Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Exposition de Launay

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Lieux de divertissement -> Le Von Teese
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noble

Hors ligne


Inscrit le: 14 Aoû 2010
Messages: 28
Métier dans le jeu: Ce pnj incarne tous les nobles de Lüh pour lancer des chasses
Annonce: Demandez le mot de passe à Ariez par mp
Point(s): 178

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 16:24 (2013)    Sujet du message: Exposition de Launay Répondre en citant

,


Umblias de Launay s’était empressé, soulagé et accompagné de son épouse richement parée et fardée, de rejoindre le grand salon quand l’un de ses valets vint lui annoncé que tous les préparatifs étaient fin prêts.

Très régulièrement le noble organisait une grande exposition au Von Teese regroupant ses plus beaux trophées que ce soit sa collection importante et impressionnante de tableaux d’artistes en vogue ou bien même divers objets atypiques et autres bijoux de fortunes. Ttt-tt, je vous vois venir avec vos « encore un qui veut se la jouer simplement pour faire briller son image avec une soirée démesurée, comme c’est ridicule !» je vous arrête tout de suite ! Sachez qu’il est assez courant, voir obligatoire, dans le cercle de la noblesse de s’afficher de la sorte. Vous savez, c’est un jeu dangereux et extrêmement habile que celui de savoir garder sa place à la Cour. Chaque famille importante se doit de montrer ses richesses à travers différentes soirées mondaines et tout ceci pour des motifs très sérieux qui pourraient bien vous surprendre ! Et puis, n’est ce pas grâce à ses expositions qu’Umblias s’est dressé parmi les cinq familles Lühniennes les plus riches ?!

Issue d’un milieu très aisé, c’est avec génie et audace qu’il s’est lancé dans la revente, lors de petites expositions d’abord privées, de « vieilleries poussiéreuses » précieusement gardé dans son immense demeure familiale dont il est l’unique héritier. Pour mieux cerné le personnage, il vous faut alors savoir qu’Umblias n’est pas un passionné d’arts, seulement une personne très intelligente possédant un très bon flair pour dégoter les bons filons à exploiter. Au fil des années, et par le bon cour des circonstances jouant en sa faveur mais judicieusement forcé de son coté opportuniste, il a ouvert ses projets a de plus larges horizons qui ont très vite payé. Très bien payé même ! Ses relations s’étoffant de jour en jour, il est donc devenu naturel d’organiser aussi régulièrement que possible différentes soirées afin de garder un œil avisé sur tout ce petit monde. Se forgeant alors une réputation si solide et sable que ses propres rendez-vous sont devenus les soirées les plus prisées de la capitale.

De même que si ces soirées semblent si cotées, c’est qu’Umblias a su avec brio établir un salle spéciale regroupant des objets de grandes valeurs et rarissimes par leurs propriétés magiques. Cette salle, gardée par un groupe d’hommes armés, n'est possible d’accès qu’a un petit comité restreint sélectionné et invité par le noble lui-même. Et ce soir singulier, des rumeurs avaient rapidement circulé comme quoi, il se pouvait, que le Prince Reyson de Lüh fasse part de sa majestueuse présence en répondant à l’une de ses invitations spéciale rendant alors la soirée encore plus attrayante.

La grande horloge sonna huit heures et annonça pour le coup l’ouverture de l’exposition tant attendue. Un valet, raide comme un piquet et soigneusement habillé, criait les titres et nom des invités entrant par la porte principal du salon. Les formalités pouvaient semblé être désuètes, et pourtant, faire mousser le titre de chacun offrait bien souvent à Umblias un coup d’avance. Une brigade de serviteurs s’afféraient alors à proposer boissons et mignardises à chaque nouvel arrivant. Sa jeune femme et lui-même passait à travers les allées spécialement dressées pour l’expo à l’encontre de chacun afin de discuter de banalité ou parler affaire quand le noble jugeait utile de le faire.

