Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
La belle et la bête : Entracte passionnel

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Myrcella E. De Rosenburg
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 32
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Noble • Prétendante au titre de princesse
Invocation(s): Mon ADORABLE Erebos ♥
Point(s): 139

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 10:46 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant



Son père lui avait un jour dit que chaque fois qu'elle serait tentée de critiquer quelqu'un, il fallait qu'elle songe d'abord que tout un chacun n'avait eu en ce bas monde les mêmes avantages, certains étaient des privilégiés telle la petite fille aux cheveux chocolatés, mais d'autres n'étaient rien d'autres que de vulgaires manants. Erebos s'apparentait davantage à la seconde catégorie, mais pourtant Myrcella désirait l'étirer vers le haut, l'amener au sommet de l'aristocratie. Il y avait du travail, le chemin était encore long avant de faire de la stupide créature une arme politique massive, il n'était rien d'autre que violence et il était nécessaire de le raffiner. Il fallait l'avouer, la jeune femme cherchait à dénaturer l'oeuvre terrifiante d'Ignis, ainsi inventa t-elle la seule sorte d'homme qu'une femme de 23 ans était susceptible d'imaginer. Son humanité naissait de la conception platonique d'une héritière prête à tout pour conquérir ce qu'elle désirait, elle demeurait fidèle à ce qu'elle était devenue et elle n'espérait plus qu'une chose, qu'Erebos reste fidèle à la conception qu'elle lui avait insufflé.

Désespoir d'un passé perdu, la vie ne signifiait plus rien pour Myrcella, mis à part une promesse envers ses parents et le souhait de vouloir rester aux côtés de son petit frère. Elle n'avait plus goût à rien, elle était née tacticienne et une cuillère en argent dans la bouche, mais sa vie pourtant si paradisiaque avait tourné au cauchemar. Elle avait besoin d'un homme vers qui s'appuyer, mais elle préférait la solitude et puis il était difficile de trouver une personne de confiance en ce triste monde fait de dépravation et de souffrances. Dans sa marche sempiternelle aux côtés de ce qui s'avérait être son invocation, elle réfléchissait quant aux choix à prendre, elle s'était confiée à Erebos dans l'espoir de casser cette barrière haineuse, mais elle n'avait pas l'impression que leur relation avait changé. Elle voyait les courbes de la ville se dessinait non loin, des tours s'allongeaient pour toucher le ciel avec délicatesse et les massives murailles donnaient l'importance méritée à la capitale.

"Nous voici à Lüh mon cher Erebos, capitale des désirs et de la volonté, lieu de prouesse et de noblesse, c'est là que se joue l'avenir de notre bien aimé principauté."

Myrcella admirait avec compassion les lignes de sa cité désormais retrouvée, elle lui avait manqué, mais c'était maintenant le passé et elle se devait de faire son retour dans la capitale. Le temps était passé depuis son voyage dans les méandres du temple des flammes, le vent du renouveau soufflait sur son visage, un signe du destin ? D'un pas déterminé, elle s'avança de nouveau pour pénétrer dans la cité, mais elle avait oublié un petit détail, quelque chose qui pouvait lui coûter sa réputation, voir sa place aux côtés du prince. La jeune femme avait oublié de rendre une forme humaine à son invocation, il était encore là sous sa forme immonde chameau, ce stupide animal à la gueule béante et à la bave impie, une réelle caricature de l'horrible reptile.

"Reprend ta forme humaine, veux-tu ? Et n'oublie pas de te comporter comme un troubadour, c'est un ordre. Une femme de mon rang ne côtoie pas n'importe qui, saches te montrer méritant et respectueux, notre aventure ne fait que commencer."

Elle connaissait à peine Erebos, mais pourtant, elle éprouvait une sincère affection pour sa personne, chose qu'elle ne préférait pas lui avouer pour le moment. Il était certes stupide et brutal, mais il était attachant et prêtait à ressentir de la pitié envers sa fébrile personnalité, c'était en tout cas ce que Myrcella éprouvait envers la terrifiante créature et ce n'était pas par défaut qu'elle éprouvait ces sentiments. La haine aurait pu l'envahir, mais elle ne voulait plus détester ce bas monde, elle avait besoin d'amour et de bonheur pour survivre tant bien que mal. D'un regard tendre et agréable, d'où le reflet bleu de ses yeux resplendissait, elle invita l'hydre à pénétrer en sa compagnie dans la festive cité afin d'orchestrer un semblant de visite guidée dans ce dédale de ruelles et de places en tout genre.

