Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Rêveries
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 14:40 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant


« Les humains peuvent être assez déconcertants, des fois. Surtout lorsqu'ils tentent l'impossible. »



    Silence.
    Je restais immobile, observant le petit groupe d’humains depuis la cime d'un arbre. Ma vision développée me permettait de les examiner en détail sans avoir besoin de trop m’approcher. Le premier d’entre eux était un homme à la carrure imposante, il avait une hache avec lui. Je supposais donc qu’il allait couper des arbres, certainement pour ensuite le brûler et ainsi se réchauffer. Enfin, ce n’était qu’une hypothèse. La seconde personne était un petit garçon, sûrement le fils. Il accompagnait donc son père d’un air guilleret, chantant l’air d’une chanson que je n’avais jusqu’à présent jamais entendu. Il y avait à leur côté une femme, et une jeune fille, qui les suivaient en restant un peu en retrait. Au fur et à mesure que ce qui semblait être une famille progressait dans la forêt, je sautais sur la cime d’un autre arbre, et ainsi de suite, tout en restant le plus silencieux possible. De toute manière, j’aurais aussi bien pu faire gronder le tonnerre que ces idiots n’auraient pas plus réagi. Même la lumière du soleil qui réfléchissait sur mes écailles ne suffisait pas à me faire repérer. Je n’étais pas plus discret que d’habitude et ils ne me remarquaient pourtant pas. Je me demanderais toujours pourquoi mes frères et sœurs avaient décidé de créer un être aussi chétif et fragile. Là, maintenant, il m’aurait suffi de sauter et de donner un coup de griffes pour tous les tuer en un instant. Ca aurait été tellement facile. Mais je n’étais pas cruel à ce point-là. Et puis, j’étais ici pour les espionner et en apprendre plus sur eux et leur comportement, pas pour faire une boucherie. Même s’ils étaient de ceux qui coupaient des arbres pour leur simple confort, je n’avais vraiment mon mot à dire. Car à moi aussi il m’était arrivé de dévaster une ou deux forêts sur le coup de la colère… Sauf que moi, au moins, je ne le faisais pas exprès.

    Je poussais un petit soupir. Il ne se passait rien de bien excitant, en réalité. Moi qui pensais que suivre ces petits bonhommes pourrais me révéler des choses intéressantes, ou donner lieu à une situation amusante, je m’étais trompé. Ils avaient une vie au moins aussi banale que celle que les Demi-dieux avaient. J’étais assez déçu, dans le fond. Moi qui avais cru que les humains mettraient un peu de piment dans ma vie. Enfin, j’en demandais peut-être beaucoup. Après tout, si je n’allais pas les asticoter moi-même, il était évident que ce serait moins distrayant. Mais aujourd’hui, je n’étais pas vraiment d’humeur sadique. Ni joueuse. Là, maintenant, j’étais juste calme. Au moins autant que la petite brise qui soufflait en ce moment même. Hm… Je me demandais quand est-ce que quelque chose ou quelqu’un pourrait me permettre de sortir un peu de l’ordinaire. De faire en sorte que cette lassitude parte au loin, très loin, et ne revienne pas avant un bon bout de temps. C’était peut-être trop demandé, après tout.

    Les Hommes s’approchaient de plus en plus du cœur de la forêt, là où vivait le plus grand arbre de cette forêt. Celui dont la cime devait être deux fois plus haute que les autres, et dont le tronc devait être aussi épais que… que… Eh bien, il n’y avait pas trop de comparaison à son tronc. Il était simplement énorme. Je me demandais d’abord pourquoi ce groupe se dirigeait par ici, avant qu’une autre hypothèse me vienne à l’esprit. Oh, je me trompais peut-être, peut-être étais-je à côté de la plaque. Mais en observant la hache que tenait les deux adultes, et la jeune fille, je supposais qu’ils allaient tenter d’abattre cet arbre. Je rigolais doucement. Si c’était là ce qu’ils souhaitaient faire, ils risquaient d’être déçu. Ils mettraient bien des années avant de le couper. Même à plusieurs. Les actions des humains étaient parfois un peu déconcertantes, à vrai dire… Pourquoi tenter quelque chose d’impossible à faire ? Enfin, là encore, peut-être me trompais-je sur leur intention. Qui sait ? Je n’étais pas dans leur tête, je ne pouvais pas lire dans leur pensée. Ce qui était bien dommage, d’ailleurs.





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »


Dernière édition par Hélios le Dim 17 Mar - 15:57 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 13 Mar - 14:40 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 15:50 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

Cela faisait plusieurs jours que Samiel était caché à l’intérieur de l’épais feuillage du Roi de la forêt. Il était resté là, silencieux, à épier les humains qui s’afféraient activement à son large pied. Un petit campement de fortune avait été dressé et le groupe de bucherons s’activait durement à la mission de scier le tronc de ce chêne bien deux à trois fois plus vieux que le plus âgé d’entre eux.

Il était curieux de voir à quel point cette race, depuis qu’elle avait été créé, s’obstinait à faire des choses improbables. Ce qui se déroulait sous ses yeux en était encore bien la preuve. Pourquoi se compliquaient-ils la tâche avec cet arbre immense alors qu’à coté d’eux se dressait des centaines de millier d’autres beaucoup plus chétifs ? Donc, suivant une logique implacable, il est facile de deviner que ces derniers étaient pourtant plus simple à abattre. Donc oui, pourquoi celui-là et pas les autres? Poussé par sa curiosité, Samiel s’était alors motivé pour les observer afin de tenter de comprendre et trouver une réponse à sa question. De plus, si un enfant de Terra passait par là, l’avenir de ses Hommes n’était alors plus qu’une douce promesse d’action ! Une sourire en coin se dessina sur ses lèvres rien qu’à l’idée de cette pensée.

Cependant, il se trouva que la patience de notre oiseau rieur semble avoir certaines limites qu’il s’apprêtait à franchir à l’instant un tantinet agacé. Malgré ces quelques jours d’observations aucunes solutions tangibles n’expliquaient leur comportement. C’est alors, que cherchant à mettre en place une farce pour se distraire un peu, un nouveau groupe d’humains fit son apparition. Intrigué, le demi-dieux bougea sa tête pour mieux distinguer les nouveaux venus. Un homme, accompagné de ce qui sembla être sa femelle et sa progéniture, s’avancèrent vers le petit groupe qui avait alors fait une pause. Cependant il s’attarda pas sur l’attroupement d’Hommes car il avait ressenti quelque chose de beaucoup plus fort et intéressant. *Hummm.. étrange, songea-t-il.* De la magie volait dans l’air faisant pétiller son regard. Un de ses frères était là, lui aussi, dissimulé dans l’ombre d’un feuillage. Il ferma les yeux et tenta de deviner sa présence même si sa tentative fut vaine.

