Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Lieux de divertissement -> La Taverne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 11 Juin - 19:25 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Il n’y a pas un jour où Hashiko ne bénit pas les instants qu’elle passe dans ce bas monde. Matin, midi et soir, la jeune femme embrasse la vie comme si elle s’attendait au doux baiser de la mort. Malgré ses tendances capricieuses, la danse a toujours été un bon moyen pour fêter la vie et ainsi se retrouver au centre de tous les regards. Pour se faire, elle avait trouvé un arrangement avec le tenancier de la Taverne pour pouvoir gagner un peu sa vie et laisser ses oreilles trainer un peu partout pour entendre les rumeurs du jour. Le reste du temps, elle dansait dans les rues pour le plus grand plaisir des passants.

Il était l’heure pour Hashiko de prendre la route pour la taverne en fin de journée afin de pouvoir attirer plus de clients. Plus il y avait de monde, plus Hashiko se faisait d’argent. Comme tous les soirs, elle passa un temps fou à préparer sa tenue, sa coiffure ainsi qu’à sa prestation. Terminant de souligner ses yeux de noir, elle se recula du miroir pour s’observer longuement.

Vêtue d’un bustier rose pâle aux fleurs blanches, un pantalon ample de même motif et de même couleur. Une ceinture de soi rouge entourait les courbes de ses hanches pour y maintenir une jupe de couleur mauve. N’oublions pas non plus les multiples bracelets à sa cheville droite et à son bras gauche. Ses fameux bijoux ne servaient pas seulement à faire beau, mais si on observait bien, on pouvait apercevoir de nombreuses clochettes pour marquer ses pas de danses.

Elle inclina un peu la tête de côté en redressant les fleurs qui trônaient sur ses cheveux bruns avant de quitter sa chambre. Après avoir dit au revoir à son grand frère aîné qui voyait toujours ce qu’elle faisait d’un mauvais œil, elle s’engagea enfin dans les rues pour se rendre à son lieu de travail en fit d’après-midi.

Lorsqu’Hashiko daignait enfin se donner en spectacle certaine bouches se turent pour apprécier la danseuse, ou encore d’autre qui ne s’arrêtait pas dans leurs activité en gardant un œil sur elle malgré tout. Elle animait la taverne de ses mouvements souples, agiles et gracieux et sourire aux lèvres et le regard brillant d’une joie de vivre sans pareil. Hashiko avait un style de danse très souple qui faisait onduler son corps de telle sorte qu’elle n’avait pas besoin de musique pour accompagner l’ardeur de ses mouvements. Même si ce n’était pas l’objectif premier de la danseuse le moindre de ses pas pouvait aspirer à une certaine sensualité qu’il est parfois trop pour un homme de se retenir de la toucher.

Ce soir-là, elle perdit sa concentration à plusieurs reprises à cause d’un homme qui braillait plus que les autres. Ce genre d’homme qui transpirait la finesse surtout lorsqu’il avait un coup de trop dans les narines. Cela ne c’était pas spécialement remarqué étant donné la discrétion de la jeune femme à jeter quelque coups d’œil a la table du braillard qui lui ne ratait pas une miette du spectacle qui lui était offert.

Si Hashiko n’était pas en pleine prestation, elle lui aurait volontiers proposé un mouchoir pour essuyer la bave qui pouvait sortir de sa bouche. Pour elle, il y avait bien trop de monde pour qu’il puisse lui arriver quoi que ce soit, et de ce fait, elle ne fit pas plus attention à lui, reprenant ses mouvements qui parfois pouvaient aspirer à un exotisme lointain, poussant à la rêverie.
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 11 Juin - 19:25 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 11 Juin - 22:12 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Vel le savait, les chasseurs trouvent leur mission principalement à la taverne. Là-bas se trouve le tableau où sont affichées les annonces et par conséquent, des chasseurs. Peut-être qu'il pourrait y glaner quelques informations voir même une chasse pas trop difficile pour une toute première fois. Il avait besoin de cet argent, son statut de livreur ne lui rapportait pas grand-chose, assez pour vivre certes, mais il en voulait plus, pour elle, son invocation.

Il arrivait donc devant la taverne, relativement tard, espérant que la population qui s'y trouverait serait plus importante afin d'avoir plus de chance de tomber sur quelqu'un qui aurait la patience et l'envie de lui expliquer le concept de la chasse. De l'extérieur, on pouvait déjà entendre le brouhaha qui y régnait, mais rien qui aurait pu intimider Vel pour le refaire revenir sur ses pas. Il décida donc d'entrer et poussa la porte pour se retrouver dans cette masse bruyante et animée.

En y regardant de plus près, la cause de ce tumulte était une jeune fille qui dansait au milieu de tout ces hommes aux verres déjà bien entamés. Vel marchait lentement vers le panneau, les yeux rivaient sur la jeune femme qui dansait avec une grâce et une élégance hypnotique. Si envoûtante que Vel se figea un instant devant un tel spectacle, prenant ainsi, malgré lui, le temps d'admirer les gestes sensuelles de la demoiselle. Durant sa contemplation, il se demandait ce qu'une si jolie fille pouvait bien faire ici avec un tel talent. « Elle devrait être dans une troupe. » se disait-il, tout bas. Il aurait aimé lui offrir quelques tsuris pour sa prestation, mais n'en avait pas les moyens, à son plus grand regret. Mais ça ne l'empêchait pas de continuer à admirer la jeune fille encore quelques secondes, jusqu'à ce qu'il soit interrompu par ce même homme qui déconcentrait la danseuse dans son show.

« Eh, morveux ! Dégage de là, tu m'empêches de voir la minette ! » grognait ce dernier, en pointant Vel de son verre qu'il avait partiellement renversé durant son geste, preuve qu'il était déjà bien trop éméché. Se retournant pour voir son interlocuteur, Vel avait vite fait de remarquer l'état dans lequel cet homme s'était mis et trouvait même ça navrant, mais ne voulant pas créer plus d'agitation, il s'était décalé en levant les mains pour faire signe qu'il s'excusait, sans dire mot. Il jeta un dernier regard à la jeune fille et reprit son chemin vers le tableau, tête baissée en évitant de croiser le regard d'un autre ivrogne que l'alcool aurait rendu bêtement violent.

Devant le cadre de bois couvert d'affiches, Vel restait perplexe. Il savait lire, bien évidemment, il aimait d'ailleurs beaucoup lire. Mais toute cette complexité, ces histoires de niveaux et de difficulté le dépassaient. Ses connaissances en monstres de l'île n'étaient pas très étendus, mais suffisamment pour savoir que les chasses proposées étaient bien trop difficiles pour lui. Il se dit donc qu'il devrait plutôt revenir en essayer une plus tard, quand une plus facile serait proposée. Il se retourna ensuite pour faire face à la salle et chercher des yeux ce qui pourrait être un chasseur pas trop alcoolisé qui pourrait l'aider, mais tout le monde semblait tellement hypnotisé qu'il abandonna aussi cette idée.