"Suis-moi Erebos, tu vas découvrir toute la grandeur de l'humanité, je veux te montrer ma future propriété. Un jour, cette cité sera mienne et dés lors, tu gouverneras à mes côtés, saches me faire honneur et nous pourrons écarter le flou et l'ombre afin de baigner le monde de ma lumineuse clarté. Je serai la Reine Lumière, première femme à m'être octroyée le trône de Lüh, je ferai de cette cité une ville éblouissante. Allez, rentrons, tu as des tas de choses à découvrir à l'intérieur de ce labyrinthe."

La foule était au rendez-vous, les étales et les boutiques grouillaient de clients, les fleurs jonchaient les multiples balcons de la capitale et une senteur florale embaumait les allées. Myrcella était heureuse de retrouver sa vie de mondanité et d'urbanité, la campagne n'était pas sans la déplaire, mais elle s'ennuyait affreusement et préférait l'attrayante activité de la ville que le calme reposant des champs et des cottages. En compagnie d'Erebos, elle ne craignait plus rien, ni personne et l'avenir lui tendait désormais les bras : Erebos était peut être le démon légendaire, il n'en restait pas moins un ange survenu des entrailles de la terre pour subvenir à la sécurité de sa tendre maîtresse.


Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 10:46 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Erebos
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 06 Mar 2012
Messages: 54
Crédits Avatar: The Darkness
Masculin Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Bourreau
Invoqueur: La MERVEILLEUSE Myrcella.
Sorts: Feu 1 ; Intimidation 3-5 ; métamorphose
Point(s): 157

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 20:32 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant

Finalement, les deux êtres liés par le destin firent leur entrée en scène. Erebos quitta avec un soulagement certain sa forme passablement ridicule de chameau, pour redevenir l'homme mystérieux aux yeux orangés. Laissant un voile de cils couvrir ses paupières, il s'arrangea pour en masquer l'éclat flamboyant. La créature parvenait désormais à stabiliser totalement cette forme, et il ressemblait trait pour trait à n'importe quel humain normalement constitué. Toujours vêtu de ce tissu violacé qui lui faisait honte, il prit sa mandoline à une main, tel qu'on l'aurait fait avec une massue.

Il suffit d'un regard exaspéré de Myrcella pour qu'il saisisse que son comportement laissait encore à désirer. Le fauve humanisé grogna avant de repositionner son instrument d'une manière plus classique. Il triturait les cordes nerveusement, tandis que sa maîtresse lançait la marche. Les portes de Lüh se présentaient à eux, mais l'immensité de la cité ne dupait nullement Erebos. Il ne s'agissait après tout que d'un amas de gravas agencés pour former une structure protectrice, un terrier à vermine géant pour faire simple et de ce fait, rien d'exceptionnel.

La douce jeune femme venait de citer un aspect très intéressant de leur position. Cette ville deviendrait sa propriété ? Les hommes étaient donc si désordonnés pour avoir besoin de se diriger dans un simple rassemblement de population ? Cela n'était pas important après tout. Ce qui comptait bien plus, c'était la puissance que Myrcella détiendrait en accédant au pouvoir. L'hydre de l'ombre à ses côtés, ils seraient l'alliance parfaite de la force et de la subtilité. Erebos aimait déjà cette idée et, rien que d'y songer, il esquissait un petit rictus.

Sa maîtresse pénétra la première dans l'enceinte de Lüh, et les remugles émis par les Hommes agaçaient déjà les narines de la créature divine. Sur ses pas, Erebos observait les lieux avec une curiosité non-dissimulée, mêlée à un profond dégout. Rien en ces lieux ne lui inspirait confiance, mais il faisait preuve d'une contenance suffisante pour le cacher à son invocatrice. Sa mandoline l'encombrait, ce qui l'énervait, et ce contact humain croissant lui déplaisait. Sa rage millénaire lui revenait progressivement, il méprisait cet endroit au bout d'une poignée de seconde.

