Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
La falaise d'Hikorzik
Aller à la page: <  1, 2
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Corbeille -> RPs supprimés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vhimes

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 4 Fév - 14:01 (2009)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

[ Dsl' pour les ptits details en fait j'ai bien lu mais j'me disai qu'assis ou allongé on pouvait dire que tu dormais Encore dsl jle ferai plus Grosse Roche ^.ç]



Enfin arrivé .....
L'invocation venait de lui confirmer qu'elle était desormais sous ses ordres. Vhimes était très heureux ses efforts était récompensé et il avait su traverser cette épreuve pour une bonne raison une invocation.
En fin de compte le Golem même s'il ne manisfestait pas une joie débordante semblait heureux. Aprés tout qui ne pouvait pas être satisfait de sortir et gouter à la liberté aprés plusieurs années d'enfermement dans ce Temple. Vhimes semblait même tres satisfait car le Golem lui avait confié pouvoir se téléporter. Il voyait déja en lui un puissant mage aux pouvoirs exceptionnel, il le voyait pouvoir bruler des forêt, glacer des lacs, faire apparaître des tempetes et pourquoi pas même fabriquer de l'or... Vhimes était peut être un peu trop confiant en ce qui concerne les pouvoirs magiques de son invocation. Mais il était heureux un peu de compagnie lui serait bénefique ainsi il s'avanca vers le Golem qui lui proposa de monter sur lui. Il lui serra la mains (enfin un bout du doigt) et grimpa prêt a se faire ami avec son compagnon. Car avec le temps qu'ils allaient passer ensemble autant être en de bon termes avec son invocation. Et il n'y avait pas de raison pour que sa se passe mal. Vhimes était sur la main Hikorzik et lui dit:


Eh bien Merci Hiko' je t'appelerais Hiko' si cela ne te dérange pas. Je voulais savoir un peu comment marche la relation entre un homme et son invocation car je n'en ai jamais eu Et je suis fier que tu sois ma premiere invocation ;-). Doit on rester toujours ensemble ou vit tu a pars et je t'apel quand j'ai besoin de toi ? ...
Tiens pour formaliser notre rencontre je tiens a t'offrir ceci.

Vhimes tendit a Hiko' un petit médaille en or comme lui même en possedait une autour du cou. Il n'en possédait que deux comme celle la et y accordait une tres grande importance

Par contre maintenant va falloir trouvé un fil assez grand pour te l'attacher autour du cou. Et sa c'est un vrai problème.






Voici l'amulette remise a Hiko' (le fil d'or etant bien sur trop court pour l'invocation)
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mer 4 Fév - 14:01 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hikorzik

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 4 Fév - 14:47 (2009)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

[ J'suis pas gros Pis j't'ai rien confié, j'ai dit qu'on pouvait s'téléporter, en plus . ]

Vhimes serra un doigt d'Hikorzik. Il ne comprit pas tellement pourquoi et se dit que c'était surement une coutume humaine. Il monta finalement sur la main d'Hikorzik, et celui ci le déposa sur sa corne, comme il le faisait avec Tira.
De cet endroit, Vhimes pouvait bien voir de loin. Même si dans cette salle, en fait, il n'y avait pas tellement de chose à voir, et certainement pas de loin . Du haut de son promontoire, l'invocateur annonça à Hikorzik qu'il allait l'appeler par un diminutif : Hiko' . Il demanda aussi si il était obligé qu'ils vivent ensemble ou si Hikorzik devait rester dans un endroit seul et laisser Vhimes l'appeler uniquement quand il en avait besoin . Le géant fut tenter de mentir et de dire à son invocateur qu'il était obligé de le garder en permanence auprès de lui, mais il n'en eut pas le courage .
Il dit donc :

" C'est toi qui décide. Maintenant que tu es mon maitre, je t'appartient et c'est à toi de décider si tu préfère que je reste avec toi ou si je reste ici à attendre que tu ai besoin de moi. "

