Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Un avant goût... aqueux.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple de l'Eau
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Noviel

Hors ligne


Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 13
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Fawn et sa folie <3
Point(s): 48

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 01:43 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

Après un dédale d'escaliers en tous genres, une porte de bois. Un bois massif. Les gonds sont rouillés, et à moitié cassés, en fait. Il suffirait presque de pousser la porte pour que celle-ci tombe au pied d'un éventuel visiteur. Derrière cette porte se trouve la prison de Noviel. La prison est simplement constituée d'un grand puits. Mais assez étrange. Car le puits ne touche pas les murs. Entre l'eau et la façade, il y a un bon mètre d'air. Et par un grand escalier en colimaçon, il est possible de descendre.

Enfin bon. Combien de personnes avaient déjà arpenté cette descente vers les enfers aquatiques, pour ne plus jamais en revenir ? La sirène ne les comptait plus. Combien de fois avait-elle tourné en rond, piégée au fond du trou ? Elle ne le savait plus. Enchaînée par la queue au sol, d'une lourde chaîne d'un métal inconnu, ses mouvements étaient limités. Au tout départ, elle avait certes tenté de lutter contre cette attache contraignante, mais en vain. Bien vite, elle s'était résignée à son sort. Attendre qu'un être digne de ce nom vienne la délivrer. Elle ne pensait simplement pas que ce serait si long. Des humains étaient venus, oui. Mais ayant échoué à l'épreuve, ils étaient morts.

Du coup, au fil des années et des siècles, elle s'était créé son petit coin de tranquillité, usant des pouvoirs que lui avaient offerts les dieux pour préparer son épreuve, puisque elle-même n'avait plus de pouvoir. Elle avait donc fait poussé des algues, d'un peu toutes les couleurs, et de toutes les formes. Pour compléter ce court tableau, Noviel avait même créé un courant, histoire de donner une sorte de vie à ses créations. Le tout ressemblait beaucoup à ses premières ébauches, mais elle n'avait pas trop le choix. Ne sachant pas la quantité exacte de pouvoir qui lui avait été confiée par les Dieux, elle avait fait de son mieux pour les économiser.

Histoire de ne pas perdre les humains, elle avait même créer quelques poissons qui émettaient de la lumière, pour guider les aventuriers jusqu'en bas du puits. Après tout, il était inutile qu'ils se cassent le cou en descendant des escaliers. Ils mourraient bien assez tôt, s'ils n'étaient pas digne de la divinité. Mais d'ailleurs, si cette dernière n'en voulait pas particulièrement aux humains, puisqu'elle considérait que la faute revenait à leur créateurs, et non aux créations, ce n'était pas pour autant qu'elle accepterait n'importe qui. Et pour cela, il y avait plusieurs épreuves. La première étant bien évidemment d'avoir assez de courage pour descendre les quelques centaines de marches qui menaient au fond du puits.

Et concernant les créateurs ? Ces demi-dieux qui les avaient tous menés à la déchéance ? Oui. Contre ceux-là, elle avait des ressentiments. Même, elle les détestait, et elle comptait bien les trouver, un à un, pour les supprimer, quand il lui serait possible de le faire. Les responsabilités étaient des éléments importants pour la sirène sans aucun doute. Et tout ceci, les voyageurs imprudents qui arrivaient jusqu'à elle finissaient toujours par le remarquer.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 01:43 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fawn
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 31
Crédits Avatar: Darkredrose, Deviantartiste
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse, traqueuse et tueuse à mes temps perdus
Invocation(s): Noviel <3
Invoqueur: Ma Folie
Annonce: Personnage en cours
Inventaire: Mes crocs, mes griffes, et tous les outils qui me passent par la main
Double compte: Aeryalis
Point(s): 33

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 21:17 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

La nature sauvage s’est engouffrée dans son cœur à sa naissance.




Période de la journée: Fin de mâtiné
Temps: Pluie. Pas de vent.
Température: Plus froide au fur et à mesure que l'on descend mais bien supportable.
Partenaire: Noviel


Les journées s’étaient enfilé les unes aux autres en un collier de perles aux couleurs vives et agressives. Fawn n’avait pas vu le temps passer. Avec cette sauvage, les jours s’accumulaient et se ressemblaient tous, sur le fond d’un visage qui lui ressemble et d’un pelage où il fait bon se blottir. Elle vivait dans le passé avec l’espoir que son futur lui ressemble. Elle n’existait pas dans le présent. Elle avançait sans réel but. Elle avait toujours des tas d’idées, mais aucun moment à mettre dessus. Ces derniers jours donc, elle avait fait des rencontres. Bonnes ou mauvaises, seul le temps pourra le dire. Elle avait été inspirée en voyant les liens qui unissaient un maitre et son invocation. Et elle pensait à Hope. Si elle la retrouvait… Ses souvenirs s’étiolent. Les visages sont tremblotants dans sa mémoire. Alors elle se redresse de sa couche, un tas de branches et de feuilles, élaborée à la va-vite, et elle pousse un cri. Il meurt à ses lèvres sans parvenir à percer. Ses cheveux sont emmêlés. Ça lui donne un air d’animal malade. Elle cherche dans une sorte de petit sac, le peigne de sa mère. Il a une pierre sur le devant et aucune dent n’est cassée. Elle passe plusieurs fois sur sa fourrure, la délie. Elle la natte aussi. Elle se prépare comme une guerrière au combat de sa vie. Ses rituels la rassurent. Sa dague, toujours à sa cuisse, cette caresse la rassure elle aussi. Ses cheveux sont ensuite enduit de boue, en masquant la couleur, elle devient ainsi moins accroche œil. Elle se remet à courir, histoire de ne plus penser à rien qu’à sa destination. Elle s’est habillée. Une tenue qui est proche du corps et sombre, elle est, a vu, légère. Il fait plus froid et le temps est humide. Sûrement pour cela que cette tenue lui colle au corps. Fawn porte même des ballerines ! Luxe insensé mais qui, elle le sentait, pourra lui être utile. Elle l’a achetée à Luth contre les restes de ses chasses ; peau, os qui pilé pouvait servir à certaine potion, croyance. Luth… Elle n’est jamais partie aussi loin, seule, de sa forêt. Non pas qu’elle ait peur, non, loin de là. Une sorte d’exaltation la parcourt à l’idée de ce qu’elle va accomplir. Elle arrive enfin à une sorte de vitesse de croisière, elle sait qu’elle ne se fatiguera pas trop ainsi. Chacune de ses foulées résonnent dans sa poitrine.

