Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Un lac et de la poésie.
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Rêveries
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Letto
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 56
Crédits Avatar: thegriffinchronicles sur DA
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: Edvah
Sorts: Rage 3 ; Rage 5
Point(s): 39

MessagePosté le: Lun 20 Mai - 22:34 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Avec mes nouveaux yeux d'humain, j'observe Nephylim d'un air interdit. Cette histoire de vêtements ne me dit rien du tout. J'attrape néanmoins la veste qu'il me lance. Il est vrai que les humains se mettaient une deuxième peau sur leur épiderme "naturel", tout ça pour se tenir chaud. Mais en tant que demi-dieu, j'avais oublié ce détail. Visiblement, il est possible de faire apparaître des vêtements grâce à la magie... C'est une bonne chose à savoir.
J'observe le morceau de tissu qui pendouille entre mes mains. Il y a deux interstices pour y glisser les bras, apparemment. Je m'empresse d'enfiler l'habit et regarde Nephylim.


- M'abandonner ? Pourquoi veux-tu m'abandonner ? J'ai pris cette forme pour pouvoir continuer avec vous, je ne projette pas d'abandonner qui que ce soit.

Mon regard se tourne ensuite vers Ephylix. Nephylim lui a parlé d'un jeu ? Encore un ? Il me semblait que nous allions titiller de l'humain dans un village proche ? De quoi est-il question, cette fois ? J'ai l'impression que les coutumes humaines m'échappent quelque peu. Je devrais peut-être envisager de passer un peu de temps avec eux, histoire de ne pas me laisser distancer par leurs connaissances et leurs mœurs, aussi étranges soient-elles...
Quoiqu'il en soit, Ephylix me semble aussi nue que moi, avec ce vêtement imbibé et transparent. C'est un peu de ma faute, quand on y réfléchit... L'idée de lui donner ma veste m'effleure. Mais Nephylim a raison. Nous devrions faire que nous avons convenu. Village, poésie avec des humains et voilà.

Je me tourne vers ma cousine d'un air encore perturbé.


- Tu peux nous emmener au village dont tu parlais ? Maintenant qu'on est prêts, on peut y aller !




Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 20 Mai - 22:34 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ephylix
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 803
Crédits Avatar: Piqué à la galerie.
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 虎 Tigre Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Pirate de l'Atropos et méchante modo sadike ♥
Invoqueur: Ͼalann
Annonce: Coupures d'internet fréquentes.
Inventaire: 120T ; Temet (épée)
Sorts: Terre [1,2,3,5,7]; Soin [2,4]; Géokinésie [6]; Métamorphose [6]; Télépathie [3]; Téléportation [3]; (Télépathie 5)
Double compte: Nausicaä Ludwiga
Point(s): 86

MessagePosté le: Mer 22 Mai - 17:58 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Elle court toujours en direction de Letto, nu. Ses envies sont de plus en plus fortes ce qu'elle ne comprend absolument pas, n'ayant presque jamais rien sentit de semblable auparavant. Si, peut-être devant un beau corps, mais pas aussi puissamment.

Soudain, on lui attrape le poignet. Elle se retrouve nez à nez avec un homme fort beau lui aussi. Son regard intense la fixe et elle ne peut, que gênée, détourner les yeux en rougissant.
Letto avait mit la veste que l'homme lui avait lancé et ne se retrouvait plus tout à fait nu, cela atténuait un peu ce qui l'attirait à lui.

Le regard de l'homme - qui était Nephylime sous sa forme humaine, elle avait reconnu son "aura" - sur elle l'intimidait au plus haut point. Ça non plus elle ne savait pas pourquoi. Ce regard la déconcertait, l'empêchait de bien réfléchir. Et ces paroles... Non, elle ne les comprenait pas du tout, ne les écoutait pas. Elle était obnubilée par ce regard et ces lèvres qui bougeaient à chaque mot.

Ce sentiment d'attirance pour Nephylime n'était pas du tout physique, contrairement à Letto, mais purement sentimental.
Tourant la tête pour essayer de se confronter à ce regard, elle rougit de plus belle tandis que Letto râlait sur un fait dont elle n'avait absolument pas conscience. En faite, elle venait d'oublier le monde autour d'elle, se sentant seule avec Nephylim. Elle savait que ce sentiment étrange n'était que dû au fait de son apparence, pas d'elle même. Mais il était tout de même agréable quoi qu'un peu intimidant aux premiers abords.

Doucement, elle avança ses lèvres, attirée à celles de Nephylim comme un aimant. Mais il était plus grand qu'elle, aussi elle dû se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre son but. Elle apposa fugacement ses lèvres sur celles de la divinité avant de rapidement se reculer et s'éloigner, rouge, en direction du village humain.

- On va jouer ? demanda-t-elle, comme si rien ne s'était passé.


Je préfère rire que pleurer,
Sourire que bouder,
Mais parfois je n'ai pas d'autres choix que de faire ce que je n'aime pas...

Revenir en haut
Skype
Nephylim
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 10 Avr 2013
Messages: 29
Crédits Avatar: Dessin de ten day till sunday, fond par lindelokse. Et merci Ariri pour le reste &amp;amp;amp;lt;3
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: En attente
Annonce: MP sur mon dc ;)
Sorts: Eau 1 et 2
Double compte: Aënaelle Litios
Point(s): 77

MessagePosté le: Jeu 23 Mai - 14:04 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

La demoiselle hors de contrôle suspendit son geste et détourna le regard devant moi. En ce sens, j'avais réussi. Son attention était ailleurs et la nudité de mon confrère oubliée.
Cependant, ce que je voulais éviter arriva. C'est maintenant sur moi que ses yeux étaient fixés. Ses joues rosissaient de plus belle et je voyais qu'une autre forme de désir naissait dans les prunelles de la déesse. Quelque chose de plus tendre cela dit.

Letto répondit à ma question, faisant mine de ne pas comprendre, mais ayant enfilé rapidement le manteau qui lui était offert. Moi, je m'efforçais de cacher de nombreux sentiments. Tout d'abord, l'envie de rire de la phrase du fils d'Aqua, ensuite, la gêne représentée par cette femme qui, se rapprochait davantage de moi. Chose finalement assez simple car nécessitant seulement d'avoir un visage impassible. Je n'étais que trahis par les mouvements rapide de mes pupilles qui cherchaient un élément pour éviter tout débordement de la situation sans rien trouver.