Hikorzik commença à avancer. Pour lui, le sentier boueux n'était guère plus profond qu'un chemin normal et pas très long.
En quelques enjambées, ils arrivèrent devant la falaise. Hikorzik, qui s'apprêtait à sauter, dit à son maitre de s'accrocher fermement, car la descente, et surtout l'atterrissage, serait assez violent. Après s'être assurer que Vhimes était en sécurité, il sauta.
Il arrivèrent en bas en quelques secondes, après une chute de 4 mètres . Hikorzik, une fois en bas, plia les genoux pour amortir le choc. Le dernier saut en date qu'il avait fait avait déjà virer une bonne moitié de la boue, et ce saut acheva de virer la boue hors de l'emplacement prévu. Hikorzik en avait de nouveau sur ses jambes, alors qu'il n'avait fini de se débarrasser de la dernière fournée qu'il n'y a pas longtemps. Il se frotta donc sommairement les jambes pour virer un maximum de boue. De toute manière, une fois qu'elle sera sèche, elle partira plus facilement.
Au rez de chaussée, il était possible à Hikorzik d'être debout sans se baisser. Il massa une seconde ou deux son petit cou, puis Vhimes reprit la parole. Il lui offrait un petit médaillon en or. Comme il lui était impossible d'apercevoir le cadeau puisque son maitre était au dessus de sa tête, Hikorzik tendit la main et récupéra le petit médaillon. Il le contempla quelques secondes. Il y avait de l'or dans certaines montagnes. Il y en avait aussi dans les rivières.
Hikorzik, plongé dans ses pensées, ferma les yeux quelques secondes. Il fut ramener à la réalité par Vhimes, qui faisait remarquer à son invocation un problème de taille : son médaillon était trop petit pour se mettre au cou du géant. Ce même géant eu donc l'idée de le mettre sur sa corne. La ficelle était juste assez grande pour passer jusqu'à un peut moins de la moitié de la corne .

" Et voilà ! Ça passe ! Merci beaucoup pour ce cadeau. "

Ensuite, Hikorzik entreprit de sortir du temple. Il du rester cabré pendant la traversée de certains couloirs, alors qu'à d'autres, il passait largement.
Décidément, ces temples étaient vraiment bizarres.
Une fois dehors, Hikorzik s'étira et respira un grand coup. Il était bien, à l'extérieur. Dans la salle sans place du temple qu'il avait reçue, il se sentait confiné. Ici, il était bien et tout, même si il dépendait maintenant d'un humain. Il demanda d'ailleurs à son maitre où souhaitait-il aller. Vhimes lui répondit qu'il désirait aller à la ville.
Suivant les ordres de son maitre, Hikorzik choisit de se téléporter. C'était la première fois qu'il utilisait ce pouvoir depuis un temps considérable, il n'était plus sûr de bien savoir l'utiliser. Il ouvrit un portail, choisit sa destination et passa ensuite à l'intérieur. La seconde d'après, ils étaient à Lüh .
Revenir en haut
Vhimes

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 8 Fév - 12:35 (2009)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Hiko' venait d'enfiler le médaillon autour de sa corne situé au sommet de sa tête. Vhimes espérait que ce présent serait une sorte de contrat qui signifierais un accord entre lui même et sa nouvelle invocation. Il tenait énormement à ce médaillon et il lui avait confié sans la moindre hésitation, preuve de sa confiance en Hikorzik.

Aprés être enfin sortis du Temple le golem profita de sa nouvelle liberté et Vhimes lui même avouait qu'il preferait être dehors a l'air libre que dans ce Temple aux milliers de salles. Il respectait la patience de son invocation qui avait su rester ici tant d'années. Même s'il le soupçonnait d'être un gros dormeur...

