Index Faq chercher Membres Groupe Se connecter S'inscrire
Triste traversée des Landes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Les Landes Luxuriantes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Jeu 28 Avr - 22:03 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

(➔ Suite du Temple de l'Air)

A peine eut-elle ouvert la porte des landes qu'elle sentit un vent extrêmement froid s'engouffrer dans le temple. Les montagnes alentours étaient toute enneigés et cette région était, pour ainsi dire, tout le temps en hiver. Heureusement en descendant plus au sud la température remonté vite. Elle se dépêcha de quitter les régions froides, suivant avec précaution les chemins les plus sûrs pour redescendre le flancs de la montagne, on sentait qu'elle était déjà venue par ici, elle connaissait plutôt bien l'endroit. Elle avait fait exactement le même chemin pour venir chercher sa première invocation. Arrivée dans un endroit un peu plus verdoyant, elle se retourna vers Dimento avec un sourire :

"Alors ? n'est-ce pas agréable de respirer l'air frais des Landes ?"

L'air lui semblait si froid qu'elle le sentait pénétrer jusqu'à ses poumons, ce n'était pas l'avis de tout le monde mais elle trouvait ça plutôt agréable, c'était un moyen de se sentir vivant. Enfin, elle ne tarda pas plus longtemps et se mit en route, son rythme devait sembler lent pour Dimento qui avait de beaucoup plus grandes enjambées. Elle aurait bien aimé lui dire tout ce qu'elle savait sur cet endroit mais elle avait bien retenu que la conversation n'était pas son fort. Les landes étaient un endroit plutôt dégagé on pouvait voir loin à l'horizon, elle s’arrêta un instant, observant justement la silhouette lointaine d'un drôle d'animal. C'était une bête masquée, elle n'en avait jamais vu pourtant c'était une créature qui l'intriguait vraiment. En voir une, c'était les voir toute, toute identique en tout point. Elle se retourna vers Dimento et ses yeux lui dirent clairement "fais toi discret, et approchons nous".




Dernière édition par Ariez le Dim 12 Juin - 12:55 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Jeu 28 Avr - 22:03 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 29 Avr - 15:04 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Les landes s'étendaient à perte de vue, comme des plaines sans fins dont la pureté n'était tachetée que par quelques arbres et quelques créatures. Un tableau des plus harmonieux, saupoudré d'une fine couche de givre fondante. Le soleil illuminait se tableau hivernale, en faisant petit à petit passer dans l'ère du printemps. C'est le cycle de la vie qui continue éternellement, sans que ni les hommes ni les demi-dieux ne puissent y faire quoique ce soit. Dimento se contentait de suivre Ariez, caressant de ses serres l'herbe froides, contemplant se paysage froid et indifférent. La fraicheur, quelle douce caresse que de la sentir sur son corps, surtout que celle-ci n'eut jamais gêner l'invocation. Les fils d'Aer doivent pouvoir supporter les températures froides qui celles des hautes altitudes. la question de sa maitresse, il passa outre. Enfin, il décida de passer outre après plusieurs minutes à réfléchir. Était-ce rhétorique ? Ou bien était-ce un ordre de réponse ?Question difficile, le subalterne divin n'avait pas envie de répondre mais si c'était une question à laquelle Ariez exigeait une réponse, il avait d'autre choix que de répondre. Devait-il apporter une réponse ? Il ne le sut pas, mais alors qu'il n'avait toujours pas répondu au bout de dix minutes, Dimento devinât qu'elle n'exigeait pas de réponse.

Et puis vint ce regard. Ce regard étrange et qui subitement venait de changer. Franchement, cela faisait bien trop de temps passé seul pour deviner ce que signifiât un tel regard. La jeune femme tentât d'avancer discrètement. Hum. Dimento allait en faire autant, alors. Il se mit à se déplacer à quatre pattes et, étrangement, cette manière de se déplacer lui allait à merveille. Ses longs membres lui permettait sans mal de toucher le sol avec la pointe de ses serres et avec la pointe de ses griffes, faisant des mouvements fluides et léger. Ses ailes se replièrent le plus qu'elles purent sur lui-même. Ainsi, il se faisait aussi discret que puisse l'être deux mètres cinquante de tristesse. Se demandant pourquoi ils avançait discrètement au détriment de la vitesse, Dimento comprit en voyant un étrange animal, une espèce de lion lisse et allongé, dont le visage était recouvert d'un masque blanc. Avait-elle... peur ? La peur est une chose inconnue aux invocations qui ne peuvent mourir, et même en faisait moult effort, l'ange noir ne pourrait comprendre car souhaitant plus que tout la venue de la faucheuse. Derrière l'animal, celui-ci ne semblait pas les avoirs vus. A voix basse, l'invocation dit à sa maitresse.

