Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
La sombre cellule du chat-renard
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple du Feu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Ven 22 Fév - 05:26 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Ika se réveillait tranquillement. Il s'étirait lentement, muscles après muscles, en réitérant si nécessaire. Après avoir bâillé un bon coup, il se levait pour s'ébrouer et entamer le tour de son antre. Son antre ? Pourquoi pas? Après tout, ça semble plus agréable qu'une cellule, dit comme ça. Durant son tour, ses pattes foulaient paisiblement chaque pierre. Avec attention, il ressentait intensément la chaleur suave dégagée par ces ténébreuses dalles. Après ces quelques pas, il s'asseyait, fixant le mur chatoyant de cette douce lueur rougeâtre. Aujourd'hui, c'est la 1748ème dalle de la 249ème ligne du mur ouest qui attirait son attention. Il avait du passer une semaine sur la précédente.
Une semaine... Ou un mois? Comment pouvait-il le savoir précisément ? Il était enfermé depuis si longtemps... Son rythme de sommeil était peut-être totalement déréglé... Comment pouvait-il savoir combien de temps il avait dormi ? La lumière n'avait jamais brillé ici bas..
Cette pierre... Sa forme était proche du trapèze, bien qu'octogonale. Les bordures se faisaient plus fines avec la 1749ème dalle qu'avec les autres.. Ces bordures rougeoyantes étaient sublimes... Un régal pour les yeux.
Après ce long détail de cette infime parcelle du mur, il allait se rasseoir dans le coin Nord-Est, le plus chaud de sa tanière. Commençait alors le rituel de sa toilette. Lentement, poil après poil, il refaisait la connaissance de son pelage, comme s'il ne le connaissait pas, dans ce sombre angle Nord-Est. Il faut dire qu'il n'avait plus rien de flamboyant, sauf la couleur..
Ironie ? Jadis les flammes léchaient jour après jour ce pelage vermeil. Aujourd'hui, c'est lui-même qui le léchait. Etait-ce cela être esclave ? Faire un long labeur là où son fidèle serviteur faisait ce qu'il aimait faire. Brûler. Le feu... Il ne l'avait pas vu depuis au moins trois éternités. Et demi. Il lui manquait. Mais il le supportait. Il le devait. Il était bien ici, n'est-ce pas? ... Oui, après sa toilette, il parlait aux murs, espérant une quelconque réponse de ceux-ci. Mais, toujours aussi tenaces, ils s'acharnaient à garder un silence de marbre. Et un petit écho. L'écho de la voix tremblante de l'invocation.
C'est à ce moment qu'une fois de plus, l'invocation, fatiguée de ce dialogue de sourd, s'allongeait pour s'endormir à nouveau...

Ce quotidien inlassable était la punition d'Ika. Et le chat renard s'en accoutumait. Il se demandait s'il n'était pas préférable de rester ici pour l'éternité. Si finalement la sécurité d'un endroit loin de toute horreur n'était pas une bénédiction..
Mais ses rêves s'en mêlaient, et parfois le désir lointain de l'extérieur, le désir fondamental de rejoindre la nature, revenait à lui.

Alors, éveillé d'un pauvre sommeil partiel, la tête entre les pattes, il écoutait. Il tentait d'entendre ses congénères, ou peut être même... Un humain..?

Mais personne ne venait jamais, dans cette cellule trop chaude et trop profonde...



Ika ne le savait pas, mais sa cellule prenait place à 6 kilomètres sous la terre, plus précisément à 23,4 kilomètres à pied de la sortie du temple. Pas étonnant que la lumière n'y parvienne pas, et encore moins étonnant qu'aucun humain ne lui ai rendu visite jusqu'à présent.. Le voyage était long mais avec pas mal de chance, un aventurier pouvait trouver une pièce dénuée de piège faite pour le repos, et contenant quelques denrées de survie, à 18 kilomètres de l'entrée, sur le chemin. Ainsi, pour les plus chanceux, il suffirait d'un peu moins de 5 heures depuis l'entrée pour le trouver. Mais c'est sans compter les nombreux dédales du temple du feu.. Pour un humain normal, il faudrait au bas mot une journée pour atteindre sa cellule. De plus, de nombreuses cellules d'invocations étaient sur le chemin... Mais ça ne voulait plus rien dire, beaucoup avait du être "libérées" à ce jour.

Ainsi, après un long escalier de pierres au sombre volé aux flammes, un long corridor permettait, sur le coté gauche, de voir un portail couleur charbon. Certaines parties brillaient d'une lueur inconnue..
Un parchemin de lin entouré d'un fin ruban de soie rouge était accroché à la poignée brûlante de ce portail.
Sur celui-ci, on pouvait y lire:

" Passe ton chemin voyageur, car ici est enfermée une créature qui te voir elle ne veut point.
Rebrousse chemin si tu cherches la puissance, passe ton chemin si en ton coeur repose un autre but.
Si malgré cet avertissement avisé tu décides de passer, sois la bienvenue dans l'antre du chat-renard."



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.


Dernière édition par Ika le Dim 28 Avr - 17:29 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Skype
Publicité





MessagePosté le: Ven 22 Fév - 05:26 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Dim 7 Avr - 10:48 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Nausicaä soupira en passant sa main gantée sur son front. Elle venait de parcourir une grande distance, à pied, pour visiter un peu l'île. Oui, oui, oui, elle était grandement téméraire et suicidaire sur les bords mais elle ne pouvait s'empêcher de voyager. Remettant son sac sur son dos, elle continua sa marche, le sourire aux lèvres.

Un grand bâtiment, un temple déduisit-elle, se dressa fièrement devant elle. Elle ne l'avait jamais vu auparavant... Curieuse, elle s'avança jusqu'à l'entrée où une chaleur étouffante l’étouffa. Sortant vivement sa carte, elle essaya de se repérer dans le vaste mon d'Arcane. Ah, elle était au temple du feu. Elle avait donc marché toute cette distance ! Elle en était ébahit. Aussi elle avait prit plusieurs jour pour rallier Lüh et cette contrée inconnue.

Elle haussa les épaules et entra dans la grande bâtisse. La chaleur se faisait plus grande que jamais mais elle tint bon et marcha, explorant le grand temple avec curiosité. Tout était si étrange, si beau mais si triste à la fois. Un mélange de souffrance et d'espoir emplissait l'endroit qu'elle qualifiait maintenant de lugubre.

Elle retira sa veste qu'elle rangea dans son sac. Continuant sa marche, elle posa la main sur un mur chaud. En faite, tout était chaud ici... Elle soupira en souriant. La faim se faisait sentir, aussi prit-elle le temps de manger un morceau de pain et de fromage.
Elle descendait de plus en plus et dû attendre un instant que ses yeux se fassent à la faible luminosité de l'endroit. Il ne faisait pas totalement noir puisque de faibles reflets rouges venaient apporter généreusement un peu de lumière à l'endroit sombre. Plus elle descendait, plus la chaleur se radoucissait si l'on pouvait dire. C'est comme si les entrailles de ce temps avaient souffert d'une blessure et que le sang soit partit.

Encore un soupire, elle ne cessait de faire des métaphores et des analyses aujourd'hui... D'ailleurs, était-ce même encore le jour ? La nuit ne venait-elle pas de commencer à grignoter le soleil ? Bah, elle ne pouvait savoir vu qu'elle n'avait pas de montre et qu'ici, aucun rayon ne venait titiller les ombres rougeoyantes.
Elle bailla un instant avant de s'asseoir et de fermer les yeux.