N'étant pas habitué à évoluer en société de la sorte, la créature s'étonnait qu'on la bouscule à répétition. Cela n'aurait jamais pu arriver s'il s'était trouvé dans son véritable corps. Grinçant des dents, le perfide reptile subissait l'afflux permanent en tentant de suivre la belle demoiselle qui, quant à elle, serpentait tranquillement entre les passants. Cet aspect de la chose vexa de nouveau Erebos, puisqu'il se sentait inapte à faire de même. Un humain bourru passa près de lui sans essayer de l'esquiver, et ce fut le drame.

D'une main, Erebos se saisit du col de celui qui lui avait manqué de respect, amenant son visage près du sien pour lui faire comprendre que ce genre de pratique n'était pas à son goût. Sans un mot, il leva la mandoline au dessus de sa tête, prêt à briser le crâne de l'importun. Le mouvement de populace se figea un instant, et les spectateurs muets se mirent à l'observer, une note d'inquiétude prononcée dans le regard. Le fils d'Ignis, tenant toujours fermement le vêtement de sa proie, réalisa que ce genre de chose semblait choquer les humains. Comme si de rien n'était, il propulsa l'homme en avant, le laissant chuter sur le dos. Tant de surprise que de peur, l'intéressé se releva en vitesse avant de décamper, se noyant dans cette masse informe de vermine grouillante...

L'angoisse apparut dans son esprit, quand il comprit que Myrcella ne se trouvait plus à ses côtés. Il regarda à droite, à gauche, mais il avait fini par être totalement désorienté. Celle qu'il cherchait ne se trouvait qu'à quelque mètres de là, mais il l'avait déjà perdue... Cette situation deviendrait vite un calvaire, et s'en acquitter serait difficile.



[Mana = 3]


Forme humaine masculine d'Erebos


Forme humaine féminine d'Erebos


"Laisssssez-moi goûter votre peur..."
Revenir en haut
Myrcella E. De Rosenburg
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 32
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Noble • Prétendante au titre de princesse
Invocation(s): Mon ADORABLE Erebos ♥
Point(s): 139

MessagePosté le: Ven 17 Mai - 11:29 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant



Quelle agréable réconfort que de prendre un bain de foule, de se mêler à la dense population de la capitale dans laquelle la société transparaissait, ce sentiment de civisme avait manqué à la jeune femme. D'un regard doux et rassurant, elle signifiait à son invocation de la suivre, mais il semblait troublé par cette foule, il n'aimait pas les humains et il devait sans aucun doute préféré la solitude. Myrcella se rappelait sa douce jeunesse, celle où encore enfant, elle s'éblouissait devant tant de splendeurs, tant de boutiques et d'étales, tant de beauté urbain, mais c'était avant, désormais elle ne se contentait plus d'admirer, elle désirait posséder. Ses caprices enfantins s'étaient métamorphosés en une avidité certaine, sa cupidité n'avait d'égale que sa beauté, mais n'était-ce pas là le fardeau de l'humanité que d'aimer l'argent et le pouvoir ? Aussi belle qu'une déesse, elle n'en restait pas moins humaine et elle avait son lot de défauts, personne n'était parfait, certes elle frôlait la perfection, mais elle n'aimait pas s'en vanter, elle n'en avait d'ailleurs pas besoin.

Subtile destinée et florissant odorat, la jeune femme suivait portée par le vent un chemin des plus aléatoire, elle voguait avec subtilité le long des ruelles et ne souciait plus vraiment de son invocation, il n'était pas crétin au point de se perdre, c'était en tout cas sa vision des choses. De plus en plus dense et bruyante, la foule attisait les foudres et la colère de l'hydre personnifié, la mort dans un corps humain, il se contenait du mieux qu'il pouvait, mais on pouvait lire au travers de son regard et le tonnerre grondait d'une étincelante lumière dans ses yeux jaunâtre. Selon les points de vue, le jeune homme pouvait passer du tout au tout, son regard d'or pouvait signifier une grande richesse d'âme tout comme elle caractérisait un certain degré d'alcoolisme. Dans sa folle course, l'héritière avait égaré sa douce créature, l'idée d'une laisse et d'une transformation canine lui avait bien traversé l'esprit, mais malgré son côté pratique, elle n'aurait rien appris au reptile infernal.


"Erebos ? Où es-tu ? Erebos ?!"

