Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Des étrangers à Sombreglace
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Plaine Glacée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 13:01 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant


Citation:
" Lorsque je vois cette forteresse, je me demande bien si les Hommes ont réellement changé. La même architecture, les mêmes tenues, les mêmes habitudes. Jawhara observe ce spectacle et semble émerveillée. Moi, je suis déçu. A croire que l'Apocalypse n'a servi qu'à nous punir, nous demi-dieux. Les humains sont responsables de tous nos maux et ils jouissent de leur liberté. Est-ce là votre sens de la justice Terra ? "
- Körlys

Körlys s’était décidé à ne pas répondre à la réplique des plus constructives de Jawhara. En guise d’excuse, elle bafouillait des propos incompréhensibles. Cela prouvait bien qu’elle-même était perturbée par ses propres actes. Mais au moins avait-elle compris que dans certaines situations, c’était tuer ou être tué. Elle semblait n’éprouver aucun remord, et c’était bien là l’essentiel. Petit à petit, elle changeait selon les intentions du demi-dieu. Subtilement, il la forçait à s’endurcir et voir le monde différemment. Pour l’heure, elle observait Arcane avec émerveillement. Mais en quelques jours, depuis la libération de Körlys, elle était forcée d’admettre qu’il s’agissait d’un monde impitoyable. Le demi-dieu n’avait aucunement besoin d’explorer tous les recoins de l’Île pour le savoir, il en avait toujours été ainsi depuis la création de l’Homme. Entre le petit brigand manipulateur des ruines de Nécra, les Fulminas et la Plaine Glacée, l’humaine traversait un bon nombre d’épreuves à même de la changer. Körlys ayant déjà vu pire, il se contentait d’avancer silencieusement.

Leur longue marche dans la Plaine dura longtemps. L’impression que leur avancée s’éternisait était due au silence mortel les animant. Körlys ne voyait quoi lui dire et il ignorait ce qui se passait réellement dans l’esprit de Jawhara. A dire vrai, il préférait ne pas le savoir. Ce font donc après avoir marché toute l’après-midi qu’ils aperçurent l’espoir incarné dans une immense forteresse surgissant de nulle part. L’humaine connaissait son existence mais pas son nom, et les informations qu’elle disposait étaient soit inexistantes, soit dissimulées par son mutisme. Körlys devança l’humaine de quelques pas pour admirer seul la cité qui contrastait avec l’environnement de la Plaine Glacée. Tel un mirage dans le désert, elle s’élevait et apportait de l’espoir. Mais peut-être déchanteraient-ils très vite une fois à l’intérieur ? S’ils parvenaient à entrer. Il fit très rapidement signe à Jawhara de s’arrêter à côté de lui le temps qu’il puisse observer la forteresse. Il n’avait pas envie de foncer à nouveau, comme dans les ruines de Nécra, dans un piège.

La forteresse portant le nom de Sombreglace était immense, si on considérait son emplacement étonnant. Les hommes avaient sans doute décidé de se regrouper en un seul point pour réunir leurs efforts. Nul ne pouvait survivre isolé dans un tel lieu, à l’exception des plus endurcis. Les murs en pierre noire se distinguaient clairement des flocons blancs que Jawhara avait cessé d’admirer. Körlys songea que si une quelconque armée décidait d’attaquer cette cité, ils y laissaient plus d’hommes à cause du froid plutôt qu’au combat. Aisément défendable grâce aux hautes murailles, un seul point d’accès semblait exister. Une grande porte d’un bois solide était ouverte. Plusieurs hommes s’y trouvaient et inspectait chaque personne désirant entrer ou sortir de la cité. En cette heure tardive, beaucoup plus d’Hommes rentraient que ne sortaient. Certains apportaient des fruits d’une chasse réussie, d’autres ramenaient des charrettes remplies de bois tandis que d’autres encore revenaient les mains vides. Grâce à sa vue perçante, Körlys put déjà deviner que les gardes rechignaient à laisser entrer des Hommes aussi tard, alors qu’en serait-il pour deux étrangers ?

« Avance », souffla-t-il soudain à l’humaine.

Ce n’était pas un ordre, et de toute manière il n’avait rien à lui ordonné, mais elle fut bien contrainte de le suivre lorsqu’il décida de s’avancer jusqu’à la grande porte qui se trouvait à une centaine de mètres. Déjà, Körlys put voir que quelques archers au sommet de la muraille se mettaient en position défensive et avertissaient les gardes en contrebas que des étrangers approchaient. Pourquoi tant de méfiance pour deux êtres face à une forteresse ? Peut-être craignaient-ils les « invocations » ? Le demi-dieu ne voyait aucune autre raison.

Malgré les positions menaçantes qu’adoptaient les Hommes, Körlys continuait à avancer un pas devant Jawhara. Son corps pouvait faire ricocher les flèches et il pouvait ainsi la protéger et se replier très rapidement en cas de danger. Pourtant, même s’ils semblaient hostiles, ils n’attaquèrent pas. Les gardes devant la grande porte ne leur prêtaient aucune attention et ils riaient entre eux. Exaspéré par leur comportement, le demi-dieu accéléra le pas sans même demander son avis à Jawhara. Ils étaient arrivés jusqu’ici, hors de question de faire demi-tour. Toutefois, conscient des risques, il murmura à son attention alors qu’ils n’étaient plus qu’à une dizaine de mètre de la muraille.

« Les archers sont sur ma gauche donc place-toi sur ma droite, ils ne peuvent rien contre moi et s’ils attaquent, j’aurai le temps de nous amener dans la Plaine hors de leur portée ».


Fronçant les sourcils, le demi-dieu pouvait déjà voir quelques habitations s’élever derrière la grande porte. S’ils parvenaient à entrer et être temporairement acceptés, Jawhara serait en sécurité et il aurait tout le temps dont il avait besoin pour étudier ces nouveaux humains. Même si, au fond de lui, il était sûr qu’ils n’avaient que très peu changé depuis l’Ancien Monde. Une autre chose n’avait d’ailleurs pas changé : Körlys était un bien piètre diplomate. En prenant conscience, il ajouta à Jawhara d’une voix légèrement amusée.

« On aura plus de chance si tu parles la première ».

C’est ainsi qu’ils atteignirent enfin la grande porte. Les gardes n’avaient rien d’exceptionnels, bien au contraire. Vêtu de larges manteaux de fourrures, ils étaient tous imposants et musclés. Personne ne surplombait Körlys en taille, mais Jawhara était de très loin la plus petite. Ils s’appuyaient nonchalamment sur leur lance et lançaient des regards chargés d’ironie aux deux étrangers. Mais aucun d’eux ne prit la parole, comme s’ils attendaient que l’humaine, ou son invocation, n’engage la discussion. Körlys ferma les yeux et se surprit à prier Terra. « Faite qu’elle soit moins stupide que d’habitude », songea-t-il si fort que même Jawhara avait une chance de ressentir ce qu’il venait de demander à Terra.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 13:01 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 15:43 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Suivant les bons conseils de la divinité, la jeune femme se plaça discrètement sur son flan droit afin d’échapper à la visée de ces fameux archers. Intérieurement, Jawhara se félicita d’avoir était assez perspicace pour réussir les épreuves d’un taharkä si prévoyant. Alors qu’ils n’était plus qu’à quelques pas de la grande porte gardée par des soldats chaudement vêtu, celui-ci lui chuchota son dernier conseil avisé. « On aura plus de chance si tu parles la première. » Elle fut surprise d’entendre chanter une note d’amusement dans sa voix tout en lui répondant d’un simple hochement de tête affirmatif. Elle sentit alors une certaine tension émanée de Körlys ce qui la mit d’autant mal à l’aise que le mutisme volontaire des gardes.

- Bonjour braves guerriers du Nord, les interpella-t-elle avant de se stopper net. *Braves guerriers?! T’aurais pas pu trouver mieux?! se réprimanda-t-elle sévèrement.* Mh.. je.., le temps…nous sommes.. le froid.. droit d’asile, cafouilla-t-elle gênée face à leur regard glacé. *Ressaisis-toi bon sang!* (toussant de façon à s’éclaircir la gorge) Excusez-moi, mais serait-il possible que nous passions une ou deux nuits dans l’enceinte de votre cité ?
- T’as d’quoi payer le droit de passage étrangère ? cracha l’un des garde d’une voix rocailleuse et méprisante.
- Le droit de passage ?
- Oui ma p’tite cinquante tsuris tête et quarante d’plus pour ton démon, ajouta le second tout en reluquant Körlys de la tête au pied.

Les deux gaillards n’avaient pas des visages très accueillants. De longues barbes hirsutes barraient la moitié de leur visage n’aidant pas à amélioré leur sympathie presque inexistante. De plus la façon dont ils s’étaient adressés à eux n’avait rien de très engageant. Voyant que la réaction du demi-dieu, un sanza blanc sortie de nulle part bondit entre l’homme et la divinité, feulant. Jawhara surprise et pas très rassurée, se colla un peu plus à Körlys. Le garde siffla la langue coincé entre ses dents et la bête se calma avant de se positionner derrière ses jambes scrutant le duo de ses yeux jaunes. Le fauve fouettait l’air de sa queue montrant clairement qu’au moindre faux pas il n’hésiterait pas à attaquer. Ce fut la première fois que Jawhara voyait un sanza malgré qu’un cousin de la créature ai élu domicile dans son désert natal. Outre ses réflexions déplacées, un véritable problème des cent quarante tsuris restait maintenant à résoudre.

« Je n’ai que quatre vingt et deux sacs de sel d’Ambre à vous proposer, finit-elle par dire d'une petite voix après avoir fouillé ses sacs. »

Les deux hommes se regardèrent, puis un sourire goguenard au lèvres, acceptèrent la taxe tout en les laissant franchir les portes massives. Le sel du désert de l’ouest avait bien plus de valeur que la somme total demandée. Denrée très recherché à travers l’île, il était la fierté du peuple Nahkati dont il exerçait le principal commerce.

Encore chamboulée par cette entrée peu élogieuse dans la grande cité de Sombreglace, Jawhara menait le pas à travers l’axe principal ses yeux cherchant désespérément l’enseigne d’une auberge. Quelle ne fut pas son bonheur quand elle trouva enfin au détour d’une ruelle un établissement à peut très convenables. Jetant un regard en coin à Körlys pour voir sa réaction quand elle lui montra d’un signe du menton l’endroit, elle espéra de tout cœur qu’il accepte son choix. Elle ne supportait plus les regards curieux et les réactions déplacées des citadins locaux. Puis elle avait grand besoin de s’isoler et de boire une boisson bien chaude au plus vite. Et de prendre un bain bouillant si ce luxe lui était permis, comme il était urgent qu’elle reprenne ses tatouages qui presque effaçaient depuis le temps rendant à nouveau sa peau vierge.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 10:21 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Körlys avait envie de se cogner la tête contre un mur tant Jawhara était tellement … tellement Jawhara ! Même le millénaire demi-dieu ne trouvait plus aucun mot pour la qualifier. De toute sa vie il n’avait jamais vu une telle chose. Enfin, au moins étaient-ils rentrés dans la forteresse de Sombreglace. Fallait-il dire que Körlys pensait qu’ils allaient se faire refouler à cause des niaiseries de Jawhara ?