Elle n'avait crainte du danger puisqu'un temple était, en quelque sorte, l'endroit le plus sûr sur l'île. Enfin, jusqu'à ce qu'on se retrouvait devant un Demi-Dieu et que celui-ci ne veuille vous tuer.
Nausicaä ferma les yeux et s'endormit presque aussitôt tant la fatigue était grande.

Une nuit passa sans qu'un songe ne vienne la chatouiller dans son sommeil. Elle se réveilla en grognant du mal de dos qu'elle avait. Elle se jura qu'elle ne dormirait plus assise dans un temple ! S'étirant, elle grignota un morceau de pain, la faim ne venant pas, et se remit en route.

Que ce temple était immense ! Elle marchait depuis des heures et elle n'avait encore atteint le bout de cet immense couloir ! Elle se stoppa et s'adossa à ce qu'elle croyait un mur. Se pinçant l'arrête du nez, elle aperçus un morceau de papier. La jeune femme s'en empara et le lit, enfin, essaya. La pénombre était plus dense à cet endroit et elle n'arriva qu'à lire ces mots: "bienvenue dans l'antre du chat-renard"
Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle poussait timidement la porte qui semblait faite de bois noir.

Elle passa le bout de son nez puis la tête avant d'enter complètement dans "l'antre du chat-renard". Elle n'y vit rien, juste des raies de lumières faibles. Elle souffla de déception. Mais sans perdre espoir, elle murmura tout de même:

- Y a t-il quelqu'un ?



Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Dim 14 Avr - 16:35 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant


Perdu dans les méandres d'une obscure lueur l'embrassant entièrement dans tout son long, le chat-renard dormait d'un sommeil sans rêve, égal à cette lueur le baignant étrangement.
Une pulsion inhabituelle parcouru la pièce de part et d'autre. L'invocation, pas tout à fait réveillée, frémit. D'autres pulsations de plus en plus fortes se firent ressentir, de sorte que le fils d'Ignis leva une oreille, puis l'autre, puis le museau, puis une paupière, puis l'autre.
“Qu'est ce que c'est que ça ?” Le chat-renard, sa routine brisée, vint à inspecter le mur, ne sachant bien quel était ce grand chamboulement qui traversait ces murs si profonds.. Alors que ces petits bruits se rapprochaient, il avait pu reconnaitre un certain rythme régulier à ces pulsations...
“Une invention des hommes?” Après tout, l'invocation avait bien, lorsqu'elle était encore divine, observé les humains utiliser des machines pouvant soulever des bloques de pierre gigantesques avec seulement une douzaine d'humains, alors pourquoi pas une machine à faire trembler les temples ? Après ce long temps dans la cellule, il avait déterminé être à une profondeur non négligeable de la surface, cela impliquait une machine très puissante, même si ces faibles pulsations sont à peine perceptible. Mais à peine n'est rien pour les sens de l'invocation; qui malgré la perte d'une grande partie de ses sens lors de la montée en puissance de l'humain, les années passées dans le silence et la pénombre les avaient affinés, compensant une légère partie de cette immense perte.

Ça devait faire une douzaine de bâillements que les bruits réguliers se perpétraient, parfois s'arrêtant, souvent se rapprochant de la créature. Des pas. Ça devait être des bruits de pas depuis tout à l'heure, dont l'onde se répandait à travers la roche particulière du temple.. Leur régularité témoignait d'une marche bipède.
“Un humain ?” Cette créature dont il avait participé à la création, il la connaissait par coeur. C'était une humain. Alors que des bruits de tissus venaient se mêler aux pas, le chat renard, aux sens exacerbés par ces millénaires de silence, se réfugia dans le coté opposé de sa cellule, étouffant ce bruit assourdissant, maintenant presque palpable.
Un humain. La créature qu'ils avaient créés. Il allait être asservit ? Ika ne voulait pas de cette obéissance aveugle à une créature strictement inférieure. Il avait pensé longtemps à ce fait, entre deux siestes...

Plus de bruit. La respiration quasi-régulière du mammifère essoufflé s'accompagna du froissement d'un papier, et enfin du grincement d'une porte.

LA porte.

Le chat renard, tapis dans son coin, observait la porte de bois vitrifié pivoter lentement, poussée par une main fine et claire, le chat renard pouvait observer une veine palpiter lentement sur cette main.
Bientôt la main fut rejointe par une tête, puis tout un corps, d'humaine, sans aucun doute, passait le cadre de la porte.
“Un fantôme ?” Le félin avait entendu parler de ces créatures de la bouche d'humains, sans jamais en avoir rencontré. Les dieux ne sachant plus comment mener les humains aux chats renard, un fantôme venait à la place ? Elle paraissait pourtant bien palpable, l'humaine, qui lança un
"Y a t-il quelqu'un ?" Résonnant à travers la pièce.

Quel langage étrange.. Jamais le chat-renard n'avait entendu parler un humain de cette façon, ou presque... On aurait dit une déformation de la langue latine et celte qu'il avait entendu de ces créatures, et avec un peu de jugeote, on pouvait comprendre que cette femelle vérifiait la présence d'une âme en ces lieux.
Les yeux du mammifère balayèrent la cellule sans pour autant y trouver le fils d'Ignis qui s'y cachait.

Ika se décida à prendre la parole, conscient qu'il devait assumer son châtiment divin.
« Je souhaite à lui heureuse venue dans cellule de mia. Dieux nommé mia Ika. Si souhaites lui de délivrant mia, lui doit ein courageuse et vouloir fort. Récumpense esti Ika, pas grande invocation, mais esti beaucoup pour humain. »
Ika s'étira, laissant apparaître ses griffes luisantes à la lumière sombre des roches, se posa et entreprit de se lécher la patte.
Il avait utilisé un pot pourrit de celte et de latin en s'aidant de la sémantique grecque pour se faire comprendre de la créature, mais était tout sauf sûr de lui. Il allait essayer de comprendre la réponse de l'humaine par ce même procédé. Ika prit toutefois bonne note de la phrase de l'humaine pour savoir comment vérifier la présence de quelqu'un... En apprenant que l'interrogation était marquée en élevant la voix.

Ika bailla longuement et se rapprocha de l'humaine, les oreilles en arrières. Une belle tunique couvrait la femelle. Ce genre de tissu était la seule, ou presque, invention intéressante de l'homme. Celle-ci était bien plus ouvragée que celles auxquelles le demi-dieu était habitué.
En continuant de détailler l'étrangère, il remarqua qu'elle avait la peau extrêmement pale et une absence de pilosité flagrante. De plus, elle était plus grande que ses ancêtres indirects. L'invocation fit la moue en remarquant la différence de taille... Son garrot n'atteignait même pas le bassin de l'intruse.
Il la fixa intensément, veillant à ne pas élever trop la tête pour signifier sa supériorité. Des yeux rouges. Ika savait que cela était signe d'une anomalie. Mais ce qui était anomalie dans l'ancien temps pouvait être norme pour ses contemporains. Peut être qu'un gène responsable de la myxomatose des lièvres avait été transmis par le biais d'un virus retranscrit avec anomalies à l'homme et qu'il s'était intégré au génome humain.. Quoi? Vous doutiez de la connaissance des demi-dieux sur leur propre monde ? La soif de connaissance de l'enfant d'Ignis était déjà attisée...

En la fixant droit dans les yeux, il demanda, en prenant soin d'hausser le ton à la fin de sa phrase, comme l'humaine l'avait fait :

« Homme nommé il ? »

Sans attendre la réponse, le chat renard pointa sa queue en direction du mur ouest et prononça simplement, en regardant la prétendante:

« Epreuve. »

Un carré du mur disparu alors dans une lumière rouge, formant un trou de 2m de hauteur, et assez large pour laisser passer deux humains. Ce passage menait sur une salle en forme de cube parfait, d'où émanait une atmosphère lugubre. Une torche s'alluma dans la pièce , laissant apparaître un Golem du désert (5A) visiblement endormit. Le golem ne pouvait pas passer l'ouverture vu sa taille, mais cette créature était suffisante pour apeurer quiconque...

