Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Perdu parmi les fantômes.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Les Ruines de Nécra
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 20:13 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

CHAPITRE 5 :
Perdu parmi les fantômes.



Citation:
"Ruines de Nécra.
Si vous tenez à la vie ne vous en approchez pas."

Panonceau illisible
à l'une des entrées du château
.



*Parti… Parti ?! !*

L’information avait eu l’effet d’un électrochoc violent sortant indéniablement la jeune femme de sa torpeur matinale. Ses yeux s’étaient écarquillés sous la surprise et son buste s’était soudainement redressé entièrement. Face à sa réaction et avant qu’elle n’ai eut le temps de répliquer quoi que ce soit Körlys s’était empressé de continuer. Malheureusement, au lieu de lui porter réconfort, ses paroles la révoltèrent littéralement.

« Inutile de partir à sa recherche dis-tu ?! scanda-t-elle en se relevant maladroitement.
Ce pauvre petit, tout seul… »

Elle lança un regard noir à Körlys tout en rassemblant ses maigres affaires. Décidemment les Dieux l’avaient pas gâtée en la mettant à l’épreuve de trouver le juste équilibre entre eux deux. Entre la Terre brute et solide, et l’Eau fluide et insaisissable. *Obliger de rester ici au cas où le brigand reviendrait… Et si c’est le gosse qui est tombé nez à nez avec lui ?! Non mais franchement…* Körlys faisait parfois preuve d’un manque de logique aux yeux de l’apprentie que ça en devenait exacerbant. Marmonnant des parles incompréhensibles à toute vitesse afin de ne pas déverser sa colère sur son compagnon de vie, elle s’était assurée de ne rien avoir oublié et s’était retournée vers l’invocation enraciné face à elle. Elle déplora ce manque d’émotion qui avait déserté depuis longtemps son masque de bois. Calmée de s’être activée ainsi, elle lui lança d’une voix plus posée mais déterminée :

« Il nous faut le retrouver Körlys. Je te remercie d’avoir prit la décision de veiller sur moi cette nuit, concéda-t-elle en un murmure, mais je n’aurai l’âme en paix qu’après avoir eut la certitude qu’il ai bien rejoint son village. Je ne pense pas que les ruines de Nécra soient loin d’ici. Si nous les atteignons, à mon avis Rudeval sera facile à trouver. »

Levant son regard elle aperçut l’astre à l’est et se lança en sa direction à grande foulée obliquant vers ce qui semblait être le nord. Elle ignora son estomac vide malgré ses grognements mécontent. Jawhara oublia sa faim la nourrissant simplement d’une inquiétude dévorante. Max, à un ou deux ans près, avait le même âge que Nahèl. L’image de son demi-frère se dessina devant elle. Son sourire malicieux. Son regard brillant lors qu’il posait ses deux petits yeux sombres dans les siens. Elle crut même entendre l’espace d’une seconde son rire mutin et Seti, sa mère, pousser des cris partant dans les aigus comme à chaque fois qu’elle découvrait ses farces enfantines. Puis les voix douces et rassurantes de son frère Khatib et de sa mère biologique essayant de la calmer. Son cœur se serra encore plus à ses pensées. Il se comprima tellement fort dans sa poitrine qu’elle eut l’impression qu’il sauta quelques battements vitaux. Non, elle ne se le pardonnerait jamais si la moindre petite chose était arrivée à Max.

Le sol sembla alors se dégarnir comme si la vie parvenait avec difficulté à prodiguer ses soins bienfaiteur. Les cieux s’était couvert de nuages sombres et épais filtrant la lueur du jour. Malgré le milieu de matinée on aurait pu croire qu’un crépuscule constant baignait la contrée. Puis les vestiges étaient apparus. Cadavre à l’abandon d’une ancienne forteresse dont quelques tours éventrées s’élevaient avec difficulté vers les cieux ternes. Les pierres de l’édifice encore visibles étaient noircies par endroit, là où il y a déjà de nombreuses années, le baiser mortel des flammes avaient laissé ses traces. La végétation, hostile, s’était emparée des lieux ; des ronces agressives s’entremêlaient pour créer une barrière végétale alors que le lierre parasite avait dévoré toute surface auquel il pouvait avoir accès. Les ruines dégageaient une atmosphère maléfique palpable.

Jawhara s’était stoppée face à ce triste spectacle, un frisson lui hérissant les petits poils couvrant sa nuque. Körlys s’arrêta derrière elle. Sans la moindre protestation il l’avait suivit, tout simplement. Sa présence fut alors plus rassurante qu’elle ne l’aurait espérée. L’apprentie n’eut pas besoin d’avoir déjà visité les lieux pour reconnaitre l’endroit. Nécra : le château maudit. Les textes étaient rares à son sujet, sur ce qui s’étaient réellement passé ici. Beaucoup de rumeurs, toutes aussi horribles les une que les autres, circulaient faisant naitre une peur craintive qui s’était rependues sur toute l’île. Certaines, les plus récurrentes, parlaient même de… fantômes. Et comme chacun sait, il n’y a jamais de fumé sans feu.


« Ne tardons pas dans le coin, murmura Jawhara d’une voix inquiète. »

Même ses mots, complètement inutiles il en va de soit, s’étaient comme figées dans l’espace temps. Un profond mal aise s’était emparé de la jeune femme. Quelque chose ne tournait vraiment pas rond ici. Puis son regard se posa sur un buisson aux épines acérées. Un morceau de tissu brun, déchiré et couvert de petites tâches de sang séché, était accroché là. Un courant d’air glacé le fit trembler. Jawhara sentit son estomac se nouer. Elle devina qu’il s’agissait d’un bout du pantalon du garçon. L’apprentie y vit un message divin. *Max… * Bravant la petite voix de sa conscience qui lui hurlait avec désespoir de ne pas s’enfoncer dans les ruines, oubliant même le demi-dieu se trouvant dans son dos, elle courut alors droit devant elle au travers d’une allée. Elle avait attrapé au passage le morceau de tissu qu’elle serrait fort entre ses doigts. Sa tête pivotant sur son cou, son corps tournant sur lui-même, elle jeta des coups d’œil rapides tout autour d’elle espérant trouver un nouveau signe que les Dieux, espérant apercevoir la tête d’ange blondinette de Maxwell. Mais un mal terrible était déjà à l’œuvre ; la peur, vicieuse, s’insinuait doucement en elle contaminant chaque parcelle de son esprit…


Crédits: Velinov





Dernière édition par Jawhara elm'Zohra le Jeu 21 Fév - 16:38 (2013); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Dim 17 Fév - 20:13 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Dim 17 Fév - 22:13 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Dès qu'ils furent entrés dans les ruines, Körlys ressentit un léger sentiment d'anxiété. Quoiqu'il se trouve à l'intérieur de ce que Jawhara nommait les "Ruines de Nécra", c'était tout sauf accueillant. Pourtant, ce malaise qu'il ressentait le quittait très vite lorsqu'il jetait des regards en coin à l'humaine. Car en passant au milieu de ces ruines et de ces débris inquiétant, il ne pouvait s'empêcher de repenser à son plan visant à l'endurcir. Il savait que le petit garçon était un voleur, ou un brigand, qui tentait d'attirer Jawhara dans ces ruines afin de la dépouiller. Il aurait très bien pu lui dire et continuer sa route jusqu'aux plaines, bien plus au Nord, mais cela aurait été bien moins amusant. La voir tourner en rond à la recherche d'un petit brigand ne faisait que la rendre plus ridicule. Et plus elle perdrait de temps à le chercher, plus elle serait forcée d'admettre que les humains, quel que soit le monde, l'époque ou l'âge, pouvaient être capables du pire.

Körlys avança ainsi et suivit Jawhara sans rien dire. Malgré sa carapace de demi-dieu endurci et insensible, il peinait à marcher sans continuer de ressentir ce malaise. L’absence de végétation et de vie rendaient le lieu pénible. De plus, c’était comme si le soleil ne parvenait pas jusqu’aux ruines de Nécra. Comme si un voile invisible empêchait le monde extérieur d’apporter de sa beauté. Les arbres étaient inexistants, les cours d’eaux, s’ils avaient existé un jour, était asséchés. Seules quelques ronces et buissons recouverts de branchages secs et craquelant décoraient ce spectacle macabre. La végétation était ainsi, dans sa globalité, vraiment indomptée et cruelle à voir pour un fils de Terra. Le temps semblait s’être arrêté ici tandis que le reste du monde continuait d’avancer. Pas un bruit ne filtrait à travers les couches de brume et divers chemins donnaient l’impression de s’engouffrer dans un labyrinthe dans lequel il était facile de se perdre. Autrefois un château, les différents couloirs et allées étaient si vastes et nombreuses que Körlys devina qu’il s’agissait d’un immense palais où un terrible mal s’était abattu. Les pierres grises ou calcinées formaient des allées toutes similaires et pourtant différentes dans les détails. Oui … Il était très facile de se perdre, et sans laisser des repères derrière soi, ou sans avancer prudemment, Jawhara serait morte de faim avant d’avoir retrouvé la sortie. Avant même d’avoir pu proposer d’agir avec prudence, Körlys ne comprit que plus tard pourquoi, Jawhara se mit à courir sans réfléchir.