Déçu est fatigué, il prit encore quelques secondes pour regarder la danseuse mais s'en voulu de ne pas pouvoir lui donner quelques pièces pour lui payer la prestation, alors par culpabilité il détourna les yeux et se dirigea vers la sortie de la taverne. Dehors, la pluie avait commencé à tomber sur la cité. Loin de l'avoir prévue, Vel portait une tenue inappropriée pour ce genre d'intempérie. Il décida donc de rapidement trouver un lieu où s'abriter, le temps que cette pluie cesse et qu'il puisse tranquillement rentrer chez lui sans courir durant tout le trajet. Trempé et encore plus blasé, il se retrouvait sous un porche, non loin de la taverne et se mit à attendre en méditant.

*J'arrive pas à l'croire... Pas d'argent, pas de chasse, pas même d'information sur la procédure d'une chasse et même pas de fringues chaudes, rien... J'suis aussi chanceux qu'une poule dans une soirée entre Oboros affamés... Chienne de vie...* Il soupirait, regardant l'eau heurter le pavé de la rue, créant des centaines de petits ruisseaux qui s'écoulaient paisiblement jusque dans les caniveaux. Le spectacle était apaisant et Vel avait vite fait d'arrêter de se plaindre intérieurement pour en profiter davantage. Le jeune homme retrouva même un léger sourire, mais dans la rue, quelque chose se passait...
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 12 Juin - 01:20 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Les nuits animées, l’alcool qui coule à flot le soir dans la taverne, Hashiko en avait l’habitude. C’était assez rare qu’elle avait des problèmes et si elle en avait de toute façon, elle avait quatre grands frères vengeurs aux courroux terrible. Hashiko profita du moment d’absence que l’ivrogne avait eu pour se reconcentrer dans sa prestation sans vraiment remarquer ce qu’il se passait et de toute façon, elle avait bientôt terminé.

En règle générale, après sa représentation, la danseuse prenait toujours le temps de boire quelque chose de frais avant de repartir chez elle mais ce soir-là, elle n’avait pas trop envie de tenter le diable avec cet homme qui ne la lâchait pas du regard. Un souvenir lui revint alors lorsqu’elle reprit son souffle en se dirigeant vers la sortie de la taverne après avoir salué son publique.

C’était en pleine soirée, lorsqu’elle avait dansé pour la première fois à la taverne de Lüh. Ses quatre frères l’attendaient à la sortie le regard plein de reproche et de crainte et là, pour la jeune femme, se fut la honte de sa vie.

Elle ouvrit la porte de la taverne en quittant la salle pleine de bruit et de d’animation pour a sa grande surprise découvrir une pluie battante. Elle resta un moment sous le porche en levant ses yeux au ciel en souriant. Oui, il pleuvait aussi cette nuit-là et sous les doux fracas de la pluie, les mots d’Arkhan raisonnaient encore dans ses souvenirs.

« Tu n’es pas sérieuse ?! Es-tu devenue folle de te donner ainsi en spectacle devant tous ses ivrognes ? As-tu seulement conscience de ce que tu peux susciter chez un homme en te montrant ainsi ?! »


Elle reprit alors le chemin de la réalité en entourant soigneusement son voile rose autour de sa tête pour ne pas prendre froid et ainsi commencer à marcher dans les rues assombris par le manteau de la Dame Nuit ne pouvant s’empêche de continuer à se souvenir.

L’inquiétude de ses frères l’avait toujours émut mais elle savait que depuis qu’elle était petite, ils se faisaient énormément de soucis pour elle. Sa maladie lui a malgré tout laissé une certaine fragilité au niveau de sa santé et il fallait pour elle faire attention à tout. Elle comprenait avec tout le mal qu’ils s’étaient tous donné pour la soigner, mais elle avait vraiment envie d’offrir ce qu’elle savait le mieux faire. Bon, évidement, elle faisait aussi ça pour l’argent afin de pouvoir combler le moindre de ses caprices.

Ses sourcils se froncèrent doucement en revenant forcée à la réalité, elle avait une sale impression tout d’un coup. Il n’y avait pas que le son de la pluie qui raisonnait a ses oreilles derrière elle, mais des bruits de pas qui l’inquiétaient. La danseuse avait promis de faire attention sur le chemin du retour à chaque nuit, et avec l’habitude, elle savait que le chemin qu’elle empruntait était plus que sure a cette heure.

Ce qui l’inquiéta d’avantage, c’est qu’elle était trop loin de la taverne pour être en sécurité et encore bien trop loin de chez elle pour se sentir rassurée, alors elle pressa le pas, mais pas assez tôt. Elle se fit soudainement agripper le bras très fermement puis entendit une voix grave, ternie par l’alcool et le tabac.

« Héééé…la danseuse…t’as l’aire d’être pressé de partir tu vas où comme ça hein ?! »

Hashiko sentit son cœur battre à une vitesse folle car pour la première fois de sa vie, elle se sentait en grand danger. La petite princesse n’était plus dans son cocon et se retrouvait complètement désemparé qu’elle ne put que répondre faiblement la voix tremblante.

« Je … je rentre chez moi lâcher mon bras s’il vous plait vous serrez un peu trop fort… »

L’homme s’esclaffa, riant fort que même la pluie ne couvrait pas se bruit désagréable aux précieuse oreilles de la demoiselle. Elle détourna son regard en essayant de masquer sa peur mais cela ne laissait qu’une légère grimace crispée qui ne faisait que confirmer sa terreur.

« Aller…va pas si vite, j’aime bien quand tu danse moi, et je m’en lasserai pas je crois…hé mais c’est que ça me donne une idée ça. »

Il approcha son visage du sien, qui elle, garda son visage détourné de lui en fermant les yeux, son visage tendue de frayeur. Elle sentit qu’il la scrutait, l’observait, la dévorais littéralement du regard et même…sentit son souffle brulant a l’infecte odeur d’alcool percuter sa peau si pure et si douce. Le simple fait qu’elle ne le regardait pas suffit à l’homme pour resserrer son emprise sur elle et ainsi l’attirer un peu plus contre lui.

« Et si on allait finir le spectacle dans ma maison pour que tu danse rien que pour mes beau yeux chérie… »

Elle n’eut le temps de répondre que l’ivrogne la trainait par le bras sans aucun ménagement.

« Aller ! Assez perdue de temps ! »

Elle eut un léger gémissement de surprise et de douleur et avait presque l’impression qu’on venait de lui déboîter le bras. Elle essaya de faire de la résistance en bloquant sur place, mais elle se fit tirer de nouveau…..

« M-mais. ..Lâchez-moi ! »

S’écriât sans cesse Hashiko qui tentait tant bien que mal de faire de la résistance a ce colosse qui semblait ne pas en avoir cure.

C’est ainsi que la pauvre danseuse hurlait de plus en plus fort ses derniers mots la voix de plus en plus tremblante et pour la première fois de sa vie, elle sentit les larmes de frayeur monter à ses beaux yeux bruns dont le doux éclat qui respirait la joie de vivre avait laissé place à ne terreur sans nom. Un bien triste ballet s’offrait sur le visage de la radieuse Hashiko, une expression désagréable à regarder par rapport a la joie que ses danses offraient malgré la quête de fortune de la jeune femme…
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 12 Juin - 04:00 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Des sons étranges provenaient de l'autre bout de la rue couverte d'une brume laissant seulement transparaître deux silhouettes à peine visibles. Soupçonnant une altercation banale entre deux ivrognes, Vel restait stoïque, observant à bonne distance sans bouger de son porche, le temps d'en comprendre davantage. Rien ne semblait laisser devenir la situation et le jeune homme se contentait de regarder, la tête hors du porche, recevant une bonne dose de pluie sur le sommet du crâne jusqu'à en être lassé et revenir à sa position initiale.