Aprés avoir réflechit un moment pour connaître leur destination Vhimes decida d'utiliser la téléportation de son invocation pour rejoindre la ville de Lüh. Vhimes voulait faire visiter a son nouvel ami sa petite maison dans la capitale (maison qu'il voulait changer d'ailleurs) ainsi ils pourraient faire plus ample connaissance...
Revenir en haut
Hikorzik

Hors ligne





MessagePosté le: Jeu 8 Juil - 21:22 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Une fois encore, Hikorzik était de retour dans son exiguë prison de roche. Il avait passé un temps inimaginable pour un homme dans cet endroit, temps qui n'était pourtant rien face à l'éternité qu'était son existence. Cette cellule, qui fut tout d'abord, synonyme d'ennui long de milliers d'années, puis, lors de son second passage, un calvaire. Ce présent passage, après avoir re-goûté à la liberté, lui donnait comme un sentiment de lassitude. Les humains étaient si éphémères, si fragiles... Du haut de son immortalité, il verrait très certainement naitre et mourir des milliers de maitres, tous différents, avant que les dieux, si ils revenaient, ne décident de lever la sentence. Il fallait s'y faire...

Étant apparut au bas de sa falaise, il entreprit de l'escalader, ce qui fut vite fait vu sa taille. Il passa sans ciller le long et profond couloir de boue, se salissant à peine, puis se laissa tomber sur le sol dur, faisant trembler violemment la salle dans laquelle il était. Il était assis, les pieds trempant encore un peu dans la boue, la tête penchée. Comme s'il avait cherché à imité le réflexe humain qu'était de se gratter, il porta une main molle vers sa corne, qui rencontra une légère résistance : c'était la chaine d'or que son maitre précédant lui avait offert. Il détacha le chainon délicatement, ce qui lui prit un temps fou avec ses gros doigts, puis il l'observa un moment, partagé entre le regret et la colère. Ce fit la colère qui l'emporta. Il referma son gros poing sur l'objet et le balança violemment vers le vide, de l'autre côté du chemin. elle s'écrasa sur les pics qui constituaient le bas de la falaise, très abimés par les multiples passages du géant.

Il avait cru pouvoir s'adapter, apprécier tous les humains, quels qu'ils soient... Mais il n'avait pas fait le malheur d'une tripotée d'humains pour rien ! Vhymes était un prospecteur, un destructeur de la pierre, un pilleur de la richesse des montagnes. Lorsqu'il avait pu accompagner Vhymes, il avait tout de suite détesté les évènements. La personne était pourtant sympathique, mais son métier le révulsait... Il avait voulu, il avait essayé de s'adapter... Mais il ne pouvait accepter qu'on pille devant ses yeux ce qui était son trésor. Il avait tout fait pour devenir invivable aux yeux de son maitre, qui l'avait renvoyé ici.

Était-ce vraiment nécessaire ? Après tout, il n'allait pas changer de métier pour une invocation, c'était absurde ! Et puis le prix à payer était tellement lourd...

Pensant avoir à supporter de nouveau la captivité durant un long moment, Hikorzik roula sur le ventre, se traina sur quelques mètres pour que ses pieds ne trainent plus dans la boue... Et resta dans cette position, couché sur le sol, tel la roche qui reste, inébranlable, au même endroit pour toute leur vie...

____________________________________________________________________________________

[J'ajoute le texte du premier post, pour faire un récap' !]