Encore une fois, le demi-dieu fut exaspéré par sa naïveté et elle pouvait très bien foncer droit dans un piège. Un morceau du pantalon de l’enfant accroché à un buisson avait-elle trouvé. Le petit était assez intelligent pour savoir que Jawhara tenterait de le retrouver, même au cœur de cet enfer. Ainsi ils étaient sur la bonne route et le demi-dieu tentait d’aiguiser ses sens pour capter la présence des brigands. Mais dans ce lieu, et comme dans tous les autres d’ailleurs, il se sentait impuissant. Ses pouvoirs étaient terriblement diminués et il ne pouvait compter que sur sa force brute pour se défendre, et pour protéger Jawhara, même si c’était contre sa réelle volonté.

Après un court instant, Körlys rejoignit l’humaine qui tournait sur elle-même pour tenter de trouver une autre trace de l’enfant. Et cette fois-ci il la vit enfin, plus sincère que jamais. Lorsqu’il croisa son regard, il y lut une peur si forte et réelle qu’il n’en resta pas indifférent. Au plus profond de lui, Körlys hésita l’espace d’un instant pour tout lui avouer et ainsi la faire sortir des ruines. Pourtant, quelque chose l’en empêchait. Il voulait croire que cette humaine était différente. Bien qu’elle soit encore naïve et terriblement insupportable pour lui, il aimait croire qu’un jour elle puisse changer. Oui elle pouvait s’endurcir et devenir une femme aguerrie, expérimentée, intelligente. Elle pouvait le devenir, mais pour cela, Körlys devait la pousser dans ses retranchements.

La peur qu’elle ressentait était bien trop forte pour être combattue. Elle semblait paralyser son corps et son esprit, au point qu’elle cessa même d’observer tout autour d’elle. Elle ne pouvait pas combattre cette peur toute seule. Körlys choisit ce moment pour s’approcher d’elle et pour lui prendre sans délicatesse aucune le tissu ayant appartenu au garçon. Il savait que les brigands attendaient que le demi-dieu s’éloigne de l’humaine pour pouvoir la dépouiller facilement. Ainsi, tant qu’ils restaient ensembles, Körlys avait une chance de retrouver l’enfant avant qu’ils puissent leur tendre un piège. Mais dans ce lieu hostile, ils ne devaient pas se méfier que des brigands. Car autre chose rôdait dans l’ombre, le demi-dieu pouvait sentir la néfaste présence de cette chose. Ou de ces choses. A un mètre à peine de Jawhara, le demi-dieu plongea ses yeux noirs dans les siens. De quoi avait-elle le plus peur désormais ? De lui ou de ces ruines hantées ? Dans tous les cas, Körlys éleva sa voix caverneuse après un court instant.

« Si tu ne domines pas cette peur, alors autant sortir de ruines et abandonner ce petit à son sort. C’est ce que tu veux ? L’abandonner ici ? ».

Encore une fois, Körlys poussa l’humaine à se dépasser. Il la connaissait désormais suffisamment bien, même après deux journées seulement, pour comprendre qu’elle ne le laisserait jamais tomber, quelle que soit sa peur. Elle ne répondit par aucune parole, mais de toute évidence, elle voulait aller de l’avant et surmonter sa crainte pour le petit voleur. La situation était tellement ironique que Körlys se laissa embarquer dans cette quête absurde comme s’il ignorait que Maxwell n’était qu’un enfant innocent. En vérité, ils fonçaient tous les deux dans un piège. Et ils fonçaient avec brio ! Körlys finit par reprendre la parole en gardant le morceau de tissu entre ses doigts.

« J’ignore ce qui se trouve ici et si la décision me revenait, je préférerais ne jamais le découvrir. Mais trouver cet enfant est bien trop important pour toi. En route et tâche de ne plus t’éloigner de moi ».


Jawhara n’avait pas besoin de parler pour transmettre ses souhaits à Körlys. Elle voulait trouver l’enfant, elle voulait avancer et elle voulait que Körlys la suive. Tout cela, il le savait et elle le savait. Ainsi, en lui demandant de ne pas s’éloigner, c’était plus pour avoir à éviter de lui courir après dans des ruines hantées une fois de plus. Reculant sur quelques pas, le demi-dieu décida de mener la marche pour la première fois depuis sa libération. Il pouvait sentir la proximité de l’humaine derrière lui alors qu’il marchait lentement mais sûrement à travers des allées de plus en plus inquiétante. Une aura méphitique commença à régner sur eux alors que la végétation ‘était de plus en plus sauvage et douloureuse à voir pour Körlys. Par moment, il caressait tristement des ronces ou des fleurs fanées depuis longtemps. Il aurait tout donné pour avoir ses pouvoirs et faire renaître la flore ici. Mais il s’en sentait encore incapable, et il espérait que cela ne durerait pas éternellement.

Combien de temps dura leur marche ponctuée uniquement par le bruit de leur respiration ? Cinq minutes ? Cinq heures ? La notion de temps échappa totalement à Körlys, jusqu’au moment où un bruit attira son attention. C’était tel un cri provenant du vent, et le demi-dieu avait de suite imaginé que Max poussait volontairement ce hurlement pour attirer l’humaine dans un piège. Peut-être avait-il raison ? Mais s’il avait tort ? Après tout, dans un lieu aussi dangereux, les brigands avaient très bien pu se perdre et être victime de … de ce qui rôdait sans cesse autour d’eux sans que le demi-dieu puisse en définir la nature.

« Reste calme », déclara-t-il très rapidement avant que Jawhara ne recommence ses actes héroïques et ô combien stupides. « Ce n’était peut-être pas lui ».

Il ignora l’effet que ces quelques mots pouvaient produire sur l’esprit de Jawhara. « Ce n’était peut-être pas lui ». Cela sous-entendait, évidemment, qu’autre chose produisait le bruit similaire d’un cri lointain. En y prêtant attention, Körlys se demanda même s’il ne s’agissait pas d’une illusion provoquée par le vent étrangement glacial soufflant sur eux. Par moment, il se retournait et voyait l’humaine lutter pour ne pas grelotter. Il l’avait entendu parler avec Max et elle avait vécu dans un désert. Etre ici, à des températures avoisinant les cinq degrés, peut-être même moins à cause du vent, devait être difficile. Et le demi-dieu savait qu’il ne faisait rien pour arranger la situation, bien au contraire.

« Ne bouge plus », lâcha soudain Körlys.

Sans hésiter et avec brusquerie, il obligea Jawhara à se plaquer contre un mur recouvert de lianes. D’ici, il n’y avait plus aucun doute, l’enfant appelait à l’aide. En jetant un regard en coin sur la droite, Körlys constata qu’il était coincé sous une pierre lourde et que son visage était en sang. « Décidemment, ils le malmènent », songea-t-il avec un certain dégout. Pourtant, même s’il imaginait qu’il s’agissait d’un piège, une partie de lui ne pouvait s’empêcher de croire qu’un autre danger rôdait sur le garçon. C’est à cause de cette pensée qui était absurde et bien trop humaine pour un demi-dieu tel que lui qu’il prit une décision. Il laissa la place à Jawhara pour qu’elle regarde la même chose que lui avant de déclarer d’une voix brusque, avant qu’elle n’ait l’envie de se ruer vers lui.

« On ignore ce qui rôde ici, laisse-moi faire le tour et m’assurer que la voie est libre. L’appel à l’aide qu’envoie l’humain à son demi-dieu est une sensation désagréable que j’aimerai éviter à l’avenir ».

Face à cet argument, il sentit que Jawhara hésitait, mais seule elle pouvait décider. Körlys espérait de tout cœur qu’elle ne fonce pas jusqu’au voleur, car si tel était le cas, l’appel à l’aide ne serait peut-être pas nécessaire. Peut-être serait-elle morte avant même d’appeler Körlys … Ou peut-être l’enfant serait-il mort avant de recevoir de l’aide. Face à ce dilemme, le demi-dieu reconnut se retrouva pour la première fois depuis sa libération face à une décision difficile. Et pour la première fois également, il fut satisfait de savoir que seule l’humaine pouvait avoir le dernier mort. Mais sa satisfaction retomba très vite. Illusion ou vérité ? Il eut l'impression de voir défiler des formes indistinctes sur sa gauche. Des formes éthérées qui apparaissaient et disparaissaient. Mais lorsqu'il cligna des yeux, les formes semblèrent n'avoir jamais existées ...