« Pfouu, 'sont flippant les poch'trons la nuit. La prochaine fois, j'viens en plein jour et quand il fait beau, parce que là... » marmonnait le jeune homme en grimaçant en frissonnant, quand soudain un il entendit un cri provenir du bout de la rue. Un cri féminin. Nul doute, l'altercation était plus importante qu'il ne l'avait imaginé. Son visage se décomposa le temps d'une pensée. « Qu'est-ce que... !? » s'était-il exclamé en sortant de son abri.

Il se ruât ensuite en direction des deux silhouettes, manquant à deux reprises de chuter sur le pavé imbibé d'eau qui couvrait la rue, pour découvrir en s'approchant que l'une d'elle était belle et bien féminine et l'autre celle d'un homme à la carrure imposante s'épuisant à force la jeune femme à le suivre. Nul doute à avoir, il s'agissait de la danseuse de la taverne et pire encore : l'homme était celui qui avait fait preuve d'une élégante politesse pour demander à Vel de se décaler, car il empêchait ses yeux lubriques de la souiller du regard.

« Lâches là ! » s'écriait-il. Là où normalement il aurait dû hésiter face au physique imposant de l'ivrogne, Vel n'en fit rien. Il avait au contraire décidé de le bousculer avec la force de son élan pour lui faire lâcher prise et le plan fut un succès, mais l'homme n'avait reculé que d'un malheureux pas, bien que celui-ci fut déjà bien déséquilibré par l'alcool qu'il avait pu ingurgité. Le jeune homme, déstabilisé par l'impact et l'image de cet homme qui n'avait quasiment rien ressenti, semblait réalisé soudainement qu'il venait de se mettre dans une situation qui allait lui coûter quelques bleus, voir plus et sa douleur à l'épaule due à l'impact le lui confirmait.

« Laisse la ! » Ajoutait Vel avec courage. « Va donc décuver ailleurs, gros lard ! » Après ces mots, il se disait qu'il aurait peut-être du s'abstenir et qu'énerver cet homme n'était sûrement pas la meilleure chose à faire. Il se tourna ensuite vers la jeune femme pour vérifier son état et s'assurer qu'il n'était pas arrivé trop tard, espérant que la brute n'ait pas eu le temps de la blesser. Il lui avait souri.

« Mais... De quoi j'me mêle, avorton !? » hurlait-il, fou de rage en levant la main vers Vel pour lui asséner un coup qu'il prit de plein fouet sans le voir venir, le faisant voler quelques mètres plus loin jusqu'à heurter les volets d'une maison en ruine. « Bouges pas d'là, toi ! J'vais bientôt m'occuper d'ton cas, ma jolie ! » ordonnait-il à Hashikô, l'index de son énorme main pointé vers elle, les veines gonflées et le regard noir. « Alors, comme ça tu veux jouer les preux chevaliers, gamin ! J'vais te montrer c'qu'est un homme, moi ! » braillait-il sur Vel qui tentait de se relever. Il tourna la tête en direction de l'homme et le vu approcher à grande foulée.

Encore un peu assommé, Vel se mit tout de même debout pour lui faire face. « T'as pas honte, enfoiré ? T'en prendre à une jeune femme sans défense ? » ajoutait le jeune homme, vexé d'avoir pris un coup aussi lent, mais certes puissant. « Fermes là ! » beuglait l'homme, le visage rouge de colère en s'apprêtant à nouveau à porter un coup, dans l'estomac de Vel cette fois. Coup qui percuta le jeune homme avec facilité, le faisant plié sur le bras de la brute, faisant cracher salive et sang au pauvre garçon.

« Argh !... Mais... Reste pas là ! Sauves toi ! » criait Vel en direction d'Hashikô.
« J't'ai dit d'la fermer, morveux ! » aboyait l'ivrogne en portant lui un troisième coup qui le fit s'écroulait à terre, crispé de douleur.
« À nous deux, ma jolie.
- Non !... Erf... Reviens là, gros lard ! » s'époumonait Vel en lui agrippant la jambe de sa main droite pendant qu'avec la gauche il se tenait l'estomac. « La touches pas, sale porc ! »

La brute se retourna alors vers le jeune homme au sol avec sur le visage un air haineux, lui mit un puissant coup de pied dans le flanc et se pencha ensuite pour le soulever par la gorge avant de le plaquer contre le mur avec force. Le choc fit tousser Vel qui semblait à deux doigts de perdre connaissance, le visage déformé par la douleur. Les imposantes mains de l'homme entouraient avec facilité le coup fin de Vel, exerçant sur lui une étreinte puissante le faisant suffoquer. Se débattant contre la douleur et cet homme, il tentait, du mieux qu'il pouvait, de frapper les bras de l'homme pour lui faire lâcher prise, mais chaque coup qu'il lui donnait lui laissait l'impression de frapper dans le bois ou l'acier.

Les yeux du livreur s'étaient d'abord écarquillés, fixant ceux de son agresseur qui, lui, regardait ses mains faire leur œuvre. Puis très lentement ils étaient en train de se refermer pendant que le corps du jeune homme se détendait progressivement, comme une marionnette sans fils, capitulant.

« Fuis... » Soupira Vel.
 
 
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 12 Juin - 05:28 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Toutes les conditions étaient réunies pour un drame. La pluie, la détresse dans les yeux de la jeune femme tenue par un ravisseur qui faisait au moins trois têtes de plus qu’elle et qui portait un pantalon dans lequel on aurait pu en mettre au moins quatre comme elle. Mais même dans chaque instant les plus sombre un rayon d’espoir finit par percer les nuages noirs de l’horizon.

« Lâche-la ! »

Elle tourna alors la tête vers la voix masculine pleine de courage qui portait à ses oreilles. Son visage étaient terrifié en le regardant mais un éclat radieux apparut dans son regard, cette lueur d’espoir qu’elle n’attendait pas était pourtant bien là. Mais l’inconnu ne s’arrêta pas à ses mots, il bouscula la brute ce qui la fit lâcher le bras d’Hashiko. Elle recula de quelques pas précipitamment entourant ses deux bras autour d’elle.

Le ravisseur se retrouva lors entouré par ce courageux inconnu et elle-même. Cet homme, il semblait savoir qu’il n’avait pas l’ombre d’une chance face à lui, et pourtant, il persistait…

« Laisse-la ! Va donc décuver ailleurs, gros lard !»

