Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Fin du Voyage
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Lun 5 Mar - 23:16 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Fin du voyage





Il n’y eut aucun autre incident lors de la traversée de la Rivière Blanche, à mon grand soulagement. N’étant plus aussi fort qu’avant, le combat contre le Lubius m’avait fatigué, et j’avais utilisé beaucoup d’énergie pour terrasser cet ennemi. Mais nous pûmes arriver à la capitale de l’île sans le moindre problème, ce qui me permit de récupérer un peu. Je remarquai que Viltys ne marchait pas trop rapidement, mais je n’osai pas l’en remercier.

Une fois entrés dans la ville, j’essayais de me faire le plus discret possible. Nous étions arrivés en pleine nuit, il n’y avait donc pas grand monde qui arpentait les rues. Mais je ne pouvais m’empêcher de ressentir un certain malaise. J’avais été enfermé dans un Temple pendant des siècles, et jusqu’ici je n’avais côtoyé que très peu d’Humains : me retrouver dans la plus grande ville de ce monde, c’était quelque chose qui... Me gênait. Mais je n’avais pas réellement mon mot à dire, et je finirai certainement par me faire à cette situation.

Je me contentai de suivre tranquillement Viltys jusqu’à chez lui. Nous passâmes devant ce qui paraissait être une arène ou un colisée de taille assez impressionnante, ainsi que dans une rue qui devait certainement être l’avenue commerciale de la ville, mais heure tardive oblige, aucune des boutiques n’était ouverte. Nous arrivâmes finalement sur une grande place, peut-être la principale place de la ville, avant de finalement arriver devant une maison, un peu en retrait. En la regardant de plus près, je compris qu’il s’agissait de celle de mon maître : sur la porte était marqué son nom, ainsi que sa profession. Il devait aussi utiliser ce lieu pour son travail.

Viltys ouvrit la porte et passa le premier. Je passai derrière lui en me penchant, l’encadrement de la porte étant plus petit que moi. J’entrai dans une grande pièce pas très meublée, mais plutôt en désordre : le sol était jonché de divers livres et cartes par endroits, mais elle était tout de même assez propre. Les seuls meubles de la pièce étaient une grande table et quelques pièces chaises placées à gauche de l’entrée, ainsi que deux étagères pleines à craquer, qui semblaient camoufler une cage d’escalier. Je vis qu’il y avait aussi une autre pièce sur la droite, mais je n’étais pas assez avancé pour voir de quoi il s’agissait.

Le plafond étant trop bas, je restais penché pour ne pas causer de dégâts, mais c’est ce qui me permettait d’avoir une vue d’ensemble sur la pièce. Je remarquai aussi un pentagramme dessiné sur le sol, pour une raison qui m’échappait sur le coup. Une fois toute la pièce détaillée, je me tournai vers Viltys :

«Vous avez l’air d’aimer la lecture. Pourquoi avez-vous dessiné un pentagramme dans le fond de la pièce ?

C
e détail m’intriguait, c’est pourquoi je ne pus résister à l’envie de lui demander pourquoi il était présent. Dans tous les cas, si on faisait abstraction du désordre, c’était une pièce accueillante et assez vaste. J’étais curieux de voir le reste de la maison, mais je laissai Viltys prendre le temps de rentrer chez lui. Normalement, j’aurai tout le temps de la découvrir !
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 5 Mar - 23:16 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Mar 6 Mar - 18:53 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Nous ne rencontrâmes personne en allant chez moi, ce qui était plutôt logique étant donné l'heure avancée de la nuit. Je fus néanmoins content en arrivant devant ma porte d'entrée, que je déverrouillais avec un peu de peine, comme d'habitude. Je l'ouvris en la poussant de mon épaule, en songeant qu'un jour il faudrait vraiment que je la fasse réparer, mais mettant cette pensée de côté dès que je pénétrais chez moi.

Mon chez-moi. Un peu en désordre, certes, mais c'était ma maison, et je m'y sentais bien. Je posais aussitôt mon chapeau et mon manteau trempés sur une chaise libre (ce qui était relativement ardu étant donné le peu de place libre dans la pièce), et allumais des bougies pour éclairer un peu la pièce. Une fois ceci fait, je contemplais le carnage ambiant d'un air penaud. Je devrais songer à ranger, que ce soit par soucis de normalité que pour la forme : ça ne faisait jamais très sérieux de voir des livres et des cartes étalées à même le sol... Je devais offrir à Mercor un spectacle assez apocalyptique.

Enfin, heureusement, il n'avait pas l'air de trop s'en préoccuper, s’intéressant plutôt aux ouvrages éparpillés dans la pièce, ainsi qu'au pentagramme ornant le sol un peu plus loin...

- Oh, oui, j'aime beaucoup lire. Je pourrais y passer ma vie, ajoutais-je en riant. Quand au pentagramme... Et bien, je me suis longtemps essayé dans toutes une foule de formes de magies, avant de comprendre qu'un Humain ne pouvait en posséder. Alors on pourrait dire qu'il ne me sert pas à grand-chose, mais certains clients se sentent bizarrement rassurés de le voir, et je n'ai pas perdu espoir d'acheter des produits magiques qui pourraient transformer ce dessin en un véritable objet magique...

Je regardais pensivement l'étoile à cinq branches dans son cercle parfait, avant de décider de faire visiter les lieux à Mercor. Je lui indiquais le chemin de la cuisine et de la salle d'eau, même si je me doutais qu'il n'y passerait pas trop de temps, puis l'invitais à monter à l'étage. Là encore, les pièces étaient réduites, mais je lui montrais ma chambre, la chambre d'ami et la bibliothèque.

- Voilà, tu connais tout de ma maison. C'est pas bien grand, mais c'est suffisant. Tu pourras te reposer dans la chambre d'ami, indiquais-je. De toutes façons, fais comme chez toi dorénavant. Tu peux t'installer tranquillement dans la bibliothèque ou faire ce qu'il te plaît. C'est chez toi aussi désormais. Si tu veux, tu peux te promener dans la ville ce soir, tu m'excuseras de ne pas t'accompagner si jamais tu décidais de le faire, mais je vais sûrement aller dormir. Demain, nous pourrons explorer les environs à ta convenance, ou passer à la Taverne voir si il y a du travail disponible. En tout cas, bonne nuit !

Je rentrais donc dans ma chambre, me changeant et mettant aussitôt mes vêtements mouillés à sécher, et me couchai. Je plongeais dans un sommeil sans rêves et me réveillai tôt le lendemain matin, alors que les premiers rayons du soleil traversaient mes rideaux fins. Décidant de ne pas m'attarder dans le confort douillet de mon lit, je me levais et m'approchais de la fenêtre juste à temps pour voir une personne se diriger vers ma porte d'entrée.



Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Mar 6 Mar - 22:33 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

J’écoutai ses explications sur le pentagramme avec un certain intérêt. Ainsi donc il était fasciné par la magie... Peut-être était-ce pour cette raison qu’il souhaitait avoir une invocation. Dans tous les cas, ce dessin avait peu de chance de lui servir un jour. Mais il serait peut-être intéressant de voir comment il en était arrivé à essayer cette technique, je devrais lire tous ces livres... Mais j’avais le temps, maintenant.