Soudain une idée lui traversa l’esprit. Une idée de génie même ! Puis Samiel avait besoin de jouer depuis le temps qu’il était resté dans ce maudit chêne sans rien faire ! Puis après tout, il ne ferait rien de mal… Se focalisant sur ses propres pouvoirs il fit que le ciel d’un bleu limpide s’assombrisse juste au dessus de l’arbre géant au cœur de la forêt et qu’un vent mugissant fasse trembler les feuilles avec colère. L’orage gronda annonçant alors ses propos avec fracas.

« Quels vils créatures osent s’attaquer au puissant esprit de la forêt ? mugit-il d’une voix forte et caverneuse tout en se retenant d’éclater en un fou rire voyant l’expression terrifiée de ses victimes. Qui désire donc voir s’abattre sur lui la colère du grand esprit ?! »

Ne bougeant pas de sa cachette, il espéra alors très fort que son confrère entre dans son jeu. Peut-être que celui-ci n’appréciait pas son humour? Ma foi de toute façon, agissant ainsi, il avait également volontairement indiqué sa position.




Revenir en haut
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 16:23 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

    Le petit groupe d’humains continua à avancer, pendant que je les suivais dans le plus grand silence. J’aurais presque pu partir, tellement je m’ennuyais. Mais je n’avais rien d’autre à faire, alors autant continuer cette activité, aussi monotone soit-elle. Je sautais de cimes en cimes, silencieux et concentré, observant chaque fait et geste de cette petite famille. D’ici, je pouvais les entendre parler, sans pour autant faire plus d’efforts pour écouter leur conversation. Ce qu’ils pouvaient être lent… Ce que j’aurais rejoint en quelques minutes, voir secondes, ils le faisaient en une bonne heure au moins. Mais bon, j’étais immortel, alors je ne considérais pas tant que cela du temps perdu.
    Ils arrivèrent enfin à cet arbre centenaire, et je remarquais un autre groupe d’Hommes qui étaient assis non loin. Oh, c’était donc cela… Ils se regroupaient pour être plus efficace. L’union fait la force, à ce qu’on disait. C’était le moment pour ces êtres chétifs de me le prouver.

    Je sentis tout à coup une étrange présence. Autre que celle des humains. Je regardais autour de moi, sans remarquer quoi que ce soit d’anormal. Je me concentrais alors un peu plus sur cette dite présence. De la magie en émanait, ma conclusion fut donc rapide. C’était également un Demi-dieux. Et il n’était pas si loin que cela. Cependant, même en rapportant toute mon attention sur lui, je ne parvenais pas à mieux le localiser. Au mieux, je savais qu’il ne devait pas être bien éloigné, si ce n’était même tout proche. Soudain, je vis le ciel se recouvrit au dessus de l’arbre centenaire de nuages noirs, tandis que le vent se mit à souffler avec force. Je fus moi-même forcé de m’accrocher un peu mieux à la branche sur laquelle j’étais perché, afin de ne pas perdre l’équilibre et ne pas tomber. Il serait dommage de me faire repérer aussi rapidement.

    « Quels vils créatures osent s’attaquer au puissant esprit de la forêt ? Qui désire donc voir s’abattre sur lui la colère du grand esprit ?! » Rugit une voix que je ne reconnaissais pas

    Les humains réagirent aussitôt. Les uns en poussant quelques cris affolés, tandis que les autres sursautaient en regardant tout autour d’eux. Je ne pus retenir un petit sourire en observant leur réaction apeurée, rien que lorsqu’ils avaient entendu une simple voix caverneuse et vu le ciel s’assombrir. Ainsi donc, les Hommes se montraient également peureux face à l’inconnu ? Intéressant. Je ne les pensais pas à ce point couard, même si cela pouvait donner lieu à des scènes amusantes, comme on pouvait le voir ici. Je ne doutais pas que si mon frère en faisait de trop, l’un de ces êtres pourraient réellement mourir d’une crise cardiaque.

    Le silence qui s’ensuivit m’indiqua que le perturbateur m’invitait à « jouer » avec lui. Je réfléchis rapidement. Ce n’était pas dans mes habitudes d’avoir une attitude aussi… immature. Mais il fallait avouer que je m’ennuyais ferme en ce moment. Après réflexion, je décidais de prendre part à ce divertissement. Mais discrètement. Faire deux ou trois choses suffiraient à effrayer ces mortels, sans aucun doute. C’est dans cette pensée que je descendais de branche en branche, pour me retrouver à ras du sol. Je ne comptais pas prendre la parole d’un ton caverneux, comme l’avait fait le Demi-dieux, mais plutôt tourner autour du groupe pour leur faire croire qu’ils étaient encerclés. Ce que je dis donc, tout en contrôlant ma vitesse pour qu’ils ne puissent voir que des ombres passer. Je faisais de temps à autre des pauses, pour augmenter la réalité de cette machination. Cela fonctionnait à merveilles : ils semblaient plus qu’apeurés, et ils étaient devenus aussi blancs que des fantômes. Amusant.
    Après quelques minutes à peine à leur tourner autour, je m’arrêtais, et localisais rapidement mon frère. Si je ne me trompais pas, il devait être… dans l’arbre centenaire. D’un bond puissant, sans même utiliser mes ailes, je le rejoins, faisant ainsi croire aux humains qu’un esprit quelconque était « entré » dans le tronc ou je ne sais quoi d’autre, que leur imagination pouvait leur faire croire. Je ne mis pas longtemps à voir le Demi-dieux, et je remarquais qu’il devait faire pas mal d’efforts pour ne pas éclater de rire. D’un pas furtif, je me posais à côté de lui, tout en lui jetant un coup d’œil complice. J’étais tenté de me présenter dès maintenant, mais il suffirait qu’un de ces mortels m’entende et nous serions grillés. Alors je restais silencieux, et, à l’aide de mon Pouvoir, je créé une illusion faite de vent, semblable à un fantôme. Lorsque le résultat m’eut satisfait, j’en refis de nombreux autres, jusqu’à atteindre la dizaine. J’en fis se rapprocher quelques unes des Hommes, laissant à mon frère le soin de peaufiner le reste.