Ainsi, surpris mais satisfait d’être enfin dans un semblant de sécurité, le demi-dieu marcha à côté de l’humaine en ignorant superbement les regards en biais que lui adressaient les rustres. Même les femmes étaient musclées et avaient un regard rude comme l’hiver. Les cheveux courts, le menton carré et les épaules hautes, elles ressemblaient souvent aux hommes. Seuls les enfants apportaient une quelconque joie de vivre. N’ayant encore aucun préjugé sur les enfants divins ou les étrangers, certains couraient autour d’eux en riant, mais jamais en leur adressant la parole.

Körlys n’était pas surpris de voir un tel style de vie dans un Nord glacial. Décidément, les Hommes ne changeraient donc jamais. Les êtres humains, dans l’Ancien Monde, avaient exactement les mêmes attitudes, le même style de vie, et la même arrogance. Dans leurs yeux, la phrase « Je vis ici, je suis fort » était clairement visible. Telle une pancarte « Tu ne vaux rien » placardée sur leur front, ils étaient toujours aussi détestables. Autre époque mais mêmes humains. L’Apocalypse n’avait donc rien changé. Dépité par cette simple pensée, Körlys marcha peu déterminé à côté de Jawhara qui s’arrêta devant une … auberge ! Elle voulait même qu’il la suive ? Sa stupidité était incroyablement inégalable. Enfin, au moins cela partait d’une bonne intention. Elle voulait éviter à son pauvre Taharkä la dureté du froid et la solitude. Il connaissait parfaitement les deux et saurait aisément s’adapter. En revanche, entrer ainsi dans une auberge dans un lieu hostile aux demi-dieux, ça c’était une mauvaise idée ! Continuant de faire un gros travail sur soi, Körlys s’adressa à Jawhara d’une voix un peu moins brusque, mais cachant difficilement son exaspération.

« Je me vois mal dans une auberge où les enfants divins sont traités comme des démons ».

De toute évidence, le qualificatif employé par le garde devant la grande porte lui était resté en travers de la gorge. Il avait déjà entendu de nombreuses insultes à son égard donc il passait aisément au-dessus, mais avec ce nouveau monde … et voilà qu’il devenait naïf ! Lui aussi avait cru que l’humain pouvait être bon ou pouvait changer grâce à l’Apocalypse. Non, ils n’avaient pas changé, bien au contraire. La petite chose debout à côté de lui en témoignait parfaitement.

« Je vais explorer la forteresse et trouver un lieu où passer la nuit. Je te ferai savoir quand me retrouver (Fixant l’établissement dans lequel Jawhara voulait se rendre) Je connais ce genre d’auberge, c’est le meilleur lieu où t’attirer des ennuis. Ne parle à personne, ne regarde personne et ne traine pas. »

Cette requête sonnait comme un ordre car Körlys n’avait pas envie de devoir encore sauver Jawhara de ses propres erreurs. Des erreurs pas volontaires certes, mais causées par son ignorance. Lorsque le demi-dieu s’éloigna, il se demanda d’ailleurs si la sauver de chaque situation était la meilleure manière d’agir. Il était obligé de la protéger, mais il pourrait s’éviter beaucoup de temps et d’efforts en l’instruisant. Elle savait théoriquement beaucoup de chose sur le monde, mais elle le découvrait réellement. Et les légendes ou les histoires peuvent être aisément enjolivées. La réalité est bien plus brutale et impitoyable. Körlys était l’exemple même des amères déceptions sans doute. Le demi-dieu savait qu’elle aurait espéré un Taharkä beaucoup plus … enfin beaucoup moins comme lui en tout cas.

Silencieux et pensif, Körlys traversa la forteresse qui, de l’intérieur, perdait clairement de sa superbe. Si dehors les murailles donnaient un aspect grandiose à la cité, dedans c’était plus une succession de huttes n’ayant rien d’extraordinaire. Quelques demeures boisées laissant échapper un feu de cheminée se démarquaient, mais hormis cela et les comptoirs appartenant aux marchands, il n’y avait rien de notable. La nuit commençait à tomber et les artisans rangeaient leurs outils. Dans cette partie de la ville, bien loin de la grande porte, Körlys commençait à passer inaperçu. Nul ne l’avait vu entrer dans la forteresse ici, et donc tous l’ignoraient, pour son plus grand plaisir. Après tout, il y avait d’autres préoccupations que d’observer un enfant divin. L’hiver était impitoyable et chaque minute passée dehors était une minute de perdue dans un abri chaud.

Soudain, alors qu’il continuait à marcher en cherchant désespérément l’un de ses semblables, quelque chose attira son attention. Un « Pssst » envoyé par un petit garçon caché derrière des caisses en bois entassées pêle-mêle. Etonné que l’enfant s’adresse à lui, il se tourna deux ou trois fois pour vérifier qu’il ne fasse signe à personne d’autre. Mais il était seul et le garçon souriant lui fit signe d’approcher. Pour la première fois à Sombreglace, Körlys était observé autrement que comme un animal. L’enfant avait le regard émerveillé et le sourire étendu. Son visage pâle et juvénile se distinguait de celui des autres enfants déjà un peu plus rustres. Frêle dans un petit corps et emmitouflé dans un épais manteau gris rapiécé, il observa Körlys s’accroupir devant lui avec la même admiration. Même en s’abaissant ainsi, le demi-dieu le dépassait de deux têtes. Cela n’empêcha pas l’enfant de s’adresser à lui d’une voix pleine d’enthousiasme.

- Vous êtes un fils de Terra ?!
- Je suis surpris que tu ne me qualifies pas de démon ou d’invocation, répliqua Körlys assez étonné. Mais la réponse est oui, je suis un fils de Terra. (Levant les yeux vers les cieux) Même si j’ai l’impression qu’il m’a renié depuis bien longtemps.
- Je m’appelle Carl’, et mon papa avait libéré un demi-dieu une fois !
- Une fois ? grommela Körlys.
- Oui … Enfin les demi-dieux sont mal vus ici alors il n’est jamais revenu, souffla-t-il tristement.
- Il a choisi son sa voie comme tu devras le faire un jour petit, rassura Körlys. (Fixant l’enfant en ayant une belle idée) Et ta mère, n’a-t-elle rien contre nous ?
- Pas du tout ! Au contraire si … enfin si elle ne m’avait pas elle serait partie avec papa !
- Cette terre est hostile aux étrangers et aux demi-dieux. La femme m’ayant libéré se nomme Jawhara. Ta mère accepterait-elle de nous accueillir pour la nuit ?
- J’en suis sûr ! s’enthousiasma l’enfant. (Pointant du doigt une humble demeure au loin) C’est la maison là ! Maman avait exprès aménagé une pièce pour un grand demi-dieu … Au cas où papa reviendrait un jour.
- Il reviendra s’il pense que c’est pour le mieux, sourit Körlys. Va avertir ta mère, je vais prévenir l’humaine qui … m’accompagne.

Carl’, heureux comme aucun autre enfant ne pouvait l’être, accourut jusqu’à sa maison sous le regard de Körlys. Cette discussion et cette rencontre lui réchauffèrent son cœur de pierre. Une infime partie de l’humanité n’était pas pourrie jusqu’à la moelle. Mais cet enfant garderait-il sa bonté d’âme éternellement ? Rien n’était moins sûr. En tout cas, pour l’heure, il avait trouvé ce qu’il était venu chercher : un abri où ils pourraient s’éloigner des regards hostiles. Planté à une dizaine de mètres de la maison, le demi-dieu ferma les yeux.
Avant d’appeler Jawhara, il songea à de nombreuses choses. Le père de cet enfant n’était jamais revenu à cause de son demi-dieu. Körlys prit alors conscience que Jawhara avait également dû laisser sa vie derrière elle. Selon elle, c’était pour suivre la volonté des Quatre. Mais quelle que soit la voie qu’elle suivait ou la voix qu’elle écoutait, elle avait été contrainte de tout abandonner. De plus, en voyant l’hostilité des Hommes à son égard, Körlys n’avait aucunement à se plaindre. Certes il avait besoin d’elle pour vivre, et certes c’était contre son gré car il aurait de loin préféré une liberté totale, mais avait-il réellement à reprocher l’attitude de Jawhara ? Elle était dangereuse pour elle-même à cause de sa naïveté, mais elle ne le bridait pas. Elle pouvait très bien l’attacher et lui ordonner de ramper à côté d’elle, mais elle le traitait comme ce qu’il était vraiment : un enfant divin. Au fond, pour cela il lui en serait à jamais reconnaissant. Songeant au repos bien mérité à venir, Körlys se concentra pour envoyer un quelconque signe à Jawhara. Quelques feuilles vertes s’échappèrent de son corps et voltigèrent en direction de la lointaine auberge. Le demi-dieu n’avait plus qu’à espérer qu’elle ne soit pas, encore, mise dans le pétrin …



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 12:03 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Jawhara s’était retrouvée seule après avoir acquiescé d’un simple mouvement de tête aux recommandations de son tahärka. Elle s’était retenue de ne pas répondre « Oui papa je serais sage, promis » tellement l’intonation sur laquelle il s’était exprimé lui rappela Sarijàn son propre père. De toute façon ce genre d’humour aurait été tout à fait décalé et n’aurait fait qu’agacer le demi-dieu. Lui qui, à juste titre et sage, avait préféré s’exclure. Elle avait donc regardé sa silhouette disparaitre au détour d’une allée. Etrangement, elle avait ressenti comme un déchirement à cette vision. Se retournant, elle entra à l’intérieur de la fameuse auberge.

Le gong grincèrent bruyamment lorsque la porte s’ouvrit. Evidement, cela ne manqua pas à attirer toute l’attention des gens se trouvant dans l’auberge vers l’invitée fraichement débarquée. Auberge qui faisait également office de comptoir à la vu le petit monde qui était regroupé dans le hall de l’établissement. Dans l’âtre, au fond de la pièce, un feu crépitait à cœur joie. Quelques tables étaient rapprochées de celui-ci auxquels quelques clients étaient accoudés et venaient d’interrompre leurs conversations endiablées. Un silence, aussi glaciale que le courant d’air qui s’était engouffré dans la pièce, venait de s’abattre rendant Jawhara affreusement mal à l’aise. *Ne parle à personne, ne regarde personne et ne traine pas, se répéta-t-elle en repensant au conseil de Körlys. Ne parle à personne, ne regarde personne et ne traine pas. Ne parle à… * Les yeux rivés au sol, les mains soudainement moites et avançant d’un pas trottinant et pressé, elle ne remarqua même pas que le bar, derrière lequel l’aubergiste essuyait une chope à l’aide d’un torchon miteux, était à présent sous son nez. Sans surprise, elle butta dedans déclenchant automatiquement le rire général des curieux qui avaient observé la scène.

- Qu’est ce que j’peux faire pour toi étrangère ? finit-il par lui demander la voyant aussi muette qu’une carpe.
- Je.. une chambre pour la nuit si c’est possible.
- T’es la fille qui s’est pointée avec une foutue invocation hein ? (voyant que malgré son silence il avait visé juste) Désolé on est complet ma p’tite. Va t’falloir trouver un autre trou ou dormir.