Viltys me fit visiter le reste de la maison. Je découvris donc que la pièce sur la droite était la cuisine de l’habitation, qui était elle-même reliée à une salle d’eau. Le reste de la visite se fit au premier étage, auquel j’eus du mal à accéder à cause, encore une fois, de ma carrure que l’escalier avait du mal à soutenir. Mais j’arrivai sans encombre, pour découvrir trois nouvelles pièces : deux chambres, donc une appartenant exclusivement à mon maître et l’autre réservée aux invités, ainsi qu’une énorme bibliothèque qui devait bien faire la taille des deux chambres réunies. Celle-ci, bien qu’un peu mieux organisée que le rez-de-chaussée, était tout de même assez en désordre, mais elle contenait bien plus d’ouvrages, certainement très intéressantes.

Une fois qu’il s’en fut allé dans sa chambre, je pris le temps de réfléchir à ce que j’allais faire. Je n’avais pas vraiment envie d’aller me promener en ville, l’heure tardive ne permettant pas de la voir en son ensemble. Je n’avais pas spécialement besoin de me reposer, mais mon combat contre le Lubius m’ayant plutôt fatigué, je devrais y penser. Mais... J’étais trop curieux, j’avais envie de lire ces livres, en apprendre plus sur ce monde.

Je choisis donc de lire un peu, puis d’aller me reposer. Je regardai les différentes étagères et saisis un recueil qui semblait parler de l’histoire de ce monde. J’eus un peu de mal à le sortir, mais j’ai finalement réussi. Je m’assis sur le sol, posai le livre devant moi et commençai à lire. J’avais un peu de mal à tourner les pages sans les déchirer, mais finis pas trouver la technique. J’appris donc pas mal de choses sur l’histoire de l’île, ce qui me paraissait tout à fait intéressant. Je finis le livre plus rapidement que ce que je ne pensais, alors j’en pris un autre traitant de la faune de l’île.

Et ainsi de suite. Je lus livre après livre, sans me soucier du temps qui passait. En plus de l’histoire et de la faune de l’île, je m’étais documenté sur sa flore et sa géographie, je lus aussi un ouvrage sur cette petite île qu’ils appelaient couramment «L’Île Mystérieuse». Ces différents ouvrages m’avaient passionné, et avant que je ne m’en rende compte le soleil s’était déjà levé. Je n’avais même pas pris le temps de me reposer, tellement j’étais absorbé par ma lecture. Ceci dit, je continuai : après tout, pour l’instant Viltys n’avait pas besoin de moi.

Alors que j’étais encore plongé dans un livre, j’entendis quelqu’un frapper à la porte, me faisant sursauter. Je me relevai pour voir ce qui se passait, et vis mon maître se diriger vers le rez-de-chaussée. Ne souhaitant pas vraiment m’imposer, je restai près de la cage d’escalier pour entendre la conversation des deux hommes. Si jamais Viltys avait besoin de moi, il pourrait toujours m’appeler.
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Mer 7 Mar - 14:58 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Je m'habillais précipitamment dans des vêtements secs, mais semblables à ceux que je portais la veille, en prenant soin de placer une dague à ma ceinture. Certaines habitudes nécessitent de commencer à les prendre tôt, et je m'étais fait loi de ne plus sortir sans arme. Je descendis donc l'escalier grinçant, et constatais que Mercor était déjà levé, et lisais tranquillement quelques ouvrages issus de mes étagères. Je lui souris, et me dirigeais vers la porte en entendant le nouveau venu frapper.

J'ouvris la porte d'entrée, pour laisser entrer un homme replet aux cheveux grisonnants, habillé dans une redingote de cuir qui avait certainement du lui coûter très cher, portant un bracelet en argent pur, à vu de nez. Un riche bourgeois ou commerçant je dirais. Son regard calculateur était imperturbable, et il ne cilla pas durant mon examen visuel.

- Bienvenue, dis-je chaleureusement en le laissant entrer. Je suis Viltys Copperfield. En quoi puis-je vous aider monsieur..?
- Hum, fit-il en toussotant. Boyer. Je m'appelle Boyer. Je gère une bijouterie, et j'ai été cambriolé cette nuit, M. Copperfield, et j'espérais que vous puissiez m'aider.

Je l'invitais à s'asseoir à la table, en lui présentant Mercor comme mon invocation, tout en indiquant à ce dernier qu'il pouvait nous rejoindre ou continuer sa lecture, au choix. Je demandais ensuite à notre invité si il souhaitait quelque chose à manger ou à boire. Il refusa d'un ton sec. Apparemment, il avait hâte de parler affaire. Je m'assis en face de lui, et me concentrais en lui demandant de raconter l'histoire depuis le début, en prenant des notes.

- Alors, voyez-vous, je suis le propriétaire d'une bijouterie sur la grande rue commerçante. Je gagne plutôt bien ma vie, les affaires marchent bien en cette période. Cette nuit, un individu malfaisant m'a dérobé 51 bijoux, d'une valeur au total de 7 600 Tsuris. La police est venue, mais n'a rien trouvé, parce qu'il n'y a justement rien à trouver : le voleur, qui qu'il soit, est un professionnel, il n'a laissé aucune trace, et a réussi son tour de force sans pénétrer par effraction dans ma boutique !

Je laissais échapper un sifflement au moment où il m'annonça la coquette somme qu'on lui avait dérobée. Celui qui avait fait ça allait certainement pouvoir en tirer plus au marché noir... Et se rendre quasiment invisible une fois le dernier bijou écoulé. Le fait qu'il n'y ait pas eu d'effraction excluait la possibilité d'une arnaque à l'assurance : je connaissais suffisamment bien ces dernières pour savoir que sans traces visibles d'un vol, il n'y aurait pas de remboursement possible.

- Je vois, dis-je en plissant les yeux. Puis-je vous poser quelques questions, M. Boyer ? Après qu'il eut approuvé d'un signe de tête, je poursuivis : Très bien. Votre bijouterie possède-t-elle un système de sécurité quelconque ?
- Non, mais ma boutique est située au deuxième étage, et je me serais réveillé à coup sûr si quelqu'un de normalement constitué était entré dans ma boutique. Or, cette nuit-là, je n'ai rien entendu.
- Possédez-vous une Invocation, ou habitez-vous avec d'autres individus ?
- Je n'ai pas d'Invocation, mais j'habite avec ma femme et mon fils. Ma femme a elle aussi le sommeil très léger, et je pense que si je ne m'étais pas réveillé, ce qui aurait été difficile je vous le répètes, elle l'aurait fait à coup sûr! Tenez, elle s'est même réveillée quand deux individus ont traversé la rue commerçante cette nuit, mais sans que ces derniers n'approchent de chez nous.
- Enfin, connaissez-vous des personnes qui pourraient vous vouloir du mal M. Boyer ? Réfléchissez bien, ça peut-être n'importe qui : un client insatisfait, quelqu'un qui n'a pas pu vous acheter un bijou, un adversaire commercial... ?
- Non, je ne vois pas. Ce n'est pas que je n'ai pas de concurrent, mais vous savez, on se respecte beaucoup dans la profession ! Si vous en avez fini avec vos questions, dites moi votre prix pour une enquête complète et retrouver celui qui a fait ça.
- D'accord, dis-je d'une voix maîtrisée. Ce type avait l'air pressé, mais je n'aimais pas son ton suffisant. Je décidais d'augmenter légèrement le prix pour la peine. Je vais enquêter sur votre affaire pour 50 Tsuris de l'heure, plus les frais. Je vous communiquerais chaque soir un rapport détaillé de la progression de mon enquête. Cela vous convient-il M. Boyer ?