Ika s'assit alors en regardant vers l'entrée de la cellule du monstre, curieux de voir la suite des évènements, en battant doucement l'air de sa queue.
L'humaine aura-t-elle le courage requis pour aller affronter la bête?
Perdre quelques os suffira-t-il à la dissuader de libérer le félin? Ika sourit à cette idée. L'humaine n'aurait rien à perdre contre ce mirage.
Ou du moins, il l'espérait, Ignis lui aurait il joué un tour en transformant son épreuve?
“La solitude amène la solitude”, pensa Ika. Au moins, une multitude d'éclats sanguinolent éclaireront sa journée, cette journée hors du commun.

En attendant que l'humaine agisse, le prisonnier pensa à ce langage nouveau, et tenta de le comprendre, pensant à ces quelques humains de peu avant l'apocalypse, s'étant aventurés dans sa grotte. Il y trouva quelques similitudes avec un des langages qu'il avait rencontré, il essaiera à l'avenir de moduler avec ce langage...



(((HRP: rp très chiant je l'avoue, mais dû à mon manque de rp, désolé >.<)))



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Lun 15 Avr - 17:57 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Nausicaä tira une figure étrange en entendant le Demi-Dieu parler. C'était pas Français mais c'était à moitié compréhensible. Mais n'empêche que... c'était étrange... Elle gloussa sans pour toute fois se moquer de l'étrange façon de parler du renard. Car oui, ce Demi-Dieu était un renard de feu. Parfaitement charmant et tout ce qu'il y a de plus mignon.

- Nausicaä, répondit-elle à une question du renard. Et vous ?

N'ayant pas de réponses, elle suivit du regard le petit renard qui se tourna et montra un pan du mur. Mur qui disparu comme ça, comme par magie en faite. L'humaine ouvrit grand les yeux et laissa tomber sa mâchoire au sol. Bien entendu qu'elle connaissait la magie, mais ça lui faisait toujours cet effet de voir quelqu'un l'utiliser.

- Épreuve, dit ensuite le renard qui pouvait très bien être une renarde.

Mais elle n'allait pas aller vérifier ! Quelle indécence ! Mais faire ça ! Ça ne se faisait pas !
Enfin, elle n'allait pas se battre intérieurement pour savoir ce qui se faisait ou non. Il lui fallait se concentrer pour réussir l'épreuve. Elle regarda donc vers le trou qui était désormais dans le mur. La poussière dissipée laissa paraitre un...un... non ! Pas possible ! Elle commença à trembler, mais vraiment trembler de peur. Elle claquait des dents.

Tremblotante, elle se cacha, en s'accroupissant la taille du renard oblige, derrière le Demi-Dieu. Elle passa son nez au dessus de la fourrure rousse avant de se cacher à nouveau, comme si le monstre, un golem qui plus est, la voyait. Peu probable puisqu'il dormait.

- C'est...Gah ! Preuve ? C'est ça l'épreuve ?! réussit-elle à articuler entre ses dents serrées.

Elle fit une moue avant de regarder encore une fois le monstre endormit. Elle pencha la tête à droite puis à gauche avant de s'appuyer sur le dos du pauvre Demi-Dieu qui lui servait de bouclier et d'avancer la tête pour mieux jauger la bestiole.
Elle attrapa son menton puis médita un instant sur le comment elle pourrait faire pour allez... aller faire quoi d'ailleurs ? Tuer cette chose non tuable pour elle ? Se faire tuer et réduire en bouillie ? Secouant la tête pour chasser ses idées noires, elle plongea ses pupilles rouges dans celles du renard et lui fit un grand sourie:

- Vous voulez pas plutôt aller tuer cette chose tout seul ? C'est pas que je veux pas vous aider, mais là je me suis foulée le poignet en... faisant un truc et je peux pas dégainer mon arme.

Ah, l'excuse de la blessure ça marchait tout le temps ! Enfin, presque tout le temps parce que si y a des sous entendus derrière...


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Mar 16 Avr - 22:01 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Visiblement le chat-renard ne s’exprimait pas assez bien pour que la demoiselle, qui avait déformé son pâle visage d’un rictus évocateur… Et eut une sorte de hoquet, une légère contraction du diaphragme, confirmant l’impression du chat-renard que cette dernière était malade…
Elle répondit toutefois au chat, elle s’appelait
« Nausicaä ». Comme dans ce mythe nordique des humains… Le chat-renard se demandait si l’humaine connaissait son homonyme du passé…

La demoiselle lui demanda alors son nom. Ika grommela avant de se coucher sur la pierre. Visiblement, elle n’avait pas compris qu’il l’avait déjà cité deux fois. Cette humaine n’était pas très intelligente, il commençait à se demander si elle était vraiment digne de le libérer. Mais bon, d’après les paroles de l’intrigante jeune femme, il était d’usage de se présenter sans fioriture. Il prononça donc simplement
« Ika » avec un soupir exaspéré.

A l’apparition de la créature de l’épreuve, l’humaine révéla toute sa couardise, tremblant à la vue du golem, balbutiant… Et se cachant derrière le demi –dieu déchu. Allant jusqu’au contact physique et prétextant une légère blessure pour ne pas aller combattre. L’invocation ne tenait plus, elle griffa l’humaine en fêlant :

« Nausicaa devez combattre, ou partir si ein trop dur pour vous ! »

Ika s’éloigna de l’humaine pour se poster dans un coin, pour pouvoir observer et la porte, et l’entrée vers le domaine de la bête.. En veillant à ce que la demoiselle ne l’approche pas plus …

En attendant, l’invocation avait pu approcher d’un peu plus près la langue de la couarde.. Il arrivera peut être bientôt à communiquer clairement avec celle-ci..

Le golem ronflait paisiblement dans sa cage ouverte…



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Dim 21 Avr - 10:40 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Ika, un beau prénom qui sonnait un peu féminin à ses oreilles. Mais la demoiselle, blonde et pas très futée en ce moment, pouvait confondre un lubius avec un chat, bien qu'une grande différence soit là. C'était pas de sa faute si elle avait pas envie de réfléchir ! Enfin, elle soupira avant de ressentir une douleur au niveau de la main.

Hurlant à s'en décrocher les poumons, elle regarda sa main meurtrie par les griffures du renard. Dardant son regard rouge dans celui de l'invocation, elle jura avant de secouer sa main pleine de sang. Ha, elle n'avait rien pour se soigner en plus, rien pour penser. C'était bien sa veine, elle était douée mais aussi très chanceuse. C'est pas de sa faute si elle avait peur ! Et puis c'est quoi cette idée de fourrer un golem ici ?! Ils allaient pas bien les Demi-Dieux !

Avançant, toujours en jurant, elle s'empara d'un morceau de tissus de sa tunique qu'elle déchira pour le nouer en bandage. Elle grommelait, pestait et râlait. C'était tout elle ça, une vrai tête de mule mêlée à un caractère de cochon. Empoignant sa dague, elle regarda Ika avant de lui hurler:

- Tu vas voir ! Je vais te le massacrer ton Golem et après c'est toi que je massacre !

