Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Viens ici que j'tempalle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
White

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 25 Mai - 19:41 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

White avait posé son premier sabot sur le sol des terres de la Rivière Blanche. Cela faisait de longues années qu’elle n’avait pas ressenti la tiédeur et le moelleux du sol. Elle savourait cette instant seule, Vel l’avait devancé il y a bien longtemps.

Dans sa cellule, il s’était d’abord moqué ouvertement d’elle, et elle aurait pu lui arracher la tête si les forces divines ne l’avaient pas maintenue à terre. Il s’était présenté, et il l’avait même appelé par son prénom. Cela lui avait écorché les oreilles. Son nom était à présent la marque de sa soumission. Elle avait répondu quelque chose d’incompressible en bougonnant. Elle avait d’abord levé ses yeux sur Xelam Rix'Belong, le fusillant du regard. Après quoi, elle finit par se relever, l’esprit torturé par le doute. Ce Rilam Bib'Velung avait une fâcheuse tendance à se sentir supérieure à elle, et pire, il le lui montrait. Ce ne se passerait pas comme ça, prend garde misérable Godam Rib'Jefung.

Le jeune homme l’avait invité à sortir de sa cellule, et à son grand étonnement avait déguerpi comme un lapin. Il avait certainement eu une peur terrible qu’elle l’embroche par derrière. Voilà qui est mieux, tout rentre dans l’ordre. Hautaine, l’Invocation commença à le suivre en faisant des grands bonds pour le rattraper, bien décider à lui montrer qui était le chef, et le vit sauter dans les escaliers.

*Le fourbe ! Il préfère se suicider ! *

Elle ralenti, ne voulant pouvant plus rien faire pour lui. En vérité, elle avait vu le grand sourire sur son visage, et cela lui avait presque fait oublier sa colère contre lui. Elle se rendit brusquement compte que le vent fouettait ses crins, que la liberté l’appelait. Elle avait pris un temps interminable pour descendre les escaliers, redoutant presque le moment où elle toucherait le sol, ressentant une étrange culpabilité au fond de son âme. Elle cherchait aussi à se faire attendre par son nouveau maître, qui avait admirablement bien atterris. Pas mal pour un humain. Il était… Intéressant.

Mais tous ces doutes s’évaporèrent à la seconde ou elle avait touché terre. Pour la deuxième fois de la journée, White se baissa au sol, s’enivrant des parfums exquis que les offraient les plantes environnantes. L’odeur de la terre fertile, les sons des animaux alentours, … tout l’enchantait. Elle se roula par terre longuement, frottant son dos dans les herbes. Elle resta allongée sur le dos, les quatre fers en l’air, alors qu’elle riait de bon cœur. Enfin libre. Enfin … presque.

« Maudit Xel » Souffla-t-elle en espérant qu’il l’entendrait.

Elle avait fermé les yeux, affalée dans le sol. Son sourire ne la quittait plus.

(désolé c'est court mais c'est mon mieux à l'heure qu'il est sad )
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Ven 25 Mai - 19:41 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 25 Mai - 21:54 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

« Maudit Xel. 

 
- Vel. Vel Rib'Helung. Apprends à l'prononcer, si c'est l'éternité qui nous lie. » Disait le jeune homme, une dizaine de mètres devant l'invocation, le dos tourné. 
 
Plus loin, à quelques kilomètres de leur position, se trouvait la Rivière Blanche. Et encore plus loin, à quelques heures de marches, se trouver Lüh. La matinée était sur le point de s'achever et Vel réalisait quelle heure il était en regardant la position du soleil dans les cieux. Et comme si ça ne suffisait pas, son estomac aussi le lui signalait. Il était bientôt midi. Ses provisions avaient étaient volées par les chocobos plus tôt dans la journée et il craignait légèrement de ne pas avoir la force de retourner en ville, même avec le pas rapide. Il se retourna alors vers White, jubilant de son contacte avec le sol verdoyant sur lequel il allait passer encore un long moment. 
 