« De la prestigieuse famille Litios, mademoiselle Aënaelle, annonça le majordome d’une voix assez forte pour couvrir le brouhaha de la foule. Accompagnée de mademoiselle Edil Rowena. »

De Launay souleva un sourcil surpris et tourna la tête en direction de la nouvelle venue. Même si les informations voguaient bon train jamais il n'avait perdu le fil des évènements qui se succédaient et celle-ci l'avait interpellé. *Encore une Litios ?* Depuis le drame qui avait secoué leur famille, Umblias n’avait plus trop eut l’occasion d’entretenir les mêmes rapports d’antan avec eux. Lui, qui avait, pendant de longues années durant, prit l’habitude de marchander avec feu Ondar le chef de famille de ses diverses trouvailles qu'il ramenait de ses longs voyages. De plus, le majordome avait déjà crié le nom de Litios à la venue de la veuve Bisma, qui malgré sa peine encore amère et récente, avait affronté ses problèmes la tête haute et n'avait jamais manqué un seul grand rendez-vous important de la haute société. Catherine, son épouse, ne cessait de lui rappeler à chaque fois avec quel courage la mère d'Aënaelle affrontait tout ça quand ils la croisaient à telle ou telle réception. Discrètement, il garda donc un œil en coin sur les deux jeunes femmes tout en continuant sa conversation plus ou moins animée.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 16:24 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aënaelle Litios
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 03 Mar 2013
Messages: 162
Crédits Avatar: Naoto Fuyumine- Dogs, bullet and carnage
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chercheuse/Historienne.
Invocation(s): Hélios
Invoqueur: L'éminence grise derrière l'écran
Inventaire: Carnet de voyage, encre et plume, petits outils, un Katana et un poignard
Point(s): 246

MessagePosté le: Mar 26 Mar - 20:10 (2013)    Sujet du message: Exposition de Launay Répondre en citant

Comme prévue, les deux jeunes femmes arrivaient plutôt en retard à la réception. Quelle importance ? Elles n'y étaient de toute façon pas vraiment attendues. Aënaelle n'avait pas participé à l'exposition mensuelle des Launays depuis plusieurs années.

Auparavant, elles s'étaient retrouvées à la demeure des Litios où la fille unique de la maison avait accueilli son amie avec espièglerie. Lui assurant que ce qu'elle portait lui allait à ravir et qu'elle ferait chavirer bien des coeurs. Un compliment sincère dans un sourire malicieux. La maitresse de maison étai déjà parti, un de ses proches étant déjà venu la chercher, d'où son départ tôt et entièrement préparée. Quant à Aënaelle, cette dernière s'était finalement décidée pour une longue robe sombre aux teintes bleutées, fendu sur le côté. Ce pigment coutait une fortune, mais la jeune noble adorait cette couleur et aimait la porter autant que possible.

L'habit ne laissait que ses bras et épaules dénudées et enserrait son cou en un haut col décoré par un bleuet.
Comme toujours, elle emporterait sa longue et large écharpe. Les nuits restaient fraiches en cette saison.
Avant de partir, Rowena put apercevoir, sur un présentoir, Katana et poignard. Sachant l'intérêt que portait la propriétaire de ces objets, l'antiquaire pouvait facilement deviner qu'une discussion avait eu lieu et que son amie risquait de se sentir nue sans l'un de ses ''trésors''. Mais une promesse est une promesse et Aënaelle respecterait les souhaits de sa mère... Pour l'hôte organisant la réception, son avis ne l'aurait que bien peu importé.

Elles arrivèrent donc sans se presser, discutant de tout et de rien en chemin. Surtout de rien, elles étaient déjà de bonne humeur et la chercheuse espérait bien continuer cette soirée sur cet état.
L'extérieur du Von Teese était relativement calme. La cohue qui avait dû avoir lieu à l'ouverture devait s'être calmée. Non pas que ce genre d'entrée se fasse généralement dans le chaos ! Loin de là. Mais cela n'empêchait pas que chaque noble voulait être le premier à saluer le seigneur Umblias et offrir ses hommages à sa femme. En ce qui concerne la demoiselle, la dernière place lui siérait parfaitement. Bien qu'elle sache pertinemment que d'autres arriveront plus tard. Même en retard, elle ne pouvait faire attendre sa mère trop longtemps.
Les deux jeunes femmes entrèrent et, à peine un pas posé dans la grande salle, l'une d'entre elle regrettait déjà en partie son geste.
Leurs noms venaient d'être annoncés de vive voix.

... J'avais oublié ce détail... mère me dirais que ça m'apprendra à ne pas venir plus souvent...