A n’en point douter, il avait du courage et ses yeux se posèrent sur elle, qui semblait tétanisée par la scène et à la fois incapable de ne pas être indifférente face à un tel courage. C’était bien la première fois pour elle qu’un homme autre qu’un membre de sa famille faisait preuve de protection envers elle. Elle qui a toujours pris les personnes extérieurs à son univers pour des pigeons…

« Mais … de quoi je me mêle avorton !? »

La rage semblait frapper d’un coup le colosse et sans qu’elle ne le vit venir, il décrocha à son sauveur un coup monumentale qui le fit voler sur plusieurs mètres. La tétanie d’Hashiko se rompue un instant pour hoqueter de terreur plaçant les deux mains sur sa bouche, terrifiée par la tournure des évènements. Cet homme…qu’était-il en train de faire… ?

Le temps semblait s’être arrêté pour Hashiko, les yeux perdus dans le vide alors que des échanges de mots se passaient sous ses yeux. A tour de rôle, les deux hommes semblaient lui adresser la parole, mais elle ne réagissait plus, gardant sa tétanie dans sa posture terrifiée. Son cœur tambourinait dans sa poitrine comme si il allait en sortir pour s’enfuir alors qu’Hashiko réalisa que cet homme était en train de risquer sa vie pour elle. Figée, personne n’aurait pu dire si elle regardait la scène ou si elle avait quitté la réalité.

Pour cette jeune femme, tout cela n’avait pas de sens…cet homme ne la connaissait pas, et pourtant il lui semblait qu’ils étaient en train de se battre…qu’il était en train de se battre pour la protéger. Pourquoi était-elle autant touchée par ses actes ? Pourquoi risquait-il sa vie pour une parfaite étrangère ?

« Argh ! …mais reste pas là ! Sauve-toi ! »

Elle revint soudaine à la réalité avec ses mots et constata la scène de ses yeux perdue entre incompréhension, terreur et doute. Les coups pleuvaient sur celui qui avait tenté de la sauver, impuissant et pourtant, il tenait bon, il le faisait…peut-être pas pare ce que c’était elle, mais il voulait qu’il ne lui arrive rien.

Le regard de la danseuse changea soudainement, ses sourcils froncèrent et ses yeux abandonnèrent enfin leur horreur en laissant place à une détermination désespérée. Elle glissa les bras pour les remettre le long de son corps et observer rapidement les alentours. Elle devait lui venir en aide, elle ne pouvait pas s’imaginer s’enfuir lâchement sans l’aider. Son regard se fixa sur les briques éparpillées à cause de la bagarre et s’en approcha d’un pas déterminé. Pour la première fois de sa vie, Hashiko allait venir en aide à quelqu’un sans lui faire débourser un rond. Pourquoi un tel geste ?

Elle empoigna lentement une brique avec ses deux mains et s’avança vers les deux hommes, lentement, elle leva ses mains armées de sa brique insignifiante pour venir percuter le sommet du crâne de la grande montagne de toutes ses forces. La brute lâcha l’emprise qu’il avait sur l’inconnu chevaleresque.

Le ravisseur semblait juste sonné, il est vrai qu’Hashiko a une force comparable à celle d'une mouche, mais la brique a fait le poids il semblait. Dans un élan d’inquiétude, elle repoussa l’homme de toute ses forces pour le dégager de son sauveur inespéré et se jeta presque sur lui se mettant à genoux à ses côtés, le regard troublé d’inquiétude à son égard.

« Par tous les dieux…comment allez-vous… ? »

Elle le regardait avec douceur et reconnaissance ce qui s’entendait également dans le son de sa voix, comme voulant lui donner un peu de chaleur et de tendresse après cet événement. Hashiko tourna la tête vers la brute qui n’allait surement pas tarder à reprendre ses esprits, même si pour l’heure, il blasphémait, titubant.

Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 12 Juin - 19:04 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Les mains de cet ivrogne s'ouvrèrent brusquement, laissant le corps de Vel tomber au sol, parmi les gravats. Près de lui, il pouvait entrevoir une brique ensanglantée. Se tenant la gorge pour en apaiser la douleur, Vel retrouvait peu à peu conscience pour remarquer Hashikô venu lui porter secours. Quelle ironie. C'était lui le jeune homme qui était venu lui prêter main forte pour la défendre du joug de cet agresseur à l'alcool mauvais et pourtant c'est elle qui vient à l'instant de lui sauver la vie. Le temps de méditer sur cette idée, Vel avait reprit suffisamment ses esprits pour répondre à la danseuse dont la voix douce semblait agir comme un soin :

« Ça... Ça va. Merci. 'faut qu'tu partes... » lui conseillait-il en tentant maladroitement de se relever. De l'autre côté, la brute encore à peine assommée, allait s'apprêter à revenir à la charge, plus en colère que jamais. Constatant qu'il allait très prochainement revenir vers eux, Vel s'était forcé à se remettre sur pieds et fit signe à la jeune femme de rester derrière lui.

« Espèce de traînée ! Regarde c'que t'as fait ! » beuglait-il en montrant ses mains sanglantes, le visage rouge du sang bouillonnant qui y circulait. Visiblement, son crâne était ouvert, ce qui devait, en plus de l'alcool, l'empêcher de garder l'équilibre. Pour Vel, c'était l'occasion ou jamais de gagner du temps pour permettre à Hachikô de fuir, mais surtout à lui aussi.

« Qu'est-ce qu'il y a gros lard, t'as mal au crâne ? T'es encore plus dégueulasse quand t'es couvert de sang, espèce de gros porc ! » criait Vel pour énerver, volontairement cette fois, l'homme qui s'apprêtait à sortir de ses gonds. Celui-ci, alors comparable à une bête sauvage enragée, montrait les dents et hurlait avant de se mettre à charger en direction du couple. Toussant une dernière fois, Vel se préparait à enfin répondre aux attaques de son ennemi. Lui, il approchait, le poing levé, prêt à l'abattre sur le visage du jeune homme. Quand il fut à bonne distance, Vel repoussa Hashikô en arrière pour lui éviter un dommage collatéral et il se glissa agilement sous le bras de la brute, évitant son coup et se retrouvant dans le dos de l'agresseur. De cette position, sa blessure était visible, relativement profonde, le sang qui en découlait, mêlé à l'eau qui lui pleuvait sur le crane, créait une longue coulée rougeâtre sur sa nuque, s'achevant dans une tâche couleur vermillon dans son dos.

« À mon tours ! » jubilait Vel. S'en suit alors un enchaînement de coups précis et rapide. Le premier, un coup de pied dans l'articulation du genou afin de le mettre à terre. Le deuxième, un coup de poing dans l'omoplate de l'ivrogne, lui paralysant partiellement le bras. Le troisième, un uppercut dans une zone des côtes peu protégée par la musculature de la brute et enfin, après avoir escaladé avec souplesse et rapidité le corps plié de l'ivrogne pour prendre élan dans un saut : un coup de coude lourd et puissant sur le crâne déjà blessé de son adversaire.

Espérant le faire s'évanouir pour fuir en paix, Vel était choqué de voir que l'ivrogne n'avait rien fait de plus que poser ses mains sur son crânes en hurlant de plus belle et se rouler sur le sol tel un dément. « Mais... T'es pas humain ! » s'étonnait le jeune homme, effaré. Il se tourna ensuite vers Hashikô : « Viens ! C'mec est impossible à terrasser ! » Il lui saisi alors la main, pour l'emmener vers un endroit plus sûr. Derrière eux, des hurlements d'outre tombe, sans fin et terrifiants. Cette fois, s'il les retrouvait, Vel craignait de ne pas pouvoir faire grand-chose.