Il accepta notre accord, et signa les papiers nécessaires. Pas question de me faire avoir. Après, il déclara avoir d'autres affaires sur le feu, et repartit sur un "Ne perdez pas votre temps" en m'invitant à passer voir la bijouterie quand je le souhaiterais, puisqu'il y aurait toujours quelqu'un pour m'y accueillir.

Une fois la porte refermée, je revins m'asseoir et me tournais vers Mercor en contemplant mes notes.

- Alors, qu'en penses-tu ? Je compte me rendre à la bijouterie dès que possible si tu souhaites m'y accompagner...



Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Ven 9 Mar - 22:03 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Je restai tranquillement là où j’étais, écoutant avec attention leur conversation. J’appris ainsi que l’homme qui venait d’arriver était bijoutier, qu’il venait de se faire cambrioler, et qu’il comptait sur l’aide de Viltys pour retrouver le coupable. Ainsi, j’allais pouvoir participer pour la première fois à une de ses enquêtes. Il m’avait demandé si cela m’intéressait, dans le désert, et j’avais répondu par l’affirmative. Maintenant, j’allais voir ce que cela pouvait impliquer.

Alors qu’il racontait les détails de ce vol, je commençai déjà à réfléchir aux éventuels moyens qui avait permis de le réaliser. Ce qui m’étonna le plus fut, évidemment, quand il expliqua que personne n’était entré par effraction dans le bâtiment. Cela était peut-être du à un objet magique qu’utilisait les Humains, un qui aurait permis une entrée et une infiltration furtive. Cependant, il attira de nouveau mon attention quand il parla des deux individus qui avaient réveillé sa femme. Si ça se trouve, ces personnes pourraient avoir un lien avec le méfait.

Cela m’étonna un peu quand il expliqua que personne n’avait de raison de lui en vouloir. Un commerçant, un bijoutier qui plus est, avait forcément dû s’attirer les foudres de quelqu’un un jour ou l’autre, que ce soit un client qu’il arnaquait ou un concurrent à qui il faisait de l’ombre. Vu qu’il n’y avait que peu de chances qu’il mente, il devait juste être trop fermé d’esprit pour s’en rendre compte. Ou trop stupide. L’un comme l’autre étaient possible.

Lorsqu’il repartit, Viltys se tourna vers moi et me demanda ce que je pensais de l’affaire, tout en ajoutant qu’il allait faire un tour à la bijouterie juste après. Je pris le temps de réfléchir quelques secondes encore, avant de lui dire ce que je pensais :

«Puisque aucune effraction n’a été commise, il se pourrait que le voleur ait utilisé la magie. Peut-être existe-t-il un objet magique qui lui aurait permis de rentrer dans le bâtiment et de ne pas se faire remarquer ? Et puis, justement, il disait que sa femme avait été réveillée par deux personnes qui passaient dans la rue. Peut-être que ces deux personnes avaient un lien avec le cambriolage ? Même s’ils ne se sont pas approchés de la boutique, ils auraient pu utiliser la magie, ce qui renforce cette hypothèse, enfin en supposant que ces deux personnes aient un rapport avec le crime.»

U
ne fois que j’eus dis ce à quoi j’avais conclu, je réfléchis encore quelques secondes mais ne trouvai aucun autre élément que nous pouvions exploiter. Le mieux était, effectivement, de se rendre à la bijouterie pour voir les lieux du crime.

«J’aimerais vous accompagner, si cela ne vous pose pas de problème. Peut-être qu’en me rendant là-bas, je remarquerai des traces de magie, ou je pourrais toujours vous aider autrement»

N
ous nous rendîmes donc à la bijouterie. Nous traversâmes la grande place, puis allâmes dans la rue commerçante, avant de s’arrêter devant le bâtiment que nous avions indique le client. Ne préférant pas faire d’erreurs, je laissai Viltys passer devant, comme ça je serais sûr, en voyant ses manières, de ne compromettre aucune preuve éventuelle.
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Ven 9 Mar - 23:30 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Mercor avait raison en évoquant la possibilité de la magie. C'était effectivement une explication logique, bien qu'il n'existât pas à ma connaissance un tel objet magique chez les Humains, ce dont j'informais mon invocation. Pour ce qui était les deux personnes traversant la rue la nuit, j'émis plus de réserve. Même si cela était possible qu'il s'agisse bien de nos coupables, il se pouvait tout aussi bien que ce ne soit que de simples passants, comme nous la nuit dernière. D'ailleurs, ça aurait pu être nous, mais je doutais qu'avec la pluie la femme du bijoutier ait pu nous entendre. Enfin, même si c'était nos voleurs, les chances de les retrouver à partir de cette seule information étaient quasi-nulles.

Mais le mieux était encore d'en apprendre davantage avant d'en tirer des conclusions. Mercor accepta de m'accompagner, et le temps de finir de m'habiller et nous étions dehors. Le temps était plutôt frais et je resserrais les pans de mon manteau en nous dirigeant vers la bijouterie. Il y avait certes plus de monde dans la rue, mais personne ne regardait Mercor d'un trop mauvais œil. Nous arrivâmes donc devant la devanture, et avant d'y pénétrer, j'observais un peu ce qu'on pouvait y voir de l'extérieur.

La façade extérieure n'était nullement endommagée. Couverte de poussière par endroit, mais le verre n'avait pas souffert. Contrairement aux vitrines à l'intérieur du magasin, qui avaient toutes l'air plus ou moins en morceaux. J'ouvris la porte, m'apercevant qu'elle était bien lourde et grinçante à manœuvrer, et la serrure me semblait non seulement compliquée à forcer, mais aussi intacte.

A l'intérieur du magasin, j'y trouvais deux miliciens de la ville, dont un que je connaissais bien pour avoir déjà travaillé avec lui. L'inspecteur Denis était un homme compétent, capitaine de la Garde par ailleurs, qui n'hésitait pas à travailler avec d'autres personnes lorsque la situation lui échappait. Son intégrité et ses capacités m'avaient valu son amitié, et, si il m'avait considéré comme un intrus à notre première enquête ensemble, il m'avait accordé la sienne à la fin de celle-ci.

Je le saluais et fis les présentations avec Mercor, puis il prit congé pour continuer d'interroger la femme du bijoutier. En attendant, je m'accroupis et observait le magasin. Boutique de luxe, les vitrines intérieures étaient toutes repoussées sur les côtés de la pièce, laissant une grande liberté de mouvement. En revanche, elles étaient désormais toutes brisées, mais pas comme si on les avait frappé avec un objet. Au contraire, il m'apparaissait que ce travail avait été effectué méthodiquement, avec précision.