J'aurais voulu la prendre dans mes bras pour la calmer, la rassurer, comme ma soeur et moi le faisions l'un pour l'autre. Son comportement n'était pas totalement le sien même s'il pouvait-y avoir un lien. C'est en tout cas ce que je croyais.

Sauf que je n'osais bouger. Elle était encore plus proche, s'élevait sur la pointe des pieds et posa, le temps d'un éphémère moment, ses lèvres sur les miennes. Mes bras restaient suspendus en l'air alors que mes mains ne retenaient plus rien. Je fermais les yeux pour ne pas laisser transparaître ma surprise. Je ne savais aucunement que faire et finalement, ne rien faire fut la bonne solution. Ainsi, Ephylix se dégagea en arrière, encore plus rougissante avant de sourire et de proposer de repartir au plus vite.

Je la regardais s'éloigner et son air embarrassé me fit sourire. Quant à moi, j'avais trouvé l'expérience intéressante et plaisante et comprenais un peu mieux le point de vue de ma jumelle sur les humains. Ce bref baisé me prouvait qu'ils possédaient quelque chose que j'avais été incapable de créer dans les profondeurs. Et ce qui me fascinait encore plus, c'est qu'à ma connaissance, aucun dieu n'avait réussi.

J'arrêtais de penser de manière si scientifique pour me dire que cet instant agréable et trop court avait allumé en moi plusieurs feux. Celui de la curiosité, mais aussi celui des sentiments, découvrant que j'en étais capable envers d'autre.

Et cela ne m'effrayait pas. Ce n'était qu'un nouvel inconnu et comme pour tous les autres, je m'y adonnerais jusqu'à le connaître: trouver sa beauté et ses pièges. Ses horreurs et ses plaisirs.
Pour l'heure, il était temps de nous remettre en route.


Ne t'en fais pas Letto, je n'ai pas l'intention d'abandonner qui que ce soit, ce n'est pas dans mes habitudes. Tu devrais peut-être au moins te créer ce que les humains appellent pantalon.


Dis-je en lui désignant ses jambes nues. Puis je me retournais et, d'un geste de la main, l'invita à nous suivre.


Tu viens ? Sinon, nous allons la perdre de vue.

A ces mots j'accélérais le pas pour rattraper la belle déesse.

Et comment ! Allons voir ces humains.


Avions-nous tous les deux oublié ? Non, peut-être que nous en reparlerons, mais, pour le moment, nous partons à la rencontre de véritables humains. J'espère juste que les vêtements d'Ephylix auront le temps de complètement sécher avant notre arrivée. Si nous, divinité avons des problèmes à nous contenir parfois, je n'ose imaginer avec de simple mortel.


Revenir en haut
Letto
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 56
Crédits Avatar: thegriffinchronicles sur DA
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: Edvah
Sorts: Rage 3 ; Rage 5
Point(s): 39

MessagePosté le: Jeu 23 Mai - 15:32 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

J'observe la scène qui se déroule devant moi d'un œil curieux. Il semble y avoir une sorte de lien entre les deux demi-déités en face de moi, mais de quelle nature ? Aucune idée.
J'essaie de me dépêtrer de mes manches. Ça colle et c'est froid, ça m'empêche de bouger correctement, ça me gêne, bref... Je déteste déjà les vêtements. Pourtant, si je veux participer au jeu que j'ai moi-même proposé - et Aqua seule sait que j'ai envie de pratiquer les envolées lyriques ! - je dois m'habituer aux habitudes des mortels. Et se vêtir en fait partie.

Nephylim finit par me conseiller de porter un pantalon. Tant qu'à faire, pourquoi pas ? Je m'éloigne une nouvelle fois, profitant de l'intimité qui se développe entre mes deux compagnons et enlève le manteau. Je sais au moins qu'on peut faire apparaître des vêtements. Il est donc temps d'essayer de faire quelque chose pour moi, du sur-mesure.
Je me concentre et fais une première tentative. J'essaie de m'imaginer le genre de vêtements que le petit Letto portait sur lui, le jour de notre rencontre. Je sens le tissu qui me serre d'un peu trop près. Ne pas oublier qu'il était vraiment petit par rapport à moi, je ferais mieux de viser plus large, si je veux être à l'aise.
Deuxième tentative. Cette fois, je fais apparaître une chemise bleue aux motifs turquoises et un pantalon lui aussi dans les nuances bleues. J'apprécie la couleur mais l'image de Nephylim transformé me revient en tête. Les vêtements de cette couleur ne me semblent pas être les plus courants ici. Et puis, je dois me mêler aux gens, pas me trouver bien vêtu. Mon point de vue compte moins que celui des autres.
Troisième tentative. Cette fois, je sens que je me rapproche. Un t-shirt noir assez près du corps, un pantalon bouffant aux couleurs qui m'entourent : du brun sombre avec quelques taches de vert, d'ocre et de marron de-ci de-là. Oui, j'avoue m'être inspiré de mon environnement pour diversifier et passer plus inaperçu en milieu humain. J'ai même pensé à recouvrir mes pieds.

La tenue me plait bien mais il fait un peu froid. J'ai remarqué que Nephylim avait plusieurs couches de vêtements. J'ai besoin d'une seconde couche, pour me tenir chaud... chaud comme le soleil... Jaune, donc ! Mais si je fais ça, Aqua va m'en vouloir... J'essaierai de rajouter une touche de bleu, quand même. On n'oublie pas ses origines.
Je ferme donc une seconde fois les yeux et essaie d'invoquer de quoi me tenir chaud... et une veste apparaît. Jaune aux bordures bleues. Parfait. Je me rends alors compte que mes mains sont également placées sous des gants, noirs comme mon haut.
D'un air satisfait, je rejoins mes compagnons et, d'un hochement de tête, je les suis. Ephylix va nous permettre de nous amuser un peu. Enfin !






Revenir en haut
Ephylix
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 803
Crédits Avatar: Piqué à la galerie.
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 虎 Tigre Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Pirate de l'Atropos et méchante modo sadike ♥
Invoqueur: Ͼalann
Annonce: Coupures d'internet fréquentes.
Inventaire: 120T ; Temet (épée)
Sorts: Terre [1,2,3,5,7]; Soin [2,4]; Géokinésie [6]; Métamorphose [6]; Télépathie [3]; Téléportation [3]; (Télépathie 5)
Double compte: Nausicaä Ludwiga
Point(s): 86

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 17:57 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Elle avançait sans vraiment attendre ses frères. Elle était encore sous le choc de ses actions nouvelles. Comment avait-elle pu poser ses lèvres comme ça ? Sans de demande avant ? Et pourquoi tous ces sentiments qui l’assaillaient en même temps ? C'est ce corps qui lui faisait cela ? Elle regarda ses mains tout en marchant vers le village.

