Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Il faut parler

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bororo Meslial
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 138
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Guérisseur
Invocation(s): Imaq
Annonce: Procrastinateur
Double compte: Aucun
Point(s): 691

MessagePosté le: Lun 29 Juil - 14:03 (2013)    Sujet du message: Il faut parler Répondre en citant

Ses yeux étaient rougies par les larmes. Il s'était suffisamment éloigné de la scène de réunion pour ne plus voir les flammes que comme des points minuscules et fébriles. Depuis, il s'était arrêté et caressait l'encolure de Lustre. Cherchant du réconfort dans cette bête en qui il avait tout à fait confiance.

Plus comme avec Imaq...

Lorsqu'elle arriva enfin. Le temps, dans la nuit, lui avait paru interminablement long. Il la regarda longtemps et d'un regard dur. Si son regard avait été capable de pouvoirs, Mama aurait été électrocuté sur le champ.

« Je... »

Meslial ne savait plus quoi dire. Toute cette situation l'avait rendue muet. Il avait envie de parler. Il avait envie d'entendre les explications d'Imaq. Il en avait envie plus que tout car, plus qu'une relation d'amitié, il admirait Mama. La déité aqueuse. La mère pleine de connaissances. L'être millénaire.

Il prit une grande respiration et parvint à se lancer :

« Comment peux-tu parler aussi facilement d'un acte aussi dégoûtant ? Comment peux-tu te lancer aussi facilement dans un plan de kidnapping ? Je ne comprends pas. »

Le regard d'Imaq était trop pénible à supporter. Il tourna la tête et trouva du réconfort dans le pelage de Lustre.

*Elisabeth, tu me manques. Terriblement... *

Il respira à fond et repartit de nouveau affronter le regard d'Imaq :

« Te jouerais-tu de moi depuis que le moment où tu es sortie de ta prison ? Qui es-tu Imaq ? Qui étais-tu avant que je ne te trouve ? »

Sans s'en rendre compte, Meslial avait pris la voix du guérisseur. La voix froide et dure. Les paroles aiguës, ciblées. L'être qui attendait des réponses et qui brandissait ses protections pour affronter les pires vérités et parvenir à les encaisser. Pour pouvoir continuer à faire ce qu'il faisait... Pour continuer à vivre et réussir à s'endormir le soir...



Le lien suivant permet de suivre les péripéties de Meslial Bororo depuis ses tous débuts ! : http://arcane.xooit.fr/t2005-Bororo-Meslial.htm#p22682

Lenteur égale précision. Précision égale vitesse.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 29 Juil - 14:03 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Imaq
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 140
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Maman à plein temps.
Invoqueur: Bororo Meslial
Annonce: Invocation à présence réduite mais régulière.
Inventaire: Amazone (Lance Ashura modifiée)
Sorts: Eau 1, 2 et 3, Glace1, 2 et 3, Soin 2, Rage 3 et 5, Métamorphose, Branchies, Apathie, Transfert, Aquakinésie 6
Double compte: Kohaku
Point(s): 16

MessagePosté le: Lun 29 Juil - 16:33 (2013)    Sujet du message: Il faut parler Répondre en citant

Une fois les détails vu avec La capitaine Imaq s'était inclinée et avait repris son chemin. Sur la piste de Bororo. Elle le savait, son petit n'avait les épaules pour une telle vie. Les prémices de la vie de pirate l'avait déjà choqué. Et ils n'étaient pas en mer ! La demi-déesse marcha avec hésitation, en réalité, avec appréhension. Que lui dire ? Qu'était-il capable de comprendre ? Que voulait-il entendre ?

Ce guérisseur était tout ce qu'elle avait à présent. Elle n'avait toujours agit que pour son bien. Imaq conserva sa forme humaine malgré tout. Elle avait déjà, sans le vouloir, créé un faussé entre eux. Ce n'était pas en marquant leurs différences physiquement qu'elle réussirait à se faire pardonner. Elle suivit les empruntes de sabots, les crins oubliés dans les broussailles. Et enfin, le bruit caractéristique du cheval. La jeune femme arriva volontairement de façon grossière en laissant la végétation ambiante protester sur son passage et bruisser pour l'annoncer à l'humain ébranlé.