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 17:31 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

Voila que le petit groupe de mâles s’était uni en cercle, armes tremblotantes en poing, protégeant la femelle qui tenait contre elle, enlacé dans ses bras, ses enfants . Les petits d’Homme ruisselant de larme poussaient des petits cris effrayés à chaque grondement que l’orage faisait éclater. Samiel se demanda alors, très amusé de la situation, combien de temps encore la hardiesse des adultes pouvait-elle braver son ingénieuse mise en scène.

Son acolyte, vu qu’il avait saisi de façon tout à fait remarquable son invitation, venait alors d’apparaitre à ses cotés. Il était bien un digne fils d’Aer a posséder une tel célérité et fluidité dans sa façon de ce mouvoir! Il ne s’était donc pas trompé en reconnaissant un frère quand il avait senti sa présence. Gonflant ses joues afin de ne pas céder à un fou rire face à la nouvelle machination dont le petit dragon venait de faire part, Samiel se concentra pour reprendre un peu de sérieux. Rendant son clin d’œil complice à son compagnon, il ajouta de sa voix lente mais grave et puissante :

« Tremblez pauvres mortels ! L’heure est venue ! Voici venir les âmes de mes enfants dont vous avez ôté la vie pour vous ramenez dans les entrailles de la terre…. »

Samiel, depuis quelques temps, avait remarqué que l’espèce humaine possédait un instinct de survie plus fort de la moyenne des autres êtres vivants sur cette planète. Dans certain cas, l’Homme était prêt à réaliser de grandes choses pour pouvoir vivre un peu plus longtemps. Des sacrifices parfois si surprenants. Malheureusement pour eux, Samiel est une divinité qui aime particulièrement être surprise. Cette façon de pensée peu surement vous paraitre pathétique mais, pour lui, tout ceci est tellement amusant. Lui, l’immortel qui a encore bien du mal à saisir cette obsession à luter contre le temps et à toujours vouloir repousser la mort.

« Que mes racines soient vos tombeaux…., murmura ténébreusement l’oiseau bleu en un écho morbide. »

Alors qu’une des illusions fantomatiques de son nouvel ami venait de s’approcher un peu trop prêt de ce cercle terrifié, un des hommes se tenta à lancer une première attaque offensive hasardeuse. Sa lame traversa la forme translucide constitué d’air et dans son élan la hache se planta dans le sol meuble. L’un de ses compères, paniqué face à cette tentative raté, prit peur et lâcha son arme avant de s’enfuir en courant. *Cours donc, ta lâcheté sera récompensée, songea Samiel tout excité.* Rapide, il fit s’abattre un éclair près du fuyard qui trébucha et tomba au sol dans un hurlement à s’arracher les cordes vocales.

Soudain, la femme lâcha ses enfants et se jeta à genou face à l’arbre implorant grâce et pitié. Voila que la femelle semblait montrer plus de bravoure que ses compagnons. Elle devait surement être poussée par son instinct maternelle. Samiel sourit et se tournant vers le petit reptile doré :

« Combien es-tu prêt à parier que plus aucun d’eux n’osera jamais recouper ne serait ce qu’une brindille après ça… mais plus amusant encore, jusqu’à quels sacrifices penses-tu qu’ils seraient prêts à céder pour sauver leur misérables vies ? »

Chuchotant ensuite à son ami de bien observer ce qui allait suivre, il se métamorphosa en une drôle de créature aux formes humanoïdes et un nouvel éclair zébra le ciel avant de tombé face à la mère éplorée. Quand la lueur disparu, Samiel sous sa forme d’emprunt, était là face à eux et posa un regard lourd sur ses victimes. Tous eurent un hoquet de stupeur et courbèrent l’échine face à la divinité fraîchement apparue.

- Infâmes êtres souillant ma forêt comment osez vous implorer mon pardon !
- Par pitié nous ne pensions pas à mal ! Epargnez au moins nos enfants…
- Crois-tu que ta vie impie, que vos misérable vies, pourront soulager ma douleur !
- Je vous en supplie… je vous promets que plus jamais…
- Il suffit ! rugit-il.

La farce avait pris une tournure malsaine dont Samiel se délectait. Les humais apprenaient vite de leurs erreurs mais n’agissaient nullement à l’avenir pour tenter de les réparer. Il avait réussit à récolter beaucoup de promesses en l’air durant toute ses années à se jouer d’eux et presque jamais un Homme n’avait tenu parole.

« Je vais invoqué l’esprit de Vérité. Alors, chacun d’entre vous se présentera à lui ,et lui seul, décidera de l’avenir qui vous sera destiné faibles mortels… »

Se régalant à prendre un pause absurde, il se mit à marmonner une série de phrases dans un langage complètement fictif et ridicule la fameuse incantation pour permettre à son ami de se joindre aux festivités et de s’amuser lui aussi de la naïveté de ces pauvres gens.




Revenir en haut
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 18:16 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

    Pendant que j’observais cette scène pour le moins comique, je remarquais que les joues du Demi-dieux s’étaient gonflées, pour sûrement pour s’empêcher de partir dans un fou rire. Je devais avouer que moi-même résistais à l’envie d’éclater de rire, mais je parvenais un peu mieux à me retenir, sûrement parce que j’étais habitué à être plus calme d’ordinaire. Je buvais presque les paroles que prononça mon frère lorsqu’il tenta de reprendre son sérieux, sur un ton grave et puissant. Ma queue fouettait l’air avec force, témoignant de mon amusement, en contraste avec le simple petit sourire qui naquit sur mes lèvres. Je ne me souvenais pas depuis combien de temps je ne m’étais pas amusé ainsi. Pour une fois que quelque chose pouvait me divertir. J’en bénissais presque ce Fils d’Aer pour apporter un peu de distraction dans ce monde. Ce qui me fit d’ailleurs noter que, lui, c’était un cas bien particulier. Je n’avais jamais rencontré d’Enfants de Dieux aussi… joueur, pensais-je. Il se délectait encore plus que moi des réactions de ces humains, qui s’étaient d’ailleurs regroupés en un cercle pour mieux protéger femme et petits. Hm. Ils se protégeaient les uns des autres ? Ils remontaient dans mon estime. Un peu. Au moins n’abandonnaient-ils pas les siens, pas encore du moins.