Il sourit en la voyant tellement enthousiaste, puis il jeta un regard désappointé vers l'endroit où il avait passé la nuit. Il s'y trouvait encore sa couverture et la sacoche éventrée où était ses vivres. S'en approchant pour vérifier le contenu, il pouvait aisément voir que les oiseaux n'y étaient pas allés avec élégance. Sa couverture était sale, tachée de traces de pattes et de poussières, il la ramassa et la fit claquer dans l'air pour la nettoyer. Au moins, c'était déjà ça de gagner. À coté, le sac déchiré, il replia la couverture sur son bras droit et inspecta le contenu. Rien, à part des miettes de pains. Il soupira. 
 
« Bon, bah i'a vraiment plus rien à manger... » pestait-il, dans sa barbe. Il aurait aimé manger quelque chose et faire son offrande à White par la même occasion, mais les chocobos ne semblaient pas être d'accord avec cette idée. Pour seule consolation, il trouva une plume. « Au moins, c'est déjà ça... » Il rangea la plume dans ce qu'il restait du sac et se mit en route vers la ville. 
 
« Si ça n'te dérange pas, j'aimerais rentrer avant la tombée de la nuit. Dormir ici n'est pas une expérience que j'aimerais réitérer. » adressait-il à l'invocation. En marchant, il songeait à tout ce qu'il pourrait réaliser avec White à ses cotés, mais ces pensées furent de courtes durées quand il se demanda où il allait pouvoir la loger. 
 
Vel vivait dans une toute petite maison, loin du centre, assez précaire. Il était livreur et donc pas assez payé pour se permettre le luxe d'une grande maison au centre-ville de la cité. Il se demandait s'il fallait prévenir White à ce sujet et donc il se proposa de le faire avec subtilité, durant leur marche. 
 
« Dis, c'est vrai qu'les invocations n'ont pas besoin de dormir ni de manger ? » 
 
Inquiété par la réponse, Vel se demandait comment il pourrait réussir à solutionner le problème si elle venait à répondre que c'était faux. Une divinité ne pourrait certainement pas se laisser loger dans une écurie et qu'elle est une forme chevaline n'y changerait rien. Allait-il devoir chercher le moyen de gagner davantage de Tsuris ? Devenir chasseur peut être ? Il fallait qu'il voit cela avec sa nouvelle partenaire dorénavant. Peut être qu'elle pourrait l'y aider, après tout, c'était là le but de leur libération. Même si Vel voyait les choses autrement, il se sentait contraint d'avoir l'avis de White pour ce genre de requête, il ne souhaitait rien lui imposer. 
 
 


Dernière édition par Vel Rib'helung le Sam 26 Mai - 02:55 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
White

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 26 Mai - 01:18 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

« Vel. Vel Rib'Helung. Apprends à l'prononcer, si c'est l'éternité qui nous lie.
- J'espère pas ! Et c’est bien ce que j’ai dit.
» rétorqua-t-elle bien trop occuper à se rouler sur le sol.

Elle se releva, couverte de brins d’herbes. Des petites bêtes en avaient profité pour élire domicile dans son pelage. Elle n’y prêta pas la moindre attention, et marchait lentement, le nez collé au sol. On était si bien. Tout semblait plus vrai. La vie reprenait des couleurs. Elle ne s’occupa pas du garçon qui secouait sa couverture miteuse, ni même de son soupir.


« Bon, bah i'a vraiment plus rien à manger...
- Sers toi voyons, il y a plein d’herbe à brouter. Et ne ramasse pas les saletés qui trainent,
dit-elle en claquant la langue.
- Si ça n'te dérange pas, j'aimerais rentrer avant la tombée de la nuit. Dormir ici n'est pas une expérience que j'aimerais réitérer. »

Il s’était mis à marcher. White hésita une seconde, adressa un dernier regard en arrière vers le temple, et s’en détacha pour atteindre le niveau de son sauveur en faisant des sauts de cabris. Complètement absorbée par le paysage, son esprit était bien loin des tergiversions administratives de Vel. Tantôt elle gambadait à droite pour suivre un papillon, tantôt elle bondissait à gauche sur un rocher surélevé. Son pied était très sûr, et jamais elle ne perdait son équilibre malgré les grands bonds qu’elle réalisait. Elle en oubliait presque qu’elle n’était pas seule.

« Dis, c'est vrai qu'les invocations n'ont pas besoin de dormir ni de manger ?
-Bien sûr que j’ai ses besoins, mais je n’y suis pas tenu d’y répondre pour vivre. Pourquoi ?
» demanda-t-elle d’un air suspicieux, l’accusant déjà de comploter quelque chose.