Sous la pluie battante, sa main fermement serrer sur celle de la danseuse, Vel courrait aussi vite qu'il le pouvait, évitant du mieux que possible de provoquer la chute de la jeune femme qu'il tirait avec trop peu de délicatesse. Traversant les rues et ruelles de la ville plongée dans la pénombre, craignant de tomber sur bien pire que cet homme. « Là ! » avait désigné Vel avant de se retourner pour vérifier qu'Hachikô arrivait à suivre le rythme de sa course. « On peut s'cacher là quelques temps. » Il poussa deux énormes planches pour ouvrir un passage à Hashikô vers l'intérieur d'une maison abandonnée et bien abîmée par le temps, il rentrerait après elle.

La maison, si on pouvait encore l'appeler ainsi, n'avait plus qu'un dixième de sa toiture, mais les murs étaient encore assez bien conservés, les cachant d'un regard extérieur venant de la rue. Dans un coin, il restait encore un banc en bois un peu bancal situé juste en dessous de ce qu'il reste de toiture. Ils pourraient donc s'y installer pour attendre que la pluie cesse et Vel voudra sûrement s'y écrouler. Le sol était couvert de gravats, de planches brisées, de verre pilé et de meubles en pièces. Aux fenêtres, il n'y avait plus de vitres, mais encore quelques volets condamnant celles-ci. L'atmosphère du lieu était relativement glauque, mais grâce au ciel ouvert de la maison, la demie-lune, s'émancipant du tableau nuageux, illuminait agréablement le centre de la ruine dans laquelle ils s'abritaient.  
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 12 Juin - 22:08 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Elle était sincèrement inquiète pour lui, lui qui avait tout mis en œuvre pour qu’elle s’en sorte. Elle ne put s’empêcher de lui sourire faiblement lorsqu’il lui répondit que ça allait et qu’elle fallait qu’elle parte. Elle resta un instant figée en le regardant avec hésitation…Devait-elle s’enfuir en le laissant seul ici alors que l’homme n’allait pas tarder à reprendre ses esprits ?
Elle se redressa en même temps que lui, mais elle n’eut pas le temps de prendre une décision car il était déjà d’aplomb.

« Espèce de traînée ! Regarde c'que t'as fait ! »

Elle pâlit soudainement en regardant dans l’état ou elle avait mis l’ivrogne, les yeux plongeant encore une nouvelle fois dans le vide. C’est vraiment elle qui avait fait cela ? Il avait l’air gravement blessée et malgré ce qu’il lui avait fait elle sombrait dans la culpabilité.

Les deux hommes continuèrent à s’insulter mais Hashiko se retrouvait de nouveau troublée. Elle regardait le dos de son chevalier prise d’une boule au ventre. Hashiko n’avait jamais connue d’heure aussi sombre et aussi rude. Elle ne souhaitait qu’une chose, que tout cela se termine, que le temps cesse de se jouer d’elle, qu’il cesse de s’arrêter et de passer les seconde en minutes interminable. Jusqu’à ce qu’elle se fasse soudainement repousser.

Elle resserra son voile autour d’elle en se reculant maladroitement de quelques pas sous la pluie, observant un court instant cette nouvelle bagarre. Fermant les yeux sans ne pouvoir quoi faire, grelottante de froid et de peur, le corps trempé, le cœur serré, le ventre déchiré de l’intérieur, la jeune femme baissa la tête sans dire un mot. Ses yeux perlaient doucement de larme sans que personne ne puisse s’en rendre compte grâce à la pluie.

Elle reprit soudainement ses esprits avec les paroles de son mystérieux sauveur qui semblait lui adresser la parole. Il s’approcha d’elle et lui prit la main pour commencer à l’emmener au loin. Tous deux, ils courraient, sans se retourner, ils courraient. Le cœur d’Hashiko battait au rythme de la course, laissant raisonner ses clochettes derrière leurs pas alors qu’elle se faisait traîner par l’étranger. Haletante, elle tourna ses yeux vers lui et constata que ses lèvres avaient soufferts de cette histoire. Pourquoi chaque évènement doit-il être marqué par quelque chose ? Pourquoi ses yeux étaient submergés par des larmes de culpabilité en le regardant ?

« Là ! »

Elle observa alors l’endroit vers lequel ils se dirigeaient tous deux en hochant un peu la tête et le laissa lui ouvrir le passage vers cette maison en ruine. Elle fit quelques pas à l’intérieure en observant ce qu’il restait de la demeure mais au final, son centre d’intérêt était ailleurs.
Elle se tourna vers lui, serrant son voile rose trempé autour d’elle en l’observant d’un regard qui voulait tout dire. Ses yeux avaient toujours le don de parler à sa place et de trahir ses sentiments mais pour l’heure, elle n’avait pas envie de cacher quoi que ce soit. Pas à lui.

« Merci…du fond du cœur merci… »

Elle inclina la tête désirant cachée du mieux qu’elle peu ses yeux humides et sa voix tremblante. Encore terrifié de ce qu’il venait de se produire, elle resta un long moment silencieux, le visage incliné. Pourquoi son cœur ne cessait-il pas de battre aussi fort ? Pourquoi elle n’arrivait pas à se dire que c’était terminé ?

« Je…je ne sais pas comment vous remercier et je ne sais pas pourquoi vous avez pris tant de risque pour
moi mais sans vous j’aurais certainement… »

Elle serra doucement ses poings voulant cesser d’imaginer ce qu’il aurait pu lui arriver sans lui. Elle sentait malgré une douce lumière sur son visage, celle de la Lune, qui était pour elle comme une douce caresse réconfortante.
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 13 Juin - 00:06 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Devant Vel, lui faisant face alors qu'il rentrait à son tour dans la maison, se retrouvait une jeune femme fragile et tourmentée par les événements qu'elle venait de traverser.

« Merci... Du fond du coeur, merci... » 

La danseuse fuyait le regard de Vel, semblant masquer le sentiment naturel qu'est la peur et une peine inavouée. Même si elle avait baissé la tête pour le lui cacher et même s'il avait plu sur son visage, le jeune homme avait remarqué les yeux gonflés de la danseuse et il en était profondément touché, presque mal à l'aise. Mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit pour la réconforter ou répondre à son remerciement, elle poursuivi :

« Je... Je ne sais pas comment vous remercier et je ne sais pas pourquoi vous avez pris tant de risques pour moi mais sans vous j'aurais certainement... »

Il l’interrompit avant qu'elle ne puisse en dire plus et en se penchant lentement vers elle, lui dit :

« Certainement rien du tout ! Si ce n'était pas moi qui avait réagi, d'autres l'auraient fait. D'ailleurs, avant d'intervenir, j'ai vu au loin un groupe de plusieurs centaines de guerriers surarmés qui seraient sûrement intervenus si ça s'était mal passé. Donc, il n'y avait et il n'y a rien à craindre. Allez, fais un sourire, tout va bien. Mais 'faut que j' m'asseye, si ça t'dérange pas. J'me sens étrangement fatigué. » disait-il en souriant, voulant amuser un peu la jeune femme et surtout lui changer les idées.