« Cette bête n'a pas l'air agressive. Elle n'est ni tendu, ni aux aguets et je ne pense pas qu'elle souhaite défendre son territoire. Aucune raison d'en avoir peur, mais visiblement tu cherches à l'éviter. Que faisons-nous ? »
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Ven 29 Avr - 15:22 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Dimento la suivit sans rien dire en ne comprenant manifestement pas bien ce qu'ils faisaient, il se mit à 4 pattes et bien que cette position ne semblait pas le gêner, il était encore plutôt voyant, notamment parce que ses plumes noirs rendaient mal dans les landes enneigées ou ils se trouvaient. Elle eut un petit sourire intérieur en le voyant faire des efforts pour se plier (c'est le cas de le dire) à ses exigences. Il se manifesta en exprimant son incompréhension. Ariez ne quitta pas les bêtes masquées des yeux, certains trouvaient qu'elles ne ressemblaient à rien, Ariez, qui avait souvent vu des représentations dans les livres, trouvait qu'il pouvait s'agir là d'une oeuvre d'art abstrait faite par les dieux, elle trouvait ses créatures très belle, s'interrogeant sur le miracle qui faisait qu'une créature en apparence aveugle, muette, et sourde puisse exister.

"Ce n'est pas une créature agressive tu as raison, je n'en ai pas peur, elle en revanche aura peur de nous. Tu sais les humains ne sont pas tendres, ils les décapitent pour revendre leur tête à la science, c'est barbare, alors si a défaut d'avoir un visage elles ont un cerveau, elles vont s'enfuir."


Sur ces mots vantant son amour de l'être humain, elle continua son observation, se doutant que Dimento comprendrait alors qu'ils ne faisaient qu'observer cette créature. Une autre vint le rejoindre, exactement identique, on aurait cru voir double. Il devait y avoir le reste de la meute non loin et Ariez aurait bien aimé les voir tous au complet, mais elle et son mélancolique compagnon (surtout lui, d'ailleurs) risquaient de les effrayer.

"Il y a beaucoup de monstres ici que je ne souhaite pas du tout croiser, c'est normal de s'attarder un peu à la rencontre d'une créature qui ne voudra pas nous faire du mal, non ?"

Elle tentait de se justifier, pourquoi souhaitait-elle observer la faune, soudainement ? c'était sans doute un restant de la visite guidée dans la forêt avec Sheiko où c'est en observant ainsi vivre des créatures paisibles qu'elle avait elle même réussit à retrouver la paix pour un temps. Elle se tourna vers Dimento, se rendant compte qu'elle n'avait pas ) lui imposer ça :

"Tu préfères qu'on s'en aille ?"


Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 30 Avr - 21:27 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

« Que veux-tu que j'en ai a faire ? C'est à toi de voir si tu veux t'en aller ou pas, quand bien même tu resterais des jours à les observer, je m'en fiche. Tes affaires ne sont pas les miennes. Nos notions du temps ne sont pas les mêmes... Un long moment pour toi n'est qu'un court instant pour moi. Je suis éternel, j'ai tout mon temps. Toi par contre, tu ne l'as pas. C'est une chance quelque part, tu n'as pas le temps de t'ennuyer. Mais cette chance, tu l'as gâche. Bien vite tu vas vieillir, flétrir. Telle la rose qui ce matin déclore, tu vas faner, perdre ta beauté comme ta jeunesse, le destin inéluctable de la mort et de la vieillesse. Un désespoir sans fin face à quelque chose d'immuable. Cette date de péremption que l'on vous a donné, c'était un don. Une motivation pour que vous vous bougiez. C'est votre temps, un temps limité, dans le but que vous vous bougiez. Normalement, c'était censé faire de vous des gens actifs et dynamiques... Mais ce temps à votre disposition, vous en faits ce que vous voulez. C'est juste dommage de gaspiller le peu de temps à votre disposition en observant des animaux qui ne changeront pas et qui ne représente aucune menace... C'est comme s'asseoir sur une chaise et se regarder dans le miroir. »

Bon, il venait de jouer les philosophes devant une humaine qui lui avait juste demandé s'il voulait rester ou s'en aller. Et là, certes, il se sentait ridicule. Enfin, il s'en fichait bien mais le fait qu'il est put parler autant l'étonnait. Soit il parlait trop, soit il ne parlait pas assez, mais au vu de son discours, ne pas parler assez serait mieux venu. Son triste regard se posa sur sa maitresse qui n'avait pas encore faner. Quand aux animaux là-bas, et bien il s'en fichait. L'amour qu'il avait jadis eut pour ce monde avait disparut. Tous ce que ce sur quoi son regard se posait semblait relever un aspect triste et mort. Sa vision était devenu celle d'un nihiliste, qui ne voit plus d'intérêt en rien. Soupirant longuement il se mit à fuir du regard, observant l'horizon lointain.