Oh le majordome ne faisait que son travail ! Mais ici, il s'agissait clairement du type de tradition qui agaçait au plus haut point la jeune femme. Cela dit, si contrariée elle était, rien n'en transparaissait. Au contraire, c'est avec un visage ouvert et chaleureux qu'elle se dirigea avec son ami au beau milieu de la pièce, ignorant les regards tournés vers elles, suite à leurs ''présentation''. Elle maîtrisait parfaitement son environnement. Bisma n'avait pas à rougir de son enseignement : sa fille, malgré tout ce qu'elle pouvait dire ou même penser, était dans un élément plus que familier. Mais jamais Aënaelle n'avouera être dans ''son élément''.
En parlant d'élément, s'il y en a bien qui y sont nés, ce sont les organisateurs. Du coin de l'oeil, la jeune femme leurs présences. De coutume, elles auraient dû aller les honorer de leurs salutations, mais les deux nobles semblaient fort occupés. D'un regard appuyé, elle tenta de faire comprendre à Ser de Launay qu'elle attendrait patiemment qu'il ait fini ses importantes discussions afin de ne pas se montrer irrévérencieuse. Quant à la dite présence du prince, nulle trace pour le moment.
Alors, ne reconnaissant pas vraiment les invités présents et, voyant que les salamalecs seraient pour plus tard, Aënaelle proposa à son amie :


- Nous pourrions commencer par faire le tour, la salle à l'air riche en beaux objets. Qu'en dis-tu ? Nos hôtes ont l'air bien occupés pour le moment.

Il lui fallait l'admettre, depuis le temps, Umblias avait su s'entourer d'artiste talentueux... de leurs œuvres en tout cas. La demoiselle n'avait jamais réussi à se faire un avis définitif sur la question. Toujours est-il que la collection de l'aristocrate restait impressionnante. Mais nous parlons d'art et, tous les goûts sont dans la nature. Il y avait vraiment de tout : tous types et tous genres. De son point de vue : le beau comme l'affreux, l'intéressant comme le trop abstrait. Pour la chercheuse, l'art devait exprimer quelque chose, raconter une histoire, le tout figé dans une représentation. Une émotion subtile capturée par l'artiste, un instant volatil détaillé avec précision. Voilà ce qui ravissait ses yeux. Par chance, personne n'était encore venu les importuner. Elle se reprit mentalement à cette pensée

Arrête de songer ainsi... Les années ont passé, les esprits ont peut-être changé ?

Auquel cas, elle pouvait espérer des conversations intéressantes et passer une bien meilleure soirée. Il faut dire qu'à ses seize ans, les secrets historiques et artistiques n'intéressaient pas ses paires. Maintenant, bien qu'elle doute que les mentalités aient changé sur les mémoires et chroniques des temps anciens, il restait probable que quelque un puisse posséder un regard critique sur les créations exposées. Si possible, pas un avis de façade. Une opinion honnête serait la bienvenue.


- Quelque chose t'intéresse en particulier ?





Dernière édition par Aënaelle Litios le Jeu 4 Avr - 23:11 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Rowena Edil

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 27 Mar - 22:58 (2013)    Sujet du message: Exposition de Launay Répondre en citant

Après le départ de son amie, Rowena fut assailli de conseils et de bons mots de la part de son père. Pour être honnête, elle n’écouta pas l’entièreté de ses paroles, mais ça impliquait de rechercher activement un futur peut-être mari. «À quoi bon?» répondait-elle toujours sur un ton qui faisait presque fondre en pleur son pauvre père. Les pauvres, lui et sa mère voulant tant voir leur jeune fille au bras d’un homme. Mais Rowena avait une vraie tête de mule et à quoi bon s’accaparer d’un homme si ce n’est que pour les apparences? Bref, elle promit tout de même de ce mettre bien jolie… mais elle ne mentionna pas que c’était pour son plaisir personnel et non pour le regard de jeunes hommes.

Chez elle, elle se prépara soigneusement, elle remonta une partie de ses cheveux et réussissent à faire onduler ceux qui retombaient sur ses épaules après les avoir légèrement mouillés. Satisfaite, elle enfila la robe qu’elle avait choisie pour la soirée. C’était une très belle robe, peut-être un peu trop luxueuse pour une antiquaire? Mais non, on peut tous acheter des choses sur un coup de tête et personne ne remarquerait puis que les Edil faisaient affaire avec de nombreux nobles. .

