Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Elie Waren

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Présentation -> Présentation des humains -> Fiches Fantômes des Humains
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elie Waren

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 16:11 (2011)    Sujet du message: Elie Waren Répondre en citant

~Identité

Nom: Waren
Prénom: Elie
Sexe: Féminin
Age/date de naissance: 22 ans et 23 le 4 décembre


~ Mon caractère

Elie est une demoiselle qui sait ce qu'elle veut et se donne les moyens d'arriver à ses fins. Bien qu'elle soit d'une nature curieuse, certains points restent encore flous pour la demoiselle comme les sentiments dont : l'amour, la haine, même l'amitié, mais sa soif de savoir fait d'elle une parfaite commère comme une excellente apprentie, elle sait obéir c'est ce qu'elle fait de mieux d'ailleurs. A cela il faut ajouter un soupçon d'espièglerie, bien qu’elle soit assez fainéante. Maintenant que les grandes lignes sont dites voyons ceci en détail.

Miss Waren est une fainéante, à vrai dire il faut savoir la captiver pour obtenir quelque chose d’elle. Pour y parvenir vous pouvez utiliser deux méthodes: la première consiste à l'appâter avec de belles choses brillantes. Tout ce qui est beau et scintillent l'attire, cela peut aller de la parure de la vieille bourgeoise à la belle pomme rouge du marchand, en passant par la nouvelle épée du forgeron. Bien qu'elle ait un penchant pour les bijoux, ce qu'elle préfère ce sont les bagues et les bracelets, parce que ce n'est pas forcement ce qu'il y a de plus facile à voler ensuite c'est son côté coquette qui ressort, d'ailleurs elle n'hésite pas à les montrer en les portant. Ce qui est sûr c'est qu'elle n'a pas froid aux yeux. Si il faut bousculer un noble pour lui prendre sa bourse ou bien jouer les étourdies en tombants dans un stand et cacher quelques fruits ou sucrerie dans sa sacoche elle le fera c’est une véritable partie de plaisir pour la demoiselle. Mais cette détermination serre uniquement son intérêt.

Cette paresseuse n'a toujours pas bougé ? Comment elle n'a même pas regardé ce que vous lui présentez comme trésor ? Faites attention elle n'est peut-être pas très vieille, mais elle sait reconnaître du toc à ce qui peut valoir quelques Tsuris. Vous avez ni argent, ni de montre à lui donner, espérons que votre parole vaut de l'or.

Il est maintenant temps de parler de la seconde. Elle n'est pas très cultivée, alors elle est devenue curieuse de tout ce qui l'entoure : politique, religion, magie, sentiments et depuis peu sur ce que l'on nomme invocation. Si éviter des pigeons mécontents de s'être fait voler à des allures d'un jeu de course avec Elie, elle sait être calme et attentive quand on lui raconte des histoires fantastiques ou un enseignement quelconques. Il lui arrive même de poser des questions, parfois bêtes, parfois sans réponses, sur divers sujets. Son thème du moment c'est le monde. De quoi est-il fait ? Par qui est-il exactement peuplé et qu'est-ce que sont réellement ces invocations ? Autant de questions qu'elle se pose et qu'elle pose aux personnes avec qui elle converse, bien qu'elle n'ait pas une très bonne mémoire des noms et des visages. Mais si elle ne demande pas pourquoi la terre est ronde c'est les sentiments qui lui donnent pas mal de maux de tête. La compassion on lui a dit de ne pas y faire attention, l'amitié elle ne connaît pas plus que ça, elle est surtout habituée à obéir aux personnes qui représente pour elle un modèle, même si ce ne sont pas les meilleurs exemples à suivre et elle a donc du mal à discerner le bien du mal.