Jawhara fronça les sourcils et plissa la yeux l’air mauvaise. Elle était sûre que cet homme mentait. Par chez elle on coupait la langue au menteur ! Malheureusement elle était bien loin du Désert… Et décidément cette manie à manquer de respect et cet animosité envers les enfants divins commencer à l’agacer sérieusement. Serrant ses dents autant que ses poing, elle se réprima de ne rien répliquer. Elle avait compris qu’elle n’était pas la bienvenue et ressortie aussi sec de cette affreuse auberge le pas déterminé. Un vent glacé lui fouetta le visage lui arrachant un larme de colère. *Mais pour qui se prennent-ils dans ce foutu patelin ! Par les Quatre ! Comment acceptez vous qu’ils soient si odieux envers vos enfants !*

La mine renfrognée, il lui fallait maintenant remettre la main sur son compagnon. *Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé de malencontreux ! pria-t-elle.* Puis, alors qu’elle pestait toujours sur la mentalité qui semblait faire battre le cœur de cette ville, elle sentit son lien enlaçant son âme se réchauffer. Porté par la bise froide de l’hiver éternel berçant la plaine, quelques feuilles roulèrent à ses pieds. Des feuilles ? Alors que la végétation ici était quasi inexistantes !

« Körlys ! s’écria-t-elle faisant sursauter quelques passants. »

Relevant le menton, elle le chercha du regard mais ne vit rien. Réconfortée par cet appel tacite, elle décida donc de suivre son instinct. Cependant, inquiète elle se questionna sur ce qui avait pu inciter la divinité à pousser un appel. Lui, qui lui avait avouer il y a peu qu’il n’appréciait guère ce lien qui les unissait. Elle n’eut d’ailleurs pas trop de mal à reconnaitre la grande silhouette massive de son tahärka quand elle l’aperçut et un grand sourire rassuré fendit son visage. Courant alors jusqu’à lui elle manqua de peu de glisser sur une couche de verglas. Arrivée à sa hauteur, elle entendit alors le rire joyeux d’un enfant qui se tenait plus haut en amont du chemin.

« C’était moins une ! rigola-t-il en se tenant le ventre. Oooh mais tu dois être son invocatrice ! Maman est vraiment pressée de vous rencontrer !s’exclama-t-il.»

Elle lança un regard étonné à la déité qui lui fit alors signe d’avancer. Lui n’avait pas l’air surpris pour un sou. Le petit, la voyant hésitante s’avança vers elle le souffle court et les joues roses comme s’il venait de courir une longue distance à toute vitesse.

- Moi c’est Carl’ ! lui dit-il en lui prenant la main.
- Enchanté Carl'.. Je m'ap..
- J’habite juste là haut ! Allez, venez ! coupa-il tout excité et empressé.

Ne pouvant résister à l’entrain dont faisait preuve l’enfant, elle le suivit se laissant tirer par sa petite main menue. Elle lança un regard derrière son épaule faisant comprendre à Körlys qu’elle attendait des explications. Silencieuse, elle attendit donc qu’on lui offre les réponses qu’elle demandait.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 13:02 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Körlys fut presque étonné de voir Jawhara arriver aussi vite. De toute évidence, son petit séjour à l’auberge avait été déplaisant. En la voyant arriver et presque s’écrouler, il soupira intérieurement en se disant que la première chose qu’il devrait lui apprendre était de ne plus se montrer aussi ridicule. Pour cela, il en avait déjà pour des années d’apprentissage tant le cas était désespéré. Voyant que le petit garçon était empressé de les conduire dans son humble demeure, le demi-dieu suivit le pas en ignorant les regards malveillants jetés par les habitants aux alentours. De toute évidence, cette famille était mal vue, sans doute à cause de la quête du père de Carl’. Mais Körlys s’en contrefichait, au moins serait-il accompagné d’humains méprisant d’autres humains. Un point commun avec lui en somme. Voyant que Jawhara attendait clairement des explications, il se contenta de répondre avec un mince sourire étiré sous son masque. Ainsi qu'un léger brin de malice.

« J’ai juste demandé gentiment ».

« Demander » et « Gentiment » ne faisant pas vraiment partie du tempérament de Körlys, Jawhara aurait pu être surprise mais il l’ignora dès l’instant où le garçon les mena à l’intérieur. Tout excité, il s’écria dans la maison pour que sa mère vienne accueillir l’étrangère et son Taharkä. Profitant de ce moment de calme, le demi-dieu observa la demeure. Boisée comme toutes les autres, elle était des plus appréciables, même pour Körlys. Ces humains étaient humbles et vivaient avec le strict minimum, mais ils semblaient bien installés. Une table basse entourée de quelques tabourets bancals trônait au centre de la pièce illuminée par deux torches placée contre deux murs. Quelques bougies, sur deux autres petites tables, apportaient plus de chaleur que de luminosité. Le plafond était, par chance, relativement haut ce qui n’obligea pas Körlys à s’abaisser. Toutefois, il se sentait vraiment à l’étroit de par sa carrure imposante et il devait maîtriser chacun de ses mouvements pour éviter de renverser quelque chose. Ces humains l’accueillaient, inutile de dévaster leur demeure.

Venant d’une pièce à l’écart de laquelle s’échappait une odeur de soupe fort agréable, la mère de Carl’ fit son apparition. Contrairement aux autres femmes, elle était un peu comme son fils. Pâle et frêle, mais tout aussi chaleureuse dans sa démarche et son regard. De la même taille que Jawhara, elle avait les cheveux noués sous un châle gris. Vêtue d’une robe rapiécée de la même couleur, Körlys comprit qu’ils étaient pauvres. Pourtant, même s’ils semblaient miséreux comparé aux autres habitants de Sombreglace, ils étaient des plus accueillants. Même le demi-dieu admit qu’il avait rarement rencontré d’humain aussi chaleureux. Carl’ sautilla soudain jusqu’à sa mère et il la traîna de ses maigres forces jusqu’à Körlys. L’excitation de voir un enfant divin était visible dans son regard, et c’est sans doute pour cette raison qu’il le présenta à sa mère en premier.

- Regarde maman ! Un fils de Terra !
- Pardonnez son zèle, sourit sa mère en ébouriffant les cheveux pèle mêle de son fils. (S’inclinant légèrement) Je me nomme Sophia, et vous êtes le bienvenue ici enfant divin.
- Merci pour cet accueil, grommela-t-il un peu surpris. Mon nom est Körlys.

Le demi-dieu ne trouva rien à ajouter car il était vraiment perturbé par leur attitude. Dans l’Ancien Monde, soit il était haï, soit redouté, soit adulé. Mais jamais un humain ne l’avait accueilli comme … un semblable ? Pour cela, il avait été obligé d’adopter sa métamorphose. Étrangement, Körlys ne se sentit aucunement insulté, mais ravi. L’ironie voulait que l’enfant divin méprisant l’Homme aimât être considéré comme un de leur semblable. Même lui ne savait expliquer ce sentiment. Alors qu’il s’attardait à la contemplation de l’humble demeure, Carl’ avait trainé sa mère jusqu’à l’étrangère.

- Je m’appelle Jawhara elm’Zohra, déclara-t-elle respectueusement en s'inclinant. Merci pour cet accueil.
- Nous recevons très peu d’étrangers, il est normal de les accueillir ! s’amusa Sophia en serrant la main de l’humaine. (Montrant la table) Je vous en prie asseyez-vous ! Le diner va être prêt il y en aura bien assez ! (Se tournant vers Körlys) Désirez-vous quelque chose ?
- Non ça ira, répliqua-t-il d’une voix égale.
- Carl’ viens avec moi dans la cuisine tu veux bien ?
- Mais je voudrai …
- Tu vas surtout laisser Jawhara et Körlys tranquille ! corrigea-t-elle.

Malgré les protestations du petit, Sophia obligea son fils à la suivre jusque dans l’autre pièce qui semblait faire office de cuisine. Pendant ce temps, le demi-dieu repoussa le tabouret et préféra nettement s’asseoir devant la table, mais au sol. Le feu crépitant dans la cheminée à ses côté le rendait un peu mal à l’aise au souvenir des Fulminas, mais il s’y habitua très vite. Même assis ainsi, il surplombait d’une tête Jawhara qui s’était assise juste à côté de lui. Même si le demi-dieu n’avait aucun besoin de se nourrir, l’odeur était fort agréable. Habitué à ne rien manger car il pouvait facilement se dispenser de ce plaisir, il se décida à laisser aux humains la liberté de se nourrir. Dans l’autre pièce, Sophia donnait des ordres à son fils qui les acceptait avec un enthousiasme étonnant. Le lien unissant la mère et son fils était intense, sans doute en raison de leur isolement avec le reste des habitants de Sombreglace. Elle devait, en plus de cela, compenser l’absence d’un père parti au côté d’un enfant divin. Avait-il, comme Jawhara, reçu une quelconque révélation ? Même si Körlys ne croyait pas que les Quatre puissent adresser des messages aux humains, il était surprenant de voir qu’un homme ayant une famille décide de tout quitter pour cela. Surtout qu’ici, tous semblaient éduqués pour haïr les divinités et leurs enfants.

Carl’ faisait d’incessants allers retours pour préparer la table. Bol, cuillères, serviettes, il ne ménagea aucunement ses efforts et ne cessait de lancer des regards émerveillés à Körlys et Jawhara. Peut-être qu’à ses yeux, son père vivait la même chose en étant accompagné d’un demi-dieu. Körlys devina que c’était la première fois qu’il en voyait d’aussi près. Sophia, quant à elle, semblait presque habituée. Comme si tous les enfants divins passant à Sombreglace trouvaient refuge ici. Alors que Sophia s’apprêtait à quitter la cuisine avec une marmite bouillonnante de laquelle s’échappait une fumée exquise, Körlys s’adressa à Jawhara sans faire preuve d’aucune ironie. Peut-être était-ce l’apaisement provoqué par cette humble famille, mais il n’avait aucunement envie de brusquer qui que ce soit. Pas même la naïve petite humaine.

« Je suppose que l’accueil dans l’auberge était moins agréable ».

Avant qu’elle ne put répondre, Sophia annonça avec enthousiasme que le repas était servi. Posant délicatement la marmite sur la table, elle s’assit et son fils l’imita. Se lêchant les lèvres rien qu’à l’odeur, il avait hâte de manger. Mais surtout hâte d’en apprendre plus sur l’étrangère et son invocation. Jawhara serait forcée d’engager la discussion car Körlys venait de fermer les yeux, comme s’il entrait dans une profonde méditation. En vérité il était conscient de tout et parlerait s’il le fallait, mais il comptait profiter le plus possible de cet instant paisible. Le premier depuis son départ du temple de Terra. La première fois depuis sa nouvelle captivité qu’il se sentait libre.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 15:02 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Tous étaient à présent installés autour de la table contentieusement préparé par Carl’. L’apprentie refoula un fou rire quand elle vit Körlys chercher à s’installer le plus loin possible de la cheminé en vain. La pièce, modestement décoré, était trop exiguë pour lui permettre de se tenir éloigné du feu et se fut contraint qu’il s’assit à même le sol au seul endroit qui semblait lui convenir. Cependant, malgré une gêne difficilement dissimulée d’être si prêt des flammes, il avait finit par fermé les yeux rendant à son masque de bois une expression calme et sereine. Elle n’avait pas vu de tels sentiments sur son visage depuis que sa cellule s’était embellie le jour de sa libération. Le voir ainsi la détendit et elle put alors, entièrement se consacrer à ses hôtes.