Je mis mes gants et ouvris quelques tiroirs au hasard, et fut surpris de constater que leur contenu était toujours à leur place. Je l'indiquais à Mercor en prenant un collier en argent qui devait coûter une petite fortune. Pourquoi diable les voleurs ne l'avaient pas pris également. Celui-là et les autres, car tous les tiroirs semblaient pleins, seul le contenu des vitrines avait été subtilisé.

J'allais voir Denis, qui m'informa de son interrogatoire.

- La femme n'a rien vu, rien entendu, dit-il de son habituelle voix traînante. Même pas les bruits de verres brisés, rien. Elle s'est réveillée pendant la nuit à cause de personnes marchant dans la rue, un peu après minuit d'après elle. Sale affaire Viltys, j'ai pas l'ombre d'une piste.
- D'accord, dis-je. Je te tiendrais au courant.
- Ça marche. Au fait, une jeune femme voulait te voir tout à l'heure à l'entrée de la bijouterie, elle a dit qu'elle repasserait. Bonne chance, et au revoir, finit-il en adressant un signe de tête respectueux à Mercor.

Comme la femme semblait avoir tout dit à l'inspecteur, je fis mine de lui poser quelques questions, notamment sur l'agencement de la pièce en général, mais n'en appris pas beaucoup plus. Mes pensées étaient occupées à savoir qui avait essayé de me voir. Je fronçais les sourcils et m'arrêtais devant la porte pour faire part à mon invocation de mes premières conclusions, dans le cas où il aurait des idées.

- Je ne sais pas ce que tu en penses, mais pour le moment, je me suis aperçus de plusieurs choses. D'abord, je ne sais pas comment ils ont pu entrer sans bruit vu la taille de la porte. Même si l'espace entre le sol et le bas de la porte est assez important, il ne l'est certainement pas assez pour qu'un individu puisse passer... Pas même un bébé, à peine une main d'adulte. Donc, première question : par où sont-ils entrés ?

Deuxièmement, les vitrines ne sont pas brisées : j'ai plutôt l'impression qu'ils ont fait ça avec des outils très spéciaux, mais que je ne connais pas... Pour les casser ainsi, aussi précisément et sans faire trop de bruits, et bien, ils doivent être très forts. Je ne sais pas comment ils s'y sont pris, mais je pense que si on trouve ça, on devrait pouvoir les retrouver. Car qui dit objet ou technique rare, dit très peu de gens y ayant accès.

Dernière chose, mais il s'agit plus d'un détail que d'un véritable indice, je ne sais pas si tu as remarqué, mais il n'y a absolument pas de poussière dans cette partie du magasin, contrairement à l'arrière-boutique. Voir même derrière le comptoir. Ce qui est assez étrange, mais sûrement sans importance
, ajoutais-je en riant. En tout cas, nous n'en apprendrons pas plus ici. Autant aller voir les autres commerçants du coin, voir si ils savent ou ont vu quelque chose.

Sur ces mots, j'ouvris de nouveau la porte, et nous sortîmes. En un coup d'œil, je pus voir que j'étais attendu.


[A toi Elie !]


Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Elie Waren

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 11 Mar - 15:46 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Elie s’ennuyait. Elle vagabondait dans les rues de Lüh sans trop savoir quoi faire à part les poches des passants et encore, même ça, ça ne l’amusait plus. Alors elle se dirigea vers les rues commerçantes, il y avait toujours du monde des ragots et de belles choses, tout ce qui l’intéressait.

Alors qu’elle trainait ses pieds dans les rues commerçantes et coller sa tête à toutes les vitrines elle en avait mis certaines de côtés pour aller les « visiter » de plus près plus tard. Il y avait de tout, des vêtements aussi perfectionné que cher et des bijoux. De belles parures rempli de pierres qui brillaient, de belles bagues qui ne demandaient cas être porter par de douces mains, ça tomber bien Elie avaient les doigts nues et les mains douces.

Miss Waren faisait son repérage, elle regardait les gens passer, elle écoutait quelques morceaux de leur conversation qui pouvait être parfois barbantes, mais bien souvent marrante comme les rumeurs qui courrait sur les gens dont une assez amusante sur les penchants pervers du tavernier. Enfin bref, le problème n’était pas là ! Un jour où ses oreilles se baladaient, elle entendit un homme parlait de ces nouveaux bijoux. Il s’en ventait, c’était un appel au vol, alors la rousse se concentra un peu plus sur ce fameux monsieur Boyer et son petit commerce.

Elle voulait agir vite pour partir tout aussi vite. Monsieur Boyer avait ses habitudes et elle était facile à deviner, il était réglé comme une pendule. Un soir Elie s’était décidée à attaquer. Elle avait à peine commençait à essayer d’ouvrir la fenêtre qu’une lumière s’était allumée, puisqu’il était impensable pour elle de finir en prison aussi jeune, elle détala comme lièvre.

Hors de question pour la rouquine de rester sur un échec ! Elle laissa passer quelques jours passer et en attendant de trouver un autre moyen de prendre ces petits trésors qui la narguaient derrière une vitre, elle écoutait les gens pour savoir si il n’y avait pas moyen de faire chanter monsieur ou madame Boyer, voir le fils.

Un matin, qui semblait être comme les autres, où Elie allait encore trainer dans les rues de Lüh et donc passer devant la boutique de Boyer, elle fut surprise d’y voir la milice. Des hommes de l’autorité étaient dans la boutique du bijoutier et les ragots allaient bon train, mais une chose était sur : les bijoux avaient disparu et la milice ne pouvait pas encore l’expliquer.

«- Il a fait appel à un détective c’est son fils qui me l’a dit.
- Celui dont tout le monde parle en ville ?
- Oui ce Viltys Copperfield.
- Si même la milice a besoin d’aide extérieur c’est qu’il doit être sacrément fort. Mais il faut bien l’admettre que ce Boyer n’est pas tout blanc non plus …
- Que ça leur serve de leçon tiens ! »

Bien attentive à cette discussion, les bonnes femmes méritaient bien leur réputation de langues de vipères. Enfin si c’était un autre qui s’occuper de l’affaire et non la milice ça arranger bien Elie, elle se voyait mal filé les miliciens, quoi que ça aurait pu être marrant, mais si cet homme est bien indépendant de la milice ce sera plus facile de s’approcher de lui et donc des bijoux, surtout qu’avec tout ce qui circuler sur monsieur Boyer et les autres commerçants de cette rue, Elie pouvait n’être qu’une précieuse aide. Alors elle essaya de se faire un chemin dans la foule et arriver devant la porte, mais l’homme que tout le monde attendait n’était pas encore arrivé, tant pis elle reviendrait.

Quand elle revint il y avait toujours foule devant chez le bijoutier, mais personne n’en savait d’avantage, sauf que ce fameux détective était enfin arrivé, mais qu’il était accompagné d’une bête imposante. Enfin une bête plutôt une invocation, Elie était contente elle allait enfin pouvoir en voir une ! Une vraie invocation et non plus se les imaginer. Comme Elie n’était pas autorisé à entrer elle attendait le duo à l’extérieur avec un garde en se balançant sur ses pieds, une chance que sa réputation de voleuse ne soit pas encore arrivée aux oreilles de ces messieurs.