Pour l’instant, elle n’avait pas l’intention de lui mettre des barreaux dans les roues, mais elle n’acceptait pas encore la situation dans laquelle elle s’était mise. Vel était un humain avant toute chose.

« C’est gentil à toi de t’en soucier je vais donc faire un somme… Hum, Ici »

Elle avait parlé avec une fausse gentiesse, et se dirigea vers un grand arbre majestueux qui abritait quelques oiseaux à en juger par les douces mélodies. Elle fit le tour du tronc une fois, puis une seconde fois en reniflant, et finit par s’affaler par terre, se calant contre de grosses racines démesurées.

« Très bien ! Merci de ton aide, jeune humain, à présent, rentre vite chez toi ‘avant la tombée de la nuit »

Elle avait insisté sur ces derniers mots, imitant la manière dont Vel les avait prononcés. Elle enfouit sa tête dans ses poils, et ferma les yeux.

« Nel, tu devrais te dépêcher, il y a plein de monstres au crépuscule. Et ils mangent les enfants. » ajouta-t-elle en feignant la fatigue, cherchant à lui échapper.
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 26 Mai - 02:52 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

« Bien sûr que j'ai ses besoins, mais je n'y suis pas tenu d'y répondre pour vivre. Pourquoi ? » Ces mots rassurèrent le jeune homme un instant, même malgré l'air suspicieux qu'elle avait arboré pour les prononcer. « Par curiosité. » répondait-il, cachant une partie de la vérité.

« C'est gentil à toi de t'en soucier je vais donc faire un somme... Hum, Ici » Vel tiqua, il arrêta sa marche et se mit à suivre des yeux l'Arrogante qui allait s'installer au pied d'un vieil arbre. S'il ne savait pas que c'était le retour à la liberté qui l'a poussé à agir ainsi, il aurait pu la croire folle en la voyant s'extasier pour la moindre chose qui lui passait devant les yeux ou sous les naseaux.

« Très bien ! Merci de ton aide, jeune humain, à présent, rentre vite chez toi 'avant la tombée de la nuit' » Souriant face à l'impertinence assumée dont White faisait preuve, le jeune homme s'étonnait d'apprécier autant les réactions et les dires de celle-ci, mais comprenant aussi qu'elle le faisait volontairement pour l'enquiquiner, il fit mine d'ignorer la caricature vocale. Elle ajouta dans un grand jeu d'actrice impeccable mimant la fatique : « Nel, tu devrais te dépêcher, il y a plein de monstres au crépuscule. Et ils mangent les enfants. »

« J'espère que Madame est à son aise. S'il vous faut quoi que ce soit, tachez de n'pas venir me l'demander, de toute façon je ne réponds qu'à ceux qui savent prononcer mon nom. Sur ce, je m'en vais, j'ai de la route qui m'attend. » Répondait-il, sur le ton de l'ironie, mi-amusé mi-vexé. Allant jusqu'à se demander si ce n'était pas mieux comme ça.

Après tout, il n'avait aucun endroit où loger la créature de façon digne et confortable et n'était venu que pour en voir une, pas pour la ramener. Il put poser quelques questions, même toucher celle-ci, il avait pu le faire. Sa curiosité n'était, certes, pas totalement comblée, mais les émotions avaient été si fortes durant cette matinée, qu'il n'avait plus vraiment envie d'en demander plus à la divinité. Mais d'un autre côté, il commençait à apprécier White et trouvait un réel plaisir à échanger avec elle, autant qu'en la regardant badiner dans son dos, du coup de l'oeil.

Une rencontre qu'il avait apprécié. Il se doutait qu'il regretterait sûrement de la laisser là. Mais il n'avait pas mieux à lui proposer que ce qu'elle avait déjà. De plus, la liberté qu'elle s'était offerte toute seule la réjouissait, semblait-il. Peut être valait-il mieux en rester là, s'interrogeait le jeune homme en poursuivant son chemin, les yeux perdus dans l'horizon. « Peut-être qu'elle sera mieux ici... De toute façon, j'doute qu'elle trouve un quelconque plaisir à vivre avec moi... » Se chuchotait-il en avançant. « Prends soin de toi, White. »