Il n'était plus là, quelle ironie du sort que de devoir courir après un troubadour de mauvaise facture, sa journée risquait d'être longue et ce n'était pas sans mettre un frein à la visite du jour. Néanmoins, son esprit tactique et sadique venait de mettre au point un stratagème plus ou moins efficace pour retrouver la trace du diable de compagnon. L'hydre à la belle gueule ne devait pas se trouver loin, elle n'avait qu'à happer la foule d'un excitant et endiablé hourra en ferveur du troubadour, il allait devoir se contraindre à jouer ou dans tous les cas, à jouer le clown pour le public. Tapotant l'épaule d'un crieur public et lui versant subtilement un pot de vin, elle s'arrogea ses services et lui laissa le soin de faire passer le message de l'opulente foule.

"Un troubadour ! Un troubadour se trouve dans la foule ! Il est violacé et est connu comme un artiste de talent pour le moins original !"

Sa jeunesse et sa beauté, mêlées à son intelligence lui permettait d'arriver à ses fins dans presque toutes les situations, elle n'en était pas peu fière, mais elle faisait de son mieux pour utiliser ses atouts afin de combler ses faiblesses. Si elle ne s'était pas trompée, elle n'allait pas tarder à recevoir la part de son travail et le mérite qui lui était dû, même si le garçon ne savait rien du métier de ménestrel, il pouvait tout du moins agir en clown et amusait la galerie, c'était là l'un des attributs que pouvait adosser le troubadour de rue.


Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises.
Revenir en haut
Erebos
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 06 Mar 2012
Messages: 54
Crédits Avatar: The Darkness
Masculin Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Bourreau
Invoqueur: La MERVEILLEUSE Myrcella.
Sorts: Feu 1 ; Intimidation 3-5 ; métamorphose
Point(s): 157

MessagePosté le: Lun 20 Mai - 20:05 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant

Erebos oscillait toujours de droite à gauche dans l'espoir de revoir le joli minois de son invocatrice. Impossible de distinguer quoi que ce soit dans cette vague humaine qui se déployait devant ses yeux, cela dit. Cette perspective frustrait grandement la créature divine qui, sous cette forme pathétique, ne pouvait utiliser ses capacités naturelles de traqueur et devait se contenter d'une simple paire d'yeux et d'un nez tout juste bon à sentir sa propre odeur...

L'hydre maugréa, chassant une mèche agaçante de son champ de vision, et tenta de brasser cette foule grandissante pour retrouver sa belle. Il n'eut pas à chercher bien longtemps, néanmoins, car déjà un humain dressé sur une plateforme de bois s’époumonait pour attirer l'attention de ses pairs. Erebos lui jeta un regard malveillant tout en écoutant ce qu'il avait à dire... Les individus qui l'entouraient s'écartèrent alors du Demi-Dieu, et ce n'est qu'à cet instant précis qu'il comprit à qui le crieur faisait allusion. Un troubadour vêtu de violet, amusant et original...

Encore un coup de sa maîtresse, c'était une évidence. Esquissant un geste d'incompréhension en se frottant l'arrière de la tête d'une main, il tenta de trouver une solution au problème. Myrcella attendait quelque chose de lui, et l'hydre ne savait tout simplement pas de quelle manière la satisfaire. Il se devait de jouer le jeu, oui, mais que faire lorsqu'il ne connaissait nullement les règles ? Il s'empara de la mandoline, prêt à l'utiliser de la même manière que la fois précédente, mais sa mémoire lui indiqua que la méthode d'emploi de la fois précédente n'était pas la bonne...

Il opta donc pour une pratique moins étrange, mais qui avait généralement le don de le faire rire lui à défaut des autres. Erebos se saisit du col de l'un des spectateurs et, plongeant son regard dans le sien, il le maintint dans cette position une poignée de secondes. D'un coup d'oeil circulaire, il aperçut les expressions curieuses des observateurs et, se sentant confiant, Erebos administra un violent coup de tête à sa victime, qui fut assommée sur le coup et retomba mollement au sol, ventre à terre.

La créature humanisée leva les bras, symbolisant par la même occasion le terme de ce numéro. Les gens fixèrent un moment l'être allongé sur le sol, inconscient mais, voulant faire bonne figure après le commentaire effectué par le crieur, se mirent à applaudir sans grande conviction. Après tout, ce garçon était un artiste réputé et, même si sa prestation semblait très contemporaine, le travail d'acteur des deux individus était impressionnant. Erebos aperçut la demoiselle, au loin, et s'orienta immédiatement vers elle.