Dans la multitude de salles de ce temple de la terre se trouvait celle d'Hikorzik . Au fin fond d'un couloir sombre .
Sur la porte, il y avait deux grosses bosses, comme si un géant avait donné deux coup de poing dans la porte et c'était acharné pendant des heures au même endroit sans jamais parvenir à percer la porte ou à la défoncer . Et il y avait mit toute sa force, ce cher Hikorzik . Mais elle était tellement ridicule, par rapport à celle qu'il avait pu avoir dans le passé ...
Il aurait été capable de déplacer des montagne ... Et pas au sens figuré . Enfin, devant cet échec, il avait entretenu sa cellule de manière à ce que n'importe qui ne puisse pas venir le chercher .
Il avait prit des centaines d'années pour ça, alors qu'il ne lui aurait fallu que d'une heure ou deux dans le passé ... Ah, le passé, il préférait ne pas en parler . M'enfin, de toute manière, y a personne à qui parler ici . Mais ça ne le gênait pas tant que ça, en fait .
Enfin, il avait préparé son épreuve . Si on ouvre la porte, on voit un gigantesque mur de pierre . Il semble avoir été fait en trois parties : Une partie, à gauche, avec de grosses cavités facilement accessible pour les mains et les pieds; une partie, au milieux, complètement lisse, sans aucune cavité, qui avait était faite pour séparer la droite de la gauche, certainement; et enfin la partie de droite, avec de toute petites cavité où il est difficile de mettre les mains et les pieds, mais qui sont en plus grand nombre que sur la partie de gauche . Au milieux, il est noté : "Le chemin le plus difficile n'est pas toujours celui que l'on croit ." .
Cette écriture est gravée dans la roche . La poudre juste en dessous témoigne du nombre d'os d'humain utilisés pour l'écrire . Oui car il y a beaucoup d'os d'humains en bas, qui se sont fracasser contre le sol après une chute . Le sol était boueux, pour que même si on tombe de tout en haut, on ne meurt pas car il y a une grande épaisseur de boue, et celle ci est très malléable . L'épreuve avait surement été changée car plus personne ne venait à cause de la difficulté de l'épreuve .
Mais en fait, cet histoire de mur plus dur toussa, c'est du baratin . C'est juste histoire de voir lequel lui conviendrait le mieux selon tout un tas de critère comme le courage ou la volonté . Le mur fait 10 mètres de haut en tout . Si l'humain qui est là lui convient, il attendra qu'il monte et si celui ci se casse la tronche, il sautera dans le vide pour le rattraper et ainsi le sauver . Ensuite, il faut passer par un chemin très large et rectiligne . Arrivé environ à la moitié du chemin, celui ci devient boueux . Très boueux . Cette boue putride vous demande d'être très ... Endurant, car non seulement ce passage est long, mais en plus, il y a assez de profondeur pour qu'un humain de taille normale s'y enfonce pratiquement jusqu'au genoux .
Et lui en attendant, il est plongé dans un état de torpeur, attendant qu'un humain veuille bien pointer le bout de son nez ...
Revenir en haut
Akihito

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 9 Juil - 02:48 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Par un beau jour d'été Akihito se promenait dans la forêt à la recherche de petits monstres à tuer, mais lorsqu'il vit le grand temple de la terre, il ne put s'empêcher d'y aller. Il était toujours en quête d'une invocation et espérait que ce soit son jour de chance. Avant d'y aller il se prépara mentalement, bien que ce ne soit pas vraiment cela qu'il fit, il ne fit qu'inventer une histoire de chevaliers qui se battaient pour leur royaume.

*Assis dans un fauteuil d'or, le roi mangeait des raisins qu'on lui mettait directement dans la bouche. Bien que les chevaliers détestaient ce roi fainéant, ils se battaient pour les personnes dans ce royaume. C'était de valeureux chevaliers, ils avaient de chevaux en armures, de grands sabres et une belle armure. Dans ce monde, il n'y a pas qu'un seul village, il y en a plein, des dizaines. Ils se battent les uns contres les autres pour avoir du pouvoir, pour pouvoir aller n'importe où et pour avoir plus d'argents. Pour l'instant, ce royaume était le deuxième plus puissant, il allait y avoir une guerre bientôt. Elle sera situé à mi chemin entre les deux villes, les deux rois l'appellent ''La dernière guerre'' puisque par la suite, aucuns des deux châteaux avaient l'intention de continuer à se battre, surtout celui qui perdrait. Les chevaliers étaient à leur dernier banquet avant la guerre, ils buvaient modérément, pour ne pas avoir la gueule de bois lors de la guerre, riaient, s'amusaient et se racontaient des histoires telle une grande famille. Le commandant nommé Kaim était le plus valeureux des chevaliers, il n'avait pas spécialement hâte au lendemain parce qu'il avait une femme et un enfant, il ne voulait pas mourir et les laisser là. Vers 22 heures, ils allèrent se coucher pour être en forme le lendemain.

