Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Retour à la case départ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple du Feu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Getanol

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 22 Nov - 21:29 (2011)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

Lorsque j’ouvris les yeux, je n’étais plus allongé sur l'herbe douce et confortable. Mon dos frottait contre quelque chose de plus dur et dont la texture m'était étrangement familière. J'avais passé suffisamment de siècles ici pour savoir sans même ouvrir les yeux que j’étais de retour dans ma prison. Lorsque j'ouvris enfin les yeux, je pus me rendre compte que je ne m’étais pas trompé. Je me remis debout, et contemplai de nouveau ma prison; la salle était toujours vide et le resterait sans doute à jamais.

Je ne savais pas pourquoi j’étais revenu ici, peut-être Elian m'avait-il renvoyé ici car il n'avait plus besoin de moi, ou peut-être qu'il était mort, ce que je ne lui souhaitais pas. Je ne savais ni comment j’étais revenu dans ma prison d'origine, ni pourquoi, mais je savais qu'il me fallait concevoir une nouvelle épreuve au cas où un humain déciderait de venir me libérer.

Je dus réfléchir pendant plusieurs heures avant de trouver une épreuve correcte et qui me permettrait d’évaluer le respect de l'humain qui viendrait. Puis je m'assis en tailleur face à cette immense porte qui me bloquait l’accès vers ce nouveau monde que j'avais appris à aimer. Le Lac des Astres allait me manquer pendant mon enfermement. Le ciel étoilé, l'air, tout allait me manquer.

Les heures passèrent, peut-être même des jours sans que je sache pourquoi j'avais été réenfermé. Après plusieurs semaines, je finis par me faire à l'idée que mon maitre était sûrement mort, puisqu'il ne se manifestait pas et que je ne devais pas être retourné dans ma prison sans raison. Je fis mon deuil durant les mois qui suivirent et lorsqu'enfin la porte se mit à bouger, je me rendis compte que je ne savais plus depuis combien de temps j’étais là, à attendre, à réfléchir, à espérer.

La lumière de l'extérieur m'éblouit, j'avais oublié à quel point le soleil pouvait scintiller, tandis qu'une silhouette s’avança vers moi. Un sentiment d'angoisse et de curiosité s'empara alors de moi. Qui était-ce?
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mar 22 Nov - 21:29 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aeryalis
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 19 Nov 2011
Messages: 172
Crédits Avatar: Amnésia, Heroine©
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Herboriste
Invocation(s): Aucune
Invoqueur: mon âme et conscience
Annonce: Si vous avez besoin d'un pot de fleurs, je suis là ;)
Inventaire: Un athame, mais que pour les plantes, une dague pour le reste. Boussole temporelle
Double compte: Fawn El'Daph
Point(s): 193

MessagePosté le: Dim 27 Nov - 20:10 (2011)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant


    Une nouvelle journée, de nouvelles attentes. Dans ma vision première de l'invocation de l'air enfermé, j'avais été renversée. Et si je ne pouvais pas toutes les libérer, comme une collection douteuse et foireuse. J'avais chaud. Je continuais mes missions. Mes recherches pour mes plantes. Et le sac sur mon dos pesait de plus en plus lourds. Avoir une invocation de type feu semblait risquer pour une herboriste, vous ne trouvez pas ? C'était ce à quoi je pensais alors que je saisis un lisaray, petite plante commune à la couleur rouge mordorée. Pour la fatigue. J'en aurais besoin. Car en réalité, je me posais la question qu'une fois que j'avais la réponse. J'en connais un qui allait encore me taper sur les doigts voir même m'attacher à une chaise pour m'empêcher de partir. Je ne le mettrais pas au courant, cette fois. Je partirais seule, encore. Je portais la fleur à mes narines, humais et fronça les yeux. Odeur de putréfaction, pas de doute, j'avais la bonne plante. Heureusement qu'en décoction l'odeur s'atténuait. C'eut été parfait si elle s'éteignait tout court ! Le soleil tapait fort, j'étais partie hier. Pour la cueillette. Officiellement. J'enlevais ma veste pour la déposer sur le bas côté, dans les fourrés. Je me souviendrais où. J'emportais juste une sacoche avec quelques plantes. On ne sait jamais. J'étais en robe. Folle. Oui, surement. Mais la température frôlait les quarante degrés. Pas de vent, rien. Et si je connaissais les lieux, je ne m'y habituais pas pour autant ! Autour de moi, du vide. A part les lisarays, donc. Elles aimaient bien la sécheresse.