Sa peau d'une blancheur rosée, de longs doigts fins, des mains, elle n'était plus elle même, elle était une humaine, une créature créée par ses frères et soeurs. Elle s'arrête soudainement, entourant sa poitrine de ses bras, comme si elle avait froid. Non ! Elle n'était pas une simple humaine ! Elle ne devait pas se laisser dominer par ces sentiments inférieurs ! Elle était une Demi-Déesse, l'enfant de Terra, chargée de veiller sur ce monde, de le façonner à l'image des Dieux, de faire leur volonté. Elle n'était pas une simple créature de chair, mortelle, non, elle n'était pas fragile.

Dans les arbres alentours, un oiseau chantait.

Non, se disait-elle. Elle ne devait pas se laisser envahir par ces sentiments, elle devait être forte, forte pour surveiller le monde. Elle ne devait pas se laisser abattre par ces agissements enfantins, pas ses erreurs précédentes. La vie continuait, sa vie suivait toujours ce fleuve infini. Elle ne pouvait pas mourir alors elle ne devait pas se laisser abattre, pas maintenant !

Relevant sa figure en larme, elle se remit à marcher, guidant ses frères vers ce village non loin maintenant, elle pouvait entendre le bruit de la vie humaine.
Arrivée à l'orée de la forêt, elle désigna le village d'un doigt, sans rien dire. Elle était toujours plongée dans ses pensées, et même si ses larmes avaient cessé, elle pleurait toujours au fond de son coeur meurtri par cette vérité.

En cet instant, elle n'était qu'humaine, qu'une simple créature façonnée pour ressentir des sentiments, pour faire des erreurs, pour ne pas être parfait.
Ephy avança vers le village, regardant droit devant elle, prête à affronter cette vérité, prête à donner son avis, prête pour son avenir.

Dans les arbres alentours, un oiseau chantait.

- Le jeu peut commencer mes frères, dit-elle avec un grand sourire aux lèvres.

Les larmes avaient cessé, mais elle pleurait toujours au fond d'elle même...


Je préfère rire que pleurer,
Sourire que bouder,
Mais parfois je n'ai pas d'autres choix que de faire ce que je n'aime pas...

Revenir en haut
Skype
Nephylim
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 10 Avr 2013
Messages: 29
Crédits Avatar: Dessin de ten day till sunday, fond par lindelokse. Et merci Ariri pour le reste &amp;amp;amp;lt;3
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: En attente
Annonce: MP sur mon dc ;)
Sorts: Eau 1 et 2
Double compte: Aënaelle Litios
Point(s): 77

MessagePosté le: Jeu 30 Mai - 13:27 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Devant ? Derrière ? Qui attendre et qui rejoindre ? Letto prenait son temps avant de se satisfaire de ses atours alors qu'Ephylix partait déjà loin, sans se retourner.
Des réflexions et contradiction devaient apparaitre dans son esprit. Je ne voyais pas son visage, ce qui m'en aurait indiqué plus. Tout comme le fait de lui parler.

Au final, je restais entre eux deux, attendant mon frère sans pour autant perdre de vue ma cousine. Et le voyage se fit dans un étrange silence. A chaque fois que je pressais le pas, la fille de Terra accélérais l'allure pour reprendre une cadence normale quand j'abandonnais l'idée de la rattraper. De quels tourments pouvait-elle bien être la proie ? Je ne suis pas aveugle et, même en ignorant les sens de certains gestes qui ne sont pas les nôtres, mais ceux des humains, je peux deviner comme un certain malaise. Elle qui se tenait si droite, si fière, pourquoi son dos me semble soudainement si petit ?

Ah... Que dire et que faire ? Toujours les mêmes questions qui viennent à moi et qu'importe la situation. Sans parler, sans mauvais jeu de mot, de mon soucis futur : si je suis capable de m'exprimer avec mes congénères, c'est beaucoup moins évident avec des humains. Et encore moins si l'on considère le motif de notre venu. Je ferai mieux de me concentrer là-dessus pour le moment... Que dire et que faire ? Quand je disais que cette question me revenait toujours en pleine figure.

Eviter certaines expressions, d'abord vérifier à quel genre d'humain je m'adresse, ils ne réagissent pas de la même façon selon leurs ''degré'' dans leur société il me semble. Une erreur ? Oui et non. Comme toujours, il suffit de trouver une certaine justesse.

Enfin, Ephylix s'arrête et pointe des habitations du doigt, ajoutant que le jeu pouvait commencer. Cette fois, elle souriait. Je suppose que ce divertissement lui changera les idées. Quant à moi, j'arbore des traits faussement heureux. Je suis toujours partant pour m'amuser, mais ici, je ne suis pas à mon aise. Quel étrange sensation. J'aime pourtant toujours autant l'inconnu. Serait-ce l'éloignement avec mon domaine natal qui me fait réagir ainsi.

Ils partent déjà tout deux, j'accélère le pas et, sans interrompre leurs pas, leurs décrit plus ou moins mon appréhension.


Hem... Comme je l'ai dit, je ne suis pas le plus à l'aise quand il s'agit de briller devant des humains... Je vais rester un peu en arrière pour m'habituer... Mais....euh... je jouerais aussi !... Après.


Et voilà que je bafouille, bravo, quelle entrée en la matière. Voilà, voilà, oubliez donc ça, je vous suis et participerai quand je m'en sentirais près. Je n'ose imaginer ma tête actuellement. Aller, on se reprend et on avance. J'espère qu'ils comprendront. Au pire, je subirais, sans à-coup, quelques moqueries.



Revenir en haut
Letto
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 56
Crédits Avatar: thegriffinchronicles sur DA
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: Edvah
Sorts: Rage 3 ; Rage 5
Point(s): 39

MessagePosté le: Sam 1 Juin - 01:36 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Je suis mes deux compères en traversant la forêt. Mon corps humain est différent que celui de divinité. J'éprouve quelques difficultés à marcher, à sentir et ressentir, à voir les choses qui m'entourent. Même le piaillement des oiseaux, pourtant banal, me paraît avoir changé. Je le perçois différemment.
Le soleil sur ma peau me fait lui aussi un effet nouveau. Je sens une chaleur de plus en plus forte au fur et à mesure que je marche. Mes jambes, peu habituées, commencent à me lancer. Mais par souci de commodité, je m'abstiens du moindre commentaire. J'ai aussi l'impression d'avoir une tête plus lourde... Mes pensées sont toutes tournées vers le jeu auquel nous allons nous adonner. Je panique presque. Des questions me tracassent, tourbillonnant furieusement dans ma tête : "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire ? Est-ce que je n'aurai pas l'air ridicule ? Ferai-je un bon humain ?"