Jawhara rit de bon cœur quand l’enfant lui demanda si elle, et son peuple, n’avait pas été puni par Ignis pour avoir une peau si foncée ! Le petit n’avait pas la langue dans sa poche, et même s’il était très curieux de tout, on lui pardonnait si facilement ses impolitesses en fondant devant son sourire radieux. Le contact avec cette petite famille avait réconforté son âme. De voir cette mère bienveillante si chaleureuse envers son tarhärka et elle-même, l’avait rassurée. Ces derniers jours avaient été si éprouvant que le bonheur naturel qu’émanait Sophia et son fils faisait effet d’un puissant baume au cœur. De plus la soupe chaude, dans lequel Carl’ lui avait montré l’astuce de faire tremper son pain rassis, avait été un véritable délice ! Certes un met d’une banalité primaire mais vraiment succulent !

- Encore un peu de soupe ?
- Non merci beaucoup ça ira. (face au regard inquiet de Sophia) Je t’assure, je n’ai vraiment plus faim.. ! rétorqua Jawhara. Même si tu cuisine divinement bien, je crois que mon estomac va exploser ! En tout cas, cela faisait vraiment longtemps que je ne me suis pas régalée de la sorte, la complimenta-t-elle même.
- Oh tu es bien gentille mais ce ne sont que quelques racines bouillies rien de plus !
- Dis, dis, dis, l’interpella le petit garçon. Ta famille te manques comme mon papa me manque hein ? Est-ce que tu as des frères ou des sœurs ?
- Chéri…, commença à le réprimander sa mère.
- Laisse-le Sophia, il n’as rien dit de mal, coupa-t-elle en adressant un sourire à la concernée. (Regardant à nouveau son fils) Oui j’ai effectivement trois sœurs : Amani, Narjes et Sahina. Mais également deux frères : Khatib et Nahèl…
- Trois sœurs ! Deux frères ! eeeh bah dis donc vous êtes beaucoup !
- Oui, et un neveu de deux ans qui a presque l’âge de ma plus jeune sœur et que je considère aussi comme l’un de mes frères.
- Ta mère as beaucoup de courage d’élever tout ses enfants.
- Oh elle n’est pas la mère de nous tous, répliqua Jawhara. Mon père s’est marié deux fois. Seti a mise au monde les deux derniers mais elle nous aimes tous comme si nous étions ses propres enfants…
- Ca veut dire que ta maman à toi elle est.., chuchota Carl’ soudain la mine triste.
- J’ai deux maman si tu préfères, contredit-elle en secouant la tête négativement. Nous apprécions vivre dans de grande famille et nous sommes de ce fait très liés les uns au autres.
- Oooh… et tu..
- Allez ça suffit les questions pour ce soir mon cœur. (face aux contestations de son fils et à sa frimousse dépitée) Pas de mais, allez zou ! C’est pas en faisant cette tête que je vais céder, lui dit elle en l’attrapant et lui plaqua un bisou sur sa joue. Va te coucher, tu as déjà bien assez profiter comme ça !
- Dis Jaw’, demain tu joueras avec moi ? termina Carl’ avant de disparaitre après avec eut confirmation.

Profitant également de cette diversion, Sophia annonça que pour elle aussi il était l’heure de suivre le bon exemple de son fils. Elle insista en ajoutant que la jeune femme devait être exténuée par son voyage à travers la plaine. Ne possédant pas mille et une fortune, la mère lui proposa une épaisse couverture de peau en office de matelas ainsi qu’une, un peu plus fine, pour se couvrir. Pas habitué à se plaindre et face à tant de gentillesse, l’apprentie accepta sans rechigné et s’installa près du feu auprès de Körlys qui n’avait pas prononcé un traitre mot depuis que son regard s’était clos.

Ce fut au milieu de la nuit que des frissons la réveillèrent. Dans l’âtre les bûches n’étaient plus que des braises rougeoyantes apportant qu’une faible chaleur. Voyant un tas de rondins vulgairement coupés près de la cheminé, Jawhara en remit un dans le foyer. Fouillant l’un de ses sacs, elle en sortit un petit sachet du quel et saupoudra un peu de poudre sur le feu pour lui permettre de redémarrer en un crépitement joyeux. Un sourire satisfait lézarda son visage encore ensommeillé. Mais au lieu de retourner se coucher, elle se laissa captiver par les flammes dansantes. Leur chaleur léchant sa peau lui rappela un instant son désert avec nostalgie. Dans un soupir elle se dit que le temps de les retrouver n’était pas encore venu et que son voyage ne faisait que commencer…

Alors que le silence n’était parasité que par le craquement de la buche, Jawhara se parla alors à mi-voix loin de penser que Körlys était entrain de l’écouter :

« Oh Körlys… j'espère qu'un jour tu sauras me pardonner...»



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 22:30 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Durant tout le repas, et même après, Körlys était resté silencieux. Même s’il paraissait endormi, il avait attentivement écouté la conversation animant la table et un fait s’imposa brusquement à lui : il ne connaissait pas Jawhara. Voilà plus de deux semaines qu’elle ‘lavait libérée, et il prit seulement conscience qu’elle était une véritable étrangère à ses yeux. L’histoire de ses origines, de sa famille, de ses croyances. Il n’avait vu en elle qu’une petite chose vulnérable et inintéressante, sans jamais se questionner à son sujet. Mais au final, comme chaque être, humain ou enfant divin, elle avait un passé et des souvenirs. Cette prise de conscience fut relativement brutale pour lui. Au final, la voix de Terra lui revint à nouveau à l’esprit au moment où Sophia et Carl’ partirent se coucher. Il devait apprendre à la connaître pour la changer. Sans connaître son passé, ses forces et ses faiblesses, il n’avait aucune chance d’y parvenir. Conscient de tout cela, il resta malgré tout silencieux lorsqu’elle s’endormit. Etrangement, lorsqu’il la vit ainsi couchée et apaisée, il avait pour la première fois l’impression de voir une personne à part entière. Avant, il n’avait vu qu’une chose faible cherchant la protection d’un enfant divin. Peut-être que toutes ces histoires de destin auxquelles elle croyait aveuglément étaient vraies ?

Au beau milieu de la nuit, Körlys étant resté éveillé constata que Jawhara venait de se lever. Il avait tant médité qu’il n’avait pas pensé à entretenir le feu. De toute manière, il préférait resté loin des flammes, et Jawhara pourrait aisément le comprendre. Assis dans un recoin sombre, il la vit agir très rapidement afin d’échapper au froid mordant de la nuit. Même pour Körlys, la fraicheur était difficile à supporter. Des vapeurs blanches sortaient de son masque à chacune de ses silencieuses expirations. Tandis qu’il observait Jawhara, il songea à mille et une façons d’aborder une quelconque conversation. Que pouvait-il lui dire ? Après tout, il en avait déjà beaucoup appris sur elle sans même la questionner. Mais lorsqu’il l’entendit murmurer quelques paroles fortes de sens, il décida d’agir. Voilà la véritable hantise de l’humaine. Elle ne craignait pas tant les dangers de la route, les rustres de Sombreglace ou les monstres pouvant croiser leur chemin à chaque instant. Elle redoutait que Körlys ne la pardonne jamais d’être l’humaine l’ayant libéré. Pourtant, l’enfant divin était forcé d’admettre que sans elle, il n’aurait jamais pu gouter à ce semblant de liberté. Même s’il ne l’avait jamais témoigné auparavant, il lui en était reconnaissant. Sans bouger, Körlys murmura sa réponse, ce qui ne manqua pas de faire sursauter Jawhara.

« Il n’y a rien à pardonner ».

Toujours immobile, Körlys chercha quoi dire. Mais après des millénaires de silence, il avait presque oublié comment se dérouler une conversation. Par quoi commencer ? Quel sujet aborder ? Il le savait mais les mots ne sortaient pas de sa bouche, comme s’il avait peur de dévoiler une autre facette de sa personnalité. Il haïssait et haïrait toujours les humains, mais il détestait encore ses semblables qui avaient décidé de les créer. Sans quoi l’Apocalypse, l’île d’Arcane et tous les maux de la terre n’auraient jamais existés. Toutefois, après une longue réflexion, il décida d’aborder le premier sujet qui lui passait par la tête. A savoir concernant la famille de Jawhara. D’une voix volontairement calme, il chercha à lui faire comprendre qu’il ne lui en voulait pas personnellement de l’avoir libéré. Il en voulait surtout aux Quatre qui avaient instauré cette terrible règle en place.

« J’ignorai ce que tu avais laissé derrière toi pour venir me libérer. Je n’ai jamais été très proche de mes semblables et je n’ai jamais eu besoin de vivre parmi eux, mais j’image qu’ils doivent te manquer »

En effet, le demi-dieu avait longuement étudié l’Homme dans l’Ancien Monde. Contrairement aux enfants divins, ils étaient incapables de vivre esseulés toute leur vie, sans doute en raison de leur faible espérance de vie. Ils avaient besoin de marquer les esprits, de se sentir exister pour leurs semblables. Jawhara était bien trop humble pour ressentir ce besoin, mais elle ressentait très certainement le manque de sa famille éloignée. Avant qu’elle ne reprenne la parole, il poursuivit la discussion dans une autre voie, afin de l’enseigner sur la première des choses qu’il désirait lui apprendre. Une chose qui permettrait, peut-être, de lui ouvrir les yeux sur la véritable nature du monde et des déités.

« Je devine facilement que tu suis la voie que les Dieux tracent pour toi, mais sache que ta dévotion ne sera jamais récompensée ».

Körlys s’approcha alors du feu, car même lui subissait le froid mordant de cette nuit glaciale. Soupirant, il reprit la discussion avant que Jawhara ne puisse lui demander des explications.

« Je connais les Hommes depuis leur création et une chose n’a jamais changé. Ils ont toujours prié et cru en une force supérieure pour les guider. Tu ne connais pas l’histoire de l’Ancien Monde et tu ne peux imaginer quelles atrocités ont été commises au nom d’une quelconque religion. Croire en quelque chose est bien, y croire aveuglément est dangereux, même pour toi ».


Le souvenir de la ville d’Acoral brûlée lui revint en mémoire. Il ignorait la véritable raison de la destruction de cette cité ayant entouré sa montagne pendant d’innombrables générations. Mais les faits étaient là : les Hommes s’étaient toujours entretués pour défendre leurs idéaux. Et les croyances en certaines divinités avaient apporté de nombreuses souffrances dans le monde. Fixant Jawhara de ses yeux noirs étincelant dans l’obscurité de la demeure, il ajouta dans un ultime murmure.

« Suis ton instinct, mais ne suis pas ce que tu crois être la volonté des Quatre. Tu apprendras très vite que le respect que tu leur porte est à sens unique ».



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 11:14 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Jawhara s’était mordue la langue et avait retenu un petit cri douloureux de justesse. D’une part elle n’avait pas réalisé qu’elle s’était exprimée à voix haute, d’autre part elle n’avait pas imaginé une seule seconde que le principal concerné puisse écouter ses pensées. Le tout c’était donc conclu par un réplique bien surprenante du demi-dieu à laquelle l’apprentie ne s’était pas du tout attendu. Ce fut donc prise au dépourvue, mais curieuse, qu’elle se tourna vers son interlocuteur qui ne semblait pas en avoir terminé avec elle.