Il remit une de ses mèches de cheveux humides sur le coté et se dirigea vers le banc au fond de la maison, marchant sur les pierres, manquant de tomber quand il posa le pied sur l'un d'elle qui s'était dans le sol. « Tu feras attention, le sol est traître... » adressait-il à Hashikô puis il atteignit le banc. Même s'il voulait s'y installer lentement pour épargner à son corps un choc de plus, celui-ci ne voulait pas l'entendre ainsi et il s'écrasa avec lourdeur sur l'objet bancal, offrant ainsi à Vel un rappel des blessures qu'il venait de gagner dans ce sauvetage. Offrande que le jeune homme accepta et auquel il répondait en remerciement, d'un soupire de douleur réprimée. « Les meubles confortables en cuir, c'est pour les faibles ! » ironisait-il avec humour, lançant un sourire crispé à Hachikô.

Après ces lamentations refoulées, Vel s'était mis à fixer le ciel à travers le trou du plafond. La pluie qui en tombait offrait un spectacle apaisant au jeune homme qui en oubliait progressivement ses maux. Le morceau de lune isolé dans ce ciel couvert illuminait chacune de gouttes qui traversaient son rayonnement, les transformant en subtiles petites larmes d'étoiles scintillantes jusqu'à ce qu'elles finissent leur chute dans une grande flaque au centre de la pièce. La même flaque où se reflétait ce ciel sombre et lugubre sans étoile. Avec les images, il y avait aussi les sons. Ceux des gouttes percutant sans rythme chaque surface qu'elle rencontrait avait aussi un pouvoir apaisant même si on avait tendance à croire qu'en s'y habituant on se prive de son effet.


« Bon, y'a plus qu'à attendre... »


Dernière édition par Vel Rib'helung le Ven 15 Juin - 18:08 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 13 Juin - 02:39 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Elle était enfin seule à seule, dans un cadre un peu particulier certes, mais ils étaient enfin seuls. Elle redressa doucement le visage lorsqu’il s’approcha d’elle.

« Certainement rien du tout ! Si ce n'était pas moi qui avait réagi, d'autres l'auraient fait. D'ailleurs, avant d'intervenir, j'ai vu au loin un groupe de plusieurs centaines de guerriers surarmés qui seraient sûrement intervenus si ça s'était mal passé. Donc, il n'y avait et il n'y a rien à craindre. Allez, fais un sourire, tout va bien. Mais 'faut que j' m'asseye, si ça t'dérange pas. J'me sens étrangement fatigué. »

Il lui sourit alors pour la réconforté tout doucement, puis le suivait doucement du regard. Elle le scrutait dans son moindre fait et geste, ainsi elle avait presque pu voir qu’il allait tomber, mais il se rattrapa finalement.

« Tu feras attention, le sol est traître... »

Elle se mit très discrètement à rire doucement amusé, ne le quittant pas du regard dans le plus grand des silences, tentant de comprendre les moindres de ses fait et gestes.

« Les meubles confortables en cuir, c'est pour les faibles ! »

Pourquoi disait-il cela ? Pourquoi voulait-il lui faire croire qu’il ne souffrait pas alors qu’elle ne pouvait s’empêche de souffrir avec lui à chacun de ses pas. Elle se retrouvait étrangement bête car lorsqu’il était en train de risquer sa vie pour elle, elle voulait tant lui dire, tant faire pour l’aider, que maintenant en tête à tête, il lui était impossible de savoir que faire ou encore quoi dire. Elle se sentait…horriblement gênée. Elle se surprit elle-même à cet instant, elle qui n’avais aucun scrupule pour quoi que ce soit, la voilà intimidée pour la première fois de son existence.

Elle décida alors de doucement s’approcher de lui pour prendre à ses côté en grelottant, retirant son voile d’autour de ses épaule pour le poser sur ses propre genoux. Comparer à son comparse, elle s’était assise avec douceur et élégance. Le moindre de ses pas marqués par ses clochettes raisonnais dans la pièce alors que le moindre de ses mouvements inspirait la grâce et la douceur. De toute évidence, elle était née pour la dance.

Elle roula ensuite son voile trempé en boule et tourna la tête vers lui.

« Je ne sais pas en ce qui concerne les autres hommes armés mais…Vous, vous l’avez fait, vous êtes
intervenue sans arme pour me venir en aide… »


Elle dessina un tendre sourire sur ses lèvre en lui tendant son voile rose qu’elle semblait tant affectionner.

« Au faite, je me nomme Hashiko Shinae…tenez, pour votre lèvre au moins. »

Sa voix sonnait comme le chant clair d’un oiseau après un temps de pluie, posée, douce et calme aspirant à la tendresse. Elle ne savait pas quoi faire, ni lui dire mais elle appréciait l’observer, pour qu’elle raison exactement ? Peut-lui importait mais il y avait une certaine admiration dans l’éclat de ses yeux. D’où venait-il ? D’où avait-il tiré son courage pour elle ? Elle avait envie de lui poser toute ses questions, mais elle était décidément comme…hypnotisée ? Fascinée ? Impressionnée peut-être ? Elle continua de sourire malgré tout, tentant de lui faire oublier ses douleurs.

« Est-ce que je peux faire quoi que ce soit pour vous soigner ? Vous aidez à vous sentir mieux ? Je me sens un peu inutile…j’aimerai vous aider mais je ne sais pas comment… »

Elle posa les mains sur ses propres genoux, et finit par regarder vers le ciel.

« J’avais envie de vous dire tellement de choses, mais là, je ne sais plus par où commencer… »

Son rire sonnait si claire, si léger qu’il semblait effacer d’une caresse ses mauvais instants pour laisser entrer un petit rayon de soleil…un peu comme les premières douceurs du printemps après un rude hiver. Elle finit par susurrer ses quelques mots, à peine inaudible.

« je vous dois tant… »
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 15 Juin - 20:10 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Tout deux installés sur le banc de bois, Hashikô finissait par proposer son voile trempé à Vel tout en se présentant, ce à quoi il répondit : « Enchanté Hashikö. Mais ça va aller, le sang a arrêté d'couler, j'crois. Et puis j'ai pas envie de gâcher ton précieux voile. De plus, j'ai l'impression qu'il t'ira mieux qu'à moi. » Souriant en réponse au sourire de la jeune fille, il penchait la tête sur le côté en regardant celle-ci. Elle se présenta ensuite : « Velam Rib'helung. Mais tout l'monde m'appelle Vel. »

Elle se proposa ensuite de l'aider à aller mieux, cherchant un moyen quelconque de se rendre utile pour que le jeune homme puisse plus facilement supporter sa douleur, mais fort d'un grand calme, il arrivait, du moment qu'il restait assis, à garder un air serein et satisfait. Voulant lui répondre qu'elle n'avait pas à s'inquiéter, il ouvrit la bouche, mais ce fut la voix de la danseuse qui prit le dessus :

« J'avais envie de vous dire tellement de choses, mais là, je ne sais plus par où commencer... » avait-elle ajouté en se détournant du regard du livreur. Vel perdit lentement son sourire, en regardant Hashikô fixer le ciel, pensive et perdue. Il ne savait pas trop comment la rassurer, égaré dans l'idée que malgré le fait qu'il vienne de lui sauver la vie, sa voisine continuait à afficher un air triste et le pire, c'est qu'il réalisait que c'était de sa faute.