« Heu... hum. Enfin bon, je m'en fiche personnellement, tu faits ce que tu veux, femme. »
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Dim 1 Mai - 17:17 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Dimento répondit à cette simple question d'une manière très inattendu, et si longuement qu'Ariez n'écouta pas vraiment la fin, elle avait compris l'idée qu'il voulait faire passer : elle allait mourir, ce qu'elle faisait du temps qu'il lui restait, il s'en fichait, lui avait tout son temps. Il semblait si désintéressé de ce qu'il pouvait lui arriver, de ce qu'elle voulait faire, qu'Ariez avait l'impression d'avoir un pantin pour invocation, certains humains s'en frotteraient les mains d'avoir un serviteur sans aucune envie personnelle, mais Ariez, qui avait toujours prêté une oreille attentive aux envies de ses invocations, se trouvait dans une drôle de situation ou son invocation n'avait pas d'envies.

"Je ne compte pas passer ma vie à regarder ces bêtes, et je ne pense pas que ce soit une perte de temps. J'observe ceux que les dieux on mit sur cette terre, quelles créatures leur semblent mériter d'exister sur Arcane, et j'envie ces bêtes masquées de ne pas redouter la venue de l'heure de leur mort, et de ne pas redouter les dieux, ce que, comme tout être humain, je peux faire."

Elle se redressa, marquant la fin de son observation. N'étant plus camouflée par le buisson derrière lequel elle s'accroupissait, les bêtes masquées virent l'humaine et s'éloignèrent. Ariez reprit sa marche dans la neige. Bientôt la chaleur augmenta suffisamment pour qu'elle enlève son écharpe. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de l'attitude de Dimento, il lui faudrait sans doute des mois voir des années pour le comprendre et savoir pourquoi il avait une telle attitude.

"Je sais que vous, les Invocations, vous avez des sens accrus, ta perception du monde doit être si belle par rapport à la mienne, alors pourquoi t'en fiches tu ? Pourquoi le monde autour de toi ne t’intéresse plus ?"

Elle fixa son regard émeraude dans les yeux de jade de Dimento, marquant bien ainsi que cette question appelait une réponse.


Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 14 Mai - 23:15 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant



Ariez répondit de manière simple et fade, bien loin d'être suffisant pour faire apparaitre la moindre émotion sur le visage de Dimento, ne troublant point son expression placide et vide d'âme. De l'ennui, même. Elle reconnaissant à l'invocation que son raisonnement était juste, mais rajoutait qu'il exagérait. En même temps, il ne pouvait lui en vouloir ayant parlé beaucoup plus, beaucoup trop. Ces deux là, formaient le pire duo qui soit. L'un se fichait de tout, était las et solitaire, ne souhaitant que laisser le temps s'écouler qui de toute façon, quelque soit ton désir, s'écoule comme du sable... Quand à l'autre, elle n'avait de cesse que de chercher à comprendre, à discuter... Parler, elle voulait mais lui pas. Quand on l'eut enfermé, les femmes parlaient trop, et maintenant qu'il vient de sortir, c'était la même chose. Pour sur, Dimento aurait préféré un maitre qui ne s'intéressait qu'à ses capacités. Puis elle lui demanda pourquoi il était si intéressé.

« ... »

Que pouvait-il bien répondre à ça ? Et la capacité sensorielle supérieure qu'il avait... C'est à peine s'il s'en rendait compte. En même temps, il y est habitué. En fait, il s'en fiche tout simplement. Le bruit mélodieux du vent, la température douce et les odeurs qui planent dans l'air... Il n'en avait plus rien à faire franchement, tout cela lui paraissait si futile. Car la seule chose qui valait la peine d'être regardée, c'était ses yeux, son visage, sentir son odeur et entendre sa voix. Il sacrifierait le monde passer l'éternité avec elle dans la prison. Sans s'en rendre compte, Dimento pleurait. Mais son visage restait de marbre, ses yeux coulait, tout simplement, suivant le sillage des marques sous ses yeux. Même sa posture, son intonation, rien ne changeait. Simplement, il pleurait... Il aurait bien esquivé cette question, mais de ce qu'il avait vu, sa question avec tout d'un ordre de réponse.