Le lendemain, Tous les chevaliers étaient prêts, ils étaient sur leurs chevaux. Ils formèrent des rangs et suivirent Kaim qui était en avant. Ils se dirigeaient à la guerre et tous les chevaliers étaient angoissés ou excités. Ils étaient tous armés d'une lance, d'une épée et d'une dague. Ils avaient aussi un bouclier pour se protéger. Tout à coup, ils virent l'autre armée, ils étaient à peu près le même nombre. Les chevaliers avaient peur de mourir et peur de pas pouvoir protéger les villageois qui seraient obliger d'aller avec cet autre pays. La guerre commença, les chevaliers ordonnèrent à leurs chevaux de courir. Ils lancèrent leurs lances, d'habitude ils ne les lançaient pas, mais là ils avaient changé de tactique. Ensuite ils sortirent leurs épées et foncèrent dans le tas. Du sang revolait partout, il y avait plein de sang sur le sol, personne ne savais si c'était eux ou les autres qui gagnaient pour le moment. Ils frappaient sur les chevaliers ennemis sans se préoccuper de rien. La guerre finit, l'autre châteaux battit en retraite. Ils avaient gagné et ils étaient fiers. Il manquait quelqu'un, ils ne trouvaient plus le commandant, ils cherchaient sans le trouver, ni dans les morts, ni dans les vivants. Après quelques heures de recherche, ils l'avaient enfin trouvé, il était vivant mais il était gravement blessé. Il ne pouvait plus bouger ses jambes. Il était anéanti, il ne pourrait plus être un chevalier et ses fils ne le prendraient plus pour un héros. Lorsqu'il rentra chez lui, son fils lui sauta dessus et dit: ''Ne t'inquiètes pas, tu seras toujours un héros pour moi et pour tous les villageois.'' Les deux se mirent à pleurer et ils continuèrent leurs vies normalement.*


Imaginé cette histoire l'avait vraiment aidé, il pensait pouvoir tout surmonter, comme son personnage. Il avait plein d'imagination et il songeait à les écrire et peut-être faire un recueil d'histoire qu'il pourrait vendre pour un certain nombre de tsuris. Il était redevenu joyeux. En arrivant il était surtout déterminé à tuer, là il est déterminé à réussir. Il rentra alors dans le temple, ce temple était si beau de l'extérieur, ça ne ressemblait vraiment pas à une prison, mais lorsqu'on y entrait ça changeait tout. Il vu une porte avec deux grosses bosses, vu la dureté de ces prisons, cet ancien demi-dieux devait vraiment être fort. C'était la qualité qu'il recherchait avec l'intelligence. Il entra dans cette salle et tomba sur un mur. Le sol était boueux, sûrement pour ne pas qu'on se fasse mal, il y avait trois murs, un avec de grands trous, un avec de petits trous et un qui semblait glissant, il comprit alors qu'il allait devoir escalader, il n'aimait pas particulièrement ças, mais bon. Il pensa alors: *Mais merde, tous ces demi-dieux veulent qu'on escalade ou quoi?* Il y avait une inscription gravée dans la roche, il la lu à haute voix.

- Le chemin le plus difficile n'est pas toujours celui que l'on croit.

Alors il ne devrait pas prendre celui avec les grands trous, puisque ce serait trop facile. Il se mit à penser, il fallait qu'il trouve un moyen d'escalader les deux autres murs qui étaient vraiment plus durs. Aorès quelques minutes, il trouva un idée, il devrait enlever ses souliers et essayer d'escalader le mur avec de petits trous à l'aide de ses orteils et de ses doigts. Mais ce serait dur et ça lui ferait mal aux orteils et aux doigts, il avait des doigts fins pas faits pour l'escalades. Ce serait ce qu'il ferait en premier, mais si il échoue... Le mur du milieu avait l'air glissant, mais il ne l'avait pas encore touché alors il ne savait pas si ça l'était vraiment beaucoup ou non. Il lui toucha, c'était vraiment glissant, il n'aimait pas les trucs gluants alors il n'allait pas essayer tout de suite celui là. Si il n'arriverait pas avec le mur gauche, il allait essayer celui du milieu. Il enleva ses souliers. Il mit ses orteils dans les petits trous et ses mains et commença à escalader, c'était vraiment difficile. Ses orteils n'étaient pas assez endurcies, ça lui faisait très mal, mais il ne devait pas renoncer. Il continua à grimper...
Revenir en haut
Hikorzik