Flashback a écrit:

    […]Elles courent, de plus en plus vite, de peur que la pluie ne les rattrapent. Une course folle qui les fait s’éclater de rires comme des carillons alors qu’elles se retrouvent rosées devant leur cabane, à deux pas du lac. Elles ne remarquent pas que la porte est entre-ouverte, après tout ici, qui viendrait ? Il n’y a rien à voler.
    « Je vais me laver, qui vient ? »
    La voix de Fawn, tellement plus gaie alors. Hope la regarde avec un air surprit et de sa voix rocailleuse :
    « Tu veux ma mort ? »
    Puis de voir que la jeune rousse blaguait, la salue et file vers leur modeste demeure. La mère observe la fille, puis la laisse. Elle n’avait jamais été très loquace, mais son sourire en valait mille. La jeune fille savait qu’elle allait dépecer leur chasse et préparait le repas, seulement après elle irait au lac se rincer de la terre.
    Fawn hausse les épaules, s’avance de l’eau et plonge. Alors qu’elle s’enfonçait dans l’eau, elle ne vit pas […]


Elle arrive à vue du temple. Comme prévue, la pluie s’accentua pour devenir une bruine épaisse et constante. Les vagues se mouraient sur la plage en bruit constant, excitant la traqueuse. Elle cintra un peu plus le sac pour éviter de le perdre, puis pousser le canoë à l’eau. Elle ne l’avait pas acheté, mais il trainait comme d’autre sur la grève. Échoués. Il n’avait pas l’air abimé. Le hasard, la chance ou encore le destin, qu’en savait-elle et en quoi ça l’intéressait ? C’était un bon moyen de transport. Elle prit comme pagaie une planche en bois d’une autre épave. Elle poussa son embarcation et prit place. Il lui fallut moins de temps prévu pour arriver sur la terre ferme. Elle en profita pour se soulager et se sustenter. Le temple était impressionnant, tant par sa taille que par son état certain de vétusté. Ses pas résonnaient dans le hall. Combien d’invocations étaient-elles enfermées ici ? Une porte attira son attention. Une porte à moitié arrachée…

Flashback a écrit:

    […] de ses gonds, elle s’approcha, horrifiée, s’attendant au pire, elle avait appelé sa mère, se rendant compte qu’elle n’arrivait toujours… L’odeur était rance […]


Elle la poussa, et mit un pied dans l’antre. Le lieu était éclairé par un puis central ou l’eau semblait défiait les lois de la gravité. Le sol était rendu glissant par l’humidité la aussi constante. Fawn se dit un instant qu’Hope en aurait été horrifiée. Elle chassa aussitôt cette pensée de sa tête. Il y avait plus important. Elle dévala les escaliers, du moins, avec une grande prudence. Elle découvrait le microcosme qui peuplait le large puits. Elle en était même captivée. Elle glissa, une fois, mais se rattrapa avec agilité, et chance. Elle avait envie de hurler: Montre-toi! Mais elle se contenta de descendre les nombreuses marches qui l'éloignaient de la surface. Elle ne sait pas combien de mètre elle descendit comme ça, plusieurs ça c'était sûre. Elle arriva à la dernière. La rousse retint son souffle alors que son regard d'eau cherchait toujours qui elle était venue chercher. Sa rage sourde gonflait ses forces.



Avant toi souvent nue, mais trop vêtue dedans
Ça semble saugrenu, et pourtant. Non, rien de rien, non, je n'oublierais rien.
(E. Frégé)
Revenir en haut
Noviel

Hors ligne


Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 13
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Fawn et sa folie &lt;3
Point(s): 48

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 04:08 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant



Un bruit. Enfin, un bruit. Voilà déjà plusieurs années que cet exécrable son de la porte qui s'ouvre, avec ses gonds rouillés, n'avait pas retenti à ses oreilles. Joie, ou tristesse, ou même quelque autre sentiment, la vieille sirène ne savait même plus de quel état d'âme elle devait se parer. Durant les siècles d'attentes, elle avait tout essayé. La joie. L'air blasé. La colère. La folie. Et autres. Maintenant, il ne restait... Rien. Seulement des simulacres d'expressions qui ne rimaient pas grand chose. La grande question qui restait était généralement la suivante : Comment tester une création ? Elle n'avait ni norme, ni limites, les concernant, vu qu'elle ne s'était pas intéressée à eux plus que cela.

Un bruit de glissade. Légèrement inquiète, étrangement, la sirène leva la tête vers le haut du puits, en espérant voir... Mais en vain. Comme elle n'avait jamais envisagé une telle longueur d'enfermement, certains détails n'avaient pu être envisagés. Revoir la lumière du jour ? Le vrai ? Cela lui manquait un peu. Et surtout dans ces moments, où elle ne pouvait jauger ou juger celui qui venait tenter de la délivrer. Du coup, encore une fois, il n'existait que l'attente, éternellement présente. D'après les bruits qu'elle pouvait percevoir, quoi que l'action se passe en dehors de son cercle aqueux, la petite s'était rattrapée. Tant mieux. Au moins, elle était assez douée pour corriger de telles erreurs. Bien qu'elle ait toujours détesté ces pieds humains, les jugeant trop fragiles et trop peu stables - et surtout pas adapter à un terrain aquatique-, elle admettait que ceux-ci pouvaient être pratiques dans quelques rares cas.