Il s'éloignait lentement, le pas lourd, influence de son pincement au coeur dû à cet à dieu peu orthodoxe. Il désirait se retourner, au moins une fois, avant de définitivement s'en aller, mais sa fierté l'en empêcha. L'image de White l'air dédaigneux, couchée sous ce grand arbre était celle qu'il avait en tête en marchant et elle dessinait sur son visage une moue particulière, sorte de sourire triste accompagné d'une paire de sourcils froncés. Quand il remarqua qu'il n'avait plus son sourire habituel, il se ressaisit en secouant la tête et reprit une marche plus habituelle, plus fluide... Mais quelques pas plus loin, il reprit son air mélancolique et sa démarche lente, malgré lui. 
Revenir en haut
White

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 26 Mai - 11:43 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

(marre de mettre en gras partout... *grosse flemmarde*)

« J'espère que Madame est à son aise. S'il vous faut quoi que ce soit, tachez de n'pas venir me l'demander, de toute façon je ne réponds qu'à ceux qui savent prononcer mon nom. Sur ce, je m'en vais, j'ai de la route qui m'attend.
-Soit. »

Elle resta immobile, tendant l’oreille. Elle avait bien senti qu’elle avait vexé le garçon, cela l’enchantait. Malheureusement pour elle, il n’avait pas l’air décidé à se laisser embêter et avait pris la décision de l’abandonner. C’était trop bête, elle qui commençait à peine à s’amuser… Elle pinça les lèvres, mécontente de la situation qu’elle s’était pourtant elle-même infligée. Qu’aurait-elle préféré ? Oh, rien de bien méchant, seulement qu’il tente de la relever vainement pendant de longues heures, puis qu’il s’écroule exténué. Et qu’il pleure un coup, aussi. Après cela, se rendant à l’évidence de son impuissance, il serait parti seul, et se serait fait manger par un monstre. Pourquoi est-ce-que rien ne se passait jamais comme White le désirait ? C’était vraiment trop injuste.

« Peut-être qu'elle sera mieux ici... De toute façon, j'doute qu'elle trouve un quelconque plaisir à vivre avec moi... Prends soin de toi, White. »

Le vent fit danser la crinière de l’Invocation, qui avait parfaitement entendu chacun de ces mots. Elle rouvrit un œil et resta ainsi un moment, voyant la silhouette de l’humain s’éloigner. Elle ferma à nouveau les yeux, têtue comme une mule. Il n’était pas né, l’homme qui lui ferait changer d’avis. Aucune chance que pour Sel Riz’hellog soit celui là.

A peu près sûre d’être seule, elle bondit sur ses jambes. Elle chercha un trou dans le sol dépourvu de végétation, et le fixa. Le fixa plus fort. Approcha sa corne. Souffla dessus, le fixa à nouveau. Son visage se décomposait : rien ne se passait, pas la moindre pousse d’herbe folle ne voulait s’élever. Elle finit par frapper le sol de ses sabots comme pour se venger.

*Cette terre est morte, ce n’est pas de ma faute si rien n’y pousse* se dit-elle pour se justifier de son inutilité. *Essayons plutôt la terre, elle ne m’a jamais fait défaut. *

Elle recommença son manège, bien campée sur ses pieds. Elle fronça les sourcils, se concentrant terriblement fort. Le sol ne bougeait pas. Pas la moindre petite secousse. Elle n’avait plus aucun pouvoir, comme s’était honteux. Même ceux qu’elle avait récupérés lors de sa précédente sortie du temple lui faisaient défaut… Elle baissa la tête, déçue et penaude.

Soudain, elle frappa le sol de son antérieur droit. Elle n’allait pas se laisser abattre pour si peu. Elle s’élança à la poursuite du jeune homme, bien plus rapide que lui. Arrivée à proximité, elle chercha à se dissimuler dans les buissons, derrière les talus, ou même dans les herbes hautes, sa croupe dépassant largement. Dans le pré, on pouvait voir la tâche blanche fantomatique suivant l’humain, se rapprochant de plus en plus de lui.

*Quelle drôle de façon de marcher* se dit White à qui les alternances de pas de Vel n’avait pas échappé.