Mais la vie ne se résume pas à des échanges de services, il y a aussi les buts qu’on se fixe. Hormis son envie de richesse et de pouvoir, Elie souhaite assouvir sa curiosité, curiosité qui lui a valu bien des problèmes sans doute à cause de son côté trop naïve. Elle garde tout de même du répondant et est prête à jurer qu'elle a raison, même si elle est en tort et qu'elle le sait ! La rouquine n'accepte pas l'échec si jamais sa première tentative échoue, non, excusez-moi si son « premier essai n'est pas assez concluant », elle recommence et essayez de lui enlever une idée de la tête, j'aimerais bien voir ça, surtout qu'elle met du cœur à ce qu'elle fait d'ailleurs, elle rigole souvent pendant ses petites aventures et prend ces « petits défis de la vie » comme des jeux, en revanche elle ne se rend pas bien compte du danger et de la gravité de ses actes ou paroles selon les moments.

En somme, bien qu'elle soit assez fainéante dès qu'elle trouve de l'intérêt dans une affaire elle met tous les moyens à sa disposition pour réussir à obtenir ce qu'elle veut. Elle prend tout pour un jeu de ce fait si elle fait quelque chose c'est avec le sourire, ça l'amuse. Et c'est sans doute son côté optimiste ou son égo surdimensionné qui l’empêche d’accepter l'échec. Mais pour que sa curiosité soit rassasiée elle peut se laisser embarquer dans de sacrés histoires bien qu'elle utilise la fuite ou rejette la faute sur les autres pour se débarrasser de tous soupçons qui pourraient la mettre en danger, c'est pourquoi elle n'aime pas être contredit et ferait passer un mensonge pour la vérité.


~ Mon physique


La première chose que l’on peut remarquer chez Elie c’est sa flamboyante couleur de cheveux. Au milieu de ces têtes blondes et brunes il y avait la rouquine. Elle pouvait attirer la curiosité comme l’horreur chez certains passants. Elle ne se cachait pas pour autant au contraire, elle est très attentive à sa coiffure en attachant ses courts cheveux roux en deux petites couettes qui suivent sa démarche tantôt lasse, tantôt énergique selon les moments. Il lui arrive même de marcher à reculons pour ne pas quitter des yeux un objet ou une personne ayant piquait sa curiosité. Ses gros yeux verts scrutent la foule, ses fines lèvres rosées laissent bien souvent apparaître un sourire rempli de dents blanches ou laissent échapper un bâillement qui ne semble pas vouloir s’arrêter. Mais derrière ce fin visage aux traits angéliques, se cache une voleuse qui avec son fin petit nez flaire la bonne affaire. Si les passants la remarque sa couleur de cheveux, cela laisse le temps à ses fines mains de prendre quelques pièces dans les poches de ces derniers qui voient en la rousse qu’une chétif demoiselle aux formes plutôt honorables, ce qui lui permet de circuler avec plus de légèreté entre les gens.

Mais le bruit de ses bijoux lui fait souvent défaut. Les poignées chargés de bijoux en tous genres elle porte tout ce qu’elle vole c’est sa manière de se montrer coquette ainsi qu’une forme de richesse qu’elle exhibe à ses poignets ou ceux qu’elle porte à son cou. Si elle montre ses petits trésors c’est parce que la petite sacoche accroché à sa ceinture ne suffit pas et ses vêtements ne portent pas de poches non plus. La jeune femme n’est pas une adepte des décolletés, mais on ne peut pas dire que ses vêtements cachent beaucoup de peau. Son haut ressemble plus à un cache poitrine et sa jupe est un simple agencement bien réfléchi de tissus et pour éviter de montrer quoique ce soit en se baissant elle porte à sa taille une peau de bête.


~ Ma vie

Famille:
Mon père ? C'était un boss ! C'est lui qui m'a tout appris avec mes deux frères, deux vrais fripouilles qui s'amusent de leur situation, j'en ferais autant si j'avais un jumeaux et ma mère ? Bof elle doit être encore dans la cuisine à crier sur la marmite.
Mais je n'ai pas encore pu les revoir depuis que je suis partie.