Et enfin, elle put voir sa prétendante. Fière et sauvage. Une espèce d'humain qui bouillait de nombreux sentiments. Ou peut-être pas. Il était toujours compliqué de comprendre cette race qu'elle n'avait pu étudier. Mais néanmoins, cette allure lui plaisait. C'était un bon point. Maintenant, il fallait penser. Rapidement, et bien. Quelle sorte d'épreuve pouvait-elle bien lui donner ? Au fur et à mesure que les siècles avaient passé, elle avait pu tester quantité d'humains. Et plutôt que de faire un test unique, sachant que la mentalité, et la façon de vivre de ces derniers évoluait sans cesse, elle préférait en inventer un à chaque fois. Mais voilà. Là était le problème. Un test de connaissance ? C'était inutile. Pouvoir prétendre juger quelqu'un simplement car il était érudit... C'était une chose stupide. Il fallait mieux viser l'âme. Faire dans le grandiose, peut-être. Mais dans le cas présent, ses moyens étaient limités. Déjà, elle avait pu se faire son petit coin à l'abri de tous regards, sauf si elle s'avançait réellement... Il ne fallait pas trop lui en demander. Peut-être qu'elle pourrait jouer du silence...

Bougeant sa queue, ne laissant entrevoir du dehors, qu'un mouvement, au mieux, une forme, elle fit crisser dans le silence pesant la chaîne sur le sol. Puis un autre silence. Près de la jeune femme qui avait atteint la dernière marche, dans l'eau, les longues algues commencèrent à onduler, doucement. Les rares lumières présentes à cet endroit laissaient apparaître un flot de couleurs et de formes étranges. Les ombres, mouvantes, étaient projetées sur le mur. Sur la jeune femme.

Un autre bruit.

La chaîne se tendait, doucement. La sirène évoluait, sûrement. Comme une apparition, elle s'éleva d'entre les algues, pour laisser son visage juste devant celui de l'humaine. Tout cela dans le léger bruit de chaîne qui restait maintenant constant. Noviel étudia de plus près ce visage, sans laisser paraître sa curiosité maladive. Et elle tendit les mains vers elle, jusqu'à toucher la limite entre l'air et l'eau, mais sans la franchir. Elle se mit enfin à parler. Sa voix ? Certainement rouillée, mais toujours une sorte d'air chantant. Charmeur. Mélodieux. Mais pour le coup, définitivement rouillé. Des siècles de mutisme avaient altéré cette voix qui autrefois charmait d'un seul coup.


"Viens, enfant des pécheurs. Oses franchir la barrière qui te sépare de moi. Viens à moi, pour accomplir ce que tu recherches. Mais fais-le la tête la première. Plonge dans cet abîme qui ne peut que t'être inconnu, et tu comprendras."

Comprendre quoi exactement ? Noviel elle-même ne savait pas. Simplement, elle parlait, tout en espérant que celle-ci obéirait. L'inconnu n'était-il pas attirant, de façon générale ? Ou bien la peur était-elle trop forte, pour ces humains ?
Revenir en haut
Fawn
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 31
Crédits Avatar: Darkredrose, Deviantartiste
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse, traqueuse et tueuse à mes temps perdus
Invocation(s): Noviel <3
Invoqueur: Ma Folie
Annonce: Personnage en cours
Inventaire: Mes crocs, mes griffes, et tous les outils qui me passent par la main
Double compte: Aeryalis
Point(s): 33

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 11:34 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant



Fawn a toujours eu un sens de la méfiance un peu mal placé, ainsi, si elle a peur des hommes, elle se sent égal au monstre et à tout autre créature qui peuple Arcane. Elle tue pour se nourrir ou pour commercer et récupérer des biens nécessaires à sa survie. Elle n'attaque ni par plaisir, ni pour se défouler. Depuis la grande cassure, elle se méfie de ses émotions et des souvenirs qu'elles pouvaient réveillés quand on s'y attend le moins. Elle reste donc constamment en garde non pas contre les autres, mais contre elle même. Aujourd'hui pourtant, il tentait une percé dans son psyché. Peut être l'odeur, ou encore le temps, si semblable à ce jour là. La porte aussi, elle aussi vermoulue et chancelante. Mais surtout l'odeur oui. Une odeur de mort qui aurait dû lui faire peur, intimé à son être de repartir de la d'où elle vient, mais non, elle avait descendu les marches comme on affronte son destin. Elle fonça la tête la première dans certains de ses souvenirs, tachant de se protéger des derniers, qui lui serait fatal aujourd'hui. Elle tacha de se souvenir de Doe, que lui avait elle dit en parlant de son invocation? Fawn lutait pour ne pas se laisser ensevelir, elle avait un but. Elle devait contracter

Flashback a écrit:
[...]une invocation, il faut d'abord être sûre de toi. Est-ce le bon moment? T'es-tu bien préparée? Ce n'est pas un acte anodin. Tu risqueras ta vie. Pour Hope, j'ai eu le trois à trois épreuves. Mais elles diffèrent selon contre qui tu es. N'oublie pas de les respecter. Ne te défile pas. Qui aime les couards? Mais ça […]


Elle le savait déjà. Elle n'avait jamais été de nature farouche. Elle n'allait pas non plus au devant du danger. Elle restait juste prudente et... détachée. Elle aurait voulu toucher l'eau, avancée sa main et voir si elle s'enfonçait. En découvrir la température, la densité, et définir les contours des poissons floues qu'elle voyait se déplacer avec aisance. Un son explose dans la pièce et la femme sursaute, surprise, ce crissement, non,