« J'ai déjà perdu tout ce qui comptait pour moi. Et je sais que peu importe ce que j'aimerais, je lui survivrais. Je préfère ne pas m'attacher. Ah, sinon, tu n'avais pas parler de monstre que tu ne souhaitais pas croiser ? »
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Sam 28 Mai - 14:06 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Jamais Ariez n'avait vu une invocation pleurer, et ce spectacle lui sembla irréel, car Dimento pleurait visiblement sans s'en rendre compte. Étaient-ce vraiment des larmes ? Ariez avait du faire remonter à la surface d'horrible douleur qu'il aurait voulu taire à jamais, et qui s'exprimaient par ces quelques larmes, car c'était certain, Dimento ne voulait pas s'exprimer par la parole. Les questions d'Ariez et son désir de conversation devait beaucoup le gêner. Elle se décida à ne faire aucune remarque sur ses larmes, même si l'envie était grande de vouloir le réconforter, elle se devait de contenir son envie de proximité, pour le bien de Dimento. Il n'était pas encore près à communiquer avec elle, elle devait, pour son bien, se contenter pour le moment d'un simple rapport maitre/invocation, sans vouloir faire de lui un ami, car de toute façon, il rejetterai purement et simplement toute initiative qu'elle prendrait dans ce sens, du moins pour le moment.

"Oui... Il y a des monstres assez forts dans la région, mais en évitant les zones volcaniques, nous ne devrions pas en croiser."

Sur cette petite phrase, elle se remit en route, refrénant toutes ses envies de parler ou de le questionner. Ariez marcha un long moment sans dire un mot, un vrai exploit ! ses proches ne l'auraient pas reconnu. Non quelle soit vraiment bavarde mais elle aimait tellement apprendre à connaitre les gens, et encore plus les invocations qui avaient beaucoup à lui apprendre.


"Faisons une petite pause, le soleil tape fort j'ai besoin d'un peu d'ombre."

On devait approcher de midi ou de 13h, le soleil était haut dans le ciel. Elle repéra un gros rocher sous un arbre et se dit que c'était l'endroit parfait pour se pauser, elle y fila donc, et s'installa à l'ombre avec un soupir heureux. Elle aurait put demander à Dimento de lui faire de l'ombre avec ses ailes, mais enfin, ce n'était pas vraiment dans sa nature de l'utiliser comme parasol. Profitant de cette petite pause dans cet endroit apparemment tranquille, elle sortie de son sac de quoi manger. Elle hésita a lui en proposer, avait-il encore le désir de manger ? il n'en avait pas besoin, et ne ressentirait surement pas le bon gout des aliments... elle hésita, esquissa un mot, puis se tut, remarquant quelque chose de bizarre. Écoutant attentivement, elle se rendit compte que le "rocher" contre lequel elle était adossée, il ronflait.

"Dimento...." murmura t-elle, la voix tremblante.

Elle rangea ses affaires dans la panique et se redressa, s'éloignant un peu pour mieux voir. Oui, oui, c'était bien un golem de lave endormi, pile le monstre qu'elle voulait éviter, il était roulé en boule et ce qu'elle avait prit pour un rocher n'était que la carapace recouvrant son dos. Si ce monstre se réveillait la situation allait devenir dangereuse...


Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Sam 28 Mai - 22:52 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

"Faisons une petite pause, le soleil tape fort j'ai besoin d'un peu d'ombre."

Dimento s'arrêtât net. Comme il l'avait souhaité, Ariez n'avait pas dit un mot depuis quelques temps. C'était un véritable bonheur pour lui. La mélodie de paysage, le vent qui caresse la végétation, les petits animaux qui se baladent, la floraison, la poussé des fleurs, le pollen qui vole dans le vent complétement invisible. Les odeurs... Le sous-dieu avait beau tout faire, avait beau dire tout ce qu'il voulait, son cœur était en fête de retrouver tout ceci. Et cela ne faisait que mettre à mal son humeur. Pourquoi... ? Ce serait si simple si chaque chose était éternel, tous vivraient heureux à tout jamais. C'était pour cette raison, qu'il préférait ne pas entendre la douce voix d'Ariez. Car plus il l'entendait, plus le son de ses mots semblaient agréables, jolis. Même son visage était de plus en plus agréable à l'œil.

La maitresse de l'angelot noir filât vers un rocher, sous un arbre. En tant qu'invocation, les sens en émois de Dimento ne furent pas duper par les apparences. Ce n'était pas un rocher. Comment ? Que voyait-il qui lui indiquait que ce n'était pas qu'un simple et gros bloc de pierre ? Et bien, c'est... très dur à expliquer. C'est tout un tas de détails. Déjà, le fait qu'un rocher soit à l'ombre d'un arbre, c'est un peu gros... Un léger souffle émanent de lui. Ce sont les détails qui font la vie. C'était totalement pour évident pour le triste qu'il n'a même pas envisager l'idée qu'Ariez ne pourrait pas avoir sentit ces quelques détails. Elle savait dans quoi elle s'aventurait, pensât-il...