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Lun 18 Fév - 20:25 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Sans mâcher ses mots, Körlys l’avait ménagée la forçant à lutter contre cette peur qui la tenaillait avec vice. Puis d’une façon détournée il lui avait donné un ordre. Ne pas s’éloigner. Rester près de lui. S’inquiétait-il pour elle malgré la rudesse de ses paroles ? A cette pensée un sentiment de soulagement apaisa légèrement son corps totalement tendu par la tension que le lieu exerçait. Pour beaucoup d’arcaniens vivant sur cette île, voir une invocation se comporter de la sorte face à son invocateur aurait été synonyme d’un pur scandale. Une véritable honte. Une hérésie ! Mais Jawhara elm’Zhora est tout sauf une arcanienne lambda. Jawhara est un membre fier d’une des tribus les plus importantes du désert. Elle est une Nahkati de part son corps jusqu’au plus profond de son âme. Et si son tarhärka lui chuchotait de suivre ses pas alors elle deviendrait son ombre sans émettre la moindre protestation. Peut importe la situation.

Le géant couvert de branche se plaça alors devant elle et ouvrit la marche. Pour la première fois de sa vie, la jeune femme se sentie vraiment faible et fragile. Dans l’ombre de Körlys elle n’était vraiment rien. S’engouffrant dans l’allée, le souffle glacé du vent pétrifia l’apprentie. Il avait porté dans son sillage un cri strident déchirant les ténèbres de l’intérieur. Sa peau, à nue, se couvrit de chair de poule accentuant les frissons que la température ambiante lui infligeait. Avant même qu’elle ne réagisse à ses pulsions instinctives, la voix rauque du demi-dieu avait fait office de barrière. Puis il avait émit l’hypothèse qu’il puisse ne pas s’agir du jeune garçon qu’ils s’efforçaient de trouver depuis ce qui paraissait être une éternité. Cependant le
« Ce n’est peut-être pas lui. » venait de soulever l’hypothèse qu’ils ne soient pas les seuls à arpenter ses ruines. L’esprit déjà torturé de la jeune femme se trouva alors prit à une peur panique. Elle savait pertinemment que les sens des divinités étaient exacerbés comparait à ceux des humains. Cette force omniprésente, désagréable et pesante qui semblait les observer à chaque seconde, se pouvait-il qu’il… l’apprentie de parvint même pas à terminer sa pensée qu’une autre l’envahit encore plus lourde de gravité. Avait-il donc vu ou sentit la présence de… sa main végétal avait alors plaquée brusquement son corps contre la paroi du mur qu’ils longeaient. Complètement enfoncée dans un épais feuillage que le lierre avait imposé à la pierre, la divinité sembla se pencher légèrement vers l’avant afin d’observer quelque chose du coin de l’oeil. Puis, il lui laissa une petite place pour qu’elle puisse voir à son tour. Avant même qu’elle ne se lance vers le jeune garçon blessé et inconscient qu’elle venait d’apercevoir, Körlys l’attira à lui la replongeant dans l’épais feuillage.

« On ignore ce qui rôde ici, laisse-moi faire le tour et m’assurer que la voie est libre, lui murmura t-il en plongeant son regard brillant dans le sien. »

Lorsqu’il lui avoua son dégout pour ce lien qui les unissait, Jawhara se raidit. Elle se sentit humiliée. Elle palpa la déception qui remplaça l’espoir naissant qu’elle avait eut quelques instant plutôt. Encore une fois, il la confrontait à une colère frémissante. Jamais l’apprentie ne s’était confrontée aussi régulièrement à ce genre de sentiments, elle qui avait toujours été si calme. *Quelle idiote j’ai été de croire qu’il s’inquiétait pour moi… * L’envie de se jeter à l’aide de Max se décupla, mais pas seulement en raison de se sentiment d’héroïsme naturel, oh non.... Si jamais elle se lançait et qu’il lui arrivait malheur, elle espéra, durant une courte seconde, que son appel à l’aide serait si fort et intense qu’il rendait malade à en vomir le demi-dieu en guise de punition. Mais elle se ressaisit avant de se jeter à corps perdu dans une tentative irréfléchie et inutile. Une fille bénie d’Aqua se devait d’être plus sage que ça. Ce genre de caprice n’était pas permis même si elle avait été profondément blessée. D’un hochement de tête affirmatif elle donna son accord tacite au fils divin, alors qu’elle, doucement, elle s’était laissé glisser silencieuse jusqu’à s’accroupir en se reposant sur les talons.

Des gémissements se firent entendre. Jawhara serra ses jambes avec plus de force. Elle les avait enlacées pour lutter contre le froid enfouissant son visage contre ses genoux. Maintenant si elle les compressait aussi fort, c’était pour ne pas céder à la voix fébrile du garçon qui se trouvait à quelques mètres d’elle à peine. Körlys n’était toujours pas revenu. Max appela à l’aide mais l’apprentie ne reconnu pas dans sa voix celle du petit garçon qu’elle avait recueilli la veille. Son intonation était plus marquée, plus grave comme si l’innocence de son âge l’avait quitté avant l’heure. Il appela encore, suppliant un Dimitri puis un Rolland de venir, qu’il ne jouait plus la comédie, qu’il souffrait vraiment.


« Allez les gars vous savez autant qu’moi qu’elle ne viendra pas. Ils se sont perdus j’vous dis !
V’nez me sortir d’là ! Ça fait trop mal… c’gros cailloux me coince la jambe. J’peux pas sortir tout seul!
»

Ne comprenant pas tout, ce fut toutefois l’appel de trop. « Raaah, tant pis il n’avait qu’à revenir plus vite, se déculpabilisa-t-elle en un faible murmure » Se relevant, elle se jeta dans l’allée vers le blondinet qui la fixa de ses yeux larmoyant mais ronds, surpris de la voir apparaitre, elle. Max était à moitié allongé au sol et essayait avec difficulté de pousser des rochers qui s’étaient éboulés sur lui. Le pan de mur derrière son petit corps semblait encore instable et menaçait encore de s’effondrer un peu plus aux risques d’aggraver plus la situation qu’elle ne l’était déjà. Jawhara s’agenouilla près du gosse afin de mieux analyser la situation alors que d’un geste tendre elle passa sa main dans les cheveux blond du garçon.

- Qu’est-ce qui t’es encore arrivé petit ? Tu peux bouger ta jambe… ? Là, voila..
- Bien sur qu’il peut la bouger sale garce ! s’exclama une voix railleuse derrière elle. Ce petit est plutôt bon comédien hein ? Tu ne lui as donc pas dis p’tit Max… tu sais, que tu me connaissais ! Faut pas lui en vouloir… Il a un véritable don pour amadouer les greluches dans ton genre. Il a ça dans l’sang !

Un éclat de rire moqueur. Perfide. L’apprentie n’eut pas besoin de se retourner pour savoir qui avait parlé. Cette voix n’appartenait qu’à l’homme qu’elle avait épargné la veille. Un piège ? Un vulgaire piège ?! Elle plongea un regard perdu dans les yeux de celui qu’elle avait décidé de protéger des griffes du truand. Un regard qui le suppliait de lui dire que tout ça était faux. Un regard qui cherchait l’indice lui permettant de démentir cet homme, de dire qu’il mentait, qu’il se trompait. Mais elle ne trouva rien dans les yeux de Max.
Le cœur lourd, encore chamboulée, elle se releva et se tourna vers son interlocuteur. Ces balafres encore fraiches avaient été recousue de façon grossière accentuant encore plus son air mauvais. Il jouait avec sa dague du bout des doigts quand un homme, suivit d’un second, sortirent des décombres.


- Qu’est ce que j’vous avez dit ? Cette petite sauvageonne s’est empressée de venir sauver ce pauvre petit Max…
- Dans l’mille Dim’. Par contre impossible d’mettre la main sur Rolland.
J’sais vraiment pas encore où il est allé se fourrer c’con là...
avait lancé l’un des deux acolytes.
- Il a l’nord coincé dans l’cul. Du coup il a du mal à s’diriger, plaisanta l’autre d’un humour gras.
- A moins qu’il soit tombé sur l’gros tas là… t’sais celui qui lâcher pas les basques d’la gamine.
- Hééé les gars ça suffit. Rolland nous retrouvera bien tôt où tard.
On a une gente damoiselle qui attends nos petits soins
, les avait sèchement coupé le balafré.
A moins que vous vouliez m’la laisser pour moi tout seul. Ça s’ra avec plaisir que j’accepterai votr’offre !


Les deux protestèrent mais Jawhara n’y prêta aucune attention. Son cerveau s’était comme gelée. L’air était soudainement tombé en température lui arrachant quelques grelottements supplémentaire. Son nez, lui, coulait la gênant affreusement. Ses muscles étaient transis par le froid glacé. Puis un cri, similaire à celui qu’elle avait entendu avec Körlys la première fois, retentit s’élevant des ténèbres. Un éclair verdâtre fila au dessus de leurs têtes. Fluide. Indéfinissable. Puis sous les yeux ébahit de la jeune femme, mais aussi de chaque personne ici présente, l’un des trois brigands s’éleva dans les airs en poussant un hurlement terrifié avant de retomber mollement au sol. Un craquement sec suivit d’un cri douloureux avait indiqué que sa chute lui avait valut un ou des os brisés. Les deux autres se regardèrent et reculèrent de quelques pas le visage livide.