Un sourire narquois et sadique se forma sur ses lèvres blanches. Elle ne détestait pas les invocations mais là elle était énervée. Et bon, quand elle est hors d'elle elle est capable des pires folies, c'est comme ça, c'est Nausicaä.
Elle savait aussi que massacrer une invocation était impossible sur le plan physique, alors elle se contenterait de hurler comme elle sait si bien le faire. Elle pourrait se reconvertir en marchande de poisson, tien.

S'avançant toujours, elle se rua sur le monstre de pierre sans réfléchir.


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Dim 21 Avr - 15:40 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

La demoiselle bien froussarde ne s'attendait pas vraiment à ça. Elle vit rouge, sans mauvais jeu de mot; et cette agression du félin la fit enfin réagir. Alors qu'Ika se nettoyait les pattes quelques peu tachées par la blessure légère infligée à celle-ci, elle se pensa la main avec un morceau de tissu arraché à sa magnifique tenu ensablée.. 

Alors qu'elle proférait des mots inaudibles, sa mâchoire inférieure s'avançait peu à peu, et elle haussait le ton... Intéressant, ce réflexe était toujours présent chez les bipèdes... La colère. Les mammifères présentant cette émotion devenaient plus dangereux, imprévisibles, et ne se laissaient plus guider par leur raison.. 
C'est donc la colère qui se profilait sur le visage de la jeune Nausicaä, ce qui la rendait potentiellement dangereuse... Ika se replia en position de défense, prêt à riposter si l'humaine se décidait à l'agresser; même si elle n'avait aucune chance de l'envoyer dans les pommes, il ne voulait souffrir d'aucune blessure: il n'avait pas envie de souffrir, trop ennuyant. Il valait donc mieux se préparer à la riposte. 
Symptôme usuel de la colère, elle se mit à crier. En regardant droit dans les yeux du félin. Ika ne comprit que le fait qu'elle parlait du golem, et de lui-même.. S'attendant au pire, le chat-renard relevait les babines... Pour observer avec stupeur la demoiselle se ruer armée d'une simple dague sur le golem endormi... 

Cette humaine était stupéfiante... Elle était passée en un instant d'une couardise infantile à la témérité la plus folle... Soit l'humaine était folle, soit elle était stupide... De toute manière, il allait bientôt le découvrir. Pas que la folie le gênait après tout, l'invocation était elle-même capable du pire là-dessus...
En détendant les muscles, alors que l'ingénue rentrait dans la cellule du golem en hurlant, réveillant ainsi la bête, Ika sourit. Sa première épreuve était loin d'être facile, et l'humaine venait de la passer avec brio. 

Le golem se levait, imposant ses quelques 3 mètre à l'humaine désemparée. Alors que celle-ci ralentissait peu à peu dans sa course, se rendant compte de sa folie, le golem furieux de ce réveil inattendu vu la jeune femme et, comprenant qu'elle était la cause de son tourment, précipita un immense poing vers elle...
Dans un dernier élan de courage, prête à perdre la vie, elle plongea sa dague dans le golem. La première jambe qui passa à sa portée, elle y planta sa légère dague, qui ne résisterait sûrement pas à la roche... Le furieux poing du golem se précipitait sur elle... 

Avant de disparaître dans une fumée brûlante. Le mirage du désert était vaincu.

Ika se lève tranquillement, et rejoint la demoiselle dans la grande salle vide. Il ne peut pas encore la voir, à cause de la fumée, mais il garde le sourire au lèvre, trouvant cette demoiselle intéressante en fin de compte... Il était temps pour la seconde épreuve du chat-renard. 
Il avait longtemps pensé à cette seconde épreuve, mais ne pensait pas qu'elle arriverait si tôt, dès la première fois qu'on passerait son épreuve... 
Au début, il avait pensé à poser la même question qu'aux premiers humains qu'il avait agressé: "le matin j'ai quatre pattes, le midi deux, et le soir trois, qui suis-je?", mais on l'avait trouvé trop vite à son goût. Il avait par ailleurs écopé du surnom de Sphynge en ce temps là. De plus, quelques siècles plus tard, il avait entendu des récits oraux où figurait sa question, si celle-ci était toujours transmise, sa question n'aurait plus aucun intérêt. Il avait donc réfléchit à une autre question pour son test de sagesse. Ce qui n'était pas une mince affaire. Mais il avait trouvé, en pensant à cette antique civilisation, le sujet de son épreuve.

Alors que la lumière s'intensifie dans la pièce, une sorte d'étincelle de lumière écarlate illumina la pièce en son centre, laissant apparaître une sorte de petit coffre de bois ignifuge. 
Dedans, 6 petites tiges en bois, et un parchemin écrit dans le nouveau langage:

« Félicitation voyageur, tu as triomphé de ta première épreuve ! Mais pour asservir cette vile créature, tu dois vaincre la seconde épreuve.
Celle ci est la suivante: 
De ces 6 baguettes, 4 triangles simultanément tu dois faire. Rien de moins, rien de plus. La réponse tient en un mot. 
Si tu ne trouves pas, pars de ce temple et prie: Sapience n'entre point en âme malivole. »
Ces petites baguettes incassables étaient accompagnées d'un récipient en verre contenant une sorte de pâte collante, sûrement pour joindre les baguettes entre elles...

Ika vient se poster derrière le coffre pour miauler :

« Seconde épreuve, Nausicaä. »

Il allait pouvoir savoir si l'humaine était folle ou tout simplement idiote.
"Devrais je la tuer si elle rate l'épreuve..? Ce sont les idiots après tout qui plongent le monde dans le chaos... Cela réfère à mon devoir de demi-dieu de nous en débarrasser..."
pensais-t-il silencieusement...



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Dim 21 Avr - 20:32 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Le Golem lança son poing sur elle. Nausicaä vit sa vie défiler devant ses prunelles rouges. Ah, elle allait mourir sans pouvoir trouver son vrai but en ce monde. Parce que oui, l'excuse du remède pour son père... ce n'est qu'une excuse, malheureusement. Elle savait bien qu'il y avait déjà des objets pour soigner ce genre de maladie génétique. Et elle ne savait pas pourquoi elle était partit voyager en ce monde si ce n'est que pour le découvrir.

Elle ferma donc une demi seconde les yeux avant qu'un élan de courage, à moins que ce ne soit de la folie, l'envahisse. Elle hurla encore un bon coup et planta sa dague dans la jambe du golem. La lame ne résista pas et se brisa. Elle tomba à genoux, consciente qu'elle venait d'échouer et qu'elle allait mourir. Mais le coup de grâce ne vint pas puisque le monstre disparu dans un nuage de fumée. Une illusion. Elle rit, un rire nerveux, apeuré. Elle venait d'entre voir la mort, pourtant elle était toujours en vie. Les larmes coulaient, contre-coup de son moment d'adrénaline et de folie. Elle allait le massacrer ce renard. Il lui avait fait peur et mal en même temps. Elle ne pouvait que lui en vouloir. Pourtant ce sentiment n'arrivait pas à faire son chemin en elle...

Pleurant toujours, elle ramassa les débris de sa lame, contemplant le manche si finement gravé. Il était le travail de son père qui le lui avait donné un jour. Elle le gardait précieusement, cette dague étant comme un porte bonheur pour elle. Mais elle venait de se briser sur ce mirage. Un large sourire se dessinait sur ses lèvres, mais il n'était pas sourire de joie, ni de bonheur, mais il était sourire d'une folie qui grandissait jours après jours. Elle finirait par éclater.