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 9 Juil - 08:54 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Le géant, toujours affalé, était à présent aux aguets. Il avait perçut le grincement caractéristique de la porte de sa cellule et le bruit de succion occasionné par les pas d'un être qui piétine la boue. Il ne savait s'il devait se réjouir. Il y a quelques années, il n'aurait surement pas frémit, ayant entendu ce bruit maintes et maintes fois sans que le moindre petit bout de chair ne parvienne jusqu'à lui. Mais par deux fois son épreuve avait été réussie, alors il se donnait à présent le droit à ce que les humains appellent l'espoir. Il n'avait pas vraiment réussi à trouver le "sommeil" qui lui avait permit de passer les millénaires, fondu dans la roche. Il était resté allongé, certes, mais au prix d'un terrible effort. Il avait eu envie d'aller de nouveau marteler la porte de ses gros poings, comme aux premiers temps de sa détention. Mais ceci étant aussi inutile qu'effrayant pour les humains (ou dangereux pour les intrigués qui ouvriraient la porte au mauvais moment).

Hikorzik n'osait bouger. D'après les maigres sons qu'il percevait de l'ascension du prétendant, il n'était pas physique. Il imaginait bien sa progression lente et douloureuse. Il avait suivi, comme les autres avant lui, le panneau devant les murs. Ce détail amusa le rocher ambulant, puisque les humains prenaient toujours très au sérieux ces choses un peu mystique qu'étaient les épreuves. Il n'empêchait que s'il arrivait en haut, ce serait très certainement une preuve de la détermination recherchée par le géant de pierre. Mais il restait toujours la seconde partie, le long chemin boueux, très exténuant également.

L'énorme entité rocheuse affalée au sol, malgré sa peur de faire chuter l'alpiniste en herbe, décida de se mettre en position assise. Il ne voulait rien rater du spectacle de l'homme traversant le second obstacle. Alors, une fois assis, Hikorzik se traina jusqu'au fond de la salle et s'adossa au mur du fond, et ne bougea plus du tout, tel une statue. Ce petit déplacement occasionna un petit bruit de frottement que quiconque se trouvant dans la salle ne pouvait rater...
Revenir en haut
Akihito

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 10 Juil - 02:38 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Le jeune homme était encore au quart du mur, il commençait à saigner des orteils tellement c'était dur. Akihito montait lentement mais il ne pouvait pas se permettre de tomber. Le chemin glissant était bien trop dur, il n'y arriverait pas et celui avec les grands trous était trop facile, alors que c'était inscrit d'en prendre un dur. Il s'imaginait qu'il escaladait une grosse montagne de roches. Dans son imagination, le jeune homme s'agrippait à des roches et escaladait même si il faisait très froid, l'air devenait manquant, mais il continuait. En réalité, il s'agrippait à de petits trous dans un mur et ce n'était pas assez haut pour qu'il manque d'air.


Son imagination était vraiment sa source de vie, si le jeune homme ne l'avait pas il serait désespéré et aurait surement voulu se suicider. Toutes les épreuves qu'il a surmonté, il les a réussit grâce à ces petites histoires qu'il se faisait dans sa tête. Un jour il a du manger quelque chose de répugnant mais il s'imaginait que c'était bon, donc c'était moins pire, comme le dis l'expression ''Je pense, donc je suis''. Lorsqu'il faisait trop froid, Akihito s'imaginait qu'il faisait froid. En ce moment il s'imaginait avec des souliers et n'ayant pas mal aux orteils pour essayer de le faire disparaître, mais ça ne fonctionnait pas beaucoup.