La voix de Nephylim me ramène à la réalité. Il semble s'être arrêté derrière nous, ou au moins a ralenti le pas. Je n'entends pas ses paroles. Ou plutôt, je les entends mais ne les écoute pas.
Le village se tient devant nous. Des éclats de rire et des cris joyeux résonnent, des enfants comme le petit Letto... Ils doivent jouer à la balle, faire de la corde à sauter ou que sais-je encore ? Voyant que mes compagnons se montrent légèrement... timides ? Ou peu enclins à y aller en premier. J'aspire un grand coup en voyant une humaine arriver dans notre direction, un seau en bois rempli de tissu humide sur le côté, probablement pour le faire sécher au soleil. C'est donc à moi de commencer ? Je cherche quelques rimes dans ma tête et m'élance.

Je parviens à détailler l'humaine au fur et à mesure que je me rapproche. Elle est grande et svelte, blonde aux yeux verts, vêtue d'une longue robe blanche à la manière d'Ephylix, et me regarde arriver vers elle, une expression étrange sur le visage.
Je m'arrête à son niveau et m'incline bassement. Lorsque je relève la tête, je m'aperçois qu'elle n'a pas bougé et qu'elle fixe mes cheveux d'un air désarçonné.


- Un problème, madame ?
- Vos... cheveux... sont bleus... Et je ne suis pas une dame, simplement une demoiselle...

Un sourire désolé passe sur mon visage. Effectivement, j'ai pas compris la différence entre dame et demoiselle, mais c'est pas grave.

- Je me présente, Letto, simple pêcheur d'un petit village situé assez loin d'ici. Il se trouve que...

Je m'interromps. Je dois trouver une excuse avant de déclamer ma poésie...

- ... que je participe à un concours de poésie orchestré par des personnes de ma connaissance. Je vais donc déclamer un de mes écrits et j'aimerais que vous me donniez votre avis après coup !
- B... Bien sûr ! répond-elle en rougissant d'un coup d'un seul.

Ne prêtant pas attention à cette réaction illogique, je me racle la gorge et commence.


- Vous, ô belle humaine, qui n'êtes qu'une demoiselle,
Sachez que votre beauté m'interpelle que dis-je, m'ensorcelle,
Que la prunelle délicate et que le vert de vos yeux
N'ont d'égaux que les plus beaux atours des dieux.

Je vous vois marcher sur ce sentier, juste devant moi,
Déambuler de manière gracile avec votre seau de bois
Effectuer corvées et ménage alors que votre beauté de reine
Vous permettrait d'être couronnée souveraine.

Expliquez-moi donc, belle inconnue dont j'ignore le nom,
Pourquoi vous fournissez des efforts que vous seriez, je le crois,
En droit d'imposer à autrui, afin de sympathiser avec moi.
Ce court texte s'arrêtera ici, ni trop court ni trop long.


- Ben... Je... Euh... Merci... Je... m'appelle Cassandre... En... Enchantée... Letto.





Revenir en haut
Ephylix
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 803
Crédits Avatar: Piqué à la galerie.
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 虎 Tigre Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Pirate de l'Atropos et méchante modo sadike ♥
Invoqueur: Ͼalann
Annonce: Coupures d'internet fréquentes.
Inventaire: 120T ; Temet (épée)
Sorts: Terre [1,2,3,5,7]; Soin [2,4]; Géokinésie [6]; Métamorphose [6]; Télépathie [3]; Téléportation [3]; (Télépathie 5)
Double compte: Nausicaä Ludwiga
Point(s): 86

MessagePosté le: Dim 2 Juin - 10:43 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Elle regarde Letto s'engager sans peur vers un humain, une femme. Elle rit légèrement à l'expression apeurée de la jeune femme. De plus, le poème qu'il lui déclame semble lui faire de l'effet puisqu'elle bafouille et rougit. Ephy ricane avant de regarder Nephylim qui semble réticent à aller à l'encontre d'humains.

Sans rien lui demander, elle lui prend la main et l'emmène vers Letto. Elle a retrouvé ta joie bien que ce sentiment d'infériorité reste toujours présent. Il lui faut s'amuser à présent, oublier ce qui appartient au passé et penser à l'avenir.

- Letto, mon frère ! Tu commences le jeu sans nous attendre ? Bien, très bien. Rien que pour cela, Nephy et moi allons commencer par deux, rit-elle.

Puis embrassant son frère sur la joue, elle entraine Nephy vers les gens qui les regarde étrangement. Elle sourit de plus belle. C'est devant une petite fille d'une dizaine d'années environ qu'elle s'arrête. L'enfant riait aux éclats devant un bassin d'eau remplit d'une multitude de poissons multicolores. La tigresse posa une main sur son épaule, la faisant se retourner. L'enfant prit d'abord peur mais l'innocence revint de suite après.

- T'es qui ? demanda-t-elle.
- Je m'appelle Ephy et voici Nephy, mon frère. Et toi ma jolie, c'est quoi ton prénom ?
- Emily. Pourquoi vous êtes là ?
- Oh, nous jouons à un jeu.
- Je peux jouer aussi ?

Décidément, les enfants avaient si peu conscience du danger. Leurs intentions auraient été moins nobles, l'enfant serait dans de beaux draps ! Enfin, elle rit et s'assit sur le bord de la fontaine, incitant Nephy à faire de même.

- Regarde et apprend, lui murmura-t-elle.

Ephy tourne la tête vers l'enfant qui la regarde avec impatience. Elle lui offre son plus beau sourire avant d'annoncer:

- Bien sûr que tu peux jouer ! Mais va falloir m'écouter avant.
- Oui !

Un rire bref puis elle reprend:

- Douce innocence fleurie,
Bientôt tu rejoindras les grands,
Bientôt l'enfance passera
Et finie sera l'innocence.
Profite de cet instant magique,
Insouciant. Profite de ce que tu perdras plus tard
Lorsque tes ennuis arriverons
De pair avec de belles choses.

- C'est jolie !!! Comment tu fais pour dire des mots comme ça ?
- Ça vient avec le temps. Tu verras, toi aussi tu pourras dire des choses comme ça.
- Et ton frère il me dit pas des mots comme toi ?
- Si, c'est ça notre jeu.