Histoire:


L’histoire d’une personne peut être intéressante ou non, tout dépend du moment où l’on s’y intéresse. Savoir que Elie a perdu sa première dent à trois ans, qu’elle a volé sa première pommes à six et jusqu’à l’âge de dix ans elle ne pouvait pas dormir toute seule est-ce vraiment important ? Non, nous sommes d’accord. Pour entrer dans le vif du sujet il faut savoir que chez les Waren le vole est une pratique courante. Les jumeaux, les aînés de la famille, ont dès leur plus jeune âge appris à voler et leur situation leur donnait l’avantage de se moquer de leur pigeon avant de lui faire les poches. Elie, elle, aurait dû rester à la maison à faire ses corvées comme une bonne petite femme, mais ça elle s’en moquait pas mal et elle préférait rejoindre ses frères et son père, pour apprendre, elle aussi, à se débrouiller toute seule et ainsi à ne pas devoir dépendre d’un mari plus tard.
Tantôt elle faisait la manche, tantôt elle était dans le marché en train de se faufiler entre les passants et se servir dans leur poche. Cette famille où voler et synonyme d’amusement et de rentes quotidiennes, Elie la voyait plus comme une bande de copains qui avaient des liens de sang. Son père était son exemple par sa position de leader de ce petit groupe quant à sa mère ce n’était que la cuisinière, bonne à crier surtout et à nourrir les estomacs. Elie et ses frères faisaient tout ensemble, ils mangeaient ensemble, dormaient ensemble, se baignaient ensemble, volaient ensemble et ce qu’ils préféraient le plus étaient d’aller à la place de leur village pour écouter les histoires des vagabonds. Ils écoutaient très attentivement ce qu’ils leur étaient conté et ils s’imaginaient le spectacle que pouvait offrir le Lac des Astres la nuit avec ses lucioles, ils frissonnaient à l’idée d’une escapade dans la Plaine Glacée. Mais l’imagination ne suffisait plus à ces gamins qui voulaient : voir, découvrir d’eux même ces lieux tant de fois cités. C’est à l’âge de dix-sept ans que Elie décida d’assouvir sa soif d’aventure, elle fit son sac avec de quoi tenir jusqu’au prochain village, quelques vêtements de rechanges, des pièces et surtout des rêves plein la tête.

Elle allait de village en village comme un chien errant qui n’a aucune attache aux endroits qu’il visite. En réalité son voyage qu’elle pensait si palpitant se relevait être une simple ballade. Les journées de la jeune fille se résumaient en quelques mots : flâner, voler, dormir et repartir quand elle le voulait. Ce n’était pas l’aventure qu’elle souhaitait vivre, mais elle était bien déterminée à en vivre et hors de question de rentrer. Même si elle attendait qu’un événement digne de ce nom pointe le bout de son nez Elie devait gagner un peu d’argent pour pouvoir prendre une chambre à la taverne, être entrée en douce dans une chambre au mauvais moment lui avait suffi et elle s’était jurée de ne plus recommencer.