Ika arriva, lui indiquant un pot de six bout de bois. Voilà la seconde épreuve. Une épreuve d'intelligence. Son rire nerveux s'intensifia tandis qu'elle s'emparait des bouts de bois. Elle les regarda un instant avant de les poser au sol, sans plus de cérémonie.
Le sol était d'ailleurs couvert d'eau, enfin, de ses larmes quoi. Il y avait aussi du sang, liquide poisseux et épais. Ta plaie, même pensée, ne cessait de saigner, et le combat n'avait pas dû arranger les choses...

Les morceaux de bois... L'énigme... Quatre triangles avec seulement six morceaux de bois... Cette question, elle la connaissait. Oui ! Elle la connaissait même très bien ! Elle prit trois premiers bout de bois et forma un triangle avec. Elle prit ensuite les trois autres et refit un triangle mais à l'intérieur du premier.
Voilà, quatre triangles. Mais la structure ne tenait pas. Un autre pot avec une pâte étrange, peut-être de la colle. Elle s'en saisit et inspecta la chose. Oui, de la colle. Elle colmata le tout et tendit son oeuvre au renard.

Elle venait de réussir une épreuve de plus, mais elle n'en tirait aucune joie. La dague, sa précieuse dague l'avait quitté. Et puis elle avait mal à cause seulement d'une simple griffure. Pourquoi était-elle si faible et inutile ?

- Voilà, tout est fini... Si y a rien d'autre, je peux te massacrer, dit-elle avec un voix bien faible.

Oui, elle était bien faible. Trop faible, même pour ses congénères. Atteinte d'une maladie héréditaire, elle ne pouvait s'exposer trop longtemps au soleil sans protection. Elle avait une décoloration au niveau de la peau et des cheveux, ses pupilles étaient rouges. En un mot, elle était un monstre...


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Lun 22 Avr - 10:14 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Ika s'étonna de voir des larmes sur le visage de Nausicaä. Des reflets rouge étincelant se reflétaient dans ses larmes... Une véritable rubis se formait dans les yeux de la demoiselle, et une véritable bouffée de nostalgie envahissait le coeur du chat-renard..

Il secoua la tête "Ressaisis toi bon sang !"

La demoiselle s'affairait avec les baguettes et la colle alors que ses larmes s'écrasaient avec fracas sur le sol. Après quelques bâillements, la demoiselle lui rendit un objet de forme bancale. Avec les baguettes de même taille, elle avait cherché à placer un triangle à l'intérieur d'un autre, mais les triangles extérieurs n'étaient pas complets de cette façon.

Ika secoue la tête. Elle est surement idiote... Mais elle le regarde avec ses yeux emplit de larme et de colère, ces reflets de rubis étincelant ensorcèlent le coeur du demi-dieu.. 
Une deuxième chance, elle a le droit à une seconde chance. Touché en plein coeur, Ika ne pouvait se résoudre à l'exécuter de cette façon..
La colle fond mystérieusement sur les baguettes avant de disparaître..
Ika prend la parole :

«Nausicaä, vous devez créer quatre triangles équilatéraux de même taille, devez penser différemment. »


Ika ne laissait transparaître aucune émotion dans sa voix, feignant l'indifférence. Pour mieux paraître indifférent, il s'en retourna dans un coin de la pièce, pour faire sa toilette. Après tout, elle disait bien vouloir l'attaquer, d'après ce qu'il avait comprit, alors pourquoi être plus conciliant avec elle ? Ce n'est que la première qui tente sa libération, après tout, il y en aura d'autre ...



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Lun 22 Avr - 11:38 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

En regardant sa création, Nausicaä se rendit compte qu'elle venait de faire une erreur. Ainsi donc elle venait d'échouer. Et Ika qui lui disait de se ressaisir. Belles paroles dans la bouche d'une divinité que de soutenir un être faible comme elle. Elle observa la mystérieuse colle fondre, libérant ainsi les morceaux de bois de mêmes tailles. Comment n'avait-elle pas pu voir ce détail si flagrant ? Enfin, le renard lui laissait une seconde chance, quelque chose dont elle n'avait jamais eut le droit.

Oui, elle voulait porter toute la misère du monde, elle voulait que ses problèmes soient plus important que tout. Elle était égoïste, mais n'est-ce pas là dans la nature des hommes que de ne penser qu'à soi même ? Elle secoua la tête. Elle devait se ressaisir ! Elle devait retrouver cette joie qui était sienne il y a peu. Elle devait réussir ! Pour elle ! Pour le renard ! Prétentieuse créature qu'elle était à présent. Croire qu'elle réussirait alors qu'elle avait échoué une fois. Qu'il était fou de penser qu'elle réussirait alors que l'énigme qu'elle pensait connaitre n'était en faite qu'une tromperie de sa mémoire. Mais l'espoir faisait vivre et elle en avait.

Regardant longuement les morceaux de bois, elle commença à former un premier triangle. Une deuxième chance, une seule et dernière chance, l'erreur ne devait pas être là !
La solution était en un mot. Et il était question de triangles, tous équilatéraux. C'était de la géométrie pure et simple. Enfin, simple était un grand mot pour décrire ça.

Elle était assise en tailleur, les bras croisés, le regard fixe sur son triangle et ses trois bouts de bois. Elle réfléchissait. Géométrie... Un truc qu'elle n'aimait pas du tout ! De toute façon les maths et elle ça faisait beaucoup. En plus de ça, elle se souvenait d'une figure qui l'avait traumatisé pour elle ne savait plus quelle raison. Cette figure était composée de quatre triangles équilatéraux et de six arrêtes seulement. C'était quoi déjà son nom ? Téra... tétra... tétraèdre ! Wha ! Qu'elle détestait ce nom !

Elle tira la langue, dégoutée et continua à chercher, ne faisant aucun liens entre le tétraèdre et l'énigme.
Nausicaä eut soudain un éclair de génie - très rare. Elle prit les bouts de bois et s'affaira à faire un tétratruc en collant le tout avec de la colle. Fière de sa réalisation géométrique détestée, elle se leva brusquement et regarda le renard qui s'était complètement désintéressé d'elle.

- Un Tétraèdre ! Voilà la solution, Ika !

Elle venait de retrouver sa joie d'avant. Elle venait de retomber en enfance, cette enfance qui la caractérise si bien. C'était elle, la Nausicaä insouciante des dangers et de la vie, la Nausicaä qui ne faisait attention à rien et fonçait dans le tas.


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Lun 22 Avr - 18:06 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Ika s'étonnait de la détermination dont Nausicaä faisait preuve dans cette épreuve... Elle se retournait les méninges devant ces simples morceaux de bois...

Elle semblait en transe, comme mêlée entre des sentiments totalement opposés...

Ika n'avait jamais posé cette énigme à personne avant elle, il ne connaissait donc pas la difficulté liée à celle-ci pour un humain... Mais il supposait que ce serait suffisant pour éloigner les plus idiots..

Ika venait de finir la toilette de son pelage, quand il s'approcha de la demoiselle... Elle se releva d'un coup en criant, et en brandissant son œuvre :

« Un Tétraèdre ! Voilà la solution, Ika ! »


... Tétraèdre... Quel drôle de nom les humains avaient inventé pour qualifier les pyramides...
Ika esquisse un sourire. C'est ça, c'est bien la réponse qu'il attend. Il regarde la demoiselle s'agiter d'un air candide.


« Félicitation Nausicaä. Epreuve seconde réussi ! Mais la plus dur est la suivante...»
dit-il.

Il retourne dans son ancien cellule en soupirant bruyamment. Cette épreuve était la plus capitale. Non seulement celle-ci était la dernière, l'ultime épreuve avant sa libération mais également la seule qui le touchait vraiment. C'était l'unique qui avait un réel intérêt pour lui. Les autres n'étaient qu'une manière de s'amuser et de rejeter les humains qui n'étaient pas digne de lui. Celle-ci serait déterminante pour son futur à l'extérieur.