Elle rit encore en regardant Nephylim pour l'encourager à prendre parole.


Je préfère rire que pleurer,
Sourire que bouder,
Mais parfois je n'ai pas d'autres choix que de faire ce que je n'aime pas...

Revenir en haut
Skype
Nephylim
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 10 Avr 2013
Messages: 29
Crédits Avatar: Dessin de ten day till sunday, fond par lindelokse. Et merci Ariri pour le reste &amp;amp;amp;lt;3
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: En attente
Annonce: MP sur mon dc ;)
Sorts: Eau 1 et 2
Double compte: Aënaelle Litios
Point(s): 77

MessagePosté le: Mar 4 Juin - 13:11 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

On ne me tint pas rigueur de ma réticence à m'élancer ainsi dans le village. Au contraire, on me montra le chemin, voir même m'entraîna sur la voie selon le point de vue.
Ce qui, en réalité, facilitait bien les choses. C'est tellement plus simple de se laisser guider et c'est donc tenant la main d'une Ephylix exprimant son amusement qu'il rejoignit son frère. Ce dernier ayant déjà commencé à déclamer sa geste, paroles qui, de ce que je voyais, étaient au gout de la demoiselle à qui elles s'adressaient. Une chose est sûr, Letto a marqué le premier point.

La jeune femme se reprend quelque peu quand nous arrivons et que ma cousine, moqueuse, marque son affection avant de m'entraîner ailleurs dans le village. Là, devant une fontaine poissonneuse, elle interpelle une enfant avant de se présenter et d'accepter qu'elle se joigne à nous pour le jeu.
Sur le visage de l'enfant de Terra, s'affiche un drôle d'air, qui disparait bien vite pour laisser place à l'attendrissement. La fillette semblait avoir touché ma cousine par ses réponses franches.
Et je pensais comprendre de quoi il s'agissait. Cette naïveté et cet audace qui était caractéristique des plus jeunes avait quelque chose de touchant. Ce qui ne m'empêchait pas de me passer de tout commentaire.

Aux premières années de la vie, on se croit immortel, voilà pourquoi on ose tant de choses. Avec l'âge viens la sagesse... parfois. J'en sais quelque chose.
Je m'assois aux côtés de la demoiselle m'ayant guidé jusqu'ici, mon regard se perdant un instant sur la faune de bassin. Me demandant de qui provient cette création aquatique avant de me reprendre : je ne suis pas ici pour ça.

Ephylix, avec la complicité de la jeune Emily, commence alors son récit. L'enfant apprécie et je dois dire que ce n'est pas pour me déplaire non plus. Quand, sans prévenir, viens mon tour.
Ô, bien sûr que je m'y attendais, mais j'aurais du mieux m'y préparer. Je parti alors d'un petit rire avant de répondre, opposant mes mains au regard amusé de la jeune femme devant moi.

D'accord, d'accord, après tout, c'est mon tour.


Je fixe le ciel et cherche sur quoi m'exprimer. Letto a choisi l'amour et la beauté, Ephylix l'innocence. Quelle sera ma muse ? Qu'est-ce que je ressens actuellement ? Je me rends compte que je suis simplement heureux. Pourtant, je n'ai rien fait de spécial, je profite juste d'un jeu avec des personnes qui m'étaient encore inconnus il y a quelques heures, mais que j'apprécie déjà.
Et ma jumelle n'est pas là, c'est tellement rare que je me demande si ce n'est pas la première fois.
Je me racle la gorge avant de commencer, ne sachant même pas ce que va donner mon essai.


Allégresse et euphorie,
Vous qui partagez nos vies.
Joignez vous donc à nous,
Que nos liens ne forment qu'un tout.

Pour chaque moment clé,
Pour l'éternité.
Suivez nous,
Guidez nous.

Vous voilà, à chaque instant que je vis,
Je vous voie dans les yeux de mes amis.
Ne partez pas sur l'heure,
Je n'en ai que trop peur.

Restez, muse du bonheur.
Restez, partagez nos joies.
Restez, chassez nos malheurs.
Restez, vous seule en avez le droit.


Je laissais planer un long silence avant de demander

C'était pas trop mauvais ? Si ?


Aller savoir, pour une première fois, je pense m'en être pas trop mal tiré... Et puis, devant une enfant, je pouvais au moins éviter les sujet plus sombre de la vie. Même si ma sœur d'Aqua se serait empressée de critiquer...


Revenir en haut
Letto
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 56
Crédits Avatar: thegriffinchronicles sur DA
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: Edvah
Sorts: Rage 3 ; Rage 5
Point(s): 39

MessagePosté le: Lun 10 Juin - 17:29 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

La réaction de Cassandre n'est pas pour me déplaire. Soit je suis parvenu à la toucher avec mes mots, ce qui représente une grande réussite pour moi, soit c'est ma métamorphose qui me fait gagner des points, ce qui représente là aussi quelque chose de particulièrement encourageant. Du coin de l'œil, j'aperçois Ephylix et Nephylim en train de discuter avec une petite fille.
Visiblement, le poème que ma cousine lui a raconté a fait ses preuves. La fillette semble enthousiasmée, et elle regarde avec attention mon frère qui se lance à son tour. D'abord embarrassé, il a l'air de vite reprendre le dessus.

Bien que je n'entende pas la teneur des propos, je peux facilement constater que la petite bat des mains et sourit de toutes ses dents, d'un large sourire radieux. Cette vision me touche, étonnamment. J'ai l'impression de revoir le petit Letto, si innocent et si joyeux en toute occasion.
Cassandre se racle alors la gorge comme pour me rappeler sa présence. Je me retourne vers elle, légèrement confus.


- Vous aviez bien parlé de... sympathiser, non ? me demande-t-elle en détournant le regard.
- Euh... Oui, c'est c'que j'ai dit...

Et c'est là que je me rends compte de ma bêtise. J'ai dû dire ça comme si je m'en moquais, visiblement. Elle écarquille les yeux et affiche un air presque déçu.

- Je vous laisse me guider jusqu'à un endroit que vous appréciez, demoiselle Cassandre !

Je m'empresse de la pousser en avant, tout en affichant un sourire qui se veut convaincant. Elle a l'air de me croire et commence à avancer. Elle m'emmène ensuite jusqu'à un bar. J'essaie de capter l'attention de mes deux confrères afin de leur indiquer où je vais, le tout silencieusement et en agitant mes bras et mes mains dans tous les sens, aussi discrètement que faire se peut.