« Ils sont là… chuchota le garçon d’une voix blanche. »

Un nouveau cri lancinant. Cette même force paranormale, encore précédée de cette lueur verte, venait de s’en prendre à l’homme qui l’avait menacée. Sous des injures, toutes plus tordues les unes que les autres, il s’égosillait à quérir l’aide de son compagnon encore valide. Puis appels d’aide se muèrent en injures quand le troisième homme encore rescapé venait de prendre ses jambes à son cou. Ses membres se débâtant inutilement dans le vide, le leader se mit à user avec force de ses cordes vocales quand il comprit que le sol se trouvait à présent à une dizaine de mètres au dessous de lui. Il avait perdu toute contenance. Il virevolta et tomba à pic tête la première vers le sol. Rien n’était normal dans cette chute. Il semblait danser une valse mortelle avec un être translucide aux reflets verdoyants qui l’incitait à regarder le sol approcher à une vitesse folle. Le choc fut inévitable et d’une rare violence.

Un haut le cœur souleva la poitrine de Jawhara quand l’homme embrassa de plein fouet sa funeste destiné. Le môme, lui, avait crié à la vue de la scène, alors que des larmes de panique embrumaient ses yeux. La jeune femme mit quelques longues secondes avant de retrouver l’usage de son corps. Avec précipitation elle aida le garçon à se dégager les mains tremblantes. Elle-même avait du mal à ne pas céder à la panique et son chaos dévastateur. Les pulsations de son sang, circulant à toute vitesse dans ses veines, battaient un rythme sourd et bruyant dans ses tympans. Quand elle releva la tête, elle aperçut son taharkä apparaitre à l’endroit même où elle avait débarqué avant que toute celle folie ne débute.


« Körlys ! ! Par ici ! Aide-moi à porter l’enfant. Faut sérieusement qu’on s’tire de là ! »

Elle n’avait pas su comment sa voix avait trouvé la force de traverser ses lèvres tremblantes mais la demande avait fusé comme un cri désespéré. Seulement, si le demi-dieu l’avait entendu, il n’avait pas était le seul. L’éclair verdoyant la faucha de plein fouet la faisant roulée sur le sol.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Lun 18 Fév - 22:51 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Lorsque Körlys eut l'inespérée permission de s'éloigner de l'humaine, il le fit sans l'ombre d'une hésitation. Après quelques secondes, il plongea dans une allée brumeuse et sortit du champ de vision de Jawhara. Son idée de base fut de contourner la position de l'humaine pour tenter de voir si les brigands s'y trouvaient. Le demi-dieu savait qu'il les croiserait, et cette fois-ci Jawhara ne serait pas là pour l'empêcher de les tuer, étant donné qu'elle ignorait qu'ils étaient présents. Au fond, Körlys commençait à comprendre comment éviter le lien que les dieux imposaient entre elle et lui. Tant qu'elle ignorait ce que Körlys faisait exactement, elle ne pouvait que lui ordonner de revenir auprès d'elle. Dans le cas contraire, il se sentait libre d'agir. Une liberté dont il profitait pleinement.

Marchant avec prudence, Körlys s'imprégna totalement de son environnement et ignora le vent glacial. Chaque bruit, chaque odeur ou chaque mouvement à proximité ne pouvait lui échapper. Même s'il était loin d'avoir sa perception passée, il était capable de deviner si un humain peu discret se cachait ou décidait de lui tendre un piège. C'est d'ailleurs ce qui se produisit. Il ne pouvait le voir, mais il savait qu'il était là. Oui un brigand était adossé derrière le mur conduisait à une autre allée de ce château dévasté. Souriant, Körlys continua de marcher avec la plus extrême prudence. Il vérifiait sans cesse que des pièges mortels ne se trouvent pas sous ses pieds. Mais les humains étaient décidément trop stupides. De plus, le brigand finit par trahir sa présence en soupirant sous l'effet du froid. L'éclat d'une torche dans la brume devint visible et prévint Körlys à la plus grande des précautions. Le feu était un élément dangereux pour lui, car son corps fait de branches et de feuillages risquait de s'enflammer, même à cause d'un infime contact. Désireux de ne pas prendre de risque, Körlys décida d'agir en abandonnant la prudence qu'exigeait l'endroit. Personne d'autre n'était à proximité, il en était sûr.

C'est donc avec la plus extrême des violences qu'il courut jusqu'au mur peu épais derrière lequel se cachait l'humain. Se servant de son élan et de toute sa force, il enfonça le mur et le brigand n'eut guère le temps de l'éviter. Projeté au sol, il lâcha malgré lui sa torche qui roula le long de l'allée. Avant même d'attaquer la vermine, Körlys agrippa la torche et la lança au loin dans la brume, là où l'humain n'oserait jamais la chercher. Et surtout là où elle ne pouvait lui être menaçante. Puis il se retourna vers l’humain allongé à plat ventre qui implorait le demi-dieu de faire preuve de clémence.

- Pitié vénérable …
- La ferme ! hurla Körlys en se ruant vers lui.

Prenant cela comme un ordre, il se tut et ne put empêcher Körlys de l’agripper au cou et de le plaquer contre un mur glacial. Le choc manqua de briser le dos du malheureux qui, à quelques centimètres du sol, débattait inutilement ses pieds dans le vide. Ses petites mains tentaient de libérer son cou prisonnier de la poigne du demi-dieu. Une poigne violente, sévère et impitoyable. Mais il ne comptait pas le tuer. Pas tout de suite en tout cas. Il l’interrogea d’une voix brusque en relâchant très légèrement son emprise. Non pas qu’il veuille le libérer, mais il devait libérer les cordes vocales pour lui permettre de répondre.

- Où sont les vermines qui t’accompagnent ?
- Il n’y a que moi je …
- Tu le jures ! coupa violemment Körlys. Je t’ai vu avec trois autres hommes cette nuit, et avec l’enfant que vous utilisez. Alors dis-moi où ils sont !
- Ils sont … cachés … souffla difficilement le brigand. Cachés juste à côté de l’enfant … (Sentant qu’il n’était plus d’aucune utilité au demi-dieu) Epargnez-moi par pitié je ferai tout …
- Auriez-vous épargné l’humaine que vous avez pris pour cible ? brusqua Körlys en enfonçant son regard brillant dans celui du brigand.
- Je … Je ne sais pas je …
- L’auriez-vous épargné ?! insista-t-il violemment.
- Non je vous prie de …

La poigne de Körlys se serra une ultime fois avec une rage qu’il ne contint pas cette fois-ci. Il venait tout bonnement de réduire le cou de la victime en une bouillie sanglante. Sa tête décrochée du corps retomba et roula sur le sol incliné. Ainsi, il serait une victime oubliée dans les ruines de Nécra. Et si quelqu’un retrouvait sa dépouille par le plus grand des hasards, ils retrouveraient un visage exprimant une terreur profonde. Mais cette terreur n’avait jamais été inspirée par les fantômes rôdant soi-disant en ces lieux. C’était un demi-dieu. Un demi-dieu qui venait, après deux jours de liberté, de faire sa première victime. Et sa conscience était très tranquille, car il ne manquerait à personne, hormis peut-être les brigands et les vermines de son espèce. Il méritait la mort, et cette fois-ci, Jawhara n’avait pas été présente pour l’en empêcher.

Körlys fixa un long moment le corps sans vie du malheureux. Sa tête, décrochée du tronc, s’était arrêtée contre une pierre noire. Les yeux et la bouche grands ouverts, il donna une ultime satisfaction au demi-dieu. En plus de l’avoir tué, il lui avait inspiré la plus grande peur de son existence juste avant. Et où qu’il se trouve désormais, il était sans doute encore terrorisé d’imaginer qu’un jour, il puisse se retrouver encore une fois face à cet amas de pierre et de branche impitoyable. Mais la satisfaction du demi-dieu s’envola très vite. Un cri strident retentit soudain, et lorsqu’il leva les yeux pour voir d’où il provenait, il se rendit compte qu’il s’était vraiment éloigné de Jawhara. Elle ne faisait toujours pas appel à lui, alors le danger devait être infime. Une petite chose comme elle appelait sans doute à l’aide pour un rien. Toutefois, lorsqu’il tenta de percer la brume de son regard, même lui aurait tout donné pour avoir de l’aide. Le corps d’un brigand semblait flotter dans les airs, et il s’écrasa ensuite brusquement plus bas. Körlys devina aisément ce qu’il venait d’arriver à l’homme, et c’est sans hésiter qu’il courut dans le chemin inverse.