"Dimento..." murmura t-elle, la voix tremblante.

"..."

Je l'ai surestimé... Voilà ce que s'est dit Dimento à ce moment. Ariez s'éloignât du monstre. Le fils du vent se plaça à ses cotés, au cas où la bête se réveillerait soudain. Et effectivement, elle s'est réveillée... C'était un être de roche, du magma solide. Malgré tout, il se dégageait de lui une certaine chaleur, et les descendant d'Aer ont souvent tendance à préféré le froid par rapport au chaud. Car vous savez, il vaut mieux avoir une petite laine sur soit quand on vole par-delà les nuages. Et tout comme il appréciait l'humidité, la créature était sèche. Cette... chose semblait être son opposé, tout ce qu'il pouvait détesté. Mais cette haine, cette colère restait une émotion comme une autre : atrophiée. Ainsi, il ne ressentait qu'un léger agacement à la vue de ce qui aurait normalement dut le faire sortir de ses gonds. Un grondement se fit entendre, c'était le rocher qui soudain se mit sur ses pattes. Le monstre n'était pas bien grand, mais ce qu'il n'avait pas en taille... Il l'avait en corpulence. Un petit gros lard rocheux. A vrai dire, Dimento méprisait cette chose. Elle manquait de grâce, de prestance, de beauté, de classe, de rapidité, d'agilité et étant donné que sa cervelle se limité surement à un caillou, il devait aussi manquer d'intelligence et de capacité de réflexion poussé. Le golem donna raison à Dimento en lançant un brasier sur la maitresse et son invocation. Ceux-ci étant cote à cote, le brasier pouvait facilement les atteindre tout deux.

De par sa sensibilité particulière avec l'air, le sous-dieux sentit un changement dans l'air, un réchauffement léger annonciateur d'un départ de flamme. L'ange noir fit un léger bond dans les airs. Il saisit le bras d'Ariez avec ses serres et l'attrapât comme un aigle attrapait une souris. D'un battement d'ail il se propulsa vers la gauche, son invocatrice dans les pattes. Il l'a déposa sans aucune douceur au sol.


" Tu devrais t'éloigner, tu ne ferais que me gêner femme. "
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Dim 29 Mai - 16:37 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Après coup, vu l'attitude de Dimento elle se dit qu'il avait dû remarquer quelque chose qui clochait avec ce rocher dès le départ, Ariez était simplement pressée de faire une pause et n'avait pas vraiment réfléchit, elle avait été naïve, pourtant Dimento n'avait rien dit du tout pour l’empêcher de se mettre dans une situation dangereuse. Était-il muet à ce point ? Devait-elle aussi lui donner l'ordre de prendre des initiatives ?

Dans tous les cas, le mal était fait, et le pire arriva, ce gros rocher se mit a bouger, et ce n'était autre qu'un gros golem de lave qui s'en prit directement à eux en visant Ariez, Dimento la protégea en s'envolant avec elle, l'attrapant entre ses serres comme une proie, il la relâcha sans aucune délicatesse au sol. Elle tomba sur les fesses avec cette atterrissage un peu brutal. Elle ne s'attendait même pas à atterrir, elle pensait que Dimento s'envolait pour échapper à ce dangereux monstre, mais il se contenta juste de maintenir Ariez à Lécart, et ajouta sur sa voix sans émotion qu'elle devrait s'éloigner pour ne pas le gêner.


"Te gêner ?!"

Rétorqua t-elle, confuse. Il semblait effectivement que Dimento voulait se battre contre cette chose. Ce n'est pas parce que la nature a fait d'eux des rivaux en tout point qu'un combat était obligatoire ! Cependant, elle se dit que Dimento avait du évaluer ses chances... Mais, c'était une invocation d'air, ses sorts seraient peu efficace, et comme il venait à peine de sortir de son temple il ne devait pas encore disposer des précieux sort de soin que ce Golem pouvait se lancer pour échapper à ses blessures. Sa lourde carapace faisait qu'il allait être difficile de le blesser, même un tout petit peu. En revanche sur le plan de la force et non de la résistance Dimento devait être plus fort que lui... mais ce léger avantage ne suffirait qu'a le faire gagner au bras de fer, pas à le faire gagner un combat, pas maintenant.