Quand elle vit le détective elle analysa assez rapidement, il était propre sur lui et dégagé une certaine classe, peut-être à cause des vêtements ou de ses cheveux blanc ? Allez savoir ! Enfin bref, il semblait l’avoir remarquée alors elle se dirigea vers lui et une fois face à lui elle ne put s’empêcher de regarder ce qui se passer dans la boutique et resta fixer sur l’invocation, jamais elle n’avait pu imaginer chose pareille.

«- Eh beh ! »

Ce fut la seule chose qu’elle fut capable de dire en les yeux grand ouvert et en gardant la bouche ouverte. Jusqu’à qu’un milicien la face reculer pour éviter qu’elle aille dire ce qu’il se passe à l’intérieur.

« - Eh ! Mais doucement !
-Vous n’avez pas à regarder ce qui se passe à l’intérieur
-Oui oui je viens parler à ce monsieur le détective. Elle se retourne vers ledit détective en souriant. Je m’appelle Elie ! C’est bien vous qui vous occupez du vol hein ? Et c’est une invocation derrière vous ? C’est la vôtre ? »

De nature curieuse Elie continuer de regarder cette invocation et essayer de se l’imaginer volant ou fendre la rue en deux d’un coup de poing. Mais ce dont manqué la jeune femme c’était surement de tact et de discrétion, il fallait la comprendre c’était la première fois qu’elle voyait une invocation de ses propres yeux. Mais elle se concentra rapidement sur son objectif : les bijoux.

«- Vous savez que les gens parlent pas de vols, mais disparition parce que madame Boyer l’aurait entendu, elle qui peut entendre les mouches voler de la pièce d’à côté, à ce qu'on dit.»

Elie savait pas mal de petites choses sur ce petit monde et elle espérait bien que ce détective le comprenne et ainsi l’accompagner pour qu’elle puisse avoir sa part du gâteau.
Revenir en haut
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Dim 11 Mar - 23:02 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Dès que Viltys entra dans la bijouterie, je remarquai qu’il était l’aise. Il reconnut visiblement deux hommes en uniforme, sûrement des membres de la milice locale, auxquels il me présenta. Je ne pus m’empêcher de ressentir un certain malaise, ne sachant comment me comporter. Mais celui que mon maître semblait connaître le plus se retira rapidement afin d’interroger la femme du bijoutier.

Une fois entré dans la pièce principale de la bijouterie, je vis que Viltys commençait déjà à analyser les vitrines, ce que je m’efforçai de faire. Ce qui était étrange, c’est qu’elles n’étaient pas vraiment brisées. Je pris le temps de les examiner de le plus près, sans les toucher cependant : on aurait presque pu dire qu’elles avaient été découpées. Mais comment découper du verre...? Même avec des outils spécialisés, ils auraient été obligés de faire du bruit. Je fus plutôt surpris quand mon maître me montra un collier qui se trouvait dans un tiroir, me posant certainement la même question que moi : pourquoi n’avait-il pas été volé aussi ?

Quelques minutes plus tard, nous retournâmes parler au milicien que nous avions rencontré un peu plus tôt et qui avait terminé son interrogatoire. Il nous confirma que la femme du bijoutier n’avait entendu aucun bruit dans le bâtiment, seulement des personnes qui marchaient dans la rue. Ce détail attira encore mon attention, mais il y avait de fortes chances qu’il ne s’agisse que d’une coïncidence. Après tout, nous étions certainement passés devant la bijouterie en rentrant chez Viltys cette nuit... Maintenant que j’y pensais, ça pourrait très bien être nous. Le garde nous apprit aussi qu’une personne avait voulu voir mon maître mais était repartie, maintenant. Je fus un peu surpris par le salut qu’il me lança, ne m’attendant pas à une quelconque marque de respect, au vu de ma condition, et ne sut comment réagir.

Viltys alla à son tour interroger la femme, mais n’en apprit guère plus. Il semblait surtout concentrer ses questions sur l’état de la boutique avant le cambriolage. Peut-être avait-il une idée en tête ? Après avoir posé ses questions, il m’adressa ses premières conclusions. Une fois qu’il eut terminé, je lui répondis :

«Je n’avais pas fait attention à la poussière, mais s’il y en avait dans l’arrière-boutique, ça prouve bien que le ménage n’a pas été fait. Il devait donc y en avoir dans la boutique aussi, et je ne pense pas que le balai ait été passé ce matin. S’il n’y a pas de poussière, ça doit être à cause des cambrioleurs. Peut-être ont-ils dû nettoyer parce qu’ils avaient laissé un indice ?»

Ç
a me semblait peu probable, mais ce détail pouvait avoir son importance, du moins je le pensais. Après, je n’avais jusque là jamais eu besoin d’un esprit analytique jusque là, alors je faisais certainement des propositions erronées. Mais à force de m’exercer, je devrais pouvoir y arriver, normalement. J’espérai ne pas être un fardeau alors que Viltys poussai la porte de la boutique pour retourner dans la rue.

À peine nous fûmes dehors qu’une femme d’approcha de nous : visiblement la vingtaine, ele avait les cheveux roux les yeux verts. Elle n’était pas très grande, et était habillée de façon plutôt légère. Mais ce qui était aussi flagrant chez elle, c’était les bijoux qu’elle portait : visiblement de riche facture, elle en avait beaucoup, peut-être trop pour que ce soit vraiment élégant, cela ressemblait plutôt à un étalage des richesses qu’elle possédait. S’agissait-il d’une bourgeoise ?

Celle-ci ne pouvait s’empêcher de me dévisager, ce qui me mettait plutôt mal à l’aise. Lorsqu’elle s’adressa à Viltys, je compris qu’il s’agissait de la jeune femme dont nous avait parlé le milicien tout à l’heure. Elle s’empressa de demander à mon maître s’il s’agissait bien du détective qui s’occupait de cette affaire, et aussi si j’étais bien son invocation. Je me sentais encore plus mal vis-à-vis de cette jeune femme, mais puisqu’elle s’adressait à Viltys et non à moi, je laissai à mon maître le soin de lui répondre.

Cependant elle se reprit rapidement pour nous parler de l’affaire en cours. Je mis mon malaise de côté pour essayer de réfléchir quelques minutes. Savait-elle quelque chose sur l’affaire ? Peut-être qu’elle pourrait nous aider. Je me tournai vers mon maître pour savoir quoi il répondre. Tant qu’on ne s’adressait pas à moi, il valait mieux que je reste passif.
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Lun 12 Mar - 19:33 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

La jeune fille qui patientait près du milicien en charge de maintenir un certain périmètre de sécurité était rousse, et habillée de façon légère, en dépit de la fraîcheur matinale. Ce qui me frappa furent ses yeux, d'un vert semblable aux miens. Elle portait sur elle différents bijoux coûteux, mais elle ne dégageait pas l'assurance et la prétention de certains membres de la bourgeoisie. Étrangement, cela me fit penser à une vitrine de bijouterie, tant ceux-ci étaient présents en nombre important. Hors de portée d'une jeune fille de classe sociale basse, mais elle ne correspondait en rien aux divers éléments des plus hautes classes sociales. Je n'arrivais pas à la classer quelques part, ce qui m'était peu coutumier, et très dérangeant. Heureusement, elle ne sembla pas s'apercevoir de mon petit examen visuel, tant elle contemplait Mercor, ce dernier paraissant gêné, pour le moins.