Une certaine rancœur se nichait dans son esprit mais, comme toujours, il ne pouvait en vouloir bien longtemps à sa maîtresse...


Forme humaine masculine d'Erebos


Forme humaine féminine d'Erebos


"Laisssssez-moi goûter votre peur..."
Revenir en haut
Myrcella E. De Rosenburg
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 32
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Noble • Prétendante au titre de princesse
Invocation(s): Mon ADORABLE Erebos ♥
Point(s): 139

MessagePosté le: Mer 5 Juin - 18:55 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant



Dans son cœur si fragile, des sentiments se mêlaient sans pour autant l'orienter avec précision dans un choix précis. Devait-elle l'aimer ou tout simplement le soumettre ? Elle se jouait de lui comme elle avait coutume de le faire, mais il avait quelque chose en plus, cette âme unique qu'on ne pouvait trouver chez quiconque d'autre. L'amour, cette notion si mystérieuse, était si proche, mais si lointaine, on pouvait espérer l'approcher sans jamais réellement le détenir et c'était ainsi que Myrcella affectionnait son hydre de compagnie. Elle aurait aimé lui faire savoir à quel point elle tenait à lui, à quel point elle comptait sur lui, mais c'était peine perdue, il ne voulait pas comprendre et préférait perpétuer sa bêtise sans jamais se remettre en question. En parfaite maîtresse, elle avait choisi d'éduquer l'invocation à la dure, elle imaginait que le confronter à certains situations lui permettrait de mieux intégrer les savoirs vivres humains qu'un simple cours théorique et barbant. Ainsi, l'hydre vorace et incrédule s'était ridiculisée dans un simple but éducatif, elle espérait lui avoir fait compris que le rire n'était pas violence, mais peut être était-ce encore trop espérer de cette stupide créature dont la jeune femme s'était entichée.

Erebos s'avançait avec une certaine maladresse en direction de sa maîtresse, elle ne savait quoi faire de lui, l'accueillir ou lui faire comprendre avec son tact habituel à quel point elle était contrariée ? Il marchait, portant sur son visage cet air si joyeux et guilleret qu'elle trouvait ridicule, il n'avait vraiment rien de bon en lui si ce n'était l'amour que lui avait insufflé la jeune femme. Lui prenant la main avec brutalité et rancœur, elle le dirigea en direction d'un acheminent de petites ruelles, la rue des petites boutiques où elle pensait trouver à son esclave de quoi se rendre moins ridicule, il avait déjà utilisé son alibi et lui enlevait toute once de crédibilité. Il était maintenant nécessaire de lui donner un style à la hauteur de sa maîtresse, des vêtements de bonne facture et une dégaine bien plus noble, il y avait du travail, mais Myrcella ne reculait jamais devant les tâches à effectuer lorsqu'elle les juger payantes.


"Mon cœur balance, d'un extrême à l'autre tu me fais chavirer et pourtant je n'arrive toujours pas à faire de choix. Je suis vide de sentiments, mon cœur d'automate fonctionne d'un malin plaisir provenant de la tristesse des gens et je ne suis qu'une garce. Néanmoins, j'éprouve une certaine affection à ton égard et je ne veux pas te détruire complètement. Nous allons rentrer chez moi, mais avant, je vais t'éduquer au minima."

Survolant les multiples étales de marchandises en tout genre, la jeune femme se rendait avec vitesse et noblesse en direction d'une des plus réputées maisons de couture de la capitale. Par malice, la duchesse avait imaginé ce cours pratique pour son invocation, il allait devoir choisir sa tenue, elle allait ainsi pouvoir se faire une idée de sa capacité d'analyse et adaptation. Dans tous les cas, les hommes étaient bien connus pour n'avoir aucun style et une faute de goût de sa part n'étonnerait le moins du monde aucun des plus grands styliste. Myrcella n'avait quant à elle pas le droit à l'erreur, c'était une sorte de poupée longuement cousue dont la tenue était une nécessité de circonstance, elle était la représentante d'une des plus puissantes familles de Lüh et elle en était l'héritière. Sa noblesse avait été travaillé dès l'aube de sa naissance et il était évident que la soigner était une évidence, son titre lui apportait certes une cuillère en or, mais il lui demandait également de l'entretenir pour ne pas chuter dans les bas fonds de la société.