« Bororo ? Mon fils tu es là ? Ah te voil... »

Puis elle le vit. La décéption et la douleur se lisait dans toute son attitude, dans les traits qu'elle percevait grâce à la lumière de la torche qu'elle levait au dessus de sa tête. Imaq demeura interdite. Et le regard qu'il lui lança lui fit l'effet d'un poignard. Instinctivement, elle porta sa main libre contre sa poitrine. Elle ouvrit la bouche, mais Bororo la devança. Sous les reproches, ses yeux s'embuèrent, en proie à la désolation la plus totale. Un mur se dressait entre eux à présent. Un mur invisible qui empêchait Imaq d'étreindre son fils, de le rassurer, de lui expliquer.

Elle ne put que rester plantée là, détourner la tête à son tour, cacher son visage qui s'embuait de larmes amères, derrière une barrière de cheveux blanc au pointes noires. Et attendre. Elle avait la mâchoire serrée, elle voulait tellement lui expliquer, mais tout à sa colère il n'écouterait pas. Toute à sa morale bafouée, il n'assimilerait pas le but réel de la demi-déesse. Elle était là la main toujours nichée entre ses seins, agrippant sa tunique avec amertume. Il avait eu ses yeux qui lançaient reproches et incompréhension. Des yeux qu'elle n'avait que trop vu par le passé.

Elle voulait lui dire des mots rassurants et doux, mais elle ne put que lui adresser des mots aussi durs. Imaq aussi était déçue. Déçue qu'il ne voit pas plus loin que le bout de son nez, qu'il soit toujours si prompt à se plaindre dès que le monde n'était pas comme il l'imaginait. Elle conserva la tête tournée.

« Et toi, mon fils, que crois-tu que je sois ? Un monstre sanguinaire sous un visage enjôleur ? Une créature abjecte qui n'a pour seul but ta perte ? »

Elle se tourna vivement vers lui, ses long cheveux à présent balayés dévoilant ses larmes contenues, sur le point de couler. Et une douleur profonde sur son visage.

« Je suis ta mère, Par Aqua! Ta mère !! J'ai juré de veiller sur toi le le jour où je t'ai vu pour la première fois. J'ai juré de te protéger, envers et contre tout ! Et à la première difficulté, tu baisses les bras et part la queue entre les jambes ? Ce n'est pas moi qui est signé ce contrat, Bororo. Pas celui-là en tout cas.»

Elle avait hurlé. Sans le vouloir s'était sortit plus fort qu'elle ne l'avait voulu. Elle s'était tambouriné la poitrine sous le coup de l'émotion. Mais sa voix avait fini par retomber, petit à petit, et sa dernière phrase avait presque été un murmure. Elle reprit sont souffle. La jeune mère reprit d'une voix inquiète d'où perçait la volonté de se faire comprendre.

« Tu n'as pas idée de la portée de ce pourquoi tu t'es engagé. Pas idée. Qu'aurais-je du faire ? M'opposer à tout cela ? Jouer les justicières et nous mettre la capitaine à dos ? Est-il vraiment nécessaire que je te rappelle comment on espère récupérer ce fichu papier qui fait de toi, non plus un médecin, mais un criminel ?»

Elle était à bout de souffle. Soudainement épuisée. Son bras ne portait plus la torche aussi haut qu'à son arrivée auprès de son fils. Sa voix se fit plus douce. Elle osa un pas dans la direction du guérisseur, mais ne sut pas très bien si il la laisserait s'approcher d'avantage.

« Si nous voulons nous attirer les faveurs de cette femme, il nous faut agir en conséquence. Avoir le comportement qu'elle attend d'un pirate. Et même exceller pour se démarquer. La morale n'a plus sa place à présent, tu comprends ça ? »

Elle soupira. Malheureusement elle dut lui rappeler la portée de ce que signifiait avoir une vie plus que millénaires. Tous les remords du monde l'assaillaient, car ce qu'elle s’apprêtait à dire laissait remonter les fantômes de tout ces petits qu'elle avait été contrainte de tuer. Quelle mère aimait avoir à faire cela ? Elle tendit sa main libre vers Bororo, les doigts tout juste dépliés tant son hésitation à prendre son fils dans ses bras était palpable. Elle lui jeta un regard suppliant, et un brin protecteur.