Le garde la repoussant sans ménagement, je m'apprêtais à intervenir pour qu'il la laisse passer, mais n'en eut pas besoin, la jeune fille semblant se débrouiller plutôt bien toute seule. J'esquissais un geste au milicien qui accepta de mauvaise grâce de la lâcher. Je mémorisais la foule de questions qu'elle me posa sans attendre de réponse pour profiter d'un moment où elle observait Mercor pour y répondre.

- Viltys Copperfield, Enchanté mademoiselle Elie, dis-je d'une voix cordiale. C'est effectivement moi qui suis en charge à titre privé de l'enquête, et Mercor est bien mon invocation.

S'arrachant enfin à la contemplation de Mercor, elle me parla des ragots qu'on pouvait entendre dans la rue. Si j'en entendais certains sans y faire attention plus que cela, il arrivait que certains soient utiles dans la résolution d'une enquête. Certes, dans la plupart des cas, il pouvait s'agir de mensonges éhontés, mais je croyais toujours qu'ils possédaient une part de vérité. Et puis, cette Elie avait l'air d'être une fille intelligente, et ses informations pouvaient après tout m'être utiles. Je lui fis signe de me suivre et écartais gentiment la foule pour nous laisser passer.

Il nous fallait un endroit convenable pour parler tranquillement, et j'excluais automatiquement ma maison, d'abord par souci des convenances, ensuite parce que je savais par expérience que certains "informateurs" préfèrent parler dans un terrain neutre. La Taverne n'étant pas loin, elle conviendrait parfaitement. En chemin, mon cerveau moulinait à toute allure pour réfléchir sur la situation présente. Déjà, comment autant de monde avait pu être mis au courant aussi vite ? Je veux dire, même si tout finissait par se savoir un moment ou à un autre, la milice avait pour habitude d'agir avec une certaine discrétion dans les premiers jours suivant l'enquête. Ensuite, comment cette jeune femme pouvait avoir des informations aussi rapidement ? A moins qu'elle ne connaisse le coupable ? Ou que celui-ci s'en était venté quelques part ?

Pour le moment, j'avais bien trop de questions sans réponse, et ma curiosité en la matière était piquée au vif.

Arrivés devant la Taverne, je nous fit entrer et prendre place dans une table située au fond, là où notre conversation aurait le moins de chance d'être entendue. En passant, je jetais un œil sur le tableau des quêtes, et pensa qu'il faudrait que j'y fasse un tour dès que possible, vu qu'il semblait y avoir de nombreux papiers supplémentaires. Je pris les commandes de chacun et les commandais au bar, payant le tout avec les maigres Tsuris qu'il me restait. Je contemplais avec une pointe d’embarras ce qui constituait mes ressources pour la journée, en songeant qu'il faudrait sûrement que je saute un repas bientôt. Enfin, je retournais avec les boissons à notre table, et pris place en face d'Elie en posant les consommations sur la table. Sur ce, j'enlevais mon chapeau et sortis mon carnet et ma plume pour prendre des notes.

- Très bien mademoiselle Elie. Je crois comprendre que vous avez des informations susceptibles de m’intéresser, et je pense que vous n'êtes pas ici pour me faire perdre mon temps. Voilà ce que je vous propose. Vous me dites ce que vous voulez en échange, et je vois ce que je peux faire.

Je savais que certains informateurs désiraient en échange des produits difficilement trouvables, notamment toute sortes de drogue. Si Elie n'avait certes pas l'air d'une droguée, elle ne semblait pas non plus faire les choses gratuitement.

- Ensuite, vous me dites ce que vous savez, sans omettre de détails, et là encore nous aviserons. Cela vous convient-il mademoiselle Elie ? Si vous avez une autre proposition, je suis toute ouïe.

C'était décidément une situation bien étrange. Non seulement elle était bien plus jeune que tous les informateurs auxquels j'avais eu affaire jusqu'à alors, mais aussi elle ne semblait pas en être une. Je veux dire par là qu'elle ne semblait pas en avoir fait une sorte de métier comme les autres. Mais il me fallait être patient, et attendis donc ce qu'elle avait à me dire...



Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Elie Waren

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 4 Avr - 14:21 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Elie avait un don pour s’attirait les ennuis, mais pour un raison encore inconnue elle s’en sortait toujours. Une chance que personne ne la connaisse encore et que ce détective soit un gentleman, autrement notre petite Elie aurait dû encore courir pour sauver sa peau et ne pas finir derrière les barreaux d’une cellule mal entretenue.

En plus de s’attirer des ennuis la rouquine savait toujours où trouver de l’argent et si cet homme avait un libre accès elle pouvait espérer prendre des bijoux par ci par là sans que cela ne soit trop flagrant en plus des bijoux qu’il retrouveraient. Mais il ne fallait pas être trop gourmande. L’invocation ne semblait pas quitter son maître et si ses pouvoirs sont comme l’imagine Elie et aussi puissant que sa carrure était imposante, il faudrait être rusée.

Mais leur priorité à tous les trois était d’abord les bijoux volé, l’idée qu’un autre ait devancé la demoiselle la faisait ragé à l’intérieur, alors que le nouveau tour qu’elle allait pouvoir jouer à cet homme la faisait sourire. Ce tour serait sans doute la meilleure arnaque qu’elle n’ait jamais monté ! Et si en plus elle pouvait côtoyer une invocation, c’est qu’elle avait gagné le gros lot !

Alors qu’elle suivait Viltys dans la foule qui s’était devant lui, Elie souriait des bonnes femmes la toisaient. Elles sentaient qu’il y avait quelque chose de malsain chez Elie, mais qui croirait ces femmes qui colportent des ragots souvent inventé de toute pièce juste baser sur leur intuition ? Personne. Elie avait donc le champ libre pour agir, il lui fallait juste être une source indispensable pour l’enquête afin de ne pas en être écartée.

Enfin bref, ils arrivèrent à la taverne. Elie avait une boule au ventre, parmi toutes les personnes qu’elle avait pu arnaquer à l’aide d’un petit jeu de carte, l’une d’elle pouvait être à l’intérieur et ce n’était pas le moment pour qu’on sache que derrière la demoiselle qui aime les bijoux en tous genres, c’est en réalité une sale voleuse sans foi ni lois qui veut juste vous prendre jusqu’au dernier de vos biens !

Elle jeta un rapide coup d’œil et alla vite s’assoir. Alors qu’elle se sentait surveiller et épier partout dans la taverne, cette horrible boule disparu avec l’arrivé de Viltys et les boissons. Ce dernier s’installa et sorti son matériel, d’un coup plus rien n’exister autour d’Elie sauf la plume et l’encre ça lui rappelait l’époque où elle essayait d’écrire, mais elle gaspillait plus d’encre sur ses vêtements et ses doigts que la feuille donc elle se contenta des calculs mentaux. Bref !

- Très bien mademoiselle Elie. Je crois comprendre que vous avez des informations susceptibles de m’intéresser, et je pense que vous n'êtes pas ici pour me faire perdre mon temps. Voilà ce que je vous propose. Vous me dites ce que vous voulez en échange, et je vois ce que je peux faire.