« Ça doit être une indigestion à coup sûr. Ne compte pas sur moi pour te porter. » Elle était à quelques pas derrière lui, et continuait à se cacher inutilement. « Ne te méprends pas, je suis obligée de te suivre puisque tu me l’a ordonné. »

Oui, parfaitement, White s’en souvenait très bien, il avait dit : « Prends soin de toi, White. » « Au pied, White » après l’avoir abandonné comme une vieille chaussette. Par conséquent, ce n’était pas sa faute si elle était là, mais celle des forces divines. Elle ne voulait surtout pas admettre qu’elle était là de son plein gré.
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 26 Mai - 20:09 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

Déjà une heure qu'il arpentait la Traversée, sous les rayons du soleil à son zénith. Marchant droit devant, fixant le Sud, l'esprit perdu dans un chamboulement de pensées désordonnées. Il n'avait pas remarqué la très mal dissimulée White qui le suivait depuis un moment déjà. La chaleur du soleil à ce moment de la journée n'était sûrement pas aussi forte que dans le désert Ambré, mais, outre une légère perte de perception de son environnement - ce qui devait aider l'invocation dans sa filature - cette chaleur était assez pesante pour infliger à Vel un besoin rapide de rejoindre la rivière et s'y désaltérer. Sa gourde, vidée bêtement par les chocobos, ne lui était aucunement utile, mais il savait qu'il pourrai bientôt la remplir, donc il ne s'en inquiétait pas.

En avançant, il rêvassait. Il avait profité d'un jour de congé pour son excursion. Impossibles vu son statut de se permettre trop d'arrêts, car c'est selon l'effort fourni qu'il est payé et actuellement, ce n'était pas trop le confort princier et les propositions manquaient. En ville, rares sont les occasions qui lui permettent de réellement gagner de l'argent, alors il songeait à se reconvertir, comme à chaque fois qu'il sentait ses poches se vider. Les métiers de la ferme étaient un domaine qu'il connaissait et s'il avait des questions, ses parents auraient pu aisément le guider, mais il avait soif indépendance.

Bientôt un an qu'il vivait seul et il songeait donc à retourner rendre visite à sa famille, afin de montrer qu'il n'était pas devenu le jeune homme squelettique et affamé que sa mère imagine. Il désirait aussi prouver à son père qu'il était capable d'être autonome. S'il y avait une chose dont Vel avait besoin en ce monde, c'était la fierté de son père. Il le voyait en modèle et s'imaginait un jour être aussi fort, mais son métier de fermier n'était pas dans ses objectifs. Il rêvait d'aventures, de voyages, de découvertes. Travailler la terre au quotidien ne l'attirait que trop peu, c'est pourquoi il a besoin de vite montrer à son père que la voie qu'il choisira pouvait faire de lui un homme tout en l'éloignant des champs. Tout ce dont il avait besoin, c'était d'un coup de pouce du destin.

Après quelques minutes à être suivi par White, il avait commencé à en ressentir la présence et à entendre ses sabots froisser l'herbe derrière lui. Voulant lui laisser l'espoir qu'elle arrivait très bien à se faire discrète, il continuait à marcher. La simple idée d'avoir derrière lui la divinité le faisait sourire et l'extirpait de ses préoccupations. Quelle ironie, elle le repoussait pour finalement le suivre avec la discrétion d'un rocher qui dévalerait le Mont Zan. Se doutant, évidemment, qu'elle n'allait pas lui dire qu'elle souhaitait qu'il reste ensemble, il décida de jouer un peu avec sa fierté dans laquelle il se retrouvait un peu.

Il fit alors lentement tourner sa tête vers la droite, comme pour scruter l'horizon, puis subitement il tournait la tête de l'autre coté. Il accéléra le pas quelques minutes, jusqu'à approcher la rivière et ensuite se mit à avancer de moins en moins vite jusqu'à donner l'impression d'avancer au ralentit sur une dizaine de mètres pour enfin s'arrêter et s'étirer. « Hum... Saleté d'chevalouve ! » Gémissait-il, en tendant ses bras vers le ciel.

« Après toutes les choses que j'ai fait pour elle ! J'irais raconter en ville que je lui ai sauvé la vie, tiens ! Et que c'est moi qui lui ai enfoncé la corne dans un mur, pour la punir de son arrogance. J'ajouterais même que par pitié je l'en ai délivré, mais qu'ensuite j'ai repoussé son voeu d'être à mon service, car elle ne m'était pas utile vu sa faiblesse. Qu'est-ce que j'irais faire d'une invocation moins forte que moi ? Haha ! » criait-il. On sentait bien le ton de la moquerie.