*Oooh Körlys… il me manque énormément c’est vrai, mais ce fut mon choix de partir. C’est le prix que l’on doit tous payer lorsqu’on choisit d’emprunter la voie des Oracles. Tu n’as pas à ressentir une quelconque culpabilité envers ça… se désola-t-elle sans qu’aucun son ne franchisse ses lèvres.*

Lorsqu’il enchaina la suite, Jawhara resta silencieuse n’osant lui couper la parole. Elle fut alors frappée d’une évidence. C’était bien la première fois que son tahärka s’exprimait autant depuis sa sortie du temple. Elle fut alors touchée qu’il fissure de lui-même cette brèche de mutisme qui s’était imposé et installé entre eux. Ce n’était certainement pas à se bloquer dans le silence que leur relation avancerait. Cette option était d’autant plus regrettable quand on prenait conscience qu’ils étaient liés jusqu’à la mort. Donc avoir un discours ouvert l’un envers l’autre était le meilleur moyen de se comprendre réellement. Jusqu’à lors ce n’était ni un égo démesuré, ni la rancune ou bien même un manque de bonne volonté qui avait bloqué la jeune femme à s’ouvrir au fils de Terra mais surtout la peur qu’avec l’accumulation de ses bourdes idiotes il ne la renie ne la considérant plus comme un taharken digne de lui. Puis son « Il n’y a rien à pardonner. » avait alors fait éclater en mille morceaux tous ses doutes qui la rongeaient depuis quelques temps.

Maintenant, le feu avait totalement reprit de sa vigueur passé, les flammes léchant les bûches à les faire craquer. Une douce expression avait détendu le visage jusqu’à lors fermé de Jawhara. Elle se sentait comme vider d’un poids trop lourd à porter, légère. Pleins d’idées se bousculaient dans son esprit. Elle avait tant à lui répondre même si lui n’attendait surement aucune réponse. Mais l’apprentie devait s’expliquer, elle devait le faire pour eux. Par quoi commencer ? Peut être qu’endiguer les mauvaises information de son discours pour terminer sur un point propre point de vu était l’idée la plus sage qu’elle ai eut en cette nuit glacée perdue dans les tréfonds du Nord d’Arcane. Après un long silence à bien réfléchir à sa façon d’annoncer ses pensées, elle débuta alors :

« Tu sais Körlys, je ne prétends pas connaître l’Homme tel que tu l’as connu mais ce n’est pas pour cela que je suis ignorante sur les évènement du passé. De longues années durant, j’ai écouté et mémorisé les récits des enfants divins nous faisant honneur de leur présence dans notre clan. J’ai beaucoup appris, que ce soit l’Histoire de l’Ancien Monde ou les propres évènements qui ont marqué notre île. Ciméon m’a même enseigné l’ancien langage, ajouta-t-elle dissimulant une certaine fierté. Je n’ignore pas non plus que lorsque certain d’entre vous ont créé l’Homme jadis, celui-ci s’est développé de façon si exponentielle qu’il a finit par être dépasser par sa.. comment appelle-ton ça déjà ? Ha oui, sa propre technologie. Calcifer, tu sais je t’en avais déjà parlé au tout début de notre voyage.., il est le tahärka de mon père, essaya-t-elle de lui rafraîchir la mémoire. Enfin bref, il m’a raconté qu’il fut un temps où l’humain inventa même des machines qui leurs permettaient de voler si haut dans le ciel qu’ils s’étaient mis en tête de conquérir le monde des étoiles. (ses mains retombant sur ses genoux après avoir mimer un objet montant haut dans le ciel en levant les bras) Il m’a même avoué que lui-même avait, à son plus grand regret, participé l’élaboration et l’évolution d’un des pires fléau que l’Homme ai connu : les armes à feu. Je dois admettre que je trouve ceci si terrifiant que j’ai du mal à m’imaginer ce qu’était l’Ancien Monde. Cependant, même si nous leur ressemblons ils ne sont pas nos ancêtres. Les Quatre, par leur grande sagesse, nous ont recréé différents pour éviter que nous plongions ce nouveau monde dans le chaos d’autrefois. »

Jawhara s’était alors arrêté marquant un pause à sa tirade. Elle avait certes un point de vu différent du demi-dieu mais était-ce une raison pour qu’elle ai tort sur tous les sujets ? Vingt-ans s’était écoulés depuis qu’elle avait commencé sa formation. Dès l’âge de six ans elle avait été mise à l’écart pour mieux s’instruire. Elle ne pouvait pas remettre en question ses fondements simplement parce que son tarkäka ne trouvait pas sa façon de penser concrète. Se fut déterminé mais sage et humble qu’elle reprit donc :

« En ce qui concerne les Dieux je n’attends nul récompense de leur part, ni même aucun témoignage de reconnaissance. De quel droit devrais-je avoir quelconque réclamations envers eux? Ils nous offrent déjà tant. Il est naturel et normal pour moi de les honorer en respectant ce qu’ils ont façonné pour permettre à la vie de continuer son cours. Soyons alors heureux qu’ils nous aient recréé. C’est ce que nous appelons suivre la voix des Dieux et ce que j’appelle suivre d'une certaine façon la volonté des Quatre. Pourtant tous sur cette île n’arpentent pas le même chemin que le mien. Il est alors triste de constater que par leur faute, nous pourrions courir à notre perte lorsqu'Ils reviendront. Cependant est-ce une raison suffisante pour m’écarter du chemin que j’ai choisi d’honorer? »

Jawhara sourit alors à Körlys. La lueur des flammes dansaient sur son masque de bois impassible lui rendant une mine austère. Arriverait-il a mieux comprendre sa vision du monde ? Elle l’espéra de tout cœur. Ne préférant ne pas s’étendre plus longtemps sur le sujet et s’étant assez dévoilée pour l’instant, elle estima qu'elle était bavarde a en dépassé le raisonnable. Elle s’hasarda donc à questionner le fils divin :

« Et toi, raconte moi s’en un peu plus sur toi ? Mh… quel est donc ton meilleur souvenir de l’Ancien Monde ? »



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 12:55 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Körlys resta silencieux tout le long de la tirade de Jawhara. L’entendre parler autant était surprenant, surtout qu’il la trouvait, pour la première fois, moins stupide qu’elle en avait l’air. Plus instruite que ses semblables, elle défendait son point de vue sur les Quatre avec ardeur, et le demi-dieu respectait cela. Elle honorait et suivait ses convictions sans pour autant les imposer. Toutefois, même si Körlys pouvait aisément comprendre la vision du monde de Jawhara, jamais il ne la partagerait. Car elle, contrairement aux enfants divins, n’avait pas été enfermée des siècles durant dans une prison par ses propres parents. Elle n’avait pas été privée de toute émotion, de toute sensation et de toute liberté pour le restant de ses jours. Pour cela, Körlys en voudrait éternellement aux Quatre et il ne pouvait concevoir qu’un de ses semblables continue de les vénérer. Les humains, en revanche, en savaient moins qu’ils ne voulaient le croire sur les Dieux. Cette douce ignorance amusa intérieurement Körlys qui décida de ne pas insister. Un jour ou l’autre, elle se rendrait compte que les Quatre avaient à nouveau abandonné le monde. Ils reviendraient peut-être un jour pour se venger de leur nouvelle création, mais aucun Homme vivant actuellement n’y assisterait sans doute.

Lorsqu’il entendit Jawhara la questionner sur son passé, il se surprit à y réfléchir. Au fond il ne voulait pas en révéler beaucoup sur sa propre personne à l’humaine, mais c’était un bon moyen de renforcer leur lien et de parvenir, un jour, à la changer. En revanche, il réfléchit longtemps. Un souvenir ? Son meilleur souvenir ? Körlys n’avait jamais été vraiment heureux, que ce soit avant ou après la création de l’Homme. Rejeté par les siens et solitaire, sa vie avait été d’un ennui mortel jusqu’à sa libération. De plus, et étrangement, il n’avait jamais été aussi longtemps au côté d’un humain qu’avec Jawhara. Un souvenir ? Il y en avait bien un. Mais il refusa d’en parler à Jawhara. Evoquer Serya, une autre fille de Terra pour qui il avait eu une profonde fascination, n’était pas une bonne idée. Il refusait de paraître … humain. Et ce sentiment de dépendre d’un autre être, et d’y attacher et de l’admirer était typiquement humain. Il songea finalement à autre chose. Oui il avait bien été heureux dans la montagne surplombant Acoral à une époque. D’une voix emplie de nostalgie, il reprit le cours de la discussion sans évoquer une fois de plus les divinités. Comme il le pensait, elle finirait par changer d’avis.

« Ma mission a toujours été de protéger les espaces naturels. Mes pouvoirs me permettaient d’embellir la flore et de donner un aspect formidable aux montagnes les plus sombres. Lorsque les Hommes ont commencé à s’étendre, j’ai décidé de m’installer au sommet d’une montagne. Les villageois de la ville d’Acoral en contrebas cherchaient à s’y étendre et à piller ses richesses. J’ai protégé ce lieu contre leur désir d’expansion ».


Körlys se remémora de son arrivée à cette montagne. Ce souvenir qu’il abordait remontait à des temps immémoriaux. Seule sa mémoire préservait cette connaissance, car même la ville d’Acoral avait sombré dans l’oubli. Le demi-dieu reprit finalement le cours de la discussion de cette même voix lointaine. Les yeux clos, c’était comme s’il revivait pleinement ce souvenir tout en le relatant à l’attentive Jawhara.

« Lorsque je suis arrivé dans ce lieu, c’était comme si les ténèbres l’avaient envahi. Le soleil n’éclairait pas son sommet et les Hommes avaient déjà commencé à extraire la roche et à arracher les arbres en contrebas. Grâce à mes pouvoirs, je suis parvenu à les repousser.
(Sentant qu’elle se demandait comment) Sans les tuer, je me suis contenté de jouer sur leur superstition. Des cris dans le cœur de la montagne, des arbres qui bougeaient seuls ou la flore qui s’attaquait à eux. J’étais capable de bien des choses à cette époque ».

A ce souvenir, Körlys se renfrogna. Désormais il peinait à tuer trois pitoyables créatures. A cette époque, un seul regard aurait suffi à en anéantir une dizaine. Mais ce n’était pas ce manque de puissance qui lui manquait. Ce contrôle sur la flore et la roche lui manquait. Il peinait presque à se rappeler jusqu’où allait l’étendue de ses pouvoirs. Tout ce qu’il parvenait à voir dans ses souvenirs, c’était une puissance extraordinaire et illimitée. Conscient que Jawhara voulait en apprendre plus sur ce souvenir, il conclut son petit récit avec un léger sourire étendu derrière son masque.