Ika se poste au centre de sa cellule, cette cellule qu'il connait par coeur, cette cellule si familière qu'il allait peut être bientôt quitter...

Il se retourne pour dévisager la demoiselle.. Posté en position assise, les pattes avant bien droites, la queue enroulée autour d'elles. Il déglutit, comme nerveux à l'idée de ce qu'il allait prononcer...

« Ta dernière épreuve, Nausicaä, convaincre Ika de quitter sa cellule et de te suivre. »

Il observait très sérieusement la demoiselle dans son état candide, car elle était visiblement bipolaire, ce qui était quelque peu intéressant pour Ika.. Il attendait la réponse de la demoiselle, réponse déterminante pour l'invocation, qui allait tout faire pour comprendre du mieux possible le langage de la demoiselle, grâce aux quelques mots qu'elle avait déjà prononcé.

C'était l'instant décisif qui se profilait devant lui..
"Bonne chance, Nausicaä" pensait-il.



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Lun 22 Avr - 20:53 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Le renard se leva pour se placer au centre de la pièce en lui annonçant qu'il restait une dernière épreuve. Le visage de Nausicaä se décomposa en une grimace des plus marrantes. Comment convaincre un renard de sortir d'ici autrement que par la nourriture ? Et encore c'était pas fiable comme technique.

Elle ne savait pas, mais alors pas du tout. Tournant un moment en rond, elle s'assit devant la divinité et le regarda dans les yeux. Elle s'imaginait mille et un scénarios pour le faire sortir de ce trou très... grand. Elle était tellement dans ses délires qu'elle faisait de grands gestes sans s'en rendre compte.

*Alooors... Si je l'attrape par la queue et que je le traîne comme un sac à patate hors du temple. Non, trop risqué. Je lui fais un gros bisou ? J'crois pas qu'il apprécierait... Mais trouve bon sang ! Tu vas pas abandonner à la dernière épreuve tout de même ? Si ? Ah bon.*


Elle se remuait les méninges et se remuait elle même. Parce que oui, quand elle réfléchissait vraiment trop elle gesticulait sans raisons et sans avoir conscience de ce qui l'entourait. En même temps, les idées qu'elle avait étaient toutes plus idiotes les unes que les autres. Son instant de génie qui l'avait fait brillé durant la seconde épreuve était bel et bien partit. Quel dommage...

Nausicaä était perdue, incapable de fournir une réponse correcte. Y avait-il seulement une seule réponse à cette énigme qui n'en était pas une ? Elle regarda dans toute la salle, cherchant une quelconque aide, même minuscule. Rien, il n'y avait absolument rien ici. C'était triste, vide, morne, sans vie. Comment il avait pu survivre tant d'années là dedans ? Y avait même pas de quoi lire ! Un enfer en soi. Elle frissonna. Elle ne pourrait jamais vivre comme ça, tout bonnement impossible à concevoir.
Il était pas devenu fou à rester tout seule sans parler à personne ce renard ? Il était encore quelqu'un de censé ? Elle avait des doutes mais bon, comparé à elle, il ne pouvait qu'être censé.

- Boooon. Comment veux-tu que je te convainc de sortir si ce n'est pour te dire qu'au moins dehors tu ne seras plus entre quatre murs et tu pourras jouir d'une parfaite liberté factice ? elle venait de parler vite, respirant à peine.

A part cet argument, la liberté, elle ne trouvait rien d'autre à dire. En même temps, y avait pas grand chose à dire parce que pour convaincre un renard de sortir fallait être intelligent, ce qu'elle n'était pas.


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Mar 23 Avr - 11:58 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Après quelques tours de cellule, la demoiselle se posta droit devant Ika, le regardant droit dans les yeux.. Quelque peu perturbé par cette posture, Ika évitait le regard de la jeune fille.. Qui se mettait à faire de grands mouvements, gesticulant dans tous les sens, avec une dégaine bizarre. Très étrange cette fille... Ika espérait qu'elle ne serait pas effrayée par les yeux ronds que tire le chat renard en réaction aux ondoiements des membres de Nausicaä.

Après quelques bâillements (qui est, vous l'aurez remarqué, la seule mesure de temps fiable dans cette cellule), Nausicaä pris la parole pour exposer son unique argument.

Ika fut quelque peu étonné par le nouveau mot que Nausicaä utilisait pour le désigner. Quelle était la différence entre le vous et le tu ? Mais ce n'était pas tant la forme qui importait mais bien le fond.

Liberté. Ce concept de moral qui était apparu chez les humains, une civilisation assez récente, une des premières qui réflechissait sur le monde... Pouvoir jouir du concept d'autodétermination en réalité. La capacité à suivre son propre chef pouvait en effet manquer au chat-renard. Liberté factice. Jamais Ika ne retrouvera sa liberté d'antan. Il préférait encore cette vie carcérale que de jouir d'une pseudo liberté à l'extérieur, soumis au bon vouloir d'un humain...

« Ika regrette Nausicaä, mais liberté factice ne pas vaut liberté vraie. Sortir pour fausse liberté est torture que Ika ne pas mérite. Approcher de liberté est inutile si liberté inaccessible. Alors si Nausicaä ne pas a d'autre idée, Nausicaä pouvez partir. »

Ika fait la moue. Il regarde sa cellule qu'il connait par coeur. Il n'a pas vraiment envie de partir. Il n'y a qu'ici qu'il est vraiment libre après tout...



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Nausicaä Ludwiga
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 07 Nov 2012
Messages: 79
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Chasseuse guérisseuse
Invocation(s): Kamaël; Hasmaël; Ika
Annonce: Me MP sur Ephylix.
Inventaire: Dague/ Epée volée / 0T
Double compte: Ephylix
Point(s): 203

MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 19:17 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

- Tu as raison, une fausse liberté n'est pas un bon argument... Ce n'est même pas attirant, pas du tout. Mais... Que veux tu que je te dise ?

Elle ne savait pas, vraiment pas. Et qu'elle fallait qu'elle parle à ce renard durant de longues heures, elle le ferait. Pourquoi Nausicaä voulait tant qu'il puisse retrouver le soleil ? Pourquoi voulait-elle tant qu'il puisse sentir à nouveau le vent et l'odeur de la pluie ? Pourquoi voulait-elle qu'il vive à nouveau ? Parce que là, à son sens, il ne vivait pas mais survivait comme il pouvait. Mais pourquoi ? Elle n'avait aucune affinité avec les invocations, et encore moins avec Ika. Mais elle compatissait, elle ne connaissait pas cette grande souffrance que d'être enfermé sans rien faire, sans aucun pouvoir.

Déjà que pour elle, l'immobilité était un fléau, l'enfermement une malédiction, mais pour ces divinités punies malgré elles, condamnées à servir les hommes et à attendre un temps indéfini sans jamais rien dire, sans jamais pouvoir se plaindre... Enfin si, elles pouvaient parler et se plaindre mais c'était pour donner plus de dramatique à ses déductions.

La jeune femme soupire avant de passer une main gantée sur son front. Elle ne sait pas quoi faire pour convaincre cette tête de mule. Mais en même temps, une mule, peut-on réellement la convaincre ? Hum, oui, mais avec de la nourriture, et elle doutait fortement que monsieur renard voudrait sortir contre un steak. C'était tout bonnement impensable et fou.