« Écoute, mon fils. Tu n'as pas à te salir les mains. Moi... Moi je suis couverte de sang. Si je n'étais pas … Ce que je suis. Il y aurait de quoi se noyer. Toi, tu as la chance d'avoir une vie pure, tu dois rester innocent. Si tu n'es pas capable de faire ce que te demande la capitaine Edvah, je m'en chargerai pour toi. »

Imaq avait volontairement éludé la question de sa "véritable" identité. Si il n'était pas capable d'encaisser un simple enlèvement, alors il n'était pas capable d'assimiler tout ce à quoi elle avait été réduite à faire pour arrêter la folie humaine du premier monde. Secrètement, elle souhaitait du fond de son coeur de mère qu'il ne lui donne pas l'ordre de tout lui raconter. Par ce q'alors le pacte ferait se mouvoir ses lèvres et libérerait un récit que Bororo n'avait pas besoin d'entendre. Comment la verrait-il après ça ? Il allait la rejeter pour toujours.


Revenir en haut
Bororo Meslial
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 138
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Guérisseur
Invocation(s): Imaq
Annonce: Procrastinateur
Double compte: Aucun
Point(s): 691

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 10:36 (2013)    Sujet du message: Il faut parler Répondre en citant

Meslial se maudissait. Il était faible et il le savait. Il fut un temps où il avait cru être sorti de sa bulle. Où il avait cru affronter la réalité. La vraie. Celle qui fait mal et qui déçoit. Mais tout ce qu'il avait fait, ça avait été de sortir d'une bulle pour en rentrer dans une autre un peu plus grande. Ce qu'il craignait en cet instant, c'est de découvrir ce qui se cachait derrière la bulle dans lequel il vivait actuellement... Plus d'horreurs...

Le pire avait été de voir Mama pleurer. Cela lui avait fendu le cœur. C'était trop pour lui... De nouvelles larmes coulèrent. Mais cette fois, il ne fit aucun bruit. Il ne dit rien. Il la laissa parler. Durement. Des paroles qui le blessèrent. Il en avait du mal à respirer et à déglutir.

Finalement, elle arriva au bout de sa tirade. Des propos étranges. Un mystère à découvrir. Mais il n'avait pas envie d'en savoir plus. Il voulait rester comme elle le disait : pur, innocent. Depuis qu'il étudiait avec sa mère, il s'était mis en quête de toujours plus de connaissances. Il était parti hors de la ville de Lüh pour découvrir plus de choses, plus de gens, plus de maladies... Mais il se rendait maintenant compte que l'ignorance était le plus beau des trésors. Un cadeau que l'on perdait à jamais avec l'âge adulte...

Meslial ne pouvait toujours pas parler. Il fit un pas en direction d'Imaq et s'arrêta. Au fond de ses tripes, les émotions et les pensées se battaient toujours. Il lui en voulait toujours de pouvoir parler aussi facilement de kidnapping. Mais il se rendait bien compte de l'amour infini que Mama lui donnait.

Pourtant, il était divisé. Il la regardait avec des grands yeux dans lesquels se mêlaient l'amour et la haine. Il tendit la main vers elle sans savoir ce qu'il en attendait. Puis, très vite, il la reprit en détournant la tête. Il avait envie de crier. Il n'en pouvait plus de tout ce chaos dans sa tête, de tous ces déchirements dans son cœur.

Ses yeux se posèrent à nouveau sur elle. Il la regarda fixement. Durement. Puis interrogateur. Absent, innocent ou bien encore colérique.

« ... »

Et toujours il n'arrivait pas à parler...



Le lien suivant permet de suivre les péripéties de Meslial Bororo depuis ses tous débuts ! : http://arcane.xooit.fr/t2005-Bororo-Meslial.htm#p22682

Lenteur égale précision. Précision égale vitesse.
Revenir en haut
Imaq
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 02 Fév 2012
Messages: 140
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Maman à plein temps.
Invoqueur: Bororo Meslial
Annonce: Invocation à présence réduite mais régulière.
Inventaire: Amazone (Lance Ashura modifiée)
Sorts: Eau 1, 2 et 3, Glace1, 2 et 3, Soin 2, Rage 3 et 5, Métamorphose, Branchies, Apathie, Transfert, Aquakinésie 6
Double compte: Kohaku
Point(s): 16

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 11:12 (2013)    Sujet du message: Il faut parler Répondre en citant

Imaq se mordit la lèvre après tout cela. Il n'avait rien dit. Absolument rien. C'est tout juste si la demi-déesse ne s'était mise à fixer ses côtes pour vérifier qu'il respirait encore. Elle s'était attendue à ce qu'il enchérisse, qu'il vide son sac à son tour, et ce qui lui répondit fut un mur de silence. La jeune femme baissa les yeux, elle avait été trop loin. Cela faisait-si longtemps qu'elle n'avait pas vu un de ses enfants qu'elle avait pensé comme acquis leur confiance mutuelle. Une erreur divine comme elle les appelait, elle avait vu les choses à son échelle à elle et pas à la sienne.