« En quelques jours, j’ai fait de cette montagne un lieu magnifique. J’ai bâti des bosquet, des cavernes embellies par la flore, des chemins praticables que les humains pouvaient pratiquer uniquement pour admirer les lieux. Grâce à deux fils d’Aer, le ciel s’est dégagé pour permettre à l’astre d’Ignis d’illuminer mes créations. Un enfant d’Aqua m’a même assisté dans cette tâche pour y apporter quelques lacs et ruisseaux. La faune et la flore étaient en parfaite harmonie grâce à cette œuvre combinée. A cette époque, je remerciai les Quatre de nous permettre de créer de telles choses. (Fermant les yeux) Je me souviens d’avoir jeté un regard du sommet de cette montagne une fois mon œuvre achevée. Les humains admiraient le paysage sans même le convoiter et c’était la ma plus grande réussite. J’étais parvenu à unir toutes les forces de ce monde et à les faire vivre en parfaite harmonie. (Rouvrant les yeux et se tournant vers Jawhara) C’était sans doute l’un des moments les plus extraordinaires de ma longue existence. Malheureusement, les Hommes ont fini par s’attaquer à ce lieu et mes pouvoirs ont diminué au fil du temps. Cet endroit idyllique est mort par la faute des Quatre, et par la faute des Hommes. Une partie de moi est morte ce jour-là ».

Il conclut ainsi ce souvenir en rappelant cette éternelle rage qu’il ressentait pour les Dieux et les Hommes. Sa voix s’était d’ailleurs assombrie vers la fin de son récit. Il fit comprendre à Jawhara que leur créateur et leur création avaient détruit ce paradis terrestre. Körlys n’avait jamais désiré que réunir tous les éléments de l’Ancien Monde en un seul et unique endroit. Sa réussite au départ n’eut d’égale que son terrible échec. Un échec dont il n’était aucunement responsable.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 15:17 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Elle l’avait écouté attentivement savourant chacune de ses paroles après qu’il ai réfléchit un très long, mais très très long moment. Jawhara avait la fâcheuse manie d’oublier que les enfants divins avaient vécu des centaines de milliers d’années, alors pour retrouver un souvenir bien particulier… Passant outre cette réflexion, elle constata encore une fois que Körlys tenait les humains en bien piètre estime. Cependant elle ne dit rien trouvant déjà formidable qu’il accepte de se confier à elle. Elle fut d’autant plus émerveillé quand il lui avoua qu’il avait travaillé d’arrache pied avec les autres autre enfants pour embellir le monde en mêlant avec harmonie leur pouvoirs. Elle aurait tout donné à cet instant afin de pouvoir voir de ses propres yeux le résultat de leurs efforts.

« Cet endroit idyllique est mort la faute des Quatre et par la faute des Hommes. Une partie de moi est mort ce jour là, termina-t-il amer. »

Toujours plongé dans son récit, bouleversée également, elle voulut lui répondre mais la voix de Carl’ s’éleva dans la pièce tandis que le petit déboula comme une furie dans le petit salon. Jawhara avait été si absorbée par leur conversation nocturne qu’elle n’avait pas vu l’astre solaire chasser doucement la nuit de ses premiers rayons. Les yeux légèrement cernés de cette demi-nuit blanche et encore fatiguée, elle s’écroula dans les couvertures quand le garçon lui sauta dessus. Se relevant maladroitement, il ne lui laissa pas une seconde de répis et la harcela de question la voix complètement surexcitée.

- Tu as dis qu’on jouerait ensemble aujourd’hui ! Tu n’as pas oublié hein ?! Tu va jouer avec moi hein Jaw ?
- Carlister! gronda sa mère qui était déjà affairée à préparer le petit déjeuner. Arrête donc de les embêter de si bon matin et reviens-ici tout de suite !
- Non je n’ai pas oublié, répondit-elle tendrement. Et oui je jouerai avec toi (le poussant vers la cuisine) mais avant retourne donc voir ta maman. J’arrive tout de suite.
- Youpiiii ! s’exclama-t-il avant de redisparaitre tout aussi rapidement qu’il était apparu.

Jawhara se leva silencieuse la mine songeuse et replia les couvertures qu’elle entassa dans un coin de la pièce pour ne pas les laisser traîner. Alors qu’elle venait d’informer Körlys qu’elle allait aider Sophia dans ses tâches, elle tourna la tête vers lui et lança un regard par-dessus son épaule. Elle lui murmura avant que son ombre se volatilise vers l’autre pièce :

« Le passé restera ce qu’il est à jamais. Peut importe qui nous condamnons pour le mal qui a été fait, rien ne le changera. L’avenir, lui par contre, a encore une chance de ne pas se perdre dans les erreurs d’hier. Nous ne devons pas perdre espoir. "The life is to short to be small " me répétait souvent Ciméon. Et je le pense, même pour un enfant des Dieux. »

La femme, ses cheveux toujours soigneusement attachés dans son foulard gris, était occupée à éplucher des racines. Naturellement, Jawhara proposa ses services qu’elle refusa en tant qu’hôte généreux. Cependant, la jeune femme têtu finit par faire céder les bonnes manière de Sophia. Ce fut très assez rapidement qu’il passèrent à table pour savourer la purée de racine bouillie rehaussé d’un peu de fleur de sel du Désert Ambré. L’apprentie offrit d’ailleurs l’un de ses derniers sac de sel ainsi qu’un corindon taillé aux reflets rosés (sublime œuvre du clan Masaatsu) à sa bienveillante bienfaitrice qui les larmes aux yeux ne sut que dire.

- Je t’en pris c’est la moindre des choses que je puisse t’offrir pour la générosité dont tu nous fait part.
- Je… c'est bien trop... et ce n’est pas vraiment pas la peine, balbutia-t-elle. Sinon que comptez-vous faire maintenant ? Quels sont vos projet ? demanda-t-elle comme ne plus penser à la pierre précieuse qu'elle tenait dans ses mains.
- Hé bien…nous..., commença Jawhara tout en tournant la tête vers Körlys afin qu’il l’aide à répondre.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 18:12 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Körlys laissa Jawhara s’éloigner sans rien lui répondre. Elle avait son point de vue et elle el défendait, tout comme lui. Elle avait raison sur le fait que rien ne pouvait changer le passé. Mais oublier le passé et ne pas en tirer un quelconque enseignement était-il vraiment la solution ? elle n’avait pas été contrainte de vivre enfermée pendant des siècles en attendant de servir un autre être pour le reste de son existence, elle ne pouvait réellement le comprendre. Lorsqu’il la vit s’éloigner dans l’autre pièce, il comprit que la tâche qu’il s’était imposée, celle de la forcer à changer, serait plus ardue. Malgré les épreuves qu’ils avaient déjà traversées et malgré ce qu’elle savait sur l’histoire de ses semblables, elle avait une foi aveugle envers les divinités.

Körlys médita à nouveau les yeux fermés en ignorant superbement la présence des humains. Non pas par pur désir de se montrer impoli, mais parce qu’il avait besoin de réfléchir. Contrairement à Jawhara, il préférait prendre le plus de temps possible entre chacun de ses réponses. A ses yeux, elle était trop impulsive et irréfléchie. Elle écoutait ses enseignements et son cœur plutôt que la voix de la raison, un peu comme le faisaient tous les humains. Le demi-dieu songea à cela jusqu’au moment où il sentit un long silence s’instaurer. Rouvrant les yeux, il tourna la tête et constata que Jawhara attendait qu’il intervienne. Pourquoi ? Il n’avait rien écouté. Interrogeant du regard Sophia, celle-ci le questionne poliment sur ses projets. Körlys désirait étudier attentivement les humains, mais cette discussion avec Jawhara lui avait également rappelé à quel point il avait été fier de son œuvre à la montagne d’Acoral. Peut-être un jour referait-il la même chose sur Arcane ? Dans tous les cas, à l’heure actuelle, seule l’étude des humains importait. Le demi-dieu se leva et il fut, d’une seconde à l’autre, exaspéré. Pourquoi diable Jawhara l’interrogeait-il sur leur future destination ? Ce n’était pas à lui d’en décider. Elle voulait qu’il se tourne vers l’avenir et qu’il pense qu’il y avait de l’espoir. Mais quel espoir y avait-il dans cette vie imposée par les Quatre ? Körlys répliqua alors d’une voix ferme tout en prenant la direction de la sortie.

« Je resterai ici aujourd’hui pour observer le comportement des humains à Sombreglace. Après quoi je suivrai la volonté de Jawhara. N’est-ce-pas ce à quoi nous sommes réduits ? Je devrai sans doute remercier les Quatre pour leur générosité et pour l’avenir plein d’espoir qu’ils nous ont accordé. ».


Brusquement, Körlys quitta la demeure en y jetant certainement un froid mortel. A l’extérieur de la bâtisse, déjà les regards noirs fusèrent dans sa direction. Les artisans et ouvriers se levant tôt pour travailler n’apprécièrent aucunement sa présence. Mais il s’en contrefichait. Il allait les étudier, qu’ils le veuillent ou non. Marchant d’un pas déterminé, il chercha du regard un endroit d’où il pourrait observer Sombreglace sans être perturbé par les humains le dévisageant. Il voulait voir leur manière de travailler, mais surtout la manière dont ils se comportaient entre eux. Ce Nouveau Monde était-il vraiment plein d’espoir ? Körlys en doutait en voyant les visages rudes des habitants.

Après une courte marche où il s’était volontairement éloigné de la demeure de Sophia, il trouva un endroit parfait. Levant les yeux, il vit qu’un chemin était taillé dans une petite falaise au cœur de Sombreglace. Cette allée devant sans doute mener à une autre partie de la ville et servait peut-être même d’observatoire. Gravissant calmement la falaise grâce au petit chemin, il ne croisa aucun humain, pour son plus grand plaisir. Les observer certes, mais il préférait garder ses distances. Dans l’état actuel, il était capable de tuer le premier osant lui adresser la parole. Il finit ainsi par atteindre le sommet de cette très petite colline. Derrière lui se trouvait les murailles, l’auberge dans laquelle Jawhara s’était rendue et d’innombrables habitations, dont celle de Sophia.

Devant lui, cela ressemblait plus à un quartier réservé à des personnes plus influentes dans cette cité. Les demeures étaient plus vastes, les ouvriers moins nombreux et au fond, une résidence encore plus imposante trônait au sommet d’un petit promontoire. Inutile de s’interroger plus longtemps pour le demi-dieu, il s’agissait sans doute de la demeure appartenant au maître des lieux. Pourquoi décida-t-il de se rendre dans cette direction ? Même lui l’ignora. Descendant ainsi la falaise par le chemin devant lui, il rejoignit cet autre quartier où tout semblait bien moins chaotique. L’ordre et le silence régnèrent, tout du moins jusqu’à ce que Körlys fasse quelques pas de plus.

Sur sa droite, des hommes armés de lances observaient pensivement des ouvriers en train d’œuvrer à la construction d’une nouvelle demeure. Körlys pesta alors mentalement à la vue de cette scène.

*Comme dans l’Ancien Monde, le bas-peuple qui sert la haute sphère sans rien en contrepartie*

En effet, les ouvriers travaillaient déjà d’arrache-pied malgré la fraicheur matinale pendant que les autres mangeaient et buvaient sans avoir la brillante idée de les assister. Ceux veillant à la construction n’étaient pas des guerriers, reconnut aisément Körlys. Ils étaient trop bien vêtus et tenaient leurs armes sans pourtant donner l’impression de savoir s’en servir. Même avec une telle fraicheur, ils misaient tout sur l’apparence qu’ils renvoyaient aux autres, comme s’ils faisaient un concours de « l’homme le plus distingué ». Malgré tout, cela restait des rustres, ce qui donnait à la scène une note ridicule.