Elie secoua la tête, il était de passer aux choses sérieuses. Elle rougit vaguement au « mademoiselle Elie », ayant vécu avec des voleurs toute son enfance et des pirates jusqu’à maintenant, elle était surtout habitué au sobriquet du genre : « la pucelle », « morpionne » ou « rouquine » étaient ceux qui lui venait en tête. Maintenant qu’elle y pensait, c’était peut-être parce qu’ils ne se rappelaient plus de son prénom, ce qui ne l’étonnerait pas tant.

Trêve de pensés inutile, c’était l’heure de la négociation.

-Appelez-moi Elie se sera plus pratique comme on va travailler ensemble, comme des associés ! Oui voilà ! Des associés ! Je veux faire l’enquête avec vous pour commencer.

En plus d’être enthousiaste à l’idée de faire une enquête, oui cette première demande lui semble légitime et donc validée, sauf si notre détective en décide autrement. Il semblerait que l’ancienne pirate ait une liste de réclamations déjà prête dans tête.

-Ensuite je demande hum, elle le regarda attentivement, un cinquième de votre paye. Ce doit être une petite somme négligeable à vous regarder.

Il avait des vêtements qui étaient loin d’avoir vécu aussi longtemps que les siens, en plus du chapeau et des bagues à ses doigts, cet homme devait se faire beaucoup d’argent avec ce travail se dit la rouquine. Et pour être sûr d’avoir ce qu’elle voulait un petit sourire et ça devrait être bon à moins qu’il ne faille négocier, mais cela ne lui poserait pas de problème.

-Pour ce qui est des informations je peux déjà vous dire que ce m’sieur Boyer comme sa femme faisait pas partie des gentils commerçants, sans histoire à qui personne n’en veut. Mais d’abord mes conditions ca vous va ?
Revenir en haut
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Jeu 5 Avr - 21:06 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Heureusement, la jeune femme se désintéressa de moi lorsque Viltys lui adressa la parole. À partir de ce moment-là, elle ne se fit que plus mystérieuse sur les informations qu’elle prétendait détenir. Mon maître proposa d’en discuter, et il commença à s’éloigner, Élie et moi sur ses talons.

Je ne savais pas vraiment où il voulait aller, mais ça devait certainement être un endroit plus posé qu’en pleine rue. De plus, s’il s’agit d’informations qu’elle est la seule à détenir, il est logique que Viltys ne veuille pas les ébruiter. Après tout, rien ne nous dit que le voleur ne faisait pas partie des personnes qui regardaient béatement la bijouterie en chuchotant entre eux. Aucun d’eux ne m’avait semblé louche, mais il valait mieux se montrer prudent.
Nous arrivâmes à une taverne, quelques mètres plus loin. L’établissement ne semblait pas mal fréquenté, mais il fallait avoir qu’il y avait peu de client à cette matinale. En entrant, je remarquai qu’elle était plutôt propre, et qu’aucun déchet ne traînait çà et là. Sur un mur se trouvait un grand panneau, sur lequel étaient accrochées de nombreuses feuilles. Un panneau d’affichage, peut-être ? Certainement rien de bien important en tout cas.

Je remarquai que le comportement d’Elie avait changé depuis que nous étions entrés dans l’auberge. Elle semblait, plus… Méfiante. Peut-être qu’elle n’avait tout simplement pas l’habitude de fréquenter ce genre d’établissement. Après tout, le nombre incroyable de bijoux qu’elle portait laissait penser qu’elle possédait beaucoup d’argent. Ceci dit, son comportement prit fin quand mon maître commença à lui poser des questions. Elle lui proposa un marché qui semblait honnête, mais encore fallait-il que les informations qu’elles donneraient vaillent le coup. J’hésitai à lui poser la question : après tout, elle n’avait pas l’air de mépriser ou de craindre les Invocations, je devais certainement pouvoir me le permettre. Aussi je choisis de lui demander :

«Mademoiselle, si je puis me permettre, comment pourrons-nous être sûrs que ce que vous dîtes est vrai ? »

Même si elle avait dit à Viltys de ne pas employer ce titre, mieux valait que je le fasse. D’ailleurs, je tournai mon regard cers celui-ci, espérant ne pas avoir dit quelque chose qu’il ne fallait pas…
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 15:11 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Sa première requête me surprit et je ne pus m'empêcher de tiquer. Je n'acceptais que rarement que d'autres personnes interviennent au cours de mes enquêtes, et plus rares encore étaient celles qui devenaient mes partenaires directs sur le terrain. Mercor était bien évidemment une exception, étant mon invocation. Enfin, la jeune fille semblait tellement enthousiaste à l'idée de faire une enquête que je balayais mes doutes, songeant à mes débuts et pris de compassion face à sa jeunesse.

Je me renfrognais en l'entendant parler de ma paie. Évidemment, si elle travaillait avec moi aurait-elle droit à une rétribution, mais mon apparence extérieure n'était en l’occurrence pas un symbole de ma richesse. J'en prenais certes bien soin, et l'on aurait pu croire que je gagnais beaucoup, mais en réalité, je n'avais que bien peu de richesses. Enfin bon, un cinquième de mes honoraires était un prix acceptable, et je passais outre en acceptant mentalement. Je songeais distraitement qu'à mes débuts, j'aurais bien accepté de travailler également pour dix Tsuris de l'heure, mais bon, après tout, peut-être avais-je en mon pouvoir la possibilité d'encourager cette jeune Elie.

J'allais accepter ses conditions lorsque Mercor me devança pour poser une question très adroite, sur la véracité de ses dires, et j'approuvais du chef avec un regard approbateur lorsqu'il me regarda, guettant ma réaction face à sa prise de parole. Je repris la parole après, pour approfondir la question de mon invocation.

- Effectivement mademoiselle, hum, excusez-moi, Elie, comment pouvons nous être sûrs que vous n'essayez pas de nous rouler ? Après tout, vous pourriez tout aussi bien nous raconter des salades et nous mener sur la mauvaise piste, avant de partir avec l'argent que je vous aurais donné... Sois dit en passant, je suis prêt à accepter vos conditions, si vous réussissez à nous convaincre, mon invocation et moi-même. Alors, chère Elie, qui nous dit que vous n'êtes pas une arnaqueuse ?

Sur ce, je m'installais confortablement sur mon siège en la regardant droit dans les yeux, cherchant à savoir si elle allait nous dire la vérité, ou nous mentir, tout en fouillant dans ce regard des indices sur sa personnalité.



Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Elie Waren

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 6 Avr - 21:06 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Alors qu'Elie s'intéressait à l'enquête et surtout à ce que pourrait lui apporter cet homme et son invocation. En parlant de l'invocation elle l'avait complétement oublié alors quand elle entendit sa voix la rouquine sursauta et regarda l'imposante bête avec de gros yeux et la bouche ouverte.

- Tu m'comprends et tu parles comme nous !