Flashback a écrit:
[...] l'odeur du sang, elle pousse la porte qui vacille un instant, elle entend le bruit d'un crissement, elle fait un pas dans la pièce. Combien de temps s'était-il écoulé depuis sa baignade? Une heure, sûre. Mais pas beaucoup plus. Pourquoi Hope ne répond-elle pas? […]
« - Mais sinon, y a t-il un moyen de... une invocation nous choisit-elle ou est-ce nous?
- Un peu des deux Fawn. N'oublie pas que ces certaines d'entre elles qui nous ont crée. Mais d'autre nous déteste. N'en parlons plus. Nous avons Hope. Elle est bien assez pour nous deux. Crois tu sincèrement que notre âmie serait heureuse d'être remplacée à tes yeux? Elle tient beaucoup à toi. Sûrement comme moi. Elle est très matern...
- Je déteste quand vous parlez de moi en mon absence. » […]


elle se reprend, ne pas se laisser déborder. Rapidement, un mouvement, puis plusieurs, le microcosme s'agite sous ses yeux et elle fait un pas vers la masse d'eau folle. Elle tache de deviner ce qu'il se passe, d'apercevoir si seulement c'était... Fawn se trouve nez à nez avec l'invocation. Le temps se fige le temps d'une respiration. Instinctivement elle porte la main à son cœur. Comme pour vérifier qu'elle respire. Les yeux couleurs de mer agitée se perdent dans ceux d'or du monde ancien. Aucune émotion ne transparait sur leur visage, que ce soit de l'une ou de l'autre. Peut être un soupir de la part de la rousse, avait-elle retenue son souffle jusqu'à ce qu'elle la voit? Qu'allait-il se passer maintenant? Le poids de la dague sur sa cuisse, la fine morsure du fer sur sa peau délicate. Cette invocation était sublime, mais dangereuse. Le temps d'un regard Fawn avait lu son âge, et s'imaginait avec peine ce que l'on pouvait ressentir à avoir été enfermée aussi longtemps. L'être avança son bras, elle semblait fête d'algue, et si l'on percevait sa féminité, elle n'avait rien d'humain. Sûrement est-ce ça qui poussa Fawn à faire un pas de plus alors que la « main » s'arrêta à la limite de l'eau et de l'air. Se retenir de faire la même chose fut moins facile qu'il n'y semblait. Et là, elle l'invita.

"Viens, enfant des pécheurs. Oses franchir la barrière qui te sépare de moi. Viens à moi, pour accomplir ce que tu recherches. Mais fais-le la tête la première. Plonge dans cet abîme qui ne peut que t'être inconnu, et tu comprendras."

Si la sauvage hésita, elle n'en laissa encore une fois rien paraître. Elle était régie par ses instincts. Sa tête était vide sauf du visage de l'être. Et sa voix. Rauque, sensuelle, elle avait dû en attirée des hommes, comme les sirènes dont parlait parfois les pécheurs pour faire fuir les enfants des berges. Avaient-elles donc existé ? Fawn malgré la folie qui transparaissait de son regard avait été instruite dès son plus jeune âge et se souvenait des légendes. Elle fit un pas de plus et son être collait presque à l'eau, suivant l'instruction, elle avança, visage en premier, mais quelle fut sa surprise lorsqu'elle ne sentit pas l'eau, quelle fut sa frustration! Ses sourcils étaient arqués, mais elle reprit vite son impassibilité. Elle était dans une bulle. Un trou dans le puits. Elle inspira l'air vicié. Elle chercha du regard l'invocation et la trouva. Sa voix s'éleva, rauque elle aussi. Elles avaient de ça en commun le manque d'utilisation de leur voix.

« Je suis là. Fawn Sieber El'Daph. Je suis venue pour vous. »

Elle la salua comme elle avait salué Hope la première fois qu'elle... Elle se redresse, se retient de secouer sa tête comme pour mettre de l'ordre dans ses pensées. Était-ce une épreuve? Elle n'avait pas eu peur, du moins, pas assez pour ne pas répondre à l'invitation de l'invocation. Sa peau était ambrée, elle était si... fluide... Et entravée. Sa queue au sol. Ses lèvres se pincèrent en découvrant l'abjection. Était-elle blessée par cette entrave? Elle attendit la suite.
[font=Arial, sans-serif]


Avant toi souvent nue, mais trop vêtue dedans
Ça semble saugrenu, et pourtant. Non, rien de rien, non, je n'oublierais rien.
(E. Frégé)
Revenir en haut
Noviel

Hors ligne


Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 13
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Fawn et sa folie &lt;3
Point(s): 48

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 13:41 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

Un sourire. Comme un éclat.

Mais ce n'était ni la douceur, ni la joie qui avaient donné naissance à cet étirement sur son visage. Elle se rappelait, elle aussi, comment se passaient ses amusantes chasses, il y a longtemps. Il n'y avait même pas besoin de chercher. D'eux-mêmes, ils venaient dans ses bras. D'eux-mêmes, ils venaient rencontrer leur mort, se jetant devant l'apparition irréelle qui apparaissaient sous leurs yeux ébahis. Et dans le cas présent, les similitudes étaient nombreuses. Mais le contexte, tellement différent. Ici, la divinité ne voulait pas spécialement apporter la mort. Si celle-ci arrivait, alors Fawn irait simplement rejoindre quantité d'autres âmes. Simplement.

Comme une bête, régie par des instincts plutôt qu'une réaction réfléchie. Noviel vit avec délice l'humaine plonger dans l'eau. Du moins, laisser sa tête y rentrer. Sage décision. De plus en plus, la Création lui plaisait. Charmée, par le coté si peu humain de celle qui pouvait la délivrer de ces siècles de solitude, d'entraves. Habituellement, l'humain se perdait dans de multiples réflexions qui ne pouvaient avoir cours ici, vu que la divinité dépassait l'humain. Habituellement, l'humain, trop fier pour comprendre, préférait se rebeller, plutôt que d'accepter, d'obéir.

Pourquoi pas elle ?

« Je suis là. Fawn Sieber El'Daph. Je suis venue pour vous. »

Sa voix aussi était charmante. Elle sentait que Fawn ne s'était pas trop mêlée aux siens. Si quelqu'un pouvait jauger l'espérance nouvelle de Noviel, on pourrait éventuellement voir une jauge assez chargée. Mais rien ne transparaissait.