Déviant les pierres, traversant les murs en se servant de sa masse et écartant les lianes, il parvint à rejoindre Jawhara en à peine quelques secondes, alors qu’il avait été très loin. Elle semblait apeurée à l’extrême, et même Körlys resta ébahi devant ce spectacle des plus inquiétants. Ces fantômes attaquaient arbitrairement, et il était impossible de combattre quelque chose qu’on ne pouvait voir. La voix de Jawhara s’éleva alors, et pour la première fois, le demi-dieu dut reconnaître que sa peur était justifiée, et que ses dires révélaient une certaine intelligence. Heureusement tout de même, dans un enfer tel que celui-ci …

« Körlys ! ! Par ici ! Aide-moi à porter l’enfant. Faut sérieusement qu’on s’tire de là ! »

Il tiqua tout de même lorsqu’elle demanda de prendre l’enfant. Mais il n’eut guère le temps de contester. Cette force impossible à combattre venait d’attraper Jawhara, et sans même que le lien ne s’active entre elle et lui, il courut vers l’humaine d’un pas rapide en lâchant des mots d’une froideur diffile à égaler à l’attention de l’enfant.

« Essaye de fuir et tu es mort ».

Prenant cette menace au sérieux, il se contenta de se rouler en boule comme s’il pourrait échapper aux forces surnaturelles de cette manière. Pendant ce temps, Jawhara était trainée sur le sol et Körlys peinait à la rattraper. Il pouvait voir que le sol rude et les lianes écorchaient son corps et qu’elle tentait de s’accrocher à tout ce qui croisait sa chute vers les enfers. Puis, ce que le demi-dieu craignait de pire arriva. La forme verdâtre s’éleva dans les airs et emporta Jawhara avec. Ce fut sans hésiter que Körlys, voyant un vieil escalier détruit sur sa droite, changea de direction. Grimpant les marches trois par trois, il se retrouva à la même hauteur que l’humaine et, avant que le fantôme ne puisse agir, sauta dans le vide. La forme verdâtre choisir ce moment pour la lâcher, mais le demi-dieu était déjà là. De ses immenses bras boisés, Körlys emporta Jawhara dans sa chute mais il atterrit sur ses deux jambes sans peine. Le fracas assourdissant et le choc semblait éveiller d’autres créatures éthérées qui surgirent du sol et commencèrent à prendre des formes animales ou humaines.

Il ne prit pas la peine de déposer l’humaine et la porte comme si elle n’était qu’une plume accrochée sur son épaule. Courant à en perdre haleine, le demi-dieu retourna auprès de l’enfant qui avait étrangement obéi. Körlys oublia la rage qu’il ressentait pour l’espèce humaine en voyant la détresse du petit. Cette même détresse que le survivant du village d’Acoral. Des centaines de siècles s’étaient écoulés depuis, mais il gardait toujours cette même image. Ainsi, agrippant l’enfant et le portant sur son autre épaule, il se mit à courir encore plus vite sans vraiment savoir s’il prenait la bonne direction. Les deux humains pouvaient voir derrière lui et Körlys préférait ne pas assister à ce spectacle. Car à entendre les dizaines de cris glacials déchirants les cieux et la brume, les fantômes devaient certainement être omniprésents et fous de rage à l’idée que ces imprudents parviennent à s’échapper. Mais alors que le demi-dieu semblait capable d’apporter la sécurité à tous, trois formes éthérées l’agrippèrent au niveau des jambes. Forcé de lâcher les humains, il fut traîné dans la brume à une vitesse vertigineuse tandis qu’il se débattait de toutes ses forces. Mais sans ses pouvoirs, il ne pouvait défier de telles choses. Pourtant il était sûr qu’elles pouvaient être combattues et même tuées. Toutefois, traîné dans la brume, il se perdit bien loin de Jawhara et Maxwell. La dernière chose qu’ils entendirent fut le hurlement rageur de Körlys.

« Du feu ! Trouvez du feu ! » s’écriait-il sans arrêt jusqu’à ce que le calme envahisse à nouveau les ruines de Nécra qui semblèrent mortes comme à leur arrivée.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Mar 19 Fév - 17:30 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Tout se déroula affreusement vite. Ses doigts essayant sans succès de s’agripper aux lianes, le vide et la sensation que ses intestins avaient pris la place de ses poumons, puis, finalement il eut ce bruit étourdissant. La jeune femme n’avait pas réalisé que son taharkä l’avait rattrapée de justesse, la sauvant d’une mort certaine, tellement ses paupillères s’étaient jointes l’une à l’autre sous l’effet de la terreur. Elle fut surprise de ne pas avoir terriblement mal. Cependant n’eut-elle pas le temps de penser plus, que tout se remit en mouvement à nouveau. Sa dernière heure n’était pas encore venue, oh non. Son corps se trouva alors être balloté comme un vulgaire sac à patate sous les soubresauts du pas de course du géant végétal.

Un cri à nouveau, différent des hurlements hérissant des créatures translucides. Max. L’enfant était toujours en vie ! Cette information donna assez de courage à l’apprentie pour ouvrir ses yeux. Elle comprit alors que Körlys les avait hissés sur ses épaules mais le spectacle des ombres verdâtres les pourchassant accapara toute son attention. Son regard braquait sur leurs poursuivants fit monté en elle une décharge d’adrénaline. Malgré la vitesse de course du demi-dieu, les formes étranges les rattrapaient avec une aisance et une fluidité terrifiante. Puis les disparurent se volatilisant dans l’air. Alors que la jeune femme crut qu’elles avaient abandonnés leur chasse, les formes émergèrent du sol si près d’eux qu’elle sentit son cœur cessait de battre pour la énième fois depuis qu’ils avaient débarqué dans ses maudites ruines. Ce qu’elle avait alors craint quelques secondes auparavant se produisit. Elle voulut alors avertir son compagnon mais trop tard. Son cri s’accompagna à celui de l’enfant alors qu’ils se trouvèrent propulsé violement au sol. Le fils de Terra venait de tomber lui aussi et, comme elle, se faisait vulgaire trainé.


« KÖRLYYYYYYYYS ! avait alors hurlé Jawhara tendant sa main impuissante vers lui. »

La brume, qui s’était doucement infiltrée parmi les décombres, venait alors de dévorer l’immense corps boiseux du demi-dieu. Le duo encore sous le choc purent toutefois entendre le dernier conseil que l’invocation avait réussit à lancer avant de totalement disparaitre.

Un calme provisoire s’était alors installé. Les cœurs des deux protagonistes rescapés battaient encore à l’unisson. La femme dut alors faire preuve d’un sang froid sans précédent pour permettre à son esprit de retrouver la plénitude d’Aqua. Körlys était en danger. Il fallait agir rapidement. C’était pas le moment de se laisser submerger par ses émotions. Elle réfléchit un court instant, ses pensées ayant toutefois du mal à joindre les deux bouts, puis se retourna vers l’enfant encore tétanisé.


- Petit tu peux marcher ? lui demanda-t-elle. Max ! MAX ! Peux-tu marcher tout seul oui ou merde ?! reprit-elle plus fort en le secouant par les épaules exaspérée face à son manque de réaction.
- Je.. j’sais pas. J’crois bien qu’oui, j’en sais rien, répondit-il larmoyant.
- C’pas le moment de pleurer mon gars. Allez debout ! Debout !
- Aie…
- Fait pas ta fillette et lève toi. Essaye de me trouver sans t’éloigner des brindilles, feuilles sèches ou même petits bois. Allez, plus vite que ça ! !

Sous le stress de voir réapparaitre les fantômes mais aussi qu’elle ne puisse pas retrouver Körlys ni même de faire le feu qu’il leur avait conseillé, Jawhara lança un regard dur au garçon comme si c’était de sa faute s’il s’était blessé. Tout son coté maternelle et tendre semblait s’être alors dissous dans une carapace d’une dureté incroyablement blessante. Elle fouilla avec insistance dans l’une de ses besaces, qui par miracle, ne s’était pas déchirée ni ouverte durant le terrible assaut surprise. *Allez je sais que j’ai de quoi faire.. je suis sûre d’en avoir prit…. Haaa les voilà !* Elle ressortit du sac une petit pochette contenant de l’amadou réduit en poudre, flacon remplit d’un étrange liquide et un drôle de cailloux. Posant une main au sol pour vérifier le taux d’humidité, elle se décida à l’endroit où elle ferait prendre son semblant de feu. Le mioche s’approcha alors avec son maigre butin qu’elle étala face à elle. Elle rependit un peu de poudre et attrapa son couteau de cérémonie et le frotta d’un geste vif à la lame. Rien. Nouvel essaie. Sa main força sur la lame. Une étincelle, un sourire mais toujours pas de feu.

« Allez bon sang… Ignis je t'en supplie, ai pitié... »

De nouvelles étincelles et un début de flamme. Jawhara se pencha et souffla doucement dessus pour attiser le feu. La blondinet prit alors le relais quand elle se releva et regarda tout autour d’elle. Plus loin elle trouva un bout de bois pourrie qui ferait assez bien l’affaire jugea t-elle. La jeune femme déchira tout un pan de son vêtement raccourcissant son accoutrement déjà pas très fourni et enroula l’extrémité de sa future torche improvisée. Elle imbiba alors le tissu du contenue de la fiole qui se trouva être de l’huile. Au contacte des pauvres flammes peina à survivre le tout s’enflamma sous les yeux brillants des deux humains. Mais l’excitation de leur réussite fut vite étouffer par un nouveau hurlement typique des créatures fantomatiques. L’une d’elles apparut alors soudain soufflant le petit feu comme l’on peut bien souffler une bougie. Jawhara par reflexe brandit alors sa précieuse torche dans sa direction et la forme s’enfuit laissant un nouveau silence pesant revenir.