Cette fois-ci elle avait décidé de changer, plutôt que de faire les poches aux passants elle voulait jouer aux cartes. Elie alla à la place du village, ça tombait bien le marché n’était pas encore fini, elle y installa son « stand » et à défaut d’avoir une table une pile de cage surmontait d’un planche ferait l’affaire. En mélangeant les cartes elle essayait de parler aussi fort que la poissonnière à l’autre bout du marché pour ramener du monde autour d’elle. Le jeu était simple. Le joueur mise une somme et pour en obtenir le double il devait retrouver le roi entre trois cartes retournaient. Ce fut d’abord une personne qui s’approcha de la rouquine pour regarder, puis une autre qui se demandait ce qui se passé et c’est comme ça qu’une petite foule était autour d’elle. Bien qu’il y ait du bruit avec ces curieux, elle percevait de plus en plus distinctement le son divin des pièces s’entrechoquer au rythme de la marche d’un homme qui s’approcher d’elle. Bien qu’il ait une carrure assez imposante et une arme à sa hanche, il avait un on ne sait quoi qui lui donnait un air malsain.
Mais que ce soit une personne fréquentable ou non il n’y avait pas de problème pour la rouquine tant qu’il avait de quoi jouer. Elie avait du mal à refermer la bouche quand elle vit l’énorme bourse que l’homme venait de sortir, elle touchait le jackpot ! Avec toutes les pièces qu’il devait y avoir à l’intérieur en plus d’une chambre, elle pourrait se payer une tranche de viande, le meilleur morceau sans doute ! Mais elle sortit de sa rêverie, quand ce petit trésor disparu de ses yeux pour qu’un second homme, plus frêle, mais lui aussi armé, prenne le paquet de pièces et s’adresse au futur pigeon de la demoiselle.

« - Mais t’es malade ! Dode va nous tuer !
- Arrêtes de brailler comme une vieille ! Et Dode n’en saura rien ! Pour qui il se prend au juste à me donner des ordres comme si …, il fut coupé
-Comme si c’était notre chef ? C’est son second abrutit !
- Je suis pas le chien de môssieur Dode ! Il veut son argent il avait cas aller se le chercher lui-même ! En attendant moi je prends ma part !
-Mais ne mise pas tout au moins ! »

La partie allée pourvoir commencer quand l’imposante masse de muscle reprit la bourse pour en parier une partie avant de pousser l’homme qui l’avait coupé dans sa quête de l’argent facile. Pour Elie argent propre ou non ou bien celui du parieur ou d’un autre ça revenait au même : cette bourse serait entièrement à elle ! Parole de rousse ! Pour le premier tour elle le laissa gagner et plutôt que de suivre le conseil de son camarade et d’arrêter le jeu maintenant il gonfla la mise. Cet homme était aussi imposant que avide d’argent, il se sentait suffisamment fort et intelligent pour réussir un nouveau coup, il avait surtout ce sentiment de puissance grâce à quelques phrases flatteuses de la part d’Elie qui sonnaient aussi comme un défi. Il gagna une nouvelle fois. Et cette fois-ci c’est Elie qui parla en première, avant que l’autre homme ne lui redonne la raison.

« - Mais vous allez me mettre sur la paille si ça continue ! Je mise tout ce que j’ai c’est l’équivalent de votre bourse en entière … A moins qu’il ne faille écouter l’ordre du capitaine rabat-joie qui vous accompagne ? »

Elle avait touché une corde sensible en parlant d’ordre. Il n’avait même pas cherché à voir ce que possédé Elie, c’est-à-dire rien, qu’il posa sa bourse en entière sur la table improvisé d’Elie. Ça la faisait doucement rire quel nigaud, je vous jure. Ce tour-là, pendant qu’elle mélangeait les trois cartes sur la table elle échangea subtilement le roi par une autre carte, il ne valait mieux pas tenter le diable ces hommes avaient de l’argent mais ils étaient armés. Voir la tête de cet homme imposant se décomposer et regarder Elie rangeait tout cet argent, qui n’était même pas le sien, lui donna des envies de meurtres et le « capitaine rabat-joie » qui en rajoutait une couche avec ses « je te l’avais dit ! Il va nous tuer et ce n’est pas du figurer cette fois ! Pour de bon ! ». Un excès de colère du parieur le fit dégainer son arme et par la même occasion renverser la planche qui servait de table avec les trois cartes retournées par terre et montrer au grand jour la supercherie de l’adolescente. Tout c’était passé très vite, trop vite même, sinon il y avait longtemps que la demoiselle se serait éclipsée. Ils n’étaient pas très contents ces deux messieurs, armés de leur sabre ils s’approchaient lentement d’Elie avec un air menaçant devant la foule qui s’écartait lorsqu’il sentait leur aura meurtrière. La rousse recula d’un pas pour ensuite pointé au loin : du vide en criant : « LES MILICIENS ! ». L’effet fut immédiat et tout le monde, y compris les deux hommes, se retournèrent prêt à fuir devant les représentants de la loi, Elie, elle, se faufilait entre les promeneurs pour ensuite se cacher dans la masse compacte qu’il y avait au marché en cachant ses cheveux flamboyant. Oh qu’elle était fière de son coup.