    Le temple du feu était visible. Imposant. Je ne m'arrêtais qu'à l'entrée, histoire de reprendre les forces. Le rejoindre avait été moins long que pour celui de l'air. J'avais besoin d'air. Et on ne pouvait pas dire qu'il y avait beaucoup de coin d'ombre et encore moins de point d'eau. Cette dernière dans ma gourde était tiédasse. Pas franchement bonne mais ça passait. J'hésitais encore, pour la forme. Je tenais à entrer. A libérer. Mais pas sûr que je sois bien accueillis. J'hésitais, oui, sachant pourtant que quelque soit mes divagations, j'entrerais. Quitte à me faire carboniser. J'avais ignifugé mon sac. Je l'avais tresser d'Atripleiox. Une plante ignifuge donc. Au moins, ça sera ça de sauver. Sans compter ce que j'avais laissé un peu avant. Je gardais ma seconde gourde et quelques plantes dedans, avec mon atamé et ma dague. Je vidais le reste de ma première gourde sur ma tête. C'était grisant. L'eau par terre s'évaporer avec un petit bruit que j'aimais bien.

    Trêve d'attente, j'entrais dans le temple avec une appréhension à peine voilée. Mes pas résonnaient peu, comme dans l'autre temple. Je pris la porte qui me semblait... la plus avenante. Je la poussais. Elle céda plus facilement que la première que j'avais toucher. Le toucher était... tiède. Voir chaud. Rien ne pouvait être frais ici. Si seulement un courant d'air... Bref, un rai de lumière transperça la pièce. Je le vis. Je ne bougeais pas. Soleil dans le dos. Mon ombre s'avançant jusqu'à mordre l'être que j'avais en face de moi. Il était repoussant. Je crois. Du moins... différent de tout ce que j'avais pu voir dans ma vie. Un peu comme.. Grillé. Je l'appréciais tout de suite. Comme tout ceux qui ne pouvait être libre. Et je m'avança vers lui, enfin visible, plus à contre jour, dans cette pièce, vide, désolée et désolante. J'avais encore plus chaud dans la pièce. Mais j'avais ce poids de la rencontre ôter, un peu comme le stresse qui disparaît une fois mis à l'épreuve.

    J'n'avais pas la gorge sèche. Je venais de voir, aussi, elle sortie, claire, se répercutant contre les murs de la geôle sans dissonance. Un peu moins franche que ce que j'aurais voulu.

    « Moi, Aeryalis Lobélia, suis venue te libérer. »

    Trop formel. Mais tant pis. J'ajoutais, ayant oublié, avec un petit air d'étonnement, ça ne me ressemblait pas d'oublier l'essentiel.

    « Bonjour »

    Et j'attendais.





Revenir en haut
MSN
Getanol

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 19 Déc - 18:56 (2011)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

Le regard du demi-dieu se posa sur la jeune humaine tandis que la porte se refermais derrière elle. Aeryalis était désormais enfermé en compagnie d'une des créatures les plus abominables de l'Ile. Très vite la température monta et bientôt le demi-dieu fut totalement à l'aise. Il devait faire au moins 55° lorsque Getanol se leva faisant craqué bon nombre de ses os. Il fit un pas en avant, et posa sa patte droite sur le sol, soulevant au passage un léger nuage de poussière. Le squelette se mit lentement en mouvement pour s’arrêter à seulement un mètre de l'humaine. Sa mâchoire se mit alors à bouger et une voix se fit entendre:

" Hahahaha, tu me fais bien rire gamine. Si tu savais le nombre de personnes qui sont venues içi avec le même état d'esprit... et qui ne sont hélas jamais repartit.
Sache en tout cas que si tu veux me libérer il te faudra réussir une épreuve, une épreuve à laquelle tu ne peux te permettre d’échouer sous peine de subir mille et une souffrance."


Puis il écarta doucement ses bras squelettique et une table apparut mystérieusement entre les deux individus. Sur cette table il y avait deux balances d'un blanc nacré ainsi que 6 fioles contenant respectivement un peu d'eau, de la terre, une flamme et pour finir une sorte de petite brise tournoyante. Les deux autres quant à elle contenait un chocobo miniature mort ainsi qu'un vivant.
Il fit ensuite un pas en arrière et reprit:


" Tu n'auras qu'une chance pour équilibré les deux balances. Je te souhaite bonne chance humaine, tache de ne pas me décevoir."

[hrp: désolé c'est court, le temps de me remettre dans le personnage]
Revenir en haut
Aeryalis
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 19 Nov 2011
Messages: 172
Crédits Avatar: Amnésia, Heroine©
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Herboriste
Invocation(s): Aucune
Invoqueur: mon âme et conscience
Annonce: Si vous avez besoin d'un pot de fleurs, je suis là ;)
Inventaire: Un athame, mais que pour les plantes, une dague pour le reste. Boussole temporelle
Double compte: Fawn El'Daph
Point(s): 193

MessagePosté le: Mar 20 Déc - 12:16 (2011)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

[Hrp: on fait comme on a dit, alors, et désolée, je ne pense pas faire long non plus...]