Tandis que le golem prenait Dimento pour cible en lui envoyant ses plus puissants sort de feu, Ariez réfléchit. Elle ne devait pas faire la même erreur que Dimento peu avant, elle ne devait pas le laisser faire quelque chose de stupide et de dangereux, elle devait réagir vite, avant que ce Golem ne blesse son invocation, et si il arrivait à gagner, elle se retrouverait alors seule dans les landes face à un golem pouvant lancer contre elle des attaques sans avoir à bouger de sous cette arbre.


"Je refuse que tu combattes ! Prends moi entre tes bras et envolons nous loin d'ici pour fuir !"

Elle avait bien prit une intonation de voix indiquant qu'elle donnait un ordre, et elle avait aussi précisé qu'elle ne voulait pas être prise comme une souris pour un aigle, reste à savoir maintenant s'il n'allait pas la prendre comme un sac de patate... par dessus son épaule.



Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Mer 1 Juin - 09:52 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

"Je m'envole quand on veut m'enfermer
On n'emprisonne pas un goéland,
Je m'envole, je m'envole car
J'ai besoin de rêver
Je ne vends pas ma liberté"


"Je refuse que tu combattes ! Prends moi entre tes bras et envolons nous loin d'ici pour fuir !"

"Heu..."

Dimento restât figé. L'attraper et ensuite s'envoler dans les airs avec. Ça avait l'air simple, mais l'angelot... En fait il.. C'est qu... Ça le gênait, en fait. Son visage restât impassible bien qu'il prit une légère et quasiment imperceptible teinte écarlate. L'attraper dans ses bras. Et s'il s'y prenait mal ? Si main venait effleurer une de ses parties féminines ? Finalement, le mieux c'était la technique du sac à patate. Par le col, le sous-dieu attrapa Ariez et l'a mis sur ses épaules sans aucune délicatesse. Pour le confort, on verrait ça plus tard... Sans attendre, Dimento courut vers le golem et se servit de lui comme appui pour décoller ! Une bourrasque d'une rare intensité vint soudain souffler sur les landes, ne manquant pas de déstabiliser les rares passants et soulevant un énorme nuage de poussières, réduisant leurs champ de vision à seulement quelques centimètres. Quand celle-ci disparue, on pouvait voir une silhouette noire dans les air. Et maintenant venait le confort d'Ariez. En suspends dans les airs, il restait là immobile à se demander comment la prendre. Il finit par la prendre comme un mari porterait sa femme, dans le creux de ses bras.

"Femme, c'est à Lüh que tu voulais aller non ? Où est-ce ?"

L'emplacement de cette ville ne l'intéressait guère, mais étant donné qu'il ne devait plus que suivre et devait emmener sa maitresse jusqu'à bon port, c'était lui qu'Ariez suivait dorénavant. Et la ville de Lüh semblait bien loin. Franchir quelques montagnes et traverser un désert, avant d'avoir encore à faire un peu de randonné pour arriver. Ne souhaitait pas perdre plus de temps, Dimento commençât pas voler en direction de la ville. Le silence de plomb s'était installé et pour une foie, c'est l'angelot noir qui le brisât.

"C'est un long trajet... Tu as faits tout ça rien que pour libérer un sous-dieu ? "

...

"Tu aurais put me prévenir, que j'avais perdu ma puissance d'avant..."
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Mer 1 Juin - 10:54 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Dimento marqua une hésitation et elle eut peur que ce soit un refus de s'estimer trop faible pour pouvoir vaincre, une espèce d'égo d'invocation, mais il sembla que ce soit autre chose. Comme elle le craignait en tout cas, il la prit par le col sans douceur pour la hisser sur ses épaules. Elle ne retint pas un petit cri de surprise qui ne fit que s'intensifier quand elle vit le sol s'éloigner, puis l'horrible golem de lave tenter de lancer des boules de feu dans leur direction. Heureusement que ce balourd à cause de sa carapace avait du mal à lever la tête, ils furent vite hors de portée. Ariez n'eut pas à demander à Dimento de la traiter avec plus de délicatesse puisse qu'il la prit correctement dans ses bras. Elle eut un soupire de soulagement.

Elle admira le majestueux mouvement des ailes noires de Dimento, il y avait beaucoup de grâce dans ses mouvements, ce devait être lié à son élément, pensa t-elle. Elle regarda le sol défiler sous ses pieds, et un peu impressionnée par cette hauteur, s'accrocha à Dimento de peur d'avoir le vertige.


"Continue par là, on ira plus vite en survolant la mer, mais il y aura un petit temps de trajet, ça ne te dérange pas de voler longtemps ?"