Le jeune homme était rendu près du sommet du mur, il était fier, il pourrait enfin le passer, mais là, il perdit pied ou il perdit orteils, c'est comme vous voulez. Il manqua de tomber, mais il arriva à rester bien agrippé grâce à ses doigts. Il remit ses orteils dans les trous. Ses doigts étaient rendu tout rouge, il avait mal, mais ses orteils étaient encore pire. Akihito s'agrippa au sommet du mur et se tira jusqu'à ce que son corps en entier y soit.


Il vu un chemin très large, au début le sol était normal, mais après plus ou moins 5 mètres, ça se transformait en boue, peut-être que c'était la deuxième épreuve. Si c'était la deuxième épreuve, ça devait être creux pour qu'il y ait au moins un certain niveau de difficulté. À moins que la boue soit vraiment collante? Bon, il devait y aller, il avait entendu dire que de se coucher sur le dos, sur de la boue ou du sable mouvant aidait à ne pas s'y enfoncer. Est-ce vrai? Peut-être que c'est juste une rumeur, si il s'enfonçait sur le dos, ce serait dur de revenir sur le bord. Il essaya tout de même, il se coucha sur le dos et était sur le point d'y aller...
Revenir en haut
Hikorzik

Hors ligne





MessagePosté le: Dim 11 Juil - 22:21 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Le jeune homme, Hikorzik pouvait l'affirmer car il l'avait maintenant en visuel, persévérait vraiment pour réussir l'épreuve imposée pour récupérer l'invocation. Malgré tout, le mur semblait le pousser vraiment à bout, car il avait décidé de le faire pieds nu pour arriver à s'abriter au mieux à la moindre petite corniche ou au moindre petit trou. Ce faisant, il s'était rudement abimé et de petites cicatrices lui rappelleront un moment cet instant qui dut être éprouvant.

Il progressa ensuite sur le large chemin qui menait à une portion boueuse. Comme ça, on ne pouvait évaluer la profondeur, mais la lourde terre visqueuse n'allait que jusqu'au genou d'une personne moyenne. Soit dit en passant, cela était fatiguant pour quiconque n'avait pas une activité physique régulière, le composé d'eau et d'argile n'étant pas léger du tout. Il n'y avait cependant là rien d'insurmontable et Hikorzik portait bien quelques espoirs pour le prétendant actuel.

Par contre, il fut étonné de la suite. L'humain semblait vouloir progresser dans la boue... sur le dos ! Cette méthode était contestable, même très contestable. En tant que demi dieu de l'élément terre, Hikorzik en savait assez sur cet élément pour affirmer que progresser dans cette position serait une gageure. Il se tata un moment... L'aiderait-il ? Ou bien non ? Finalement, il décida de dire quelque chose, mais pas trop quand même. D'une voix caverneuse se répercutant sur les murs dans un écho qui donnait un genre mystique à son timbre, le golem annonça :

"Ce n'est pas ainsi que tu réussiras..."

[En effet, ta technique est très bien pour ne pas s'enfoncer dans des sables mouvants. Par contre, la boue n'a pas la même consistance et, comme indiqué, je vois mal comment tu pourrais t'y prendre pour avancer]
Revenir en haut
Akihito

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 14 Juil - 04:35 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Akihito était encore couché sur le dos, mais n'avait pas commencé à avancer lorsque l'invocation dit:

"Ce n'est pas ainsi que tu réussiras..."

Akihito l'avait déjà un peu remarqué, parce qu'il commençait à s'enfoncer. Comme il le pensait, ce n'était qu'une stupide rumeur. Il devait se relever. Il se tortillait pour arriver jusqu'au mur et se remonter. Il allait lentement et s'enfonçait de plus en plus. Il était enfin arrivé au mur, il se poussa jusqu'au plancher qui n'avait pas de boue. Il se releva et se mit à réfléchir à ce qu'il pourrait faire.