« J'suis même certain qu'elle se croit si supérieure qu'elle pense que je n'sais pas qu'elle me suit depuis le début. » Finissait-il par souffler en se retournant, mains derrières la tête, dans une pose très détendues, avec un sourire niait sur les lèvres. Le visage arborant un air fier de soi.


« J't'ai eu ! »

A nouveau aujourd'hui, il se mettait à rire. Cette fois aussi, c'était dû à White.
Revenir en haut
White

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 26 Mai - 21:53 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

Le bruit de la rivière se faisait de plus en plus présent. L’atmosphère, à présent plus humide, était des plus agréables par ces temps de chaleur. L’eau sur les bords était ralentit par les racines des arbres et par des rocher, ce qui offrait une très belle occasion aux passants de se mouiller les pieds, ou de se désaltérer. Au centre, le courant devenait plus puissant, l’écoulement turbulent entrainait parfois des troncs d’arbres morts en surface, et de lourds rochers au fond. L’humain et son Invocation n’était plus qu’à quelques pas de cette belle Rivière pleine de vie.

. « Hum... Saleté d'chevalouve ! »

Non mais il n’allait vraiment pas bien, celui-là. Bien qu’elle n’était pas vraiment vexée, White avait remontait ses babines, et avait ouvert la gueule, l’approchant dangereusement près de la tête de Vel. Elle s’était stoppé lorsqu’il recommença à parler. Visiblement, le soleil lui avait liquéfié le cerveau : il racontait un tissu de non-sens ridicule, comme quoi c’était lui le héros de l’histoire. Il alla même jusqu’à dire qu’il avait osé la refouler lorsqu’elle lui avait offert ses services. L’insulte ignoble. Mais la suite fut bien pire.

« Qu'est-ce que j'irais faire d'une invocation moins forte que moi ? »
Qu'est-ce que j'irais faire d'une invocation moins forte que moi ?
Qu'est-ce que j'irais faire d'une invocation moins forte que moi ?
Qu'est-ce que j'irais faire d'une invocation moins forte que moi ?


Point sensible. La phrase résonnait dans sa tête tellement fort qu’elle faillit en perdre l’équilibre. Misérable vers de terres ingrat ! Il ne devait sa survie qu’à la pitié de White, et si elle avait voulu elle aurait pu le tuer 10 fois, non 100 fois, non 1000 fois, non 10 000 f… Elle fut coupée dans ses pensées morbides :

« J'suis même certain qu'elle se croit si supérieure qu'elle pense que je n'sais pas qu'elle me suit depuis le début. »

Elle mordit dans le vide, faisant claquer ses dents devant le garçon qui la fixait tout sourire. Et il était là, debout devant elle, sans sourcillé. Il avait l’air très content de lui, le scélérat. Il avait adopté une posture très ‘relax’, peut-être cherchait-il à la défier ? Elle respira profondément et serra les dents. Elle ne répondit rien, de peur de lui sauter à la gorge. Ce serait bête de le tuer alors qu’elle venait juste de sortir de sa prison. La tension avait atteint son paroxysme quand il ajouta fièrement :

« J't'ai eu ! »

White plaqua ses oreilles sur sa nuque, elle réalisait des efforts surhumains pour se contenir. Ses muscles puissants tressaillaient sous sa peau. Lorsque Vel se mit à rire, il avait signé son arrêt de mort. White bondit sans prévenir. Elle avait pris une grande impulsion, et approcha sa gueule ouverte de l’humain en vol. Elle referma ses dents sur le vêtement sur son épaule en lui effleurant à peine la peau, l’entrainant ainsi avec elle dans sa chute… Dans la rivière.

Il y eu un gros PLOUF alors que les deux silhouettes disparurent dans l’eau calme. Après quelques secondes, White émergea en balançant sa tête en arrière, éclaboussant tout autour d’elle avec sa crinière mouillée. Rafraichie, elle rirait de bon cœur ouvertement. On aurait peut-être put voir une larme de joie couler si elle n’avait pas été trempée. Dans son hilarité, elle tourna la tête.