En fait elle lui demandait subtilement si ça ne le gênait pas de la garder dans ses bras, elle qui, un peu plus tôt, voulait faire une pause, elle n'avait même plus à marcher ! Une vrai petite princesse dans les bras de son prince sombre. Elle essaya d'évaluer la vitesse à laquelle ils allaient, elle supposa qu'il y aurait une heure de survol au dessus de la mer. Elle apprécia la caresse du vent sur son visage, en altitude la température baissait mais Ariez avait toujours aimé le froid et se sentait vraiment bien. Dimento prit l'initiative de parler sans qu'elle n'est a la demander et un large sourire ravi s'afficha sur son visage.

"Oui le temple de l'air est le plus éloigné, mais j'ai acheté une monture pour arriver plus vite, mais il n'a pas osé s'approche des parties enneigées et s'est enfuit."

Elle avait l'habitude c'était toujours comme ça avec un Variquan, le cri des dragons de la partie Nord des Landes les effrayait toujours. Enfin ce n'était pas grave qu'il se soit enfui, les Landes étaient son habitat naturel et il retrouverait surement les siens. Elle repensa à la puissance de Dimento, cela lui semblait tellement bizarre qu'il n'envisage pas d’être faible après des millénaire d'emprisonnement.

"Je pensais.... que tu t'en doutais ? Tes pouvoirs reviendront petit à petit il suffit d’être patient."



Revenir en haut
Dimento

Hors ligne





MessagePosté le: Ven 3 Juin - 23:09 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Tandis que le triste corbeau plane dans les airs, il ressent chacune des plus belles sensations qu’un fils d'Aer peut recevoir. Mais il ne peut en profiter, il ne veut pas quelque part. C'est agréable, mais ca ne réchauffe pas le vide froid de son cœur. Dimento avance vite et bien, cela fait déjà… il perd toute notion du temps. Il a beau ne pas vouloir le reconnaitre, mais cette liberté le manquait. Plus encore, c'est la nuit qui lui manque, voler sous l'œil bienveillant de la lune. Mais... Elle lui manque, son amour, son existence, le simple de la voir est un énorme vide dans son cœur inexistant. Le sous-dieux pourrait terrasser seize énormes et puissants colosses pour la revoir... ou avoir le droit de mourir. Enfin... Son regard se pose sur l'humaine dans ses bras. Dimento était un majestueux corbeau, elle n'était qu'une frêle et fragile colombe. Le demi-dieu pourrait la broyer entre ses serres, la laisser tomber mais non, il continue de la tenir comme s'il s'agissait d'une statue de verre... Dimento y apporte le plus grand soin et pourtant... De cette fille il s'en fout royalement. Quoique malgré son envie de rester indifférent, elle commence à l'attendrir... Il ne veut pas, ne peut pas ! Cela ne lui apporterait que souffrance et lui s'obstine à s'attacher, comme il s'attache à ce qu'il l'entoure... Pour l'instant, l'intérêt qu'il porte à son environnement est dérisoire mais il lui semble que fatalement, cela devient de moins en moins dérisoire... Même dans la joie il restera triste.

D’aussi loin qu'il s'en souvienne, le monde lui a toujours semblé comme un long tunnel. On n’en voit pas le bout mais on sait qu’il doit y en avoir un et on le suit sans pouvoir bifurquer… C'était ca, en ce moment même. Veiller sur Ariez était une fatalité... Mais ce qui lui faisait le plus mal, c'était la réponse de sa maitresse a sa dernière question. Il lui demandât effectivement si elle n'aurait pas put lui dire que ses pouvoirs d'antan n'était plus...


"Je pensais.... que tu t'en doutais ? Tes pouvoirs reviendront petit à petit il suffit d’être patient."

Qu'on mette ca sur le compte de son naturel pessimiste, sur ses mauvaises l'expérience l'ayant désabusé ou encore su son instinct d'invocation, il n'en restait pas moins que Dimento savait que ses pouvoirs divins ne reviendraient jamais... Oh, qui sait, peut-être retrouverait-il un semblant de puissance, mais jamais ce ne serait comparable à ce qu'il avant. Ses yeux recommençaient à pleurer, sans que son visage n'exprime la moindre émotion. Comme lorsqu'il dut se remémorer la perte de sa bien-aimée. Cette fois-ci, il se rendait compte qu'Aer l'avait depossédé de ses pouvoirs...

Son père l'a renié. De la manière dont Dimento tenait sa maitresse, les gouttes lui arrivaient directement au milieu du ventre. Qu'elle se plaigne, il n'en a que faire...


"Non. J'étais auparavant capable de rayer une île de la carte en peu de temps tellement mes pouvoirs étaient grands... Je ne peux même plus affronter un minable être de roche et de feu... J... Hum."