    Une de mes illusions faites d’airs s’approcha apparemment un peu trop près, car un des hommes armé l’attaqua, sans grand succès, tandis que l’arme se plantait dans le sol. Cette tentative qui venait d’échouer fit craquer un de ses compagnons, qui s’enfuit en courrant. Mon regard s’assombrit. Non. En fait, les humains étaient tous des couards face à la mort. C’était un peu décevant, j’aurais espéré un peu plus de résistance. Cependant, un éclair jaillit du ciel et s’abattit juste à côté du fuyard, qui chuta à terre dans un cri déchirant. Je félicitais intérieurement le Demi-dieux de ne pas l’avoir laissé partir.
    Soudain, la femme laissa ses enfants en arrière, et s’agenouilla pour demander pardon. Je ne savais pas si cela devait être interprété comme un acte de bravoure ou de lâcheté. Ce ne fut que lorsque je compris qu’elle demandé également grâce pour les enfants que je la notais comme plus courageuse que les hommes. Toutes les femmes étaient-elles comme celle-ci ? Si oui, elles avaient plus de mérite à avoir que les garçons. A moins que ce ne soit simplement par amour maternel. Qui sait ?

    « Combien es-tu prêt à parier que plus aucun d’eux n’osera jamais recouper ne serait ce qu’une brindille après ça… mais plus amusant encore, jusqu’à quels sacrifices penses-tu qu’ils seraient prêts à céder pour sauver leur misérables vies ? »

    Un petit sourire naquit sur mon visage, un sourire assez sadique. Le Fils d’Aer me dit de bien observer, eh bien, je ne demandais qu’à voir. J’étais curieux de voir quel genre de choses il allait encore inventer pour rendre cette situation encore plus dramatique aux yeux des mortels. Je lui murmurais un simple « surprends-moi », comme réponse, pendant qu’il prenait une nouvelle forme. Oh, la métamorphose ? Je le voyais prendre cette nouvelle enveloppe corporelle, aux formes humanoïdes. Puis il descendit de l’arbre, apeurant ainsi encore plus le pauvre petit groupe. Ils se courbèrent en signe de respect, sûrement en espérant obtenir les faveurs de cette « Divinité ». Je me penchais un peu plus vers la scène, pour mieux entendre chaque parole. La mère tenta de dialoguer avec lui, mais elle fut bien vite rejetée. Tout cela devenait vraiment malsain, et même si ce genre de jeux m’amusait moins, je trouvais tout de même très intéressant de voir leur réaction face à une telle situation. Raison pour laquelle je répondis présent lorsque le Fils d’Aer annonça qu’il invoquerait l’Esprit de Vérité. Autrement dit, moi. Je pris à mon tour une autre forme, beaucoup plus simple et moins recherchée que celui de mon frère. Celle d’un cerf à huit pattes, et aux bois extrêmement grands et nombreux. Je sautais de l’arbre à une rapidité suffisante pour que les Hommes pensent que j’étais apparu de nulle part, tout en accompagnant le tout d’une petite tornade inoffensive. Je fis en sorte que les yeux de mon corps d’emprunt brillent d’une lueur blanche, presque aveuglante, pour ajouter au réalisme de la scène. Puis, lentement, je fis mine d’observer les mortels, avant de prononcer ces paroles d’un air grave.

    « Mortels, vous qui avez attenté à la vie de l’Esprit de la Forêt, je suis à présent chargé de vous punir. Alors, qu’il en soit ainsi. »

    J’observais les Hommes s’affoler encore plus, pendant que je faisais mine de m’approcher d’eux. Puis, à mi-chemin, je m’arrêtais, tout en mimant un regard amusé, ce qui au fond était vraiment le cas.

    « Non… Vous semblez moins stupides que les précédents humains venus tuer l’Esprit de la Forêt. Voici donc mon marché. Ou vous me battez en duel, et vous sortez vivants. Ou vous vous séparez en deux groupes équitables et choisissez lequel des deux sera anéantit. »

    Je levais la tête bien haute, curieux de voir comment les mortels pourraient bien réagir face à une telle proposition. Se jetteraient-ils sur moi pour attenter à ma vie, ou se sépareraient-ils docilement en deux groupes distincts ? En cet instant, on aurait aisément pu me comparer à un scientifique cherchant à en apprendre plus sur une espèce encore inconnue…
    Je jetais un coup d’œil à mon frère, l’invitant à rajouter une ou deux contraintes si l’envie l’en prenait, ou bien à rester passif devant cette scène pour le moins macabre.





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 19:45 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

A l’aide de quelques subterfuges magiques, Hélios était apparut à ses coté sous la forme d’un étrange cervidé. Samiel se retint d’esquisser un sourire en coin mais ses yeux pétillèrent de malice. Il était curieux de voir à quel point le dragon avait bien choisi sa forme imitant à la perfection un enfant de Terra. De plus, tout c’était déroulé à merveille et leur scénario improvisé n’offrait aucunes fausses notes depuis que le jeu avait débuté. Se prêtant volontiers à son rôle et avec un sérieux indéniable, l’esprit de la Vérité parla alors de punition ce qui eut pour effet immédiat d’accentuer la peur chez ses frêles créatures. Silencieux, l’oiseau farceur observa en détails la scène se jouant devant lui, notant chaque expressions ou façons de réagir des cobayes de leur étrange expérience. Il pouvait lire entre eux la crainte de celle de se voir disparaitre ou même d’avoir mal. Mais il y avait encore l’espoir un rayon faible d’espoir d’encore s’en sortir. Le cerf à huit pattes s’arrêta non loin d’eux.

« Voici mon marché, leur avait-il dit. Ou vous me battez en duel et, vainqueurs, vous vous en sortez vivants. Ou vous vous séparez en deux groupes équitables et choisissez lequel des deux sera anéantit. »

Soulevant un sourcil surpris, Samiel tourna sa tête vers son ami. *Haha tu es bien plus cruel que tu ne le laisses imaginé ! se dit-il à lui-même amusé par le retournement de situation.* Voyant que celui-ci lui lançait un regard en coin, il lui répondit à travers son propre regard qu’il était tout à fait satisfait de sa réplique, mais également à quel point il était agréablement étonné de la tournure des évènements.

Coupant le silence pesant qui s’était abattu soudainement, il grandit sa taille un peu plus tout en se retournant vers les humains de façon à être plus intimidant qu’il ne l’était déjà :

« Ainsi l’Esprit de la Vérité s’est décidé, annonça-t-il l'air grave. Soumettez vous à sa volonté petits être faibles que vous êtes. Vos mots sont bien trop souvent mensonges pour que je puisses encore vous croire, continua-t-il amère. Par contre vos actes, eux, trancheront le vrai du faux et la vérité concernant vos âme sera révélée. »

Un nouveau grondement déchira le ciel au dessus de leur tête suivit de près d’un éclair qui s’abattu sur la forme métamorphosé de Samiel. Celui-ci profita à nouveau de son rayon aveuglant pour disparaître subitement et retourner à sa cachette afin d’assister au spectacle. Dans ce dernier effet de mise en scène de sa part, sa voix avait résonnée une ultime fois dans le vide creusant une peu plus la tension et le doute qui s’étaient installés dans l’esprit de leur victimes.