Le soir tombé elle s’était fait plaisir et honnêtement en plus ! Elle avait pris une belle chambre et mangé une bonne viande, que demandait de plus ? Si ce n’est que l’homme qui venait tout juste d’enfoncer son épée dans l’assiette d’Elie ne la retire et daigne s’excuser. Avant qu’elle ne puisse ne serait-ce que dire un mot elle sentit deux grosses mains lui compresser les épaules et l’empêcher de se lever et quand elle leva la tête pour dire ses quatre vérités à la grosse brute qui la tenait, elle resta bouche bée en reconnaissant l’homme qu’elle avait arnaqué plutôt dans l’après-midi toujours accompagné du « capitaine rabat-joie ». Avant qu’elle n’invente une excuse pour expliquer ce « malheur mal entendu », l’homme qui avait tantôt planté sa lame dans sa viande la retira et l’essuya pour ensuite la ranger. Il avait plus de charisme que l’autre et son acolyte et surtout ne manquer pas d’air à prendre l’assiette de la rousse et la mangeait devant elle.

« - A ce que je vois tu reconnais cet imbécile vu ta tête.
-Oui, mais vous êtes en train de manger ma viande !
-Que tu as payé avec MON argent ! Que TU dois me rembourser !
-Mais …
-Je m’en moque de ton père de ta mère de toute ta famille d’ailleurs, t’as une dette envers mois alors estime toi heureuse d’encore respirer ! Tu vas nous accompagner à moins que tu aies de quoi me rembourser là, maintenant sur toi.
- … Non
-Bien ! Alors avec ses deux autres idiots vous serez mes larbins et la chambre que t’as payé c’est moi qui y dormirait, vous trois débrouillez-vous, mais si vous essayez de vous en allez je vous tuerais. »

C’était lui ce Dode. Il avait englouti sa viande, pris sa chambre et il faisait d’elle son « larbin » … Bizarrement elle n’avait pas voulu répondre, ni même essayer de s’enfuir, si il avait réussi à la retrouver dans ce village alors qu’elle était seule, imaginez-vous un peu le résultat avec deux boulets aux pieds, en fait il n’était pas du genre à rigolait le second du chef et cela se voyait.

C’est ainsi qu’elle fit partie d’une bande de brigand, sans foi ni loi et qui n’hésitait pas à utiliser la force. Elie, elle, avait bien mérité son titre de larbin, elle se faisait appeler avec les deux autres hommes parfois en pleins milieu de la nuit parce que môssieur voulait manger une pâtisserie, voulait boire un vin précis, bien sur aucun des trois n’osaient discuter les ordres, aussi stupides soient-ils et encore moins demander pourquoi. Ils le savaient tous les trois, c’était pour ne plus oublier qui commande. Mais ces petites missions nocturnes étaient amusantes pour la demoiselle qui avait sympathisé avec les deux hommes dans la même galère qu’elle. Hors de questions d’aller payer toutes ces demandes. Tous les trois étaient des voleurs et des brigands, ils se servaient voilà tout. Pendant que le plus frêle des deux hommes faisait le guet, l’autre aider Elie à se faufiler par des fenêtres trop hautes pour elle et qu’elle puisse aller chercher ce dont ils ont besoins, par la même occasion la rousse se servait et cette fois ne pensait qu’à sa petite personne. Si la nuit Dode avait le droit de leur demander ce qu’il voulait la journée aussi, que ce soit porté ses affaires pour ne pas fatiguer son cheval ou de s’occuper de l’animale. Pourtant il leur laisser ce plaisir de participer aux pillages, alors que les hommes se battaient et tuaient, Elie elle ne touchait aucune arme, c’était une véritable profiteuse et si une personne la surprenait à voler elle se faisait passer pour une pauvre victime qui essayait de sauver les derniers bien qui lui restait. Elle attendait que la personne se retourne et l’assommait avec ce qu’elle avait sous la main pour reprendre son travail. Elle se plaisait bien dans cette bande, elle avait trouvé des gens qui faisaient comme elle et avec qui elle pouvait jouer. C’était devenu de véritables compagnons et non plus de simples personnes qu’elle accompagnait. Bien que sa dette fût épongée elle les suivait, même lorsque Dode mourut. Tous les deux n’étaient pas amis, pas ennemis, ils entretenaient juste une relation de chef avec son subalterne rien de plus. Pourtant elle avait l’impression de perdre quelque chose au fond d’elle. C’était tout de même grâce à lui qu’elle vivait enfin les aventures qu’elle était partie chercher.