C'est un peu gêné que Dimento coupa court à la discussion. Il continuât son chemin de croix, portant la petite princesse. Ça commençait à devenir légèrement désagréable, mais restait tout à fait supportable. Il survolait l'océan, observant d'un œil indifférent l'horizon. Il voyait la terre et se demandait vraiment comment les villes pouvaient être... Était-ce comme celle qu'il avait connu ? Une grande métropole ? Ou bien juste trois tente autour d'un feu ? Allez savoir... Il s'imaginât tout ce qu'il pouvait y avoir de plus pittoresque et ridicule. Plus le trajet se poursuivait, plus l'envie de poster une Ariez de plus en plus lourde se faisait sentir. Mais... C'était un ordre, un chemin de croix qu'il ne pouvait refuser. Oui, Dimento venait de s'imaginer en martyre, une vision qu'il adorait...
Revenir en haut
Ariez
<!--01-->Admin

Hors ligne


Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 4 031
Féminin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe
Lien vers la fiche: URL
Métier dans le jeu: Propriètaire de l'Armurerie
Invocation(s): Vaea
Annonce: HRP : Pensez à voter ;)
Double compte: Aucun !
Point(s): 1 321

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 12:49 (2011)    Sujet du message: Triste traversée des Landes Répondre en citant

Ariez s’agrippait toujours à Dimento, pourtant elle était sûre que jamais il ne la lâcherait, déjà parce que ce serait contraire à ce que, en tant qu'invocation, il devait faire, mais aussi parce qu'elle était sûr qu'au fond, derrière cette carapace d'insensibilité, il l'aimait bien. Après tout s'il pouvait à nouveau voler au dessus de cette mer, c'était grâce à elle, non ? Il ne devait sans doute ressentir aucune reconnaissance pour ça mais elle voulait croire qu'au fond il savait apprécier ce moment de liberté conditionnelle.

Dimento eu une très mauvaise réaction à la réponse qu'elle lui apporta, une fois encore des larmes coulèrent, seul indice de ce qu'il ressentait. Il n'avait montré aucune joie depuis qu'il était sorti de son temple, Ariez se sentait même incapable de pouvoir lui apporter un semblant de bonheur, mais peut être serait-elle capable de diminuer sa peine. Aussi, elle sortit un mouchoir de son sac, essuya les larmes qui avaient coulé sur ses habits, et, profitant du fait que Dimento ait les mains prises et ne puisse l'empêcher de rien, elle essuya doucement les larmes qui embuaient ses yeux, sans un commentaire, sans même juger ce qu'elle venait de voir, elle avait fait ce geste tendre avec autant d'impassibilité que Dimento aurait put le faire.

Il affirma que jamais il ne retrouverait sa puissance d’antan, qu'autrefois il pouvait rayer une ile entière de la carte, et qu'il se sentait mal à l'idée de ne plus pouvoir vaincre une créature de feu. Au fond elle pensait pouvoir le comprendre, mais elle qui était une humaine sans pouvoir magique et sans réelle force, se savoir si faible ne lui faisait pas tant de peine, et ne l’empêcher pas de savourer la vie qu'elle avait. Elle ne crut pas que c'était cette remarque qui avait fait pleurer son invocation, il devait y avoir autre chose.

"Ce monstre aura bien assez vite des raisons de te craindre crois moi, quant à tes pouvoirs... ils ne sont plus assez forts pour pouvoir détruire une ile, et alors ? Quel être sensé voudrait d'un tel pouvoir ?"

Les humains, quand ils avaient entre leurs mains la force de détruire, n'en avait jamais rien fait de bon, n'est-ce pas la preuve que le pouvoir de détruire était foncièrement mauvais ? Pour elle n'y avait avait qu'un pouvoir permettant la création, le progrès et la protection qui valait la peine d’être possédé, elle ne voulait pas une invocation pour régner en maitre sur le monde, après tout ! Elle espérait que Dimento ne profitait pas autrefois de ses pouvoirs pour détruire des ile, en tout cas, car sa phrase était ambiguë.

La terre commença à succéder à la mer sous leur pied, Ariez songea que Dimento devait en avoir marre de la porter, et elle avait abusé de la situation en profitant du fait qu'il la porte pour lui essuyer ses larmes.

"Tu peux atterrir si tu en as envie, je peux marcher cela reposera tes bras. La ville n'est plus si loin nous y arriverons vite."

Sous leur pied c'était la Rivière Blanche, on pouvait suivre ce sillon blanc sur des kilomètres, et Ariez espérait que Dimento apprécierait cet endroit.

( ➔ Suite )


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:47 (2016)    Sujet du message: Triste traversée des Landes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'ile d'Arcane - Forum RPG Fantasy Index du Forum -> -> Les Landes Luxuriantes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group www.kenney.nl
Traduction par : phpBB-fr.com