*Des sauvages qui veulent faire bonne impression*
s’amusa mentalement Körlys.

Tout en s’éloignant un peu afin de ne pas trop attirer l’attention, il constata qu’ils n’étaient peut-être pas rustres dans leur attitude, mais leur visage rugueux et leur regard mauvais en témoignaient. De plus, lorsqu’il les entendit parler, il ne faisait plus aucun doute sur leur véritable nature. De véritables barbares écervelés.

- Et, il fait quoi ici ? grommela soudain un garde.
- J’en sais rien, personne ne leur interdit de venir je crois, répliqua un autre comme s’il se contrefichait de la présence du demi-dieu.
- Attend j’vais lui apprendre à venir ici ! s’exclama l’un d’eux en crachant au sol.
- Il s’en va, laisse-le, répliqua l’autre un peu plus anxieux.
- Tu crois qu’il va m’faire quelque chose ! s’amusa-t-il en serrant fermement sa lance.

Les autres barbares furent contraints de suivre les pas de leur leader. Malgré tout, leur mépris des divinités ne surpassait pas le peur. Ils préféraient de loin les éviter que de les affronter. Surtout lorsqu’ils voyaient un tel amas de roche et de branche, ils étaient forcés de redouter un quelconque affrontement. Körlys tenta de s’éloigner et de faire mine de ne pas les voir, mais le rustre zélé l’interpelle violemment.

" Et toi le démon ! "


Assez violemment donc pour que le demi-dieu se retourne, ses yeux noirs chargés de haine. Ce simple regard suffit à empêcher les autres barbares de suivre leur confrère. Mais celui-ci, fou de sa rage envers les enfants divins, continua d’avancer. Körlys se remémora, un brin désespéré, des paroles de Jawhara. Alors c’est ainsi qu’était cet avenir plein d’espoir ? Vivre aux côtés d’humains le méprisant ou le fuyant ? Devrait-il tenter de retrouver une forme humaine pour pouvoir vivre une vie paisible ? Non ! Même si c’était une solution acceptable, il ne se rabaisserait jamais à cela. Il était un digne fils de Terra. Un fils libéré de sa prison et retrouvant peu à peu de ses pouvoirs. Oui il les retrouvait, il le sentit encore une fois.

Cette fois-ci, ce n’était pas le lien avec la flore. Mais avec la roche, l’objet même de sa création. Il pouvait ressentir toutes les pierres collées les unes aux autres sur lesquelles marchait l’humain. Il faisait partie de cet élément, tout comme cet élément faisait partie de lui. Fermant les yeux, il sentit un vide se combler en lui. Oh oui l’avenir était plein d’espoir au final ! Il retrouverait ses pouvoirs et ferait payer chacune des âmes osant l’insulter ou le menacer. Comprendre les humains ? Il les comprendrait, mais l’insouciant l’ayant menacé de sa lance ne serait pas l’objet de sa curiosité, seulement de son courroux. Son lien perdu avec la terre revint à lui en l’espace d’une seconde. Les yeux toujours clos, le sourire mauvais sous son masque, il tendit ses bras vers l’humain et serra les poings. Sous la force de la Géokinésie, il fit trembler la terre et souleva d’immenses blocs de roche du sol sous le regard médusé des rustres. Il n’inspirerait aucun mépris, seulement la terreur. Les humains coururent dans le sens opposé et Körlys projeta les rochers sur eux.

Certains les évitèrent et fuirent cette folie tandis que d’autres furent percutés de plein fouet. Les humains aux alentours décidèrent d’imiter les courageux rustres en partant le plus long possible. Après ce moment de communion intense avec la nature, Körlys baissa les bras et expira un grand coup. Conscient qu’il allait certainement provoquer la colère des autres habitants, il préféra s’isoler et s’éloigner sa propre folie. Il n’avait tué personne, mais sa colère aurait très pu le faire. Certains barbares étaient coincés sous des blocs de roches et imploraient la pitié inexistante de l’enfant divin. En guise de réponse à leur supplication, il se contenta de tourner le dos. Et tout en fixant au loin, un large sourire se dessina sur ses lèvres. Il allait se cacher le temps pour lui de méditer sur son avenir. « Un avenir plein d’espoir ». Pour une fois, il fut contraint d’admettre que Jawhara avait peut-être raison. Songeant à cela, il disparut dans les méandres de Sombreglace.



[HRP : Ayant assez de point pour débloquer Géokinésie 8, je le fais en même temps que le RP. Je MP très vite Ariez pour lui demander une MàJ du sphérier !]



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 17:07 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Körlys avait donc fait part de son envie quand il se rendit compte au bout de longues secondes que tout le monde s'était tourné vers lui et attendit sa réponse. Ce qu'il ne tarda à donner sans mâcher ses mots et sans non plus cacher le sous entendu de ses pensées à Jawhara. Celle-ci était bien à même, la seule, à pouvoir les comprendre d'ailleurs. Ni une, ni deux, le demi-dieu quitta alors les lieux ne laissant ni à Sophia, ni à son taharken le temps et le choix de le retenir. Un courrant d'air froid s'était engouffré dans le petit salon faisan frémir le feu dans la cheminée. La maitresse de maison lança un regard interrogateur à son invitée qui haussa simplement les épaules en guise de réponse.

"Finissons donc le succulent repas que tu nous as cuisiné ! Ne t'en fait pas pour lui, il rentrera bien assez tôt. (pointant sa cuillère de bois dans la direction de Carl') Quand plus une seule miette ne restera dans ton assiette alors nous pourrons peut être émettre l'hypothèse d'aller jouer ensemble, termina-t-elle passant alors du coq à l'âne un large sourire aux lèvres."

Le petit ne cacha pas absolument pas sa joie et finit sa gamelle de racines bouillies à vitesse grand V ce qui réchaud en un rien de temps l'ambiance qui s'était refroidie. Il aida sa mère et la jeune femme avec une bonne volonté surprenante. Il traîna ensuite, surexcité et par le bout de ses petits doigts aggripés à sa main, Jawhara à l'extérieur. Se défoulant à essayer d'attraper le garçon courant dans tous les sens, la fille du désert finit par oublier l'amertume sur laquelle le fils de Terra les avait quitté. La joie de l'enfant et ses rires francs l'avaient contaminés à son tour lui faisant oublié également les regards dur et déplacés des citadins. D'autres enfants avaient voulu se joindre à eux, mais les parents les avaient immédiatement rappeler à l'ordre.
La journée passa alors bien plus vite qu'elle ne l'aurait imaginée. L'apprentie avait pu renommé son ombre Carliste tellement le fils de Sophia ne la quittaient plus d'une seconde. Elle ne se plaignit pas non plus de ce petit parasite qu'elle trouvait de plus en plus adorable lui rappelant ses jeunes frères et soeurs.

Elle avait également fait partager une cérémonie du thé en compagnie de la mère. Après avoir retrouvé les ustensiles dont elle avait besoin, Jawhara s'assit de façon tout à fait traditionnel. Elle s'était agenouillée, fesses sur les talons, et avait rangé ses mains entre les genoux. Le temps que l'eau bout, elle prépara son thé puis lors de l'infusion elle se voua à une méditation pour apaiser son esprit totalement. Puis elle fit découvrir les arômes subtiles des plantes et fleurs séchés à son hôte qui l'avait observée en silence. Jawhara savoura que plus ce petit moment intime qu'elle n'avait eu l'occasion de mettre en pratique depuis si longtemps.

Elle avait aussi initié Sophia rudiments des pratiques des tatoueurs d'henné du Désert. En effet ses nombreux tatouages s'étaient effacés déjà depuis quelques jours. Après avoir fait chauffer assez de neige pour remplir une petite bassine elle lava son corps pour le purifier sous la caresse d'Aqua. Petit à petit, avec l'aide de Carl lui tenant le petit miroir (cadeau précieux de sa mère) elle retraça la plupart de symboles en l'honneur des Dieux.

- Mais.. ça ne te fait pas mal? demanda la femme tout en observant les gestes précis de Jawhara.
- Depuis le temps que je soumets mon corps à ça, non pas vraiment. Tu vois ces courbes qui partent de mon sein et qui passent sur mon coeur pour s'achever sur mon bras gauche?
- Oui, fit Sophia hocha la tête pour accentuer son affirmation.
- Elles témoignent du chemin que nous avons parcourut avec Körlys. Et là, ce symbole plein (nouvel hochement de tête) il veut dire...

Ainsi de suite la conversation s'était continuée jusqu'à ce que la nuit tombe. Bientôt Körlys serait de retour satisfait ou non des informations qu'il avait alors pu glaner sur les sombreglaciens. Enfin c'était ce que l'apprentie croyait fermement...



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 21:48 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

« Ici … Parfait ».

Körlys esquissa un sourire en voyant l’abri naturel qu’il avait trouvé au cœur même de Sombreglace. Cela ressemblait à une petite caverne dans laquelle les humains entreposaient armes et équipements liés au combat. Non pas que le demi-dieu veuille s’en servir, il désirait simplement un endroit où passer inaperçu. Ses pouvoirs revenaient peu à peu à lui et il sentait qu’il pourrait très prochainement changer d’apparence. Après le carnage dans le quartier de Sombreglace, il était plus sage de prendre une forme humaine. Toutefois, pour l’heure, il avait besoin de s’isoler et de méditer profondément pour retrouver ce lien perdu avec ses dons.

Profitant des quelques cavités, Körlys se fondit dans le décor. Il unit très vite son corps à la pierre de la caverne, devenant ainsi presque invisible aux yeux d’éventuels humains pouvant venir jusqu’à lui. D’ailleurs cet instant arriva plus vite que le demi-dieu ne l’aurait espéré. Les yeux clos, la respiration très calme, il en vit cinq passer devant lui à la recherche d’arme. Dans le groupe, Körlys reconnut le rustre zélé qui l’avait insulté de démon auparavant.

« Dommage, il n’est pas mort », songea Körlys avec une pointe de déception.

Körlys se força encore une fois à tenter de changer de forme, mais rien n’y faisait. Au fond, c’était la seule chose qu’il enviait à l’heure actuelle à Jawhara. Elle pouvait passer inaperçue. Quoique, dans un tel endroit, elle était au moins aussi mal perçue que lui. Peut-être même plus. En effet, Körlys comprit très vite la raison de l’engouement des guerriers de Sombreglace. L’un d’eux interrogea l’homme que Körlys avait attaqué d’une voix brusque.

- T’es sûr que c’est son invocation ?

- Mais ouai j’suis sûr ! s’exclama-t-il en prenant une épée sur un râtelier.
- Doucement, s’opposa l’un d’eux. Tu veux faire quoi ? L’empaler avec ta lame ?
- A ton avis ? grommela-t-il.
- Personne n’empalera personne, soupira le plus calme d’entre eux. Je pense que l’étrangère va nous devoir des explications, inutile d’y aller armés. Elle pourrait prendre peur et faire appel à lui, et quelque chose me dit qu’il n’hésitera pas à tuer des humains.

« Un humain intelligent ? », songea malicieusement Körlys.