Ils avancèrent alors tous deux là où les demi-dieux avait disparut. Le garçon boitillant, ils marchèrent ensemble comme collé l’un à l’autre. La silhouette d’un animal fluorescent les chargea mais le feu protecteur la fit dévier de sa trajectoire aux derniers instants procurant une nouvelle frayeur aux deux jeunes gens. Sentant qu’ils mettraient trop de temps pour retrouver Körlys, la jeune femme prit une nouvelle décision.


- Prend-là, j’ai besoin de me concentrer maintenant, lui ordonna-t-elle en lui tendant leur seule arme.
- Mais je...
- Prend-là je te dis ! Nous ne le retrouverons jamais à temps, j'ai besoin d'ouvrir mon troisième oeil et voir ce qui ne peut être vu, coupa t-elle simplement. Si tu ne nous protèges pas ni toi, ni moi ne sortirons de là vivant. Et hors de question que je quittes ce maudit endroit sans lui, compris?!

Elle s’assit en tailleur sur la terre froide et renversa un peu d’eau sur le sol qui forma une petite flaque boueuse. Elle trempa alors ses doigts à l’intérieur et se badigeonna le visage de cette boue de symbole atypique descendant jusqu’à sa poitrine visant son cœur. Ceci fait, elle ferma les yeux. Jawhara tenta alors de vider son esprit ce qui fut aussi dure que de se lancer à la recherche du fils divin dans le labyrinthe des ruines. De plus, elle doutait de réussir. Elle ne s’était jamais adonnée à ce genre de pratique jusqu’à maintenant. Après tout cela ne faisait que deux jours seulement, presque trois que lui et elle s’étaient liés. Pataugeant dans le néant de son âme, elle fronça les sourcils sous l’intensité de ses efforts et pria alors avec une ferveur sans pareil à l’intention de la divinité génitrice de son compagnon disparu.

*Terra, Ô Terra, mère protectrice et fondatrice de la nature, bienfaitrice des foyers et Déesse de la fertilité, aide-moi je t’en supplie à retrouver la trace de ton fils bien aimé. Montre-moi la voie, apprend moi à faire que ce lien sacré soit aussi solide que la roche enfoui au cœur tes montagnes. Guide-moi jusqu’à lui, moi, Jawhara elm’Zhora fille du désert du clan Nakhati et fidèle taharken de ton cher enfant Körlys.*

Lorsqu’elle eut finit elle espéra, plus que jamais, qu’un signe s’offre à elle. Un murmure. Une vision. Une intuition. Guettant le moindre indice elle reste là, immobile telle une statue de marbre, immerger dans la transe de sa méditation sous le regard inquiet du petit garçon.



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Mer 20 Fév - 11:55 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Körlys finit par rouvrir les yeux dans un lieu inconnu. Son dernier souvenir était d’avoir été traîné dans la brume, après quoi il avait perdu connaissance. Même si la situation semblait désespérée, il scrutait chaque détail de son environnement afin de pouvoir, en l’absence de ses pouvoirs, utiliser quelque chose pour affronter les formes éthérées. Körlys connaissait ce genre de créature, et un simple feu suffisait à les faire fuir. Mais le fils de Terra ne manipulait évidemment pas le feu, et il lui arrivait même de le craindre par moment. Pourtant ici, il n’aurait certainement pas le choix.

Le demi-dieu devina après un court instant qu’il avait été emmené dans les sous-sols du château. Sans doute pour que ses cris ne parviennent à personne. Tant mieux, il ne comptait pas appeler à l’aide de toute manière. Le lieu ressemblait à une crypte avec composées de plusieurs sépultures. Seuls des gens de hautes importances semblaient reposer ici, car chaque tombeau était surplombé par une statue représentant le défunt. Certains hommes avaient eu à droit à un moins bon traitement de faveur. Attachés à la manière de Körlys, leur squelette retombait sur le sol. Les cadavres étaient innombrables et le demi-dieu devina qu’il s’agissait des victimes de Nécra. Des victimes des formes éthérées. Körlys ignorait tout de ce qui avait transformé cet antique, et sans doute magnifique château en un tas de ruine effrayant. La seule chose qui important pour l’heure, c’était de s’échapper.

Comme source de lumière, il n’y avait que quelques trous dans un plafond très haut laissant entrapercevoir la brume à l’extérieur. Sa voix portante pourrait, par chance, atteindre l’oreille de Jawhara mais il ne hurla point. A l’heure actuelle, il savait qu’elle était à sa recherche car il commençait à la connaître. Et pour une fois, sa naïveté et son héroïsme aveugle avaient une chance de l’aider. Qui l’aurait cru ?
Dans cette crypte, Körlys avait été attaché pendant son inconscience. Des branches et des liens très solides le retenaient prisonnier à un arbre mort profondément enraciné. L’arbre avait sans doute été là, devina Körlys, pour apporter une quelconque beauté à ce lieu autrefois. Désormais, il était similaire à tous ces individus enterrés : mort et oublié de tous. Malgré tout, au contact du demi-dieu, l’arbre semblait apaisé. Et étrangement, de très petites feuilles et en quantité infime sortirent des branches, comme si la nature décidait de montrer au demi-dieu qu’il n’était pas abandonné. Il savait que ce spectacle n’était pas issu de lui. Trop faible pour manipuler la flore, trop faible même pour user de ses propres pouvoirs, il ne pouvait encore redonner la vie à un arbre ayant autant subi les ravages du temps. Mais si ce n’était pas lui, alors quel miracle était-ce ?

Une ultime fois, Körlys mit toute la force de son corps pour tenter d’arracher les liens, mais l’échec fut à nouveau frustrant. Il grogna, encore et encore, même si tout cela était inutile. Son seul espoir, il le savait, était Jawhara. Voilà qu’il devait compter sur une humaine pour le libérer ! Encore une fois ! Pestant contre le ridicule de la situation, il observa deux ou trois formes éthérées. Elles venaient et partaient sans raison aucune et sans se soucier de Körlys. Savaient-ils qu’il pouvait vivre attaché ainsi pendant des millénaires sans ressentir aucun manque ? Savaient-ils que le temps n’avait aucun effet destructeur sur lui ? Peut-être les fantômes ignoraient tout de sa nature et se contentaient d’attaquer arbitrairement chaque forme de vie dans les ruines de Nécra ? C’est ce que Körlys soupçonnait en tout cas, mais sans en être sûr. Le mystère rôdant autour de ces formes éthérées l’intriguait au plus haut point. Il désirait sortir d’ici, mais il désirait également en savoir plus sur la nature de ces fantômes. Lorsque les formes disparurent à nouveau sans s’intéresser à lui, il décida d’agir. Levant les yeux, il fit la seule chose qu’il aurait espéré ne jamais faire. Il ferma ses paupières et invoqua une aide. L’aide d’une humaine.

« Père, vous avez mené Jawhara jusqu’à moi, et vous m’avez forcé à l’attendre des siècles durant. Je n’ai pas quitté cette prison pour une autre. Aidez-là à me retrouver. Ne me laissez pas croupir dans une autre prison une fois encore ».

Au même instant, Körlys rouvrit les yeux et vit, avec un immense sourire sous son masque de bois, que les feuilles accrochées à l’arbre mort s’enfuirent par les interstices au plafond. Désormais, il était sûr que Jawhara le cherchait et qu’elle trouverait un moyen de l’atteindre. Il en était ravi, mais il se préparait déjà à afficher un masque imperturbable lorsqu’elle le retrouverait. Hors de question qu’elle le voit reconnaissant ou sympathique. Après tout, c’était de la faute de ce stupide voleur et de sa naïveté à elle qu’il était ici. Elle ne faisait que racheter son erreur. C’est ainsi qu’il attendit sans un silence profond. Nul dans la crypte ne respirait encore mis à part lui. En fermant à nouveau les yeux, il se replongea dans l’époque bénie où il avait encore possession de tous ses pouvoirs. Une époque où l’humain savait encore où était sa place.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Mer 20 Fév - 16:37 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Son appel avait lancé un écho qui venait de rencontrer une onde. Un autre appel, différent mais pourtant si familier. Körlys. Elle s’était laissé inonder par le flux, entièrement. Puis elle l’avait sentie venir, serpentant jusqu’à elle. Le lien s’était enroulée autour de son âme et s’était enfoncée dans à l’intérieur de sa propre matière. Cette matière qui faisait qu’elle possédait une conscience. Ce qui faisait qu’elle existait dans cet univers, qui la rendait réelle. Puis tout s’était passé très vite, une fraction de seconde à peine. Ses yeux se s’ouvrirent subitement totalement blanc faisant sursauter le garçon sous l’effet de surprise. Elle voyait à travers son regard, à lui.