Bref, c’était une robe longue, d’un turquoise foncé qui faisait ressortir son regard océan. Ses épaules et ses bras étaient nus. Contrairement à son amie, son cou était dévoilé, mais l’on ne pouvait pas parler d’un décolleté exorbitant, tout ce qui a de plus respectable et d’élégant. Un ruban de quelques centimètres cintrait sa taille et était d’un blanc pur et ce qui rendait la robe plus luxueuse, c’était les broderies, de la même couleur que le ruban, en forme de fleurs et de courbes dans le bas et dans le haut de sa robe. Elle avait également un long châle pour les nuits fraiches. Mais c’était la robe qu’elle préférait… elle avait quelques bons vols pour se la permettre et les occasions étaient rares pour la porter.

Une fois chez son amie, elle lui retourna le compliment concerna sa beauté, avec tout autant de sincérité qu’elle. Elle remarqua bien les armes avant de partir et se retint bien d’un quelconque commentaire, mais ne put retenir un petit sourire pour elle-même. Oui, elle devait se sentir complètement nue sans cela. Durant leur marche vers l’endroit, Rowena sentait bien la complicité entre elles, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait une activité ensemble et d’avoir le loisir de parler autant de tout et de rien.

Arriver devant l’établissement, Rowena se rappela qu’Aënaelle lui avait bien dit qu’elles seraient un peu en retard, ce à quoi la jeune femme avait haussées les épaules. Cela ne la dérangeait pas du tout.

Elles entrèrent et Rowena fut presque surprise qu’on les annonce, puis elle aussi eut un éclair de lucidité en se disant que c’était une vieille coutume…et que c’était la crème de la crème qui était présente. Tout autant que les joyaux et merveilles qu’ils adoraient… c’était le genre d’évènement qui pouvait justifier quelques mois de travail pour sa double vie. Souriant intérieurement, elle se promit de préparer quelques coups tout en observant les objets. Elle se doutait que sa meilleure amie n’avait pas réagi de la même façon face à leur présentation. La chance pour Rowena était qu’elle s’adaptait très bien à toute situation. Alors même au milieu d’autant de gens de la haute classe, elle se sentait comme chez elle. Elle agissait toujours avec une attention toute particulière, c’est-à-dire que tout cela lui semblait un peu naturel bien qu’elle n’eut pas grandi dans cet univers. Merci à Naelle pour ses enseignements subtils.

Les grands yeux de la voleuse se promenaient déjà sur les riches objets exposés quand elle entendit la voix de son amie qui s’adressait à elle, elle pivota toute son attention sur elle.


«Oh, comme tu le désires, je pense aussi qu’ils sont bien occupés.»

Accorda-t-elle dans un petit sourire. Rowena voyait toujours l’art d’une autre façon. Bien sûr, il y avait la réalisation en soi. La beauté de l’œuvre, les pensées dernières… au fond, elle aimait beaucoup les peintures qui reflétaient souvent des choses que l’on ne remarque pas toujours et c’est pourquoi elle les aimait tant. Mais il y avait aussi son œil qui se demandait… à quel point cet objet à de la valeur? À quel point les nobles se vantent-ils de le posséder? Puis son amie lui demanda ce qui l’intéressait, en bonne antiquaire et voleuse, elle répondit dans un petit ricanement.

«Pour être honnête, je veux tout voir alors on peut bien commencer où tu en as envie!»
Revenir en haut
Aënaelle Litios
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 03 Mar 2013
Messages: 162
Crédits Avatar: Naoto Fuyumine- Dogs, bullet and carnage
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chercheuse/Historienne.
Invocation(s): Hélios
Invoqueur: L'éminence grise derrière l'écran
Inventaire: Carnet de voyage, encre et plume, petits outils, un Katana et un poignard
Point(s): 246

MessagePosté le: Jeu 4 Avr - 23:11 (2013)    Sujet du message: Exposition de Launay Répondre en citant

A en voir l'intérêt porté par son amie aux différentes œuvres et objets exposés, Aënaelle avait bien fait de l'inviter à l'y accompagner. L'une comme l'autre pouvaient s'intéresser à tous les trésors et horreurs présentes ici. Pas pour les mêmes raisons, certes, mais cela, seul une voleuse pouvait le savoir. Pour la jeune Litios, ici, seul comptait le plaisir des yeux, parfois, plus subtilement, celui de la réflexion. Mais l'admiration restait toujours maitresse des lieux.