Elie était dans son monde, son imaginaire où les invocations parce qu'elles ne leur ressemblaient pas ne parler comme les humains. C'était un raisonnement idiot, n'ayant jamais eu la chance, avant aujourd'hui, d'approcher une invocation, elle pensait qu'ils avaient un langage bien à eux, qui était propre à ces demi-dieux. Hypothèse erroné qu'elle pensait validée puisque depuis qu'elle avait rejoint Viltys elle n'avait pas entendu Mercor parler. Enfin bref ! Pas le temps de s'attarder sur la découverte de la demoiselle le détective comme son invocation n'étaient pas du genre à se laisser berner aussi facilement.

Elle secoua la tête pour reprendre un peu son sérieux et écoutait avec attention, elle n'avait pas affaire avec les idiots du village, mais ses informations étaient vraies ! Le fils d'Ignis pouvait être plus fort qu'elle et son invocateur plus vieux et la regarder droit dans le yeux ne l'aiderait pas plus, du moins c'est ce qu'elle se disait. Au jeu du regard elle ne perdait jamais ! Si il cherchait une once de mensonge dans ce qu'elle dirait il pourrait toujours chercher, elle ne se risquerait à perdre les bijoux contre quelques tsuris.

- Mais informations sont vraies. Vous n'aurez cas demander aux autres commerçants ils vous l'diront. Les Boyer avaient plus d'ennemis que d'amis dans cette rue. Si les gens connaissent les Boyer c'est soit parce que le fils à encore fait des siennes, soit la mère se vantait d'avoir bien plus de richesse que les autres chipies qui lui servent de voisines ou môssieur a encore trouver les bijoux qui mettrons ses concurrents sur la paille.

Elie ne lâchait pas Viltys du regard, même si elle voulait poser un bon nombre de questions à son invocation. Mais comme les conditions de la rouquine seront respectées, elle aura tout le loisir d'enquiquiner Mercor en suivant de prés le détective. Enfin, elle s’affala presque sur la table comme pour dire une chose d'une importance capitale:

- Et je peux vous assurez que de jeunes gens qui trainaient dans la rue le soir où ça c'est passé.

Elle se rassit normalement pour boire sa boisson en souriant.
Revenir en haut
Mercor
<!--04-->Invocation

Hors ligne


Inscrit le: 19 Déc 2011
Messages: 123
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq Feu
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Invocation
Invoqueur: Viltys Copperfield
Inventaire: 3000 Tsuris
Sorts: Brûlure, Flamme, Brasier, Lueur, Eclat, Lumière, Guérison, Soin, Ignifuge 3, Peur, Effroi, Saignée, Pyrokinésie
Double compte: Aden
Point(s): 193

MessagePosté le: Sam 7 Avr - 15:25 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Je fus soulagé de voir que mon initiative avait été la bonne. Ceci dit, quand je reportai mon regard sur la jeune femme, je la vis qui me dévisageait, les yeux grand ouverts, visiblement étonnée que je comprenne et parle leur langue. Si, au début, sa réaction me surprit, je fus rapidement partagé entre la gêne et la consternation. Comment pouvait-on ignorer ça ? Enfin, passons : visiblement, j’étais la première Invocation qu’elle rencontrait, je devrais sans doute m’habituer à ce genre de situations.

Mais elle reprit rapidement son sérieux, énonçant les différents défauts qu’aurait la famille Boyer. Elle ne m’avait pas donné cette impression là, mais comme on dit si souvent : «il ne faut pas juger un livre à sa couverture.» Elle semblait s’adresser exclusivement à Viltys, mais après tout c’était normal, puisque c’était lui qu’elle cherchait à convaincre. Elle nous assura ensuite qu'il y avait bien eu de jeunes gens qui étaient passés dans la rue cette nui-là, mais encore une fois nous devions la croire sur parole.

Je ne savais pas vraiment comment réagir face à cette situation : elle ne s’adressait pas à moi, et aucune question pertinente ne me vint à l’esprit. Cette fois-ci, il faudrait certainement que je laisse mon maître se charger de la situation : ayant une plus grande expérience que moi de son métier, il saurait certainement comment réagir de façon adéquate. Je tournai à nouveau mon regard vers lui, pour voir ce qu’il allait finalement répondre.
Revenir en haut
Viltys Copperfield
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 60
Masculin
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Détective privé/Prestidigitateur
Invocation(s): Mercor [FEU]
Annonce: Me contacter par Vaea, merci (:
Double compte: Vaea
Point(s): 495

MessagePosté le: Sam 7 Avr - 17:40 (2012)    Sujet du message: Fin du Voyage Répondre en citant

Elle ne détourna pas une seule fois le regard. J'eus beau plisser les yeux pour tenter d'apercevoir quelque chose, un brin d'hésitation dans ses yeux verts, mais sans succès. J'en conclus donc qu'elle devait dire la vérité, ou être une sacrément bonne menteuse. Or, j'estimais être assez bon pour ma part pour détecter quand les gens me mentaient, et je décidais de lui accorder ma confiance. Limitée peut-être, mais confiance quand même. Et puis, son ébahissement devant Mercor m'amusait, et cela avait tendance à me rendre plus sociable et moins suspicieux.

J'avais en effet une fâcheuse tendance à considérer les curieux (ou en l’occurrence, les curieuses) comme des êtres intelligents et rationnels. Or, les êtres rationnels savaient qu'il serait plus rentable de me dire la vérité plutôt que de me mentir. Si cette Elie me trahissait, elle n'aurait certainement plus l'occasion de travailler avec moi, et, au bout du compte, elle y perdrait plus qu'elle n'y gagnerait. Sans compter que je la pourchasserais si jamais elle me faisait perdre ma réputation par de fausses informations.

Elle me livra quelques bribes d'informations, et se pencha en avant, comme pour me chuchoter un secret, pour me dire qu'il y avait des témoins la nuit où cela s'était passé. J'en restais interloqué, mon cerveau moulinant à toute allure pour chercher quelque chose à dire. Mes yeux se perdirent dans le vague un instant, puis revinrent se poser sur Elie, une lueur d'excitation brillant au coin de l’œil. Si il y avait eu des témoins, cela signifiait que nous avions une piste solide sur la traque du voleur. Je repris ma bourse, compta quinze Tsuris, et les déposais sur la table.

- Très bien mademoiselle, dis-je, l'impatience me faisant oublier de l'appeler plus simplement. Vous êtes engagée. Ceci est une avance sur votre paie, avec un bonus pour vos informations. Je me réserve le droit de tout reprendre si jamais il devait s'avérer que vous nous ayez menti. Ainsi que de vous conduire aux autorités compétentes. Mais ne parlons pas de choses fâcheuses, surtout si vous êtes honnête, ce que je pense.

Dites m'en plus plutôt sur ce que vous savez, en détail je vous prie. Et après, vous nous conduirez à ces jeunes, à moins que vous-même n'en fassiez partie... Auquel cas je veux quelque chose de précis sur l'allure du ou des voleurs, et de ce qui s'est passé. Cela vous convient-il mademoiselle ? Oh, et vous pouvez vous adresser directement à Mercor, il me représente directement, et a autant d'importance pour l'enquête que moi... ou vous.



Viltys Copperfield

Récupération de biens - Investigations paranormales
Pas de potions d'aucune sortes.
Consultations & Conseils. Prix attractifs.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:56 (2016)    Sujet du message: Fin du Voyage

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> La Ville de Lüh -> La Grande place Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com