Jawhara cligna soudainement des yeux alors que des petits points lumineux dérangeaient encore sa vue. Elle avait mémorisé quelques images qui l’avaient marquées comme des sortes de flashs qui lui revenaient de façon récurrente s’imposant dans son esprit. Elle ressentait encore vibrer en elle le lien qui l’unissait à son taharkä mais elle le savait faible et il pouvait se dissoudre à tout moment.


- Tes yeux… ils sont… enfin là tout de suite, ils…
- Suis-moi, coupa-t-elle sèchement alors qu’elle se tenait déjà debout face à lui.

Sa tête lui tournait légèrement et ses quelques pas furent laborieux. Elle venait de reprendre la torche de fortune des mains de Max et s’enfonçait dans la brume d’un pas sûr. Elle se sentait guidée et n’avait plus qu’à suivre le chemin. L’enfant sur ses talons tentait tant bien que mal de marcher derrières ses pas pressés. Ils étaient alors arrivés à l’entrée d’un escalier s’enfonçant dans le sol. Revigorer par ce contact magique, Jawhara s’était comme sentie pousser des ailes et se fut sans hésitation qu’elle s’était enfoncée dans les souterrains peu engageant. Le blondinet avait tenté de l’en dissuader sous des protestations angoissées mais n’avait eut d’autre choix que de la suivre s’il ne voulait pas être éloigné de leur flamme protectrice. L’apprentie serra ses mâchoires quand elle sentie le lien s’éteindre. Elle avait lutté pour le maintenir mais rien n’y fit. Les parois s’étaient recouvertes par endroit d’une mousse pullulante alors que l’odeur rance de l’humidité ambiante empestait le couloir sombre. Leurs pas, claquant sur les dalles gelées, résonnaient singulièrement accentuant le coté sinistre de l’atmosphère déjà présente.

C’est en tournant sa tête hasardeusement, suivant la lueur de la torche, qu’elle l’aperçut enfin. Sur sa gauche, une pièce vaste et circulaire s’offrait à eux. Dans son fond, le plafond s’était écroulé offrant de ternes rayons lumineux à la crypte alors que part endroit des trous laissaient eux aussi pénétrer la lumière blafarde. De façon très ordonnées étaient alors alignées des tombes. Leurs couvercles avaient été façonnés de façon à représenter la noble sépulture des défunts qu’ils enfermaient en leur sein. Des arbres avaient grandit de part et d’autre de la pièce décoré de squelette emprisonnés dans leur branchages ou racines noueuses. Ils laissaient aisément deviner, qu’eux-mêmes, étaient des tombeaux à ciel ouvert de pauvres victimes plus où moins innocentes. Körlys avait lui aussi était élu pour être un de ces objets décoratif. L’apprentie se rua alors vers lui un sentiment de soulagement irradiant son être.


- Te voilà enfin, souffla-t-elle. J’ai…
- C’est pas trop tôt, humaine. Tssss t’approche pas trop près de moi avec ça, grogna t-il en regardant les flammes vacillantes de la torche.
- Toujours aussi ag…
- Attention, derrière-toi ! hurla le garçon.

Un être maudit venait de le frôler lui arrachant un gémissement et de réapparut instantanément de l’autre coté traversant le mur de son corps translucide. Se retournant vivement Jawhara abattit sa torche vers la créature qui poussa un cri avant de se dissoudre sur place. Ouvrant les bras et jetant des coups d’œil d’œil attentif sur l’ensemble de la pièce, elle finit par donner à nouveau l’arme à l’enfant. L’apprentie s’accroupit face à l’invocation observant les liens qui l’enlaçaient le retenant prisonnier. Ses sourcils se froncèrent quand elle comprit qu’une seule solution s’offrait à eux.

- Je n’ai rien pour défaire ses entraves. Il va falloir que tu uses de tes pouvoirs Körlys, lâcha-t-elle finalement impuissante. Je ne vois pas d’autre moyen.

Elle n’osa pas croiser son regard se sentant déjà affreusement inutile comme ça. Pas besoin de le lire en plus dans ses petits yeux noirs et scintillants et s'embraser de honte plus qu'elle ne l'était déjà. Quel taharken minable elle pouvait bien être…



Revenir en haut
Körlys

Hors ligne


Inscrit le: 04 Fév 2013
Messages: 56
Masculin Scorpion (23oct-21nov) Terre
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: -
Invocation(s): -
Invoqueur: Jawhara
Annonce: -
Inventaire: -
Sorts: Plante 1-2 ; Géokinésie 6-8 ; Métamorphose
Point(s): 40

MessagePosté le: Mer 20 Fév - 19:26 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

Le retour de Jawhara fut assez attendu par le demi-dieu, et même si revoir son visage d’enfant effrayée et naïve l’exaspérait, il pouvait concéder qu’elle avait eu le courage de le rejoindre. Enfin était-ce vraiment le courage ? Après tout, elle qui croyait tant aux divinités, il aurait été inconcevable d’abandonner son Taharkä après à peine deux jours. Non, elle était simplement revenue parce qu’elle aurait eu une bien piètre estime d’elle-même. Encore plus piètre qu’à l’heure actuelle. Ce fut ainsi, dans un regard dénué de toute émotion, qu’il observa les évènements qui suivirent. L’enfant était également ici, et Körlys se promit de lui faire passer un mauvais quart d’heure une fois à l’extérieur des ruines. Jawhara avait eu l’intelligence de s’armer du feu, comme il l’avait recommandé avant de disparaître dans les profondeurs du château de Nécra. Et elle s’en servit sans hésiter lorsqu’une forme éthérée tenta de l’attaquer à nouveau. Elle avait été vive et implacable et cela, le demi-dieu l’apprécia. Toutefois, lorsqu’elle s’agenouilla et qu’elle bredouilla quelques honteuses excuses en disant qu’elle ne pouvait le libérer, il faillit rugir contre son incompétence. Décidément, elle ne servait qu’à lui attirer des ennuis. A chaque fois elle revenait vers lui, mais c’était pour se sentir protégée. Un jour ou l’autre, Körlys comptait bien lui apprendre à agir en personne responsable, mais le chemin était long compte tenu de son innocence.

Lorsqu’elle évoqua ses pouvoirs, il chercha en son for intérieur l’ultime flamme naissante contenant ses dons. Mais celle-ci était presque éteinte depuis bien longtemps. Il ne ressentait plus cette assurance et cette jouissance au contact de son esprit. Il sentait atrocement faible, et en cela l’humaine lui était utile. Car au moins était-il toujours plus puissant et intelligent qu’une humaine. Il comprit que pour sortir d’ici, il devrait trouver le moyen de contrôler les lianes solides maintenant son corps prisonnier. Fut un temps où il aurait réduit ces pitoyables chaines en vulgaires esquilles de bois. Et il aurait traqué et anéanti chaque fantôme de ce lieu maudit. Mais il devait prendre les évènements au fur et à mesure. Ainsi, pour l’heure, il devait éveiller la flamme de son esprit. La flamme de ses pouvoirs. Il grommela quelques mots à l’humaine avant d’entrer dans une intense concentration.

« Recule et surveille ce petit imbécile. Ne cherche pas à m’interrompre ».


Oui il commençait bien à la connaître. Si elle le voyait lutter contre quelque chose, elle serait tentée de l’aider mais elle ne pouvait rien faire, si ce n’est déranger son Taharkä. Espérant qu’elle tienne en compte sa requête, le demi-dieu ferma les yeux. Il pouvait sentir que quelque chose avait évolué en lui ces dernières heures. Plus il marchait, plus il voyait de choses, plus il parlait et découvrait de nouveaux mieux, plus ses capacités semblaient à même de revenir à lui. Ainsi il se concentra et tenta de puiser dans toute l’expérience acquise depuis ces deux derniers jours. Et son désir de liberté le poussa dans ses retranchements. Hurlant de rage, il rouvrit ses yeux qui changèrent de couleur. Du noir ils passèrent à un vert brillant d’une lueur éclatante. Ses muscles de roc et de branches solides se contractèrent. Et lorsqu’il ouvrit les paumes de ses mains, les lianes l’emprisonnant changèrent. Il ne les détruisit pas, mais il les modifia et les déplaça par la simple force de sa pensée. Oui ses pouvoirs revenaient ! Toute la flore serpenta dans d’étranges mouvements et libérèrent peu à peu le corps de Körlys. Lorsqu’il eut finit et que toutes les lianes s’effondrèrent à même le sol, il fit quelques pas pour prendre conscience de sa liberté. Derrière son masque de bois impénétrable, il souriait. Mais le retour à la réalité fut brutal.