Mais un chef comme Drake ne pouvait pas gérer tout seul cette joyeuse bande à la recherche d’or il y eut un successeur à Dode : une femme. Elie avait entendu son nom être dit un bon nombre de fois et à chaque fois elle se dit qu’elle n’avait pas intérêt à traîner dans les pattes de cette femme. Plusieurs rumeurs aussi terrifiantes que loufoques pouvaient circuler sur elle, à propos de ses origines : qu’en réalité c’était une mendiante, qu’elle faisait partie d’une troupe de troubadour, ou encore une possible relation avec le chef, rien n’était sûr, mais c’était amusant à entendre. Enfin en plus d’un nouveau second ils avaient un nouvel horizon : la mer. Après être craint sur terre c’est l’eau qui allait trembler ! Elie comme tout le monde d’ailleurs ne cacha pas son étonnement face à l’Atropos un immense bateau. Elle se voyait déjà en train de grimper dans les cordages, piller des bateaux de marchandises et lorsque Drake leur annonça qu’il était maintenant capitaine et non plus un chef. Elie avait rejoint les applaudissements et hurlements qui témoignaient de la joie de ce nouvel équipage. Bien trop curieuse et heureuse elle courut jusqu’au bateau pour le regarder de plus près. Il était grand imposant et surtout synonyme de futur conquête et richesse. Cinq ans s’écoulèrent, tout l’équipage était maintenant bien rodé pour ce qui est de la conquête des mers. Elie s’amusait comme une folle, le temps lui semblait passer à une vitesse folle. Cette jeune fille qui avait rejoint la bande de brigands malgré elle à l’âge de 17 ans était toujours aussi farceuse qu’à ses débuts dans l’équipage. Sa nouvelle vie sur l’eau lui plaisait énormément. Elle était toujours en train de grimper partout elle avait fait du poste de veilleur le sien, elle y faisait sa sieste sans être dérange avec des corvées comme le nettoyage et puis son perchoirs elle l’adorait.