Il pourrait tout simplement courir et espérer réussir sans rester prit ou s'épuiser. Une idée lui vint en tête, il pourrait sauter d'un mur à l'autre, mais les murs étant trop écartés, il ne pourrait pas faire beaucoup de bond. Il sauta sur un mur,pas ceux où la boue, jusqu'à l'autre et remarqua qu'il arrivait à franchir un mètre. Il recula et sauta sur un mur le plus loin qu'il pouvait en arrivant sur l'autre pour savoir jusqu'à combien de mètres qu'il pouvait aller avec son premier saut. Il atteint deux mètres en touchant l'autre. Ensuite, il calcula combien de mètre il pourrait faire au dernier saut, sans toucher à l'autre mur, il réussit à parcourir 1mètres et 30 centimètres. Il se mit à calculer, son saut jusqu'au premier mur, 2mètres, son premier saut sur le mur, 1 mètres, son deuxième saut, 1 mètres, son troisième saut, 1 mètre et son dernier saut pour aller le plus loin qu'il pouvait, 1m50. Il arriverait donc à parcourir 6m50. Il ne lui resterait qu'à parcourir 3m50 dans la boue, ce serait moins dur.

Il décida de faire ça, il arriva à plus ou moins 6m50 comme il l'avait prévu. La boue était vraiment lourde, il allait très lentement. Il arrivait à parcourir un mètre en 5 minutes, au bout de dix minutes, il ne lui restait qu'un mètre à parcourir. Il s'accrocha au bord et se tira jusqu'au sol. Il y avait enfin parvenu. Il vu le géant de pierre qui lui avait dit de changer de méthode et se présenta:

- Mon nom est Akihito, je vis à la ville de luh, veux-tu être mon invocation?

[si je suis allé trop vite dis le moi, je modifierai]
Revenir en haut
Hikorzik

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 14 Juil - 18:38 (2010)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik Répondre en citant

Alors qu'il venait d'essayer un méthode bizarre mais inutile, l'humain qui prétendait pouvoir prendre Hikorzik avec lui réitéra. Il fit quelque chose d'encore plus bizarre que ce qu'il avait fait juste avant et ne croyait pas ça possible de la part d'un humain. Celui ci se mit à... rebondir sur les murs, c'était la seule explication. Lui qui avait tant galéré pour passer le mur, se mettait à faire l'acrobate. Décidément, ces hommes étaient pleins de ressources, mais aussi très étranges. Qui aurait cru voir ça dans sa vie ? Même du haut de son éternité, Hikorzik n'avait jamais vu tenter quoi ou qui que ce soit de passer son chemin cette manière. Ainsi, cela l'amena à réfléchir sur la largeur du mur, et songea qu'il devra les élargir un petit coup quand il aurait le temps, à grands coups de poings dans les murs.

En attendant, Akihito était devant lui, et se présentait, disant habiter à la ville de Luh, et vouloir prendre le géant pour invocation. Pour sur, il n'était pas venu ici pour repartir bredouille ! Pour toute réponse à cette question, Hikorzik, qui était appuyé sur le mur du fond, s'appuya sur ses énormes bras et jambes et se releva lentement, surplombant largement le faible humain alors qu'il devait se pencher pour ne pas heurter le plafond. Du haut de ses huit mètres, Hikorzik dévisageait le prétendant avec ses petits yeux. Il se pencha, plia un genou, appuya ses mains sur le sol pour rapprocher sa tête, minuscule, prêt de l'être de chair, et annonça :


"Tu as effectivement réussit les épreuves, ce qui devrait te donner le droit de me prendre pour invocation."


Hikorzik se redressa une nouvelle fois, pour rejouer un peu sur les effets de contraste, et dit :

"Droit que je t'accorde, j'accepte de te servir, Akihito. Mon nom est Hikorzik."
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:12 (2016)    Sujet du message: La falaise d'Hikorzik

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Corbeille -> RPs supprimés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com