« Choisissez bien humains ou votre mort sera une bien piètre offrande pour pardonner vos torts. »

Il était évident que son ami les avait mis en fâcheuses posture et l’oiseau été très curieux de voir quels sentiments allaient l’emporter. L’esprit de groupe et la cohésion ou l’individualisme égoïste accentué par la notion de survie ? Déjà les hommes se regardaient entre eux l’esprit vacillant sur la démarche à suivre. Tout était encore possible mais Samiel ne se faisait pas d’illusion sur la suite des évènements. Des hypothèses étaient déjà nées dans son esprit et la notion de vie ou de mort influençaient grandement la partie défaillante de l’Homme. Cependant, de temps à autre, certains facteurs comme l’amour changé la donne de l’équation faussant l’intégralité de l’équation. Tout était finalement encore bien possible ! Hélios allait-il donc se battre? Un sourire étrange s’afficha dans l’ombre du bec du fils d’Aer…




Revenir en haut
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 17:26 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

    Le Demi-dieux prononça encore quelques mots pour appuyer mes propos, non sans m’avoir jeté un petit regard satisfait, et ne tarda pas à disparaître à l’aide de ses éclairs aveuglants, pour retourner dans l’arbre centenaire. Oh, il partait déjà ? Je trouvais cela dommage, j’étais persuadé qu’il aurait aimé titiller un peu plus ces mortels. Pour ma part, cette distraction m’amusait autant qu’elle me faisait découvrir de nouvelles facettes de ces créations. J’étais assez satisfait de la tournure qu’avaient pris les évènements, à dire vrai.
    J’étais réellement très curieux de voir comment les Hommes réagiraient face à mon marché. Qu’allaient-ils choisir, entre sauver leur propre vie –ou du moins, essayer- en se battant avec moi, et se séparer en deux groupes et choisir celui qui serait décimer ? J’observais leur regard, un à un, avec beaucoup d’attention. Tous semblaient partagés, indécis. Certains affichaient une peur extrême sur leur visage, d’autres ne faisaient guère d’efforts pour camoufler leur panique totale et leur tremblement. Plusieurs secondes se passèrent dans un silence pesant, tandis que seul les éclairs étaient autorisés à briser ce calme apparent.

    Soudainement, sans que j’aie pu remarquer le moindre signe annonçant cette réaction, deux humains se ruèrent sur moi en poussant un cri de guerre, hache à la main. J’esquivais le premier de justesse, pris de surprise, mais évitais le second coup sans grande difficulté, m’étant déjà déplacé à l’autre bout du « terrain de jeu ». Mes adversaires lancèrent une nouvelle attaque contre moi, que cette fois-ci j’arrêtais en usant de la puissance du vent comme d’une barrière. Puis je commençais à murmurer des paroles incompréhensibles, à la manière du Fils d’Aer juste avant, et invoquais une éclair possédant une forme humanoïde, qui prit par le cou les deux mortels et les électrifia en un instant. Ils tombèrent sur le sol, raides morts. Une des femmes poussa un cri à en déchirer les tympans, et s’agenouilla par terre, des larmes coulant sur ses joues. Je m’avançais d’un pas lent vers le groupe d’humains restants, gardant un visage impassible.

    Je les fixais d’un air hautain, attendant –presque- patiemment le choix des survivants. L’un d’entre eux sembla se réveiller d’une transe, et commença à donner quelques ordres aux autres Hommes.

    - Les enfants, faites un groupe. Les hommes, faites-en un autre. Les femmes, départagez-vous dans les deux groupes pour en faire d’équitables. Il me semble logique ce soit le groupe des enfants qui survivra. annonça une des femmes

    Je gardais un visage imperméable à toute émotion, mais en réalité, j’étais très surpris. Alors comme ça, il restait suffisamment de lucidité à cette mère de famille pour épargner une partie de ces humains ? Intéressant. Leurs réactions étaient variées, elles changeaient en fonction des personnes, et des situations. Sans compter que les mortels obéissaient docilement, allez savoir pour quelle raison. En quelques minutes à peine, je vis deux groupes distincts se former en face de moi. La femme qui avait pris la parole était dans le groupe destiné à être anéanti. J’eus un sourire satisfait. J’invoquais la puissance du vent, la force du tonnerre. Un tourbillon enveloppa les deux groupes. Des cris retentirent.

    Puis je disparus aux yeux des humains, pour véritablement rejoindre mon frère en haut de l’arbre centenaire, tout en laissant le ciel se dégager à nouveau et le tourbillon disparaître. Je m’installais aux côtés du Fils d’Aer, peu gêné par cette proximité, tout en tendant le cou pour mieux observer le groupe d’humain. Ils étaient vivants. Et pendant qu’ils se rendaient compte de cela, ils commençaient à pleurer et à se serrer dans les bras les uns des autres. Voyant que le Demi-dieux semblait assez mécontent du fait que j’avais mis au jeu, d’une manière aussi gentille de surcroît, je lui murmurais doucement :

    « Chut… Observe-les plutôt que de ronchonner... »

    Je laissais ma phrase presque en suspend, tout en observant toute la joie dont ils faisaient preuve. Je sentais le soulagement les envahir, tandis que des larmes de bonheur coulaient sur leurs joues. Les humains pouvaient beaucoup changer lorsqu’ils approchaient d’aussi près la mort, c’était une chose que j’avais déjà remarqué autrefois. J’espérais bien avoir marqué ceux-là à vie, même s’il serait certainement difficile pour eux d’oublier cet évènement. Cette scène était très touchante. J’ignorais cependant si mon frère le prenait de cet œil. Il semblait beaucoup plus joueur que moi, et peut-être cette fin n’était pas celle à laquelle il était habitué. J’en doutais.