En effet, il aurait très bien pu sortir de son abri pour les écraser. Les armes blanches n’avaient aucun effet sur son corps et ses branches étaient bien trop solides pour être efficacement coupées par des lames aussi fines. De plus, s’ils menaçaient Jawhara, il serait contraint de les tuer. Même si cela ne le dérangeait pas outre-mesure. Il devait tout faire pour que l’humaine reste en vie pour ne pas retourner au temple de Terra.

Le demi-dieu resta silencieux le temps pour les humains de quitter l’arsenal. Puis, sortant de sa cache, il les vit s’éloigner sans armes supplémentaires. Jawhara risquait de passer un mauvais quart d’heure, et pour une fois, Körlys en était le seul et unique responsable. La venue des rustres l’avait toutefois convaincu d’une chose : tous ici ne haïssaient pas foncièrement les invocations et les étrangers. Peut-être pourraient-ils plaider leur cause et quitter cette cité maudite en vie ? Le demi-dieu sut qu’il existait un moyen. Mais pour cela, il devrait arriver auprès de Jawhara avant les rustres … et sous la forme d’un humain prenant sa défense. Souriant malicieusement, il quitta son abri et marcha discrètement entre les différentes habitations. Il était convaincu d’une chose : d’ici très peu de temps, il parviendrait à changer de forme, ainsi qu’il avait pu le faire dans l’Ancien Monde.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Lun 18 Mar - 20:06 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Jawhara avait fait une nuit presque blanche et des cernes violacées maquillaient le dessous de ces yeux. Körlys n'était pas rentré la veille alors qu'il avait dit qu'il s'absenterait juste pour la journée. A y réfléchir, qu'importe qu'il respecte ses dires ou non? Après tout il était libre de ses actes... Mais tout de même, elle s'était rongée les sangs ! L'ombre d'un sentiment d’inquiétude s'était refusé de la quitter quand elle avait cherché à trouver le sommeil. Oui cette nuit là, à l'instar de la merveilleuse journée qui était passée, avait été affreuse.

Ceux furent d'ailleurs dans la continuité d'instants forts désagréables, le petit matin à peine levé, que de grands coups portés à la vieille porte firent grincer le bois et tirèrent la paisible maisonnée de sa torpeur.

BA-BAAA-BAAAAAM


"OUVREZ ! Nous savons que l'étrangère se cache ici ! OUVREZ ! Ou nous entrons de force ! hurla un homme la voix rauque et menaçante."

La maîtresse de maison répondit empressée qu'elle arrivait très vite. *Se cache?!* L'apprentie fronça les sourcils. Il n'avait jamais été question de se cacher de qui que ce soit! Que se passait-il donc?! Quand elle arriva dans le petit hall, Sophia était déjà debout son fils dissimulé entre ses jambes. Elle venait de s'accroupir vers lui et lui murmurait de retourner sagement dans sa chambre.

BA-BAAAAAA-BAAAAAAAAM


"Je suis là, je suis là !"

Se relevant, elle lança un regard entendu vers la fille du désert qui hocha la tête d'un signe affirmatif. Quoi que cela puisse-t-il bien être, elle n'avait rien à se reprocher. Sophia tira la chevilette et ouvrit enfin la porte tout en murmurant de son éternel voix d'ange:

- Bonjour messieurs, dit-elle poliment. Que puis-je faire pour vous de si bon matin?
- La fille est ici?
- Je.. (lançant un regard vers Jawhara) Oui, je l'héberge bien chez moi, pourquoi donc? Que je sache il n'a jamais été encore interdit de loger de bon coeur les étrangers.
- Il nous faut la voir de toute urgence, nous avons à lui parler ! Sa saloperie d'invocation...
*Salo... mais il parle de Körlys le bougre ! s'exclama-t-elle alors que son coeur venait de faire un sacré bon*
- Je suis là, coupa-t-elle alors tout en apparaissant au coté de sa charmante hôte. Ne t-en fait pas, je vais régler ça (sortant à l'extérieur et refermant la porte derrière elle) et je reviens aussitôt le malentendu résolu.

A présent elle faisait face à deux grands gaillards imposant par d'autant par leur largeur que leur hauteur. Elle se dit qu'un coup de plus et la porte aurait volé en mille éclats de bois ! Mais sa pensée amusée se ternit quand elle se demanda d'où Sophia avait trouvé le cran de leur répondre de la sorte. L'habitude sûrement. Quoi qu'il en soit, l'apprentie était loin d'être très à l'aise et son interlocuteur semblait l'avoir deviner et en joua même lorsqu'il s'adressa à elle d'une voix brusque et peu chaleureuse.

Ils lui expliquèrent alors l'un après l'autre les méfaits qu'ils leurs étaient arrivé la veille n'hésitant à appuyer sur certain propos. Surtout ceux qui relater le fait que le fils de Terra n'était qu'une abomination monstrueuse et qu'ils n'avaient rien à faire ici.

"Hééé mais.. elle vient de se tirer là? demanda-il hébété à son collègue."

Effectivement, lorsque l'un des deux protagonistes commença à questionner Jawhara sur la longueur de leur séjour ici et la punition qu'elle comptait infligé à son pauvre Tahärka, celle-ci avait déjà dévalée le petit chemin à grande enjambée. Elle n'avait plus qu'une idée en tête: retrouver Körlys au plus vite.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Mar 19 Mar - 12:36 (2013)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace Répondre en citant

Le processus avait été étrangement douloureux. Comme si sa chair se décomposait pour se reformer en un tout unique bien bien différent. Il avait pourtant utilisé la Métamorphose dans l'Ancien Monde, mais il n'avait guère le souvenir d'avoir autant souffert. Pourtant, le résultat était bien là. Une flaque provoquée par la neige fondue dévoila à Körlys, avec une immense satisfaction, qu'il avait réussi à se transformer. Ses pouvoirs, depuis son arrivée à Sombreglace, s'étaient accrus de manière considérable, et la forme humaine qu'il avait sous les yeux, son visage, en était la preuve.



Durant toute sa longue existence, il avait toujours opté pour ce physique et ce visage. Pouvant ainsi combiner agilité et force sans utiliser de ses pouvoirs, il n'en demeurait pas moins inoffensif en se servant des mêmes armes que les humains. Il était toujours parvenu à se fondre dans le décor ainsi, et aujourd'hui, cela lui serait fort utile. Souriant, il décida donc de rejoindre la demeure de Sophia pour y retrouver Jawhara avant l'arrivée des rustres. Cessant de se cacher, il marcha au milieu des hauts quartiers de Sombreglace. Ayant choisi d'ajouter un manteau épais noir pourvu d'une capuche dissimulant une partie de son visage, nul ne lui jetait des regards méprisant ou soupçonneux. Passant non loin du carnage qu'il avait provoqué plus tôt, il esquissa un rictus malicieux. Des rustres s'interrogeaient encore sur sa localisation alors qu'il n'était qu'à quelques mètres ! Cette situation l'amusa un certain temps, jusqu'à ce qu'il sente un danger. Le lien l'avertissait. Jawhara s'était, encore, mise dans le pétrin.

Pressant le pas sans attirer l'attention, il tenta de la rejoindre et il comprit très rapidement pourquoi il avait pressenti une menace. L'humaine courait avec plusieurs barbares à ses trousses. Dans l'Ancien Monde, il se serait transformé à nouveau et aurait déchainé sa toute puissance, mais il allait devoir se servir de sa ruse. Sachant pertinemment que Jawhara ne le reconnaitra pas ainsi, il usa une nouvelle fois de sa malice. Elle penserait s'adresser à un humain bienveillant plutôt qu'à son Taharkä buté et renfermé. Cette ingénieuse idée le poussa à intervenir dans l'ombre. Se plaçant dans le coin d'une demeure étant sur le chemin de la course de l'humaine, il attendit patiemment en jetant des regards discrets pour suivre son avancée. Lorsqu'elle passa à côté de lui, les rustres étaient loin et s'occupaient surtout d'alerter leurs semblables. Quel que soit le sort qu'ils réservaient à Jawhara, il était loin d'être enviable. Ce moment, Körlys le choisit pour intervenir. Elle passa juste à côté de la demeure et le demi-dieu métamorphosé lui agrippa le bras d'une poigne ferme. Enfonçant la porte de la maison qui, Körlys s'en était assuré auparavant, était vide de toute présence humaine, il attira Jawhara avec lui malgré ses contestations. Observant l'intérieur sobre, il vit avec satisfaction qu'un escalier conduisait à ce qui semblait être une cave. Attirant fermement l'humaine avec lui, Körlys dévala les escaliers en s'étant assuré de refermer la porte de l'entrée derrière lui. Ainsi, il pouvait déjà entendre les rustres courir sans soupçonner qu'elle s'était réfugiée ici.

Ce fut une fois dans les sous-sols que le demi-dieu relâcha son emprise sur Jawhara. Toutefois, voyant qu'elle s'apprêtait déjà à hurler, pensant sans doute qu'il s'agissait d'un autre barbare, il plaqua sa main sur sa bouche en murmurant un "Chut" pendant qu'il tendait l'oreille. Oui, c'était parfait, les gardes étaient loin désormais et ils poursuivraient inutilement leur recherche. Körlys choisit ce moment pour laisser Jawhara respirer. Dans un murmure, il s'adressa à elle, son visage toujours dissimulé par sa large capuche noire. Sa voix avait, à l'instar de sa forme, changé. Il parlait d'une intonation bien moins ferme et semblait moins désagréable. Seule son âme et ce qu'il était vraiment demeuraient intacts.

" Ils vont te chercher dans les rues mais ils vont vite tenter de retrouver ton invocation. J'ai assisté à la scène de loin, il a tenté de les ignorer mais il a été obligé de se défendre. Enfin, il ne fallait pas s'attendre à un accueil chaleureux pour vous deux ici ".

Dans cette forme et cet accoutrement, Körlys donnait l'impression d'être un riche résident de Sombreglace. Mais comme Jawhara avait pu le constater avec Sophia et Carl', tous ne partageaient pas cette haine pour les enfants divins et les étrangers. En se faisant passer pour l'un d'eux, Körlys était certain d'obtenir sa confiance très rapidement. Surtout en connaissant Jawhara, sa naïveté et son manque de prudence face au danger. Körlys reprit très rapidement la conversation avant que l'humaine ne puisse répondre quoi que ce soit. Il dévoila en même temps son visage, illuminé par une petite lanterne apportant une faible lumière dans la cave remplie de vivres. Retirant sa capuche, un large sourire étendu sur ses lèvres, il tendit sa main vers l'avant et
s'adressa à elle d'une voix sereine et confiante.

" Avant de me présenter je te déconseille fortement d'appeler ton invocation ici. Il doit se cacher quelque part et il serait plus ... prudent d'être sorti de la ville pour vous retrouver. Mais pardonne mon intervention un peu brutale et mon manque de politesse ! Je suis Armon de Sombreglace. Et quelle est ton nom belle étrangère ? "


Des dizaines de millénaires d'expérience avaient fait comprendre à Körlys que les flatteries paraissant sincères et les sourires suffisaient très souvent à gagner la confiance de quelqu'un. Ainsi, Körlys, qui se faisait appeler Armon, attendit patiemment la réponse de Jawhara. Serait-elle dupe ? Il l'espérait en tout cas.



HRP :
➔ Forme humaine
➔ Mana restant : 6/20



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:33 (2016)    Sujet du message: Des étrangers à Sombreglace

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Plaine Glacée Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com