Même si les pillages en mer avaient leur lot de bonnes et mauvaises surprises, la terre gardait encore des richesses, on ne parle pas d’or cette fois-ci, mais du pouvoir et de la force : les invocations. L’équipage fit une halte sur la terre ferme pour pouvoir monter un groupe d’hommes qui irait leur apporter un de ces demi-dieux.
Elie voulait faire partie dans l’aventure. Une invocation, une vrai de vrai, juste faire le voyage et voir des paysages qui lui étaient encore inconnue lui avait donné envie. Si en plus elle avait la chance d’avoir sa propre invocation la motivait encore plus. Elle avait juste oublié un détail : le combat. Elie a toujours usé de la naïveté des gens, en les trompant et elle ne portait de coups seulement pour les assommer, à l’inverse de tous ces compagnons, dont certains sont armés jusqu’aux dents. Pour être sûr qu’elle ne soit pas un boulet pour les autres, on lui avait conseillée de rester à la planque en attendant qu’ils récupèrent une invocation avec ceux qui ne participaient pas. Après une grande discussion avec ses deux acolytes ils la dissuadèrent de ne pas y aller, du moins pas maintenant. Pour être sûr de faire partie du prochain groupe, car pour Elie c’était clair: une fois que tout le monde aura vu une véritable invocation chacun en voudra une et ils partiront à leur recherche, alors elle s’entraîna. Enfin elle essayait, elle était encore loin de réussir à magner, il lui faudrait encore beaucoup d’entraînements.
Enfin il y eut le jour du retour. Elie était en train de jouer aux cartes avec le reste, toujours avec un petit pour rendre le jeu plus intéressant et des coups bas pour ne pas déranger ses habitudes. Quand la porte se poussa un immense sourire illumina son visage, elle était prête à sortir pour admirer la merveille qui leur apporterait gloire et pouvoir. Elle se figea en voyant Edvah toute tâchée sur le pas de la porte et le corps de Drake rouge sang. Qu’est-ce qui c’était passé ? Ils n’étaient pas beaucoup, à peine une dizaine d’homme, c’était bien peu comparé au groupe important qu’ils étaient au départ. Pendant qu’Edvah s’occuper du chef à part, les rescapés racontaient leur mésaventure. Elie écoutait très captivée par ceux qu’ils disaient et si jamais elle n’entendait pas elle n’hésitait pas à menacer les perturbateurs avec son petit couteau, prête à couper la langue au prochain qui interromprait le récit. Elie était devenue nostalgique et repenser à son village et ses frangins. Les visages s’assombrirent et un court, silence s’installa quand ils allaient entrer dans le vif du sujet. Elie,elle, s’impatientait et réclamaient la suite.

« - Tout c’était bien passé y a eut des attaques choses normales et comme d’habitude on gagnait ! Et puis … Il a commençait à faire chaud ce qui nous rendez plus faible et les attaques de Zuhu ne semblaient pas vouloir s’arrêter.
-C'est quoi des Zuhu ?
-C’est des sales volailles avec un bec qui ressemble plus à une mâchoire qui peut déchirer tout ce qui trouve … C’est à cause d’attaques répétés de ces bestioles qu’on a perdu plus de la moitié de nos hommes et maintenant le capitaine.
-Donc tout le reste est mort dans ce désert ?
- A l’heure qu’il est ils doivent tous l’être…»

Un silence de plus et encore plus pensant que le précédent commençait à s’installer, tout le monde savait ce que voulait dire cette dernière phrase. Avant même que quelqu’un ne reprenne la parole c’était comme si un éclair était passait devant eux pour sortir en claquant la porte. Tout le monde se précipita vers la chambre où se trouvait Drake maintenant mort. Elie poussait les gros bras qui l’empêchaient de voir le défunt capitaine, il était là allongé sans aucune vie, pourtant personne n’osait s’approcher de lui. Pour Elie c’était suffisant elle n’allait pas rester toute la nuit à regarder un mort et préféra rejoindre son lit.