« … Gel ? »le cherchant du regard.
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 27 Mai - 05:27 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

Les crocs acérés de White auraient pu arracher un membre au jeune homme sans aucune peine, mais heureusement, celui-ci eu le temps de s'écarter ne laissant à la mâchoire de son invocation que le tissu de son gilet, qu'elle attrapa avec une brutalité impressionnante. La force du geste emporta les deux lurons au fond de la rivière. Durant l'envolée, Vel laissa même échappé un cri d'effroi, avant d'être plongé dans l'eau fraîche du court d'eau pour y couler à pic.  


PLOUF 


Inévitable, le corps de Vel avait atteint le fond et de là il pouvait voir celui de White remonter avec une facilité déconcertante à la surface. Il resta au fond de l'eau quelques secondes, regardant depuis les profondeurs l'Invocation se maintenir à la surface avec aisance malgré son corps inadaptée et son élément naturel inadéquat. L'impulsivité de White l'amusait, il venait d'échapper à la mort et pourtant, ça l'amusait. Après une courte réflexion, il décida de se venger.

Il réalisa quelques mouvements depuis le fond pour nager discrètement jusqu'au flan de la sirène blanche. Il attendit le moment parfait et se précipita hors de l'eau en hurlant pour se saisir du coup de White et s'y accrocher, espérant la faire couler avec lui, mais rien de prévu n'eu lieu. Il resta accrocha à elle comme à une bouée, désenchanté avec sur le visage un air d'échec mortifié. Dans sa désolation, il tenta même une nouvelle tentative en basculant son poids vers l'arrière, mais rien n'y fait, elle ne bouge pas, elle ne coule pas.

Vel eu l'impression d'être inutile à cet instant précis et échangea sa mimique d'acharné contre une autre, plus blasée. Les yeux dans ceux de White, il comprit la situation dans laquelle il s'était retrouvé, se souvenant du caractère bien trempé de l'invocation. « Euh... C'n'est pas c'que tu crois, hein... » balbutiait-il, un sourire gêné sur les lèvres, suivi d'un rire embarrassé, nerveux. « Pardon, je... Enfin, j'veux dire que... C'est... Jolies yeux, hein. C'est très beau l'vert, tu sais... », ajoutait-il, penaud, pas convaincu qu'il s'en sortirait indemne cette fois.

« Ne m'tues pas. » suppliait-il finalement, à deux doigts du larmoiement. Il se risqua même à tenter de lui déposer un baiser sur la joue, espérant que ce geste aussi désespéré qu'impolie soit une porte de sortie vers autre chose que la mort.  
Revenir en haut
White

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 28 Mai - 22:01 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

(Mon messsage est nul mais au moins il est posté. Peut être que cette réponse te sierra mieux, sinon dis-moi)

White ne voyait pas Vel remonter à la surface. C’était étrange, dans ses souvenirs les cadavres humains flottaient. Elle balaya plusieurs fois le cours d’eau du regard, avec un léger poids sur la conscience. Une centaine de question lui monta à l’esprit. L’avait-elle assommée ? Etait-il en train de se noyer ? Et surtout, allait-elle être encore enfermée ? Ah ça non alors, elle ne le permettrait pas. Elle avait travaillé trop dur pour perdre son humain si rapidement, elle devait le faire durer au moins quelques jours !

Perdue dans ses pensées, elle n’avait plus vraiment prêté attention à la rivière, et ne voyait pas la masse informe au fond de l’eau, mais lorsqu’elle se mit à bouger, cela attira son attention. L’ombre remontait vers la surface dans la direction de l’Invocation. La chose bondit hors de l’eau dans un sac gluant et s’était collé à son cou. Elle grimaça avec dégoût.

« Lâche moi sac à vin. »dit-elle avec mépris.

Il avait l’air mécontent de lui. Il s’était même penché en arrière vainement dans l’espoir de la faire couler. Elle se mit à grogner en remuant les pattes dans l’eau pour se maintenir à la surface, rendant toutes tentatives de l’humain inutiles.

« Euh... C'n'est pas c'que tu crois, hein... Pardon, je... Enfin, j'veux dire que... C'est... Jolies yeux, hein. C'est très beau l'vert, tu sais... Ne m'tues pas.
-Pas ce que je crois ? Toutes tes tentatives d’assassinat envers ma personne seront inefficaces, je te l’ai déjà dit ! » Beugla-t-elle avec véhémence. « Tu fais bien de demander pardon »continua-t-elle.