- T'en as pas marre de parler avec les murs ? dit-elle comme ça, juste pour parler parce que le silence devenait trop pesant et ses pensées trop agitées. Parce que vos conversations doivent pas être très... constructives ? amusantes ? distrayantes ? Et puis éclaires ma lanterne, veux-tu, oui ou non, sortir d'ici ? Parce que si tu le voulais vraiment, tu n'aurais pas fais toutes ces épreuves. Enfin, tu m'as donné une seconde chance c'est que tu dois, un minimum, vouloir voir le monde. Mais j'arrive pas à te suivre, murmura-t-elle avant d'inspirer et de reprendre, tu es étrange, incompréhensible. J'arrive pas à te cerner. Normalement un prisonnier, tel qu'il soit, s'il a la chance de revoir la liberté, tel qu'elle soit, ne se prive pas et se rue dehors. Toi tu es réticent. Aurais-tu peur de découvrir quelles horreurs se cachent là haut ? Aurais-tu peur de voir la réalité ? Désolée si je t'offusque mais, pour moi, tu as un comportement lâche.

Elle soupira avant de brièvement fermer les yeux et de passer une main dans ses cheveux emmêlés, un truc qu'elle détestait.
Nausicaä venait de dire l'une des quatre vérités à la divinité. Et tant pis si elle s'en prenait plein la figure par la suite. Ika devait connaître le fond de sa pensée. Toujours comme ça elle, directe, aucun tact. En plus elle n'avait pas finit, parce qu'il commençait à l'énerver et elle ne savait pas pourquoi. Bon, il en fallait peu pour qu'elle s'énerve aussi.

- Je vais te dire moi ! Je vais te dire ce que je pense vraiment de tes épreuves ! Tu cherches à te convaincre toi même que tu n'es pas aussi faible que tu le penses. En faite, que tu sois une divinité ou pas n'y change rien, tu es une créature bien couarde, comme moi. Tu as peur du monde de dehors ? N'est-ce pas ? A moins que tu sois nostalgique au point de ne pas vouloir quitter ton nid douillet. Et cette histoire de non liberté, pour moi c'est du flan ! Certes, c'est pas marrant de pas être totalement libre, comme je l'ai dis il y a peu, mais la vérité c'est que tu as peur. Je te le dis et je te le répèterais encore et encore. Alors soit tu veux vraiment sortir et tu viens avec moi, soit tu estimes que j'ai échoué et tu me tues.

C'était risqué, très risqué, trop risqué. Elle s’aventurait sur un terrain glissant. Elle savait qu'elle allait sûrement mourir, et Kamaël et Hasmaël lui en voudrons beaucoup, mais il fallait bien ça pour décoincer le renard.

- Je sais que je prends de gros risques, je sais aussi que tu es parfaitement capable de me tuer de sang froid, en témoigne ma main qui a souffert, maintenant encore. Mais il faut te décider, Ika, il faut que tu pèses le pour et le contre, que tu choisisses ce que tu veux réellement. Pourquoi attendre et imposer des épreuves si tu ne veux pas sortir ? Pourquoi laisser une chance alors que tu veux rester ? Réponds à ces questions, Ika, réponds et viens avec moi, ou alors... mets fin à ma vie. Je te le redis, mais c'est une demande. Je ne suis pas suicidaire, mais je réalise...

Qu'elle était complètement tarée, téméraire, folle, peu consciente de sa vie. Mais pourquoi elle décidait, à ce moment précis, de jouer aux philosophes ? Pourquoi maintenant ?! Elle tenait si peu à la vie ? Pourtant elle aimait ça, vivre. Un paradoxe total cette fille !

- Que finalement, je ne sais rien de toi...

Elle sourit faiblement avant de fermer les yeux et d'attendre.


Revenir en haut
Skype
Ika
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Fév 2013
Messages: 32
Crédits Avatar: Image originale: Fantatara (deviantart)
Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Libéré !
Invocation(s): Moi-même !
Invoqueur: Nausicaä Ludwiga
Annonce: N'oubliez pas de voter ! (Surtout le top 2 !)
Inventaire: Des poils, beaucoup de poils.
Sorts: Feu 1, Ignifuge
Point(s): 24

MessagePosté le: Ven 26 Avr - 08:22 (2013)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard Répondre en citant

Ces quelques mots ainsi prononcés, Nausicaä relevait la partie intérieure de ses sourcils. Ika croit que cela veut dire qu'elle est contrariée. Étonnant n'est ce pas ? Qu'elle ne veuille pas avoir subit toutes ces épreuves pour rien ! (Même pas une poignée de cacahuètes !) hum, bref. Les quelques phrases qu'elle formula indiquaient clairement son désespoir quand à cette ultime épreuve.

Elle s'agitait encore, muette, moulinant l'air de ses bras et jambes dans une danse sans nom, toujours dans cette fameuse réflexion dansante qui la caractérisait déjà, rendant ses faits d'esprit pour le moins mouvementés.

Mais déjà elle s'arrêtait, retirant ce spectacle sympathique de l'œil amusé du grand chat, pour prendre la parole. Une vague, un déferlement, non, un tsunami de question agressa soudainement le félin qui ne s'y attendait pas, et l'engloutissait sous le poids de sa propre réflexion réagissant à ce questionnement abusif et agressif.

Ça parlait de discussions murales, d'échanges spéciaux mais peut être spécieux, d'espaces même après, et son appréhension. Elle en venait à parler de cette illogique illusion de l'épreuve devant écarter les prétendants à sa libération. Et enfin l'ultime question s'abattait avec le même fracas que les précédentes mais non sans une pointe de narcissisme renaissant dans le cœur de la bête.

Parler aux murs. Quelle distrayante symphonie en ressortait. Cela lui avait prit, il est certes vrai, quelques bon milliers de bâillements, au bas mot, de discussion avec cet entassement de roches métamorphiques à structure micacées mais dur à casser, preuve en est du golem, qui n'était pas que micacé depuis.
Mais le chat-renard s'était lassé de cette mélodie, toujours les mêmes fausses notes, des plus désagréable pour une bonne oreille: ce n'était que le pâle reflet de sa propre réflexion qui lui répondait, et cette monotone mélancolie qui en résultait avait rendu maussade sa propre voix à l'oreille du renard chétif mais avait toutefois rendu également ses lettres d'or à la folie psychologique qui hantait l'animal depuis ce sombre caveau de l'Ancien Monde qui avait vu périr une bonne mole d'humains (parfait engrais au passage, ces humains).

Il devait donc formuler toutes ces réflexions à la demoiselle, ce qui n'était pas mince affaire, car malgré le fait qu'il ait compris ses saines paroles, elle demeureraient vaines s'il ne pouvait en formuler une audible et peut être horrible réponse (bien que cette dernière facette soit improbable au moment présent).