Cassandre me fait entrer dans une taverne où des gens rient et boivent, chantent et dansent, jouent aux cartes et aux dés. Et elle s'approche du tavernier, affairé derrière son comptoir, en lui chuchotant quelque chose à l'oreille. L'homme se tourne vers moi, un sourire ravi sur le visage. Il me fait signe d'approcher, ce que je fais en me méfiant cependant. Je préfère conserver ma couverture d'humain, mais je ne sais pas ce qu'ils ont de prévu pour moi... Ce patron a l'air trop heureux...


- C'est un heureux hasard que vous soyez artiste, mon ami. Notre barde est tombé malade et personne ne peut assurer de spectacle ce soir. Vous tombez à pic... et vous serez bien évidemment payé. Ma fille m'a assuré que vous pourriez nous divertir !

Je me tourne mollement vers Cassandre qui m'adresse un joli sourire bien mielleux.

- Nous vous attendrons au coucher du soleil. Et encore merci pour votre dévouement !

Je déglutis, pris au piège. D'un certain côté, c'est ce que je voulais faire, non ? Je... Je crois, oui.



Revenir en haut
Ephylix
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 803
Crédits Avatar: Piqué à la galerie.
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 虎 Tigre Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Pirate de l'Atropos et méchante modo sadike ♥
Invoqueur: Ͼalann
Annonce: Coupures d'internet fréquentes.
Inventaire: 120T ; Temet (épée)
Sorts: Terre [1,2,3,5,7]; Soin [2,4]; Géokinésie [6]; Métamorphose [6]; Télépathie [3]; Téléportation [3]; (Télépathie 5)
Double compte: Nausicaä Ludwiga
Point(s): 86

MessagePosté le: Jeu 13 Juin - 15:37 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Ephy applaudit à la fin de la tirade don son frère Nephylim. Tout cela était bien beau, poétique, tout simplement magnifique ! Elle sourit grandement en trempant sa main gauche dans l'eau froide de la fontaine.

- Oh non, c'était très beau. Tu as décidément plus de talent que moi, rigole-t-elle ensuite.

Elle soupire doucement avant de poser sa main sur son cou, se rafraichissant un peu. Le soleil tapait fort en cette après-midi et elle avait un peu mal à la tête il fallait dire. Ephy commence à passer ses doigts dans ses cheveux tandis qu'un long silence s'installe, n'étant brisé que par le chant de la fontaine à côté. Personne ne semblait vouloir parler, savourant ce moment de calme avant une éventuelle tempête.

Soudain, du coin de l'oeil, elle aperçoit Letto qui fait de grands signes. Il est guidé par la demoiselle qui avait servit de cobaye pour sa prose. Elle ricane doucement de la situation dans laquelle Letto s'est plongé. Ils se dirigent vers un bar, ou une taverne, quelque chose dans ce genre dans tous les cas.

Regardant Emily qui s'est accoudée aux rebords de la fontaine, elle repense à une chose qu'elle avait oublié. Enfin, y repenser était un grand mot puisque tout était très flou dans sa tête. Bah, elle abandonna très vite l'idée d'essayer d'éclaircir cela. A la place, elle offre à l'enfant un sourire attendrissant tout en posant sur elle un regard presque maternel.

Puis elle lève ses yeux turquoises sur Nephylim. Elle désigne discrètement le bâtiment où Letto était entré, comme pour le prévenir au cas où il n'aurait pas vu.

- Emily ?
- Oui ?
- Je pense que tu devrais rentrer chez toi. Il commence à se faire tard même si le soleil est encore haut dans le ciel.
- Mais... Vous partez ?
- Oui, nous allons rejoindre notre frère.
- Oh, fit l'enfant déçue avant de se retirer de sa contemplation de l'eau et de partir en trainant des pieds. C'était très beau ta poésie, lance-t-elle à Nephylim avant de réellement partir.

Ephy se lève, tendant la main au fils d'Aqua. Il est beau, très beau. Son coeur fait un bond dans sa poitrine et ces sentiments étranges reviennent. Elle est attirée par lui et cela elle ne le comprend pas. Elle voudrait être dans ses bras, l'embrasser, l'avoir pour elle seule. Non, vraiment, elle ne comprendrait jamais les sentiments humains.

- Veux tu aller voir Letto ou pas ?


Je préfère rire que pleurer,
Sourire que bouder,
Mais parfois je n'ai pas d'autres choix que de faire ce que je n'aime pas...

Revenir en haut
Skype
Nephylim
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 10 Avr 2013
Messages: 29
Crédits Avatar: Dessin de ten day till sunday, fond par lindelokse. Et merci Ariri pour le reste &amp;amp;amp;lt;3
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: En attente
Annonce: MP sur mon dc ;)
Sorts: Eau 1 et 2
Double compte: Aënaelle Litios
Point(s): 77

MessagePosté le: Lun 17 Juin - 16:36 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Hum... Merci... Mais toi aussi c'était très bien tu sais ?


Apparemment, mon petit poème improvisé avait plus. Ce dont je m'étonnais encore, n'ayant absolument rien prévu, laissant seulement sortir les mots à mesure qu'ils me venaient.
Comme c'est étrange, ce sentiment de hasard, de ne rien préparer. Même les expériences sont un minimum programmées. Ici, rien de tout cela, à part le fait que je savais qu'il me faudrait y passer.

Un ange passe, le silence s'installe, seul le bruit ambiant du village m'indique que l'endroit n'est pas déserté. Je regarde, j'observe. Les gens s’affairant à un travail ou bien rentrant simplement chez eux.
La fillette avec nous s'occupe en fixant la petite faune aquatique et je me demande toujours à qu'elle point l'eau intéresse les humains. A part pour leur survie évidemment. Mais ce n'est pas cela qui transparait chez Emily. Seulement le plaisir des yeux, tenter de voir l'insondable...

Ephylix, elle, passe sa main mouillée sur son cou pour se rafraichir. Je ne peux m'empêcher d'admirer ses cheveux dont la couleur si atypique m'intrigue. Bien sûr qu'il s'agit d'un caprice de la déesse. Quoi d'autre ? Nous procédons tous de la sorte et ce n'est pas Letto qui me contredira. Cependant... j'aime la regarder ainsi, c'est un détail qui lui va très bien... Et j'adore les petits détails.
En parlant de mon frère, je l'aperçois, il suit la demoiselle à qui il venait de déclamer son poème. Le charme opère de ce que je vois. Voilà qui est amusant. Qu'il en profite. Surtout que la jeune femme semble tout sourire.