Trois formes verdâtres se ruèrent vers Jawhara et le petit garçon. Sans réfléchir un instant, il manipula une ultime fois les lianes et barra le chemin des spectres. Ceux-ci s’écrasèrent contre le mur végétal et repartirent dans l’autre direction, laissant derrière eux un silence glacial. Les fantômes, comprit Körlys, étaient capables de toucher et d’attaquer physiquement. Cela allait à leur avantage dans un sens, mais dans l’autre, ils pouvaient également être touchés. Ainsi, même s’il ne les avait repoussés que provisoirement, cela leur permit de reprendre leurs esprits. Selon le demi-dieu, chaque seconde passée ici était une pure perte de temps. Mais c’était surtout des risques inutiles. Des risques pris uniquement à cause de ce petit morveux. Fou de rage lorsqu’il croisa son visage faussement paniqué et innocent, il écarta brusquement Jawhara de son chemin et agripa le petit au cou. Il laissa retomber la torche sur le sol et ne put résister sous l’emprise du demi-dieu. Celui-ci, pris dans son élan, le plaqua violemment contre l’une des statues de la crypte. Sa voix était aussi sombre et terrifiante que le décor macabre.

« Parce que je refuse d’abattre un enfant je vais t’épargner, mais si ça ne tenait qu’à moi tu croupirais éternellement dans cette crypte. Estime-toi heureux que Jawhara soit trop faible et naïve pour t’épargner, toi et ta misérable vie de brigand ».


Il relâcha l’enfant qui retomba brusquement sur le sol. Toussant pour reprendre l’air dont lui avait privé le demi-dieu, il n’entendit pas ses paroles qu’il adressait à l’humaine. Sa voix était cassante et, même s’il n’était que le Taharkä, il n’appelait aucune contestation. De toute manière, vu ce qu’il lui disait, elle n’irait pas le contredire.

« Ramasse cette torche et quittons cet endroit. A moins que tu ais encore un brigand à sauver dans des ruines hantées ».


HRP :

Je préviendrai Ariez que je débloque le sort "Géokinésie 6" de mon sphérier, étant donné que je viens de m'en servir pour repousser les spectres et pour libérer Körlys.



Ancienne forme humaine :

"L'Homme est une plaie que nous autres, demi-dieu, avons eu le malheur de créer. Désormais nous devons les servir. Notre seul espoir est d'être possédé par notre propres créations. Mon seul espoir est d'espérer que cette humaine, Jawhara elm'Zohra, soit différente. Faute de quoi autant vivre à jamais dans ma prison qu'était le temple de Terra" - Körlys
Revenir en haut
Jawhara elm'Zohra

Hors ligne


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 54
Crédits Avatar: DA Neonoir
Féminin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Apprentie Oracle de la tribu des Nahkati
Invocation(s): Körlys
Invoqueur: /
Sorts: Ceux de mon futur Taharkä.
Double compte: Erine Lanfeust/Samie
Point(s): 301

MessagePosté le: Jeu 21 Fév - 16:32 (2013)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes. Répondre en citant

L’apprentie avait été éblouit par la démonstration des pouvoirs du demi-dieu. Les liens qui l’avaient emprisonné l’avaient alors relâché quand il avait hurlé comme pour se donner plus de force. Ses deux petits yeux avaient changé de couleur et la flore environnante s’était comme soumise à lui. Encore sous le choc de ce spectacle époustouflant, Max autant que Jawhara n’avaient pas remarqué les fantômes qui s’étaient alors jetés sur eux. Körlys sembla faire un geste et des lianes s’entremêlèrent formant une barricade protectrice entre les monstres et les deux humains.

La torche roula sur le sol au pied de l’apprentie qui venait de se faire repousser d’un geste brutal pour que le fils de Terra puisse atteindre sa cible. N’avaient-ils pas encore retrouvé leur souffle que le géant végétal avait empoigné avec violence le blondinet et le planquant contre le mur entre deux statues inertes. Il déversa sur lui, de sa voix de ténor, un flot de paroles rageuses. La toux sèche du garçon reprenant difficilement son souffle indiqua que l’invocation venait de le relâcher. Jawhara sentit alors le regard de son compagnon sur elle, et quand elle croisa son regard furieux il lui lança :


« Ramasse cette torche et quittons cet endroit. A moins que tu ais encore un brigand à sauver dans ces ruines hantées. »

La jeune femme s’exécuta réprimant un frisson qui voulut parcourir son corps de part en part. Körlys pouvait se montrer terrifiant. Et dire que la veille elle avait murmuré au petit Max qu’il ne devait pas le craindre, qu’il n’était pas si méchant… Même si le petit gars n’était pas aussi blanc qu’elle l’avait imaginé, ce n’était surement pas une raison pour le traité de la sorte. Elle s’approcha du gosse et l’aida à se relever.

« Une fois sortie de là tu vas nous guider jusqu’à ton village. Pas de faux plan, sinon Körlys se fera un plaisir de te corriger, ok ? »

Regardant de ses yeux inquiets le demi-dieu il déglutit puis hocha de la tête de façon affirmative. Le visage de la jeune femme était grave et toutes traces de gentillesse avaient déserté son faciès. Pas de place pour la compassion non plus. Le soutenant d’un bras tandis que de son autre main elle éclairait la voix elle ouvrit la marche. Le fils de Terra lui s’était à nouveau murer dans un silence qui en disait long sur ce qu’il pouvait penser.

De temps à autre les formes spectrales tentaient des attaques sans le moindre succès. Maintenant que le trio possédait le feu, et les quelques pouvoirs retrouvé de Körlys, plus rien de sembla les arrêter dans leur évasion des ruines sous les cris furieux des fantômes impuissants. Quand la sortie tant attendu se présenta à eux, ni l’enfant, ni la femme et ni son invocation se fit prier pour filer le plus rapidement des ruines maudites. Ils ne se retournèrent pas non plus pour lancer un dernier regard à la silhouette du château désolé qui s’effaçait derrière eux.
La grisaille, qui baignait Nécra de son voile sombre, s’était doucement dissoute laissant les doux rayons du jour. Alors que leur excursion semblait s’être figée dans le temps, la brèche temporelle s’était réouverte sur un magnifique milieu d’après-midi d’une appréciable douceur. Le soleil offrait une chaleur qui faisait office d’un baume au cœur mais aussi d’un excellant remontant pour le moral qui venait de s’en prendre un sacré coup.

Après plus d’une demi-heure de marche, les trois compères s’étaient enfin décidés à s’arrêter. Enfin, Körlys avait plus subi cette pause qu’il l’avait voulu. Mais Max et Jawhara étaient épuisés et le garçon, blessé, boitait ce qui avait ralentit leur avancer.


« Rudeval n’est plus très loin vous savez, concéda-t-il alors qu’ils reprirent la route. Encore une p’tite demi-heure et nous y serons j’en suis sûre. »

Effectivement, alors que leurs jambes tremblantes ne semblaient plus pouvoir les porter plus loin, ils aperçurent les palissades de bois d’une petite bourgade. Jawhara s’était alors retournée vers le demi-dieu et d’une voix creuse lui proposa de rester là s’il ne désirait pas se fondre parmi les Hommes. D’autre part sa forme imposante ne ferait qu’attirer l’attention et déjà que la jeune femme était assez atypique pour la région, pas la peine d’en rajouter. Elle lui promit se dépêcherait de revenir.

Suivant les traces du petit garçon, elle se rendit jusqu’au centre du petit village. Elle ne comptait pas s’attarder. De plus les regards curieux des habitants la mirent très vite mal à l’aise. La mère de l’enfant vient alors lui arracher son fils de ses bras. Quand il lui raconta qu’elle venait de lui sauver la vie, tout en omettant de dire pourquoi il s’était retrouvé perdu dans les ruines, la villageoise voulut offrir gîte et couvert à l’étrange. Cependant Jawhara refusa humblement. Elle avait fait une promesse à son taharkä, de plus, elle avait quelques bricoles à acheter avant de repartir le rejoindre.

Elle profita d’avoir Maxwell sous la main pour qu’il la renseigne sur un artisan tisseur qui pourrait lui fournir un manteau à prix raisonnable. Elle devait bien avouer que ce coin d’Arcane n’était pas aussi aride que son désert et que son manteau qu’elle avait du laisser à l’entrée du Temple de Terra, lui manquait terriblement. Ceci-fait, elle s’empressa de se pelotonner dans cet ensemble de peaux qu’elle avait troqué contre une grosse partie de ses économies et quelques babioles qu’elle trainait dans ses besaces. L’homme avait surement abusé sans gêne de sa naïveté mais qu’importe, elle était heureuse de pouvoir se couvrir à nouveau. Alors qu’elle remplissait à nouveau ses gourdes à la fontaine, la mère de Max vint la trouver. Elle insista pour que la jeune femme accepter quelques vivres. De nouveau, voyant la nuit tombante, elle proposa à nouveau le gîte à celle qui avait avec bravoure sauver son enfant. Jawhara la remercia mais déclina son offre, pour enfin s’en retourner vers l’enfant divin qui ne semblait qu’être un arbre parmi les arbres. Elle passerait la nuit sous son amer surveillance et le voyage reprendrait en espérant qu'ils atteignent rapidement la vallée Sereine.


Suite ICI



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:47 (2016)    Sujet du message: Perdu parmi les fantômes.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Les Ruines de Nécra Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com