- Tout voir ? C'était bien mon intention.

Dit-elle, un air malicieux passant rapidement sur son visage. Il y avait un sens caché à cela. Diverse toile dont la jeune femme connaissait les créateurs étaient présentées. Hélas, pas de projet d'architecture. Au final, plusieurs personnes présentent indirectement. Dont certainement une qui lui était très chère. Une personne faisant dans un autre style de trésor, ses trésors. Ils devaient être ailleurs, éparpillés. Peut être même dans une autre salle avec d'autres objets d'une valeur inestimable. Pour la chercheuse, le cout s'exprimait en souvenirs.

Elle tourna sa tête de droite et de gauche, son regard balayant la salle. Par quoi commencer ? Y'a-t-il des personnes en particulier à éviter ? Non, pas vraiment. Aënaelle, malgré sa longue absence, reconnaissait de nombreux visage, l'inverse devait surement être vrai d'ailleurs. Elle s'imaginait déjà les messes basses et autres rumeurs qui apparaîtraient en cette soirée. Paranoïaque ? Peut-être. Mais aussi connaisseuse du milieu. A son plus grand dam !


- Mhm, rien n'attire particulièrement mon attention. Mais commençons par ici et voyons ce que la suite nous réserve.

En disant cela, elle avait désigné une direction, un pan de mur recouvert de fresques et tableaux, faisant face à plusieurs petits meubles vitrés, exhibant leur contenu : diverses parures. Ancien comme récent, certains bijoux brillait de mille feux. Une fortune amassée par delà les années et rassemblée en ce lieu, sous l'égide du maître de cérémonie. Et le tout ne représentait qu'une petite partie des richesses dont disposait Ser de Launay.
Les deux demoiselles commencèrent donc à parcourir l'exposition, y allant de leurs commentaires : contemplatif, admiratifs, amusés, moqueurs, surpris, indécis, indifférents. Vraiment, tous les goûts semblaient être au même endroit.


Soudain, Aënaelle posa délicatement sa main sur l'épaule de son amie avant de lui indiquer une personne. Bien que s'intéressant grandement aux oeuvres, elle avait toujours noté les déplacements des diverses personnes présentes. Ce flux était différent de celui des rues de la capitale, mais restait globalement soumis à la même logique. Elle ne pouvait s'empêcher d'y penser, même un court instant. Bref, il était temps de rencontrer Catherine de Launay.

Une fois devant la femme de l'organisateur, la jeune Litios se présenta comme on lui avait appris, mimant parfaitement la haute noblesse, des gestes méticuleux et orchestrés. Le tout effectué avec aisance et naturellement. L'on put croire que se forcer provoquerait des mouvements plus mécaniques, mais, grâce aux conseils et la façon d'enseigner de sa mère lors de ses jeunes années, Aënaelle avait toujours vu ça comme un jeu. Il n'en était alors que plus simple de se glisser dans la peau d'un personnage.


-Madame de Launay, c'est un plaisir de vous revoir. Pardonnez-moi de ne me présenter à vous seulement maintenant, vous sembliez en bonne compagnie et je ne souhaitais pas vous déranger. J'attendais impatiemment de pouvoir vous apparaitre.

Toujours s'excuser platement d'un retard, même justifié, de plus, par ses propos, elle informait clairement sur l'intérêt apporté à la noble dame, ce qui ne manquerait pas de la flatter. Ce ne sont que des palabres, certes, mais ils restaient nécessaires. D'autant qu'ils étaient utiles pour rester distingué. Certain ne s'encombrait pas de pareil manière et ils avaient bien tord.
D'un regard, elle s'assura d'avoir bien été reconnue. Une fois que l'épouse Launay c'eût exprimée, la chercheuse en robe de bal continua :


- Et laissez-moi vous présenter une amie qui m'est très chère : Rowena Edil.