Si je ne l'avais pas vu, la déesse à mes côtés me le fit aussi remarquer discrètement tout en incitant à l'enfant nous accompagnant de rentrer chez elle. Cette dernière ne semblait pas partante justement.
Etait-il si tard ? Non pas tant que ça. Craignait-elle quelque chose ? En rapport avec l'entré de Letto dans un bâtiment qui m'est inconnu, mais qui semble occupé par de nombreux humains ? Ou bien...
Comment savoir ?

L'enfant parti. Déçue de toute évidence. Voulait-elle d'autre poème ? Ou juste s'amuser ? Alors, où sont les autres jeunes du village ? N'est-ce pas ainsi que les choses se passent dans les sociétés humaines ?
Je la regardais d'un air attendrit.

Encore... Merci...


Profite de ta courte vie petite, tu ne l'as peut-être pas compris, mais ma cousine disait vrai : elle n'est pas toujours belle, alors profite des bons moments...
Une morale qu'il me faudrait appliquer plus souvent, mais l'immortalité floue ce genre de ressentit. Notre vie est éternelle alors pourquoi s'empresser ?

Ephylix se lève, comme si la ''disparition'' de Letto était un message. Elle me tend une main que je prends pour l'accompagner. Un petit contact physique qu'elle semble apprécier et qui ne me déplait pas malgré un manque d'habitude.
Nous marchons un peu avant qu'elle ne se place devant moi pour me demander si je voulais rejoindre mon frère, mais, malgré tout, j'avais comme un pressentiment.


Tout de suite ? Non, laissons le s'amuser un peu, il avait l'air souriant et confiant. Il ne devrait pas avoir de problème. Sinon nous accourrons.


La déité ne bougea pas, continuant de me fixer. Alors, je serrais doucement sa main avant de demander.

Veux-tu te promener avec moi un instant ? Rien que tous les deux avant de rejoindre mon frère ?


Drôle d'idée que j'avais là... Pourquoi l'avais-je eu ? Et cette appréhension ? Qu'elle est-elle ?
Je soupirais intérieurement, me disant qu'il n'y avait rien de mal à marcher main dans la main avec Ephylix.



Revenir en haut
Letto
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 24 Avr 2013
Messages: 56
Crédits Avatar: thegriffinchronicles sur DA
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猴 Singe Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: Edvah
Sorts: Rage 3 ; Rage 5
Point(s): 39

MessagePosté le: Sam 29 Juin - 10:36 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Les choses s'accélèrent très vite. De nombreux clients ont entendu la requête du patron et, bien évidemment, se mettent à taper des mains et des pieds comme des sauvages. Je suppose que c'est un signe d'encouragement et une façon barbare d'exprimer leur joie, mais à moi, ça me fait peur. Mon corps humain éprouve une sensation dérangeante, des sortes de picotements qui traversent chaque centimètre carré de ma peau. Alors que je cherche un mot à mettre sur cette nouvelle impression, j'entends la voix de Cassandre qui rigole à mon oreille.

- Vous êtes stressé, Letto ? me demande-t-elle aussi simplement que si nous étions en train de parler du soleil et des nuages.
- Bien sûr que non ! je lui réponds, pas trop confiant malgré tout.

Mon regard passe sur l'assemblée de buveurs et de buveuses qui continuent de rugir leur enthousiasme sans s'arrêter. Le soleil décline lentement derrière la fenêtre et je sais que mon "heure de gloire" sera bientôt là. Je déglutis machinalement, comme si des réflexes humains naturels m'avaient été offert en même temps que ma métamorphose.
Cassandre semble en tout cas amusée de me voir dans cet état. Un sourire radieux et fier est cloué sur son visage encadré par une blondeur exaltée face aux lueurs de la taverne. Ses yeux verts se font pétillants et moi, de par mon statut de divinité... Ben je sais pas ce que ça veut dire, quand quelqu'un a les yeux qui font des étoiles comme en ce moment.
Je me demande si elle est contente d'avoir trouvé un abruti pour jouer le rôle de leur... barde, là... ou si elle est contente que ça soit moi qui fasse ça. J'essaie de lui rendre un sourire plutôt maladroit.

Et finalement, après force applaudissements et éclats de rire, les minutes s'égrenant inexorablement, le moment fatidique arrive. Le tavernier s'approche de moi l'air enjoué et m'indique une petite estrade faite de bois sombre, construite à un emplacement idéal pour embrasser la salle toute entière.


- C'est à vous, monsieur Letto. Je vous remercie encore du fond du cœur. Vous sauvez notre soirée !

Un gloussement nerveux s'échappe de ma gorge, plus proche d'un gargouillis que d'un rire. Je m'approche néanmoins de la scène et commence à y grimper. Une fois au sommet, je me rends compte à quel point l'assistance est nombreuse. La taverne est bondée et une foule d'yeux est rivée sur moi, dans l'expectative d'un spectacle sans précédent. Je leur souris, leur adresse un timide signe de la main.

- Bonsoir... messieurs dames...




Revenir en haut
Ephylix
<!--02-->Modo

Hors ligne


Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 803
Crédits Avatar: Piqué à la galerie.
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 虎 Tigre Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Pirate de l'Atropos et méchante modo sadike ♥
Invoqueur: Ͼalann
Annonce: Coupures d'internet fréquentes.
Inventaire: 120T ; Temet (épée)
Sorts: Terre [1,2,3,5,7]; Soin [2,4]; Géokinésie [6]; Métamorphose [6]; Télépathie [3]; Téléportation [3]; (Télépathie 5)
Double compte: Nausicaä Ludwiga
Point(s): 86

MessagePosté le: Sam 29 Juin - 17:37 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

Elle n'est pas tellement d'accord avec ce que lui disait Nephylim, mais il fallait bien avouer que Letto devait s'amuser à sourire comme ça. A moins que cela n'eut été des rires ? Elle détourne donc le regard de l'entrée de la taverne pour se saisir de la main que le fils d'Aqua lui tendait.

Un sourire radieux venait de naître sur ses lèvres lorsqu'elle regarda Nephylim. Elel se sentait idiote en cet instant, très idiote. Elle était complètement déboussolée par ces sentiments qui l'assaillaient de toute part. Mais que pouvaient bien t-ils être ? Ce mélange de bien être et de peur, mais la peur de quoi ? De quoi devrait-elle avoir peur, elle, une fille de Terra ?

Quoi qu'il en soit, elle commence à marcher aux côtés de Nephylim. Elle essayait tant bien que mal de comprendre ces sentiments mais abandonna bien vite, préférant se laisser porter par leur douceur et profiter de ce moment qui ne se reproduirait sûrement jamais.