« Fawn Sieber El'Daph. Jeune enfant. Si détachée de son propre monde. Certains m'avaient donné un nom, il y a longtemps. Il se prononçait, Noviel. »

Le dernier mot avait été volontairement prononcé avec un certain accent. Ceux des Veilleurs. La sirène ne savait pas vraiment si cela pouvait lui dire quelque chose, puisque tout ceci datait d'âges immémoriaux. Mais à elle, cela lui faisait plaisir. Un bon début, en sorte. Et sa voix rauque s'éleva à nouveau, résonnant dans l'eau, et même dans l'air sans être déformée.

« Certains ont fait des épreuves, pour tester celui ou celle qui lui était digne. Seulement, comment tester l'inconnu ? » Son sourire s'élargit de nouveau. D'amusement, envers elle-même. « Voilà bien quelque chose que je ne sais pas. Les divinités que nous sommes... que nous étions n'ont pas toutes été intéressée par votre race à l'origine. Vous n'avez apporté que la déchéance, avant votre reprise par les Grands. »

Un silence, alors qu'elle s'approchait pour observer le visage de l'humaine, de près.

« Des tests, il y en a eu quantité. Mais aucun ne donne satisfaction. Vous évoluez. Alors... Il ne reste que la question suivante. D'après toi. De la création ou du créateur. De qui vient la faute ? »

Et tout se figea dans le mini-univers que s'était créé la demi-déesse. Le courant devint inexistant. Les lumières au-dessus, pour guider l'humain vers sa destinée, vie ou mort, s'éteignirent. Les algues, jusqu'alors bougeant presque de vie, devinrent statues inanimées. La déesse elle-même s'arrêta, ses mains se fixant sur la paroi aqueuse. Attendant la réponse.
Revenir en haut
Fawn
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 31
Crédits Avatar: Darkredrose, Deviantartiste
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse, traqueuse et tueuse à mes temps perdus
Invocation(s): Noviel <3
Invoqueur: Ma Folie
Annonce: Personnage en cours
Inventaire: Mes crocs, mes griffes, et tous les outils qui me passent par la main
Double compte: Aeryalis
Point(s): 33

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 16:41 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant




Chacun de ses mots assénés avec une volonté propre. Chacun pouvait s'envoler dans les bulles qui remontaient, fuyaient rapidement à la surface du puits, bien plus haut. Se présentait sous son appellation entière lui avait compter plus qu'elle ne le pensais. Elle avait depuis longtemps renier le nom de son père. Il n'était qu'un pion. Il avait voulu enfermé sa mère dans une prison dorée, il l'avait flétri. Il l'avait rendu plus humaine. Mais ici, trêve de réflexion, elle était devant un demi-dieu, elle ne saurait mentir. L'invocation en retour se présenta elle aussi. Juste après avoir énoncée de Fawn qu'elle était détachée de son propre monde. Elle encaissa. Elle n'était pas détaché du monde, mais au contraire en symbiose propre. A moins qu'elle ne veule parler des hommes, et dans ce cas là, elle ne pouvait guère réfuter. Elle ne voudrait guère réfuter cette affirmation lourde de sens. Elle se contenta d'acquiescer. Aucun mot superflu. Elle murmura juste ce prénom, Noviel. Avec une intonation qu'elle n'avait jamais entendu, mais la rousse ce dit qu'elle avait surement une signification, si pas pour elle, pour l'être majestueux qui se trouvait si proche d'elle. Comme une bulle, là aussi. Une bulle mordorée. L'invocation ne s'arrêta pas là, et plus les mots s'amoncelaient et plus sa voix semblait reprendre de sa vivacité.

« Certains ont fait des épreuves, pour tester celui ou celle qui lui était digne. Seulement, comment tester l'inconnu ? »

Et elle sourit, aussi incroyable que cela puisse paraitre. Fawn voulu s'approchait, mais elle ne voulait pas tester la solidité de la bulle dans laquelle elle se trouvait. Elle avait comprit ses paroles. Sa mère avait été testée par le passer aussi, et aujourd'hui sa fille prenait le flambeau. Si elle savait pleurer, peut être aurait-elle verser une larme. Elle se contenta de pencher sa tête de côté et de scruter l'eau, scruter la prisonnière. Il n'y avait rien à dire, elle la laissa reprendre.

« Voilà bien quelque chose que je ne sais pas. Les divinités que nous sommes... que nous étions n'ont pas toutes été intéressée par votre race à l'origine. Vous n'avez apporté que la déchéance, avant votre reprise par les Grands. »


La rousse ne baissa pas la tête, elle avait conscience de cela, elle aurait voulu lui hurler! Mais à quoi bon. Elle n'en n'était pas. Elle releva même le mentant, pour la défier d'oser dire le contraire. Mais notre sauvage savait très bien qu'au fond d'elle même rester l'humanité. Elle songeait que l'homme la refusait pensait qu'elle le rendait faible. L'homme était perclus de doutes et de désirs, il ne vivait que pour lui et elle même ne pourrait se tarder de dire le contraire. Elle se maitrisait pourtant, pour ne pas... Pour ne pas quoi? Utopiste, Fawn? Non. Elle pensait juste à se venger. Une seule pensée à la fois. Alors qu'elle s'enfonçait dans les dédales de son esprit tordu, Noviel la mit face au mur. A elle de voir si elle était capable de trouver la faille dans la fondation et de le détruire. Elle s'était approché pour le lui dire, et la femme lutait pour ne pas la rejoindre, un pas de plus et ce serait la fin. Elle le sentait. La curiosité portait à son extrême finissait toujours par emporter les soldats.