« Je vous dois tant... » finissait-elle part dire, sortant le jeune garçon de ses pensées. Touché par la vision de cette jeune fille tellement affectée par son besoin de gratitude qu'il en perdait ses mots, Vel se contentait de la regarder fixement. Évidemment, il n'avait pas sauvé des millions de vies durant son existence, mais pour lui, venir en aide à quelqu'un n'avait rien d'extraordinaire. C'était une chose normal que tout le monde se devait de faire s'il le pouvait. C'est ce qu'il avait fait et il n'attendait rien en retour, seulement, le fait de voir la danseuse dans un tel état, avec un tel besoin de se rendre utile pour payer sa dette, Vel eut une idée.

« J'avoue, j'ai fait quelque chose de vraiment dangereux et très courageux. Tu m'dois beaucoup ! Et donc si tu souhaites payer me remercier, voilà c'que tu pourrais faire : Premièrement, promets moi de faire plus attention à l'avenir, on dirait pas comme ça, hein, mais j'ai un peu mal, oui oui. Deuxièmement, si un jour un pervers baveur et suant m'attaque, je veux que toi aussi tu viennes me protéger et je promets de lui mettre un coup de brique s'il a l'dessus sur toi. »

Il souriait niaisement, fier de ce qu'il venait de dire espérant la faire sourire un peu plus. Puis il ajouta : « Et, dernièrement, je t'ai vu danser dans la taverne, t'es incroyablement douée. D'où te viens un tel talent ? J'suis curieux, j'aimerais l'savoir. » Il posa son coude sur son genou et sa tête dans sa main, la tête tournée vers la jeune fille, prêt à boire ses paroles.
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 5 Aoû - 19:01 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Hashiko, cette petite égoïste sans cœur tentait de se plier en quatre pour un étranger. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait, mais elle avait appris une chose en cet instant…ses frères ne pouvaient pas toujours être la pour elle et aujourd’hui, quelqu’un d’autre lui a sauvé la vie.

« Enchanté Hashikö. Mais ça va aller, le sang a arrêté d'couler, j'crois. Et puis j'ai pas envie de gâcher ton précieux voile. De plus, j'ai l'impression qu'il t'ira mieux qu'à moi. »

Hashiko a toujours été très matérialiste, et elle regarda son voile un long moment d’un aire pensive.

« Velam Rib'helung. Mais tout l'monde m'appelle Vel. »

Elle redressa ses yeux de son voile pour lui offrir un tendre sourire, pour la première fois de sa vie, un étranger lui donna son prénom. Mais par la suite, Hashiko se perdit a nouveau…beaucoup de chose valsaient dans sa tête sur une mélodie nostalgique. Mais ce qu’elle allait entendre, allait lui couper le souffle.

« J'avoue, j'ai fait quelque chose de vraiment dangereux et très courageux. Tu m'dois beaucoup ! Et donc si tu souhaites payer me remercier, voilà c'que tu pourrais faire : Premièrement, promets moi de faire plus attention à l'avenir, on dirait pas comme ça, hein, mais j'ai un peu mal, oui oui. Deuxièmement, si un jour un pervers baveur et suant m'attaque, je veux que toi aussi tu viennes me protéger et je promets de lui mettre un coup de brique s'il a l'dessus sur toi. »

Ses paroles la bloquaient, comme un violent coup de tambour venant annoncer la fin brusque de ses pensé, un coup si inattendue, qu’elle en fut comme choquée. Elle ne pouvait même pas dire si son cœur c’était arrêté ou si il frappait si fort dans sa poitrine au point de vouloir en sortir.

Elle tourna brusquement la tête vers lui pour s’assurer qu’elle n’était pas en présence d’un de ses frères qui c’était déguiser pour la suivre, mais non, c’était bien celui que tout le monde appel Vel. Une fois sa constatation faites…elle se mit à rougir, mais elle ne laissa pas beaucoup de temps a Vel de le remarquer et elle posa ses yeux sur on voile et se mit à le plier dans le plus grand des silences.

Une fois son voile plié, elle vint subitement le poser sur la bouche de son interlocuteur, le tamponnant avec une grande délicatesse et une grande douceur. Concentré sur ses gestes, elle prit la parole, parlant d’une voix calme et douce.

« Il est précieux, oui, mais mon père et mes frères ne se sont pas soucie de la valeur des choses lorsqu’il s’agissait de sauver ma mère et moi de la maladie. »

C’est elle qui venait de parler ? Elle n’en revenait pas elle-même d’avoir dit une chose pareil…est-ce qu’il fallait que cela arrive pour se rendre compte qu’elle vivait potentiellement dans l’erreur ?

« Et puis, vous savez…même avec tous les sacrifices fait, je ne suis pas tirer d’affaire, alors, ça n’a aucune importance de la valeur de se voile, j’en ai des tas d’autres de toute façon. »

Elle lui offrit de nouveau un adorable sourire.

« Je…veux bien essayer de promettre, mais tu dois aussi me promettre d’être toujours là si j’ai besoin de toi…parce que…si tu n’es pas la si ça tourne mal…tout ce que ma famille a fait pour moi, et les risques que tu as pris ce soir seront inutile… »

Elle retira son voile de ses lèvres, puis glissa ses doigts très doucement sur son visage, comme pour regarder à quel point c’était enflé.

« Et même, avant de penser à ça, je dois penser à ton rétablissement ! »

Elle reposa ses deux mains sur ses propres genoux, et lui souriait. Lorsqu’elle souriait de cette manière, ses frères lui disait toujours qu’elle était semblable a un rayons de soleil venant percer les nuages sombres de toute une vie.
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 21 Aoû - 02:20 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Malgré les dires du jeune homme, la danseuse appliqua tout de même le voile sur la lèvre de Vel. Elle essuya avec une infinie délicatesse la plaie et fit disparaître le peu de sang qui s’y trouvait. Pendant ce temps, le jeune homme regardait avec interrogation Hashiko prendre soin de lui. Elle était profondément concentrée dans ses gestes et semblait sereine, apaisée. Il trouvait l’émotion sur son visage très attendrissante, et ce même quand elle prit la parole :

« Il est précieux, oui, mais mon père et mes frères ne se sont pas soucie de la valeur des choses lorsqu’il s’agissait de sauver ma mère et moi de la maladie. »

La maladie ? Vel se demandait soudain ce qui pouvait bien composer le passé de ce petit bout de femme si douce et courageuse. Qu’est-ce qui lui était arrivé par le passé pour être ce qu’elle est aujourd’hui. Elle a de la famille, au moins c’était une chose certaine. La jeune fille marqua un temps d’arrêt, ce qui laissait Vel encore plus perplexe, puis elle ajouta :

« Et puis, vous savez…même avec tous les sacrifices fait, je ne suis pas tirer d’affaire, alors, ça n’a aucune importance de la valeur de se voile, j’en ai des tas d’autres de toute façon. »

Elle sourît de nouveau à Vel, ce qui ne le laissait pas froid tant la beauté d’Hashiko s’exacerbait lorsqu’elle dessinait ce doux et tendre sourire sur ses fines lèvres roses. Inconsciemment, il lui rendit ce sourire, il commençait doucement à admirer la jeune femme, plongeant ses yeux dans la profondeur des siens sans pour autant croiser le regard fuyant de la danseuse.