Que fais-tu lorsque ça sent le roussi? "Je souffle sur l'allumette"

    J'enlevais encore une couche de vêtements. La température avait encore monter et qui plus est la porte c'était refermé. Je sentis un air de claustrophobie m'envahir et s'étendre de la racine de mes cheveux jusqu'au bout de mes orteils. Je n'étais plus qu'en robe, à bras nu, luisant d'un onguent que j'avais déposé dessus. Ignifuge lui aussi. Et je me dis que j'avais de la chance d'y avoir penser. Je m'étais présentée, maladroite. Il faisait si chaud que la tête me tournait. Il se mit à bouger. Une bonne chose, il était en vie. Ses os craquaient avec un son vraiment... écœurant. Je ne le laissais pas sentir. Je ne reculais pas lorsqu'il fit un pas vers moi. Je restais droite comme un i, la tête haute. J'appréhendais, je n'avais pas peur.

    " Hahahaha, tu me fais bien rire gamine. Si tu savais le nombre de personnes qui sont venues içi avec le même état d'esprit... et qui ne sont hélas jamais repartit.
    Sache en tout cas que si tu veux me libérer il te faudra réussir une épreuve, une épreuve à laquelle tu ne peux te permettre d’échouer sous peine de subir mille et une souffrance."


    Je vacillais. La chaleur, toujours. J'entendis chacun de ses mots, même ceux qu'il prononça à voix basse. Je ris. Jaune. Il voulait me faire peur. Il voulait me blesser. Et moi qui pensait le libérer. Je frémis. Et m'avançait alors que la table apparue. Il ne me répugnait plus. Il me rendait triste. J'avais du mal avec ceux qui se plaisait à blesser. J'observais les différents objets. La vue du cadavre me fit hausser un sourcil, agacer. J'avais envie de prendre le vivant et de partir du lieu. Toute envie de libération m'ayant quitter. J'étais agacée. Plus qu'agacer par ses mots. Et par le qualificatif de ma présence. Gamine, vraiment? Je relevais la tête vers lui.

    "Excusez moi. Je suis Aeryalis. Pas gamine."

    Je pris les fioles entre les mains. L'eau d'un côté, la terre de l'autre pour la première balance. L'air d'un côté, le feu de l'autre pour la seconde. J'avais en l'idée de séparer les quantifiables des pas quantifiables. Quant au deux derniers. Et bien, je libérais le chocobo vivant et je pris la fiole du mort en l'espoir de pouvoir l'enterrer. On ne me changerait pas. Nul doute que je foirais tout. Mais je m'en moquais un peu. La chaleur, toujours, avait raison de ma raison. En ma tête résonnait par contre le glas de ma mort, proche



Revenir en haut
MSN
Getanol

Hors ligne





MessagePosté le: Mar 31 Jan - 20:19 (2012)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

Je regardais la jeune humaine échouer lamentablement a l'épreuve que j'avais conçut, c’était effectivement une gamine que j'avais face à moi. D'un geste de la main j'envoyai une flamme la repoussa jusqu’à l’extérieur de ma cellule. Je fit quelques pas en arrière et m'assis tandis que la porte de ma prison se refermait jusqu'au prochain humain.
Mon épreuve était revenu à ça position de départ. Je m’apprêtais à retourner moi aussi à ma position initiale lorsque je me mit à penser. Elian ne m'avait plus jamais invoqué, peu etre était il mort. Enfin le monde ne cesserai pas de tourner pour la mort d'un humain. J'avais cependant passer de bon moment à ses cotés. J'avais redécouvert le monde, j'avais combattu et j'avais même récupérer quelques un de mes anciens sortilèges.

J'avais froid, le courant d'air qu'avait créer l'humaine en ouvrant la porte avait rafraichit ma prison. Aussi d'un simple geste de la main je créai un torrent de flamme qui réchauffa considérablement la pièce. Lorsqu'enfin la température fut suffisante pour que je puisse me reposer ferma enfin les yeux.

Après seulement quelques minutes de repos la porte s'ouvrit de nouveau et l'air froid entra.