Et qu'en était-il en réalité ? Une créature magique aux capacités de titan déboulait dans sa vie depuis deux semaines et cela chamboulait tout pour lui. Elle lui imposait sa façon de voir les choses et au fond elle ne savait rien de lui. Elle se rappela une phrase qu'elle avait un jour dite à Issarok, car elle lui reprochait justement ce genre de bourde divine. Désormais elle était la première à faire ce genre de méprise.

« Vivre parmi les humains signifie se mettre à leur niveau. »Imaq sécha ses larmes, avec un petit rire sans joie. « Je ne suis qu'une idiote par moment.»

Un sourire d'excuse se peignit sur son visage et elle leva les yeux vers son fils. Son seul et unique enfant désormais par la volonté d'Aqua. Et elle ne voulait pas le perdre à cause d'une stupide dispute. Après tout ils en avaient pour plusieurs dizaines d'années de vie commune.

« Nous nous connaissons que depuis quelques semaines et je me comporte déjà comme si je te connaissait par cœur... Alors que je ne fais que te découvrir au jour le jour. Je suis désolée, je n'aurais pas du, c'était déplacé. »

Ils avaient chacun fait un pas l'un vers l'autre sans vraiment oser retrouver les bras de l'autre. L’intimité qui lie une mère à son enfant installée de façon hâtive entre eux. Elle s'était imposée dans sa vie de la sorte. Peut être pour nier leur lien véritable, celui d'un maître et de son esclave. Il allait falloir à présent qu'elle regagne sa place de façon honnête. Elle ouvrit son bras libre pour l'inviter à venir se lover dans ses bras. Cette fois elle ne le forcerait comme les autre fois. Après tout peu être ne voulait-il pas d'une seconde mère. Elle osa son sourire maternel et rassurant.

« Viens mon fils, rentrons. »

Qu'importe que chacun reste un étranger pour l'autre, elle ne le forcerait pas à se dévoiler plus qu'il ne se le souhaitait. Elle ne voulait pas se montre trop intrusive et perdre son fils.


Revenir en haut
Bororo Meslial
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 138
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Guérisseur
Invocation(s): Imaq
Annonce: Procrastinateur
Double compte: Aucun
Point(s): 691

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 11:37 (2013)    Sujet du message: Il faut parler Répondre en citant

Le sourire de Mama brisa ses dernières défenses. Son sourire avait quelque chose de magique. Tout comme son étreinte dans lequel il se logea. Comme un petit bébé animal se réfugie dans le sein de sa maman.

Meslial avait eu de la colère. Mais celle-ci avait disparue. Mama était comme une mère pour lui. Une incroyable douceur qui avait été capable de le calmer, même lorsqu'il avait perdu son chapeau. Même lorsqu'il avait eu une crise à cause de sa peau ridicule...

« Tu es presque meilleure que ma propre maman... C'est un peu dérangeant. »

Le corps de Mama était chaud. Il était doux. Il était rassurant. Il se perdit dedans en fermant les yeux. Il le respira tout entier et resta de très longues secondes dedans. Enfin, il se délogea mais resta à moins d'un mètre d'elle. Il leva la tête et lui dit :

« Tu n'es pas une idiote Mama. Tu n'as pas à changer pour moi. Tu n'as pas à te mettre à mon niveau. »

Le silence s'installa deux secondes.

« Je suis entré dans trois cellules pour tenter de délivrer autant de déité comme toi. Par trois fois j'ai échoué. Puis je suis entré dans ta cellule, seul. J'en suis ressorti avec toi à mes côtés. Je le vois comme un signe. »

Il pencha légèrement la tête pour regarder le visage de Mama.

« Je t'aime comme tu es. »

Meslial déposa un baiser sur sa joue.

« Ne changes pas pour moi. Mais fais tout ce que tu peux pour me changer et faire de moi un humain meilleur. »

Il quitta enfin la proximité de son corps et monta sur Lustre. Il caressa d'abord l'encolure de sa monture puis tira sur les rênes afin qu'elle l'emmène auprès de Mama. Meslial était prêt à partir. Prêt à affronter le monde avec elle.



Le lien suivant permet de suivre les péripéties de Meslial Bororo depuis ses tous débuts ! : http://arcane.xooit.fr/t2005-Bororo-Meslial.htm#p22682

Lenteur égale précision. Précision égale vitesse.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:46 (2016)    Sujet du message: Il faut parler

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com