D'un gracieux geste, elle désigna la jeune antiquaire qui l'accompagnait. La tradition voulait que la maitresse de maison lance le premier sujet. En effet, il était mal vu qu'un invité questionne en premier son hôte. Elle laissa donc sa phrase en suspend et attendit la réaction de sa noble ainée. A quelques pas de là, elle vit enfin sa mère, accompagnée d'Umblias et d'une autre figure de l'aristocratie.



Revenir en haut
Myrcella E. De Rosenburg
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 32
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Noble • Prétendante au titre de princesse
Invocation(s): Mon ADORABLE Erebos ♥
Point(s): 139

MessagePosté le: Mar 9 Avr - 22:29 (2013)    Sujet du message: Exposition de Launay Répondre en citant

La vie n'était donc elle que fanfreluche et luxure ? C'était bien ce qu'il semblait aux yeux de la jeune femme, soirées mondaines et banquets princiers se succédaient dans son emploi du temps bien plus chargé qu'auparavant, il fallait dire que son oncle était loin de la ménager : il comptait faire d'elle son atout principal dans sa quête d'ultime noblesse. Myrcella n'y était pas vraiment opposée, son oncle faisait peine à voir car elle connaissait tout de ses manigances et sous ses airs d'oncle gentil et attentionné, se cachait en vérité un homme avide de pouvoir et de prestige prêt à manipuler sa propre famille pour son propre bien. Elle avait appris bien tôt la nécessité de posséder des oreilles et des yeux indiscrets pour surveiller les faits et gestes de sa propre demeure et c'est ainsi qu'une conversation entre un notable de la capitale et le Duc de Rosenburg avait été interceptée, elle n'était pas surprise mais réjouie du destin que son oncle lui destinait. Ce soir-ci, une soirée mondaine au réputé Von Teese était organisée, un certain de Launay qui avait fait fortune dans l'import-export d'oeuvre d'art et qui selon son oncle était l'homme à connaître pour percer dans l'aristocratie en était l'organisateur. Edgar avait bercé dans la mondanité et connaissait tout de ce qu'il s'y passait, il était persuadé que ce moment était propice pour présenter sa jeune nièce à toute la noblesse de Lüh mais le clou du spectacle était la soi disant présence du prince et c'était cela qui intéressait les desseins du duc.

Entourée de ses soubrettes, elle entamait son entrée dans ce que l'on pouvait appeler le paradis, une orgie de mets et de friandises en tout genre. D'une robe d’apparat en satin rose cousue de fils argentés et d'une parure de diamants fût vêtit la noble héritière, elle resplendissait dans cette tenue choisie avec goût. Son minois rayonnait, il était mis en avant par un délicat chignon d'où s'exhalait une fraîcheur agréable, une touche de rose avait dû être incorporé à sa toilette et cette douceur florale ne faisait que sublimer ce qui n'avait plus vraiment besoin de l'être. Néanmoins, il était de coutume de montrer une perfection à toute épreuve et de faire acte de richesse lors de ses soirées et le duc mettait un point d'honneur à présenter l'une des plus belles créature de ce monde si fermé qu'était l'aristocratie, il espérait charmer le prince en lui présentant sa magnifique nièce. Sa voiture l'attendait, les cochers et son oncle n'attendait plus que la charmante demoiselle mais n'était-ce donc pas sa fonction que de faire languir les hommes ? Elle n'était pas le genre de femme à s'asservir sous la supériorité masculine, elle comptait faire preuve de malice pour s'imposer dans ce milieu majoritairement masculin et ce avec ou sans son tant et si bien aimé oncle.

"Vous êtes ravissante ma tendre nièce, on ne manquera pas de vous en faire le compliment, je n'ai aucun doute là dessus mais sachez rester prudente, ils ne sont pas tous dotés d'honnêtes intentions. Des rumeurs courent selon lesquelles, le prince serait présent à cette Von Teese Party, ne seriez-vous pas ravie de le rencontrer ?"