« Je…veux bien essayer de promettre, mais tu dois aussi me promettre d’être toujours là si j’ai besoin de toi…parce que…si tu n’es pas la si ça tourne mal…tout ce que ma famille a fait pour moi, et les risques que tu as pris ce soir seront inutile… »

Après ces paroles fortes et qui devait engager Vel dans une longue quête, elle fit un geste qui le surprit bien plus que les autres. Elle caressa la joue du jeune livreur qui restait bouche bée. Ce geste semblait déplacé et en même temps si tendre et affectueux. Le cœur du jeune homme fit un bon, mais il ne s’en rendait pas forcément compte. Depuis son arrivé à la capitale, personne n’avait été aussi attentionné avec lui. Il avait du mal à réaliser la nature des émotions qui le traversaient comme le ferait une bourrasque dans un magasin de porcelaine, toutes fenêtres ouvertes.

« Et même, avant de penser à ça, je dois penser à ton rétablissement ! »

Les fracas de son cœur contre sa poitrine faisait s’assécher sa gorge. Elle s’inquiétait pour lui, cela le touchait encore plus. Le jeune homme venait de réaliser ce qui lui arrivé. Il avait rencontré quelqu’un de gentil et attachant. Une femme assez forte pour inspirer le respect et l’admiration, mais surtout une femme belle et aux aires fragiles au point qu’il était dur de ne pas la trouver séduisante. Elle adopta de nouveau cette position assise, mains sur les genoux mais cette fois elle fit face à Vel pour lui sourire encore une fois, mais différemment.

Cette fois, le sentiment qui se dégageait de son visage lui donnait un air angélique, hypnotique et si attirant que lentement et malgré lui, le visage de Vel se laissait emporter dans cette attraction jusqu’à ce que ses lèvres viennent frôler ceux de la danseuse. Loin de la crainte d’être repousser, il ne réalisait pas vraiment le geste qu’il entamait. Il le faisait car son corps, ou plutôt son cœur, le lui dictait.

Avec douceur, il apporta sa main sur celle d’Hashiko et la saisi un instant durant ce baiser éphémère comme pour amplifier l’effet. Si elle voulait le repousser, elle le ferait maintenant, mais dans son esprit, cette optique lui semblait impossible, inimaginable, il ne l’imaginait d’ailleurs même pas. Durant ce moment, comme si le temps s’était arrêté, le souffle coupé à l’instar de celui de Vel, la pluie avait cessé, elle offrait un silence étrangement réconfortent malgré ce sentiment de solitude ultime qu’il laissait éprouver. Ces deux jeunes gens étaient seuls au monde en cet endroit, seuls avec leurs sentiments et leurs maux.


CLÔTURE DU SUJET POUR CAUSE D’INACTIVITÉ
Pour le rouvrir envoyer un Mp à l'un des membres du staff.
Revenir en haut
Hashiko

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 21 Aoû - 06:20 (2012)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ] Répondre en citant

Si Hashiko aurais pu se rendre compte que les mots qu’elle utilisait, des gestes qu’elle faisait, que tout cela aurais pu avoir un impact différent de ce qu’elle aurait pu imaginer, elle-même ne savait pas si elle changera, ou si elle dirait et reproduirai la même chose.

Elle parlait, mais il n’entendit rien de sa bouche et sans cesser son sourire rassurant, elle se posa malgré tout quelques questions. Avait-elle dis quelque chose de mal ? Il semblait complètement perdu par sa présence et elle le ressentait jusqu’à ce qu’elle eut le souffle coupé.

Elle le sentait, elle sentait dès l’instant où il avait à peine commencé à s’approcher dangereusement d’elle que quelque chose allait se produire. Qu’est-ce qui était en train d’arriver ? Pourquoi cet homme qu’elle ne connaissait que très peu se tentait a ce geste qu’elle voyait comme un geste d’amour et de tendresse ? Que devait-elle faire ? Se mètre a croire au compte de fée en se remémorant les lectures de sn frère ? Qu’après l’avoir sauver, l’aventurier tomba fou amoureux de la jeune demoiselle prise dans des péripéties tragique ? Qu’à la fin, il lui donnera un baiser pour sceller leur amour pour toujours ? Ou alors écouter les mots de son autre frère en qui lui disaient de ne jamais faire confiance aux hommes, qu’ils ne seraient attiré que par la beauté envoutante d’Hashiko ?

Tant de réflexion dans un si bref instant, Hashiko priait secrètement de ne pas offrir ses lèvres pour la première fois à la mauvaise personne car au fond d’elle ses événements avaient réveillé un certain intérêt pour le jeune homme qui arriva à ses fins sans aucune résistance de la danseuse.

Pour elle, le temps se scella à cet instant précis, là où il déposa doucement ses lèvres sur celle d’Hashiko. La pluie elle-même c’était arrêté, comme si le ciel lui-même arrêtait toute activité pour observer de son œil nocturne les liens qui semblait se tisser entre ses deux jeunes gens... Tout c’était suspendu comme pour l’éternité. Hashiko ne savait même plus si elle était encore sur Terre.

Il posa alors sa main sur la sienne ce qui ne fut pas s’en provoquer chez elle un certain…moment de panique.
Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Elle devait répondre quelque chose en échange ? Sans vraiment avoir ce qu’elle faisait, elle décida simplement de laisser aller son instinct et d’un geste un peu hésitant, elle amena son autre main sur sa joue, accompagnant involontairement son baiser de quelques caresse très hésitante.

Après avoir laissé couler cet instant un peu particulier, elle décida de se reculer lentement de ses lèvres, ouvrant très légèrement les yeux en le regardant pendant un moment ne bougeant pas de sa position. Son regard laissait clairement lire qu’elle ne savait pas quoi penser de tout cela, qu’elle était perdue.

« Je… Heu… »

Ne pas savoir évoqua en elle un sentiment de panique. Elle se repris et continua troublé.

« Il…Il se fait très tard…il…il faudrait penser a…Heu…Je…Il y a un endroit ouvert à cet heure où tu pourras…Tu…n’as rien de casser ?...C’est sur ? »

Elle ne savait plus quoi faire quoi dire, et constatait qu’elle avait continué de le fixer la main encore sur sa joue. Son regard avait changé, il était complétement perlé d’étoile qui nageait dans les troubles de la jeune danseuse. Elle retira subitement sa main de sa joue, et la déposa sur ses propre genoux rapidement, son visage adoptant un rouge écarlate de gêne et d’hésitation.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:21 (2016)    Sujet du message: La danseuse du crépuscule. [PV Vel Rib'Helung ]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Lieux de divertissement -> La Taverne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com