« Des tests, il y en a eu quantité. Mais aucun ne donne satisfaction. Vous évoluez. Alors... Il ne reste que la question suivante. D'après toi. De la création ou du créateur. De qui vient la faute ? »


Parlait-elle de leur création ou du peuple humain? Un éclair émotif éclaira un instant le visage de la rousse, ses sourcils se froncèrent et ses poings se serrèrent. Il lui fallait réfléchir avant de parler, ne pas se noyer. Choisir les mots qu'elle espérait juste. Le doute, ce fameux doute, glaça ses veines et fit vaciller son assurance. Le tout en espace d'une demi-seconde, le temps de se reprendre. Et le temps de se rendre compte que le monde s'était arrêté de tourner, du moins, le monde de Noviel. Elle respira longuement. Les minutes s'écoulèrent, peut être plus, la notion du temps était déformée dans une telle situation. Elle ouvrit la bouche à plusieurs reprises pour parler mais se retint au dernier moment. Elle sembla être alors le seul « poisson » du puits, hors de l'eau, en train d'étouffer dans tout ses préjugés. Elle avait voulu lâcher: « vous! » mais elle ne serait pas en vie. Elle n'aurait pas connu... Elle coupa court à ses questions existentielles pour répondre:

« La création a bien elle même était créée, non? Et si c'était la faute de ce même créateur? Car en ne créant pas la création, celle ci n'aurait pas pu créer à son tour. Le serpent se mord la queue. Le but n'est pas de blâmer. On ne peut revenir en arrière. On peut juste... »

Cette phrase la bouleversa. Elle se mordit fortement la lèvre et reprit, plus sûre d'elle:

« … faire en sorte que ça n'arrive plus. S'améliorait. Ou arrêtait tout. »

Elle croisa les mains derrière son dos. Elle avait conscience que si ça réponse ne plaisait pas à Noviel, cette dernière la regarderait sûrement mourir. Elle avait dû en voir d'autre, au vue de l'odeur. Mettrait-elle du temps à s'en remettre? Fawn ne pensait pas à ça, elle avait répondu ce qu'elle pensait, que ça plaise ou non. Pour de bon, elle ne se sentait pas de mentir ou d'édulcorer.

« Et toi, qu'en penses-tu Noviel? En veux-tu aux Grands? A nous peut être. »



Avant toi souvent nue, mais trop vêtue dedans
Ça semble saugrenu, et pourtant. Non, rien de rien, non, je n'oublierais rien.
(E. Frégé)
Revenir en haut
Noviel

Hors ligne


Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 13
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Fawn et sa folie &lt;3
Point(s): 48

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 17:49 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

Fierté, folie.

C'est ainsi que la déesse interprétait les diverses réactions de Fawn. Oscillant sans cesse entre le réel, et l'irréel. Le passé, et le présent. Cet être humain commençait réellement à soulever un intérêt. Les anciennes habitudes revenaient. La volonté d'étudier l'espèce, en étant proche d'elle. La voir évoluer dans un espace. Pouvoir apprendre de celle-ci. En tous cas, dans la mêlée de sentiments divers qui se lisaient avec plus ou moins de facilité dans sa prétendante, il y avait aussi la compréhension. Sûrement, une personne proche d'elle avait aussi eu une divinité à son ... Service.

Service. Ce mot, même en pensée, l'énervait un peu. Il n'y avait pas de serviteur, ni de Maître, normalement. Simplement une symbiose qui devait se créer. Selon Noviel, le créateur, au tout départ, avant même le commencement de la vie du créé, se devait de penser à toutes les réactions possibles qui pouvaient se passer. Ainsi, il n'y aurait de dépendance nulle part. Certains êtres étaient complémentaires, certes. Mais aucun des enfants de la Sirène d'Ambre n'avaient été fait de manière inutile. Elles évoluaient dans le système, tout en le faisant évoluer elle-même. Et cela... Elle le ressentait aussi chez la jeune femme.

L'envie. Mais pas encore.

Il fallait encore attendre sa réponse. La tension était palpable dans les environs. Évidemment, Fawn ne possédait pas tous les éléments pour avoir la "réponse parfaite". Mais celle-ci n'était même pas recherchée. Le parfait n'existe pas. D'ailleurs, la rousse sembla hésiter. Sa bouche s'ouvrait, pour mieux se refermer l'instant d'après. Mais la réponse vint finalement, en plusieurs parties.

« La création a bien elle-même été créée, non? Et si c'était la faute de ce même créateur? Car en ne créant pas la création, celle ci n'aurait pas pu créer à son tour. Le serpent se mord la queue. Le but n'est pas de blâmer. On ne peut revenir en arrière. On peut juste... faire en sorte que ça n'arrive plus. S'améliorer. Ou arrêter tout. »

Finalement les connaissances n'étaient peut-être pas si nécessaires que cela. La réponse, bien que confuse, donnait beaucoup d'éléments de réponses. L'image n'était guère compréhensible pour la sirène, n'ayant pas franchement l'habitude des expressions humaines. Mais elle comprenait l'intention. Fawn avait donc décidé que la faute revenait aux créateurs. Seulement, elle remontait un peu trop haut. Cette sauvage était forte. Les risques de mort, dans cette bulle étaient très présents. D'ailleurs, au fur et à mesure qu'elle énonçait sa réponse, la bulle commença à rétrécir, autour de celle aux cheveux de feu. Peu à peu, l'air aussi devait se raréfier, à l'intérieur de cette maigre protection.

« Et toi, qu'en penses-tu Noviel? En veux-tu aux Grands? A nous peut être. »

Lentement, le cours de la vie reprenait sa route, dans le puits. Le courant s'était ravivé, redonnant du mouvement aux algues. Plus haut, les lucioles d'eau qui faisaient office de lampes s'étaient rallumés. Et enfin, Noviel.

La sirène s'était encore rapprochée de sa proie. De ses mains, puis de ses bras, elle avait brisé la limite entre l'air et l'eau. De ses doigts, elle caressa chaque joue de la jeune femme, avant de lui prendre la tête, pour l'avancer vers la sienne. L'approcher jusqu'à n'être qu'à quelques centimètres l'une de l'autre. La voix qui s'éleva alors avait recouvert sa puissance d'antan : un murmure chanté.