" Tu es le deuxième humain à venir me voir aujourd'hui, prend place et tente donc de réussir mon épreuve. Je reste la en attendant, si jamais tu echous tu subiras le mémé sort que la précédente."
Revenir en haut
Kris
<!--03-->Humain

Hors ligne


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 317
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq Feu
Métier dans le jeu: Assassin
Invocation(s): Shanimir [Air]
Annonce: De retour, plus dangereux que jamais...
Inventaire: Une épée, six couteaux, deux dagues, un sac de provisions, 4500 Tsuris et occasionnellement une arbalète avec 9 flèches.
Point(s): 480

MessagePosté le: Lun 20 Fév - 20:26 (2012)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

Une nouvelle vie avait commencée. Par la rencontre hasardeuse avec un vieil homme, je quittai l’insignifiant titre de meurtrier pour rejoindre le prestigieux, celui d’Assassin. Avec lui naissait une personnalité où la détermination se faisait plus grande, tandis que les doutes disparaissaient, entrainant avec eux compassion et remords. Hors en cette nouvelle année, nombreux humains étaient rentré victorieux de leur pèlerinage en quête de divinités. C’est donc ainsi accompagné qu’il me fallait être, si je voulais persévérer dans la profession. Pas moins d’une demi-dizaine de Demi-dieux m’avaient présenté leur fidélité, pas moins d’une demi-dizaine de Demi-dieux m’avaient tourné le dos. Durant des semaines je maudis ces créatures aux capacités effrayantes, nourrissant une haine grandissante. Hélas, je dû rapidement céder devant leur présence devenue nécessaire. A nouveau je me devais de franchir les terres dangereuses d’Arcane pour accorder la rédemption à un Subalterne. Mais cette fois, je me dirigerai vers le Temple que jamais je n’eu foulai pour y trouver le compagnon idéal à cette renaissance, celui qui gardait en ses portes les divinités les plus incontrôlables et destructrices. Ceux dont les légendes ventent la férocité et l’acharnement. Aujourd’hui, je demanderai l’aide auprès du seul élément qui ne marcha jamais à mes côtés.
Le Temple du Feu allait connaître un nouveau prétendant.

Sur les quais de la Capitale, un récent commerce émergeait depuis quelques semaines. Des navires remontant les eaux proposaient en échange d’une somme suffisante, la traversée à leurs côtés. Cela permettait de diminuer considérablement le temps écoulé, mais également les dangers. De tous les lieux, le Désert Ambré est l’un des plus mortels. Ce qui explique certainement pourquoi un Temple fut bâtit en ces terres. Connaissant les périples de l’océan et sachant que je ne disposerai pas d’un retour par les flots, je pris de quoi sécuriser le chemin du retour. De nouveaux vêtements en poils d’Oryx garantiraient une fraîcheur en dépit de la chaleur, ma lame aiguisée ne me ferait pas défaut, les mécanismes de celles dans mes manches furent vérifiés. Enfin, un sac contenant quelques fagots, une dizaine de pommes, quatre gourdes d’eaux comportant un litre chacune et une dizaine de tranches d’Oboro séchées vinrent terminer mon équipement. Remettant une lourde bourse au moins ivre des capitaines, j’embarquai à bord du « Némésis ». L’aurore se finissait, ce qui annonçait une arrivée en début d’après-midi.

Le trajet fut sans encombre et c’est une heure après le zénith, que je déposai le pied en un territoire désertique. La chaleur se faisait toujours aussi étouffante que dans mes souvenirs, mais la particularité de mon accoutrement semblait apporter une fraîcheur rendant le climat doux. Relevant ma capuche pour épargner à mon crâne des rayons accablants, je fini à pied les quelques kilomètres me séparant des Grandes Portes. Le milieu de l’après-midi était proche lorsque je les atteignis après une pénible ascension. Jadis je me serai accordé du temps pour contempler l’édifice, mais en ce-jour ma détermination forçait mon enthousiasme à prendre le dessus. Des portes ouvertes et encore closes défilèrent sur mon chemin. Le nombre exact m’échappa, autant pouvait-il être de cinq, qu’il se pouvait atteindre la cinquantaine. Le choix était crucial. L’Invocation devait être à l’image des légendes pour que ma destinée puisse enfin s’accomplir. Se confondant avec un signe des Quatre Grands, une humaine fut raccompagnée dans le couloir par des flammes qui ne se stoppèrent que lors de la fermeture de la Cellule. Se fut probablement avec hâte que j’en conclu que le Demi-dieu à l’intérieur était celui qu’il me fallait délivrer.