Ils marchaient, le silence n'étant brisé que par les humains qui regagnaient leur domicile. La proximité grandissait au fur et à mesure du temps qui passait. Elle en était maintenant à être presque collée à lui, l'empêchant de marcher. Ce geste était si maladroit qu'elle bascula, entrainant Nephylim dans sa chute. Elle se retrouva ainsi à cheval sur lui, plus rouge qu'une tomate mûre.

Elle bafouilla, gênée et très incompréhensive de ce qui l'assaillait en ce moment.

- Dé..désolée.

Puis elle détourne le regard pour ne pas croiser le sien, honteuse de la maladresse. Mais pourquoi ces sentiments ? Pourquoi ces réactions face au Demi-Dieu ? Elle secoue brièvement la tête pour chasser ces idées qui reviennent à la charge. Elle ne sait plus où se mettre ni quoi faire. Elle est complètement perdue avec elle même dans cette océan de sentiments qu'elle ne comprenait pas.

- Je...Elle...il faudrait mieux....

Mais elle ne fini sa phrase, ses lèvres se posant sur celles de Nephylim sans qu'elle ne sache comment elle s'était retrouvée si proche de son visage si parfait.

[HRP: Désolée, j'ai un peu joué ton perso annoyed ]


Je préfère rire que pleurer,
Sourire que bouder,
Mais parfois je n'ai pas d'autres choix que de faire ce que je n'aime pas...

Revenir en haut
Skype
Nephylim
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 10 Avr 2013
Messages: 29
Crédits Avatar: Dessin de ten day till sunday, fond par lindelokse. Et merci Ariri pour le reste &amp;amp;amp;lt;3
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Eau
Lien vers la fiche: URL
Invoqueur: En attente
Annonce: MP sur mon dc ;)
Sorts: Eau 1 et 2
Double compte: Aënaelle Litios
Point(s): 77

MessagePosté le: Mer 10 Juil - 14:37 (2013)    Sujet du message: Un lac et de la poésie. Répondre en citant

[HRP: pas de soucis, une petite chute, c'est pas grand chose^^]



Notre marche continua encore, en silence. Ni elle, ni moi ne parlions. En avions-nous envie ? Sûrement. Mais aucun de nous deux ne semblait prêt à prendre l'initiative, à briser ce silence, cet instant de calme. En avions-nous envie ? Finalement, je crois que non.
Une douce quiétude semblait envelopper le village et, je me surpris à penser que le bruit des vagues se fracassant contre une jetée rendrait le cadre tellement plus envoûtant... L'eau au contact de la terre... Moi tenant la main d'Ephylix.

Au fil du temps, je le voyais, la sentait, se rapprocher de plus en plus. Agrippant mon bras, serrant son corps contre le mien. Et me voilà, me rendant compte que je n'avais jamais vécu pareille proximité avec personne. Comme c'est étrange.
Chère soeur, même toi tu ne m'as jamais approchée de la sorte. Et je ne le voudrais pas.
Sauf qu'aujourd'hui, c'est différent. Suis-je vraiment moi-même ? Ou bien les sentiments humains troublent-ils mon jugement ? Où alors, sommes-nous capable de ressentir les choses comme eux ?
Pourquoi pas. Après tout... Ils sont la création de mes cousins. C'est peut-être vanité, mais, comment pourraient-il ressentir des choses qui nous resteraient inconnus ?
La vérité et que je n'ai jamais cherché...

Je marche toujours, la déesse à mes côtés, la tête dans les nuages et le sourire aux lèvres. Un geste bien humain qui s'affiche tout seul sans que je ne sache pourquoi. Si, en fait, si. Je me doute bien de la raison.
Je ne prends pas garde. Un faux pas, Ephylix tombe, je tente de la rattraper, je la suis dans sa chute.
Me voilà à terre.
La voilà sur moi.
Et nous ne jouons pas.

Je la fixe, plutôt surpris, ne pensant pas à lui demander si elle n'a rien, sachant pertinemment que par son statut, elle ne craignait rien. Pourtant, la voilà rouge, troublée, plus que moi. Elle s'excuse.


Non... ce n'est rien.


Elle fuit mon regard, toujours gênée. J'en fais de même, ne voulant pas la tourmenter davantage.
Je commence à me redresser lentement, afin que nous puissions nous relever alors qu'elle bafouille encore quelques mots avant de poser de nouveau ses lèvres sur les miennes.

La surprise c'est emparé de moi et je me laisse retomber. Que faire ? Est-ce bien ? Est-ce, ce que je veux ? Ce qu'elle veut ? Dois-je stopper cela ? Je ne sais pas. Je ne sais que faire et ne fais rien... A part, la serrer doucement dans mes bras. Par Aqua, je ne comprends pas, ne me comprend pas.
Aussi fou que cela me paraissait, je ne pinçais pas les lèvres, ne l'empêchais pas. Bien au contraire.
Nous sommes restés ainsi quelques secondes avant de nous séparer lentement. Nous nous sommes relevé, toujours main dans la main, nos regards se croisent et je la serre une nouvelle fois dans mes bras sans penser à rien. Mon corps agissant seul. Vraiment ? Pourquoi donc ?

... Je ne sais... désolé...


Ces mots n'étaient que murmures, hésitations et incompréhensions. Je n'ai jamais eu de problème pour m'adresser à mes congénères. Alors, pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Pourquoi avec elle ?
Il y avait quelque chose, que je ne connaissais pas, que je ne comprenais pas et cela m'intriguait. Peut être même avais-je peur. Moi ? Non, je ne suis pas sur de savoir non plus ce qu'est la peur... Je l'ai déjà vu, mais ressentie ?
Toutes ces questions...J'aurais mes réponses en temps voulu.

Je m'écartais un peu de la fille de Terra pour pouvoir lui parler face à face, Confus, rougissant, je parviens tout de même à m'exprimer.


Ephylix... J'aimerais rester avec toi, mais... Ici... Je me sens comme observé... Il vaudrait peut-être mieux rejoindre mon frère... Si tu en as envie bien sûr.

Je lui souriais du mieux que me le permettait cette apparence, peu sûre de moi, de ce qu'elle souhaitait. Cependant, c'était vrai que je me sentais comme épié... Sûrement parce que même s'il est tard, nous sommes en plein milieux d'une ruelle. Et je n'aime pas cette sensation. Surtout après ce doux moment.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:12 (2016)    Sujet du message: Un lac et de la poésie.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Rêveries Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com