« Les Dieux ne sont pas coupables. Les humains non plus. Les créateurs directs le sont. C'est le pourquoi de cette appellation. Enfants des pécheurs. Seulement, vois-tu, vos anciens Créateurs n'ont jamais été punis. Le fardeau a été déposé sur les épaules de tous. Si j'en veux à quelqu'un, c'est à eux. Ceux qui vous ont créé à la base. Si les Grands Dieux sont coupables de quelque chose, ce serait de gentillesse. Ils les ont laissés... Vivre. Et ils vous ont recréés. N'est-ce pas une incitation, à la vengeance ? »

La bulle se rétrécissait toujours. Mais avant que la jeune femme ne puisse plus être contenue à l'intérieur, elle fut éjectée de celle-ci, pour retourner à l'extérieur, en douceur, mais pas par le coté où elle était arrivée. Mais autre part. Sur une plate-forme unique. Devant Fawn, un seau. Celui de la fin. Plus forte, et redevenue rauque, la voix de Noviel s'éleva à nouveau.

« Maintenant, à toi de voir, Fawn Sieber El'Daph, si tu veux franchir le pas. Si oui. Brises ce sceau. Sinon. Il ne te restera qu'une solution... »
Revenir en haut
Fawn
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 31
Crédits Avatar: Darkredrose, Deviantartiste
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse, traqueuse et tueuse à mes temps perdus
Invocation(s): Noviel <3
Invoqueur: Ma Folie
Annonce: Personnage en cours
Inventaire: Mes crocs, mes griffes, et tous les outils qui me passent par la main
Double compte: Aeryalis
Point(s): 33

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 13:42 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant




Fawn était une femme toute en nuance. Force est de constater que l'invocation l'était elle aussi. La rousse prenait des grands risques en provoquant presque Noviel. L'air se raréfiait, elle n'y pensait pas, elle avait fait en sorte que chacune de ses respirations soient maitrisées non pas pour se protéger de l'asphyxie mais d'une crise de démence comme celle qui l'avait prise à son réveil alors qu'encore une fois elle se rendait compte de l'absence de ses êtres si chères qu'on lui avait arraché. Mais alors qu'elle parlait, elle se rendit compte que la bulle d'air se resserrer dangereusement vers elle. Elle ne faisait que dire ce qu'elle pensait, rien de plus, et si la mort venait la cueillir, elle ne pourrait rien y changer. Elle finit sa phrase sans artifice aucun.

Elle lui retourna même la question, curieuse. Après tout, savoir ce qu'en pensait la sirène l’intéressait, surtout si au final elles passeraient une vie ensemble... La vie reprend sa course, les poissons étranges leur danse. Même ceux qui illuminaient le puits, ceux la même qui avait empêcher à la sauvage de se briser le cou. Noviel elle même semblait vivre à nouveau, et elle s'approchait de Fawn qui ne recula pas. Les mains lisse et aqueuse franchir la fine limite de l'air et de l'eau sans en éclater la bulle. Elle sentit l'humidité tiède sur ses joues et frissonna lorsqu'une bille d'eau roula sur celles ci. Elle s'approcha encore, pour lui murmurait alors que Fawn fermait les yeux, presque, la voix enchanteresse de Noviel ne faisait plus aucun doute. Elle charmait. Et quand bien même Fawn savait pouvoir se reculer pour rompre ce chant, elle n'en fit rien. Elle voulait entendre la réponse.


« Les Dieux ne sont pas coupables. Les humains non plus. Les créateurs directs le sont. C'est le pourquoi de cette appellation. Enfants des pécheurs. Seulement, vois-tu, vos anciens Créateurs n'ont jamais été punis. Le fardeau a été déposé sur les épaules de tous. Si j'en veux à quelqu'un, c'est à eux. Ceux qui vous ont créé à la base. Si les Grands Dieux sont coupables de quelque chose, ce serait de gentillesse. Ils les ont laissés... Vivre. Et ils vous ont recréés. N'est-ce pas une incitation, à la vengeance ? »

Elle n'était pas à l'origine des humains, c'était sûr. Et elle ne voulait à ses frères et sœurs cette action. La vengeance coulait dans ses veines autant que celle de Fawn. C'était de la lave qui coulait dans leurs veines, une lave qu'aucune eau, si glacée fut elle, ne pourrait arrêtée. Elle voulut répondre. Mais les mots se bousculaient à ses lèvres d'une manière trop brut pour qu'elle puisse les aligner sagement. Des larmes pointèrent à ses yeux en une rage folle. Et là, la bulle l'éjecta, elle se retrouva sur une petite place, tout assez grande pour contenir deux personnes. Et à la place de la seconde personne, un sceau. Elle voulut se retourner pour apercevoir Noviel, pour poursuivre la conversation. Comme si elle le comprenait, elle prit parole. Sa voix n'était plus enchanteresse comme l'instant d'avant, mais plus forte, avec des notes qui prenaient, elle savait se faire entendre.

« Maintenant, à toi de voir, Fawn Sieber El'Daph, si tu veux franchir le pas. Si oui. Brises ce sceau. Sinon. Il ne te restera qu'une solution... »

Elle scruta se dernier, et avant que Noviel eut finit de parler, elle explosa le cercle, le sceau, du poing, avec force. Il se fissura, et avant qu'elle se demande la suite, un tremblement sourd parcouru la pièce. Elle serra les poings et se tendit, alors qu'elle voyait les algues qui parsemaient le puits se pressait sous la plateforme, et de la pousser vers le haut avec une lenteur, mais une force qu'elle n'aurait pas penser.

« Tu savais ce que j'allais faire, on se retrouve en haut. »

Lui dis alors que j'entendis plus que je ne vis les chaines se défirent de sa queue. Je me demandais comment on allait faire, pour l'eau. J'avais hâte, tellement hâte de sortir avec elle.

Flashback a écrit:
[…] Elle entra dans la pièce, tout était calme, si calme. Un nœud lui serrait l'estomac alors qu'elle se dirigea vers la pièce attenante à la grande pièce où elle mangeait, et même de là elle sentait cette odeur cuivrait. Elle découvrit alors, au sol, sa mère, son amie. Doe. Le spectacle lui souleva le cœur. Un hurlement mourut à ses lèvres, et elle se réveille en sursaut. Il est tôt, mais aujourd'hui, elle allait au temple de l'eau. Elle le devait. Pour elles. Elle ne pouvait laisser ce crime impuni. Pourquoi le temple de l'eau et pas celui d'Hope ? Parce qu'elle ne serait jamais sa mère. Et aussi par rancune. Elle se demandait souvent pourquoi Hope n'avait pas fait quelque chose pour[...]