La voiture avançait avec vitesse et prestance, ils avaient déjà pris assez de retard mais ce n'était pas bien grave, une maison de leur rang pouvait se faire attendre autant qu'elle le souhaitait pour la simple et bonne raison qu'il était toujours intéressant de posséder des invités de marque dans ce genre de festivité et il était ainsi plutôt avisé que de se faire désirer. Edgar profitait de ce tête à tête avec la jeune femme pour lui soumettre quelques allusions envers le prince, elle n'était pas sotte au point d'ignorer ce genre de choses mais il semblait aveuglé par son objectif et c'était bien dommage, tant de sagesse desservie par ce désir incorruptible. Myrcella n'était peut qu'une gamine aux yeux de certains mais elle avait appris à jouer la comédie, la noblesse n'étant après tout qu'une simple représentation où tous jouaient un jeu et où le meilleur des comédiens remportait les faveurs de son public. Elle n'était pas à plaindre à ce sujet, elle s'avérait plutôt douée lorsqu'il s'agissait de communiquer ou de duper son entourage, sûrement que son innocence juvénile portait à lever toute suspicion à son encontre et ce n'était pas sans lui déplaire.

"Je sais ce que j'ai à faire mon oncle, soyez en rassuré. Je vous conseillerai plutôt de gardez vos prudences pour vous même, vous risqueriez d'en avoir bien plus besoin que moi. Je suis une femme certes, mais je joue avec les armes que je possède et mon charme n'en est pas moins un outil de poids. Faites moi confiance, je ne risque rien et à ce jeu là, vous n'êtes plus vraiment d'actualité."

Ils venaient d'arriver, le vieil homme semblait stupéfait d'une telle réaction de la part de sa jeune nièce et ce n'était pas sans faire rire intérieurement l'héritière. D'un doux sourire et d'une poignée de main chaleureuse, elle entreprit de le faire sortir et de gagner le lieu de toutes les extases, là où ils étaient attendus depuis quelques temps déjà. Myrcella resplendissait dans sa tenue coquette et riche de matières précieuses, elle était bien une digne enfant de la célèbre maison Rosenburg, maison réputée pour ses mines de pierres précieuses à l'origine de sa richesse bien qu'elles ne soient pas la seule source de ses revenues, en effet nombre de matières minières étaient extraites de leurs mines et ce n'était pas un fait à négliger. S'apprêtant à pénétrer dans la noble demeure, elle agrippa le bras d'Edgar et ils grimpèrent l'un contre l'autre les marches de la bâtisse.

"Ne faites donc pas une telle tête mon oncle, vous risqueriez de mettre nos hôtes dans l'embarras. N'est-ce pas vous même qui m'avait dit que dans ce monde, il fallait faire preuve d'un minimum de malice ? Allons souriait, je n'aime pas vous voir triste. Si cela peut vous réconforter, dîtes vous que la génération qui vous précédera est assurée, je suis à la hauteur de toutes vos espérances et j'en sais quelque chose."

Myrcella disait cela avec une aisance déconcertante, cela lui semblait tellement naturel de parler ainsi mais son oncle n'avait pas l'air de trouver cette remarque à son goût, à vrai dire celle-ci lui restait au travers de la gorge et l'héritière pouvait au moins se targuer de ne pas être victime d'une bourde de son oncle, si empressé de voir s'élever sa famille qu'il en perdait sa justesse d'esprit. Ils longèrent le magnifique corridor du salon le plus connu de la capitale, il ne manquait pas de charme mais il manquait d'un petit quelque chose, ce vécu si chère à la noblesse qui garantissait la pérennité ou le prestige d'une maison, on ne se trouvait pas chez les de Launay et c'était bien dommage. Ils atteignirent la salle où se déroulait le centre des festivités et sous le regard des invités, ils firent leur entrée sous les fanfares d'un majordome.

"De la prestigieuse maison Rosenburg, notre estimé Duc Edgar Elaeran de Rosenburg."

Il scruta la jeune femme qui accompagnait le duc, il semblait admiratif ou dubitatif, de toute façon peut importait à la duchesse de l'avis d'un simple freluquet du moment qu'il épelait correctement son titre et son nom. Les invités s'étaient pour la plupart retournés vers les nouveaux arrivants qui ne manquaient pas moins de charisme, pour une entrée en scène, celle de Myrcella ne manquait pas de panache.

"Accompagné de sa nièce, duchesse Myrcella Elaeran de Rosenburg."


Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:05 (2016)    Sujet du message: Exposition de Launay

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Lieux de divertissement -> Le Von Teese Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com