J’aimerais me faire pardonner, Trabis, sincèrement. Et auprès de cette bête aussi… » Il prit un temps pour respirer et ajouta : « Je suis comme elle. Peut-être que moi aussi je finirais dans un état identique, peut être que je le mérite après tout c’que j’ai put faire, toutes les bourses que j’ai volé et toutes les fois où j’ai défié la milice. Les passages à tabac ne sont rien du tout en fin de compte. La punition que je mérite est illustrée là, sur le sol et je devrais me préparer à subir la même chose. »

Vaan se tut alors et se mit à renifler bruyamment. Il était sur le point de pleurer, mais il ne voulait pas laisser les larmes couler sur ces joues. Malgré le choc, il restait bien trop fier pour se laisser sombrer dans des lamentations larmoyantes. Il leva la tête, comme pour empêcher les larmes de couler et les faire retourner dans ses cernes déjà bien gonflées.
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 6 Juil - 16:02 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Après avoir mit les épines de pins dans une petite bourse, il relança un nouveau regard vers le jeune adolescent qui n'osait pas soutenir son regard vers Tabris, comme si quelque chose le dérangeait. Apparemment la vu du sang n'était pas d'un effet agréable sur Vaan. Il ne devait pas avoir vu de scène de ce genre avant.

"C’est de ma faute si cette créature est morte. Je n’aurais pas du faire de bruit et elle se serait satisfaite de ses oiseaux au lieu de s’en prendre à moi… enfin, à nous", dit-il sur un ton de regrets.

Il était bouleversé. Il continua son monologue fait de lamentations et rempli de remords et Tabris le laissa. Il ne l'interrompit pas, laissant le jeune voleur vider son sac. Il s'excusa auprès de lui mais aussi au près de la créature qui venait de lâcher son dernier souffle sans une plainte. Une fois qu'il eu fini Tabris s'approcha de lui et s'arrêta à deux mètre. Il ne pouvais le laisser dans un état pareil :

"Ne t'excuse pas. Crois-tu réellement qu'elle nous aurait laisser filer si tu ne t'étais pas fait remarquer ? Moi j'en doute fortement. Cette bête a bien plus que l'ouïe comme sens. Elle nous aurais repérer de toute manière. Elle était affamée et à la limite de l'épuisement. Ce n'était qu'une question de survie, juste la dure loi de la nature. C'était tuer ou être tué. La raison pour laquelle elle est morte est légitime et inévitable. Tu ne pouvais rien y faire. La pitié que tu éprouve envers cette bête, elle ne l'aurai en aucun cas eu pour toi."

Tabris avait un regard neutre, inexpressif ce qui le rendait dur.

"En ce qui concerne tes actes passés, il trouve la même justification que celle de la mort de cette bête... Si tu n'avais pas volé, penses-tu réellement que tu serais içi encore en vie ? L'instinct de survie guidait tes actes. Vivre ou mourir. Le choix et vite fait. La faim est justifiable, la défense l'est aussi. Je ne pense pas que tes vols soient d'une autre motivation que celle de perdurer dans ce monde. Les événements se succèdent... il ne te reste que le choix à faire pour la meilleure option. Aujourd'hui elle aura été de tuer cette créature qui avait fait le choix de nous dévorer pour ne pas mourir. C'est exactement la même chose pour nous. Nous l'avons tué pour survivre. C'est tout ce qu'il y a à se souvenir. Peu importe les choix que tu fais, il est de ton devoir de le suivre jusqu'au bout et d'en accepter les conséquences. La seule chose que tu peux changer, ce sont tes choix futurs... alors que vas-tu faire désormais ? Seule cette question à un véritable sens maintenant..."

Il fit un pas en avant et posa sa main sur l'épaule du jeune garçon en signe de réconfort. Ce dont avait besoins ce garçon, c'est de trouver sa voie, comprendre quel sens avait la vie pour lui et pour les autres, une ligne de conduites. Il était ni plus ni moins qu'une âme perdue dans se vaste monde où la vérité n'était visible qu'en forçant sur ses yeux pour voir à travers la brume épaisse qu'était le doute car personne ni même Tabris n'était clairvoyant. La distorsion de l'avenir ne lui permettais de voir que l'aspect approximatif du chemin à suivre, cachant ses détails.

Son regard croisait le regard larmoyant de Vaan et lui sourit en disant :

"Assez d'aventure pour aujourd'hui... Je reviendrais demain. Sauf si tu veux continuer. Je te laisse choisir la suite."
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 6 Juil - 18:00 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Trabis rassura Vaan du mieux qu’il le pouvait et ça n’avait cependant pas corrigé les doutes que le jeune délinquant ressentait. La main de Trabis sur posa alors sur l’épaule de Vaan qui leva la tête pour voir le brasseur le regarder, il ne put tenir le regard cette fois non plus. Il rabaissa de nouveau la tête et écoutât la proposition de Trabis. Vaan déclina l’idée de repartir sans avoir terminé. Tout se temps de marche devait avoir été utile, après tout. le jeune blondinet essuya ses larmes et s’exprima d’une voix chancelante. « Dis moi ce que je peux faire, plus vite on finira et plus vite on pourra partir. »

Vaan n'y connaissait rien en plante, il avait donc besoin d'être guidé par Trabis afin qu'il lui indique les façon de cueillir mais surtout qu'est-ce qu'il devait cueillir. Il resta donc face à Trabis, attendant ses instructions.
Revenir en haut
Tabris

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 9 Juil - 21:46 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

« Dis moi ce que je peux faire, plus vite on finira et plus vite on pourra partir. »

Au moins la réponse de Vaan avait le mérite d'être clair. Cette occupation éloignera surement son esprit des démons d'adolescent qu'il avait en tête en ce moment. Tabris trouvais que ce n'était pas une mauvaise solution à son problème.