Prenant ainsi une voix de vieux sage asiatique (nan, nan, il a pas fait ça, surtout que les asiatiques ça existe pas sur Arcane, mais c'est pour l'image ..! ... Parce qu'il reste parfois incompréhensible quand même... Non ? Oh, et puis zut ! ), il prit la parole en bâillant (et c'était pas très pratique):

« La solitude est léviathan du sociable, mais source de kalos pour l'ermite. Et si lâcheté prend peur du discours du mur, folie permet règne du sans ennuie. »

Eh oui ça voulait dire quelque chose ! En tout cas pour le chat-renard, même votre narrateur commence à avoir du mal à le comprendre... Hum, passons.
C'en était assez pour la première salve de question. La seconde était liée, étroitement, à l'ultime.
C'était à son sens, plutôt évident, ça coulait limite dans son sang, et c'était pas de veine pour la demoiselle qui avait posé une question inutile, ou l'était-elle réellement ?
S'il avait instauré ces épreuves, c'était bien évidemment pour jouer le jeux de son père, tenter de repousser ceux qui voudraient le libérer, et par sécurité, installer une épreuve qui lui permettrait de ne point être enlevé contre son gré. Il n'était toutefois pas assez sadique pour précipiter tout humain qui marchait vers lui vers une mort certaine, d'autant plus qu'il ne considérait pas ces humains là responsables des actions de leurs ancêtres, à moins que leur idiotie se reflétât à leur nature même. Mais l'humaine marquait un point en disant qu'inconsciemment, la créature devait avoir envie de sortir, sinon elle n'aurait pas donné cette seconde chance à cette enfant de leur création. Voilà donc les desseins non dévoilés d'une créature divine qui ne respecte pas même la devise du vieux temple qu'elle aperçut un jour : “ Connais-toi toi-même „ . Voilà un coup que prenait l'égo de l'invocation, et un violent ! Les yeux d'Ika formèrent un joli ménisque alors qu'il se rendait compte de sa faiblesse. C'est alors que surgit un mot un seul, avec pour vaillant objectif de l'achever.
« Lâche. »
La peur, certes il l'avait, et dans le museau, mais la lâcheté, ça non. Il était bien au-dessus des hommes qui se rendaient fameux par leurs excès de couardise qui leur avait par ailleurs dotés de cette horrifiante facette sociale.

Ainsi l'ordre des phrases de Nausicaä était fameusement pensé, ou l'œuvre d'un génie, car amenait le félin à rejeter le coté social humain pour le confronter à l'égo du renard face à la lâcheté du rejet de l'extérieur si semblable à la lâcheté humaine. Son égo ne lui dictait qu'une chose :

« Nausicaä apprendra que Ika loin de lâche être car lui bien supérieur à tout humain. Je ne peux pas te montrer car Ika n'a pas peur de Nausicaä, c'est simple. »

Ces paroles étaient sorties toute seules, grâce à un fort mimétisme de la langue de Nausicaä, dont le vocabulaire se prêtait fort bien à ce genre de réponse. Cela refléterait-il une similitude entre le caractère du demi-dieux et de l'humaine ? Sûrement pas, ce serait une trop grande insulte pour lui.

Et après la grande phase de questions vint celle des exclamations. Elle s'attaquait bien plus profondément à la carapace du chat-renard, elle s'appliquait à émietter ce qui restait de la coquille psychologique du félin. Lâche, couard, peur. Ces mots revenaient bien trop souvent au goût du chat-renard, d'autant plus pour le qualifier lui-même, qui n'avait pas hésité à tuer pour sa tranquillité adorée.

Nostalgique. Il l'était ? Ou peut-être était-ce simplement de la fainéantise ? Tout était ainsi fait en tout cas qu'on ne pouvait voir qu'en mal les actions du matou volumineux. Mais il avait ses raisons. Ils n'avait tout simplement pas envie de quitter son nid douillet, toutefois cette facette disparaissait peu à peu, chassée par le regard de défi de la jeune femme.

Elle termina ses injections par un ultimatum. Idée alléchante que de céder à la tentation de lui lacérer le ventre, et voir voler les bouts de tissus, rougeâtres sous l'éclairage de la cellule, puis se repaître de son sang, premier repas depuis des millénaires. Qu'est ce qui lui empêchait, après tout, d'en finir avec cette gêneuse ? ... Il s'approchait d'elle, le sourire aux babines, les flammes dansant dans ses yeux, humant l'air par un instinct bestial, et pourtant bien plus noble qu'humain. Comme un prédateur s'apprêtant à se jouer de sa proie, en arrivant à hauteur de la jeune femme, il se mit à faire les cent pas autour d'elle.

« Nausicaä penses que je suis faible, que je suis lâche, mais c'est la bêtise du humaine qui fait dire à elle. Ika suis bien au-dessus de toi humaine, et ne saurait souffrir de sentiment si puérils. Je suis kalé ici, et c'est par volonté que je ne pars pas. »

Il parlait en fêlant, crachant presque, pour être plus menaçant. Toutes griffes dehors, il faisait durer son plaisir à déterminer comment il allait la tuer. Une seconde il regardait un mur, voir ce qu'il en disait. L'artère fémorale ? C'était une bonne idée du micacé, et pas qu'à moitié ! Il ne restait plus qu'à bondir sur elle...

Mais elle reprit la parole. Elle voulait faire appelle à la raison du divin, le convaincre plutôt que le persuader. Des sages paroles découlait de la bouche d'une créature pourtant si jeune. Pourquoi s'obstiner à laisser une chance si au fond il ne voulait pas sortir ?
L'instinct reprenait le dessus. Une folle envie de meurtre coulait en lui. A bat la raison, si elle ne nous mène à rien ! Il fléchit ses pattes, pour un bond létal sur la demoiselle !

Mais s'arrêta net. La dernière phrase de la demoiselle, pleine d'émotions, s'était accompagnée dans le cœur de l'invocation, comme un flash rubis, les larmes de la fille, au sempiternel joyaux pareil. Un ouragan. Un ouragan d'émotion tournoyait dans l'invocation, qui ne pouvait plus se résoudre à la tuer elle.

Pourquoi elle ? Pourquoi aurait-elle le droit de survivre et pas les autres ? Qu'a-t-elle de spéciale..? Elle. Elle est spéciale. Cette demoiselle aux larmes rubis, à la réflexion dansante, lunatique dans sa témérité comme sa couardise, se révoltant pour le destin carcéral qui n'est pas le sien. Cette demoiselle qui lui faisait éveiller sa curiosité de l'extérieur, en lui révélant à lui même sa volonté profonde de sortir, cette demoiselle, qui pouvait le faire sombrer dans cette folie rocheuse comme l'en extirper, cette demoiselle qui restait là contre son gré, pour le forcer à réagir, cette demoiselle qui le mettait au pied du mur tout entier et pourtant mi-cassé (à cause de la porte, c'est comme s'il était presque cassé !) , cette demoiselle qui une seule seconde ne s'était tournée vers la sortie, cette demoiselle qui hantait maintenant son esprit, cette demoiselle, oui, était spéciale.
En quoi l'est elle ? Elle l'est, car c'est son invoqueuse.

« Je vais te montrer, toi qui as réussi ma dernière épreuve, que je ne suis pas lâche ! Suis Ika, humaine, et tu découvriras du demi-dieux ce que la connaissance du ton espèce peut acquérir ! Apprend à Ika ce langage mystérique et il apprendra à Nausicaä de quoi il est fait. Si Nausicaä ça mérite. »

Il avait parlé, gonflant le buste pour cacher son émotion, et regardant de haut sa nouvelle invoqueuse. Puis, comme prit dans un regret d'avoir parlé trop vite, il avança vers elle pour appuyer son pelage contre sa jambe en avançant, façon à lui de marquer Nausicaä comme l'appartenant, même s'il savait pertinemment que c'est lui qui lui devait obéissance, et non l'inverse, mais il avait sa fierté à conserver. Il sentit une étrange chaleur à ce premier contact volontaire avec la belle demoiselle, c'est pourquoi il s'écarta rapidement pour se poster devant la porte de sa cellule, pour inviter sa nouvelle maîtresse à ouvrir la porte vers leur destin.

Bien sûr, il ne manqua pas un dernier salut à l'attention de sa chère cellule, micacée, mi-triste de ce départ, même si pour l'invocation comme le mur, ce n'était qu'un au revoir: les humains sont mortels...



La comédie féline, sommaire de la pièce.
Ika, monopole de la couleur cinabre (code ED1703) depuis 1924.
Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:05 (2016)    Sujet du message: La sombre cellule du chat-renard

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple du Feu Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com