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 18:24 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

Deux hommes s’étaient alors rués sur son ami. Ainsi ils avaient choisit le première option… Celui-ci, vif et alerte, avait esquivé l’attaque. Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres. Il reposa alors son regard sur le reste du groupe qui lança une nouvelle charge. Ces humains ne comprenaient-ils rien à rien ? S’avançant vers eux, le cervidé d’une simple bourrasque les balaya alors qu’à l’aide d’une magie similaire à la sienne, il avait fait apparaitre un homme né de la foudre pour ôter leur vie sans le moindre remord de quelques un d’entre eux. Un gloussement s’échappa de la gorge de Samiel. Ce petit dragon avait du cran ! Sous la violence de la riposte une femme avait hurlé. Peut être son conjoint venait-il de périr sous ses yeux.

Une nouvelle stratégie s’était alors mis en place. Voila qu’ils étaient maintenant prêts au sacrifice pour la survie de quelques uns seulement. Même si tous n’étaient pas d’accord, la majorité avait eut raison de l’esprit du groupe. Ainsi la deuxième option se mit rapidement ne place parmi les derniers survivants sous le regard ébahit de l’oiseau bleu. Hélios réagit de façon assez spectaculaire invoquant la puissance de leur Père à travers un tourbillon impressionnant. Ce qui s’en suivit le laissa cependant sur bouché bée.

De la bonté ? Son frère venait faire preuve de bonté ? ! ! Samiel fronça les sourcils tandis que l’ombre de son bec venait de faire apparaitre un masque de déception sur son visage. Le petit dragon l’avait rejoint dans le feuillage du grand chêne à l’insu des Hommes bien trop préoccupés à se retrouver les uns et les autres et bien trop heureux d’avoir échapper à la mort. L’oiseau rieur aurait pu être touché de ses émouvantes retrouvailles mais il n’en fut rien. Il n’avait pas imaginé un seul instant que les événements pouvait trouvé une issue si… joyeuse.

Plissant ses yeux en amande, rendant son regard encore plus sévère qu’il ne l’était déjà, il siffla bougon à son interlocuteur :

- Pourquoi ? Pourquoi as-tu fait ça … ?! En étant si bon, les humains resteront à jamais incapables de retenir la bonne moral des leçons qu’on peut leur offrir… tu verras, une fois remis, ils tenteront encore de s’en prendre à ce pauvre arbre…
- Chut… Observes-les plutôt que de ronchonner…
- Niah niah niah, répliqua Samiel piqué à vif. Puis je ronchonne si je veux d’abord ! C’est surement pas un asticot dans ton genre qui va me dire quoi faire, termina-t-il mauvais.

Il leva les yeux au ciel, secoua la tête l’air de dire "mais-pour-qui-il-se-prend-ce-petit-prétentieux" et décolla au quart de tour fusant vers leur royaume les cieux. Le feuillage avait chanté son départ empressé faisant trembler toutes ses petites feuilles. Samiel, vexé et furieux, ne voulait pas admettre que ce petit serpent doré à plume ai pu le cerner si vite. Et encore moins admettre qu’il avait surement fait le choix le plus juste en épargnant la vie de ses humains. Marmonnant des phrases incompréhensible dans ses plumes, il s’éleva haut dans le ciel. Très haut dans le ciel.




Revenir en haut
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 20:41 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

    J’observais encore un peu le groupe d’humains. Ils étaient tellement heureux d’avoir survécu, même s’ils ne comprendraient sûrement jamais le pourquoi du comment. Seuls les cadavres des deux hommes pouvaient leur prouver que tout ce qu’il s’était passé était réel, et je savais que ce serait suffisant pour les marquer à vie. Ils n’étaient pas nombreux, mais le fait d’avoir pu donner une bonne petite leçon à ces mortels m’avait plu. Même si mon frère semblait ne pas avoir apprécier le dénouement de cette « farce », cela ne me déçu pas tant que cela. Je ne l’aurais pas vu se réjouir tout comme moi, et s’émouvoir devant cette scène touchante. Pas avec la première impression qu’il m’avait donné, en tout cas.


    - Niah niah niah !Puis je ronchonne si je veux d’abord ! C’est sûrement pas un asticot dans ton genre qui va me dire quoi faire

    Je dus me mordre la langue pour me retenir de rire. Sa réaction était tellement puérile, il était comme un enfant. Sans vraiment m’en rendre compte, je m’étais déjà attaché à lui. C’était comme lorsqu’un petit nous demandait de jouer avec lui, et qu’aussitôt on le trouvait tellement adorable qu’on l’appréciait malgré le fait qu’on ne le connaissait que depuis peu. C’était un peu la même chose avec le Fils d’Aer. Mais si je comprenais bien, mieux valait ne pas jeter plus d’huile sur le feu, il semblait déjà bien assez vexé par ma réflexion.
    Le Demi-dieux, une fois ses paroles sèches dites, s’envola vers le ciel à grande vitesse, provoquant par la même occasion une grosse bourrasque de vent. Je le regardais un instant, puis jetais un tout dernier regard aux Hommes. Je ne me lasserais jamais de ce genre de spectacle. Mais je n’allais pas rester ici toute ma vie. Alors je déployais mes ailes, puis suivis mon nouvel ami. Lorsque je fus arrivé à sa hauteur, je me rapprochais un peu de lui pour être sûr qu’il me voit. Il serait dommage de le faire sursauter, même si je doutais que cela arrive. Cela aurait été amusant à voir, cependant.

    « Tu sais, des humains morts seront encore moins capables d’apprendre de leurs erreurs que des vivants. »

    Je volais encore un peu près du Fils d’Aer, avant de continuer sur ma lancée. Si j’insistais trop sur ce sujet, j’allais réellement l’énerver. Là, il était juste offensé, rien de bien grave. Mais il semblait avoir un ego au moins aussi grand que le mien, alors je préférais ne pas le vexer plus qu’il ne le fût déjà. Nous volions assez rapidement, et à une vitesse assez soutenue. Je n’avais pas tant que cela besoin d’utiliser mes pouvoirs pour garder cette allure, mes ailes étaient suffisamment puissantes pour cela.

    « Je suis Hélios, Fils d’Aer, comme tu l’auras déjà deviné. Et toi, quel est ton nom ? »

    Je parlais sur un ton calme et posé, mais assez chaleureux malgré tout. Je sentais que si je voulais me faire apprécier de mon frère, j’allais devoir faire quelques efforts. Et puis, j’appréciais son côté enfantin, alors je ne voulais pas passer à côté d’une amitié qui pourrait donner lieu à des situations amusantes. Et puis, une vie solitaire était vraiment ennuyante.