"Tu sais à quoi ressemble de la menthe ? Cherche aux pieds des buissons.... les poussent de menthe se font dans des endroit au frais et humide donc à l'ombre des arbres... Une fois que tu sais où chercher, tu en trouvera un max. Ca va être ton boulot aujourd'hui. On laisse tombé les agrumes. On en trouvera surement pas à cette période de l'année, du moins pas dans ce coin là. Ensuite on cherchera des champignons qui poussent sur les arbres mais faudra pas prendre n'importe quoi... Je le ferais et je t'expliquerais un peu... en attendant je me chargerais des fraise qui doivent être mures maintenant. Ca te va comme ça ? On s'éloigne pas trop... juste une vingtaine de mètre au cas où un de ses collègues rapplique ce qui m'étonnerais fort."

Tabris se mit en marche pour la récolte des fruits, faisant signe à Vaan de le suivre de près.

[...]


La récolte s'était déroulés sans accrocs et Tabris avait trouvé bien plus de choses qu'il ne l'eut jamais espéré en cette période de l'année. Les deux comparses repartaient vers Luh, empruntant le même chemin qu'ils avaient emprunté à l'aller.

La marche paraissait moins longue que pour leur venu puisque quelques nuages venaient cacher le soleil, l'empêchant de répandre sa chaleur sur leur tête, chose qu'il avait déjà assez fait il y a quelques heures de cela, rendant une atmosphère lourde et épuisante la première fois. Même le vent s'était levé pour apporter aux deux expéditionnaires un peu de fraicheur, préparant le crépuscule annoncé par la descente du soleil à l'ouest, peignant le ciel de cette teinte orangée que Tabris aimait regarder du toit de la maison du Vieux.

Il se retourna vers le jeune voleur, toujours aussi harassé. Finalement la sieste aura été d'une courte durée mais ce n'était pas pour cela que la journée en fut mauvaise pour autant. Il s'était bien amusé avec Vaan durant la cueillette. Ils n'avait pas arrêter de s'envoyer de petit pic pour développé leur relation dans la raillerie. Tabris aimait bien ce petit gars. Il lui ressemblait vraiment. Il avait bien rit à toutes ses blagues et à cette ambiance facétieuse.

Ils avaient bientot atteint Lüh quand Tabris lui adressa la parole :

"J'espère que tu as bien apprécié cet aprem'. En tout cas tu te démerde plutôt bien pour trouver les plante dont j'avais besoin. T'apprends vite, c'est une bonne chose"

Arrivée derrière les portes, Tabris s'étire, les bras tendu vers le ciel, faisant craquer quelques une de ses vertèbres et articulations dans un petit gémissement qui en annonça les effet de mieux être que cela avait provoqué.

"Bon c'est la que nos routes se séparent pour aujourd'hui morveux", lui dit-il en cherchant les quelques Tsuris qu'il avait dans sa bourse.
"Je sais qu'une trentaine de Tsuris c'est pas grand chose mais prend les quand même. T'as bien bossé aujourd'hui, tu le mérite", ajouta-t-il en lui donnant les quelques pièces dans sa main.

"Bon faut que je te laisse... faut que je rentre au bercail. S'il te prend l'envie de me voir, passe à la brasserie nommée "Le houblon d'or". Je serais sans doute pas la mais le gars à l'accueil me fera passer le message."

Il lui fit un clin d'oeil, s'enfonçant dans les boyaux de la ville en faisant un signe de main au gamin. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait le sentiment qu'il le retrouverait bientôt.
Revenir en haut
Vaan

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 10 Juil - 18:09 (2009)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite] Répondre en citant

Vaan mit du cœur à aider son nouvel ami et une fois le travail terminé, c'est avec tout autant de plaisir qu'il l'aidait à porter sa récolte jusqu'aux portes de Lüh. Ils arrivèrent après une bonne heure de marche, mais Vaan trouva qu'elle passa bien plus vite que l'heure qu'il avait mit à venir. Une fois à la porte, Trabis le remercia gracieusement en lui offrant une trentaine de tsuris au blondinet qui pourtant ne s'y attendait pas du tout. Il le remercia à son tour et le laissa prendre congé. Vaan était content d'avoir enfin quelqu'un dans son registre d'amis. Il le regarda s'en aller en se promettant qu'il passerait un jour au "houblon d'or". Il se mit en marcher à son tour en direction de la ville dépenser ces quelques tsuris pour un repas bien mérité.



CLÔTURE DU SUJET POUR CAUSE D’INACTIVITÉ
Pour le rouvrir envoyer un Mp à l'un des membres du staff.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:48 (2016)    Sujet du message: Advienne que pourra. [Suite]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Corbeille -> RPs supprimés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com