Elle se stoppa nette en voyant les yeux de Vel. Ses yeux étaient presque larmoyant et ils répugnèrent l’Invocation. Il avait avancé sa tête hideuse d’humain vers la gueule de White. Elle avait entrouverte la bouche, estomaquée par l’attitude irrespectueuse du garçon. Avant qui ne puisse réagir, elle avait posé sa tête sur la sienne, et l’avait violemment enfoncée dans l’eau, en maintenant la pression plusieurs secondes, maintenant le garçon immergé.

Quand elle eut estimé qu’il avait bien été puni, elle se dégagea et commença à traverser la rivière. Heureusement il n’y avait pas de crues car la pluie n’était pas tombé depuis longtemps, ainsi, elle se retrouva sans grande difficulté de l’autre côté. Elle s’extirpa de l’eau avec grâce, et se secoua vivement, éclaboussant tout sur son passage. Se remit à marcher, direction Sud-Ouest (euh, je crois).
Revenir en haut
Vel Rib'helung

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 30 Mai - 00:12 (2012)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle Répondre en citant

Les bras de Vel ayant lâché prise par la pression de White, il se retrouva totalement plongé dans l'eau, vidant ses poumons de l'air qui y était et aspirant même maladroitement quelques gorgés d'eau de cette rafraîchissante rivière. Une telle sanction lui remettait rapidement les idées en places : *D'accord. Ne jamais plus tenter cette stupide manoeuvre avec elle.* se disait-il, sous l'eau, prit au piège et acceptant la sanction tout en espérant qu'elle ne dure pas.

Quand elle libéra le farceur, elle se dirigea vers la berge. Sortant de l'eau quelques instants plus tard, Vel crachait l'eau qu'il avait ingurgité dans une série de toussotements impulsifs et frénétiques jusqu'à retrouver un état respiratoire plus stable. Haletant encore un peu, il suivait en nageant l'invocation qui rejoignait avec facilité l'autre rive. Se hissant hors de l'eau, titubant, il s'était, bien évidemment, retrouvé à coté de White qui se séchait en se secouant et arrosait abondamment le jeune invocateur d'une pluie de gouttelettes qu'il subissait avec découragement. Elle prit ensuite les devants, suivant la direction du Sud-Ouest, s'écartant donc de la direction pour rejoindre Lüh pour une destination qu'elle seule devait connaitre.

Peut-être est-ce par rancune ou par peur de regoûter au courroux de l'invocation, mais Vel ne lui avait pas signalé qu'elle prenait la mauvaise route si elle souhaitait l'accompagner ou simplement rejoindre la cité. Il la regarda avancé durant plusieurs longues secondes, songeant à ce que leur relation aurait pu encore lui apporter de pire et se résolu finalement à lui laisser la liberté à laquelle elle aspirait tant.

Peu importe où elle irait, il sécha autant que faire ce peut ses affaires trempées, remplit sa gourde dans la rivière en prenant soin de ne pas s'y retrouver une seconde fois et reprit la route pour la cité princière. La marche fut quelque peu ennuyeuse, avec pour seule compagnie la solitude, Vel avait marché les yeux fixés dans le vide, ne pensant à rien, ne réalisant certainement pas la distance qu'il parcourait ou qu'il lui restait à parcourir, ne souriant plus. Ses vêtements encore partiellement trempés laissaient derrière lui une fine traînée d'eau dans laquelle le soleil semblait refuser le reflet.

Après quelques heures, il arriva devant les grandes portes de la cité. Lui qui était, au début du voyage affamé, se franchissait les portes sans aucun appétit. Sans doute trop fatigué par le trajet, il continua d'avancer jusqu'à son logement, clefs en main, prêt à y pénétrer, sans même s'être retourné une seule fois pour vérifier la présence de quelqu'un qui pourrait le suivre. Il entra les clefs dans la serrure et ouvrit la porte. Derrière lui, elle se referma lentement dans un grincement typique de vieille manufacture, le verrou ponctuant le mouvement d'un son familier, un son de retour chez soi, un son qui appelle au début d'un repos méritait.


CLÔTURE DU SUJET POUR CAUSE D’INACTIVITÉ
Pour le rouvrir envoyer un Mp à l'un des membres du staff.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:04 (2016)    Sujet du message: Viens ici que j'tempalle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Traversée de la Rivière Blanche Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com