Désolée, c'est un peu court par rapport aux autres post ^^'
Je me rattrape la prochaine fois wink





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 10:14 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

Ce ne fut que quand l’oiseau rieur entendit sa remarque, si agaçante de par la sagesse dont elle faisait preuve, qu’il comprit que la petite boule aux reflets d’or s’était mis en tête de le suivre. *Mais il va me lâcher l’aile celui-là ! se plaignit mentalement Samiel.* Fronçant les sourcils et sans daigner jeter le moindre regard à son interlocuteur, il accéléra alors le rythme espérant que le dragonnet comprenne sa pensée. Rien à faire ! Borné, son frère lui collait toujours au train.

« Je suis Hélios, Fils d’Aer, comme tu l’auras déjà deviné, se présenta-t-il. Et toi, quel est ton nom ? »

Exaspéré par cet entêtement, l’enfant divin retint un long soupir. Il dut toutefois bien reconnaître qu’il était agréable et flatteur qu’Hélios –tel était son nom– s’obstine de la sorte. Ses yeux en amande fixèrent l’horizon cherchant de quoi répondre à ce pot de colle. Il plongea un regard vide dans les nuages blancs compacte, duveteux et aux formes insolites voguant paresseusement en leur direction. Ses yeux brillèrent soudain sous la nouvelle idée qui venait d’illuminer son esprit.

Sans prévenir, le volatile fit une pirouette gracieuse qui ralentit la cadence dans laquelle ils s’étaient tous deux lancés. De cette façon il s’était également retourné afin de pouvoir faire face à son ami et planter dans ses yeux noisettes un regard devenu taquin. Il était curieux de voir à quel point Samiel était une véritable girouette. De tout temps, il s’était toujours montré prompt et impulsif. Ce trait de caractère aurait pu être un lourd fardeau si, à chaque fois, il ne témoignait pas avec ferveur la sincérité de ses sentiments.

« Hélios, mon frère, puisque tu as l’air si malin j’ai une question pour toi : penses-tu réussir à me trouver ? Personnellement j’en doute ! avoua-t-il d'une voix frôlant le mépris. Mais, si par le plus grand des hasard tu y parvenais, alors peut être que je te dirais comment je m’appelle ! lui lança t-il désinvolte. »

Eclatant de son éternel rire mutin, il lui tira alors langue et fusa, aidé par un sort de célérité, dans la masse nuageuse qu’ils venaient de rejoindre. Samiel s’était montré volontairement prétentieux et hautain. Il voulait que le dragon accepte le défi. Et, il savait pertinemment, que ses chances de le voir accepter étaient décuplées s’il le titillait un peu. N’était-il pas une fils d’Aer ? Donc, comme lui, Hélios devait posséder un égo aussi grand que le ciel.

De plus, assez mauvais joueur dans le fond, Samiel était parti avec un coup d’avance. Il était un maître incontesté dans l’art de la dissimulation à l’intérieur des nuées de ses infimes gouttelettes d’eau trainant dans les cieux. Jusqu’à ce que l’Homme soit créé, lui, avait passé toutes ses dernières années à se morfondre et déprimer dans les nuages. Tous, que ce soit ses frères ou ses sœurs ou bien les autres enfants d’Aqua, d’Ignis ou de Terra avaient vu le jour en se voyant octroyer une mission bien précise. Lui, Samiel, ne fut que l’invention de leur Père suite à un caprice né d’une stupide remarque de son amie aqueuse. Il incarnait de ce fait l’éternel âme d’enfant d’Aer curieux et imprévisible. Cette particularité ne fut pas toujours simple à gérer mais Samiel, à sa manière, faisait preuve d’une grande maturité quand il le fallait. Enfin… si l’ombre du jeu ne rôdait pas dans le coin, car bien souvent, la tentation était bien plus forte que la raison !

Un sourire discret de nouveau accroché aux lèvres, il observa alors très amusé son ami bien trop voyant. Lui-même, par expérience, avait usé d’un peu de métamorphose pour changer la couleur de son plumage et parfaitement se fondre dans le décor. Samiel se demanda alors si Hélios allait être assez perspicace et attentif pour le mettre à jour ! Il se surprit même à désirer que ce soit le cas… mais ce n'est pas parce que l'on désire quelque chose de très fort que cela finit toujours pas se réaliser n'est ce pas?


La dernière fois je me plaignais de ma lenteur de rédaction. Tu m'avais rétorqué, à juste titre, qu'il valait mieux écrire lentement mais produire un texte de qualité que vite et tout bâclé. Je vais alors te répondre à mon tour: je préfère nettement un post plus court mais bien écrit et consistant qu'un texte plus long qui n'apporte rien à l'histoire ! Il n'y a pas de honte à écrire court, surtout qu'on est absolument pas là pour faire un concours de lignes wink
En espérant à mon tour que mon texte t'ai plu




Revenir en haut
Hélios
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 67
Crédits Avatar: Sandara
Féminin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Au chômage
Invocation(s): Moi même ♫
Invoqueur: Aënaelle Litios ♥
Sorts: Eclair 1 • Vent 1
Point(s): 89

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 17:48 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

    J’attendais la réponse du Demi-dieux, qui semblait toujours assez vexé par mes paroles. Il avait la rancoeur facile, ou bien était-il trop susceptible ? Enfin, ces deux traits de caractères allaient bien souvent ensembles. Puis, sans crier gare, le Fils d’Aer effectua une pirouette dans les airs parfaitement exécutée, ce qui me força à freiner mon allure rapidement pour ne pas le dépasser, ou même lui foncer dedans. Ce dernier, me faisant maintenant face, me fixa un instant avec un air soudain joueur, contrastant avec son attitude boudeuse d’il y avait quelques secondes. Je lui lançais un regard interrogateur, ce à quoi il répondit sur un ton presque désinvolte, presque méprisant :

    « Hélios, mon frère, puisque tu as l’air si malin j’ai une question pour toi : penses-tu réussir à me trouver ? Personnellement j’en doute ! Mais, si par le plus grand des hasard tu y parvenais, alors peut être que je te dirais comment je m’appelle ! »

    Oh, de la provocation ? Défi accepté. Je n’allais pas me laisser rabaisser de la sorte sans répondre. Un air déterminé se dessina sur mon visage, sous-entendant une réponse positive de ma part. Ce qu’il me demandait là était en plus de cela dans mes cordes : j’avais été créé par Aer dans le but d’observer le Monde. Par conséquent, retrouver mon frère ne devrait pas être trop compliqué.
    Pendant que je pensais à cela, le drôle d’oiseau prenait déjà un coup d’avance sur moi, et s’envolait vers les nuages. Il n’était donc pas difficile de conclure qu’il s’y cacherait certainement. Je tentais de le rattraper avant qu’il ait eu l’occasion de se camoufler dans ces duvets blancs comme il se fallait, mais c’était déjà trop tard. Je m’arrêtais donc et battais régulièrement des ailes pour rester à une hauteur raisonnable et tourner autour de moi pour essayer de trouver le Demi-dieux.