"Choisi ta tenue, je veux voir ceux vers quoi tes envies te guideront. Pour une fois que je t'octroie le droit de choisir, profites-en Malabar."


Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises.
Revenir en haut
Erebos
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 06 Mar 2012
Messages: 54
Crédits Avatar: The Darkness
Masculin Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Bourreau
Invoqueur: La MERVEILLEUSE Myrcella.
Sorts: Feu 1 ; Intimidation 3-5 ; métamorphose
Point(s): 157

MessagePosté le: Ven 7 Juin - 19:26 (2013)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel Répondre en citant

Erebos se rapprochait de Myrcella, bomba le torse avec fierté en l'apercevant. Il avait fait acte de drôlerie, aucun défi ne semblait lui résister et cela lui était profitable. En revanche, lorsqu'il aperçut le regard enflammé de sa Belle, il sentit une autre gifle arriver. Cela ne fut pas le cas, à sa grande surprise, la demoiselle se contenta simplement de lui saisir la main et de le tirer vers une ruelle moins fréquentée. L'hydre percevait l'irritation de son invocatrice, sans en comprendre la raison. Il avait agi, les humains avaient applaudi et il s'était faufilé à travers la foule pour éviter la discorde qu'il aurait pu engendré. Où était le problème ?

Myrcella exprima son désarroi de le voir se comporter ainsi, et l'hydre resta muet. Néanmoins, elle ajouta que son coeur balançait, qu'elle développait une affection certaine pour la bête sauvage sans pour autant le considérer comme un être à part entière. Déçu, le serpent l'était, cela dit il se garda bien de le faire remarquer. Elle parla également d'une éducation nouvelle dont il allait devenir l'élève, ce qui le fit frémir. Il savait la belle hargneuse et revancharde, et nulle doute qu'elle s'apprêtait à lui faire payer ses divagations brutales.

Il n'en fut rien, cependant, et Erebos voyagea donc de surprise en surprise en constatant que la jeune femme ne désirait pas le punir. Bien au contraire, elle échangea simplement les rôles que l'ordre naturel définissait. L'invocation était passée à l'épreuve dans ce temple de la couture qu'ils venaient tous deux de rallier. La noble souhaitait laisser sa créature effectuer un choix, et non des moindres, à savoir celui de sa nouvelle tenue. Perturbé par cette perspective, l'hydre tenta de jouer sur ses capacités de chasseur.

Un coup d'oeil rapide en direction de la rue lui permit de se faire une idée des moeurs de la vindicte populaire. Les vêtements étaient colorés, mais identiques dans leurs formes pour la majeure partie des hommes. Myrcella faisant partie d'une classe supérieure de cette société de mortels, son gardien se devait de sortir du lot par son accoutrement. L'argent faisait fonctionner le système décadent des hommes, aussi Erebos se tourna vers les articles les plus chers. Abandonnant sa maîtresse une seconde en conservant le silence, il s'empara de plusieurs éléments d'un même ensemble et s'apprêta à les enfiler par dessus ses vêtements actuels.

Une nouvelle analyse des clients de la boutique lui permit de déceler une toute autre méthode. A bien y réfléchir, porter des habits les uns par dessus les autres ne semblait pas avoir de sens, puisqu'il était question de donner une image aux autres individus. D'autre part, révéler sa nudité était à priori mal vu par les humains, l'idée de se changer au coeur du magasin était donc à exclure. Par conséquent, Erebos se retourna à nouveau vers les étalages pour y faire un choix, et un seul.

Il se devait d'afficher une stature noble et puissante, tout en conservant son identité d'hydre apocalyptique, et ce sans faire de l'ombre à sa maîtresse qui devait constituer le centre d'intérêt des uns et des autres. Profitant de son intelligence et de ses aptitudes et de son instinct, il pencha donc pour un costume intégralement noir qui indiquait le luxe mais également la force et le mystère. Une nouvelle version, parfaite pour jouer son rôle et adéquate en toute situation. Satisfait, "Malabar" déambula entre les articles jusqu'à retrouver sa maîtresse, lui présentant l'ensemble choisi avec une certaine forme d'appréhension.

"Voilà ce vers quoi mon instinct m'a guidé, maîtresse."


Forme humaine masculine d'Erebos


Forme humaine féminine d'Erebos


"Laisssssez-moi goûter votre peur..."
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:04 (2016)    Sujet du message: La belle et la bête : Entracte passionnel

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com