L’Etre divin semblait en effet se désintéresser du sexe de l’Homme venu prétendre à sa Libération, ce qui était pour moi un atout fort précieux. Relevant la demoiselle qui avait déjà fait la moitié, je voulus l’interroger dans l’espoir d’obtenir un quelconque avantage, mais elle prit rapidement le chemin du retour, la contrariété d défigurant son visage. Retirant le haut de ma veste qui masquait mon visage, j’inspirai profondément avant de m’aventurer dans l’antre du Subalterne. Son apparence fut dès le premier regard troublante. J’aurai crû à un prédécesseur carbonisé dont les os brûleraient encore si une voix ne s’était pas fait entendre :


" Tu es le deuxième humain à venir me voir aujourd'hui, prend place et tente donc de réussir mon épreuve. Je reste la en attendant, si jamais tu echous tu subiras le mémé sort que la précédente."

Me séparant de Lui, une table présentait deux balances distinctes, autours desquelles six fioles étaient exposées. De toutes évidences il me fallait retrouver deux équilibres. Sans un mot, pensant qu’il ne m’était pas autorisé de briser le silence établit, j’avançai jusqu’à pouvoir jeter un œil dans chacun des récipients. Quatre symbolisés par logique les Eléments, deux détenaient un chocobo miniature, l’un mort, l’autre en vie. Sur la première, je disposai ces-derniers de sur chaque plateau. Voilà qui équilibrait la plus aisée des balances. Pour la seconde, je dû remercier mes voyages passés qui me menèrent aux portes des trois autres Temples. En côtoyant un Fautif de chaque, j’avais appris leurs forces et faiblesses. L’Air dominé la Terre qui parvenait à vaincre une Eau pouvant éteindre le Feu. Celui-ci battant l’Air, nous obtenions un nouvel équilibre, celui des Eléments. Par cette démarche, nous ne devions dans l’épreuve que reproduire ce qui garantissait la survie de notre monde. La fiole contenant une flamme vint se poser à droite, à côté de celle renfermant un peu de Terre. En face de celles-ci, je mis l’Air et l’Eau. De cette manière, aucun côté ne pouvait prétendre dominer le second.

Continuant de suivre la loi du silence, je jetai mon regard sur le Fils d’Ignis, attendant son verdict…
Revenir en haut
Getanol

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 22 Fév - 16:16 (2012)    Sujet du message: Retour à la case départ... Répondre en citant

L'humain n'avait pas dit un seul mot depuis son entrée, il avait trifouillé un instant avec les fioles avant de finalement rétablir les deux équilibres. La table disparut alors dans un nuages de flamme et de fumée, faisant encore grimper la température de la pièce de quelques degrés. Le nuage créa un mur opaque entre les deux individus et lorsqu'il se dissipa Getanol se tenait face à Kris, l'inspectant une dernière fois avant de se lier avec lui pour une vie humaine. La dissimulation semblait etre pour lui quelque chose de naturel car la seul chose qui dépassait de ses vêtements était un petit bout de menton. Un grand sourire se dessina alors sur le visage du demi-dieu qui entrouvrit les dents pour dire:

" Je me nomme Getanol, fils du grand Ignis. Ta réussite à cette épreuve prouve ta connaissance des équilibres, entant donné que je suis un demi-dieu sache que j'y suis très attaché. Tu dois aussi savoir que tu n'es pas le premier à me sortir d'içi et que par conséquent je connais le monde hors de ma prison."

Puis la créature squelettique tendit la main vers Kris comme il l'avait vu faire un nombre incalculable de fois pas des humains. Une pratique bizarre a laquelle ils avaient recours a chaque fois qu'ils désiraient sceller un pacte.
Getanol était presser de quitter à nouveaux cet endroit, revoir la rivière blanche, trainer dans Luh ou meme encore aller au lac des astres. Tant d'endroit qu'il avait pu visiter lors de sa dernière excursion, le sentiment de liberté qu'il avait ressenti en voyageant avec son ancien maitre lui manquait. Combattre avait été pour lui une joie, utiliser ses pouvoirs avait déclencher en lui comme un sentiment de puissance et de bien-etre intégrale. Une façon simple d'atteindre la plénitude et il espérait que son nouvel humain serait désireux de combattre, que ce soit des monstres ou d'autres humains.

Lorsqu'enfin Kris eut saisi la main du demi-dieu celui ci se retourna pour aller chercher au fond sa cellule un gros sac en toile d'à peu près 70cm de diamètre qu'il fixa négligemment à sa clavicule afin de ne pas avoir les mains occupés. Le sac semblait lourd et une sorte de tintement en sortait lorsque le demi-dieu marchait. Getanol ne prêta aucune attention à ce tintement et s'appuya contre la porte de sa cellule pour inciter son nouveau maitre à sortir au plus vite de cette cage dans laquelle il avait vécut si longtemps.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:04 (2016)    Sujet du message: Retour à la case départ...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Temple du Feu Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com