    Je me déplaçais d’abord un peu partout, tout en restant dans les environs de là où j’avais aperçu pour la dernière fois le Fils d’Aer. Plusieurs minutes passèrent, sans résultat. Alors je décidais de m’éloigner un peu plus, et de me mettre face à la masse de nuages. Puis j’attendis, les scrutant avec toute mon attention. Mes yeux perçants cherchaient le moindre détail anormal dans le ciel, le moindre mouvement qui pourrait attirer son attention. Un grand silence pesait autour de moi, me permettant également d’user de mon ouïe si jamais il y avait besoin. Je faillis même être atteint d’une crise cardiaque lorsqu’un oiseau passa pas si loin de moi en poussant un petit cri aiguë. Poussant un soupir, je portais à nouveau toute mon attention sur les nuages. Tout de même, être surpris par un oiseau…

    Et je le vis. Un tout petit mouvement, mais qui venait de démasquer mon frère. Je démarrais au quart de tour et fonçais droit sur lui, et passais à quelques centimètres de sa tête pour foncer dans le nuage avec suffisamment de rapidité pour le dissiper volontairement. Je me retournais et fis face à cet oiseau avec un air triomphant, ignorant mes yeux qui me piquaient terriblement après les avoir poussé à leur potentiel maximum. Je m’approchais un peu du Demi-dieux, tenter de dissimuler mon sourire amusé.

    « Eh bien, tu es doué pour te cacher dans ces nuages… J’ai bien cru que je ne te trouverais pas. »

    Je marquais une petite pause. Même si ces paroles étaient sincères, elles étaient surtout destinées à rendre mon frère un peu moins déçu par sa défaite. Même si je doutais que cela ait beaucoup d’effet sur son humeur actuelle, au fond.

    « Alors, puis-je enfin savoir quel est ton nom ? » demandais-je avec curiosité





« La vie de l'Homme est comme une chandelle dans le vent »
Revenir en haut
Samiel

Hors ligne


Inscrit le: 12 Sep 2012
Messages: 196
Crédits Avatar: /
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre Air
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: S'amuser ♥ ♥
Invocation(s): Je me suffis à moi même ♥
Invoqueur: Amaryllis Du Corbeau ♥
Annonce: VOTEZ ♥
Inventaire: Des plumes, des plumes et encore des plumes :O
Sorts: Vent ; Bourrasque ; - Ailes - Lévitation
Double compte: Erine Lanfeust
Point(s): 9

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 22:21 (2013)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ] Répondre en citant

Samiel se mordit la lèvre pour ne pas rire en voyant son ami faire des tours sur lui-même tout le cherchant du regard. Quand il ne le vit plus bouger la moindre écaille, l’oiseau rieur reteint son souffle. Son frère faisait preuve d’une immense concentration pour le débusquer. Il savait que la moindre fausse manipulation de sa part serait fatal à ses efforts de dissimulation, mais l’euphorie qui bouillait en lui rendait la chose plus facile à dire qu’à faire. Seulement, quand il vit Hélios sursauté au passage d’une créature ailé, il retint de justesse un fou rire. Ses épaules, se soulevant légèrement, durent le trahir car le dragonnet fonça à tout allure sur lui sans qu’il ne puisse rien y faire. Le voile blanc se dissipa dans la trainée aérienne de son compagnon de jeu finissant de le dévoiler entièrement.

La tête haute, le vainqueur s’avança vers lui alors que Samiel reprenait ses couleurs naturels teintant de différent bleus jusqu’à un orange profond sur ses dernières plumes. Son expression surprise se troqua sans plus tarder en une mine contrariée et de nouveau boudeuse. Voila qu’il venait de perdre à un défi qu’il avait lui-même lancé ! Hélios tenta toute de même de le réconforter en tout bon gagnant qu’il était. Baissant son menton vers sa poitrine, le visage de Samiel ne s’en retrouva que plus fermé. Il baragouina une phrase incompréhensible sur un ton agacé. En plus de lui avoir mit une honte phénoménale, voilà qu’il se trouvait être un camarade fairplay doublé d’une rare gentillesse !

« Alors, puis-je enfin savoir quel est ton nom ? avait-il demandé en plantant ses deux noisettes sur lui.»

Automatiquement le concerné dévia le regard pour ne pas dévoiler, plus qu’elle ne l’était, sa rage d’avoir échoué. Il fit un salto-arrière et croisa se bras sans dessus dessous et fit mine de réfléchir. Même s’il avait donné certaine condition il pouvait toujours revenir dessus non ? N’acceptant définitivement pas l’issue il finit par se décidé sur la réponse à lui fournir.

« Je me demande bien pourquoi un mioche comme toi se borne-t-il à connaître mon identité, lâcha-t-il amère. Si tu veux aller fanfaronner va te trouver d’autres copains veux-tu, ajouta-t-il d’un ton sec et vexé. La mission que Père m’a donné n’est pas de surveiller les blancs bec dans ton genre ! »

Samiel, très mauvais perdant, pouvait se montrer d’une méchanceté tranchante lorsqu’il le voulait. Son aigreur apparente luttait ardemment contre ce sentiment flatteur faisant mousser son égo face à l’obstination de son frère. Poussant un long soupir affligé, il fit de nouveau un pirouette dans les airs tout murmurant :

« Samiel. Je m’appelle Samiel, reprit-il plus fort. Maintenant fiche moi la paix ! »

Aussi bougon fut-il, l’oiseau rieur était un divin de parole. Un marché était un marché après tout. Cependant il avait déjà tourné le dos à Hélios et, à grand battement d’ailes, il s’en allait plein sud. Il était persuadé qu’après sa manière de s’être adressé à ce qui aurait pu être un ami, plus jamais il ne voudrait lui adressé la parole. Quand on connaissait bien Samiel, chacun savait qu’il fallait toujours refuser ses défis. Ou les accepter en ayant déjà conscience qu’on allait perdre ! Seulement, aussi triste cela fut-il, Hélios n’ayant jamais rencontrer notre tête de piaf auparavant ne pouvait qu’ignorer ce menu détail…




Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:32 (2016)    Sujet du message: Coupe du bois, et je couperais la tête ♪ [ With Samiel ]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Rêveries Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com