Le lendemain tout le monde était sur les nerfs, après avoir entendu la vérité sur ce qui s’était passée au désert, certain parlait de mutineries, d’autre de faire payer la blonde et il y en avait comme Elie qui n’avait pas d’avis. Tout le monde était prévenu : ce voyage ne serait pas une ballade et mourir était un risque à prendre. La seconde, maintenant capitaine en toute logique, leur annonça qu’elle quittait le groupe et sans explication en plus s’en alla. Plus de capitaine, plus de second et un immense bateau sur les bras, certain se proposait comme nouveau capitaine pour qu’un autre réponde par un « non » catégorique et se propose à son tour. Elie regardait tout ce petite monde s’agitait, elle n’avait pas la carrure ni l’envie de commandait des grosses brutes qui ne se laisseraient pas facilement dirigeaient par une petite jeune comme elle et puis une capitaine qui sait à peine se battre c’est assez ridicule. Enfin après une grosse bagarre à coups de poings, de pieds et de chaises, les esprits se calmèrent un peu et ils purent enfin réfléchir à ce qu’ils allaient faire maintenant. La bande n’existait plus de toute manière, alors ils essayaient de s’organiser tant bien que mal pour ranger le bateau à l’abri des regards. Déplacer en sous-effectif ce navire n'avait pas été évident même pour ces matelots, le plus difficile était de trouver l’endroit idéal pour placer le bateau, une grotte avait bien fait l’affaire. Il leur a fallu au moins une bonne semaine pour que l’Atropos arrive à bon port, entre la recherche de la cachette parfaite, les manœuvres à effectuer et surtout les bagarres incessantes pour savoir qui tiendrait la barre. Une fois le bateau bien rangé, ils se séparèrent et pour Elie commença une véritable course contre la montre. Il lui fallait une invocation et trouver la seule personne capable de diriger un équipage convenablement et son choix se porta immédiate sur l’ancienne seconde, elle avait le mentale pour accomplir cette tâche. Il était hors de question pour Elie de renoncer à un rêve aussi ambitieux que celui de la conquête des eaux.


~ Autres choses ?

Métier: Voleuse ou arnaqueuse et futur pirate
Signes particuliers: ///
Rêve, ambition: La richesse, le pouvoir et des connaissances, ça me semble être suffisant.


~ Hors jeu

Comment avez vous découvert ce forum? Deuxième compte !
Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? Toujours aussi bien
Comment trouvez vous le design de ce forum? T’as mis la barre haute cette fois Ariez ! Il est tout simplement magnifique.
Avez vous lu le règlement? [Ok]
Avez vous vu le tchat? Ouep !
Savez vous comment voter pour le forum? Ouep !


Dernière édition par Elie Waren le Lun 15 Aoû - 00:09 (2011); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 16:11 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Edvah

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 07:39 (2011)    Sujet du message: Elie Waren Répondre en citant

Salut Elie =)
J'ai survolé ta fiche, ayant déjà eut ton caractère en avant première et si je puis me permettre de faire un commentaire avant qu'Ariez ne passe : Il manque pleins de mots =S
Je pense qu'il suffira de te relire (après il y a sans doute des fautes mais je ne suis pas très forte pour les trouver).
Et je trouve que la fin de ton histoire est bâclée. On ne comprend pas où tu vas, qui est l'homme que tu arnaques ? (Drake ?) J'ai compris en partie parce que je suis au courant mais je pense que le "commun des mortels" ne suivra pas correctement le parcours de ton personnage =)

Donc si j'étais toi, je pense que j'essayerais de peaufiner un peu tout ça, après Ariez ne sera peut-être pas de mon avis =)
Bonne journée ! =D
Revenir en haut
Elie Waren

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 11:18 (2011)    Sujet du message: Elie Waren Répondre en citant

Merci pour les remarques je vais me relire et essayer de corriger ça.

Pour l'histoire j’ai enlevé la dernière partie à propos de l'équipage ... C'est vrai que ce n'est pas très clair donc je re-travail ça et je te le montre avant ^^
Revenir en haut
Edvah

Hors ligne





MessagePosté le: Lun 15 Aoû - 12:41 (2011)    Sujet du message: Elie Waren Répondre en citant

Bon, et bien je pense que tout est correct =)
Elie, tu es donc validée. Il faudra attendre le passage d'Ariez pour avoir ta couleur néanmoins ^^
Bon jeu
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:19 (2016)    Sujet du message: Elie Waren

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Présentation -> Présentation des humains -> Fiches Fantômes des Humains Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com