La plateforme s'arrêta enfin, elle fit un pas sur le sol et se retourna vive vers le puits. L’adrénaline courait encore dans ses veines. Noviel devait avoir envie de gouter le nouveau monde.



Avant toi souvent nue, mais trop vêtue dedans
Ça semble saugrenu, et pourtant. Non, rien de rien, non, je n'oublierais rien.
(E. Frégé)
Revenir en haut
Noviel

Hors ligne


Inscrit le: 11 Mar 2013
Messages: 13
Féminin Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Fawn et sa folie &lt;3
Point(s): 48

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 20:46 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

Le début d'une longue quête.

C'est ce qui était désespérément espéré, par la divinité. Si proche de sa liberté. Liberté toute relative, puisque selon les ordres Divins, elle se devrait d'obéir à tout ordre de la rousse. Si cette dernière savait ou non ce détail, Noviel en doutait. Néanmoins, elle n'avait aucune envie de lui raconter qu'une fois le "pacte" scellé, la volonté de la Sirène d'Ambre passerait secondaire, par rapport à celle de l'invocateur. D'après ce qu'elle avait pu apercevoir de la sauvage, même si elle avait su, elle n'allait pas lui ordonner des choses contre sa volonté, mais sait-on jamais. Les humains étaient si changeant. Certains pouvaient si facilement mentir.

Un bref souvenir. Une fois où un prétendant était venu à elle. Lui promettant vengeance et gloire. Alors qu'il n'était qu'un coir. Ayant réussi à le jauger, Noviel l'avait broyé sous la pression de l'eau qui lui était tout a coup tombé dessus. Puis les algues s'étaient chargées du reste, sous le regard doux, mais impassible de l'Être divin. Ici, c'était différent. Fawn avait tellement peu l'air humaine... Peut-être ce genre de tentations ne l'atteignaient pas. Qui sait.

Et le lien fut brisé.

D'un coup de poing rageur, la rousse fissura le sceau, sur toute la longueur. En même temps que le tremblement tour qui secoua la pièce, la chaîne qui avait reliée Noviel au sol pour une éternité se fissura, pour finalement se briser. Liberté. Ce mot résonnait dans le cœur de l'être issu de l'eau. Un sourire mêlant de nombreux sentiments fixé sur son visage, elle fit quelques larges cercles dans l'eau et d'autres figures plus complexes, ne se souciant guère de l'humaine qui montait, soulevée par ses algues. Puis finalement, elle la rejoignit, élevant son buste hors de la surface de l'eau à l'aide de sa puissante queue. Tout cela pour lui parler. Brièvement.


« Fan Sieber El'Daph. Désormais, et sûrement jusqu'à ta mort, je te serai liée. Nul lien, mis à part celle, définitive, qui sépare les vivants des défunts, ne pourra nous séparer. Remontes à l'extérieur. Vu que je n'ai ni jambe, ni ailes, je ne peux te suivre sur la terre ferme. Mais maintenant que le sceau a été brisé, divers portes se sont ouvertes, sans compter la chaîne qui s'est brisée. Va. Je te rejoins. »

Et sans même attendre de réponse de la part de son invocatrice, elle replongea à nouveau. A toute vitesse. Après des siècles d'immobilisme, c'était une joie de pouvoir se donner à fond. Frôlant pierres et gravats, algues et animaux qui étaient nés dans le dédale de tuyaux qui reliait la cellule de Noviel au "monde du dehors", elle fonça. Prenant les tournants à 90° à toute vitesse, sans heurter quoi que ce soit, elle riait.
Sa voix, enchantée, et enchanteresse résonnait malgré l'environnement qui aurait du assourdir les sons. Heureuse, et là, elle l'exprimait, elle fila jusqu'à l'extérieur de ce royaume d'ombres, de souffrances, et d'attente. Sûrement, la jeune femme serait déjà sorti du temple, l'attendant à l’extérieur. Et sous ses yeux, elle sortit du lac comme une fusée. Poussée à grande vitesse par sa queue, elle s'expulsa du lac en un saut majestueux, avant d'y retomber avec une grâce toute naturelle.

Calmée, mais toujours, souriante, Noviel s'avança enfin vers Fawn, tout en observant le reste du monde avec avidité. Elle ne connaissait rien de celui-ci. Cette nouvelle création des Grands Dieux ne pouvaient qu'être parfaite. Mais quelles lois avaient-ils instaurés ? Ils avaient pris la peine de la peupler de manière correcte d'après ce qu'elle avait compris au fil des ans. Jusqu'à quel point. Tel était la question. De plus... que devait-il se passer, maintenant ? Une interrogation lui vint à l'esprit, alors qu'elle maintenant son buste hors de l'eau.


« Une question que je n'avais même pas posé. Pourquoi m'avoir libéré, et que faisons-nous, maintenant ? »
Revenir en haut
Fawn
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 31
Crédits Avatar: Darkredrose, Deviantartiste
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent Eau
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse, traqueuse et tueuse à mes temps perdus
Invocation(s): Noviel <3
Invoqueur: Ma Folie
Annonce: Personnage en cours
Inventaire: Mes crocs, mes griffes, et tous les outils qui me passent par la main
Double compte: Aeryalis
Point(s): 33

MessagePosté le: Lun 18 Mar - 20:12 (2013)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux. Répondre en citant

Suivez nous par là ➔ La vengeance est plus douce que le miel


Avant toi souvent nue, mais trop vêtue dedans
Ça semble saugrenu, et pourtant. Non, rien de rien, non, je n'oublierais rien.
(E. Frégé)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:13 (2016)    Sujet du message: Un avant goût... aqueux.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple de l'Eau Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com